La haine contre Greta, par Yorgos Mitralias

Ouvert aux commentaires.

La haine contre Greta, avec le nom et l’adresse de ceux qui la financent

Il est généralement accepté que les vainqueurs des élections européennes du 26 mai ont été l’extrême droite et les Verts. Et il est aussi généralement accepté qu’aux succès des Verts ont contribué grandement les mobilisations sans précédent d’une jeunesse s’inspirant de la combativité et des thèses radicales de la jeune suédoise Greta Thunberg. En conséquence, il n’est pas surprenant que cette extrême droite choisisse d’attaquer ce qu’elle appelle “le mythe du changement climatique” et surtout, cible de plus en plus son attaque sur la personne de cette Greta Thunberg qui galvanise la jeunesse en Europe et au-delà !

A la tête de la campagne contre Greta, ponctuée de centaines de textes et de photomontages souvent très vulgaires, il y a trois des plus importants partis européens d’extrême droite : Le Rassemblement National français, le AFD allemand et l’UKIP britannique. Et derrière ces partis d’extrême droite et de leur campagne abjecte, deux think-tanks climato-sceptiques conservateurs, le EIKE (Institut Européen pour le Climat et l’Énergie) et le CFACT-Europe (Comité pour un Lendemain Créatif), lesquels soutiennent de manière multiforme, et pas seulement avec des « arguments » et des conférences, la négation de la catastrophe climatique par l’extrême droite.

L’Institut EIKE, de la bouche de son vice-président, nie évidemment d’avoir le moindre rapport avec AFD, bien que ce vice-président du nom de Michael Limburg ait été récemment candidat de ce même … AFD ! Il faut dire que EIKE qui, ensemble avec AFD, a pu organiser des journées climato-sceptique même … à l’intérieur du Parlement allemand, est sorti de l’anonymat grâce à la conférence annuelle qu’il organise depuis des années avec un certain succès, puisqu’elle a pu influencer l’attitude de l’Union européenne au sujet du changement climatique. Cependant, c’est exactement cette conférence annuelle de EIKE qui est coorganisée par deux organisations américaines : Le CFACT-US, lequel finance évidemment sa filiale européenne du même nom. Et surtout, l’Institut Heartland, lequel, selon The Economist« est le think-tank mondialement le plus connu parmi ceux qui défendent le scepticisme au sujet du changement climatique dû à l’homme ».

C’est exactement à ce moment que les enquêtes et les révélations du Institute of Strategic Dialogue (ISD) britannique et de Greenpeace acquièrent une énorme importance politique car elles mettent en lumière les forces économiques qui sont derrière ceux qui nient la catastrophe climatique, mais aussi derrière le « phénomène » d’une extrême droite européenne (et mondiale) qui monte en flèche. En effet, tant CFACT-US que l’Institut Heartland sont financés plus que généreusement par le très grand capital américain, par ExxonMobil, la famille Koch, deuxième plus riche famille nord-américaine qui domine – entre autres – dans le secteur du pétrole, la famille Mercer qui est aussi un des principaux financeurs du président Trump, ou même Microsoft et RJR Tobacco ! Il faut noter que Heartland a des antécédents en tant que serviteur des visées inavouables du grand capital, puisqu’il fut jadis l’agent principal de la propagande des géants du tabac qui niaient le rapport existant entre le tabagisme et le cancer. Ce n’est pas donc surprenant qu’à cette époque son principal financeur fut… Philip Morris… [1]

Mais, il ne faut pas croire que l’Institut Heartland est un simple “outil” indolore et incolore dépourvu de ses propres thèses et actions. De ce point de vue, le CV de son nouveau président Tim Huelskamp est très éloquent et didactique. Dirigeant du très conservateur Tea Party, Huelskamp s’est distingué comme député (qu’il a été jusqu’à 2017) de l’aile la plus réactionnaire des Républicains et a toujours entretenu des liens étroits avec l’extrême droite américaine. Il est aussi à noter que de tous les députés américains, c’est lui qui, pendant très longtemps, a reçu les plus grandes sommes d’argent de la part des compagnies de combustibles fossiles, et qu’il les a « remercié » en votant toujours contre toute tentative de légiférer contre leurs intérêts…

Grâce à un document interne de Heartland, qui a fuité, on a pu apprendre – et en détail – non seulement l’étendue de son financement par le très grand capital (plusieurs millions de dollars), mais aussi l’ « investissement » de ces sommes dans un large éventail d’activités qui vont du paiement des « salaires » à des bloggeurs qui influencent l’opinion publique et des « scientifiques » qui parcourent le monde niant la catastrophe climatique, à l’écriture et la publication du matériel propagandiste qui cible les écoles et leurs élèves. Par exemple, le groupe de « scientifiques » chargé de « contredire » les conclusions des travaux du Groupe d’Experts Intergouvernemental … coûte 300.000 dollars par an, tandis que la propagation de la thèse qui veut que « la question du changement climatique soit controversée et incertaine » … dans les écoles primaires leur coûte 100.000 dollars !

Nous voici donc devant la révélation d’une réalité qui jette quelque lumière sur quelques-uns des grands « mystères » de notre époque. Tout d’abord, l’extrême droite européenne ou tout au moins quelques-uns de ses poids lourds, entretiennent des liens étroits – s’ils ne sont pas dépendants – avec un centre/état-major politique et économique qui se trouve aux États-Unis, et plus précisément à la Maison Blanche et aux financeurs et autres soutiens du président Trump [2 ! Ensuite, ce n’est pas aussi un hasard que cette « internationale brune » semble être arrivée à la conclusion que la question de la catastrophe climatique et plus précisément, le – plus en plus ample et radical – mouvement de jeunes qui luttent contre elle représentent la plus grande menace pour ses intérêts et pour la domination du système capitaliste dans les années à venir. Et enfin, ce n’est pas également un hasard si cette « internationale brune » et plus précisément sa « section » européenne concentrent aujourd’hui en toute priorité leur attaques sur la personne de Greta Thunberg, l’incontestable égérie, théoricienne et en même temps coordinatrice des mobilisations de jeunes presque partout en Europe et au-delà.

Voici donc comment se présente actuellement le rapport de l’extrême droite avec le grand capital. Non pas de façon abstraite et dogmatique, mais concrètement, avec des financeurs et financés qui ont non seulement nom et adresse, mais aussi des intérêts tangibles et des « causes » à servir. Cependant, tout ce beau monde ne fait que son boulot. Si la gauche faisait le sien, la situation serait bien différente …

Notes

[1] Voir : https://unearthed.greenpeace.org/2019/05/14/germany-climate-denial-populist-eike-afd/ ainsi que l’article du The Guardian : https://www.theguardian.com/environment/2019/may/14/germanys-afd-attacks-greta-thunberg-as-it-embraces-climate-denial
Et aussi : https://www.liberation.fr/planete/2019/05/25/climat-l-activisme-de-greta-thunberg-a-remobilise-la-rhetorique-de-l-extreme-droite_1729243

[2] Pour une meilleure connaissance de tout ça ainsi que des développements au sommet et surtout à la base de société nord-américaine, voir le Facebook : https://www.facebook.com/EuropeansForBerniesMassMovement/

Partager :

91 réflexions sur « La haine contre Greta, par Yorgos Mitralias »

    1. Désolé pour ma naïveté mais je pense que ce billet contribue grandement à la clarification et au commencement de notre bataille cruciale pour la survie de l’espèce, et ce de façon plus concrète qu’auparavant.

  1. Des « anti-fa » du climat ? C’est ça que la gauche manquerait de faire ?
    Il lui faudrait déjà un idéal « non-croissantiste » (et pas décroissantiste, amha), frugaliste systémique, disons.

