Le coronavirus et le Père Noël

1° Je lis certains des commentaires ici (et je suis sûr que c’est encore pire ailleurs – il y a quand même une auto-sélection…) : « comme le dit le professeur Raoult le virus est sûrement en train de muter », « une sorte d’auto vaccination bio et naturelle », « le nombre de cas dépistés ne veut rien dire », « le professeur X précise qu’il n’y a pas de 2ème vague et il évoque les effets délétères de certaines mesures barrières », etc.

2° Je constate que ces commentateurs mettent entre parenthèses sans broncher le principe quand même largement admis que les mêmes causes produisent les mêmes effets et qui si l’on remet en place les mêmes causes (par le déconfinement, par la négligence des gestes barrières) on retrouvera les mêmes effets (contaminations et décès à la clé).

3° Je ne peux m’empêcher de repenser au « principe du Père Noël » que rappelait un autre de mes maîtres :

Les journaux disent tous les jours que les progrès de la science, Dieu sait si c’est dangereux, etc., mais cela ne nous fait ni chaud ni froid. Pourquoi ? Parce que vous êtes tous, et moi-même avec vous, insérés dans le signifiant majeur qui s’appelle le Père Noël. Avec le Père Noël, cela s’arrange toujours, et je dirai plus, ça s’arrange bien !

Jacques Lacan, Le séminaire 1955-1956. Les psychoses, pp. 361-362

4° Je me pose la question : quand atteindrons-nous l’âge où nous cesserons de prendre avec un enthousiasme mal dissimulé, des vessies pour des lanternes ?

5° Le temps presse malheureusement.

Partager :

51 réflexions sur « Le coronavirus et le Père Noël »

  1. Bien d’accord avec vous, je m’arrache les cheveux avec certains de mes contacts Facebook qui veulent débattre en refusant de s’informer.
    Du coup je me réfugie sur votre blog, ça rafraîchit l’esprit !
    C’est un bon détoxifiant contre les réseaux sociaux je trouve d’ailleurs.

    1. Pareil.

      Des personnes que j’estime, partagent les mêmes messages de prophètes bidon, avec la conviction d’avoir une pensée libre.

      1) pas un mot de ce qu’ils expriment ne vient d’eux mêmes.

      2) l’algorithme qui les promène est palpable, mais ils ne voient rien.

      L’envie de croire est un poison sans antidote.

  2. Il me vient que l’on a beau s’agiter, certaines personnes ne démordent pas d’accélérer vers le précipice. Du coup la chute sera leur remède. Et si on tombe avec eux on aura sans doute quelque chose à en tirer.
    En tout cas de ma maigre expérience je n’ai jamais changé comme ça parce que j’en avais envie. J’ai été contraint de changer dans des situations où je devais inéluctablement m’adapter. Donc j’imagine qu’il en va ainsi pour tout être humain.
    Mais restons fidèle à votre devise: soyons optimistes, le monde évolue dans le bon sens, tout dépend de l’échelle à laquelle on se place !

  3. Les gens sont penchés sur leur smarphone, zappant de site en site sans prendre le temps de réfléchir, d’avoir un recul sur les choses,. Et lorsque la peur est là, ils s’accrochent au premier messie qui passe, pour se rassurer.

    L’étape suivante, c’est de voter pour des clones de Trump… car ils ne leur disent pas b la vérité, juste ce qu’ils souhaitent entendre.

    J’aimerai quand même entendre un anti-masque anti-geste barrière me dire ce qu’il en pense de sa liberté lorsqu’il est juste avant de se faire intuber en réa (où arrivé à cette étape il a 40% de risque de mourir).

