Est-ce le dernier sursaut décisionnel des baby boomers ?, par Docteur Bob

J’ai reçu tout à l’heure ce courrier excédé. J’ai proposé à son auteur de le publier. Il en a été d’accord.

Je suis médecin, je vois les gens et leur peur, leur panique et la conséquence directe des confinement puis de la panique entretenue et des NPIs politiques.

Un mot à propos des actions politiques et des (NPIs = « Non Pharmacological Intervention ») imposées il est curieux par exemple que le dernier confinement soit décidé juste à l’apex des courbes (30 octobre en France pour un pic le 2 novembre de l’aveu (2 semaines après) de la DGS) idem en Belgique. Bref on confine sciemment à marée descendante faut-il croire que l’injonction du druide fasse descendre les vagues ?

Les autres maladies sont en retard, et de beaucoup. Dans ma spécialité cela se paye en boiterie, douleurs et autres handicaps moteurs fonctionnels, rarement mortels, la phrase type est « Je reviendrai quand tout ça sera fini docteur, pouvez vous me mailer une ordonnance pour les douleurs tout de même ? »

Mais mes confrères et consoeurs me disent tout le temps « On n’a jamais vu autant de… » cancers, d’aussi grosses tumeurs, autant de métastases, de décompensations de toutes sortes , d’infarctus akynétiques (qui attendront la greffe).

On est clairement en train de lâcher la proie pour l’ombre, on sacrifie les cancers du sein de femmes encore jeunes et les coeurs d’hommes actifs mais stressés pour sauver de grands vieillards : ne peut-on plus mourir de vieillesse ?

Est-ce le dernier sursaut décisionnel des baby boomers qui viennent de lâcher leur surreprésentation parlementaire qui avait débuté sous Mitterrand ?

Car le choix est fait, mais tacite, de tout sacrifier – en tout cas toute la santé – à ce problème. Que sont les interventions non urgentes à reporter, quand on parle de chirurgie on parle soit de chances de guérison (de tumeurs) soit d’arrêt de souffrance, on pense comme chez ikéa, qu’on peut différer les commandes, arrêter le flux des malades sans autre conséquence que la patience du client.

Le choix a été fait de miser toute la santé sur l’hôpital en laissant de côté la « médecine de ville », en retirant aux médecins leurs patients (« N’allez pas chez le médecin, appelez le 15 ») puis le droit de prescrire, comme si la seule vérité était l’État. On voit le résultat : on est plus mort à Paris (et dans les hôpitaux universitaires de l’APHP) et en Île de France qu’en province, toutes choses étant égales par ailleurs.

On en est toujours a discuter d’un premier article sur l’usage de l’HCQ alors qu’il y en a 220 environ aujourd’hui dont une bonne partie va dans le sens de sa prescription (pas tous).

Les gens sont sidérés, hébétés, ils perdent le sens commun. Pas plus tard qu’il y a 2 semaines, un mari s’offusquait à grand bruit dans ma salle d’attente que personne ne soit là (ma secrétaire ayant refusé) pour torcher son épouse ! Je n’ai jamais vu autant de comportements bizarres ! Les statistiques routières sont aussi là pour nous le montrer les grands excès de vitesses sont en montée exponentielle, les accidents aussi, mais les compagnies d’assurance dont la Maif envoient des courrier aux experts leur demandant d’assister les clients dans la lecture et le remplissage des formulaires : même les instits et profs ne savent plus lire.

Voila, la période est curieuse nous sommes dans un choc de Noami Klein en direct.

Partager :

49 réflexions sur « Est-ce le dernier sursaut décisionnel des baby boomers ?, par Docteur Bob »

  1. Vous êtes sur de tout ce que vous affirmez et sur quelles mesures ça repose ?

    Je n’ai qu’une source sure s’agissant de médecin et c’est mon toubib référent . Ça n’est pas ce qu’il me raconte .

    En tous cas , s’agissant d’accidents et de conduite automobile , le sens du vent n’a pas l’air d’être celui que vous avancez :

    https://www.quechoisir.org/actualite-assurance-auto-et-deux-roues-des-reductions-possibles-n78415/

    Les baby boomers seraient au pouvoir dans tous les pays ayant opté pour le confinement ( plus ou moins hard ) ? Je me demande ce qu’on en pense en Chine .

    1. PS : c’est bien parce que j’ai fait du latin ( apicies ) et deux  » infarctus » qui m’ont appris le langage des cardiologues ( entre autres ) que je n’ai pas trop tiqué sur  » Apex » .

      Molière , reviens ! ( pas pu m’empêcher )

  2. Apex des réanimations vers le 15 novembre pour un confinement le 30 octobre, il a fallu 15 jours de marée montante quand même, il me semble.
    Une partie de l’agacement vient sans doute du fait, en France, que le couvre-feu décidé vers le début des vacances scolaires (fin octobre) était censé passer le cap de toutes les vacances de la Toussaint.
    Alors qu’il a fallu changer de stratégie en cours de route. Et reconfiner juste à la fin de ces vacances.
    Oui c’est une moyenne petite erreur , mais pas une faute majeure.

    3
    1. les réanimation sont toujours en retard de 2 semaines, c’est comme le tabac on ne commence pas à 3 paquets par jour, il y a un délai. c’est pareil pour les malades : entre la contagion et la maladie il y a une semaine (environ, photo non contractuelle)

      1. Oui, donc c’est logique de reconfiner 15 j avant l’apex des réa, qui sont le goulot d’étranglement, me semble-t-il, n’est-ce pas ?
        Dans ce cas, la complainte de ((vous ? Bob ?)) me semble commencer par un agacement juste à côté de la plaque.