    D’après Serge Audier (« l’âge productiviste, mythe prométhéens … alternatives … » aux Ed La Découverte), c’est assez loin d’être le cas, la camarade Karl M (pas Karl P) a frappé assez fort, surtout ses suiveurs bâtisseurs de combinats et accompagnateurs obligatoire de la classe ouvrière qui redemande des emplois sans trop ce soucier de leur carbonitude et autre impact sur la biodiversité.

    Piketty proposait de ne pas se laisser avoir en mettant la question du climat devant « toute nue », il faut la rhabiller avec la façon d’évoluer vers des modes collectifs de dépense (énergie, matériaux,…) très différents. Piketty dit « des modes de propriété », parce qu’il voit la propriété comme un moteur de la dépense, c’est son choix, il n’est pas collecteur de la TVA de son métier, certes, et la part de vrai y est bonne, mais j’ai un doute qu’il suffise d’éroder, même très fort, la propriété. Il faut l’inclure façon Karl P(olanyi !) dans une circularité…. à définir encore.

    1. Taxe Sismondi pour tout ce qui est produit.
      Argent utilisé en gratuité et mettre les machines au travail pour dépollution.
      Question du salariat revisitée par conséquent.
      Parce que la propriété je suis désolé mais c’est moins fort que la production.

      1. (Pour imager la dernière phrase, La planète Terre n’appartient à personne, nous sommes dessus, elle a bien été produit, c’est un angle plus efficace .)

    2. Sur l’intérêt RÉEL de Piketty pour le vivant, le climat, l’énergie, les ressources (finies, bien entendu), une recension des 1200 pages de son dernier pavé (je sais, ou crois avoir compris, que son sujet c’est « les inégalités », mais il me semble qu’il pourrait y avoir un rapport) -que je n’ai ni lu ni l’intention de lire- serait bienvenue. Car sinon, à quoi bon s’en prendre aux inégalités, si c’est pour continuer à foncer vers l’apocalypse (la vraie, pas celle annoncée dans « Le Livre »)?
      Peut-on échapper au désastre tout en faisant cohabiter pacifiquement quelques milliards d’humains -ceux qui échapperont à la montée des océans vidés de leur poissons, aux canicules invivables, aux sécheresses, aux inondations, à l’anéantissement du vivant…- entre eux et avec les non-humains non-domestiqués sous toutes leurs formes (animales, végétales…)?
      J’aimerais tellement y croire, et, décidément, n’ai pas la réponse.
      Pardon pour ma candeur…

      1. C’est que, comme le dit George Monbiot ici (https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/sep/19/life-earth-wealth-megarich-spending-power-environmental-damage) aujourd’hui même, la fortune engendre automatiquement une dépense de ressources et d’énergie hors de proportion (super-linéaire dirons nous mathématiquement).
        Il prend certes comme cas limites les symboles (yacht avec de l’or, etc.) mais « calmer » les hautes fortunes et revenir à des inégalités contenues dans un « simple » éventail de 1 à 50 gagnerait (dans un pays développé… faut voir ailleurs, c’est peut-être encore mieux !) -30% ou -50% sur les ressources,
        … et donnerait un bien meilleur sens du collectif à tout le monde. Quand vous êtes dans les 0,1% et que vous pouvez lorgner sur les 0,01% qui ont 5 fois plus, la tentation est grande de faire des pieds et des mains pour mimer ces derniers avec les mauvais penchants qui vont avec (SUV, Seychelles, ski hors saison…) , il me semble.

      2. @ Michel
        Je n’y vois pas de candeur mais seulement la manifestation d’une réflexion qui s’exerce dans un cadre dont les dimensions sont désormais les suivantes :
        – 10 milliards d’humains sur la planète autour de 2050,
        – Jour du dépassement en 2019 : le 29 juillet,
        – Empreinte écologique de l’humanité en 2019 : 1,7 planète
        – Augmentation entre 4 et 7 degrés Celsius des températures d’ici la fin du 21ème siècle,
        – Air pollué, eau potable souillée, océans sales, encombrés, et de plus en plus vidés de leurs vies, sols cultivables morts,
        – Urbanisation galopante,
        – etc…
        Moi aussi, chaque jour des occasions me sont données de lire ou d’entendre d’éminents chercheurs incapables de sortir du cadre dans lequel ils ont appris à évoluer de la maternelle à l’université.
        Ce qui me frappe ?
        Ces personnes que l’on admire et dont on prétend qu’elles sont intelligentes sont stériles, incapables de proposer une vision globale, réaliste et positive, de l’avenir, dans ce nouveau cadre, de dessiner des projets qui s’y inscrivent et de présenter une méthode.
        Ces spécialistes révèlent, dénoncent, exposent, enseignent, démontrent, racontent… mais en aucun cas ils ne montrent de chemin.
        Pour indiquer un nouveau chemin, encore faut-il s’être donné un nouvel objectif. Or ils en sont incapables.
        Et tous ces fats qui n’auront pas su retenir leur arrogance devront se tenir – ou être tenus à l’écart – pour être, pendant quelques temps, confrontés à leurs responsabilités et désintoxiqués du capitalisme. ( Mots pesés au trébuchet pour ne pas prêter le flanc à la critique. )

      3. @ Peska
        « d’éminents chercheurs incapables de sortir du cadre (…) stériles, incapables de proposer une vision globale, réaliste et positive, de l’avenir (…) en aucun cas ils ne montrent de chemin. »

        Je trouve cette partie de votre commentaire inquiétante.

        Vous décrivez des gens qui n’ont pas TOUTES les solutions. Qui ne font pas A LA FOIS étude des écosystèmes, ou de l’énergie, ou de la climatologie suivant leur spécialité ET conception de plan d’ensemble ET conviction et inspiration de milliards d’êtres humains ET direction de l’ensemble.

        Qu’y a t il de surprenant à cela ? Quel homme est autosuffisant ? Où est le génie qui aura tout compris et saura tout diriger, qu’il suffira de suivre comme guide fiable vers la solution ?

        Ceux qui ne peuvent répondre à votre rêve que l’on vous « indique un nouveau chemin », vous proposez de les « (tenir) à l’écart » pour les « confront(er) à leurs responsabilités » et les « désintoxiqu(er) ». Etes-vous conscient que vous voulez aussi m’envoyer dans ce lieu de relégation, car moi non plus je ne suis prêt à devenir guide suprême ? Etes-vous conscient que vous même m’y retrouverez, car je doute que vous y soyez davantage prêt ? Et qui aura les clés de notre prison, d’ailleurs ?

        Je suggère de se concentrer sur les pistes de solution, pas sur la recherche de coupables. J’affirme que ces pistes ne peuvent qu’être discutées démocratiquement, même celles qui seront forcément issues au départ de chercheurs – pour la partie technologique des solutions. A fortiori pour toutes les composantes de solution de type « comportement », « partage » et « redéfinition de nos manières de vivre en société ».

        Je crains que les angoisses – bien naturelles si l’on tient compte des dangers, et vous en êtes visiblement conscient – n’aient le potentiel de nous déborder. Aucune dictature, aucune chasse aux sorcières, aucune désignation d’ennemis de l’humanité ne pourra avoir d’autre résultat que d’aggraver les dégâts.

  2. Cet excellent article permet de confirmer que les fachos grandissent et prennent le pouvoir en s’appuyant sur la haine et le nationalisme.
    Il faudra juste s’en rappeler aux prochaines élections, toi le citoyen qui par dépit portera au pouvoir un facho, qui sans état d’âme te jettera en pâture pour alimenter son moteur.