      1. Cela dit, l’histoire est non vérifiable à ce jour et donc non prouvée (cf. Check news de Libé) !
        Or, ce qui s’affirme sans preuve peut être rejeté sans preuve.
        Donc… Darwin Award seulement SI avéré ! ^^

        P.S : c’est pourtant le Figaro qui rapporte l’affaire et non le Gorafi (cela devient délicat si la différence s’estompe entre les 2 « canards ») :/

  4. Cet enthousiasme permet sans doute de ne pas sortir de cette état de jouissance dans lequel nous sommes englué. Cela fait plus de quarante ans que l’on nous martèle que seul compte notre capacité à assouvir nos envies sans entraves. Le réchauffement climatique et le covid-19 viennent nous rappeler que nos actes ont des conséquences. Si on a pu voir un élan d’altruisme lors de la phase de confinement, l’égoïsme reprend tout doucement ses droits. Tout ce qui entrave notre « liberté » doit être repoussé. Bas les masques!
    Si l’être humain n’est pas capable de comprendre que ce virus est le voyant qui clignote avant la panne sèche alors peut être ne vaut il pas la peine d’être sauvé.

  5. Telles aussi les croyances délirantes, où le sujet affirme un complexe comme une réalité objective.. p.25 Les complexes familiaux dans la formation de l’individu / Jacques Lacan

  6. Il faut dire qu’avec la danse du quadrille gouvernementale sur les masques, (4 pas en avant , 4 pas en arrière, 4 pas sur le coté, 4 pas de l’autre coté) cela n’a rien de mobilisant et donne de l’eau au moulin aux « je-m’en-foutismes », à la provoc et aux pseudo rebelles.
    Il semblerait que pour le gouvernement imposer le port du masque partout quand le virus court, ce soit plus délicat qu’appuyer sur le bouton nucléaire…D’ailleurs, on espère que jamais ce genre de décideurs n’ait à se poser de problèmes cruciaux; vous imaginez, s’ils avaient par hasard à décider quoi faire en cas passage de nuage radio-actif , ils pourraient nous dire que le nuage s’est arrêté aux frontières et est resté chez le voisin…Imaginez, ce que l’élite de la haute administration française pourrait décider en cas de transfusion sanguine contaminée, ou de prion dans l’alimentation, …d’abattoir insalubre, d’insecticide cancérigène et tueur d’abeille, d’amiante, de stockage d’engrais imprudent, de sauvetage de banques impénitentes …Non , non tout ça n’est jamais arrivé chez nous et tout cela n’est que fiction . Nous avons la meilleure administration du monde, tous les médias le disent…La preuve on va donner des leçons au Liban, c’est tellement de bon goût et pas dangereux du tout dans un pays qui est le théâtre d’opérations de ses voisins turbulents, et où la guerre civile est toujours latente . Que voulez-vous c’est cela le tact français, notre narcisse national doit y aller pour que la main qui donne s’expose outrageusement au-dessus de celle qui reçoit et lui fasse la leçon. Vous comprenez, ils ont tellement de leçons à recevoir de notre génie national, de notre petit prince des boulettes…
    On ne va pas lui parler des choses qui fâchent comme le réchauffement climatique, la désindustrialisation, le local…Et les jeunes dans tout cela? Ils seront contents d’apprendre qu’on va les faire participer au jeu de chaises musicales de l’emploi: désormais on paye celui qui les discriminait pour qu’il les embauche, et on ne va pas regarder ce qui se passe en coulisse pour retirer la chaise à d’autres. À activité constante, voire décroissante, on comprend bien que le nombre de places est fixé d’avance. De plus j’ai peur que la chaise qu’on leur propose ne soit qu’un strapontin…Il y a les marchands de sommeil en France, et on institutionnalise sur le même modèle le « marchand de vie » qui attend qu’on le paye pour vous ouvrir la porte et vire le moins-disant… Au fait c’est quand qu’on se met à la planification?

  7. Le père Noël change de déguisement avec les époques, en techno-capitalisme c’est « la main invisible » et « les scientifiques vont bien trouver une solution »…et « bonne nuit les petits ».

  8. Cela me fait penser à un autre mythe hollywoodien, le bon, le méchant et l’happy end.
    Qui prend ces derniers temps la forme un peu plus à droite, le méchant, le flic et la prison/cimetière.
    D’ailleurs, les séries policières regorgent de référence aux bienfaits de la surveillance de masse pour épurer notre monde des méchants afin que nous puissions vivre dans le bonheur. Signe patent de l’influence de la culture asiatique sur la production de ce puissant outil d’avilissement aux mains des USA.