        Certes il existait un tout autre modèle, type Taiwan / NZ / etc. mais ça fait belle-lurette qu’il n’est pas le nôtre, cela mériterait u coup de gueule peut-être mais avec d’autres arguments.

        Après sur la question de santé publique globale, on peut croire de façon optimiste que nos « comités » y ont pensé, ainsi que Christian Drosten, mais en effet, il est possible que bien des considérations utiles aient été balayées pour ne pas risquer l’accusation politiquement infâmante d’incapacité face à la covid,

        et donc en s’accrochant trop à ce que les médias rendent visible, oui.

        2
    2. J’ai pourtant moi aussi la même sensation, on sait parfaitement que « ça repart depuis au bas mot fin septembre » pourquoi a t on attendu et tergiversé en couvre feu ? Ces gens là ne considèrent que les questions de fric, ils confinent quand le risque de faire basculer l’opinion vers « les rouges » suppose un cout plus élevé pour les ploutocrates que le confinement. Sans ce risque là ils auraient joué l’immunité collective sans que leur main ne tremble un instant.

  3. Le pic si proche du confinement est peut-être lié à l’effet du couvre-feu bien antérieur et sous estimé. (pas bonne nouvelle pour les gargotiers).
    Pourrait-on prescrire un temps la gamelle, le Breakfast à la britannnique et la journée continue et fermer les cantines d’entreprise ou scolaire ?

    Le confinement a sans doute été tardif (impréparation mentale).

    Ou alors co-temporalité valant causalité et constatant que pour toutes les vagues connues 1 et 2 à l’heure actuelle il y a coincidence entre mortalité élevée et confinement.

    soit
    début de confinement => début de décrue de mortalité
    et
    début de mortalité élevée => début de confinement.

    Ces deux enchaînements causaux réciproques apparessant tout aussi valables.

    Le premier basé sur une hypothèse (apparemment vérifiée) de l’effet du confinement sur la dynamique épidémique.

    La deuxième sur le souhait de diminuer la liberté de la population pendant les phases où la mortalité est élevée ?

    1. Clairement, les décisions françaises sont liées au calendrier social plus qu’à la pandémie.
      1er confinement retardé après le premier tour des municipales. (On pourrait mesurer le coût (« exponentiel) en malades et décès de ces trois jours de retard.
      Intervention de Macron le 27 octobre sur des décisions applicables le 29 octobre sauf liberté de revenir de son lieu de vacances le 30 ou le 1er novembre. En fait, la moitié des décisions a été présentée par Castex début de semaine et en même temps l’allocution présidentielle du mercredi a été annoncée. Quatre jours de perdus mais c’était pour protéger le tourisme.
      Et il y en a eu d’autres retards cet été, que j’ai maintenant oubliés.
      Prochain déconfinement ? Pour les vacances de neige, certainement. Si neige il y a…

  4. Bonjour Bob

    Merci de votre témoignage sur la réalité du terrain

    Concernant les baby boomers au pouvoir:
    Macron né le 21/12/1977 : 42 ans
    Philippe né le 29/10/1970 : 49 ans
    Véran né le 22/04/1980 : 40 ans

    La médecine de ville , de suivi opératoire , le planning d’intervention:
    Lors du premier confinement ( 2 mois) beaucoup de personnes , dont moi-même sans conséquence , ont vu leur rendez-vous annulé

    Et ça recommence en novembre.

    D’après votre témoignage , et ceux de vos confrères , les conséquences sont très négatives.
    Il fallait s’y attendre , malheureusement.

    Concernant votre remarque sur l’HCQ+AZT
    On est en France : la décision a été prise par l’ANSM :c’est non . Débat clos.

    Chaque pays a sa stratégie sanitaire face à la pandémie définie par ses dirigeants.

    Par contre , en regardant ce qui se fait ailleurs:

    https://www.pauljorion.com/blog/2020/11/13/covid-19-reanimations-ca-va-mieux-par-a113/#comment-825458

    https://maroc-diplomatique.net/hydroxychloroquine-qui-peut-trancher%e2%80%89/

    « Le Maroc s’est positionné dès le départ parmi les pro-hydroxychloroquine. D’ailleurs, en juin dernier, le ministre de la Santé a clairement dit que « le Maroc a eu raison de maintenir le protocole thérapeutique à base de chloroquine pour traiter les malades de la Covid-19 ». Malgré les tractations au niveau mondial et la suspension des essais cliniques par l’OMS, le Maroc, lui, est resté attaché à sa décision initiale depuis le début de la pandémie, dont « la pertinence a été démontrée quelques jours après ».

    Après, je n’ai aucun jugement médical sur ce traitement .

    Petite info concernant le Maroc:
    https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/societe-africaine/covid-19-le-maroc-prendra-possession-en-decembre-de-10millions-de-doses-du-vaccin-chinois-sinopharm_4160493.html
    à confirmer

    Bon courage à vous

    4
    1. Une petite info concernant la chaine de froid à mettre en place en cas d’utilisation de vaccin à -70°

      http://french.china.org.cn/china/txt/2020-11/16/content_76915688.htm
      Forte hausse des commandes américaines d’équipements chinois de la chaîne du froid

      La production des fabricants chinois d’équipements de la chaîne du froid à usage médical tourne à plein régime pour répondre à la demande en plein essor des pays touchés par la pandémie de Covid-19, notamment des Etats-Unis, avec une pénurie latente d’équipements de stockage réfrigéré.