  3. Je suis assez partagé au vu du titre « La Haine contre Greta ».

    Il ne s’agit pas de Greta Thunberg en elle-même. C’est une jeune fille déterminée et réfléchie, qui mérite de toute évidence l’estime plutôt que les insultes. C’est d’autant plus vrai s’agissant d’une handicapée.

    Il ne s’agit pas de perdre de vue que « Lorsqu’on ne peut attaquer le message, on attaque le messager », bref que certaines attaques ordurières contre Greta Thunberg sont du fait de gens qui veulent ne pas prendre en considération l’urgence de rendre la civilisation humaine durable, n’ont pas d’argument, donc détournent la conversation sur des sujets personnels faute de mieux. « Quand le doigt montre la Lune, l’imbécile regarde le doigt ».

    Mais il y a quelque chose qui me gêne : le risque de faire de cette enfant plus qu’elle n’est, plus qu’elle ne prétend elle-même être.

    Greta Thunberg n’est pas « la » pierre d’achoppement par rapport à laquelle chacun se révèle pour ce qu’il est et les prétendus « ennemis de l’humanité » sont démasqués. Elle n’est pas davantage la pierre angulaire sur laquelle la reprise de contrôle par l’humanité de son impact sur son environnement pourra être fondée. Elle n’est pas un Messie, et ne prétend d’ailleurs pas l’être.

    Regardons la Lune, non pas le doigt qui nous l’indique, même si ce doigt est celui d’une jeune fille.

    Le message, qui est plus important que le messager, c’est que nous devons nous employer, sérieusement, comme si l’avenir de nos enfants en dépendait, à trouver des solutions pour reprendre le contrôle de notre impact sur le reste de la biosphère.

    La question qui reste… c’est le « Comment ? ». Puisque, aujourd’hui, nous ne SAVONS PAS comment faire ! Travaillons-y, d’une manière ou d’une autre.

    Quant à Greta Thunberg, c’est le moment de lui dire « Merci » et « Tu peux retourner à tes études ». Comme tout un chacun dans sa génération, elle aura besoin d’être bien formée en sciences, technologies, sciences politiques et sociales, etc. pour contribuer à la résolution de la question qu’elle a si bien pointée.

    1. @ Jacquot, votre « Tu peux retourner à tes études» est très mal venu et je vous le dis, direct, à la limite du méprisant et donc inacceptable.
      Elle n’est pas « handicapée », elle est différente et comme elle l’a déjà expliqué, sa différence lui permet d’assimiler, synthétiser et transmettre énormément de choses sur le sujet.
      Elle est et reste un leader (au bon sens du terme) indispensable. Lui conseiller de retourner à ses études est ne rien comprendre à son message et sur l’urgence absolue qu’il porte et à la haine qu’elle suscite.
      Je me suis déjà indigné ici sur les gens (minables, je persiste) qui la critiquait petitement sur des détails.

      Vous lui dites « merci » mais à mes yeux vous ne comprenez pas ce que nous dit Yorgos Mitralias ─ que je remercie pour ce billet.
      Y a du pain sur la planche…

      1. @ Jacques

        Je n’ai aucun mépris pour Greta Thunberg, bien au contraire. Et dire qu’une personne qui souffre d’autisme est handicapée n’a strictement rien de méprisant, c’est simplement factuel. J’ai une personne handicapée dans ma famille, même si ce n’est pas le même handicap, et ce mot n’a rien d’infamant.

        Je me pose simplement la question de ses intérêts à elle. C’est une jeune fille de seize ans et demi, qui a de belles qualités de détermination et de réflexion, mais a encore sa vie et son éducation à construire. Mon fils a juste un an de moins qu’elle, et s’il avait fait quelque chose de ce genre j’en ressentirais beaucoup d’admiration… mais je me préoccuperais avant tout de ses intérêts de long terme.

        Ce qu’a fait Greta Thunberg est très utile, mais le fait est que ce n’est pas à elle de le continuer. Car elle est mineure. Et les adultes, jeunes ou non, il y en a pléthore. Si elle continue quelques années ainsi, elle se découvrira bientôt fortement gênée par une éducation incomplète, et ensuite mise de côté à la première occasion. Il y a eu d’autres exemples de jeunes filles très déterminées pour une bonne cause oui, mais Jeanne d’Arc par exemple est morte à dix-neuf ans.

        Certes, je ne suis ni son père ni sa mère. Mais c’est bien du devoir des adultes de la remercier d’une part, de la tranquilliser d’autre part car d’autres prennent le relais et elle peut éviter de déformer toute sa vie pour cette seule action.

      2. @ Jacquot,
        Je sais que vous ne méprisez pas Greta mais notre désaccord reste total.
        Je n’arrive toujours à comprendre votre point de vue.
        Son âge est au contraire une force ! Je pense qu’un être humain de 16 ans vaut largement un vieux con de 67 ans (au hasard c’est mon âge). On a inventé au XXe ce concept débile d’adolescence. Aucune société pendant des millénaires n’a fonctionné ainsi. Je pourrais trouver des tas d’exemples : Charles XII de Suède, extraordinaire personnage devint roi à 15 ans.
        Non ! il n’y a pas pléthore pour la remplacer pas plus qu’il n’ y eut pléthore de gens pour remplacer E. Snowden.

        Si elle abandonnait son combat ce serait justement la victoire des forces dénoncées par Yorgos Mitralias.
        Vraiment vous êtes à côté de la plaque.

      3. @ Jacquot, vous rappelez que Jeanne d’Arc est morte à 19 ans : en effet elle a été légalement assassinée.
        Bruno Dumont, un grand cinéaste a donné ce rôle de jeanne à une « enfant » de 12 ans Lise Leplat-Prudhomme.
        Que dire de plus ?

      4. @Jacques Seignan
        Greta Thunberg n’aura pas éternellement 16 ans.
        Il n’y a rien de méprisant à lui conseiller de reprendre des études un jour. Au contraire, si elle veut continuer dans cette voie, elle aura besoin d’outils pour contrer ses adversaires.
        Parce que l’enthousiasme des disciples, ça va, ça vient…
        Jeanne d’Arc (pour reprendre l’analogie) l’a constaté à ses dépends.

      5. @ arkao,
        Vous écrivez : «Greta Thunberg n’aura pas éternellement 16 ans. » !
        Waw, quelle profondeur d’analyse ! Vous vous dépassez !

      6. @Jacques Seignan
        Je me garde d’analyses plus profondes car ne trouve grâce à vos yeux que l’adulation béate.
        On n’a pas mis deux-cent ans à se débarrasser de l’oppression mentale de l’Église pour sombrer de nouveau dans l’adoration d’idoles juvéniles.

      7. Même les militants radicaux de la lutte pour atténuer le basculement climatique s’interrogent sur Greta, son avenir et ceux qui la soutiennent. Une vidéo très bien léchée circule sur les réseaux sociaux belges:
        https://www.youtube.com/channel/UCRFIJXn4jTCK3-67U1I3eKA
        Mon avis est mitigé. Ils ont raison sur le fond mais manipulation en réponse à la manipulation est-elle justifiée? Débat éthique que certains ont dû faire taire pour cause d’urgence… J’aimerais votre avis…

      8. @Alain Adriens
        Cette vidéo mériterait une discussion ailleurs qu’en fin de fil.
        Il serait bon aussi de savoir qui l’a écrite, produite et pourquoi elle est mise en ligne sur le site d’un jeune militant écologiste.

      9. @Alain Adriaens

        Merci d’avoir posté la vidéo car lorsque je l’ai posté en commentaire, il n’a pas été publié…
        Il me semblait comme Arkao (et vous) que cette vidéo méritait d’être citée, mais ce n’était pas l’avis de la modération… ?