  9. Oui ça devient très fatiguant tout ce conspirationnisme et la confusion qui règne dans les esprits. Les choses simples paraissent trop simples et les choses complexes alimentent la parano : dans un cas comme dans l’autre, les explications foutraques fleurissent.
    Je me demande souvent qui sont mes contemporains, et qu’est-ce qui a bien pu se passer pour qu’ils pédalent autant dans la semoule lorsqu’ils cherchent à comprendre le monde.

    1. Vos Con – temporains sont probablement de purs produits d’un système éducatif aliénant, poussant à imiter et à se con – former plutôt qu’à réfléchir et à se documenter… Simple hypothèse ! ^^

  10.  » Je me pose la question : quand atteindrons-nous l’âge où nous cesserons de prendre avec un enthousiasme mal dissimulé, des vessies pour des lanternes ? »
    En tout cas, pas sur ce blog où on prend la vessie du capitalisme pour la lanterne de la consommation 😉

    1. Ça fait des années que vous venez sur ce blog, mais je l’ai remarqué : c’est juste parce que la porte est ouverte, vous n’avez jamais lu une ligne de ce que j’ai écrit, sans quoi vous ne vous considéreriez pas en écrivant « ce blog où on prend la vessie du capitalisme pour la lanterne de la consommation ».

      1. Je ne suis pas omniscient et vous ai peut-être mal lu. Selon moi, ayant (mal?) lu 2 ou 3 de vos ouvrages (pas encore le dernier) et ce blog, votre thèse principale se résume (pardon mais j’aime la concision) à attribuer au capitalisme l’essentiel des maux qui nous menacent. Se débarrasser du capitalisme permettrait donc à la fois de traiter la menace écologique ET d’augmenter le niveau de vie du plus grand nombre (peu importe ce nombre) ET d’enfin implémenter une « vraie » démocratie.
        Ceci me semble relever de l’irrationnel, voire du religieux où le capitalisme s’assimile au démon 😉

  11. Le Monde :

    En France métropolitaine, l’ensemble des indicateurs montre que la transmission de l’infection au Covid-19 « progresse et s’intensifie », résumait Santé publique France (SPF) dans son dernier bulletin épidémiologique, publié jeudi 6 août. Du 27 juillet au 2 août, 7 565 nouveaux cas confirmés y ont été enregistrés, soit une augmentation de 33 % en une semaine. Et les voyants ne cessent de se détériorer ces derniers jours, a déploré le premier ministre mardi : 1 397 nouveaux cas de contamination recensés ces dernières vingt-quatre heures contre 350 au 20 juillet, 25 nouveaux foyers épidémiques détectés quotidiennement contre 5 il y a trois semaines, et un nombre d’hospitalisations et d’admission en réanimation qui repartent à la hausse (respectivement de 800 et 100 par semaine).

    Et ça, c’était le 6 août : il y a 6 jours.

  12. Enfin le port du masque devient obligatoire à Bruxelles (et toute la région bruxelloise : 19 communes (municipalités pour les Français)..
    J’évolue dans un milieu artistique et je suis dépitée … combien sont contre la 5 G, sont pour le Dr Raoult, sont contre les vaccins, contre le masque, contre l’atteinte de NOS libertés etc etc…. Une copine médecin me disait qu’elle était contre le masque parce que la plupart des gens le portent mal (par conséquent risque de contamination croisée)
    Cela me désole

    1. C’est vrai, mais c’est principalement le porteur du masque qui risque de se contaminer lui-même. Cependant, sans le masque, il aurait eu encore plus de risque de se contaminer, en croisant des gouttelettes en suspension.

      Les moments délicats sont quand on le met et quand on l’enlève. Il faut s’être désinfecté les mains avant pour éviter de contaminer le masque avant de le mettre, et après l’avoir retiré lorsqu’on l’enlève (car des particules virales peuvent être sur lui) et avant si on désire le réutiliser (pour ne pas le contaminer si des particules virales sont sur nos doigts). Et bien sûr ne plus y toucher lorsqu’il est sur nous.

