Ordre monétaire international : L’océan Atlantique est très vaste !

Je tombe sur un communiqué de presse de l’agence Reuters daté du 16 juillet 2019 :

« L’ordre monétaire de Bretton Woods tel que nous le connaissons a atteint ses limites », a déclaré le ministre français des Finances Bruno Le Maire lors d’une conférence à la banque centrale française marquant le 75e anniversaire de la conférence.

« L’alternative qui s’offre à nous est désormais claire : soit nous réinventons Bretton Woods, soit il risque de perdre sa pertinence et de finir par disparaître », a-t-il ajouté.

L’ordre monétaire international a été défini par les accords de Bretton Woods en 1944. Vu le caractère stratégique du dollar américain à l’intérieur du système (sa parité fixe avec l’or), les États-Unis en étaient le garant. Le 18 décembre 1971, le président américain Richard Nixon dénonçait les accords, signant l’arrêt de mort de l’ordre monétaire international défini à Bretton Woods. Il n’y a plus d’ordre monétaire international depuis. Mais 48 années n’avaient apparemment pas suffi pour que la nouvelle traverse l’Atlantique 😉 .

Partager :

24 réponses à “Ordre monétaire international : L’océan Atlantique est très vaste !

  1. Avatar de Ghost
    Ghost

    Le détachement du dollar de l’or mettait un terme à une certaine stabilité monétaire et donc économique, c’était la fin définitive d’une époque. Et peut-être aussi le rapport envers l’argent et sa valeur. Jusqu’ à la fin des
    des années soixantes, sur chaque billet de banque figurait la garantie: « Silver Certificate ». Tout a changé depuis: augementation chronique des endettements, déficit publique béant, inégalités sociales croissantes, dèsordres économiques…….
    Personnellement je vois mal comment apporter et concrétiser des solutions en terme de monnaies. Le dollar restera encore la monnaie internationale dominante. Il ne faut pas surestimer la puissance chinoise, un état gouverné par un partie autocrate voire despotique – ce qui marque aussi une grande faiblesse. Les USA avec leur énorme potentiel resteront la grande puissance, et imposeront leur système. L’Europe n’est pas en mesure de s’imposer face à cela, beaucoup trop faible politiquement.

    1. Avatar de XTIAN
      XTIAN

      Le déficit commercial des USA avec la Chine témoigne d’une addiction américaine à la consommation de produits chinois,
      Ce qui n’est pas pour rien dans le confort de vie quotidienne des américains
      Pour décrocher de leur consomlation chinoise, il faudrait relocaliser la production aux Usa, ce qui coûterait quelques trillions !
      Pas sûr que la « puissance « du dollar soit suffisante pour financer le sevrage

      1. Avatar de XTIAN
        XTIAN

        Gloups billion et non trillion 😏

  2. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Lors des accord de Bretton Woods en 1944 , il y avait une alternative le Bancor de Keynes.
    La suprématie des USA de l’époque en a décidé autrement.

    L’économie a fait un grand basculement vers l’Asie et tout particulièrement la Chine. la nouvelle puissance économique dominante.
    L’ordre monétaire international va devoir s’adapter.

    Les Droits de Tirages Spéciaux:

    Le droit de tirage spécial (DTS) est un actif de réserve international, créé par le Fonds Monétaire International pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres. Sa valeur était basée sur un panier de quatre grandes devises (le dollar américain, l’euro, le yen japonais et la livre sterling). jusqu’en 2016

    La valeur d’un DTS est basée sur un panier de devises internationales clés examinées par le FMI tous les cinq ans. Les pondérations attribuées à chaque devise du panier sont ajustées pour tenir compte de leur importance actuelle en termes de commerce international et de réserves nationales de change. Dans l’examen effectué en novembre 2015, le FMI a décidé d’ajouter le Renminbi (yuan chinois)au panier, à compter du 1er octobre 2016. Depuis cette date, le panier se compose des cinq devises suivantes : dollar américain 41,73%, euro 30,93%, renminbi (yuan chinois)10,92%, yen japonais 8,33%, livre britannique 8,09%.

    La prochaine réévaluation est prévue le 1 octobre 2021.

    Le premier trimestre 2021 ,la Chine a vu sa croissance augmentée de 18,3% et tout particulièrement sur les exportations.

