Envoyez par mail 'LYON, FÊTONS LA GRATUITÉ, Paul Jorion, le 5 JANVIER 2019 - Retranscription' à un ami

Envoyez une copie de 'LYON, FÊTONS LA GRATUITÉ, Paul Jorion, le 5 JANVIER 2019 - Retranscription' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

12 réflexions sur « LYON, FÊTONS LA GRATUITÉ, Paul Jorion, le 5 JANVIER 2019 – Retranscription »

  1. P.J. écrit: .. » Qu’est-ce que c’est que cet indispensable ? On peut le définir assez rapidement. C’est bien entendu l’alimentation, l’habillement, la santé, l’éducation. Aujourd’hui, le téléphone, la connectivité, etc « …
    Et donc l’électricité…!?

    1. @Otromeros
      Avec les nouveaux compteurs électriques Linky, rien de plus simple que de distinguer l’indispensable du superflu 😉

      1. @Otromeros
        Avec de telles références vous risquez la mise à l’index 😉
        Blague à part, on ne peut réfléchir à la gratuité sans s’exonérer de la question du gaspillage, à moins de croire en une humanité unanimement et « naturellement » soucieuse du bien commun, du partage équitable et de la responsabilité écologique.
        Le compteur Linky, malgré ses nombreux défauts (dont le principal finalement est celui d’être en de mauvaises mains) pourrait être un des outils de répartition juste de l’énergie électrique.
        Cela-dit j’ai essayé personnellement de surseoir le plus longtemps possible à son installation à mon domicile, par réflexe cryptolibertaire.

      2. @Arkao(20h03) écrit : … » (la) répartition juste de l’énergie électrique « …
        Ça, ça me fait vraiment peur…

      3. @Otromeros
        Le débat responsabilisation / coercition est récurrent sur le blog.
        Rappel: les plus riches consomment / gaspillent 5 fois plus que la classe moyenne.
        On fait quoi ? On fait appel à leur conscience éco-citoyenne ? Vous y croyez vous ?

  2. Il y aura toujours du travail, mais pas pour tous. Certains tentent de bluffer le public; ils racontent que les nouvelles technologies seront une source d’emploi, comme au 19e et 20e siécle – c’est de la propagande mensongère. Le « Fordisme » a pratiquement disparu, il ne reviendra plus jamais. Donc il se posera le problème de l’alimentation de ceux qui peuplent les rangs des déclassés, exclus, les mis en marge par un impitoyable « marché » du travail. Je ne vois que deux options: une véritable politique sociale, mais cela nécessite une prise de conscience commune. Ou bien on va vers une sorte de « solution finale », ayant pour but d’écarter de manière radicale ceux que la société considère comme facteur de coût, comme charge que l’on ne tolère plus.
    Au centre du problème il y a invariablemet le même phénomène, vieux comme l’humanité: qui a de l’argent, qui paye et qui paye quoi. Tous les conflits sociaux viennent de là.

  3. Si la contraction des flux de matières premières se confirme alors le travail sera fait par tous ou presque a plein temps pour les  commodités.

  4. Bonjour,
    Rien à dire – si ce n’est que j’ai lu hier cet article qui m’a glacé pour le restant de la journée et nuit. Je le relis aujourd’hui et vous écoute le dire comme vous dites les choses.
    « C’est quoi l’exterminisme ? C’est quand une partie d’une population décide de se débarrasser d’une autre. »
    Pourtant loin d’être naïve et à tendance plutôt pessimiste, ces mots se sont mis à résonner en moi comme ceux que je redoutais d’entendre/lire un jour.
    Mais merci.

    1. C’est déjà arrivé hélas. Et vous avez pu lire à quel point les Gilets jaunes énervent les lecteurs du Monde (au point que les journalistes du Monde en sont horrifiés).

  5. L’alliance sociale de circonstance des frères ennemis à savoir à ma droite, les détenteurs du capital et à ma gauche les prolétaires, est condamnée du fait que le capital peut désormais envisager de se passer du prolétariat…
    Il reste, me semble-t-il, bien peu de temps aux prolétaires pour comprendre que le capital est en passe de réaliser son programme millénaire : se concentrer sans avoir recours à eux.
    Et que fait le capital de ce dont il peut se passer ?.. Rien, il s’en passe !
    Ami prolo, il devient urgent de casser le totalitarisme marchand ou de te résigner à disparaître.

  6. Le problème de la gratuité, est que certains trouveront que d’autres ont plus de gratuit qu’eux…
    Alors qu’un revenu inconditionnel au-dessus d’un seuil de pauvreté s’approchera plus de l’égalité, sachant qu’un travail pourra ajouter un salaire supplémentaire.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/
    Par contre le PIB ne devrait plus exister car il ne sert qu’à mesurer une compétition entre pays, et la planète n’est pas un lieu de compétition. Elle n’est qu’un lieu de vie, tant que le ciel ne nous tombera pas sur la tête, ou qu’un con ne lâche une bombinette atomique…

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*