      Après, c’est comme le préservatif, ça s’apprend à l’usage !

    2. Le virus passe a travers les mailles des masques chirurgicaux ( ceux fabriqués à partir de vieux slips n’en parlons même pas ) ceci est un fait scientifique établi : qu avez vous à répondre à cela ?

      1. @Jeanjean
        Est-ce que vous n’oubliez pas la question de la charge virale ?
        Une protection modeste et imparfaite vaut mieux que pas de protection du tout.

      2. Vous avez tout à fait raison arkao ,et pourquoi on utilise alors le test pcr qui théoriquement peut détecter un virus ? C est a n’y plus rien comprendre !

      3. Le masque évite surtout qu’un malade envoie ses postillons et autres gouttelettes d’expiration sur quelqu’un d’autre (son visage, ses mains,…) ou sur des objets (poignées, barre de métro, rampe d’escaliers,…) . C’est le porteur qui protège les autres avec son masque, et non le masque qui protège le porteur. Est-ce difficile à comprendre ?

        Je rappelle que les asymptomatiques sont tout aussi contagieux que les symptomatiques. Voire pire, puisqu’ils pensent ne pas l’être.

  13. Ne vous inquiétez pas les Amis, le processus d’auto-extinction à la fois inéluctable et inévitable suit son cours. Alors certes, les gens se rassurent comme ils le peuvent et comme ils l’ont toujours fait par le passé, versant/relayant de « simples » propos d’ignorants patentés, voire de « simples » fake news, cherchant l’appartenance à un groupe d’individus partageant les mêmes peurs, mais le processus par lequel nous sommes en train de passer est plus que nécessaire tout compte fait…

    N’oubliez jamais ceci : il ne peut jamais y avoir de déclaration collective de déni de réalité sans l’expression individuelle d’un déni de réalité…

    Il faut donc voir tout ce qui se passe en ce moment même autour de la Covid-19 comme une formidable opportunité, prolonger ce que Paul vient d’initier et que j’approuve par le biais de ce commentaire, en déversant ici même tous nos témoignages relatifs à cette expression pour le moins flagrante et hasardeuses du déni de réalité, déni qui va bien au delà de la « simple » Covid-19 ; la crise systémique globale en cours ne se résumant pas à une « simple » pandémie !

    Comprenez-vous pourquoi ?

    Tous ces gens réunis (quidam consommateur/convoiteur/imitateur/pollueur, politiques arrivistes/équilibristes, pseudo-scientifiques made in Canebière – ah si Pagnol savait -, lobbies avides/cupides en tous genres, élites fières/orgueilleuses/désireuses, etc.) font partie intégrante de l’Humanité… Or c’est bien cette Humanité là qui est en voie d’extinction, et non uniquement un individu considéré seul retranché sur lui-même…

    C’est en prouvant sa capacité à pouvoir verser collectivement dans la contradiction permanente, que nous parviendrons à provoquer en elle, parce que se retrouvant ainsi subitement à la fois honteuse et piteuse, le sursaut tant attendu au profit de la biosphère terrestre, la survie et la paix ; sursaut qui d’ailleurs, nous conduira toutes et tous sur la seule voie possible ; à savoir :

    1- TOUT STOPPER afin de redonner du souffle à la nature elle-même,

    2- Constituer (Paul et Vincent préfèrent dire planifier sur les bases du système existant mais en guerre – alors que pour moi il a toujours été question de la nécessité impérieuse de nous réconcilier/constituer mondialement) pour les générations futures, l’ère géologique du « noocène »…

    … les autres voies étant toutes, sans exception hélas ! sans issue…

    Alors allez-y les Amis ! Témoignez et démasquez ici-même tous les auteurs de cette expression individuelle du déni de réalité ; les Trolls, qu’ils soient réels ou virtuels, ont des noms, des identités, des métadonnées, des IP ! Provoquez sans crainte à travers eux, à la fois honte, pitié, voire mépris, afin que s’en suive le plus rapidement possible, le sursaut collectif tant attendu, de la part de nous toutes et tous, mais de eux aussi compris donc !