      10. Dans la petite vidéo, très discutable, collée en lien par Alain Adriaens, plus haut, c’est la chute finale qui est la plus intéressante. Avec la scène du « likage ».

    2. Les meilleures études que puissent faire Greta, c’est celle qu’elle fait d’ores et déjà sur le terrain, ses rencontres : ses discussions avec des personnes de tous horizons, très bien informées ou très mal informées, quelle meilleure école pour se faire une idée pertinente de l’état du monde. Les connaissances viennent à elles, et pour ce qu’on sait d’elle c’est un esprit très structuré, alors c’est plutôt elle qui aurait à nous apprendre des choses.

      1. Arkao
        Honni soit qui mal y pense ! 😉

        Trève de plaisanteries, il ne s’agit pas d’en faire une sainte, seulement de dire qu’elle joue un rôle de premier plan pour ce qui est de fédérer des bonnes volontés. Et que son action sur une année, vaut bien un Erasmus puissance 10 !! C’est tout ce que je voulais dire en disant que les connaissances viennent à elles.

        Si pour vous Greta c’est aujourd’hui la voie qui mène à l’obscurantisme, que ce soit elle-même ou ceux qui ont de la sympathie voire l’admirent (et pourquoi son combat ne serait pas admirable !) on est très mal barrés.

    3. Merci pour ce commentaire , ne pas se laisser étourdir par les néons du manège et les phénomènes médiatiques , juste bien identifier les idéologies destructrices de l’environnement et du climat voila ce que tout un chacun devrait faire

    4. Deux remarques :

      Greta Thunberg n’est pas « une handicapée ». Elle est Asperger comme pas mal de personnes considérées comme « geniales » (Glenn Gould, et probablement Albert Einstein, entre autres personnes célèbres, étaient Asperger). À ce titre, sécher les cours pendant un an ou deux ne devrait lui poser aucun problème.

      Plutôt que « comme si l’avenir de nos enfants en dépendait », j’écrirais « car l’avenir de nos enfants en dépend ».

      Rappelons que cette personne a seize ans. La scolarité est obligatoire jusqu’à seize ans, et ce n’est pas à vous ou à moi de juger si elle doit poursuivre ses études ou pas.

      1. Oui, en écrivant « comme si l’avenir de nos enfants en dépendait » je voulais bien dire qu’il en dépend. Mais ce n’était pas assez clair pour un texte écrit, il me semble maintenant.

        Sur le syndrome autistique dit « Asperger » c’est-à-dire sans retard mental (1) je me rapporte à sa description http://www.autisme-france.fr/577_p_25361/le-syndrome-d-asperger.html#syndrome dont voici quelques courts extraits :
        « C’est un trouble du développement neurologique d’origine génétique. Les principales perturbations des sujets atteints touchent la vie sociale, la compréhension et la communication. Ces troubles sont la conséquence d’une anomalie de fonctionnement des centres cérébraux dont la fonction est de rassembler les informations de l’environnement, de les décoder et de réagir de façon adaptée. Le sens des mots, la compréhension et la communication sont affectés. Le sujet ne parvient pas à décoder les messages qui lui arrivent (il paraît submergé par la «cacophonie » de l’environnement), ni à adresser clairement ses propres messages à ceux qui l’entourent.
        (…) Les atteintes peuvent être plus ou moins sévères selon les personnes.
        (…) Les patients atteints du syndrome d’Asperger sont étonnants de par leur culture générale et leur intérêt dans un domaine spécifique dans lequel ils excellent. Le vrai problème : leurs difficultés d’intégration au sein de notre société. »

        Greta Thunberg est une jeune fille souffrant d’autisme « Asperger », qui n’est pas une maladie mais une condition permanente. Ce qui en fait un handicap : ce n’est pas un trouble passager. D’une manière générale je ne crois pas à l’intérêt de reculer devant les mots en croyant préserver la dignité des personnes concernées. Un handicapé a exactement la même dignité qu’une personne qui ne l’est pas, la chose est évidente, et mettre les mots sur les choses aide bien loin d’atteindre cette dignité la reconnaît : il s’agit bien d’un être humain aux prises avec une difficulté spécifique et permanente.

        La particularité de Greta Thunberg est qu’elle a choisi comme domaine spécifique de prédilection un sujet qui a une véritable importance, une importance cruciale même.

        Un grand nombre de personnes autistiques, même sans retard mental, rencontrent de grandes difficultés dans leurs vies. Certaines, par leurs efforts, compensent ces difficultés et parviennent à s’intégrer à la société. Ainsi Greta Thunberg. Ou encore Josef Schovanec dont le livre « Je suis à l’Est ! Savant et autiste, un témoignage unique » est très intéressant et les réussites impressionnantes. Mais beaucoup des autistes ne parviennent pas au même degré à surmonter leurs difficultés.

        S’agissant des diagnostics d’autisme attribués à des personnes du passé, disons qu’il y a à boire et à manger… https://fr.wikipedia.org/wiki/Diagnostics_rétrospectifs_de_l%27autisme

        (1) Je trouve dommage d’honorer le nom de ce médecin nazi praticien de l’extermination de certaines catégories de malades mentaux. Malheureusement, le pli semble être pris d’utiliser son nom pour désigner ce syndrome

  4. La haine contre Julian Assange :

    Vendredi matin, lors d’une audience au tribunal de première instance de Westminster, la juge de district britannique Vanessa Baraitser a décidé que Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, restera en prison. Ceci, malgré le fait que sa peine d’emprisonnement pour s’être « soustrait à la justice » expire le 22 septembre « ….

  5. Puisqu’on replonge dans la religion (arkao 19 septembre 2019 à 21 h 05 min
    http://www.rueil.diocese92.fr/wp-content/uploads/2019/01/jesus-parmi-les-docteurs-ingres.jpg)
    On peut relire ce passage des évangiles où le jeune Jésus (douze ans) s’entretient avec les Docteurs:
    https://www.ndweb.org/wp-content/uploads/2015/09/Luc-2.pdf
    Les mêmes évangiles sont plutôt muets sur la période que ce jeune, et sage, vécu entre ces douze ans et sa trentaine…
    Un peu plus tard, Paul, celui qui prétendait marcher dans les pas de Jésus, rapportait aux Corinthiens cet écrit: « Je détruirai la sagesse des sages, et j’anéantirai l’intelligence des intelligents. Où est le sage? où est le scribe? où est le disputeur de ce siècle? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde? » (1Co 19-20)

    (Jésus aura vécu un peu plus longtemps que Jeanne d’Arc.)
    Il aura défendu l’Amour, certainement pas en provoquant la haine de la haine de la haine…
    Cela pour dire que les détecteurs de nouveaux « fachos » ne suivent pas le bon chemin en devenant de nouveaux « antifas » haineux.
    Jésus a sans doute continué à se former, alors même qu’à douze ans il était déjà très instruit des Écritures, prenant aussi du recul et de la liberté par rapport à sa formation initiale. Il est devenu un « rebelle » dans le monde, et non le créateur d’églises diverses, variées et opposées. D’autres, en son nom, s’en sont chargés.

    1. Faut être sérieux deux minutes : dénoncer les réseaux d’extrême-droite qui ont pignon sur rue ou sur web, ce n’est pas propager la haine, c’est avant tout de l’information.

      1. @Pierre-Yves Dambrine
        Vous avez lu mon commentaire très rapidement (en dix secondes)…
        En dehors de ce qui a retenu votre attention, je mettais en évidence que la sagesse n’attend pas le nombre des années et/mais que le mûrissement portait de bons fruits;
        aussi, que les suiveurs, (Paul, Constantin, et d’autres) se détournent souvent du chemin, du bon et simple principe. Le pire, c’est que les suiveurs entraînent des foules.

