Covid-19 : Situation de plus en plus préoccupante à Paris, par ilicitano

En ce 28 septembre, la situation Covid-19 du 75, département de Paris, est de plus en plus préoccupante.

info Géodes Santé Publique France du 28/09 :

– un taux d’incidence de 252,3, en augmentation en semaine glissante : le 75 est N°1 en France métropolitaine, loin devant le Rhône : 220,1, le Nord : 220,1, la Haute-Garonne : 197,2, les Bouches-du-Rhône : 197,1.

– un taux de positivité en augmentation en semaine glissante de 11,8% ; seulement dépassé par la Seine-Saint-Denis : 12,3%, l’Isère : 12,2%, l’Essonne : 12,1% ; les Bouches-du-Rhône se trouvant loin derrière avec 8,7%.

– une accélération des entrées en réanimation le 27 septembre avec 10 entrées, comparativement aux autres départements : 3 au plus.

Cela va dans le sens des prévisions de François Crémieux, directeur adjoint de l’AP-HP, d’une augmentation probable des réanimations à 200 à la fin de cette semaine, ainsi que des hospitalisations qui devraient passer de 150 au début septembre à 600 à la fin du mois.

Le Ministère de la Santé, en cohérence avec sa politique de prévention, devra certainement, rapidement, faire passer Paris de super rouge à rouge écarlate, fermer les bars, restaurants, boîtes de nuit, afin de limiter la propagation de l’épidémie et la saturation des services hospitaliers et de réanimation parisiens, en particulier au détriment des autres pathologies (20% des interventions chirurgicales programmées sont progressivement reportées à partir de cette semaine).

A population équivalente, le 75 dépassera certainement le 13, les Bouches-du-Rhône, cette semaine, premier en France quant au nombre de personnes en réanimation Covid.

Partager :

23 réflexions sur « Covid-19 : Situation de plus en plus préoccupante à Paris, par ilicitano »

  1. Niveau politique, sur Tiktok 😀 , même Pascal le grand frère rouspète les larmes aux yeux, c’est un indice de plus qui montre que ça risque fort de pt , au doigt mouillé.

    1. Purée ! Je n’ai rien compris à votre commentaire. Vous êtes saoul ? Vous avez fumé ? Vous vous essayez dans l’humour ? Vous faites de la glossolalie ?
      Bon si vous êtes immigré et que vous apprenez le Français depuis peu, je vous présente mes excuses, mais il y a encore du travail….
      Mais vous êtes sur la bonne voie. Ne perdez pas espoir. Il y a de l’effort pour être intelligible, ça se sens.

      1. @P.C. 20h19

        Un conseil… lisez (par exemple) les commentaires du même pseudo dans les cinq/dix derniers billets (de fond).
        Pas difficile à repérer..marchent souvent en rafales de deux à cinq consécutifs! Quelques-uns , « plic-ploc » , sont remarquablement acérés.
        Quelques-uns…!
        Il semble y avoir plusieurs hypothèses.. Après lecture(s) , à vous de choisir… (^_^)…

      2. @ Otromeros
        Ahiii merci je rougis
        mais je dois faire des efforts en effet pour être plus claire ! Il n’a pas l’air méchant (sinon j’aurais essayé de le ratiboiser lolol).
        C’est un problème quand ce que vous dites laisse trop d’interprétations différentes. On se refait pas hein.

  2. « … préoccupante à Paris »
    Ne trouvez-vous que c’est un peu large.
    Ici à Bruxelles, c’est la commune de Saint-Josse-Ten-Noode qui est la plus touchée par le Covid.
    Les superlatifs se multiplient dans cette commune: la plus allochtone, la plus forte densité de population avec ses 23.665 habitants par km², avec une moyenne d’âge la plus basse de Belgique, le plus haut taux de cohabitation de nationalités différentes, l’indice le plus bas de contribution de la population aux recettes communales, les plus anciens gratte-ciels bruxellois… la commune la plus pauvre de Belgique…
    https://www.lacapitale.be/652624/article/2020-09-28/covid-19-saint-josse-la-plus-touchee-de-belgique-kir-prend-de-nouvelles-mesures

    1. Pour information:

      Santé publique France est l’agence nationale de santé publique sous tutelle du ministère chargé de la Santé.