    NOUS DEVONS TOUT TENTER AFIN DE NE LAISSER PERSONNE DERRIÈRE NOUS ; même si je suis bien placé pour savoir que même ça, ce n’est pas gagné…

  14. Quand je croise une telle personne , j’essaye toujours de comprendre pourquoi il en est là (ça peut être sur le covid ou un autre sujet). Pour l’instant, à chaque fois, il en résulte que l’origine vient souvent de l’idée ‘qu’on nous ment », « qu’il y a des secrets qu’on nous dit pas » et ils vont citer des vérités pour expliquer leur position (les labos qui veulent vendre leur médicament à tout prix, les services secrets, Wikileaks,..). Mais du coup, ils partent en vrille sur n’importe quel sujet en pensant qu’on leur cache quelque chose ou qu’on leur ment. Ce qui est fascinant, c’est qu’ils vont alors accorder de la vérité à d’autres sources très peu légitimes. En discutant, la plupart reconnaissent que cette « autre » vérité est seulement une hypothèse mais ils y restent attachés avec une grande ardeur (bon c’est sur on peut pas changer son référentiel rapidement…). Bref, ils semblent qu’ils soient perdus et cherchent désespérement un rocher sur lequel s’ancrer (un père noël par exemple)

    1. Hier encore j’ai vu des dizaines de masques usagés dans une poubelle d’un supermarché , qui pourrait deviner qu’il y avait là potentiellement des virus mortels , elle n’était même pas hermétique , pas même un petit autocollant biohazard collé dessus !

      1. Chacun son truc, moi je ne farfouille pas dans les poubelles publiques ou privées, aucun risque donc de mettre ma main sur un masque éventuellement souillé.

      2. Vous verrez bien quand vous serez au chômage gros malin ,et que vous rechercherez un poulet frites même d’occasion ,ne dites jamais fontaine je ne boirai pas de ton eau !

      3. Regardez Chantal : Georgeon, Jeanjean, Phil, Blinblin et Barnard qui souvent d’ailleurs dialoguent entre eux, sans le gravatar identique, on ne devinerait sans doute jamais que c’est la même personne. C’est donc bien pratique !

    2. Bonjour et merci pour votre message. C’est aussi comme cela que j’analyse ces comportements. Ce qui est dur c’est quand ce sont des personnes très proches qui tombent dans cette bulle conspirationniste. Ils sont abreuvés de vidéos-temoignages allant dans le même sens. Contrebalancer la propagange nécessiterait un effort et un suivi de ma part que je ne peux apporter. Dur aussi d’avoir une discussion sur ces idées conspirationnistes sans que le dialogue ne se coupe brutalement.

    3. Dans le DSM-III-R de 1987 on trouve en 300.14 Personnalité multiple A. – Existence chez la même personne de deux ou plusieurs personnalités ou « états de personnalité » distincts (chacun ayant ses propres modalités de perception, de pensée et de relation concernant aussi bien la personne propre que l’environnement).

      Pourtant ça vient des USA ces affaires là, on va vous reprocher d’être monolithique… voire au pire monolythique.

  15. Vous parlez de nouveau de la contagion et de la seconde vague. Quand vous avez annoncé que vous aviez renoncé à vos promenades du Vincin par crainte de l’haleine contaminante des joggers, j’en a été tellement étonné que j’en ai fait largement état (sans le nom, juste « une autre personne âgée que je respecte » ; je suis plus jeune que vous de plusieurs mois et j’ai pu acheter et lire « Les pêcheurs d’Houat » dans l’édition Hermann quand elle venait de paraître).