    2. Non pas une réponse, mais une illustration, par le récent billet de Paul Jorion:
      https://www.pauljorion.com/blog/2019/09/22/m-alain-finkielkraut-la-paille-la-poutre-et-les-plus-petits-que-soi/

      Les « plus petits que soi » sont aussi ces gens qui pensent « au café du commerce », ces « minables » à qui il faut expliquer qu’ils n’ont pas le niveau pour s’exprimer correctement ou plutôt, conformément…
      « Heureux les simples d’esprit » …
      qui apprécient la pluie 😉

  6. La haine contre Edward Snowden :

    Le gouvernement américain tente de saisir les recettes du livre de Snowden. Selon le département de la Justice américain, les bénéfices des mémoires d’Edward Snowden, qui viennent de sortir aux États-Unis sous le titre « Permanent Record », devront tous être reversés au gouvernement . / Article du New Times paru sur Slate.fr

  7. @ Arkao : intéressant…
    Pierre-Yves parle de façon imagée :
    Greta est engagée dans un cycle de contestation, qui est un apprentissage d’une certain savoir-vivre humain (un savoir-survivre aussi, « Vivre et survivre, ;.. » le mouvement qu’avait épousé Alexandre Grothendieck…).
    Elle arrive à être au-dessus de certains « silos » et à les faire communiquer sans les casser (la science n’est pas à casser, bien que, systémiquement, elle ait beaucoup de lignes de faiblesses).

    « Les études », c’est « patronizing » comme on dit en anglais. Jésus peint par Ingres, c’est 1850 ans après l’original et donc 1800 ans après les percées sur la revisite en profondeur de l’individualisme que formalisera (et orientera un bon peu) le St Paul de Tarse , je renvoie à ce que Paul en dit par ailleurs, et le point de bascule par rapport à la gestion des « grands collectifs » que cela a pu représenter (pas « la » solution, mais le fait qu’il en fallait une, pour cette branche de civilisation).
    Donc la fraicheur du primo-découvrant (pas tout à fait du « débutant ») est ici le bon ingrédient, sans être le zèle du néophyte. J’ai souvent vu le même effet sur la profondeur de vue de ceux qui sont, en science, les premiers à tomber sur une vraie nouveauté, et qui ne sont pas encore intoxiqués par les logiques préfabriquées qui se construisent ensuite et bloquent l’étendue de ce qu’on peut faire ou entrevoir avec l’outil nouveau. C’est un peu ce que dit Stiegler dans le séquencement lié aux innovations des « supports de mémoire » , adaptation (et désublimation, effets négatifs) puis adoption (ça repart). Ainsi les grecs virent ce qu’on pouvait tirer d’une langue « possédant la logique » via l’asymétrie des propositions, et rapidement on a pu voir un Aristote passer le monde entier (de l’époque) dans ce crible là et aller très loin, plus loin que « sur les épaules des géants » de son époque (merci Jean de Salisbury). C’est cette « prime aux primo-accédants » à une vision nouvelle qui est bonne. Et dans le cas de Greta, certes elle n’est pas elle-même dans l’élaboration du substrat de la connaissance du climat, mais elle porte le fer exactement là où les élites sont dans la force du déni, c’est une vision de type « savoir survivre » nouvelle qui est là sous nos yeux, même si par derrière des tas de forces et d’influence agissent. Je force un peu le trait, mais il y a de ça…

  8. Le négationnisme des fascistes (encore un !…) signera leur perte, car le réchauffement climatique, la raréfaction des matières premières et l’épuisement des sources d’énergie (fossiles) sont des faits particulièrement têtus, de mieux en mieux connus de tous et de toutes, et dont les effets ne vont guère tarder à se faire sentir douloureusement. Qu’ils se discréditent et se suicident politiquement, c’est une aubaine pour la démocratie… pourvu qu’ils ne parviennent pas à nous entraîner dans leur propre anéantissement ! c’est à nous de jouer.

  9. Si Greta ne va plus à l’école, ce n’est pas grave du tout.

    Il y a pas mal de raisons qui ne l’y obligent pas:
    1. Il vaut mieux que Greta continue sa tâche de pression sur les gouvernants et d’exemple intègre pour d’autres jeunes. Son role social sera plus grand que si elle retournerai à l’école. C’est une vision utilitariste de son compbat (tout comme, à l’inverse, de grosses entreprises soutiennent des lobbys climatosceptiques).
    2. D’autres enfants à 16 ans ont déjà fini d’apprendre, soit faute de système scolaire (dans des pays où peu vont à l’école), soit parce qu’ils se mettent en marge du système scolaire, essuyant échec après échec jusqu’à leur majorité. A 16 ans, elle en sait beaucoup plus qu’une grande majorité des jeunes de son âge et pourrait s’en sortir très bien à l’avenir.
    3. Ne pas aller à l’école est un exemple de désobéissance civile: pourquoi y aller si tout y est appris en sorte à maintenir le système en place? Je remarque que ce sont souvent des personnes plus agées qui sont choquées de la voir ailleurs qu’à l’école et souhaitent absolument qu’elle y retourne. A croire que la place des jeunes est de rester enfermé dans un bahut et de réciter bêtement ce que le prof leur raconte. C’est très parternaliste et condescendant.
    4. De manière plus « existentialiste »: un con qui marche va plus loin qu’un intellectuel assi sur un banc (ou derrière son écran). Je préfère donc qu’elle marche, navigue, parle en public que de redevenir inactive sur les bancs de l’école.
    5. Et une dernière raison, plus philosophique: à quoi bon aller à l’école si son avenir, et celui de toute sa génération, semble foutu? Paul Jorion ne peut que confirmer 😉

  10. La haine contre Greta n’est pas seulement de droite.
    Lire M Onfray: https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/greta-la-science

    Nous sous-estimons la jalousie, pas nécessairement politique, que suscite le succès médiatique.
    « qu’a-t-elle de plus que moi » « pensent » les con.ne.s.

    Autre chose, je ne suis pas un anticapitaliste sectaire, mais suis conscient de ses excès. Pour les combattre, je proposerais:
    1) L’état reconnait le droit de propriété à condition de pouvoir en connaître les propriétaires physiques. Ceci entraine la confiscation des biens possédés par des sociétés écrans de paradis fiscaux.
    2) On limite le droit de propriété intellectuel. C’est souvent par là que les firmes gonflent artificiellement leurs coûts et d’autres leurs bénéfices.

    Encore autre chose et un rappel:
    Destruction = Population * pouvoir d’achat moyen. Soit en abrégé:
    DES=POP*PAM.
    Avec DES quasi= PIB et PAM quasi= PIB/POP.
    Cette évidence reste un tabou . Jancovici l’implique , mais sans le dire crûment.

      1. Comme si il fallait être de gauche pour protéger l’environnement , c’est un peu vite oublier les ravages du communisme sur la nature

      2. Onfray n’est donc pas guidé par une préférence pour Camus contre Sartre ou pour Nietzsche contre je ne sais qui, mais par le meilleur rendement éditorial pour ses bouquins !
        Car la gauche, en morceaux enter les Mélenchon, Autain, Ruffin, Hamon, et autre roses verts, ça n vend pas beaucoup de bouquin (Piketty a surtout vendu… à l’étranger, merci Baverez), tandis que avec de l’Asselinisme, ça peut payer sur les ventes web (mode conseil Amazon : vous avez aimé Chouard ? essayez Onfray !) .

      3. @Dundee
        Rythme effréné de l’actualité.
        Va falloir qu’on nous greffe un deuxième cerveau pour pouvoir suivre en temps réel 😉

      4. Onfray me semble dériver sur le chemin de Deat et Laval : Du socialisme au nationalisme.

        Le nationalisme est la meilleure arme des extrêmes riches. En plus, c’est gratuit et ça s’auto-déclenche.