      Cette pénurie est apparue avec la publication de l’analyse détaillée du vaccin contre le Covid-19 développé conjointement par les groupes Pfizer et BioNTech, qui suggère que le vaccin devra être entreposé dans un environnement à – 70 °C, une exigence inhabituelle pour le stockage de vaccins.

      Alors que les Etats-Unis sont à court d’équipements de stockage réfrigéré, certaines entreprises chinoises ont enregistré une hausse considérable de leurs commandes, ce qui suggère que les équipements médicaux répondant aux exigences de stockage et de transport pour les vaccins risquent d’être confrontés à une pénurie majeure sur le court terme.

      Les spécialistes du secteur confirment que les commandes à l’exportation, notamment à destination des Etats-Unis, sont en augmentation depuis l’annonce du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNTech, qui souligne les exigences spéciales pour la conservation du vaccin.

      « La demande est en hausse, mais les capacités de production ne sont pas suffisantes, en partie à cause de la pandémie qui fait rage aux Etats-Unis… et il n’est pas certain que la capacité de production pour le transport du vaccin en chaîne du froid puisse répondre à la demande », explique Qin Yuming, le secrétaire général du Comité professionnel de la chaîne du froid affilié à la fédération de Chine de la logistique et des achats (CFLP). Ce décalage est la raison pour laquelle les commandes sont en hausse.

      En espérant que le gouvernement français ait déjà appréhendé les capacités nationales de la logistique du froid en cas d’utilisation d’un vaccin à -70°.

      7
      1. – 70 ? bah dis donc c’est frisquet ça en plein réchauffement climatique.

        En tout cas si Moderna dit vrai, sauf erreur ils atteignent quasi la protection égale à celui de rougeole et en plus cerise sur le gâteau il se conserve dans un simple frigo ou glacière de camping avec 2 pains de glace.

        Y sont morts chez Pfizer dans ce cas, et il passe à la trappe. The winner take all.

        Moi je laisserai quand même passer la première vague de vaccination, courageux mais pas téméraire, et puis je suis éduqué les femmes et les enfants d’abord ! Enfin, dans notre cas les soignantes et les vieux d’abord ! Bref, un vrai gentlman.

        1
      2. à CloClo

        Moderna n’est qu’une société de recherche spécialisée dirigée par Stéphane Bancel : 820 personnes fin 2019.
        Comme BioNTech il a développé la nouvelle technique ARNm pour les virus dont celui du Covid qui se conserve à -20° pour Moderna.

        Par contre , ils n’ont pas de capacité de production et devront sous-traiter ( Espagne, Suisse, US )

        Wait and see

      3. @ilicitano Moderna comme BioNtech montrent que la recherche ne vient pas des grosses firmes de Bigpharma qui font la capitalisation des indices boursiers, ni de la recherche universitaire ou de centre de recherche étatiques mais de jeunes pousses financées par le capital risque, autour d’émigrés motivés, français pour Moderna, Turcs pour BioNtech.
        La startup Nation est encore un rève !
        Pour les grosses firmes l’approche est purement financière et il n’est pas rentable de s’engager dans la recherche, il est préférable (comme en informatique) de racheter ou s’associer le moment venu aux jeunes pousses prometteuses qui ont fait leur preuves, l’essentiel étant de verrouiller le marché.
        Les financements étatiques par leur caractère massif en cas de crise sont essentiels et là (Moderna) il semble que l’administration Trump ait bien joué !
        Qu’en est-il de Macron ?

        1
      4. @ Ruiz

        Le BigPharma est du très gros business très rentable.
        On n’est pas dans des rendements à 1 chiffre mais à 2 chiffres.

        Sanofi : société française mais à capital majoritaire d’institutionnels étrangers (64%)

        Quand on regarde les comptes de résultats , le chiffre d’affaire CA et le rendement net RN

        – 2016 CA= 33,8 Md , RN = 4,8 Md soit 14,3 %
        – 2017 CA =35 Md , RN = 8,5 Md soit 24,3%
        – 2018 CA= 34,5 Md , RN = 4,4 Md soit 12,7%
        avec pour 2018 le versement de 5 Md de dividende ou de rachats d’actions soit 114% du RN .

        3
    2. Les BB sont sortis de leur surreprésentation parlementaire, il y avait un bel article sur les « crises la dessus il y a longtemps, ça ne veut pas dire qu’ils sont parti des zones d’influences, des cabinets de conseils, du conseil scientifique ni des conseils d’administration.

      1
  5. « Les gens sont sidérés, hébétés, ils perdent le sens commun »…

    Article France Info de ce jour :
    « Le nombre de personnes concernées par des états dépressifs a doublé entre fin septembre et début novembre a indiqué mardi le directeur général de la Santé. « Cette épidémie est stressante, anxiogène et peut générer une souffrance psychologique pour nombre d’entre nous », a expliqué Jérôme Salomon. »
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/covid-19-la-sante-mentale-des-francais-s-est-vraiment-beaucoup-degradee-dans-ce-deuxieme-confinement-alerte-le-psychiatre-serge-hefez_4186289.html

