32 réflexions sur « Vidéo – Trump trahi par la médiocrité de ses avocats »

  1. Vous l’aimez bien votre trump , vous n’arrivez pas à le lacher hein , mais désormais va falloir faire avec biden pendant 4 ans , ça risque d’être très looooooooong

    2
    1. Zut, démasqué ! Oui, j’aime cette ordure en secret et je vous envie vous d’avoir le cran de l’aimer publiquement ! (même si vous cachez très pudiquement votre amour derrière un pseudo).

      6
  2. J’espère que vous avez raison, mais tant que Trump reste populaire dans l’électorat Républicain, je crains pour ma part que les sénateurs ne bougent pas (quitte à faire preuve de toute la mauvaise foi du monde…)

  3. Questions candides ou… de Candide.
    1 / Mauvais avocats. DT peut-il choisir d’assurer sa défense ?

    2 / Je comprends que la procédure d’empêchement en cours est une sorte de conseil de discipline dont les parlementaires ont la responsabilité.
    Mais à quel niveau peut se prendre la décision de traduire DT devant des tribunaux ? Pour le pénal ou bien pour le civil ? Est-ce du ressort du ministre de la Justice qui doit bien porter un autre nom dans cette vieille et formidable démocratie.

    3 / Obtenir un vote ” anti DT” de 17 élus républicains semble une gageure en raison de la composition des chambres.
    Mais quelle est la durée maximum de délibération pour rendre une décision? Pas le temps d’attendre les élections les élections de mid-term qui pourraient donner plus d’élus aux démocrates, n’est-ce pas ?
    Dommage.

  4. J’ai vraiment du mal à croire qu’il y ait assez de sénateurs républicains qui suivraient les démocrates. Aujourd’hui, on risque plus d’être exclu du parti si on est contre Trump, que si on appelle au meurtre sur des élus démocrates donc …

    1. Je pense hélas que les sénateurs Républicains voteront plus en fonction des sondages qu’en fonction de l’attachement qu’ils devraient avoir à la défense de la démocratie (sauf les 6 qui ont déjà voté “pour” la démocratie, et qui sont plus conscients, plus respectueux de leur charge sénatoriale). Aussi, si l’opinion publique montre, sondage à l’appui, qu’elle est choquée et qu’elle condamne Trump, alors celui-ci sera probablement condamné. Si c’est le contraire, il sera absout de fait.

      Je n’ai pas vu la vidéo d’introduction, mais j’ai cru comprendre qu’elle jouait avec les émotions. C’est à mon avis un des angles d’attaque des démocrates, en plus du côté “défense de la démocratie”. Ça peut réussir. Pour la démocratie, ça doit réussir.

  5. La médiocrité a t-elle une frontière ? Où peut irradier d’autres continents…? Et si un exemple nous était donné aujourd’hui dans l’UE…?

    “Il paraît que « la science a dépassé l’industrie » en matière de santé publique, et que « ce qui avant se faisait en 10 ans nous l’avons fait en 10 mois » concernant les « vaccins »… C’est ce qui est dit au sommet de l’UE, et repris dans les médias mainstream, sans autre attitude que la “contemplation”.

    N’y a t-il pas quelque chose de gênant – de choquant même au sens de la « Stratégie du choc » – à comparer les études d’avant, de longue haleine, complexes, fastidieuses, faites à moyen et long terme (sur les effets secondaires, etc), et menées par la recherche publique des États providences, et des services publics hospitaliers… de l’humain d’abord, dévoué à une conviction de servir le public… à l’écoute des souffrances, complications liées à des facteurs multiples de comorbidité, etc…. comparer tout cela à ce que les « start-up » (« biotech »…) d’aujourd’hui, s’exonèrent d’avoir à effectuer, à étudier (sauf à privatiser, s’accaparer les données personnelles des patient.e.s vacciné.e.s) laissant les risques… d’hypothéquer l’avenir… de s’être planté comme pour la Bombe atomique… à ce qui reste de « démocratie », vivre ensemble, dialogue social, dans les sociétés/civilisations se concurrençant déloyalement pour avoir en premier le plus de « produits », « quoi qu’il en coûte » aux promesses du « retour des jours heureux »… et à se que « l’apolitisme » gouvernant se déresponsabilise même d’avoir à assumer des échecs, des préjudices moraux à examiner, etc. ne voulant que les bénéfices immédiats d’une rentabilité capitalistique/électoraliste… ?