      Géodes est l’observatoire cartographique des indicateurs épidémiologiques produits par Santé publique France.

      Ces indicateurs peuvent être déclinés à un niveau national, régional et départemental selon un calendrier quotidien, hebdomadaire, mensuel ou annuel et servent de bases aux décisions du Ministère de la Santé , tout particulièrement sur la pandémie du Covid.

      https://geodes.santepubliquefrance.fr/#view=map2&c=indicator

      aller sur C , puis COVID 19 vous trouverez les 79 indicateurs

    1. Comme dirait quelqu’un et pour rejoindre un autre billet, elle vaut bien une messe et Bruxelles, une occasion de centraliser ce qui n’est pas toujours centralisable avec toutes les cultures qui s’y mélangent et parfois se ghettoïse.
      Arrêter de comparer? Pourquoi? Parce que cela pourrait déranger?
      Hier, vous pouviez fêter le 62ème anniversaire de la 5ème république.
      Nous sommes après tellement de mois, arrivés… enfin, si cela n’explose pas, à jouer de nouveaux couplets de Vivaldi.
      https://www.youtube.com/watch?v=0o3rm-3_OcE
      :-))

    2. Cher François,
       » comparer ça occupe, c’est ranger dans des cases, par des dérangés…  »
      J’ai bien rigolé en lisant votre commentaire.
      Merci vous m’avez fait gagner ma journer. :-))

      1
  3. Qu’est-ce qu’une situation préoccupante ? (je suis mieux au courant des chiffres belges)
    En chiffres absolus, la situation ne l’est pas : tant en mortalité qu’en réanimation et en hospitalisation. On ne rapporte plus les chiffres à une mortalité « normale » comme en mars-avril ! Par contre on parle de « chiffre record depuis le 23 juin », ce qui ne veut rien dire de sérieux mais est vendeur.
    Bien évidemment, c’est le risque de croissance exponentielle qui est pré-occupant. Pour donner une image, nous sommes en équilibre glissant au sommet d’un toboggan savonneux. Mais la chute est-elle inéluctable ? Mais surtout : avons-nous les données pour la mesurer ?
    Les cris d’alarme ne manquent pas : le directeur des HP ici qui prévoit la semaine prochaîne, Angela MErkel qui annonce ce matin les contaminations à mi-décembre ! Mais on veut alarmer qui de quoi ? En fait, on souhaite limiter les contacts, par la peur, la répression, la cessation des activités « accessoires », etc. Ce qui se fait de manière toujours aveugle.
    Je recommande l’article : https://www.rtbf.be/info/dossier/epidemie-de-coronavirus/detail_coronavirus-notre-lasagne-institutionnelle-empeche-de-recolter-des-infos-sur-les-retours-de-voyage-selon-un-biostatisticien-flamand?id=10594051
    L’effet « retour vacances » est intéressant, il date de fin aout surtout en France (rentrée scolaire avancée), un peu plus tard en Belgique. Une croissance des cas (test positif) en début septembre n’est pas une surprise. L’effet rentrée scolaire et rentrés dans les entreprises l’est aussi. Mais nous n’avons pas une étude de ces différentes causes… En Belgique, la contamination des enfants est en baisse déjà : elle est plutôt due aux vacances qu’à l’école ?
    Un problème de médecine est le RISQUE d’envoyer des malades en hôpital aujourd’hui alors que le covid peut y être davantage présent. J’ai vu deux médecins généralistes hésiter assurément. J’ai fréquenté les urgences deux journées, les labos deux fois par semaine et la situation est souvent mal-saine du point de vue des distances et des séparations entre clients covid ou autre affection. C’est moins le cas dans les secteurs d’opération.
    Il y a un certain effet de « chaînes de contamination » qui atteignent les personnes âgées, mais on ne sait pas pourquoi (personnel aidant ou familles ?) Ni quelles précautions recommander !
    Globalement, les sources de contamination et les contaminations sont plus nombreuses, mais ce n’est pas un danger en soi. Et il ne sera pas possible de confiner des milieux qui ne le respectent pas. Il faut parler autrement, communiquer autrement, et gérer autrement.