    1
    1. @ Bernard… et à nous tous qui gémissons.
      Qu’est-ce que ce serait si nous vivions dans la rue ?
      Dans un camps de réfugiés ?
      Dans un camp de Syrie ?
      Dans une prison d’Erdogan ? grand protecteur des musulmans, sauf les kurdes !
      Dans un camp de concentration pour ouïghours ? turcophones abandonnés au chinois par le grand protecteur turc des musulmans ! (un avis de sociologue à ce sujet : https://oumma.com/la-vie-de-millions-de-ouigours-ne-vaut-donc-pas-plus-que-quelques-caricatures/ )
      Qu’est-ce que ce serait si nous étions condamnés dans le camp de concentration n°14 en Corée du Nord ?
      Qu’est-ce que ce serait si nous étions un ou une enfant travaillant dans une briqueterie ou sur une décharge ? Ou dans une mine de coltan, ou autre métal précieux pour « le numérique », en Afrique ?
      Qu’est-ce que ce serait si nous étions élèves sans plus d’école au Mali ou au Burkina ?
      Oh mais pardon ! C’est vrai que finalement c’est moins dur là-bas !
      Nous on souffre trop ! Et bien plus !
      Ben, je vais vous dire : Une grande partie de nos souffrances, on se les est êtes infligées nous mêmes, par retour de bâton. Parce qu’on a voulu consommer et pas réfléchir ! Parce qu’on à voulu jouir sans chercher à voir les dessous-pas-bô ! Parce qu’on a voulu jouer perso au lieu de protéger le bien commun !

      Il se trouve qu’on ne consomme pas l’Hôpital et la médecine ! Et que plutôt, on se doit de les protéger !
      Jospin et Aubry, avec les 35h et le numerus clausus à la baise, on a voté pour eux et on les a laissé faire !
      Woerth (ce bouffon donnait encore la leçon à radio-Macron dimanche dernier), Chichi, Macron, Castreix et tant d’autres, avec la fermeture des lits et la T2A, on a voté pour eux et on les a laissé faire !
      La Nature ! La Nature ! On l’a bien laissé se faire bétonner. Ou se faire dévaster dans les forêts tropicales – c’est si « bô » ma terrasse extérieure en bois exotique et mon steack au soja – avec virus mutés à la clé.
      ON N’A RIEN PROTÉGÉ ! Ni la Nature, ici et là-bas ! Ni nos semblables, ici, ou dans les pays lointains… visités en avion tout de même, un bandeau sur les yeux !
      Alors maintenant, qu’on s’est bien fait kk-culotte, on souffre ?!?
      Et bien, dès que ça « déconfine », agissez ! Agissez pour les communs et sans consommez n’importe quoi et n’importe où !
      Après, il y a peut-être des chances pour qu’on souffre moins.

      12
      1. @ écodouble
        Pas question de jouer au «  ki cé ki souffre le plus « , de stigmatiser ceux qui, à vos yeux , font «  kaka culottes » parce que leurs souffrances se vivent dans un monde de richesse matérielle, ou parce que , de par leur mode vie consommatrice , ils ont bien cherché leur malheur.

        Pour être juste , ce que vous semblez vouloir être , il faudrait pouvoir mesurer la capacité de chacun à endurer cette souffrance . Les forts et les faibles , les démunis et les nantis, ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

        A part ça , c’est bien d’ » agir «  , mais pourquoi attendre la fin du confinement ?

        https://www.secours-catholique.org/

        https://don.secourspopulaire.fr/b/mon-don

      2. Laissez la T2A ou elle est sans elle nous serions encore à un payement « hôtelier » au lit occupé sans justification de soins, et ou un médecin expérimenté actif est considéré comme un boulet budgétaire car il a un salaire plus élevé et en plus il coute des moyens en soins… une vraie incitation à limiter les soins ! Voulez vous vraiment ce retour en arrière ? Et au niveau de payement de la T2A on a du mal à comprendre la difficulté des hôpitaux qui pour la même ligne tarifaire (GHS), donc pour les mêmes soins aux mêmes malades en clinique ou à l’hôpital, sont payés en moyenne 2,5 fois plus que les cliniques privées : et oui il y a 2 colonnes dans les tarifs: public et privé pour chaque ligne avec en plus les subsides à la misère et la précarité que sont les MIGACs attribuées à plus de 90% à l’Hôpital public : pour résumer plus le malade est grave et miséreux et plus ça paye .

      3. Comment gérer au mieux les comptes publics

        La T2A est l’application au domaine de la santé de la LOLF ( Loi Organique relative aux Lois de Finances)

        Elle permet de tarifer l’ensemble des actes, de budgéter l’activité ,et de trouver des axes de réduction des coûts et d’amélioration de la qualité des soins

        Concernant les écarts de tarification public/privé.

        Le privé se spécialise de plus en plus dans certains actes chirurgicaux ce qui permet une réduction importante des coûts et une meilleure prise en charge des patients.

        2 exemples :

        – dans un département: l’activité urologie est pratiquée par un seul hôpital privé ( résection prostatique, prostatectomie,..) qui permet d’avoir 4 chirurgiens urologues qui utilisent le même bloc opératoire ( moyens techniques , personnels soignants spécialisés ), le même secrétariat .

        – dans un autre département : clinique privée spécialisée dans le domaine de la chirurgie orthopédique rachis, genoux , épaule et qui reçoit des patients de la région et de France.
        J’ai assisté en bloc opératoire à la réalisation de 5 interventions sous arthroscopie du genou de reconstruction sur des ruptures de LCA ( ligament croisé antérieur) dans la matinée par le même chirurgien , hyper professionnel.