      5. @ Arkao « Rythme effréné de l’actualité.
        Va falloir qu’on nous greffe un deuxième cerveau pour pouvoir suivre en temps réel »

        Yepa Arkao, Nous sommes imparfaits et c’est merveilleux, tant encore à apprendre ! Les « parfaits » ou les ceusses qui se voient ainsi, sont hélàs, souvent, de vrais « imbitables » les pôvs…., isn’it ?
        Il y a une très nette différence entre tendre vers et se prendre pour.
        Ben disons, que quand il y a beaucoup trop de nuages, le soleil est filtré et son énergie diminuée, sans parler de sa capacité de pénétration de la matière. Du coup les panneaux capteurs font la gueule. Un bon coup de Mistral et hop ! Libre à vous de vous positionner en mode « hybride »…et de ne pas vous laisser niquer les neurones par les flux délirants de l’hack tue, mais elle ne rend pas sourd, quoique… 😉

        Toyota teste une Prius alimentée par le soleil
        « Le constructeur automobile japonais espère grâce à ce projet sortir un jour une Prius qui n’aura besoin d’aucun système de recharge filaire. »
        https://fr.reuters.com/article/technologyNews/idFRKCN1VX16M-OFRIN

        Énergie : des panneaux solaires ultra-efficaces même par temps nuageux
        Le 23 mai 2019 à 00h00 mis à jour 23 mai 2019 à 12h43
        https://www.science-et-vie.com/technos-et-futur/energie-des-panneaux-solaires-ultra-efficaces-meme-par-temps-nuageux-49665

      6. « Le nationalisme est la meilleure arme des extrêmes riches. »

        Ah ben vi, comme…. Steve bannon zé consorts ?

        « Stephen Bannon, le cheval de Troie de l’extrême droite américaine
        Le conseiller en chef de Donald Trump est aussi le cofondateur de Government Accountability Institute (GAI), une ONG qui, selon Bloomberg, « construit des dossiers factuels et circonstanciés contre des cibles politiques majeures ».
        Par Maxime Robin Publié le 22 novembre 2016 à 10h19 – Mis à jour le 22 novembre 2016 à 10h19

        « Bannon vit à Washington, dans une maison que tout le monde ici appelle la Breitbart Embassy. À un jet de pierres du Capitole, face à la Cour suprême, Bannon évolue physiquement au cœur du système qu’il veut brûler. Depuis sa cave, avec son commando de journalistes, il coordonne des attaques médiatiques ciblées. Sa plate-forme nationaliste et populiste, Breitbart News, attire les millions d’Américains qui détestent les médias, accusés de collusion avec les puissances d’argent en général et l’équipe Clinton en particulier. Financièrement soutenu par de mystérieux donateurs, Bannon est d’abord rentier. L’origine de sa richesse : des parts dans la série Seinfeld. Ce monument d’humour juif, symbole du New York libéral, est sa poule aux œufs d’or : chaque rediffusion dans le monde entretient sa fortune. »
        https://www.lemonde.fr/m-moyen-format/article/2016/11/22/stephen-bannon-le-cheval-de-troie-de-l-extreme-droite-americaine_5035650_4497271.html

        «Steve Bannon se voit comme quelqu’un faisant l’histoire»

        « « Bannon passe plus de temps à solliciter des millionnaires qu’à débattre d’idées »
        « Il voyage en avion privé et descend dans des palaces. Qui le finance ? On voit beaucoup à ses côtés John Thornton, l’ancien président de Goldman Sachs, aujourd’hui un important investisseur en Chine… »

        « C’est un ami des années Goldman Sachs. Mais je ne comprends pas très bien pourquoi il se montre aussi facilement aux côtés de Steve Bannon, connaissant les positions anti-chinoises de ce dernier. On peut se demander ce qu’il peut tirer de cette relation mais il le soutient politiquement et croit en lui. Je ne suis pas sûr qu’il aille jusqu’à l’aider financièrement. Erik Prince, le fondateur d’Academi (anciennement Blackwater), la plus grande société militaire du monde, est aussi très présent. Bannon le pousse à faire de la politique mais je pense que Prince aimerait surtout engranger des contrats et remplacer, avec ses hommes, les troupes américaines en Afghanistan. Un homme comme Guo Wengui, le milliardaire chinois réfugié aux Etats-Unis, est très clairement quelqu’un qui le finance. A quel niveau, je ne sais pas, mais certainement pour ce qui est de ses films comme « Trump@war ». Vous savez, Steve Bannon passe plus de temps à solliciter millionnaires et milliardaires et autres responsables de fonds d’investissement à risques qu’à débattre d’idées. »
        https://www.lopinion.fr/edition/international/steve-bannon-se-voit-quelqu-faisant-l-histoire-197455

        Am stram gram Pic et pic et colégram Bour et bour et ratatam Am stram gram Pic !

      7. Comme quoi il est toujours intéressant d’aller à la source, et de voir les procédés détestables utilisés pour catégoriser ou marquer les gens, et de constater ensuite les effets de dispersion dans la foule. En ce sens, Jacques Seignan, si tu me lis, tu files un mauvais coton, permet moi de te le dire.

  11. arkao
    20 septembre 2019 à 13 h 21 min
    « @Alain Adriens
    Cette vidéo mériterait une discussion ailleurs qu’en fin de fil.
    Il serait bon aussi de savoir qui l’a écrite, produite et pourquoi elle est mise en ligne sur le site d’un jeune militant écologiste.
     »
    https://www.youtube.com/channel/UCRFIJXn4jTCK3-67U1I3eKA
    D’accord pour que la discussion se fasse ailleurs qu’en fin de fil.
    Vous pouvez proposer à notre hôte d’en faire un billet spécial 😉

    Anita sera retournée à l’école de formation professionnelle pour adulte, avec l’option « formation accélérée », sans doute un peu trop accélérée…

    1. Pourquoi remettre le lien de cette video à vomir ?

      Certes ça illustre bien oû peut mener la haine contre Greta : lui conseiller de se flinguer !
      En fait avec des salopards se disant verts (souhaitant le buzz) on a des méthode typiques d’extrême droite.

      Ce soir nous pourrons voir des dizaines de vidéos des jeunesses mobilisées dans le monde entier, grâce à son impulsion initiale.
      Je vous laisse à tous ces commentaires rances. Elle a semé les graines d’espoir, elle est en train de gagner et c’est ça qui compte.

      1. Mais qu’est ce qui vous arrive ? C’est plutôt vous qui paraissez haineux !
         » lui conseillé de se flinguer  » : sous entendu que c’est ce que la vidéo conseil ? vous ne voyez donc que ça ? sérieusement ?…
         » des salopards  » ? et bien…
        « Ce soir nous pourrons voir des dizaines de vidéos des jeunesses mobilisées dans le monde entier, grâce à son impulsion initiale. » oui la jeunesse se mobilise de plus en plus, oui les vidéos des ces jeunes vont en inspirer plein d’autres, et c’est ce qu’il faut !! En quoi devrions-nous opposer les vidéos ?…

        Dans l’article que je viens de posté au-dessus : Bogaerts. « Certains sont persuadés que l’avenir sera une sorte de grand ordinateur où les gens seront hyper-connectés, avec énormément de matériel et de supports. Or nous, on pense au contraire qu’on sera forcé à une résilience matérielle non-choisie qui sera violente et donc beaucoup de personnes vont en pâtir, justement car la technologie repose sur énormément de ressources. Et ce sont celles-ci qu’on épuise! Je ne prétends pas que notre film abordera tous les aspects de l’écologie, mais l’idée est de se questionner à travers l’icône. De se dire que ce n’est pas parce qu’on a aimé la page Facebook de Greta Thunberg qu’on croit être engagé et qu’on a conscience de ce qui se passe. Il faut voir plus loin! »

      2. @Jacques Seignan
        Je suis d’accord avec vous, cette vidéo est très dérangeante et très transgressive.
        D’un point de vue cinématographique, oserais-je dire qu’on y retrouve les caractéristiques d’un certain cinéma belge (de « C’est arrivé près de chez vous » à « Dikkenek »).
        Je n’interprète pas la fin comme vous. On pourrait y voir une mise en garde à l’adresse de la jeunesse, un message d’alerte à l’intention de Greta. Ne pas se laisser déborder par le système médiatique, rester maitre du jeu.