    Je ne nie pas l’existence du virus. J’ai été contaminé début mars, puis rembarré par l’hôpital parce que j’étais arrivé de Chine depuis plus de 15 jours, puis refusé après examen parce que « votre état général ne nécessite pas une hospitalisation », scénario du nord de la France, j’aurais pourtant apprécié un peu d’oxygène. Mais avec un nombre de morts qui tend vers zéro et le tam-tam des nouvelles contaminations pour masquer ce fait tout bête, j’ai l’impression que la frénésie sécuritaire de notre gouvernement, après l’ineptie totale qui avait régné quelques mois avant, a moins à voir avec le souci sanitaire qu’avec le goût d’imposer une discipline sociale. On ne reverra probablement pas l’hélicoptère de la gendarmerie survolant les plages dans l’espoir de verbaliser quelqu’un qui s’y serait égaré au mépris des consignes, ça avait trop fait rire. Pourtant, le spectacle des rues de ma petite ville remplies de jeunes masqués alors que les vieux préfèrent respirer a quelque chose d’inquiétant. Comme si le refus du risque rendait soumis (je porte quand même un masque, par politesse, quand tout le monde en met un).

    Si mon pessimisme a raison, la prochaine étape sera d’interner chez elles les personnes à risque (dont vous et moi) pour démontrer que quelque chose est fait. Il faudrait quand même que tout le monde admette que vivre présente des dangers mortels. S’empêcher de vivre est nettement plus dangereux.

  16. Le plus simple, c’est encore de vivre à l’écart, ne plus voir personne, ne plus échanger, etc… etc… C’est ce que je faisais déjà, parce que je suis un affreux misanthrope.

    Bon excusez ce post, mais quand tous les repères sont perdus, il est difficile de trouver une réponse appropriée…

    1. Me revient aussi cette phrase attribuée à Nietzsche :  » l’important ce n’est pas la vérité , c’est ce qui aide à vivre ».

      Mais ça se complique si  » ça pousse à mourir  » .

  17. Le pouvoir d’affabulation est une constante assez claire de la  » personnalité » humaine , qui à mes yeux s’exerce d’autant plus largement dans une population que :
    – elle n’a pas fait l’apprentissage du choc incontournable avec le réel ( en principe des « praticiens se frottant au concret ont plus de chances d’être confrontés à cet apprentissage et donc vaccinés )
    – elle n’a pas de réponses « satisfaisantes » au problème angoissant auquel elle est confrontée ,
    – le problème posé est énorme et complexe ,
    – ses membres sont globalement en « bonne santé psychique antérieure »,
    – …

    Je m’étonne un peu de l’étonnement de Paul Jorion sur le sujet , en tant qu’il est pratiquant analyste , et que le « délire » , dégénérescence ,de l’affabulation , lui est un peu ce que la psychose est à la névrose .

    Je ne crois pas que la Covid 19 , pour laquelle le foisonnement des infos vraies et /ou délirantes permet globalement à la population de se faire une niche rassurante ( à tort ou à raison ) et qui laisse à une majorité l’espoir diffus de s’en tirer , provoquera ce passage de l’affabulation au délire .

    J’ai déjà écrit , par contre , que les effets du réchauffement climatique et la certitude accrue que notre terre finie est notre seul vaisseau , feront peut être ce détonateur où tous les excès seront à l’œuvre dans la fourmilière affolée ( en délire ) courant en tous sens à sa perte .

  18. Mon accord avec le billet de Paul Jorion est total.

    Cependant, je constate un afflux de commentaires qui, au prétexte d’une catastrophe en cours, prétendent soit y trouver la confirmation d’une proche fin du monde, soit y trouver une opportunité d’un cadeau du Père Noël : des boîtes de masques à porter partout à toute heure…

    La « courbe » des cas de covid est une tromperie. Les cas de mars étaient des gens qui arrivaient très malades dans les services d’urgence. Les cas actuels sont des gens testés positifs dans des campagnes de tests dans et autour des clusters (principalement des entreprises). Le niveau journalier actuel des cas est pratiquement celui de mars au début du plein feu de la crise, alors vite vite rappelons les réserves et que les militaires mettent en place des centres de secours !

    Il est navrant de voir s’étaler partout ces statistiques terroristes, y compris sur des sites quasi officiels comme https://www.nippon.com/fr/japan-data/h00663/.
    Preuve par l’absurde que le port généralisé du masque dans les espaces publics ouverts avec circulation permanente ne sert à rien.