        3
    2. ne parlons pas des pubs sur franceinter insistant sur l’importance de se faire soigner… 8 mois après le fuyez les cabinets le ministère de la santé sent aussi les choses venir après l’aveuglement

  6. Concernant les baby boomers au pouvoir:
    Macron né le 21/12/1977 : 42 ans
    Philippe né le 29/10/1970 : 49 ans
    Véran né le 22/04/1980 : 40 ans

    Ok mais qui sont leurs électeurs?
    « Comme le révèle une nouvelle enquête Ipsos publiée le jour de l’élection présidentielle, le représentant d’En Marche! a obtenu la majorité des suffrages dans la plupart des catégories d’âge, des catégories socio-professionnelles ou encore des catégories de revenus. Cependant, quelques tendances se dégagent.
    En effet, ce dernier a enregistré ses meilleurs soutiens auprès des cadres (82%), des plus diplômés (81%), des retraités (74%) et des plus aisés (75%).  »

    Sur le fond, il y a tout de même un équilibre à trouver entre la « prolongation de vie » de l’ordre de quelques années de nombreuses victimes de la covid, et le cout humain, financier pour le reste du groupe, et le sen s’un point de vue éthique et philosophique : jusqu’ou ira t on ainsi? N’y a t il pas en médecine, en société, une notion de bénéfice/cout, et pas seulement la notion de bénéfice/risque. Cette notion semble être tabou, et dans le domaine de l’écologie elle l’est tout autant et devient de plus en plus difficile à éviter : on arrive aussi à la limite du système contraint de se poser la question du bénéfice/cout (cout pour la planète, société etc.. ). Ce qui me semble frappant d’un point de vue éthique est le refus systématique de la « limite de ce qui est », Trump en est un exemple de taille! Nous sommes devenus des êtres omnipotents… des surhommes… le monde est à nos pieds en un clic de souris, alors ce virus.. on en fera notre affaire!

    En pratique, il resterait à préciser le nombre de personnes âgées en EPhad décédées « à l’occasion » de la covid et qui ont pu bénéficier du tout récent droit de la médication d’accompagnement de fin de vie, un peu comme un constat d’une certaine limite au système et au principe du soin a tout prix. Mais peu d’information on filtrées. Si il y a des médecins parmi vous.. ?

    Je suis d’accord de faire tout mon mieux pour contribuer a ne pas engorger les hôpitaux, et j’espère fort éviter cette case là… (et en plus, je trouve que ce temps de slow Life est a bien des égards positif car il pose des questions importantes et semble accélérer un processus de changement), MAIS je me permet de soutenir un peu Docteur Bob, parce que l’évaluation du bénéfice/cout semble être calculée uniquement d’un point de vue purement économico-comptable, en ignorant probablement des couts indirects humain et de santé qui dépassent largement l’abandon temporaire de confort et de liberté.

    Et pour finir et ouvrir une porte a controverse, il est probable qu’un de ces cout indirect est la nécessité probable pour notre société de remettre en question un comportement de proximité tactile, de laisser aller à parler fort et en postillons… pousser ses fumées de cigarettes électroniques en plein visage sans se poser de question! disons un ensemble de comportements que l’on pourrait décrire comme étant plus animal, que le comportement en Asie, plus policé distant, respectueux des autres? La raison est simple : nous atteignons une concentration humaine qui appelle une bascule, adaptation!?

    Et puis un dernier point : (en contradiction avec les lignes précédentes!?) Cela fait sourire, que l’européen ait du apprendre a se laver les mains… et que l’on prenne conscience de ce que nous soyons acteur de la propagation des virus. Quand je suis arrivé en Bretagne, j’ai fréquenté pour la première fois de ma vie un bar/resto culturel sympatoche et tout, et j’ai enchainé les virus… infernal ! j’ai un peu pesté contre l’hygiène du lieu, puis la 2eme années quasiment pas : on peut comprendre qu’il y ait deux approches par rapport au virus : s’y frotter et s’adapter ou éviter.
    En définitive, cela dépend du virus, et il est probable que la posture asiatique soit liée à l’existence la bas de maladies plus graves, et remonte à la période sans vaccins. Et nous voila dans ces draps la maintenant : protégés nous étions plus faibles, les asiatiques plus aguerris, plus forts.. allons nous nous adapter, ou pas? et revendiquer notre « droit » à être nous mêmes.. 🙂

    1
    1. @Roberto, c’est un peu ce que nous voulions dire avec Renart dans ce billet

      https://www.pauljorion.com/blog/2020/03/30/dun-monde-qui-tousse-a-un-monde-qui-cale-par-renart-et-timiota/

      Pas pareil, mais l’idée qu’on choisit son « métabolisme de base » et qu’il faut être conscient que ce n’est qu’en le surdimensionnant (et donc au prix fort) qu’on assure bien en cas de crise. Avec cout , cout énergétique, etc.
      La Résilience est dans le coin, aussi (en la définissant proprement, pas comme au café du commerce): pouvoir vivre et reconstruire une fois cabossé, pour tout le spectre des cabossages (même le trumpobossage).

      J’ai un peu polémiqué avec Dr Bob ci-dessus, mais j’ai moi-même vécu la survenue de ce second confinement avec pas mal de réminiscence anxiogène inutile du premier : en mars, les italiens l’avaient fait, que diable attendions nous 10 jours de plus quand la messe était dite. En fin octobre, avec des chiffres à > 40 000 , qui refusaient de s’abattre, on avait la même impression qu’on n’avait pas d’horizon à plus de 3 jours, alors que avec un (R-1) trois fois plus bas, ça aurait du être un jeu d’enfant d’être quatre fois plus anticipateur (donc de prévenir 10 jour avant qu’on va finaliser à J+5 la décision d’un confinement commençant à J+10 ).

      Bon, j’ai pu flirter avec les dates et explorer les vignobles de Champagne(Reims) le 1/11. Bonne surprise (je l’avais lu mais c’est autre chose de le voir), une grosse moitié des vignes n’étaient pas récolté et les grains encore comestibles et doux à souhait (on aurait du les distribuer gratos à la population au 10 octobre !). L’explication était que pour maintenir les prix, le syndicat, non sans déchirement internes, à bridé hénaurmément la production. Donc même l’arrivée des vaccins Moderna et autres ne se traduira pas par une injection de Veuve Cliquot ou de Mumm massive. Le jus de carotte nous rendra propre des mains et aimable du cerveau ? Quel incroyable monde d’après !