    « Des efforts de guerre », des sacrifices dans la hiérarchisation des valeurs morales, éthiques, etc, à prioriser dans les sciences fondamentales, humaines, etc… n’ont-ils pas permis d’aboutir à ce que viser la première place dans la course à l’armement nucléaire, durant la seconde guerre mondiale, et à ce que la guerre psychologique que « l’ennemi » (extérieur et intérieur) « nous obligea à mener » (comme l’alignement au moins disant moral… n’était pas un choix politique, mais une « obligation naturelle » en temps de guerre … ?), vaut aujourd’hui à préférer honorer la mémoire d’un chercheur américain irradié mortellement, qui pour la cause, sacrifia sa vie, en vivant avec une irradiation fatale, étudia jusqu’à sa mort, les raisons inconnues, parce que jamais étudiées auparavant à moyen et long terme… pour l’époque… de celle ci… plutôt que se pencher sur la vie des centaines de milliers de morts des bombes atomiques, largué au Japon (ou encore les zones irradiées des essais nucléaires des quelques pays possédant cette arme de dissuasion massive – USA, France, Russie, etc), en mettant en contre point de vu des « bénéfices/risques », les « bénéfices » du nucléaire dans la science médicale (Radiologie,IRM, etc), la propulsion spatiale (sondes interstellaires et interplanétaires…), “l’énergie propre” sans combustion d’énergie fossile (centrales nucléaires dont la problématiques de la gestion à moyen et long terme des déchets nucléaires, sont laissées à la descendance de l’humanité, si elle survie à la toxicité de son environnement en cas d’échec)… ?

    Qu’importe le plus à la science fondamentale ? D’avoir toujours plus les moyens de nous détruire/sauver (?)… de nous exterminer peu importe les façons (?)/de réguler notre croissance démographique, plus vite que les risques que nous font courir le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, les guerres commerciales, financières, de dettes publiques, politiques, monétaires, de “civilisations”, etc, dont elle est incitée et séduite depuis des lustres, à participer, à contribuer par la cupidité de son individualisme, plus que de raison, afin qu’il reste suffisamment de “poules aux œufs d’or” pour financer son imagination, inventivité, et plus de “croyance collective” en l’illusion d’un moyen d’établir une passerelle entre l’irrationnelle espérance “vie après la mort”, et raison de vouloir se sacrifier, se suicider, devenir “héroïque” (promesse d’un voyage sur Mars, dont seule l’allée garantie, que sans retour, seule l’histoire, la “téléréalité” se souviendra de vous…) et/ou participer à la “déprime” “psychose collective” de la peur d’avoir peur d’un reconfinement, des “lois liberticides” …?

    N’est-il pas tentant en pareil circonstance que de prétendre que la citation d’Albert Einstein disant “« Ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut espérer les résoudre.», n’était pas strito sensus un avertissement à se méfier de celles et ceux ayant induit de façon relativement restreinte, à l’avènement des problèmes, mais plus généralement à celles et ceux aussi préférant le secret d’affaire, les conflits d’intérêts le pantouflage, l’opacité, la démagogie, le populisme… à plus de transparence, vison et cap à moyen et long terme, et démocratie dans les choix des résolutions de ceux ci…?”

    1. En matière “d’économie politique”, de moyen de rendre “attractives” les, vocations ambitions, études de matières fondamentales, théoriques et les pratiques des sciences, est-ce la science ou le “scientisme” qui a dépassé les intérêt particuliers, court-termistes, que l’industrie financière trouve dans cette gestion néolibérale de la crise sanitaire…? Faudra t-il 10 ans, où plus des 10 mois qui manqueraient pour judiciariser combien “d’aléas moraux”, de préjudices moraux… à assumer… afin d’espérer répondre à cette question des fins et moyens…?

  6. Bonsoir !
    @PJ :
    Expert… à force, hein ? 😉

    J’avais lu quelque part (The Guardian peut-être ?) que ce cher D.T. avait annoncé que, même convoqué, il ne se présenterait pas au sénat pour y répondre.

    Est-ce vraiment possible ? Une telle convocation —ne serait-ce qu’à titre de témoin— n’est-elle pas “contraignante” ?

    Merci du détail, s’il existe (?)