    Le Père Noël peut-il apporter un peu d’intelligence en cadeau ?

    1. Ce qui est intéressant dans la courbe des cas de « Covid », c’est son sens de progression et sa dynamique : les deux indiquent un R0 > 1, c’est-à-dire une nouvelle progression de l’épidémie. Ce n’est donc pas une « tromperie », mais un indicateur.

      Je suis tout à fait d’accord avec vous pour dire que les conditions actuelles sont différentes de celles de mars, car l’environnement est différent : plus de tests et test de tous ceux qui ont un soupçon ou entourent un cas confirmé ; limitation de la diffusion par des gestes barrières et un port de masque par un certain nombre ; etc… On ne peut donc pas comparer les choses par rapport au niveau (nombre de cas) atteints. Je dirai perso, au pifomètre, que même si on est au niveau « mars » en nombre de cas, on est au niveau « février » en terme de diffusion du virus.

      Il en résulte une dynamique moins forte que pour la première vague (on peut dire aussi un R0 plus faible, ou une montée en charge plus lente), mais par contre généralisée à l’ensemble du territoire métropolitain. Il va y avoir un moment où on va rencontrer un « point de rupture », moment où les ARS ne pourront plus maitriser les foyers locaux, les fameux « clusters ». Là, sans confinement plus ou moins strict, l’épidémie risquera d’être incontrôlable.

      Il faut voir cette courbe comme un indicateur précoce des difficultés à venir si la tendance continue.

      Et, je le rappelle, ce virus est une bombe sanitaire à retardement, car il provoque des lésions plus ou moins sévères sur des organes touchés, ainsi que des troubles psychologique. Combien de nouvelles dialyses à vie ? de nouveaux insuffisants cardiaques ou pulmonaires ? etc.

  19. Il est simple et tellement agréable de dénigrer « les gens », c.a.d les autres. Mais « le principe du Père Noël » peut nous frapper tous, même les scientistes. Ainsi des déchets nucléaires : « la science trouvera une solution », pour que nous de devions pas les surveiller (sic : les reprendre, les reconditionner, etc.) durant plusieurs siècles ou millénaires. Mais cette solution tarde à venir. Et les problèmes s’accumulent (Certains estiment aujourd’hui qu’il vaut mieux les ensevelir dans un tunnel en surface plutôt que de les enfouir : la reprise serait moins compliquée — suite à un effondrement en Allemagne dans un site d’enfouissement minier ).
    Mais j’évoque ce sujet comme exemple (donc les nucléaristes sont priés de sortir) pour en arriver à un point « indiscutable » de notre période : les vaccins. Dont le vaccin contre le Coronavirus.
    1/ Les incertitudes que nous avons encore sur ce virus se répercutent sur l’assurance de trouver un virus : quelle validité de long terme, malgré les mutations, les immunités variables, etc. Rappelons que nous n’avons pas de vaccin contre le Sars, le Mers, le Sida… nous sommes en échec depuis longtemps.
    2/ Nous nous représentons surtout ces vaccins larges et immuables comme ceux contre la rougeole, le tétanos, etc. Mais le vaccin contre la grippe est le type de vaccin à concevoir annuellement contre une maladie instable et évolutive.
    3/ On parle peu des accidents de vaccins et des personnes moins valides pour lesquelles le vaccin peut être négatif, et ce sont des personnes justement plus sensibles à cette maladie, que le vaccin peut affaiblir. (Je pense notamment à la cuti-réaction, qui fut âprement discutée en ce sens il y a longtemps il est vrai : largement positive pour l’immense majorité, mais très invalidante pour des personnes sensibles à la toxine dégradée qui est inoculée en vaccin).
    4/ La surprise de cette année est que nous découvrons l’efficacité des gestes barrière selon une hiérarchie à rappeler : 1/ limiter les contacts, 2/ ni bisous, ni poignées de main (or les bisous hors famille se sont répandus socialement il n’y a pas si longtemps) 3/ garder une distance prudente 4/, cerise sur le gâteau, porter un masque car les autres mesures ne sont pas appliquées. On va évidemment adopter ces mesures cet hiver contre la grippe hivernale, je vous en fiche mon billet ! Au point qu’on pourrait sereinement considérer et étudier les inconvénients du vaccin anti-grippe.
    Sauf bien sûr ceux qui ne démordent pas du vaccin Père Noêl.