      1
      1. Merci pour ce lien, cette analogie de la société véhicule me parait à la fois très pédagogique et très pertinente pour embarquer le débat de fond de société.

        En filigrane se pose alors la question in fine… du rationnement, de la temporisation de l’accès a certaines choses, bref, la planification et l’horribles image de l’expérience communiste soviétique notamment qui nous hante tous!

        Et pourtant, avec les moyens contemporains, internet, algorithmes, I.A. cette meilleure organisation semble possible de manière bien plus qualitative que naguère. IL faudrait en parler un jour bon sang! Ne serait ce que pour exercer un contrôle sur les algorithmes en jeu.

        Plus proche de nous le système de soins anglais, NHS ne semble finalement pas si mauvais que cela, en tous les cas en terme de rapport cout/efficacité. Et s’inspire d’une forme de rationnement des soins, déjà.

        Et en Allemagne aussi, le système de soin est assez contraignant. On y va pas comme ca sans besoin réel, le corps médical filtre.

        C’est clairement ce tabou du rationnement des soins en France qui semble motiver, au dela du stricte besoin, l’engagement autour de la covid. Nous nous gargarisions d’avoir bâti le meilleur système de soin au monde.. disons le plus libre, au point d’abaisser le soin au rang de « consommation ».

        Dans ma famille une tante horribilus a fait fortune en tant que médecin : elle facturait simplement plusieurs consultations par consultation… c’était le bon temps des 30 glorieuses! Cela s’est matérialisé par une bonne dizaine d’appartements, et c’est aussi le choix des « patients » consommateurs qui à l’époque allaient volontiers consulter plusieurs fois pour les plus angoissés… un peu comme les piliers de bar, qui font vivre les bars!

        Certes cela a été recadré mais c’est encore dans notre inconscient collectif ce libre choix absolu, cette consommation de santé… Personnellement j’ai vécu mon passage à l’hôpital comme un immense cadeau et l’engagement des soignants appelle à « rendre » cela à la société.

        D’un point de vue politique, c’est un peu comme si le gouvernement avait tenté d’aller dans le sens d’un rationnement/rationalisation des soins, et qu’il doive en situation de crise faire marche arrière toute, face au tabou absolu que représente cette notion de choix. Et pourtant ce choix est déjà une réalité, directement car il existe déjà notamment une médecine a deux vitesses, et indirectement encore plus, car il est clair, que actuellement si sélection il y dans la qualité des soins, c’est largement le portefeuille qui élude les questions délicates… : il y a les sans dents et les avec 🙂

        Est ce que tout le monde a vraiment droit a une multi opération quintuple pontage du coeur a répétition plus les genoux, plus , plus , plus plus… ???? Et ensuite, pour finir.. (pardonnez moi!) 3 semaines de réanimation 9 mois de rééducation pour gagner… une année de vie.. oisives à s’emmerder.. (j pousse un peu les feux.. mais.. pour la pédagogie!) et à divaguer un peu de temps en temps.. !?

        Bon, je dois faire partie des modernes et disons que je connais très très bien un gars qui a accompagné son père en suisse celui ci ayant décidé qu’il avait suffisamment bien vécu.. et qu’il souhaitait partir.. bien.. et cela fut une expérience très forte, de nature à soulever ce tabou du choix des soins, du choix de sa fin de vie, les deux étant liées. Amen.

        2
      2. @timiota et Bob
        Bob a raison la déprogrammation et le décalage de prise en charge est inacceptable, en particulier pour une deuxième vague 6 mois après.

        Alors soit on a amélioré entre temps les moyens (ce n’est guère le cas)
        soit (si on a laissé dérapé parce qu’on a foiré le traçage isolement) on confine vraiment plus tôt, pour ne pas dépasser les capacités réelles !

        Mais il ne devait pas y avoir de deuxième vague, et surtout pas de reconfinement !

        En plus on l’avait dit !

        Un confinement plus tôt n’aurait pas coûté plus cher et aurait de plus économisé au moins 10000 morts.

        1
      3. Juste une info anecdotique : j’avais deux rendez-vous d’examen de routine dans des hopitaux belges à mi-novembre, et ils étaient maintenus malgré la 2e vague selon mon info en début novembre : c’est moi qui les ai décommandés par peur de confinement intempestif et j’ai bien fait : je n’aurais pu m’octroyer une autorisation de faire 800 km au retour. Un ami est revenu le 8 novembre en TGV : interrogation et fouille pour qu’il puisse justifier qu’il habite effectivement chez une copine française depuis 10 ans. Il a failli être refoulé !

      4. En effet, je comprends.

        On s’est gouré sur un facteur 2 dans la jauge, alors.
        Il fallait un pic à max 2500 réa pour ne pas trop faire de méga-bourrelet de tout le reste.
        Je le dirais comme ça,
        C’est alors en effet le calcul du couvre-feu qui est déjà assez lourdement fautif,
        alors qu’il ne l’est pas tant pour une visée à 5000 en réa « cash ».
        Delta = 10 jours de ratés, plus que les deux fois les 4 jours de saint Drosten et All.(emagne).

  7. La question de savoir quelle génération est sauvée ou manipule les autres à travers le confinement relève de l’interprétation sélective des faits .
    Elle fait l’impasse sur le risque réel d’engorgement des hôpitaux ( la crainte du pic de trop à l’instant T ). Risque plus ou moins bien évalué , mais risque réel vu le côté exponentiel des pics de diffusion de ce covid.

    Alors , ok, Imaginons la situation cauchemardesque d’une gestion sélective des malades.
    Et posons les questions qui dérangent:
    1.En renonçant à sauver les vieux, quel serait l’intérêt d’engorger les cimetières plutôt que les hôpitaux?
    On n’échappera pas à la cause de la difficile gestion de la catastrophe actuelle : le manque de moyen du monde de la Santé .
    2. Si tout le monde tombe malade en même temps , quel sera le prochain critère de sélection pour le droit aux soins? L’ absence de comorbidité , l’argent , le métier , la nationalité , le sexe , la couleur politique , la région ,la rareté etc…?

    Je ne vois pas d’autre solution que l’unité de la nation autour de la solidarité , au jour le jour , épreuves après épreuves .
    Sinon , ce n’est pas le système de santé qui va péter , mais le pays .
    Le gouvernement est conscient du danger , vu ses projets de lois sécuritaires.
    Mettra t’il en avant la solidarité de tous envers tous ?
    Qui vivra verra.

    1
    1. Et qui mourra , n’embêtera plus personne !

      Pour ce qui est de l’engorgement , c’est actuellement plutôt celui des sociétés de pompes funèbres et /ou de cérémonie-incinération pour ceux qui préfèrent ce mode de compactage .

      Sur Annecy les sociétés de pompes funèbres annoncent avoir triplé depuis 15 jours leur activité habituelles( et il faut au moins 12 jours pour se faire enterrer ) et les macchabées attendent aussi une semaine dans les morgues des crematorium avant de passer du froid au chaud après la cérémonie familiale d’adieu .

      Bref , il n’y a pas qu’Amazon qui profite de la situation .

      1
      1. J’aime le Juan expéditif. Vous avez du vous maîtriser grave pour masquer cette capacité expédition sous une épaisse couche de douceur savante et snobinarde. Non Débonnaire. 😛

      2. Echo direct du CHU Saint Etienne ( situation ce lundi ) :

        – Les morts attendent aussi assez longtemps dans la morgue surchargée.
        – personnel de plus en plus lui même touché ( trois médecins du service eux même en réanimation , équipes décapitées et à l’arrêt 8 jours dès qu’il y a un cas positif ) , surcharge 24/24 pour ceux qui sont valides .
        – difficultés morales liées à l’accompagnement de fait des mourants jusqu’à leur fin ( difficultés d’accès et parfois absence de membres de la famille )
        – difficultés éthiques à communiquer avec les familles dans le cadre de la loi Leonetti pour décider de l’arrêt des soins . Familles « disjonctives » pas prêtes aux issues malheureusement trop rapides .
        – fatigue extrême ,.
        – seul point positif : oubli des inimitiés ou petites querelles internes . Tous ceux et celles qui tiennent le coup se forgent une solidarité historique .

        1
    2. Un p’tit Thiefaine pour la soirée. La complainte du croque-mort:

      Et si le choléra marche bien
      Je pourrai faire des folies
      J’agrandirai mon magasin
      Et je prendrai des apprentis
      Je serai la maison Borniol
      Le supermarché de la mort
      Cercueils à fleurs pour les pauvres mômes
      Et à roulettes pour les vieillards
      Je serai la maison Borniol, Borniol, Borniol
      Maison Borniol, maison Borniol
      Bières, cercueils, catafalques
      Maison Borniol, maison Borniol
      Demandez notre catalogue automne/hiver
      Maison Borniol, maison Borniol
      15 % de réduction sur suicide collectif
      Maison Borniol, maison Borniol

      https://youtu.be/KtCyV2UYPVM

      3
    3. l’engorgement est connu des hôpitaux, il revient à chaque automne depuis au moins 2014 des que la température passe sous les 10°. Pour la gestion cauchemardesque c’est ce qui se passe tous les jours, on est aidé par des changement un peu partout en Europe par des adaptation éthiques publiées par les ordres des médecins ou leur équivalents, qui ont été publiées au plus fort de la poussée d’avril. Le vrai problème c’est que tacitement on limite les moyens de la santé parce que c’est cher, et deplus en plus cher, mais on promet une longue vie à tous alors qu’en agissant comme si la limite était le ciel (sic) on laisse tomber des problèmes de santé plus massifs de la population active.

  8. Pour l’APHP, je ne sais pas très bien à quel point ça a pu drainer loin de l’IdF, mais j’ai clairement eu l’explication que l’APHP voulait avoir « tous les covid chez elle », et le minimum dans les cliniques privés (et personne chez les véto !?!) .
    Pour être sûre de faire les études de masse possible seulement au pic de la pandémie (avec articles à la clé, mais ce n’est sans doute pas la motivation en soi). Un peu égoïste, certes, mais ça explique en tout cas, si tant est qu’il y ait eu drainage des dpts limitrophes à l’IdF (Oise, Aisne, etc. ) un rôle prédominant de l’APHP. Pour les zones peut touchées en mars-avril (Sud-ouest) il ne s’est pas passé grand chose de toute façon…

    1
      1. D’où l’ingénierie de la 3ème !
        A défaut de hold-up, 2 ou 3 semaines de confinement n°2 en plus ou en moins sont un levier pour jouer sur les caractéristiques du futur n°3,

        et le gouvernement a N paramètres pour décider l’action sur ses leviers.

        Il suffira que Sanofi en rajoute sur tous les paramètres qui l’arrangent pas son lobbying ad hoc.