  7. J’apprécie votre optimisme ! La dynamique des événements va t’elle amener assez de républicains à condamner Trump? J’ai tendance à en douter au vu de leur attitude électoraliste au premier impeachment. Vous évoquez la sensibilité des élus américains à la bonne image de leurs institutions. Dans la limite des risques d’être ou ne pas être réélus…? Rappelons nous qu’au premier impeachment il n’y a même pas eu procès du fait des républicains. C’était une parodie.
    Aujourd’hui ce ne sont pas tout à fait les mêmes sénateurs (sauf erreur de ma part)….et nous en sommes pour le second impeachment au procès. Il y a du progrès.

    1. Ce n’est pas de l’optimisme, c’est une référence à Aristote :

      – L’impossible n’arrivera pas
      – Le nécessaire arrivera nécessairement
      – Le possible est contingent : il arrivera ou il n’arrivera pas

      Le vote de 17 Républicains n’étant ni impossible ni nécessaire, il arrivera ou il n’arrivera pas

      Les commentateurs qui affirment ici que le vote de 17 Républicains est impossible sont probablement Dieu-le-Père habilement déguisé. Lui seul connaît sans doute l’issue du contingent.

      3
  8. Pour les élus républicains il s’agira donc de décider si ils ont plus peur de leurs électeurs que de possibles poursuites en justice pour actes de sédition.
    Qu’en disent les bookmakers? Il y a des paris sur le sujet?

    1. C’est exactement ça : de qui auront-ils le plus peur ? De leurs électeurs qui les lyncheront ou de poursuites judiciaires ?

      Tout à l’heure l’état de Géorgie a déposé plainte contre Trump, pour racketeering, etc. Donc, ça y est : Trump poursuivi au pénal pour tentative de fraude électorale à son propre bénéfice… et comme je le disais tout à l’heure, on avait eu le spectacle hier du fait qu’il ne peut plus recruter comme avocats que des bras-cassés.

      Pendant ce temps-là au Capitole on a pu voir une vidéo de Pence et sa famille s’enfuyant dans les couloirs du même Capitole le 6 janvier, tandis que la foule scandait “Pendez Pence !” Ambiance ! Je ne serais pas étonné par la défection d’autres Républicains (il y en a eu une hier, à propos de la constitutionnalité de la destitution) : à chaque nouveau témoignage leur complicité de fait dans des actes extrêmement graves apparaît davantage.

      4
      1. “..De leurs électeurs qui les lyncheront ..”
        Effectivement, il n’y a pas de fascisme sans (une partie du ) peuple saoulé de nationalisme et de socialisme jaloux.
        Trump, me semble incapable de fonder un vrai parti, parce que son égotisme maladif le force à jeter ceux qui l’aideraient à le former. Il n’a de ses prédécesseurs que le verbe charismatique (et dangereux), il reste donc moins dangereux.

  9. Bonjour
    Cette situation Ubuesque d’un canari affolé, cherchant sans doute la sortie n’est ni drôle ni même rassurante (intérêts contradictoires etc…) Je pense plutôt à l’histoire de l’idiot qui regarde le doigt quand on lui montre la lune. Quoi qu’il arrive,
    il reste 74 millions d’Américains qui demeurent “LE sujet”, plus une bonne poignée de démocrates réellement de gauche (raisonnables)…Tout ça faisant “une grosse lune”…

  10. Coucou,

    Bon alors, il ne est ou l’autre facho ? Il n’est pas encore en taule ?
    je ne souhaite généralement pas la prison, mais alors pour celui la, peut-être st helene, loin des réseaux, qu’il cultive ses choux et joue au golf sans risquer de déclencher des catastrophes à cause de son inculture crasse , son apologie des idées fachistes, sexistes, et racistes revendiquées sans honte et sans remord.

    a oublier.

    Bonne journée

    Stéphane

    1. bravo Stéphane, on casse le thermomètre et on se moque comme d’une guigne de la fièvre, très efficace… Encore bravo, on va aller très loin comme ça !!!

      1. Coucou,

        Il ne faut pas se leurrer. Ces idées la il faut les combattre sans cesse. et sans faiblesse.

        C’est pas une histoire de thermométre. C’est juste un combat politique. Un choc d’idée, de vision du monde. Il n’y a pas les vertueux contre les malpropres. Il y a ceux qui respectent la loi, et ceux qui s’assoient dessus .

        Bonne soirée

        STéphane

        1. Surtout , comme le thermomètre est infect et infecté , la première mesure de salubrité publique à prendre est de l’isoler et de le détruire . Ça évite de finir d’intoxiquer ceux qui sont déjà mal en point , et ceux qui ne le sont pas encore .