      3. @Jacques Seignan
        J’ai remis le lien pour référence car ne pouvant pas « répondre » à ce niveau d’indentation.
        Alain Adriaens qualifiait la video de « très bien lèchée ».
        Il n’est pas inutile de la visionner pour s’en faire une idée, la juger… pour comprendre comment, avec soin, les « salopards » s’y prennent pour séduire.

        « se disant verts (souhaitant le buzz) » ou autres, oui, il y en a partout, bien mis sur leurs personnes, habilles, séducteurs…

  12. Cette vidéo est immonde – point barre. Ceux qui s’interrogent sur le camp auquel appartiennent ceux qui l’ont faite auront sans aucun doute de très mauvaises surprises.

    Ceux d’en face ont les moyens, ils savent entre autre comment diviser pour régner, et ils nous ont d’ores et déjà infiltré. Nous sommes prévenus.

    1. Dans cette lutte il n’y a pas de camp d’en face , personne ne monopolisera la lutte pour l’environnement , surtout pas ceux qui consomment le plus

      1. C’est quoi ce lien ? une etude anthropologique sur les costumes hugo boss pendant la deuxième guerre mondiale ? Qu’avons nous à faire de tout ce folklore ? Quel rapport entre la preservation de l’environnement et le national socialisme ??

      2. hitler etait vegetarien il aimait beaucoup les chiens et les gens le saluaient quand il passait dans la rue , heidegger est retourné vivre dans son village natal et à vécu comme un berger … Bon et après , c’est un peu léger , ce ne sont pas eux les pères de l’écologie profonde !

  13. Vidéo violente et sinistre. Un mélange atterrant d’aquabonisme et de nihilisme. Une sorte de « no future » complètement désespérant (et non pas désespéré comme ont pu l’être les punks, par ailleurs pleins d’énergie). Œuvre de contre-subversion (pro-)capitaliste ? Sous-entendu : le système est trop fort, il est partout, tu n’as d’autre alternative que de te supprimer si tu veux lui échapper ; une variation déprimante de 1984, en quelque sorte. L’entourage de Greta Thunberg ressemble-t-il vraiment à ce que l’on nous présente à l’écran ? On aimerait en savoir plus (mais alors, beaucoup plus !) sur l’équipe de ce « nouveau média » intitulé le Biais Vert (8 personnes…) et de ses sources de financement.

    1. Oui le Biais Vert, je me suis tout de suite posé la même question, essayons de savoir (et trouvons vite : même ici certains se sont dits : « Avec un nom pareil, c’est sûrement des bons ! »).

      Je me souviens, à San Francisco, juste avant la Guerre du Golfe, dans les réunions pacifistes, les gars qui se bousculaient au portillon en en remettant une couche : « Prenons d’assaut les bâtiments du gouvernement ! », et qui puaient l’indic à 100 mètres.

      1. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mr_Mondialisation

        « Depuis septembre 2018, Mr Mondialisation accompagne la réalisation du JTerre, une émission web lancée par François Legrand et Félicien Bogaerts et à laquelle une dizaine de youtubeurs sont associés. L’ambition est « de donner naissance au premier journal du web dédié à l’actualité environnementale »[10]. »

        Tiens donc, on tient une piste ?

  14. Après avoir regardé une autre vidéo du  » Biais vert  » au contenu louable d’un point de vue écologique mais au phrasé quasi-cynique venant d’un jeune homme BCBG qui n’oublie pas de réclamer de vrais billets verts à la fin de sa prestation visuelle, j’ai remonté la filière des liens proposés pour arriver au mouvement citoyen  » La Voix  » et à un article du Figaro qui en parle comme étant une émanation d’une ancienne militante du Modem : Madame Quitterie Villepin qui hier géra  » la stratégie d’influence digitale de François Bayrou lors des élections Présidentielles de 2007  » après avoir travaillé à des campagnes de communication pour le compte de Max Havelaar, de Greenpeace & Les Amis de la Terre. Je mets sous le regard bienveillant du propriétaire du lieu les deux liens commentés pour que tout le monde puisse se faire un avis :
    1/ https://www.facebook.com/lebiaisvert/videos/le-biais-vert-01-une-politique-pas-tr%C3%A8s-classe/1865002207157162/
    2/ Article du Figaro : http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/05/02/35003-20170502ARTFIG00004-ma-voix-le-mouvement-qui-presente-des-citoyens-tires-au-sort-aux-legislatives.php

  15. Petit rappel historique :
    dans les manifs j’entends que les « vieux » seraient accusés de tous le maux de la terre (c’est le cas de le dire)

    il faudrait p’t les informer ou leur rappeler qu’il y eut des « illuminés » dès les années 70, qu’on pouvait aussi dénommer « hippies » qui déjà étaient alarmés et essayaient d’alarmer sur le climat et la biodiversité en péril, (pas que les célèbres Gorz, Dumont, Tazieff, et pleins d’autres) aussi des militants de base sans armes, sans moyens, juste leur conviction, et même un parti politique le PSU (attention pas celui de Rocard, c’est drôle d’ailleurs personne ne se souvient qu’il y eut une femme à sa tête durant plus de 10 ans – Huguette Bouchardeau – mais une femme ? personne ne peut s’en souvenir, elle est totalement occultée) avec des courants mots d’ordre « Vivre au pays » des courants pro-paysans (GOP) ; certes ce fut un petit parti, mais il restait très ouvert à un tas de courants (mais je vais pas vous en faire l’historique)
    il y avait d’autres partis « Vert », dont Brice Lalonde…
    Alors remettre un peu les pendules à l’heure ce serait pas si mal.
    Hier bref échange, avec un mec de 30/40 ans qui est tombé des nus quand je lui en ai dit 2 mots, à chaque fois c’est pareil les gens tombent des nus… c’est assez fatiguant à la fin !

  16. Le blog de Paul Jorion est celui du banquier repenti.
    Libéral, progressiste, suppôt du capitalisme vert et de son égérie Greta.
    Obsédé par la température comme les capitalistes de droite morbides par leurs chiffres.
    Al Carbone est alors le fond de Greta,
    Ne dîtes plus Greta Thunberg, dites capitalisme, toujours vert.
    Il fallait être naïf ou parfait salop pour croire en Greta.
    A bas toutes les couleurs du capitalisme, et surtout sa religion verte.
    A bas Greta et ses couettes,
    Et puisqu’on ne combat pas le capitalisme avec des bouquets de violettes :
    A bas ce blog de droite !
    ET QUE VIVE L’ANARCHIE DES METEORES !

    1. Tiens, je ne dis pas souvent « faux pavillon », mais là, mon cher Gauleiter, vous auriez pu faire un tout petit effort pour cacher vos sympathies ! La fachosphère a trouvé son nouvel idéal : pas la fin d’une race inférieure en particulier, tout le monde cette fois ! Sieg Heil, mon cher !