  20. Coucou,

    C’est pas pour défendre l’huluberlu de marseille, a part sa première vantardise, je ne l’ai jamais entendu prévoir l’avenir. L’homme est malin et prudent.

    Je suis d’accord avec vous concernant les fadaises : çà passe; les affirmations péremptoires venant des autorités sont plus gênantes …

    Vous dites ne rien connaitre au domaine, alors pourquoi affirmez vous au sujet de ce virus que les mêmes causes ont les mêmes effets ? On ne sait pas. Sera t il saisonnier ? va t il muter ? En pire , en « mieux » ?
    Tout est différent, depuis l’apparition soudaine de ce virus. Et même si nous n’avons pas de traitement, nous avons les moyens de nous organiser.

    Alors, pourquoi , vouloir sans cesse, relancer une peur sourde ? Croyez vous qu’elle soit bonne conseillère ?
    Il faut faire attention devant beaucoup d’inconnues, plus qu’avant pendant un certain temps, mais entretenir cette peur est inutile et donner des leçons façons mme irma n’est pas digne de votre blog.
    Tout le monde peut prédire le pire , pour toutes choses, pour n’importe quel sujet.

    C’est facile. Aucun rapport avec le pere noel.

    Il faut faire confiance au peuple, donc nous, sans entretenir une peur irrationnelle.

    Une éthique de la connaissance , comme disait l’autre. Une vraie révolution, c’est çà qui fout les jetons.

    J’y crois pas, pas plus qu’au pere noel. Mais on peut espérer !

    Bonne journée

    Stéphane

    ps :Tiens, chez moi, en plein milieu des vaches, y a un gars qui veut implanter une centrale à bitume. Comme çà en loucedé.
    80 tonnes/heure pendant tout l’été. L’odeur, le bruit, les camions … On a besoin du bitume, mais il y a des zones industrielles pour çà , non ? OU faudra il que j’aille habiter pour être tranquille ? Chez les inuits ?

    1. Vous dites ne rien connaitre au domaine, alors pourquoi affirmez vous au sujet de ce virus que les mêmes causes ont les mêmes effets ?

      Les bras m’en tombent. Que faire contre la puissance du principe du Père Noël ? Que faire contre le fait que « l’espoir fait vivre » certains d’entre nous, et que tout le reste n’a pour eux aucune importance ?

      Un dernier effort quand même :

      « pourquoi affirmez vous au sujet de ce virus que les mêmes causes ont les mêmes effets ? »

      Ce n’est pas « au sujet de ce virus » que « les mêmes causes ont les mêmes effets » : c’est un principe général, universel, s’appliquant aux virus, aux bactéries, aux ratons-laveurs, aux baleines, et comme le suggère le mot « universel », à l’univers tout entier lui-même.

      1. Coucou,

        Je crois que j’avais bien compris, et j’essayais d’exprimer le fait que justement , les causes étaient forcement différentes, puisqu’on ne les connait pas, concernant ce virus.
        On peut extrapoler sans fin, pour le moment, on ne voit que les ombres au fond de la caverne concernant ce virus.

        Pour le moment, de ma fenetre ou de ma caverne, je lis que les tests revélent une diffusion en accélération du virus, avec un taux d’occupation des urgences en baisse continue.
        Après, ce qui va se passer …,; le décideurs doivent prévoir le pire et equiper les hopitaux en conséquence.
        Arrivera t il ? Le passé récent nous indique t il l’avenir proche ?
        Peut -être. En douter, ou plutôt penser que l’on ne sait pas n’est pas croire au père noel.
        Se faire une opinion en lisant toutes les informations contradictoires émises par les spécialistes, les journaux spécialisés est assez difficile…
        Le bons sens a été pulvérisé par le virus..

        Bonne soirée

        Stéphane

Les commentaires sont fermés.