        2. mon cher Stephane
          Nous sommes d’accord pour “le combat politique, le choc d’idées, de vision du monde…” et bien sur “il n’y a pas les vertueux
          contre les malpropres ( encore que D. Trump…)
          En ce qui me concerne, le “America is back” de J. Biden ne me rassure pas plus que ça… Tous les B. Sanders et autres
          Ocasio-Cortez “élégamment” écartés pourraient nourrir une certaine amertume…

  11. Entre le pénal et le civil, vu par “l’examen de conscience” qu’il est suggéré d’être fait du coté du coté obscure de la force du patriarcat monétaire occidental ayant gouverné une mandature aux USA, qui 4 ans durant n’a eu de cesse de choquer les repères moraux et éthiques de toutes parts, n’y a t-il à examiner aussi les dérives de l’application de la “loi et l’ordre” du coté obscure du paternalisme de la “civilisation occidentale” (l’Europe à l’origine du “commerce triangulaire d’esclave”, etc, etc), où le déclin des valeurs morales et éthiques des sociétés politiques (élitisme, méritocratie…), “économiques”, démocratiques (abstentions…), se cherche quel dirigeant du public et/où (surtout) privé, sera lutter le mieux, contre les menaces de justices sociales et “sociétales”…?

    Pour exemple l’actualité du jour coté obscurci du pays de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen… ne peut-elle pas être illustrée comme suit…?

    “A entendre les arguties des néolibéraux complexés et décomplexés (le spectre électoraliste s’étendant de la macronie, jusqu’à la droite extrême et les extrêmes droites…) officiant dans nombres d’hémicycles, d’exécutifs, et médias mainstream, nous expliquer contextualiser comment comprendre ce qui est « l’actualité », « l’info », la « vérité »… tellement présente, qu’elle en devient si omniprésente que seul “l’omniscience” des “experts”… peut la rendre moins oppressante…jusqu’à nous justifier et s’excuser des décisions à prendre par rapport à la gestion ultralibérale des crises sanitaires, « sociétales », civilisationnelles, intergénérationnelles, commerciales, monétaires… ce que devrait vouloir dire, « consentir », se résigner, « accepter, « assimiler » d’avoir à « vivre avec le virus », « vivre avec la mort »… qui écoute et raisonne en fonction du fait qu’ils ne cherchent à projeter rien d’autre qu’un « imaginaire collectif », une « représentativité artificielle », aussi virtuelle que les « réseaux numériques », sont présumés “sociaux”… une « représentative alternative » de la réalité quoi… incapable, incompétente, in-intéressée à voir pas plus loin que le bout de leur nez, intérêts particuliers, conflits d’intérêts, « secrets d’affaires »…. pas plus loin « qu’au jour le jour », et qu’au court-termisme électoraliste financiarisé, lobotomisé en tant que « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » aux doutes, incertitudes « bas instincts » que leurs « ras le bol fiscal », « poujadisme » que sonde sans arrêt, jusqu’à obtenir un effet hypnotique, de manque… de douter de soi… la « DICTATURE des émotions »… sans se soucier des effets à long terme… secondaires… aussi nuisibles que le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité,les activités humaines genre « externalités négatives polluantes »… causant les zoonoses (sources de futures crises sanitaires, politiques, etc). … ni de leurs parts de responsabilités qu’ils dénient avoir à assumer, devoir payer… ?”

    1. Texte très profond. Par contre je n’ai pas tout compris; par exemple: ”externalités négatives polluantes”
      Pouvez-vous développer. Merci.

      1. Les délocalisations/”restructurations” du productivisme pour satisfaire le consumérisme occidental industrialisé, vers les pays moins disant social, moral (travail d’enfants dans les mines de pierres précieuses en Afrique, dans les usines chinoises pour fabriquer des smartphone en Chine, etc, dans l’industrie du textile au Bangladesh, etc) fiscal, environnemental, sont des “externalités négatives” qui polluent ailleurs… ce qui est décompté par exemple dans les émissions de polluants, gaz à effet de serre, etc en occident, et polluent les rapports sociaux (exportations des déchets médicaux contaminés, et des déchets ménagers soit disant trié en occident, vers des pays pauvres, refusant désormais que la misère de leur population joue à la variable d’ajustement de le poubelle du monde) , les tentatives d’instaurer des régimes démocratiques stable, du syndicalisme, etc, dans les pays pauvres et émergents… Déguiser cela en baisse de l’extrême pauvreté des populations en question, en lutte contre la famine (voir les scandales financiers concernant les banques françaises, etc qui font de spéculation sur les stocks gérés en flux tendu et les prix des denrées alimentaires – et masques, “vaccins” respirateurs… -, matières premières…), et démocratisation des “biens faits de la “mondialisation néolibérale”, revient presque au même que de parler des “biens faits” du colonialisme, à l’époque de l’esclavagisme…