    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/04/16/la-chine-enregistre-une-croissance-record-au-premier-trimestre-2021_6076979_3210.html

    1. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      Une remarque concernant les Major Foreign Holders Treasury Securities

      https://ticdata.treasury.gov/Publish/mfh.txt

      La dette publique des USA détenue par des acheteurs étrangers est stable depuis 2 ans avec 7.138 milliards $ ce jour .
      Par contre son % se réduit régulièrement par rapport à la dette globale en constante augmentation avec 28.182 milliards $ ce jour., et 20.500 milliards $ en 01/2018

      https://www.usdebtclock.org/

      La Russie ne détient plus de dette US

      1. Avatar de Jean-Luce Morlie
        Jean-Luce Morlie

         » Major Foreign Holders Treasury Securities »

        Nominalement ; je dis -en droit civil- qui sont les individus représentés par ces fiduciaires ? Pierre Sarton du Jonchay voudrait-il nous -il nous éclairer sur le pourquoi de cette question ?

        1. Avatar de ilicitano
          ilicitano

          Un début de réponse:

          https://home.treasury.gov/data/treasury-international-capital-tic-system-home-page/frequently-asked-questions-regarding/ticfaq2#q7

          L’attribution par pays des avoirs étrangers de titres américains tel que indiqué dans les enquêtes de position et dans le SLT est imparfaite parce que certains propriétaires étrangers confient la conservation de leurs titres à des institutions qui ne sont ni aux États-Unis ni dans le pays de résidence du propriétaire. Par exemple, un investisseur allemand peut acheter un titre américain et le placer sous la garde d’une banque suisse. Dans les enquêtes sur les avoirs étrangers de titres américains, une telle participation est enregistrée contre la Suisse plutôt que contre l’Allemagne. Ce « biais de garde » contribue aux importantes participations étrangères enregistrées de titres américains dans les grands centres financiers, tels que la Belgique, les centres bancaires des Caraïbes, le Luxembourg, la Suisse et le Royaume-Uni.

    2. Avatar de Ghost
      Ghost

      « L’ordre monétaire international va devoir s’adapter »
      La Chine a adopté, depuis fort longtemps, une attitude strictement nationaliste. De plus elle devra, si ‘on croit les rumeurs, émettre une monnaie électronique emise par la banque centrale chinoise. Le problème: la BCE est indépendante (dit-on -:) , la banque centrale chinoise est étroitement surveillé par le parti. Le pouvoir chinois ne pense que en dimensions nationalistes – une réalité que l’on a longtemps ignoré (par naiveté) en Europe.

  3. Avatar de Guy Leboutte

    ilicitano: Intéressant!
    Mais ce qu’il faudrait voir, c’est quels sont les créanciers de la dette publique US?
    D’une part la dette publique due par le gouvernement fédéral à la banque centrale, la Fed, n’est pas un sujet d’inquiétude. C’est la normalité dans un état souverain sur le plan monétaire, qui emprunte à sa propre banque centrale, ce qui n’est plus le cas des Etats de la zone euro (ou de tous les Etats de l’UE?). Donc « dette publique US » n’est pas identique à « dette publique de la zone euro », cette dernière étant due à des banques privées, merveille des traités européens.
    Par ailleurs il faudrait voir ce qu’il en est des dettes d’autres pouvoirs publics, les Etats de l’Union et les municipalités.
    Enfin, il y a la dette publique détenue par les entreprises et citoyens nationaux: on considère en général que ce n’est pas un sujet d’inquiétude non plus.
    Il reste enfin la dette publique US détenue par l’étranger. Pour cette dernière, il me semble que c’est un jeu d’interdépendance. Dans les années 19… 70?, le Japon détenait assez de dette US pour créer une crise majeure des finances américaines, en revendant brutalement ses actifs américains, mais c’eut été aussi très dommageable pour l’économie japonaise. Aujourd’hui, c’est la Chine qui est en cette position. C’est cependant « Tu me tiens, je te tiens, par la barbichette ».
    À partir de là, je ne vois pas la dette publique US comme un facteur de crise ou d’instabilité.
    Il n’en va pas de même pour la dette privée US, celle des entreprises et des citoyens. Il me semble que la dette des entreprises US est un vrai sujet de catastrophe, comme la dette étudiante. Est-ce que Biden veut annuler cette dernière?
    …Il me faut un avis plus informé pour me faire une idée. Paul ? :))

    1. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      @Guy Leboutte

      https://www.thebalance.com/who-owns-the-u-s-national-debt-3306124

      La répartition de la dette US par détenteur.

  4. Avatar de Combes Didier
    Combes Didier

    Mettre en parallèle l’immensité de l’atlantique et celle de l’indigence des propos sur BW de M Le Maire…Il est taquin ce monsieur Jorion…..