    4
  4. La bouffonnerie des couleurs cache mal les intentions d’un gouvernement (aux ordres de la faction la plus décadente du MEDEF) de refuser le confinement quoi qu’il en coûte en danger et vie humaine (faute de n’avoir fait ce qu’il faut). On pourrait leur proposer vermillon, rouge cramoisi ..etc. ..et allonger les couleurs à l’infini…
    Cela me fait penser aux parents qui pour se faire obéir d’enfants indisciplinés, se mettent à compter jusqu’à Trois pour leur faire comprendre le seuil où la punition va tomber. Seulement voilà, le trois n’arrive jamais ! Après deux il y a deux et 1/3, …deux et demi, deux et 2/3…Deux 3/4 …le trois n’arrive jamais et il faut toute la gentillesse d’une marmaille, au demeurant pas si rebelle, pour en rire, faire une pirouette, et obtempérer au grand soulagement des parents…
    Pourtant le covid a été plus qu’une bonne affaire pour les monopoles à qui le monde politique n’a cessé de servir la soupe. Seuls les supermarchés ont eut droit d’ouverture, et l’on a même refusé aux commerçants de plein vent d’ouvrir sous prétexte de promiscuité, tout en leur refusant les emplacements pour se disperser sur toutes les places vides de la ville… (ce qui aurait pourtant fait une distribution sanitairement plus sûre que l’agglutination dans un supermarché)
    La corruption du monde politique même local se voit de façon éclatante, car dans la même période, j’ai vu pousser comme des champignons les zones commerciales élargies et disproportionnées des supermarchés avec toujours les mêmes franchisés distribuant toujours la même daube de Chine dans un décorum pseudo luxe où pourtant la marchandise vendue est de toujours plus basse qualité… (bravo pour l’écologie). Dans ma ville le monopole de superficie commerciale à l’entrée et à la sortie d’un distributeur déjà monopolistique s’est vu multiplié par dix! Et cela sans compter les efforts de ceux installés aux sorties secondaires, qui ont aussi bénéficié des mêmes autorisations XXL. Pourtant, il n’y a pas si longtemps nous avions tous vu les mêmes maires aller pleurer dans les jupes de l’état pour obtenir des subventions pour le petit commerce qui se mourrait….
    Alors il va y avoir à l’évidence des victimes économiques du covid, mais elles ne sont pas dues au covid, mais à l’opportunisme collusif d’une classe politico-mercantile qui s’arroge des avantages compétitifs en période de crise. Un détournement du darwinisme social et de la création destructrice (fables du roi Ubu à l’intention du petit peuple), dépouillant autoritairement le petit Paul pour engraisser le grand jacques par des flux ainsi drainés. La paysannerie vertueuse va ainsi se voir privée de ses derniers points de distribution et on pourra alors continuer de compter les morts par suicide, meilleur indicateur gouvernemental de bon business pour l’agroalimentaire (plus de concentration, moins de concurrence, moins de qualité c’est la vraie religion non avouée du libéralisme pour plus de dividende permettant un actionnariat anonyme, apatride, inlocalisable donc inimposable).
    On peut s’interroger légitimement sur l’obstination du pouvoir à refuser d’ouvrir largement la commande publique en période de crise aux entreprises françaises qu’elles soient petites, moyennes ou parfois grandes. On voit bien comment le gouvernement veut favoriser la logique actionnariale internationale de réduction des coûts et de productivité abusive favorisés par les fusions acquisitions dont les monopoles ainsi constitués par restructuration permettent de faire payer la crise aux salariés et rendent le consommateur captif de mauvaises qualités par manque de diversité. C’est aussi un moyen de rendre le consommateur moins exigeant en favorisant un chômage de masse (et donc aussi une pression sur les salaires) qui incite à se focaliser sur le prix plus que sur la qualité. La société du low cost c’est le paradis des actionnaires et le libéralisme est devenu en période de covid une machine de guerre anti-peuple, territoire, développement, écologie, qui conçoit la crise covid comme une opportunité d’accroissement des tendances financiarsites morbides, à l’exacte opposée d’une prise de conscience et d’une remédiation, à l’exacte opposée de la lutte contre le réchauffement climatique et même de l’intérêt des peuples .
    Dans ce sillage se développe une technocratie du coup d’épée dans l’eau , uniquement férue de communication au détriment d’une administration de serviteur de l’état. Dans ce sillage se développe le mercantilisme politique servant le plus offrant ( avec des politiques entrant dans les conseils d’administration d’entreprises étrangères comme Huawei; dans ces cas-là quid des secrets d’État?). Dans ce sillage les banques s’autorisent de ne plus vraiment garantir vos dépôts et le politique regarde ailleurs…
    https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/victoire-juridique-des-banques-francaises-contre-la-bce-1240955
    https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/jean-marie-le-guen-entre-au-conseil-dadministration-de-huawei-france-1241991