        1
        1. J’approuve bien que manque de clarté.
          Vous avez raison sur un point. Il n’est pas novateur mais bon à rappeler sans cesse:
          Nous avons exportés notre pollution dans des pays moins regardants et avides de donner du travail à leur main d’œuvre.
          En ce sens les chômeurs de par ici sont un don sacrificiel à ces pays. Il va de soi que leur avis n’a pas été sollicité.
          Il faut comprendre dans le même élan que l’industrie est chose sale et vulgaire. Nous n’en avons pas besoin. Il nous suffit d’importer.

          1. Bien que je n’ai jamais voulu laissé entendre que la “chose sale et vulgaire” n’est pas tant la production industrielle (“dont nous n’avons pas besoin” dites vous…, Où n’est ce pas de retrouver de la régulation réglementation… dont nous avons besoin ?) dont la “demande” a besoin, aurais-je été moins transparent, claire, en incriminant (ce qui est fait dans nombre d’autres commentaires des billets de ce blog) aussi le consumérisme (plus de rois planètes par an pour le modèle de croissance Français, quand 6 n’y suffisent pas pour celui des USA) aussi déresponsabilisé que le sont les “externalités négatives polluantes”, les politiques “a-politisés”, le néolibéralisme… important avec toujours de régulation dérèglementation, ce que l’alignement au moins disant moral, fiscal, social, environnemental, de la main invisible” des “marchés financiers”… “offrent” en terme de marketings, opportunités de “communiquer”, et en terme de “prendre son risque” à parier sur les stocks gérés en flux tendus et les prix (faites votre choix entre les masques, “vaccins”, médicaments respirateurs, denrées alimentaires, pierres précieuses, maillots sportif à l’effigie d’un mondial au Qatar en plein désert, etc… qui continuent chez “nous” d’être exportés, vis à vis des pollutions des sols, océans, de l’air (pesticides, fongicides, etc, et “armements patriotiques”, matériels et techniques “sécuritaires”…) que ni les travailleur-euses étranger-ères les produisant/employant pour certains, ni les citoyen.e.s français.e.s victimes du chantage à l’emploi, des licenciements boursiers, des “restructurations”, des réformes structurelles néolibérales des régimes des retraites, et de l’assurance chômage, n’ayant pas plus été sollicité pour les produire, y réfléchir… n’ont ni conscience, n’ont ni voté en connaissance de cause (d’autant plus dans les régimes non démocratiques), par rapport aux injonctions contradictoires qu’elles-ils ont à arbitrer, entre “envies et besoins”, faire respecter son droit de savoir en toute neutralité, impartialité, objectivité du respect du pluralisme des idées démocratiques, et les “secrets d’affaires” (des “vaccins à arn/m par exemple…?), conflits d’intérêts, la corruption… régnant dans les pays non démocratiques, sans syndicalisme, etc…?

            1. Dit autrement…? N’arrivant pas à trouver dans votre commentaire, ou et quand… puis comment comprendre ce qui faut faut faire pour prendre le moins de quoi… de risque (“prendre son risque” ou faire un pari à découvert genre “GameStop”…?), et surtout qui accepte de l’assumer d’en payer les conséquences sonnantes et trébuchantes, mais surtout morales et éthiques (démocratiques, “sociétaux”…), suivant quelles régulations réglementations se soumettre, ou lesquelles contourner, “optimiser immoralement”, pourriez éclairer ma lanterne, sans que ma vessie explose à se satisfaire de votre “like”…?

  12. La presse : “Trump acquitté”.

    Il est malin, le bougre. Mieux qu’Al Caponne.

    Message aux truands au prise avec la Justice:
    “Choisissez un avocat médiocre!”
    Ne lésinez pas sur la médiocrité. Plusieurs médiocres, c’est encore mieux.
    Justice?

Les commentaires sont fermés.