    2. Probablement en réaction au « banquier repenti », l’un de vous m’écrit :

      « Monsieur Jorion, vous nous avez souvent répété que vous étiez dans le “réacteur” lors de la crise des subprimes. Est-ce à dire que vous avez participé d’une façon ou d’une autre à son émergence, dans la mesure où on ne peut pas être à la fois “in” et “out” ? Et, cette expérience est-elle à l’origine de votre aversion pour la finance et ses excès spéculatifs ? »

      Je viens de lui répondre :

      « En 2000-2004 j’étais dans le secteur prime à San Francisco. En 2004-05 j’ai travaillé à Los Angeles dans le financement de la voiture d’occasion. J’ai écrit mon bouquin après en avoir été viré (le secteur était mafieux – je n’étais pas leur genre). À la recherche d’un emploi en 2005, j’ai délibérément visé le secteur subprime (dont j’avais pronostiqué la chute), j’y suis entré quand (comme je l’annonçais) les dés étaient jetés. J’ai fait ce que j’ai pu pour renverser la tendance (bagarres mémorables), mais il était trop tard (toute la plomberie était nase) et c’était une énorme machine. »  

      J’ajoute en réponse à « cette expérience est-elle à l’origine de votre aversion pour la finance et ses excès spéculatifs ? »

      que j’étais un militant d’extrême-gauche dès l’âge de 15 ans. L’invitation qui m’était faite en 1990 d’entrer dans la finance était une aubaine. Ceci dit, j’étais ouvert à l’idée que je devrais peut-être réviser mes a priori.

      Ce ne fut pas nécessaire : les intuitions de mon père – qu’il m’avait instillées – étaient excellentes.

      1. Pas du tout : je jouais cartes sur table, et nul n’ignorait mes opinions politiques. Evidemment, si je n’avais pas eu l’habitude de résoudre des problèmes de programmation sur lesquels mes petits camarades calaient, ç’aurait sûrement été une autre histoire 😉 !

    1. arkao,
      je me suis fait violence, et j’ai donc visionné ce film.
      Je confirme : il est abject.
      Ce film est un pur procès d’intention, malhonnête intellectuellement, et mortifère.
      Je m’étonne que Cédric y fasse référence.

      1. @Pierre-Yves Dambrine
        Cédric Chevallier étant un familier (ami?) du blog de PJ, posez-lui la question.
        Il est possible que cette vidéo tombe dans les oubliettes rapidement (tout va tellement vite en ce moment). Auquel cas n’en parlons plus.
        Si elle fait le buzz et qu’elle sert de support aux détracteurs de Greta Thunberg, il faudra que leurs auteurs s’expliquent sur leurs financements (vidéo techniquement très élaborée, éloigné du style Youtoubeur bricolé dans le garage ou sur le canapé du salon), leurs motivations, le sens de leur discours.
        Ce qui a mon avis choque beaucoup de monde ici, ce n’est pas seulement le nihilisme qui s’en dégage, mais le fait qu’il soit porté par un support cinématographique de qualité d’un point de vue formel. Ces gens maitrisent parfaitement la technique, l’art du cadrage et du montage et c’est aussi en cela qu’ils paraissent dangereux, parce qu’ils sont pro.

      2. Je plussoie.

        Une des personnes à l’origine de cette horreur est apparemment considérée comme digne de confiance par les rebelles de l’extinction en Belgique. C’est pourquoi je parle d’ « infiltration ».

  17. Dans la rubrique « qui finance qui , »
    @Dundee
    nous parle de «Steve Bannon se voit comme quelqu’un faisant l’histoire» et de Goldman Sachs…

    Il y a aussi BlackRock « Ces financiers qui dirigent le monde – BlackRock | ARTE »
    https://www.youtube.com/watch?v=Abz3Ab9HhaQ

    Le reportage laisse entendre que ces financiers déclarent -font mine de- développer le social tout en précisant qu’ils mettent les intérêts des actionnaires en première place !

    1. Dans la même rubrique « qui finance qui ? »
      Vincent (21 septembre 2019 à 11 h 24 min) indique une piste à propos de Mr Mondialisation et fournit le lien Wikipédia.
      Mais qui donc finance Wikipédia ?

    2. Ah oui très bon documentaire j’ai trouvé. Franchement je ne connaissais pas BlackRock ou bien je n’avais pas prêté attention à cette puissance. J’avais bien entendu parlé des fonds de pension Norvégiens ou des pays comme le Qatar, et autres pétromonarchie, mais là BlackRock j’étais passé à côté.

      Bien aimé le nom de leur IA à ces dingos : Aladdin ! Trop bon.

      Tiens, en parlant de génie, essayez de penser à Greta sur Akinator pour voir si il la trouve :

      https://fr.akinator.com (en 18 questions…)

      1. @CloClo
        Moi non plus je ne connaissais pas BlackRock, ni Aladdin.
        Par contre Aladdin doit « parler » à notre hôte 😉

        C’est assez révélateur, sur un fil tel que celui-ci, qu’on en vienne à s’interroger sur qui finance qui !
        Mais je trouve tout aussi révélateur qu’on parvienne aussi vite à hitlerum.
        Bien sûr qu’il y a un « camp de la mort », mais je ne suis pas certain (!!!) qu’il faille, en face, se laisser diviser, alors même que nous le sommes de trop, faisant le jeu du « camp d’en face ».
        En fait, il me semble qu’il est trop facile d’y jeter ceux qui ne manifestent pas, d’emblée, la conformité.
        Au café du commerce, le bon sens s’exprime dans tous les sens, ce qui n’implique pas, d’être (dis)qualifié de « minable ».

        En passant, merci à Paul Jorion de laisser s’exprimer les « non-alignés »: ceux-là nous font sortir de notre zone de confort. Il nous faut accepter de parler avec les distants, c’est mieux que de rejeter ceux qui ne le sont pas tant que ça, pour un mot de travers ou une idée mal exprimée.

  18. La haine contre Greta Thunberg :

    Titre hallucinant de l’Express :  » Pourquoi je combats Greta Thunberg  » par Laurent Alexandre, le type qui s’imagine qu’on va vivre 1000 ans et qui délire sur les estrades pour capter des fonds privés en racontant des histoires à dormir debout …

    L’article est assez drôle à l’heure où Deutsch Bank licencie 18000 personnes, que Ford licencie 12000 personnes, que la Société Général licencie 530 personnes et que les Gilets Jaunes se font amputer et molester sans plus pouvoir manifester librement dans les rues de France. M.Alexandre pétri de mauvaise foi craint que Greta Thunberg ne multiplie les  » Gilets Jaunes  » tandis que c’est le système rapace actuel qu’il soutient ardemment qui les crée à la pelle, que les populations s’appauvrissent considérablement. Quand un scientifique se met à combattre une enfant, on peut se dire que le naufrage intellectuel n’est plus très loin. Non content que les peuples aient sauvés les banques européennes en faillite en 2008 avec 1700 milliards à la clé puisés dans leurs poches, monsieur Alexandre, l’halluciné de l’intelligence artificielle a décidé de combattre la jeunesse internationale par voie de presse. Il semble que la parution de son article soit en accointance avec la vidéo douteuse produite en Belgique, un tour de passe-passe idéologique pour décourager les énergies militantes et les esprits éclairés afin d’accepter l’asservissement qui vient suite aux prochaines contre-réformes macronistes. Une histoire sinistre et drôle à la fois où de vieilles barbes nie le réel dévasté, la sixième extinction des espèces, le réchauffement climatique et la crise économique mondiale sur fond de guerre larvée dans le détroit d’Ormuz. Abjecte. Tout cela, nous le devons au système défendu par monsieur Alexandre. Greta Thunberg n’y est pour rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.