Films-culte et milieu bancaire

La première des 6 leçons que j’ai données à l’Université catholique de Lille durant l’année académique passée, sur le thème « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain », était consacrée à 4 films dystopiques : On the Beach (Le dernier rivage), Terminator, Elysium et Interstellar.

J’ai retravaillé ces jours-ci cette leçon pour l’intégrer dans le livre que Vincent Burnand-Galpin et moi rédigeons en ce moment : État d’urgence. Comment sauver le genre humain.

Et cela m’a conduit à m’intéresser à la notion de « film culte ». Du coup je viens de revoir ces jours-ci V for Vendetta, Fight Club, et ce soir The Usual Suspects. Et si rien ne m’arrive d’ici-là, ce sera le tour demain du Rocky Horror Picture Show.

Ce soir j’ai résolu un mystère vieux de vingt ans. Une banque californienne m’avait viré dans des conditions particulièrement dégueulasses (je venais d’achever un projet pour le grand patron, dont il était particulièrement fier – j’ai déjà raconté cette histoire), mais cela ne m’a pas empêché de toujours penser à cette banque avec une grande tendresse en me disant que j’en gardais un excellent souvenir. Ce qui était quand même curieux.

Ce soir, en regardant The Usual Suspects, j’ai soudain compris. Un souvenir m’est revenu : celui d’une collègue (maîtresse secrète d’un des boss), qui m’avait un jour dit en confidence : « Tu sais le surnom qu’ils t’ont donné ? » Je n’en savais rien. « Keyser Söze ! »

Partager :