    2
    1. Les réactions marseillaises , de gens qui ne sont certainement pas des suppôts du Medef , à ce qui est loin d’être un confinement , infirment complètement votre commentaire .

      Et elles ne sont sans doute qu’une représentation assez directe et visible de l’état d’esprit d’une majorité assez forte à ce jour .

      1. Bonjour juannessy
        2 ou 3 choses à préciser:
        Le Medef est un conglomérat de syndicats patronaux regroupant tout et n’importe quoi et la faction qui en a pris le pouvoir n’est ni la plus innovante, ni la plus « moderne », ni la mieux inspirée (bien que ces deux derniers termes puissent être sujets à caution, j’en conviens, tout en soulignant ce qui est reproché). Et il faudrait faire le détail des organisations…en même temps malgré leurs divergences , elles acceptent des décisions ineptes à leurs yeux (position d’affichage ou réelle conviction?). Donc on peut les mettre dans le même panier .
        La réaction des Marseillais montre un étouffement des indépendants qui souffrent de soutiens inadéquats du gouvernement et d’une certaine partialité des mesures en faveur des plus gros (ce qui provoque des disparités de concurrence aggravées par les politiques monétaires); dans ma ville les indépendants restaurateurs ont vendu leurs emplacements et qui a racheté d’après vous?….(main basse sur la ville)
        le covid n’est pas le problème, c’est le nombre de soignants, de lits de réanimation, d’équipements, de tests , de mesures organisationnelles adéquates; en filigrane, le confinement n’est qu’une conséquence (certes non souhaitable) que des mesures de compensation inadéquates ou partiales rendent en plus injuste.

  5. Peut-être que c’est une bille le directeur de L’IRSAN, Institut de Recherche pour la valorisation des données de SANté,.
    Je ne connais pas ce Mr Laurent Toubiana, voilà ce que je viens de recevoir et de regarder.
    Vous aurez peut-être une idée.
    Fait-il parti des 300:signataires ???
    https://youtu.be/9dXo_LHPKKY

  6. Signataire de la pétition «  il est urgent de changer de stratégie » ,l’épidémiologiste Toubiana raisonne sur les moyennes mais fait l’impasse sur le risque de saturation localisée des hôpitaux.( d’où son «  les masques sont inutiles »).Il pense que nous sommes en fin d’épidémie.

    En affirmant qu’il n’y a pas ( et qu’il n’y aura pas de deuxième vague) , il positionne clairement son raisonnement sur un point qu’il sera possible de vérifier dans le futur.
    Il se veut avant tout rassurant , et c’est probablement là où sa pensée bug .
    On peut lui donner raison sur la nature «  anxiogène «  de la communication gouvernementale , et la répétition du mot «  exponentiel «  qui probablement devrait être réservé au démarrage de l’épidémie ( si l’on en croit la notion d’immunité de groupe).
    https://www.youtube.com/watch?v=AE9F5GlPjMA&feature=emb_logo

Les commentaires sont fermés.