        C’est là qu’on voit simplement (comme au UK) que les comités n’ont pas assez de contrôle démocratique a posteriori.
        Leur job en temps réel aurait du être de coucher noir sur blanc , en gros tous les 15 jours,
        leur avis sur la suite (leur perception des données) et les leviers à actionner en priorité suivant eux, quitte à ne pas être suivi par l’exécutif.

        Mais au moins pouvoir être compris, –a posteriori seulement mais c’est pas rien — par le législatif.

        1
  9. C’est très intéressant de lire les contributions sur ce blog.
    Par gentillesse, et aussi pour relancer la discutions, par esprit de contradiction aussi, pour minimiser le propos comme souvent ils sont d’ordre « est-ce bien la réalité ? », « quels sont le faits ? », « que nous disent les stars? », et aussi « d’accord avec BOB, », etc.
    Ce que nous écrit et nous revoie BOB, c’est son expérience, son vécu de praticien et son raz le bol, face à ces inepties qui passent en boucle.
    Et surtout il nous fait part de ce qu’il observe, ce que je peux aussi « ressentir » en lisant certains commentaires ici, la peur, la terreur et maintenant la paranoïa.
    Tout ces comportements qui entraînent toutes les attitudes qu’il décrit qui sont faites de retrait de la vie, de manque de soin, de dépression de suicides, et beaucoup d’autres encore.
    Oui suicides et mort de cancers un peu laissé s de côté. Car si je connais pas de cas de covid autour de moi, famille assez grande et amis ou voisins les deux autres causes oui…
    Je ne peux que l’entendre d’autant plus que je l’entends, (de part mon activité), des soignants et d’autres médecins actuellement qui n’en peuvent plus et doivent la fermer car si ils ne sont pas dans la doxa ambiante ils risquent gros.
    Dernièrement un confrère de BOB qui commençait à craquer ( oui l’épuisement, la souffrance professionnel et le burn-out sont le lot de nombreux soignants) me disait.
    « Je n’en peux plus de faire face à cette terreur que les personnes en consultation déversent car je ne peux pas et surtout ne veux pas comme d’autres confrères les médicaliser ».
    « Oui mais du coup je commence à voir qu’à leur yeux je passe pour un charlatan.
    Bon comme il y a un désert médical dans le coin je ne risque rien, mais quand même ! ».
    Oui je réside pas loin d’un village dont la mairie a posé une pancarte pour demander à un jeune médecin de venir s’installer, l’ancien est parti après avoir plus que servit la communauté.
    Je soupçonne ( ce n’est pas une vérité ok) que parfois les contributeurs du blog n’acceptent pas toujours d’entendre des témoignages d’amis du blog comme BOB, et pour se rassurer argumentent, ce qui en soi est acceptable bien entendu.
    Vous me direz que moi je prends pour argent comptant les arguments de BOB.
    Oui sans restriction comme je prends tout ce que j’entends d’autres soignants pour qu’ils puissent passer ce cap que nous ne vivons pas et qui les touchent de plein fouet.
    Merci à Paul de nous permettre d’entendre aussi sur ce blog ce que nous pouvons retrouver ailleurs comme témoignages de soignants qui essaient de faire partager leurs expériences et leurs savoirs sur la question
    Dernière précision pour que tout soit clair au moins pour moi et éviter les interprétations.
    Je n´ai jamais écrit que BOB est ou était en souffrance ou épuisement professionnel.
    Il exprime ce qu’il ressent est pense d’une situation du point de vu d’un médecin et donc d’un soignant.
    Ce qu’il exprime et je l’en remercie pour cela est vécu par un très grands nombres de ses confrères.
    Portez-vous bien et prenez soin de vous.

    5
  10. La période n’est pas curieuse, c’est peut-être simplement ‘une baffe’ parmi tant d’autres à suivre, avec un peu de bol on ne les aura pas en même temps, mais bon, c’est mon côté optimiste… 🙂
    Quand on laisse ‘crever les vieux’ (mais pas que !) lors des canicules (2003 par exemple), ça gueule; quand on se protège globalement pour ne pas laisser ‘crever les vieux’ (mais pas que !), ça gueule… Curieux en effet… 😉
    Curieux aussi, comme cela a déjà été dit ici, la diminution des pathologies (mortelles ou pas) suite à la baisse de la pollution due au confinement sera t-elle équivalente à celles, directes et indirectes, de la covid19 ?
    Peut-on en déduire ‘scientifiquement’ 😉 que l’excès soudain d’oxygène dans l’air rend peut-être une partie de la population nerveuse, apeurée, folle ? (j’veux dire plus folle que d’habitude…)

  11. Clairement, les décisions françaises sont liées au calendrier social plus qu’à la pandémie.
    1er confinement retardé après le premier tour des municipales. (On pourrait mesurer le coût (« exponentiel) en malades et décès de ces trois jours de retard.
    Intervention de Macron le 27 octobre sur des décisions applicables le 29 octobre sauf liberté de revenir de son lieu de vacances le 30 ou le 1er novembre. En fait, la moitié des décisions a été présentée par Castex début de semaine et en même temps l’allocution présidentielle du mercredi a été annoncée. Quatre jours de perdus mais c’était pour protéger le tourisme.
    Et il y en a eu d’autres retards cet été, que j’ai maintenant oubliés.
    Prochain déconfinement ? Pour les vacances de neige, certainement. Si neige il y a…

    1
    1. c’est mal parti et l’absence de neige inquiète les stations autant que le confinement .

      Quand ça veut pas , ça veut pas ;

      https://laclusaz-nordic.com/webcam/

      Heureusement depuis dix ans , ça phosphore dure de par ici , sur les impacts du réchauffement climatique et les reconversions nécessaires ( ça intéresse en particulier la caisse des dépôts ) .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.