    1
  5. Avatar de Mac
    Mac

    Bruno le Maire n’étant pas là moitié d’un con, il est préférable de mettre ce petit incident cognitive-temporel sur le compte d’une fiche bristol mal rangée…

    1
    1. Avatar de lit75
      lit75

      Est-ce que M. Lemaire n’utilise pas le terme « accords de Bretton-Woods » comme un synonyme plus diplomatique pour « rôle prépondérant du dollar dans le commerce international et comme monnaie de réserve » ?

      1. Avatar de Xtian
        Xtian

        On peut raisonnablement valider cette hypothèse, qui est, au delà du lapsus historique, le fond du propos.
        La prépondérance du dollar cessera lorsque le monde décrochera de l’Amérique pour la Chine
        Les usa, avec Biden, font tout pour retarder cela en embarquant leurs « alliés » dans un discours très agressif vis à vis de la Chine, beaucoup plus que Trump.
        L’Europe n’a rien à gagner dans cette dualité
        Par ailleurs, on peut craindre, quelque soit les détenteurs de la dette USA, que les plans de relance, le montant colossal de la dette américaine publique et privée, amène une baisse du dollar couplée à de l’inflation, le tout démontrant, ce que Biden voudrait éviter, le déclin de la puissance du dollar,
        Donc, sur le fond, Le Maire a raison.

        1
    2. Avatar de Chabian
      Chabian

      Mais célébrer les 75 ans des accords (dénoncés après 25 ans), c’est sans doute juste pour faire une « lockdown party » à la Banque !

  6. Avatar de Christian
    Christian

    Suisse, je connais les qualifications demandées à notre ministre des finances… Et en France?

  7. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Pour le commun des mortels européen qui subit l’ »American way of life » depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, et un ministre des Finances du gouvernement Manu, il y a un ordre de grandeur sur la compréhension de la marche du monde. Et dire que cette sortie, finement éructée devant un public d’énarques, de banquiers de haute volée, n’a provoqué aucune réaction. Je me reprends un « Hollywood chewing-gum » pour passer ma frustration.

  8. Avatar de Karluss

    pas assez d’or pour battre monnaie au service de 8 milliards d’individus… même avec des taux de change flottants. Il faudrait un taux de change « fondant » !

  9. Avatar de Manuel
    Manuel

    Encore une démonstration de l’incompétence sans fond des dirigeants français. Je tance aussi bien les politiques que les hauts-fonctionnaires.

    Quelle est la probabilité qu’un nombre suffisant d’entre eux comprennent la situation pour changer la politique monétaire de la France à très brève échéance ?

    Nulle ou quasi nulle.

    L’iceberg a déjà déchiré la coque du navire et le capitaine continue de manœuvrer comme si de rien n’était.

  10. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Un article intéressant

    https://or.fr/actualites/reforme-monetaire-dts-bancor-1535
    avec un article de José Antonio 0campo :
    IL EST TEMPS POUR UNE VRAIE MONNAIE MONDIALE

    « Une utilisation plus active des DTS rendrait également le système monétaire international plus indépendant de la politique monétaire américaine. L’un des problèmes majeurs du système monétaire mondial est que les objectifs politiques des États-Unis, en tant qu’émetteur de la principale monnaie de réserve du monde, ne sont pas toujours compatibles avec la stabilité globale du système. »

    https://www.bis.org/review/r090402c.pdf
    Réformer le système monétaire international:
    Dr Zhou Xiaochuan, gouverneur de la Banque populaire de Chine, 23 mars 2009.

    L’objectif souhaitable de la réforme du système monétaire international est donc de créer une monnaie de réserve internationale déconnectée des nations individuelles et capable de rester stable à long terme, éliminant ainsi les déficiences inhérentes à
    l’utilisation de devises nationales fondées sur le crédit.
    Confier une partie de la réserve des pays membres à la gestion centralisée du FMI renforcera non seulement la capacité de la communauté internationale à faire face à la crise et à maintenir la stabilité du système monétaire et financier international,
    mais renforcera également de manière significative le rôle du DTS.

  11. Avatar de Tout me hérisse
    Tout me hérisse

    Un cas intéressant en ce moment : la privatisation de la banque centrale de l’Equateur ; les autorités de ce pays vont perdre le contrôle des flux de capitaux, en bref, cela risque de transformer l’Equateur en ‘paradis fiscal’, un nouveau Panama, ce qui avantagera nettement les spéculateurs.
    https://cdes.org.ec/web/rechazo-de-privatizacion-del-banco-central-del-ecuador/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta