“Qu’est-ce qu’on veut l’année prochaine ? Macron ou un Biden français ?”

“Les médias ne voudront pas regarder ce qui se passe aux USA maintenant… Le virus que craint [Macron], c’est la bidenite, c’est ça qu’il craint ! … Mais il faut qu’il contamine nos esprits ! Qu’est-ce qu’on veut l’année prochaine ? Macron ou un Biden français ?”

19m24s

Partager :

184 réflexions sur « “Qu’est-ce qu’on veut l’année prochaine ? Macron ou un Biden français ?” »

  1. Merci François Ruffin, la démonstration est parfaite.

    Seulement il y a un hic, la gauche française ne parvient pas à s’unir.

    Certains font bande à part, et pas plus tard que le 1er Mai, ton chef Mélenchon qui s’auto-proclame futur président de la République. Est-ce vraiment la bonne manière d’y arriver ?

    Je suis désolé de poser le problème en termes aussi triviaux, mais une bonne idée ne suffit pas, il faut que l’intendance suive, et pour ça, c’est arithmétique, faut un candidat commun à gauche pour gagner cette présidentielle.

    Bernie Sanders, le « Mélenchon américain » s’était désisté en faveur du vieux Biden, qu’on disait centriste, mais qui se révèle socialiste !
    Alors tu sais ce qu’il te reste à faire, vas voir Jean-Luc et dis lui de redescendre sur terre.

    https://www.liberation.fr/politique/elections/a-lille-melenchon-defile-en-futur-president-face-aux-faux-jetons-verts-et-roses-20210501_DB5CC3QPGVC77L7A5UARBUVHRQ/

    8
    1. « Le plan de relance européen prévoit, pour la France, 40 milliards d’euros pour aider à la transition écologique et numérique notamment. Mais l’Union européenne va exiger des contreparties. »

      https://www.francetvinfo.fr/economie/plan-de-relance/union-europeenne-comment-les-750-milliards-deuros-du-plan-de-relance-seront-distribues_4602051.html

      Le scénario économique du prochain quinquennat est donc déjà écrit, avec la retraite par capitalisation, la baisse des indemnités chômage, la privatisation d’EDF et autres joyeusetés.

      Bref le traintrain habituel des « réformes », avec comme seul suspens de savoir si après la droite et la gauche, elles seront cette fois-ci misent en œuvre par l’extrême-droite.

      5
      1. @ Roberto Boulant

        40 Milliards c’est un montant plutôt ridicule au vu des 100 Milliards d’euros que la population française verse indirectement chaque année aux entreprises pour aucun effet prégnant, via le CICE. Et en plus, il faudrait se soumettre au nouveaux diktats
        de la Commission Européenne, pour cette aumône ?

        Je n’oublie pas non plus l’évasion fiscale en France qui se monte chaque année, à 80 milliards d’euros !

        1/ Information : ” Le CAC40 s’apprête à verser 51 milliards d’euros à ses actionnaires malgré la poursuite de la pandémie”
        https://www.bastamag.net/CAC40-dividendes-51-milliards-actionnaires-AlloBercy-aides-publiques-aux-entreprises-privees-coronaprofiteur-campagne-financement-participatif

        2/ Information : ” Le monde perd plus de 427 milliards de dollars par an à cause des abus fiscaux ” :
        https://blogs.mediapart.fr/alex-cobham/blog/201120/le-systeme-fiscal-mondial-programme-pour-l-echec-l-onu-doit-intervenir

        1
      2. @Roberto Boulant
        Ces 40 Milliards d’autorisation de dépenses non-libres s’acoompagnent de 100 Milliards d’euros d’endettement solidaire (15%) de la France dans le pot Européen.

        Bravo Mr Macron Habile manoeuvrier (Union-)Européiste !

        Un assujetissement supplémentaire, en vue également d’alourdir le coût apparent d’un Frexit.

      1. On se contenterait même du nom d’un vieux socialiste qui se révèle socialiste in fine… Alors voyons si on fait exception de Mélenchon bien évidement il nous reste qui… A part Jospin je vois personne d’autre : la revanche de Jospin qui priverait Marine de second tour c’est ce que nous propose PYD . forcément Mélenchon ça doit lui paraitre un peu éloigné du plancher des vaches, relativité oblige…

        Libération Joue le jeu dangereux de l’appareil du PC rien d’étonnant à ce que Mélenchon les snobe pour s’adresser aux militants directement en tant que présidentiables, Je suppose qu’ils considèrent que les voix du réseau local PS sont plus intéressantes que celle de LFI pour les législatives…

        On risque de pas mal se fendre la poire quand il va falloir que PS et EELV se trouvent un candidat commun… qu’ils commencent donc par la avant de demander à Mélenchon de rallier Dieu sait qui. Il faudrait que Mélenchon s’aligne derrière un candidat inconnu, on dirait un gamin qui demande qu’on lui dise oui avant de poser la question et encore le gamin il est suffisament intelligent pour ne pas faire ‘offusqué si ça ne marche pas…

        Si il ya bien une chose que connait Mélenchon c’est les jeux d’appareils en politique, son comportement est tout sauf de la mégalomanie, il se présente comme présidentiable devant la militance de gauche le jour du premier mai, c’est parfaitement calculé, il joue l’électorat contre les appareils. Il sait le faire et ça lui a plutôt bien réussi en 2017. Son attitude relève d’un calcul stratégique absolument pas d(une quelconque perte du sens de la réalité, bien au contraire. Il sait aussi que PYD et consort ne voteront pas Mélenchon même si leur chef de file s’aligne derrière lui, ils préfèrent encore Macron au second tour contre Lepen quitte à jouer avec le feu. Mélenchon n’a rien à gagner à leur faire des courbettes, voire peut être même des voix à perdre en dissuadant la partie de son électorat “tous les mêmes ” de se donner la peine d’aller voter y compris au premier tour.

        9
        1. Bien sûr qu’il y a un calcul, mais ce calcul me semble établi sur de mauvaises bases, ou bien trop minces pour qu’on puisse y prendre appui.
          Vous croyez donc qu’une dynamique va se créer comme par enchantement autour de Mélenchon alors que sa personnalité, et même une partie de ses idées propres sont extrêmement clivantes. Mélenchon c’est un peu l’anti-Biden.
          Peut-être qu’en période insurrectionnelle il tirerait les marrons du feu, mais dans le cadre d’une élection à 2 tours le plus probable est qu’il échoue une seconde fois.

          1. PS. Je précise que j’ai voté Mélenchon aux dernières élections présidentielles.
            Mais je regrette ce choix, Hamon était plus proche de mes idées. Mélenchon c’est un peu le Xi Jinping de la gauche Française (ce qui n’est pas un compliment dans ma bouche), un représentant de la gauche autoritaire et chauvine.
            J’ai voté Mélenchon comme vote utile qui s’est révélé tout à fait inutile.
            Ma conviction est que le seul vote utile désormais c’est celui pour un candidat commun de la gauche. En dehors de cette perspective la gauche va dans le précipice….

            1
            1. Dans ce cas il fallait voter Hamon, que voulez vous que je vous dise pas étonnant que la gauche en soit là avec des électeurs aussi malins… Si tant est que vous soyez de bonne foi ce qu’on peut mettre en doute au vu de votre message initial.. On reprocherait à Mélenchon sa mauvaise foi pour beaucoup moins que ça….

          2. Vous croyez que votre message est de nature à céer une dynamique, relisez vous… Vous venez dire maintenant bien sur que c’est un calcul que vous jugez mauvais mais ce n’est absolument pas ce que vous avez écrit initialement, pourquoi si ce n’est pour porter préjudice à une dynamique et faire passer Mélenchon pour un égolâtre qui se croit déjà président exactement comme le fait Libération et la gauche qui boude.

        2. “Il faudrait que Mélenchon s’aligne derrière un candidat inconnu”
          Non, il y en a un que M Mélenchon connait parfaitement et qui, ancien du P.S comme lui a claqué la porte solférinienne, dont le programme contient quelques grandes lignes de “l’avenir en commum” et sur lequel M Mélenchon ne crache jamais…

          2
      2. @CloClo
        Et qui pourrait rallier nombre de Macronistes d’il y a 5 ans ?
        Oui, mais il faudrait qu’il sorte du bois
        Et tue le Fils !
        Ce serait le début de la révélation.

      3. Cloclo,
        trouver le nom c’est la seconde étape, la première étant de rassembler sur un socle commun, avec bien entendu un programme a minima plus à gauche que celui de Hollande car Hollande c’était la droite sous un faux nez socialiste. J’ajoute que la victoire de Biden ce n’est pas la victoire des centristes, mais la victoire d’un candidat centriste qui était soutenu par un parti démocrate dont l’aile gauche s’était considérablement renforcée dans la décennie passée.
        Il y a bien sûr aussi la personnalité propre de Biden outre la prise de conscience au sein du parti démocrate qu’après les évènements du capitole il fallait changer de braquet,

        Si je cite le cas Biden ce n’est pas pour chercher mécaniquement qui serait le vieux centriste français, c’est simplement une image, c’est pour dire que se revendiquer de la vraie gauche comme le fait Mélenchon ne suffit pas à apporter la victoire. Il faut d’abord rassembler.
        Mélenchon fait le calcul qu’une dynamique va se créer autour de son nom. C’est de la folie douce de faire un tel pari, qui finalement ne repose que sur l’idée qu’il se fait de lui-même.

        Jospin, non, trop rigide.

        1
        1. Pierre-Yves,

          La France n’a plus la maitrise de sa politique budgétaire qui doit obligatoirement s’inscrire dans le cadre néolibérale du PSC. Les politiques de redistributions sociales et d’appropriation des communs sont simplement impossibles dans le cadre des traités européens.

          Lesdits traités étant verrouillés car nécessitant pour ce faire l’unanimité des pays membres, il en ressort logiquement que le vote des citoyens français n’a strictement plus aucune influence sur la politique économique suivie.

          C’est bien connu l’argent et le nerf de la guerre. Mais c’est également celui de la paix : quel que soit le nom du prochain factotum élyséen, nous aurons plus de “sécurité” policière et moins de sécurité sociale.

        2. Salut PYD

          On vrai exercice de langue de bois ton commentaire.

          A qui penses-tu toi qui serait le Biden français si JLM est le Bernie de l’histoire ?

          Allons allons un petit effort, j’ai pas le temps pour les enfantillages mon ami.

          1
          1. Cloclo,
            Je vais te décevoir, à ce stade, je ne vois pas qui.
            Mais comme j’essayais de l’expliquer pour moi l’important ce n’’est pas d’abord de trouver un nom, mais d’établir une plateforme commune. Sans quoi le NOM se sert à rien.
            Mais finalement tu as peut-être raison, Jospin n’est peut-être pas une si mauvaise idée, si seulement il a abandonné sa conviction que « l’Etat ne peut pas tout. » qui avait tant déçu à gauche. Jospin on na pas de surprise avec lui, car c’est un homme droit, mais justement parce que c’est un homme droit j’aimerais savoir quelles sont ses convictions aujourd’hui. Or il a quitté la politique ….

            1. @Pierre-Yves Dambrine
              Attention à la DLUO, comme pour Chevènement ou Lang (qui s’agite encore),
              Quand à Martine Delors jeune par rapport à Biden et Trump mais pas Brigitte, elle a laissé une impression de rigidité jospinienne dans son application des 35 Heures Strauss-Kahniennes.

            2. Merci pour ta sincérité, je comprends donc qu’il y a personne selon toi en fait. Car bien entendu il faut un programme en commun, mais si à cette heure tu ne vois personne, c’est assez inquiétant tu en conviendras. En revanche “Jospin” n’est pas un idée à moi mais à Dup sauf erreur.

              Je ne vote plus de tout manière.

              1. C’est devenu complétement ahurissant, je fais une blague et ça devient l’idée du siècle tellement ils sont dans l’antimélenchonisme primaire… Ils finiront tous par voter Macron pour s’éviter un second tour Mélenchon/Lepen qui les transformerait en crocolion 🙂
                Comme le dit Todd, qui que ce soit qui passe on aura Castex (= l’état autonome des hauts fonctionnaires énarques qui sont complètement à côté de la réalité), je peux pas te reprocher de ne pas aller voter moi j’irais au premier tour voter pour le programme LFI qui me parait le plus rationnel mais sans me faire aucune illusion. Je me fout bien de l’union sacrée, il est trop tard c’était en 2017 qu’il fallait y penser. Aujourd’hui la majorité des gens ne verra dans une union qu’un collectif qui s’unit pour aller à la soupe et il est fort possible qu’ils n’aient pas tort…

                https://www.youtube.com/watch?v=r6RnLCHXmU0

                1
                1. A choisir entre un programme commun négocié par les différentes composantes de la gauche et un programme porté par un seul homme je préfère la première option, la seconde, n’ayant aucune chance de l’emporter dans la configuration actuelle. Pour faire bonne mesure, et vous montrer que je ne fais pas de l’anti Mélenchonisme primaire, je vous indique que le raisonnement est valable pour n’importe quel autre candidat à gauche, qui n’ aura aucune chance, sauf miracle, s’il part en cavalier solitaire.
                  Je crains que vous ne soyez resté dans l’attitude figée du militant, fasciné sans doute par le le tribun Mélenchon, incapable de tout compromis, confondant le compromis avec la compromission alors que ce n’est pas de cela qu’il s’agit.
                  Un compromis s’il est bien négocié, mais pensé, peut in fine être vraiment de gauche. IL me semble que c’est à cela qu’il faut travailler. On dirait que le cas Biden, le précédent 1981, ne vous effleurent même pas l’esprit.

                  1. @Pierre-Yves Dambrine
                    En 81 François Mitterrand, homme politique de droite et ministre de l’intérieur de la VIème, revenait de loin porté par sa présence au deuxième tour en 65, surfant par une vague de renversement de gauche piaffant depuis 25 ans une alternance inaccesible qui aurait due être atteinte en 77. Le programme commun n’avait pas beaucoup d’importance à part le faire élire.

                    1. Ruiz,
                      C’est pas faux, mais sans les communistes, il n’y aurait pas eu de victoire.
                      Et une fois élu, il y a eu des communistes au gouvernement. Idem en 44-46 après la Libération.

                      Je regardais hier soir sur la 2 l’excellent documentaire « L’histoire secrète de la résistance » dont voici le synopsis :

                      « Ils sont venus de tous les milieux, animé par des opinions politiques divergentes, mais tous partageaient une même volonté de se battre pour libérer la France. Des images d’archives, des éclairages d’historiens et des scènes de fiction reconstituent minutieusement les parcours personnels et intimes de cinq personnalités de la résistance : Jean Moulin, figure phare de la résistance, qu’il a organisée et unifiée, Henry Frenay, fondateur de l’un des mouvements les plus importants de la zone libre, Berty Albrecht, créatrice d’un service social d’aide aux prisonniers, Gilbert Renault, agent secret dont les informations ont changé le cours de la guerre, et George Beaufils, membre du Parti communiste, sont évoqués dans récit au présent qui permet de prendre la mesure de ce que signifiait alors “entrer en résistance”.

                      C’est un exemple à suivre, non pas à la lettre, l’époque actuelle est bien différente, de même 81, mais l’esprit et la méthode me semblent bonnes, et indépassables même, elles seront toujours valables : L’union sera toujours préférable à la division pour combattre un péril plus grand.

                      Le principal écueil aujourd’hui c’est qu’une partie de la gauche et de ses électeurs n’a pas acquis la conviction qu’il y a péril en la demeure.
                      Beaucoup restent sur leur quant à soi, rejetant l’échec de la gauche sur les autres, au lieu de consacrer toute leur énergie à l’union des gauches pour combattre la droite et réaliser un programme commun de gouvernement.

                      https://www.france.tv/documentaires/histoire/2413885-l-histoire-secrete-de-la-resistance.html

        1. A peine plus sérieusement, quand j’écoute le chercheur Gilles Dorronsoro (spécialiste Afghanistan & Turquie)
          auteur du court livre
          “Le Reniement démocratique. Néolibéralisme et injustice sociale, éditions Fayard, coll. « Raison de plus », 2019”
          je me dis qu’il n’est pas très loin d’un programme commun (dans les dernières pages de ce bouquin, que je scannerai peut-être…)

          1. On peut même y trouver Alain Richard, de la génération de Trump et Biden, certainement de gauche, mais plus centriste d’apparence qu’un Mélenchon
            .

    2. @ Pierre-Yves Dambrine

      Il semblerait que vous ayez raté les trente dernières années et vous faites comme si l’élection de 2017 n’avait jamais existé.

      Pour rappel :

      1/ Je vous rappelle qu’en bon citoyen démocrate et de gauche nous avons voté Jacques Chirac en 2002 pour que Jean-Marie Le Pen ne passe pas au second tour et nous n’avons rien eu en échange pour avoir ” joué le jeu “. Nous n’avions cas aller nous faire f……n’est-ce pas ?
      2/ Ensuite, bon princes nous avons voté pour le couple Royal (PS) & Hollande (PS), le dernier étant une énième arnaque sans compter que par son bras armé il a osé lâcher sur son propre électorat sa milice de robocops et que nous nous en sommes pris plein la poire !
      3/ Je passe sur la dernière élection présidentielle qui n’aura grugé que celles et ceux qui ont bien voulu se faire gruger. Ceux – là n’ont plus que les yeux pour pleurer. Ils ont élu le bras armé du Cac 40, ils l’ont eu. Ceci étant dit pour mémoire, je vous rappelle que pour la première fois, cette élection a vu le candidat FDG ( 19.5 % ) passer largement devant le candidat PS ( 6,3 %) au premier tour.

      Un peu de décence commune ne vous ferait pas de mal, à vous aussi, au vu de cette réalité politique que vous aimeriez ne pas regarder en face. Il va bien falloir pourtant.

      11
      1. Il a aussi oublié que F Ruffin est indépendant qu’il ne fait pas parti de LFI mais seulement du groupe LFI à l’assemblée, Mélenchon n’est absolument pas son chef, s’il le soutient pour 2022 ce sera son choix et pas du tout je ne sais quelle subordination fantasmée.

        1
        1. Le soucis est bien là !
          Ce sont les groupes qui désignent leur leader. Qui y a t’il derrière Ruffin, quelles troupes pour aller sur le terrain ? Et le vieux Méluche n’est pas prêt de laisser sa place. En face, les troupes sont déjà en ordre de bataille, structuréest, implantéesi. …
          Quels Généraux prendront le risque de signer une tribune pour F Ruffin ?
          Marine n’a presque rien à faire d’autre que commenter l’actualité (et peut être de désamorcer les possibles tensions internes ). L’eau de la rivière de l’histoire coule dans son sens (malheureusement ) pour le moment. Pour détourner un cours d’eau pareil, il faudrait l’énergie de toute une machinerie. L’énergie d’un seul homme ne suffit pas.
          Si Biden est arrivé au pouvoir, c’est parce qu’il y a eu toutes les élections précédentes, parce qu’il y a eu Sanders qui a mobilisé un nouvel électora, parce que la famille Klinton a déçu et enfin parce que Trump a clivé l’Amérique. Biden n’est pas arrivé au pouvoir parce que c’était Biden. La preuve, c’est que tout le monde est surpris par ce qu’il fait. Au mieux, il a avancé masqué mais il n’a pas été élu pour ce qu’il est en train de faire. Il a surtout été élu contre Trump. Il y a fort à parier que s’il avait annoncé le programme de ce qu’il est en train de faire, Trump ferait son deuxième mandat. Et si Biden échoue même partiellement à aplatir la pyramide sociale, Trump ŕeviendra avec le soutien plein et entier des plus riches pour de nouveau faire grimper le haut de la pyramide. Tant que le paradigme sociétal partagé par la majorité de la population est pyramidale, il ne pourra y avoir de renversement et les généraux appelant à la “restauration de l’autorité” (restauration de la pyramide sécuritaire ) feront 80% dans les sondages.
          La question est comment faire bouger ce paradigme ?

          2
        2. Libération? Comme un doute sur la pertinence de la source.

          La droite n’est jamais si à l’aise quand elle dit à la gauche ce qu’elle doit faire.
          Mélenchon-bashing plein pot.

          2
        3. Dup, désolé, c’est jouer sur les mots que de dire que Ruffin n’a pas de chef, si in fine il soutient Mélenchon. DIsons que c’est son chef de cœur implicite ou de facto 😉

            1. Évidement tout serait plus simple si tout le monde se levait d’un seul homme pour Mélenchon comme dans la célèbre pub pour une crème au chocolat.
              Je souhaite seulement que les diverses composantes de la gauche jouent collectif, au lieu de chercher d’abord l’homme providentiel ou même le programme clé en main d’un seul parti. Mélenchon n’est pas le seul en cause, mais il ne facilite pas les choses non plus.

              3
              1. Jean-Luc Danette !

                Il fallait y penser 🙂

                Bon, cela dit, les sondages ne font certes pas une élection, mais il faut quand même tenir compte aussi de celui-ci (1) : en cas de second tour Mélenchon – Le Pen, la président du RN raflerait 60% des votes.

                Vous avez bien lu : SOIXANTE pour cent !

                Ce serait plutôt Marine Danette, en l’occurrence.

                (1) Page 53 de ce sondage d’avril 2021 http://www.commission-des-sondages.fr/notices/files/notices/2021/avril/9113-p-ifop-jddpdf.pdf

                1
                1. Sauf que les anti mélenchoniste en pleine lutte pour la candidature unique à gauche n’ont aucun intéret à répondre qu’ils voteraient mélenchon face à Marine. Une fois devant le choix à faire “in vivo” au second tour les conditions ne sont plus du tout les mêmes… On notera que l’inverse fonctionne aussi pour les autres candidats potentiels à gauche. Quand on vous sonde vous êtes en position d’influer sur le résultat, vraisemblablement même plus qu’en votant vous êtes un sur 1000 au lieu d’un sur des millions… A l’heure des panels de sondés “professionnels”… tenus par des instituts tenus par la droite, baser les stratégies d’union de la gauche sur ces données c’est aller droit à la catastrophe.

              2. L’avenir en commun n’est pas le programme d’un seul parti, la LFI n’est pas un parti et le programme n’est pas clé en main, si vous voulez faire des propositions vous pouvez aller là :

                https://noussommespour.fr/programme/contribuer/

                Mélenchon n’est pas l’homme providentiel mais il est vraisemblablement le politicien le plus aguerri, il n’a pas de carrière à faire et il a un bon gros socle d’inconditionnels d’environ 8 à 10% selon que le PC le suit ou pas. Chirac aussi était complètement cramé en 95, vous vous souvenez supermenteur? il a suffit que les médias décident de le rendre sympa et d’un slogan absurde “mangez des pommes” pour qu’il dézingue Balladur et que le type du bruit et l’odeur devienne le recours républicain face à Lepen et soit pleuré comme un Kim Jun.

                3
      2. Hervé,

        Vous n’avez pas compris mon raisonnement, ou bien je l’ai mal expliqué, je reprends donc :

        Primo : le vote pour Chirac c’était un votre de toute façon accordé à un candidat de droite.
        Il aurait fallu un miracle pour que Chirac se transforme un homme de gauche. C’est le fameux « les promesses n’engagent que ceux qui y croient » de son ami Pasqua.

        Deuxio :
        Dans la configuration actuelle de la politique française, n’y a aucun chance qu’un candidat de gauche se présentant sous sa propre bannière l’emporte en créant sa dynamique propre.
        La gauche est trop fragmentée pour cela, c’est la raison pour laquelle il n’y a que la mise en place d’un socle programmatique commun qui puisse permettre de présenter un candidat unique de gauche à même d’emporter la majorité des suffrages aux présidentielles.
        Vous me citez les précédentes élections présidentielles, mais avec la configuration que j’évoque, le cas Hollande n’a plus lieu d’être.
        Hollande a été élu sur de vagues promesses de réformer la finance, il ne lui a fallu qu’un meeting pour envoyer une petite formule qui ne lui coûtait rien mais qui a berné une bonne partie de la gauche.
        Avec un programme commun ou une plateforme commune, un socle commun, comme on voudra, on n’est plus du tout dans la même configuration.
        Le vainqueur est redevable du soutien que lui apportent les composantes diverses de la gauche.

        Je ne suis pas naïf, il reste encore à remplir une condition, la plus importante même, pour qu’effectivement président qui serait élu avec la gauche mène une authentique politique de gauche. Cette condition c’est que celui qui portera l’espoir de toute la gauche prenne la mesure des enjeux, à l’instar d’un Biden.

        Bref, cette condition est suffisante, mais pour qu’elle soit remplie il faudra d’abord remplir les conditions nécessaires, celles que j’ai exposées ci-avant.

        2
        1. Tertio :

          Dans la configuration du traité de Maastricht et de la haute fonction publique française, il n’y a aucune chance qu’un président de gauche puisse échapper au TINA.

          Depuis 1992, tout a été fait pour que les politiques néolibérales ne puissent plus être remises en question et n’offrent pour seul choix que de se soumettre ou de renverser la table. La prise d’otage des peuples par les marchés.

          2
                1. Medellín, le 2 mai 2021

                  quote
                  El Espectador, Bogotá, Colombia
                  Domingo 2 de mayo

                  Auteur : Eduardo Sarmiento

                  L’épuisement du modèle économique

                  La crise économique trouve son origine dans le modèle de marché libre qui est en place depuis 1990. En contradiction avec la méthode scientifique, les solutions sont basées sur les manifestations plutôt que sur les diagnostics. La réforme fiscale est justifiée comme un moyen de réduire les déficits budgétaires monumentaux et d’améliorer la répartition des revenus. Cependant, on ne sait pas pourquoi les déficits fiscaux sont apparus. Il n’est pas certain que la réforme améliorera le coefficient de Gini de la répartition des revenus.

                  L’économie a longtemps fonctionné avec des salaires inférieurs à la productivité, une épargne faible et des déficits importants de la balance courante. En fait, la répartition des revenus se détériore et la production est inférieure au potentiel. Comme ces dernières années, le pays évolue avec une inégalité croissante et une production déficiente. Le déséquilibre a été accru par le coronavirus et les dépenses publiques excessives qui ont réduit l’épargne. L’économie a commencé à fonctionner avec des déficits budgétaires de 8 et 9 % du PIB, qui correspondent à plus de la moitié du taux d’épargne et ne sont pas viables dans les pays à revenu intermédiaire. En ce sens, la réforme fiscale est une action désespérée pour arrêter les effets de trésorerie du déséquilibre macroéconomique.

                  En aucun cas, la réforme fiscale basée sur les impôts indirects et des taux plus élevés sur les revenus, qui réduit les salaires, diminue la part des revenus du travail et augmente le coefficient de Gini, ne peut être présentée comme une formule permettant d’améliorer la répartition des revenus. C’est un artifice que l’on retrouve dans les sondages et les protestations sociales et qui décrédibilise les institutions.

                  La proposition de baisser le salaire n’est pas nouvelle. Il y a trois mois, un groupe de 22 économistes a signé une lettre demandant au président de réduire le salaire de 20 %. Quelques jours plus tard, une autre lettre de 52 économistes, dans laquelle mon nom figurait parmi les signataires, mettait en garde contre les graves conséquences d’une réduction du salaire. Au lieu de cela, ils ont suggéré de changer le modèle. Eh bien, le gouvernement, par le moyen déguisé de la fiscalité, penche du côté des premiers signataires.

                  La crise trouve son origine dans le modèle économique du marché libre. Les solutions sont fondées sur les manifestations plutôt que sur les diagnostics. La réforme fiscale est justifiée comme un moyen de réduire les déficits budgétaires et d’améliorer la répartition des revenus. Cependant, on ne sait pas pourquoi les déficits budgétaires ont explosé et comment leur réduction contribue à relancer l’économie et à améliorer la répartition des revenus.

                  Le modèle économique encourage les déficits budgétaires et cherche à les corriger par une réforme fiscale qui creuse l’écart entre les salaires et la productivité et qui est rejetée par la majorité de la population. Ce qu’il faut, c’est un modèle qui modère les déficits par des changements structurels qui augmentent le taux d’épargne et les salaires.

                  Le modèle économique est basé sur des hypothèses de la théorie néoclassique qui sont contredites par les faits. La croissance et l’équité sont considérées comme séparables, lorsqu’elles sont en conflit ouvert. La reprise de la croissance se fait en échange d’une répression salariale inférieure à la productivité. La solution, qui a été présentée à plusieurs reprises dans cette rubrique, est un changement radical du modèle, qui ne peut être effectué de manière intempestive. Cela n’est possible qu’à la lumière d’un programme national de réformes structurelles du modèle économique qui réduisent rapidement la pauvreté et améliorent la distribution dans le contexte d’une relance de la production et de l’emploi.
                  unquote

                  1
                    1. @Johan Leestemaker Le Brésil est le pays avec lequel la France a la plus longue frontière (2000 km) en Guyane.
                      C’est ce qu’aprennent les candidats à l’ENA.

                2. Pourriez vous nous en dire plus dans un prochain billet
                  Biden a besoin du marché obligataire pour financer ses plans de relance de 6000 milliards.
                  Il a besoin également du marché actions pour “valider ” la croissance anticipée par ses plans de relance, et ne pas écraser le sentiment de richesse que celui ci apporte aux citoyens un US, et de puissance vis à vis de la Chine.

                3. La question est jusqu’où on ira une fois que le cliquet sera levé? Combien de cran avant qu’on ne le replace ? Sachant que plus on saute de crans plus on prend de la vitesse et plus le cliquet risque de rompre s’il se rengage d’un coup sec dans l’engrenage et là c’est la chute libre. Le plancher des vaches du système économique c’est le troc…

        2. @PYD
          1/Chirac n’avait pas besoin de l’appel au “front Republicain” pour être élu…. il savait que spontanément il disposait d’une majorité de votes se reportant sur lui , ainsi que d’une abstention qui serait autant de voix qui ne soutiendraient pas Le Pen.
          2/la Gauche est fondamentalement divisée , ce depuis 1983… voir les oppositions à l’intérieur d’icelle de Maastricht (1992)->Traité Européens en 2005.
          ces divisions sont tellement “multifactorielles” (projet politique (VIeme R),culturel, économique , écologique….) qu’il est difficile de concevoir sur quelle base idéologique il pourrait y avoir un rassemblement.
          3/Hollande a tacitement été soutenu pas le PS , tout en continuant de jouer le système néolibéral (en nommant Macron par exemple) -> disqualification des parti(cule)s issus du PS ,(après la candidature de Macron en 2016 ) auprès d’une partie des électeurs de gauche (qui ont produit ensuite les gilets jaunes) qui , on peut le craindre nourrissent l’électorat de la droite dure….

          1
          1. a113,
            Aux élections européennes, l’Europe est le sujet, et encore il entre dans les votes des électeurs souvent des considérations nationales.
            Mais aux élections européennes, ce qui fait réellement débat :
            – les enjeux économico-sociaux
            – L’écologie
            – Le régalien

            Sur ces 3 thèmes il ne me semble pas insurmontable de construire un programme commun. En 81, qu’y avait-il de commun entre Mitterrand et Marchais si ce n’est le désir de faire gagner la gauche sur un programme commun ? Ce programme commun a déçu, mais nous ne sommes plus dans la même configuration mondiale. En 81 nous étions à l’aube de la ‘révolution’ conservatrice néo-libérale. Aujourd’hui on a un Biden, le balancier de l’histoire repart dans l’autre sens.

            1. “Ce programme commun a déçu” , bien entendu , car il ne posait pas les problèmes que soulevait l’émergence du néolibéralisme déjà à l’époque +++
              donc , la tâche , qui n’est pas insurmontable , mais nécessaire va être de repenser ce que peut-être un progrès social en 2021 tenant compte des réalités actuelles ( santé , état de l’environnement , extension de la pauvreté et de l’insécurité …. )
              il y a du boulot. et on est loin d’un bidouliage électoral style programme commun de 1981.

              1
              1. IL a déçu pas tant à cause des propositions elles-mêmes, qu’à cause du tournant libéral de mars 1983, avec la nomination de Fabius au poste de premier ministre.
                Il est est resté sous l’égide du gouvernement Pierre Moroy, l’abolition de la peine de mort, la retraite à 60 ans, la semaine de 39 heures, la 5ème semaine de congés payés, la négociation dans les entreprises. C’est pas rien tout ça.
                Il y a eu aussi les nationalisations, qui n’ont pas tenu la rampe, précisément à cause du tournant néo-libéral. Bref c’était un gouvernement authentiquement de gauche dans un premier temps mais qui arrivait à contre-temps dans le contexte mondial.
                La gauche sociale-libérale a alors très vite pris le dessus, et le PS paie aujourd’hui de n’avoir pas réalisé l’inventaire de ses reniements.

                https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/06/07/les-dix-mesures-cles-de-pierre-mauroy_3426177_3382.html

                3
            2. « Aujourd’hui on a un Biden, le balancier de l’histoire repart dans l’autre sens. »

              Quelle est l’option la plus crédible ? Que Biden soit devenu socialiste ou que lui et ses commanditaires aient eu très peur et réalisé après l’invasion du Capitole qu’il était urgent de desserrer un peu le nœud coulant autour du cou des classes moyennes pour sauver le système ?

              Il est encore trop tôt pour se faire une opinion définitive, mais un président étasunien socialiste, disons qu’on y croit –très- modérément 😀

              2
        3. La France, comme les USA, d’ailleurs est politiquement ancré à droite.
          Il a fallu un candidat repoussoir à droite pour élire miterrand et Hollande.
          Là face à deux candidats repoussoir, Macron et Le Pen, la gauche n’arrive à produire que de la division.
          Avec Melenchon comme candidat le mieux placé à gauche , nous avons un troisième candidat repoussoir, qui en outre, contrairement à Macron serait battu par Le Pen.,
          Il est urgent que Ruffin décroche le wagon.

          2
  2. Une chose sur laquelle jeter un œil c’est l’intervention de Patrick Artus relativement à son nouveau livre “la dernière chance du capitalisme”
    Chaque intervention de P.Artus scotche les intervenants.
    Seul point contestable de sa part, la volonté de faire porter les externalités des entreprises aux Etats pour leur permettre de faire face aux transitions.
    https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/les-experts/les-experts-jeudi-22-avril_VN-202104220139.html
    Merci de vos efforts

  3. Désolé, j’ai oublié de rajouter ceci:
    Autres points qui reviennent en boucle sur BFM:
    Dixit que: le plan Biden n’a pas de justification en France, car la situation fiscale n’est pas la même; nous serions le pays le plus taxé au monde, et pour appuyer la démonstration toujours la même confusion, on additionne taxation et prélèvements sociaux.
    Bien sûr en occultant que les prélèvements sociaux ne sont pas une taxe, mais une prestation sociale qui permet aux salariés de consommer sans avoir à se soucier des accidents de santé. C’est donc quelque chose qui revient indirectement dans les caisses des entreprises en soutien de la demande.
    De plus le système de prestation français est plus économique que l’américain pour une couverture plus grande qui plus est.
    Si les Français devaient payer des assurances privées , ils consommeraient moins et c’est donc moins d’argent pour les entreprises.
    Benjamin Coriat, professeur de sciences économiques : “Aux USA la couverture santé mange 19% du PIB contre seulement 11% en France pour une bien meilleure protection.”
    De plus en termes de poids fiscal/ individus la France est “seulement” 4ème derrière les Allemands :
    Voici le classement des 35 pays de l’OCDE en fonction de la charge fiscale pesant sur les revenus du travail d’un célibataire sans enfant.
    Belgique — 54,0% com/Andy Hay.
    Allemagne — 49,4% com/Stewart.
    Hongrie — 48,2% …
    France — 48,1% …
    Italie — 47,8% …
    Autriche — 47,1% …
    Finlande — 43,8% …
    République tchèque — 43,0% …
    Plus…•11 avr. 2017
    CLASSEMENT: Les pays de l’OCDE où les salaires sont les …www.businessinsider.fr › classement-pression-fiscale-sur-s.

    6
    1. Vous avez raison de dénoncer cette arnaque qui consiste à additionner prélèvements sociaux qui ne sont que du salaire différé et fiscalité. cela fait des décennies que l’on entend cela et pas moyen que les journalistes y mettent le holà une fois pour toute.

      2
    2. @Dalla Vecchia Luigi
      Additionner taxation et prélèvements sociaux se justifie parfaitement, il s’agit de la part de la richesse qu’il n’est plus possible d’affecter librement.

      L’usage qui en est fait revient toujours indirectement dans les caisses des entreprises en soutien de la demande, peu importe que ce soit par des transferts sous forme d’allocation, il y a simplement alors changement de prescripteur, soit sous forme de dépense directe (marchés publics), de dépense de fonctionnement (rémunération de fonctionnaires) ou d’investissement, et même le paiement des intérêts ou du remboursement de la dette, n’est que l’accessoire d’une dépense antérieure sans prélèvement à des conditions financières généralement plus avantageuses que celles qui auraient été consenties à l’assujetti.

        1. @daniel
          Les “charges” ne sont pas des impôts, pas plus les cotisations patronales que salariales, cette distinction étant totalement factice, ce sont des prélèvements obligatoires sur les revenus salariés, qui ne sont plus disponibles pour ceux qui sont censés bénéficier de ces revenus dans l’allocation de la valeur ajoutée.
          Mais tout est fait dans le confusionisme ambiant, l’apothéose étant le confusionisme macronien, pour mélanger avec l’impôt, depuis l’abandon d’une vrai gestion paritaire, le transfert des décisions budgétaires au parlement, mais aussi la création rocardienne de la CSG, cet impôt qui essait de ne pas en avoir le goût et dont tout le monde raffole par la suite.

          1. Je vais le redire:
            Les seules charges qui vaillent sont quand le 7.ième de Cavalerie charge les Indiens pour sauver les migrants qui ont mis leurs chariots en cercle défensif. On doit trouver ça dans un Lucky Luke. ” Sabre en main. Chaaargez”.

            Le confusionnisme, c’est vous qui l’entretenez.
            Si cela vous est possible, essayez de sortir des trucs prêts à l’emploi répandus par la presse de droite. Ces boniments sont tellement grossiers et sommaires que l’effort ne vous sera pas insurmontable.

            Lacroix Marie a évidemment les mots justes. Ses mots devraient vous aider à comprendre plutôt que de colporter des arguments de vendeur à la sauvette, arguments dont la fausseté est intéressée. Et probablement à votre détriment.

  4. Macron est passé en quelques mois de petit ministre d’arrière plan à président grâce à la presse française qui est un rouleau compresseur en matière d’opinion.

    Il faut que les gros groupes de presse embrayent derrière un programme Biden français…et c’est pas trop le truc de LVMH, le sauvetage de la classe moyenne.

    Du coup, à part la rue, genre Gilets Jaune II, je ne vois pas trop comment un mouvement pourrait prendre l’ampleur suffisante pour atteindre l’électorat.

    3
    1. @Thomas Jeanson
      Sans vouloir refaire le match… “… grâce à la presse française”. Certes. Mais aussi “grâce” à la séquence Juppé déjà adoubé (par la presse) – Fillon préféré à la primaire – Fillon canardé – Macron fils de (et que serait-il aujourd’hui sans papa Hollande, l’ennemi de la finance?), roue de secours inespérée du Medef – boulevard pour la droite.
      “Derrière un programme Biden français”: outre que “ce n’est pas trop le truc” des “gros groupes de presse” français, vous en connaissez, un “programme Biden français”? Et celui qui serait supposé le porter?
      Je suis comme vous: “je ne vois pas comment…”. Ni avec qui. Hélas!

      1
    1. @Hervey
      Mozart, Portal. A quoi bon les mots? La musique parle. Portal en parle mais fait chanter Mozart, avec quelle exigence, quelle profondeur! Merci infiniment pour ce lien. Je ne connaissais pas ce film. Je prendrai le temps de découvrir les trois autres parties (non réunies hélas). Dans la deuxième, une intervention de Sabine Meyer avec la clarinette de basset, pour laquelle l’oeuvre a été écrite, dans le sublime adagio. Quasi ultime oeuvre de Mozart, contemporaine du Requiem.
      De même que Mozart et Stadler, virtuose de l’instrument (alors tout nouveau), la rencontre de Brahms et Richard Mühlfeld a été féconde, à la toute fin de sa vie, alors qu’il disait qu’il était temps de tourner la page. Elle a engendré quatre de ses chefs-d’oeuvre: trio, quintette et les deux sonates, comme un testament.
      https://www.dailymotion.com/video/x5s0ql9
      https://www.dailymotion.com/video/x6fl48y

      1
      1. Oui, pour accompagner ce futur proche, nous avons les partitions et les instruments mais on cherche la clarinette. Triviale analogie que j’ai voulu éviter en ne laissant que l’écoute.
        Merci de vous être arrêté sur l’essentiel, sur cette énergie particulière qui nous soulève.

        1. Mille excuses, je n’avais pas saisi l’analogie, qui n’a rien de triviale.
          Comme je place la musique à peu près au-dessus de toute chose, je me permets de reconvoquer “Fraülein Klarinette” comme la nommait tendrement (et Dieu sait ce qu’il peut y avoir de tendresse chez cet homme, sous ses allures de vieil ours) Brahms.
          Avec votre (notre) cher Mozart, bien sûr.
          https://www.youtube.com/watch?v=xTNbclgU3h4

  5. Donner de l’argent aux riches pour qu’ils investissent ?
    Mais n’y a-t-il pas un autre moyen de penser ?
    1 / Nous voulons investir pour préparer l’avenir et pour réparer.
    2 / Faut-il demander aux riches d’apporter des capitaux si l’on sait que cette forme d’économie financière conduit à la catastrophe. ( Écologique et sociale )
    3 / Utilisons simplement notre intelligence et demandons-nous comment parvenir à mettre en place des investissements qui ne sacrifient ni les hommes ni leur planète.
    4 / Et cela en revenant aux fondamentaux de la démocratie directe.

    Pour conclure une citation de Murray Bookchin à l’intention de la gauche dite de gauche persuadée qu’elle ne devra rien abandonner de ces certitudes social-démocrates : ” Une société anarchiste, loin d’être un idéal éloigné, est devenue une condition préalable à la pratiques des principes écologiques.”
    Un Biden français ou bien des français, en nombre, décidés à tirer les conclusions de ce qu’ils comprennent ? Mine de rien.

  6. Salut les gens,

    Je ne peux pas produire de billet, mes neurones, enfin ce qu’il en reste sont craqués pour la plus part, mais j’ai tellement de respect et d’admiration pour la plus part d’entre vous, ici, commentateurs, ou personnes publiques, comme Jorion, Ruffin, et tant d’autres que c’est avec beaucoup de honte que j’ose à la vérité vous interpeller.

    Un Biden à la française, oui c’est bien , au top, je suis d’accord. Mais tous ici ne sommes pas assez naïfs pour gober ceci comme une solution aux problèmes qui nous assaillent.

    Vous savez que la direction dans laquelle l’Humanité, eux, vous, toi, moi sommes engagées est une voie actuellement sans issue.

    Nos cités, nos réseaux, d’information, d’énergies, nos organisations actuelles sont sans avenir. Même notre mode de santé est devenu pathogène avec une évidence dont beaucoup ne comprenne pas la réalité. On peut se la raconter mais tout est entrain de nous mener droit dans le mur.

    Objectivement, et c’est très bien d’un certain point de vue, bien entendu, sortir des pauvres de la pauvreté est un Honneur, mais les 6000 milliards que pose sur la table Biden, ce que font avec une constance et une réussite hors du commun nos amis Chinois de leurs côtés, ce que nous faisons ici aussi, ce que font tous les autres sur cette planète, actuellement est et nous mène inéluctablement vers une impasse écologique et climatique.

    On le sait tous n’est ce pas ici ?

    Alors moi, nantis parmi les nantis, car c’est une réalité objective, je ne lis plus rien nulle part qui permet de découper le réel, de l’éclairer et d’offrir une porte de sortie dans laquelle s’engouffrer.

    Si quelqu’un pouvait reprendre le flambeau et ne pas se comporter en gestionnaire de notre servilité, je lui en saurai grès.

    6
    1. Un économiste a calculé que sur ces 2000 milliards à peine un tiers pourront entrer dans le circuit et avec quels dégats : breloques technologiques , iphones , batteries polluantes , voitures , hamburgers, poissons panés à l’huile de palme , etc … C’est pas le tout de mettre de l’argent sur la table encore faut il avoir les matières premières et les travailleurs qui mettent les mains dans le camboui

    2. Cloclo,
      « Je ne lis plus rien nulle part qui permet de découper le réel, de l’éclairer … »

      Il me semble pas qu’ici il y ait des gestionnaires de la servilité. Seulement des gens qui cherchent des raisons d’espérer et d’agir. Je ne suis pas toujours d’accord avec les analyses proposées par tel ou tel sur le blog mais il y a un désir, et c’est déjà précieux, il y a tant de nos contemporains qui ont déjà baissé les bras. Qu’il ne sont plus mus que par la force du ressentiment. Et c’est ce qui fait le lit de l’extrême-droite, nous le savons.

      Biden, je vois ça pour utiliser une métaphore comme la force gravitationnelle d’une planète qu’utilise le vaisseau Terre pour rebondir et prendre de la vitesse pour aller plus loin, vers un autre object difficilement atteignable sans cette poussée gravitationnelle qui propulse à plus grand vitesse le vaisseau spatial Terre. Métaphoriquement vers une autre planète habitable : en réalité c’est autre planète n’est autre que notre planète bleue, dont nous désirons qu’elle devienne l’écrin d’un monde plus viable écologiquement et plus juste.

      La destination n’est donc pas la politique de Biden c’est juste une étape sur un chemin encore long et semé d’embûches.
      Donc entièrement d’accord avec ton analyse, Biden met en oeuvre une politique dont beaucoup d’aspects embarquent les vestiges de la vielle politique gestionnaire, cependant elle comporte aussi des aspects qui avaient été relégués aux oubliettes depuis des décennies : un partage plus équitable des richesses. Moins de discriminations. Un rôle central dévolu à l’Etat. La notion de bien public. Ce n’est pas rien, c’est même nécessaire pour repartir et dépasser le moment rooseveltien.

      En quelque sorte on revient à la bifurcation, ce moment où nos sociétés ont emprunté le chemin de l’individualisme forcené promu par l’économie néo-libérale, rompant alors avec les décennies du New Deal et son sillage. ON retrouve l’autre branche de la bifurcation, nous pas pour refaire pareil, et d’ailleurs nous n’y arriverions pas, les conditions de vies sur Terre se sont entre-temps dégradées, mais pour repartir sur de meilleures bases, avec l’acquis des connaissances nouvelles, et en comptant sur la capacité qu’a l’humanité de réagir lorsqu’elle rencontre un problème inédit.
      Cela ne signifie donc pas qu’il faille se contenter d’un ‘‘revival rooseveltien’. L’époque rooseveltienne doit être dépassée, elle avait comme tu dis son lot de servilité : le Fordisme, la société de consommation est née à cet époque. Le neveu de Freud y a même contribué, un certain Bernays, mettant la découverte de l’inconscient au service du capitalisme. Le regretté Stiegler analysait très bien tout cela dans certains de ses livres.

      4
    3. Merci Cloclo, de ce flash de sincérité au milieu de nos messages concensuels.

      Il ne faut pas sous estimer le nombre de ceux qui en sont là, prêt à tomber le masque, rendus invisibles par les bruyants.

      Biden insuffisant, oui bien sur, mais cesser d’aller droit au pire peut nous donner un peu de mou, d’air, de recul, pour planifier la suite.

      Beaucoup sont dans le maquis aujourd’hui, et pourraient, avec d’autres conditions météo politique, prendre une part active dans la société.

      Le fait de ne plus lutter pour le simple respect des droits de base libérera une énergie folle.

      Tayoo

  7. Mr Ruffin, je vous aime vraiment bien. Et vous feriez selon moi un bon candidat…
    Mais pour cela 4 conseils BONUX pour vous et “votre camp” :
    – formez un vrai projet plutôt que de vous faire ad libitum le procureur des echecs de Macron (on ne tire pas sur une ambulance, surtout par temps de pandemie! ).
    – arrêtez le bal des egos et des chapelles.
    – arrêtez de croire que Marine Le Pen n’arrivera jamais au pouvoir.
    – dépassez l’onanisme geignard : c’est la faute aux médias, c’est foutu d’avance (souvenez vous du TCE, du traité de Nice) etc etc.
    Bien à vous…

    4
      1. “Son but est de “mobiliser les énergies, notamment des anciens, au profit de tout le personnel en activité, pour créer une solidarité intergénérationnelle afin de mieux se faire entendre des décideurs politiques, de l’opinion publique et contribuer ainsi à replacer l’Armée au cœur de la Nation dont elle est l’émanation.””

        Un vrai cauchemar !

        L’Armée au coeur de la Nation … Mais oui mais oui.

        Ce qui est historiquement une vérité, et c’est malheureusement une longue tradition partout sur Terre. Mais est-il possible de signifier à ces messieurs, que depuis tout ce temps, la société dans son ensemble essaye justement de l’en extirper pour remettre en son centre l’Humain ?

        Ne retombons pas dans les mauvais remèdes, pas maintenant, pas après tant de fois sans succès, pas aussi loin dans le temps de l’Histoire.

        Ni prêtres, ni guerriers, mais philosophie et la démocratie partout arrosés d’une grosse louche de lucidité.

        1
        1. @CloClo

          Medellín, le 2 mai 2021

          Malgré le fait qu’il y ait peu de bonnes nouvelles en provenance d’Amérique latine ces jours-ci, je pense qu’il ne serait pas mauvais de rappeler deux réalisations importantes sur ce continent.

          1. Le premier est l’abolition de l’armée le 1er décembre 1948 au Costa Rica.

          2. Et deuxièmement, la décision de ne jamais introduire d’armes nucléaires sur ce continent.

          https://www.liberation.fr/planete/2008/12/01/costa-rica-pays-sans-kaki_260796/

          Pour savoir plus sur le pourquoi les deux plus grands contributeurs aux inégalités dans le monde, le Brésil et la Colombie, je propose revenir une autre fois.

          Ainsi que sur le pourquoi de l’existence de l’économie politique des stupéfiants en Amérique Latine.

          Le professeur Rik (Kristofer) Schipper a beaucoup parlé de l’implication antérieure de l’Europe en Chine en 2016 à Hong Kong.
          Il serait bon de réfléchir à nouveau à la relation entre ses paroles et le pourquoi et le comment des méthodes de réduction de la pauvreté et d’élimination des inégalités.

          https://www.youtube.com/watch?v=G3NZKuhsKfM

          1
        1. Medellín, le 2 mai 2021 (19.54 p.m.)

          @Paul Jorion @CloClo

          Je cite de la ¨lettre CRI¨:

          ¨L’UE doit se libérer de l’autosatisfaction suicidaire dans un monde qui a évolué vers la
          prééminence des rapports de forces : « Notre projet européen, qui a amené paix,
          prospérité et démocratie à des niveaux sans précédent15». Autre vision néfaste de l’UE,
          le soft power, dont nous pouvons d’ailleurs questionner l’efficacité au vu de ses résultats
          sur les impérialismes (chinois, américain16), sur « l’impérialisme sanitaire » de la
          pandémie et surtout, sur la brèche béante qu’il ouvre, au cœur de l’Europe, pour les
          islamismes invasifs. « L’Union européenne s’est toujours enorgueillie de son “soft
          power”, sa puissance douce, et elle continuera à en être fière, car nous sommes les
          meilleurs dans ce domaine » déclare la Commission. Comment ne pas penser à « Nous
          vaincrons parce que nous sommes les plus forts17 » de Paul Reynaud en septembre 1939.

          Ce carcan est renforcé par l’oubli de tous les principes stratégiques les plus élémentaires
          «L’Union ne peut pas relever un pont-levis pour se mettre à l’abri des menaces extérieures »
          nous dit la stratégie globale de l’Union européenne. Cette seule déclaration montre que soit
          l’UE n’a pas conscience des menaces, soit les nie au prétexte qu’elle serait impuissante à les combattre¨

          Une ¨opinion¨ de ce groupe d'(ex-) officiers francais qui est complètement réfutée par les faits.

          Et a chaque reprise.

          Après tout, chaque fois que l’Europe, apres 1945, a cru devoir frapper en dehors de ses frontières (Indonésie, Vietnam, Corée, Mozambique, Angola, Afghanistan, Argentine, Irak, Mali, Niger, Libye, Syrie, et ainsi de suite), elle s’est fait taper sur les doigts.

          A chaque reprise, et, dans tous les cas, vraiment sans exception, CONTRE les recommendations des experts de ma profession, la coopération internationale (a partir de sa fondation en 1948, co-fondée sur les calculs faits par Jan Tinbergen pour J.M. Keynes, le fameux 0,7 % des PNB’s des riches).
          D’ailleurs une profession ridiculisée a chaque reprise aussi par des femmes et hommes qui ou bien n’ont jamais travaillé dans la coopération internationale professionnelle, ou bien n’en savent rien, mais absolument rien. (Exemples fameux: Bolkestein, Trump et leurs alliés).

          Un peu comme tous ces ¨experts¨ qui nous vendent des sottises sur la lutte effective contre le covid19, une lutte effective en mains des vraies experts transparents, montré surtout aux pays comme le Singapore, le Viëtnam, le Taiwan et en Europe l’Islande et la Finlande.

          Veuillez regardez tous ces drames des décennies passées a partir de 1945 dans les pays mentionnés ci-avant, et d’autres (l’Iran… par exemple, ou c’étaient les EEUU qui ¨résoudriaient¨ un probleme suivant des formules militaires, comparables aux ¨solutions¨ en Amérique Centrale, ou, et continuant jusqu’a cet instant, la folie de la guerre contre les drogues ici dans ce pauvre pays.
          ¨Mon Dieu ait pitié de ce pauvre peuple¨: suivant le rapport plus récent de la SIPRI a Stockholm, probablement le pays plus armé du monde, en terme des dépenses militaires par habitant.

          Soyons clairs: la décision du désarmement de la Costa Rica se prenait a juste titre APRES une (relativement) petite guerre civile…. Alors, le changement est bien sur possible, mais il faut faire un effort. Grand.

          Pour cette raison, une traduction d’un article important de mon ancien copain de service militaire Rob de Wijk, actuellement prof de fac aux Pays-Bas, et probablement ministre dans un prochain gouvernement aux Pays-Bas. Et n’oublions pas le grand, le tres grand scandale de l’intervention meurtriere des Pays-Bas en Indonésie (1945 – 1949), caché avec d’une facon rusée par les élites guerrieres des Pays-Bas.. oui, les memes dont parlait le Prof. Rik Schipper dans mon intervention antérieure en ce qui concerne leur role dominant dans l’introduction de l’opium au Japon, en Chine et, évidemment, en Indonésie.

          Rob de Wijk, NRC Handelsblad, Amsterdam, le 25 avril 2021

          [Rob de Wijk est professeur de relations internationales à l’université de Leiden et fondateur du Centre d’études stratégiques de La Haye. Son livre The Battle for Europe (Balans) a été publié récemment.]

          quote
          Ce pourrait être le siècle de l’Europe, pas celui de la Chine.

          Géopolitique L’UE devient de plus en plus le protecteur de notre prospérité et de notre mode de vie face aux superpuissances émergentes. Selon Rob de Wijk, cela est dû au pouvoir réglementaire accru de Bruxelles.

          Les sanctions sont la réponse standard aux violations des droits de l’homme telles que la répression des Ouïghours par l’État chinois. Malheureusement, ces sanctions fonctionnent rarement. Le commissaire européen à la justice Didier Reynders a montré comment il fallait procéder. Il veut obliger les entreprises qui font des affaires en Chine à tenir compte des droits de l’homme.

          De cette manière, ils peuvent être contraints de ne pas traiter avec des fournisseurs qui utilisent le travail forcé ouïgour. Le pacte d’investissement conclu avec la Chine à la fin de l’année dernière contenait déjà une telle clause. Ce pacte a imposé un meilleur accès au marché pour les entreprises européennes et a mis fin à la pratique des transferts forcés de technologie lorsque des entreprises européennes veulent créer des coentreprises en Chine.

          En retour, la Chine a gagné en visibilité pour un pacte commercial qui est crucial pour devenir la plus grande économie du monde d’ici 2028. Mais la question des Ouïghours a mis en péril le pacte d’investissement et le traité commercial. Cela frappe durement le Secrétaire général Xi Jinping et offre un espoir de changement.

          Répression

          Xi surjoue depuis plus d’un an maintenant. Il a utilisé la crise de Corona pour tirer parti des divisions perçues en Europe. La répression s’est accrue non seulement au Xinjiang, mais aussi en Mongolie intérieure et à Hong Kong. De nouvelles mesures ont été prises pour annexer la mer de Chine méridionale. Un flot incessant de propagande et de fake news est venu de Chine sur l’origine du coronavirus. Xi a mené une guerre frontalière avec l’Inde et est allé à la chasse aux bonnes affaires en Europe pour les entreprises pharmaceutiques.

          Cette affirmation est en partie la raison pour laquelle l’initiative “Belt and Road” (BRI), la nouvelle route de la soie, rencontre de plus en plus d’opposition. L’Union européenne n’est plus prête à baisser la garde. Les investissements chinois sont passés au crible pour leur impact sur la sécurité nationale et le langage devient plus fort. Les pays commencent à se rendre compte qu’en investissant dans les infrastructures et les entreprises de haute technologie et en contrôlant les ports, on achète une influence politique.

          L’Europe centrale et orientale s’est vu promettre des montagnes d’or. Toutefois, peu de projets ont réellement vu le jour. La déception, à l’exception peut-être de pays comme la Serbie et la Hongrie, est si grande que la Lituanie a décidé de tourner le dos à la Chine en se retirant de la consultation de dix-sept pays européens avec la Chine.

          Impact mondial

          Dans un mémorandum ayant fait l’objet d’une fuite, un groupe de réflexion du ministère chinois de la Sécurité d’État a noté que la détérioration des relations pourrait obliger les Américains et les Européens à coopérer, détruisant ainsi toutes les réalisations de la BRI. Les sanctions imposées conjointement par l’UE, les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni en réponse à la répression exercée par la Chine à l’encontre des Ouïghours soulignent cette crainte.

          De plus, Xi se heurte au pouvoir réglementaire européen. La Chine n’aura accès au marché intérieur que si elle respecte les règles, qui ont désormais un impact mondial. L’UE détermine les règles mondiales en matière de confidentialité sur Internet, de concurrence et de sécurité alimentaire. L’irritation de Xi à ce sujet est partagée par le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre britannique Boris Johnson.

          Entre-temps, Poutine a tourné le dos à l’UE. En échange de l’accès au marché, Johnson a dû accepter des milliers de pages de règles et a partiellement perdu le contrôle de l’Irlande du Nord. Le président américain Joe Biden partage le mécontentement de son prédécesseur Donald Trump quant au fait que la Commission européenne puisse imposer des règles aux entreprises technologiques américaines et leur infliger des méga-amendes si elles ne respectent pas les règles européennes. L’UE fait obstacle aux ambitions de ces dirigeants.

          Insultes

          Cela montre que l’Europe est une superpuissance depuis longtemps, même si on ne le pense pas au vu des récentes insultes du chef de la diplomatie Josep Borrell à Moscou et de la présidente de la Commission Ursula von der Leyen à Ankara. L’UE fonctionne toutefois différemment d’une superpuissance “normale” qui convertit sa puissance économique en puissance militaire. Bruxelles convertit le pouvoir économique en pouvoir réglementaire. Ce pouvoir réglementaire et l’accès au marché intérieur sont de plus en plus importants. C’est aussi parce que la puissance militaire devient un instrument moins utile dans la lutte entre les superpuissances.

          Étant donné que les pays se protègent mutuellement de l’aventurisme militaire grâce aux armes nucléaires, le véritable pouvoir réside dans les pays qui traduisent leur puissance économique en règles ayant un impact mondial. La seule à pouvoir le faire est l’Union européenne. Le plaidoyer du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et de Mark Rutte en faveur d’une autonomie européenne accrue dans le domaine économique s’inscrit dans cette optique.

          En outre, l’UE connaît une transformation remarquable : d’un club nécessaire à la coopération économique et aux défis transfrontaliers, elle devient le protecteur de notre prospérité et de notre mode de vie face aux superpuissances émergentes.

          Surtout maintenant que Xi, Poutine, Trump et Johnson ont perdu la bataille pour l’Europe, il convient d’être plus optimiste quant à l’avenir de la coopération européenne. En fait, le XXIe siècle pourrait bien être celui de l’Europe, et non celui de la Chine. Cela a plus de chances de se produire si l’Union européenne renforce ses liens avec l’Amérique, l’Asie et l’Amérique du Sud par le biais d’accords commerciaux. Il ne s’agit plus d’un pourcentage de croissance économique ou de poulets chlorés, mais du renforcement d’une puissance géopolitique qui peut également être utilisée pour exporter nos valeurs.
          unquote

          Source: https://www.nrc.nl/nieuws/2021/04/25/dit-kan-wel-eens-de-eeuw-van-europa-worden-en-niet-van-china-a4041233

          1
          1. Tout ceci est bien beau, mais las le vrai visage de l’Union c’est la Grèce dépecée, transformée en protectorat et ses habitants réduits à la misère pour sauver les banques françaises et allemandes.

            1
              1. On ne peut pas s’assoir sur la vie des gens et ignorer ou minimiser les drames sciemment provoqués au prétexte qu’on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs et que le sang d’aujourd’hui sert à construire le bonheur (très hypothétique) de demain.

                Valable pour les Grecs et l’UE, les Ouïgours et le PCC ou la constitution tchadienne et la France-Afrique.

                3
                  1. À quoi bon nier l’évidence après quarante années de néolibéralisme ? L’outil étatique au service de l’argent détruit la société (voir l’excellente Barbara Stiegler sur ThinkerView), avec pour conséquence mécanique de faire monter l’extrême-droite comme vient de le prouver l’appel de nos putschistes étoilés.

                    Pendant que la pandémie enrichit encore plus les milliardaires, la France a été incapable de produire un vaccin et nos personnels soignants sous-payés et sur-exploités en ont été réduits à se protéger avec des sacs poubelles.

                    https://www.europe1.fr/politique/covid-la-crise-a-enrichi-les-milliardaires-et-fait-emerger-de-nouveaux-precaires-4020884

                    Et puisque nous parlons d’évidence, la seule manière de faire tenir un système aussi inique et inégalitaire est bien entendu d’avoir recours à l’extrême-droite. C’est même exactement ce qui se passe sous nos yeux avec le gouvernement Macron, où un ministre de l’Intérieur placé par la justice sous le statut de témoin assisté car soupçonné de viol, d’harcèlement sexuel et d’abus de confiance, en vient à reprocher à marine Le Pen sa « mollesse » !

                    https://www.dailymotion.com/video/x7z9qu3

                    1
                    1. Le futur qui ne pourrait être différent du passé dites-vous ?

                      C’est pourtant exactement ce qui est traduit dans ce fil de commentaires. Alors qu’il est maintenant évident que nos « représentants » sont ceux de l’argent, nous continuons à penser à l’intérieur du bocal de la représentativité, incapables d’imaginer qu’il soit possible d’instaurer la démocratie.

                1. Medellín, le 3 mai 2021

                  @Roberto Boulant

                  D’accord. Et les responsables ont reçu une facture. Le PvdA de M. Dijsselbloem, par exemple, a été réduit à un tas pathétique de néant. M. Dijsselbloem lui-même a été réduit à la présidence du Conseil national de sécurité, un club qui, a posteriori, doit enquêter sur les raisons des catastrophes. Ironiquement, M. Dijsselbloem, qui est bien payé, se trouve exactement dans la bonne position.

                  Mais revenons à votre critique. D’après moi, l’essentiel de votre argument est que les intérêts des gens ordinaires sont balayés par une bureaucratie centraliste qui se soucie peu de l’opinion des personnes qu’elle est censée servir.
                  Lisez : la Commission européenne, le centralisme démocratique de l’État à parti unique de la Chine, la république présidentielle du Tchad et, enfin, cette maudite France napoléonienne avec un chef d’État qui, tout à fait injustement, joue aussi au chef de gouvernement, où toute critique est également étouffée dans un sénat totalement obsolète qui se moque du parlement directement élu.

                  Je lis avec une distance convenable toutes les considérations ici sur le blog où les gens se battent entre eux pour décider qui doit être le prochain Bonaparte en France.

                  Mais une simple question de loin : n’est-il pas plus évident, après 200 ans de misère en et de la France, de se poser d’abord la question, à l’échelle nationale, de savoir s’il faut vraiment mettre fin à l’emprise permanente d’Houdini dans laquelle un artilleur de Corse a non seulement pris toute une nation, mais, d’après son discours, des continents entiers ?

                  En bref : un peu plus d’autocritique, et puis allez voir comment, par exemple, les voisins allemands, finlandais, portugais et grecs ont mis fin à ce modèle napoléonien trop fatigué et en échec ?

                  Et ensuite, poursuivre cette démarche courageuse et exemplaire du peuple français vers la poursuite de la démocratisation de l’Union européenne ?

                  1
                  1. Permettez-moi mon cher Johan de vous dire en entame, combien je suis d’accord avec vous sur cette détestable et pathétique tradition française qui consiste à se chercher un homme providentiel qui saura guider le pays. C’est certainement là un signe d’infantilisme et il ne faut pas s’étonner ensuite que pour notre plus grande honte, les commentateurs remarquent à l’occasion de la crise du Covid, que Merkel s’adresse à des adultes lorsque Macron morigène des enfants.

                    Cette pathétique tradition est d’ailleurs toute entière contenue dans les institutions de la Cinquième république où un seul individu, monarque absolu l’espace d’un mandat, dispose des pleins pouvoirs exécutifs et législatifs (en y ajoutant une bonne dose de pouvoir judiciaire au travers du contrôle de la carrière des magistrats du parquet).

                    Je rajoute que le dérisoire s’ajoute au pathétique puisque ce monarque absolu est en CDD et ne dispose plus des leviers de sa politique monétaire et budgétaire.

                    Ce qui m’en fait venir au point nodal de votre argumentation, celui qui me prête l’idée qu’une bureaucratie centralisée européiste déciderait de la politique de l’UE. C’est mon cher Johan, regarder le doigt et non la Lune. Si la gouvernance par les nombres et les normes fait effectivement des ravages dans l’UE, au point d’établir de troublantes similitudes avec la feue et peu regrettée Union Soviétique, là n’est pourtant pas l’essentiel. Cet essentiel se trouve dans le socle idéologique de l’Union, qui dans un informe gloubiboulga élève au rang de loi de la Nature le principe de concurrence économique, fiscale et salariale.

                    Principe qui vous le remarquerez, empêche de facto la création d’un peuple européen.

                    Un projet qui n’a donc rien de démocratique et qui se poursuit contre vents et marées au travers de tous les gouvernements. Ainsi pour reprendre votre exemple, il importe peu aux Grecs que le PvdA de M. Dijsselbloem soit réduit au néant, puisque le sombre destin de leur pays est tout entier entre les mains des marchés.

                    La conclusion que je tire de ce brève tour d’horizon est qu’une organisation de nature idéologique ne peut être réformée, puisque face à l’idéologie la réalité a toujours tort. Son destin est donc de s’ossifier jusqu’à ce que ses propres rigidités et contradictions entrainent son effondrement.

                    Dit brutalement, l’Union construite sur les intérêts privés de la sainte-concurrence est aussi irréformable que le fut en son temps l’URSS, son ancêtre basé sur le capitalisme étatique. Sous ces conditions, je ne vois pas d’autres manières d’établir la démocratie sur le continent que d’en passer par le niveau national, seul entité politique où le peuple pourra –peut-être- prendre le pouvoir.

                    1
      2. Merci pour le lien. Et en matière de stratégie, ils s’y connaissent, les militaires. @ilicitano suit ça de près, mais la liste des signataires de la tribune s’allonge. On en est à dix pour cent des effectifs de l’armée française. Même si on en est loin, on se rapproche des vingt-cinq à trente pour cent de votes exprimés en faveur de la brun-marine au premier tour (les sondages). Quel pourcentage pour de vrai d’ailleurs dans les rangs des officiers?

    1. De vrais conseils Bonux à n’en pas douter, vous êtes visiblement un grand politologue très au fait des programmes et des activités parlementaires ça ne fait aucun doute… Votre intervention est précieuse, vous auriez du l’écrire en gras et en majuscules.

      1. Dup si je n’étais pas au courant de Tout ça pour Ruffin je ne dirais pas que je l’apprécie et qu’il fait un bon candidat. Mais ça Dup c’est pour ses aficionados, les gens qui prennent le temps et/ou peuvent s’ intéresser à lui. Ou a la limite qui sont dans sa circonscription.
        C’est déjà bien mais pas suffisant pour gagner 2022.

        1
        1. Puisque vous suivez tous ça n’hésitez pas à nous donner les positions de politique internationale de Ruffin. S’il voulait être candidat il lui faudrait se mouiller dans des thèmes qu’il évite comme la peste parce qu’il ne les maitrise pas du tout, de son propre aveu. Il se ferait laminer en débat face à un politicien aguerri à l’entre deux tours. Ruffin est intelligent et honnête, si c’était suffisant pour être un bon politique il n’y aurait pas pénurie, il le sait parfaitement et justement parce qu’il est intelligent il se range derrière celui qui est le plus aguerri avec lequel ses idées sont compatibles.

          2
          1. Mon Message:
            mode d’action de Ruffin =excellent opposant politique MAIS PAS SUFFISANT POUR GAGNER 2022 EN L’ÉTAT (sur la forme et sur l’organisation des forces.)
            Et c’est valable au carré pour Melenchon.
            À la decharge pour François il n’est pas tout seul mais ses petits exposés sympatoches dans sa jolie cuisine et son lyrisme laissent quand même des trous dans la raquette.
            L’objectif est il de rester
            le MEILLEUR CONTRADICTEUR de Macron
            OU
            DE GAGNER LES ÉLECTIONS POUR FAIRE UN AUTRE PROGRAMME?
            Bon j’ai écris gros je suis sur que vous allez me répondre bras vers le ciel: “JE VOUS AI COMPRIS !”

            3
            1. Vous avez commencé en disant de Ruffin qu’il ferait un bon candidat et vous terminez en disant que ce ne serait pas suffisant on voit bien ou vous voulez en venir, ce qui vous intéresse c’est surtout qu’on ne tire pas trop sur l’ambulance comme vous dites… Vous êtes l’électorat type pour un Macron repentis comme l’a proposé Mr Jorion. Vous voterez Macron pour pas avoir Lepen/Mélenchon au second tour.

              1
  8. On pourrait passer une annonce.
    Commentateurs désemparés cherchent candidat l’air-de-rien avec programme de gauche caché dans un programme de centre. S’adresser Blog de Paul Jorion.

    3
  9. Comme je lis une biographie de Eleanor Roosevelt, je crois comprendre que Biden est dans la même logique que Franklin Delano Roosevelt. FDR est démocrate par tradition familiale, son cousin Théodore était républicain par tradition familiale (deux branches éloignées). En 32, il est élu suite à la crise de 29 et les problèmes grandissants. Il prend une série de mesures pratiques séduisantes qui seront efficaces 5 années. En 37, la conjoncture se retourne et la misère revient.
    Des mesures sociales indispensables (sinon… des revendications haineuses et clivantes prendront le dessus) ne font pas de Biden un socialiste mais un réaliste. Il en va de même pour nos mesures économiques en Europe avec le Covid.
    Ce qui signifie aussi que rien n’est “engagé” à “gauche”. Aux USA, c’est du “progressisme” (on le disait déjà de Sanders).
    Face à la crise climatique et les autres, face à la tendance populiste en Europe, faut-il du progressisme, de la social-démocratie ou du gauchisme ? La question se complique en France, du fait que Hollande a liquidé le PS (avec l’aide de Vals et de Macron…).

    1
    1. Il faut une vision écologique transformatrice, sociale et republicaine. En France il y quelques excellente personnalités politiques pour ça. Elles n’ont malheureusement pas encore le poids qu’elles méritent et dont on aurait besoin.

      1
      1. Hier, un peu par hasard, j’ai pris le livre de René Dumont “L’utopie ou la mort”. Paru juste après sa candidature à la présidentielle. Dumont était admiratif de plusieurs pays communistes et faisait appel au socialisme. Cela pourrait intéresser PJ et Vincent Burnand Galpin ?
        Autre souvenir : lançons la candidature de “Monsieur X” et énumérons ses qualités attendues. Lançons l’appel et on verra… (à l’époque, c’etait une opération pour lancer… Gaston Deferre, si je me souviens bien.

  10. Bon, si on résume, quels sont les scénarios qui pourraient permettre à un autre candidat que Macron, Le Pen, un remplaçant de Macron comme Philippe, ou un candidat de LR Bertrand ou un autre… de parvenir au second tour ?

    – Une condition nécessaire – pas forcément suffisante – est que ce candidat attire sur lui les suffrages de la majorité, non de la quasi-totalité de ceux qui auraient sinon voté LFI, Ecologistes, PS, PCF. J’ai bien dit non suffisante : à faire de l’arithmétique “bête et méchante” à partir des sondages actuels, le compte n’y serait pas. Mais bien sûr, il est possible aussi d’imaginer une dynamique ou une synergie telle que le tout soit davantage que la somme des parties. Ou encore il est possible que l’un des deux candidats principaux trébuche et redescende disons à 20% – par exemple Macron pourrait finir par perdre de sa crédibilité au fil de ses échecs sur le covid, ou Le Pen pourrait être gênée par la candidature d’un trublion tel par exemple que Zemmour, ou si Dupont-Aignan prenait davantage de consistance. Disons qu’avec un candidat rassemblant les électeurs de tendance LFI, Ecolo, PS et PCF la possibilité s’ouvre. Sans cette condition, elle est quasiment close

    – Faire marcher des chats au pas, pardon je veux dire rassembler des Insoumis, Ecolos et autres Socialos, est une vraie gageure. Il y a les querelles de personnes certes, mais pas que. Des désaccords de fond traversent ce groupe plus conflictuel qu’il n’y paraît sous les mots d’ordre “gauche”, “écologie” ou “progrès social”.

    Et pour commencer, la question de la politique étrangère ! D’une part le cadre de l’UE, d’autre part celui de l’OTAN. Pour simplifier, sans doute outrageusement, le PS est du point de vue de la politique étrangère un parti du Cercle (celui de la raison, selon le mot d’Alain Minc) : c’est du stable et du fiable, on y est pro-UE et pro-OTAN, comme chez Macron, comme chez LR. Les Ecolos, guère différents. Chez LFI, ça semble être plus partagé… Disons que si en 2017 Hamon avait accédé au second tour, dans les autres capitales européennes comme à Washington, ça aurait continué à ronquer ferme, comme pour un Macron, comme pour un Fillon. Mais si Mélenchon y était parvenu ! Les sueurs auraient à peine été moins froides que pour une Le Pen.

    Pour réaliser un rassemblement derrière une candidature commune, il ne faut pas que la personne soit marquée dans un sens ni dans l’autre sur cette question. L’ambiguïté est la seule position tenable s’il faut empêcher à la fois une partie des Socialos de se réfugier chez Macron et une partie des Insoumis de se réfugier dans l’abstention ou quelque candidature minoritaire picrocholine.

    – Que cela plaise ou non, en 2017 les Insoumis ont obtenu trois fois plus de voix que le candidat de gauche suivant. Même s’ils ont depuis perdu de leur superbe sondagière et ne pèsent plus “que” la moitié d’un attelage LFI-Ecolos-PS-PCF, Mélenchon parle à raison d’une certaine “légitimité” du courant Insoumis pour être l’ancre d’un rassemblement sous l’étendard gauche + écologie + progrès social. Légitimité en tout cas nettement supérieure à celle des Ecologistes, courant qui contrairement à ce qui se passe outre-Rhin n’a en France que rarement dépassé l’étiage des 6 ou 8%. Pour ne rien dire de celle du PS…

    – Que cela plaise ou non, que ce soit juste ou injuste, la personne de Mélenchon “sort par les yeux” de nombreuses personnes qui pourraient rejoindre un rassemblement LFI-Ecolos-PS-PCF. Il y a sans doute l’aspect politique étrangère dont je parlais plus haut, où il a certainement marqué ses opinions et pourrait difficilement choisir une certaine ambiguïté. Il y a aussi des choses qui ne s’expliquent pas : cet homme politique ne laisse pas indifférent, et pas toujours en bien.

    Il faut encore parler du fait que les sondages le donnent perdant 60% – 40% dans un second tour contre Le Pen. Certes, on peut rêver d’une dynamique, mais… il serait beaucoup plus difficile à Mélenchon de l’emporter sur Le Pen qu’à celle-ci de l’emporter sur Macron.

    – Résumons : 1) la personnalité doit être suffisamment peu marquée en politique étrangère pour être acceptable par toute la gauche 2) elle doit être clairement proche du mouvement de Mélenchon (il doit pouvoir se dire “J’ai ouvert la voie, voici mon fils / ma fille spirituelle qui prend le relais”) 3) mais ne pas s’y confondre sauf à apparaître comme un simple sous-marin ou faux nez du Jean-Luc, ce qui serait inacceptable pour beaucoup.

    Il faut enfin à l’évidence que cette personne ait une certaine “consistance” indépendamment de son affiliation ou de son soutien par tel ou tel parti. Il ne peut s’agir d’un simple prête-nom, un président français a des responsabilités éminentes et des pouvoirs à mesure, quelle serait la crédibilité d’un Monsieur ou d’une Madame Gris-muraille-je-fais-pas-de-vague, quels Français accepteraient de lui confier la responsabilité du Pays ?

    J’ai un nom. D’ailleurs il parle dans la vidéo postée par notre hôte – je m’aventure à penser que ce n’est pas un hasard. Ça commence par François et ça se termine par Rufin.

    Il y en a peut-être d’autres, je ne sais pas. Pour l’instant, je ne vois que cette personnalité qui corresponde à l’espèce de “portrait-robot” que je traçais.

    1
    1. Pour l’instant, je pense qu’il faut d’abord voir ce qui va se passer aux élections régionales et départementales. Ça m’a l’air de secouer et de rebattre les cartes des partis, à droite comme à gauche.
      Et ça vaut mieux que des sondages à mon avis.

      2
      1. En effet. Aux régionales en particulier. Voir ce qui se passe en Paca, qui risque d’engendrer des répliques ailleurs. Entre paniers de crabes et parties de billard à trois bandes voire davantage, on y verra plus clair fin juin. De là à empêcher la brun-marine d’accéder au second tour…

        1
      2. Toujours une parole sage Arkao, au vu de ce qui se passe avec Retailleau on dirais bien que Macron va PSiser LR. Quand au socialos qui essaieront de revenir au bercail ils vont avoir quelques problèmes de crédibilité, du coup ils revoteront Macron et accuseront l’égo de Mélenchon plutôt que de faire leur mea culpa, c’est cousu de fil blanc.

      3. C’est peu dire que ça grenouille sec depuis que La Droite qui marche (comprendre: le coup de Manu, ça a marché) a lancé son OPA sur La Vraie Droite (méfiez vous des imitations). Bien malin qui dira sur quoi tout ça va déboucher. Pas sûr en tout cas que ça aide à clarifier les choses “à gauche”, si l’on considère encore que ce qui reste du PS est “à gauche”.

          1. L’iirédentisme du doigt de Givet (sur la couture du pantalon) va-t-il rallumer une guerre franc-belge?
            On est peu de Chooz… (tiens voilà une installation qu’on pourrait refiler à nos voisin d’outre-Quiévrain avec un retraçage minimal de la frontière, car tant qu’à la déplacer et à dépasser le bornes, autant que ça serve à quelque chose ).

    2. Alexis
      En 81 entre la gauche autogestionnaire (eh oui ça existait à l’époque …) et le PCC qui n’était pas encore vraiment dé-stalinisé (bilan globalement positif de l’URSS dixit Georges Marchais) les différentes étaient aussi très grandes au sein de la gauche …. alors cette partie de ton argumentation selon laquelle un socle commun à gauche ne pourrait pas être réalisé, ne me semble pas très convaincante.
      Il y a des différences, c’est indéniable, mais pas insurmontables, si chacun y mettait du sein, et engageait de vraies négociations.

      1
      1. Euh PYD si ce que tu dis se vérifie par la preuve de l’Histoire, alors on se donne 2 ans avant que le TINA ne revienne en force si tant est que l’attelage emporte la course en 2022 ? C’est dans un an…

        Plus je vous lis, plus j’en viens à penser que Macron II est au seuil de son Empire de papier, ou que Marine se retrouve première femme Présidente de la V iéme République. Dans les deux cas, c’est très frustrant et énervant de constater comment une situation part en sucette malgré toutes les informations et précautions connues.

        Ca pue.

        4
        1. Cloclo

          Selon moi il n’y a pas de preuve par l’histoire seulement des cas historiques à méditer …

          Même 2 ans de gagné, ce serait toujours bon à prendre non ?

          Tu baisses les bras, ou plutôt les bras t’en tombent j’ai l’impression.

          Parfois je me demande si certains ne souhaitent pas inconsciemment que ce qu’ils disent redouter advienne pour seulement avoir eu raison sur les autres. Ou simplement parce qu’ils voient les choses en spectateur, comme si leur propre action est totalement insignifiante.

          Bon, ne te laisse pas gagner par la sinistrose mon cher Cloclo ! 😉 La gauche a besoin de toi ! 😃

          3
          1. Mais Cloclo est parfaitement optimiste en donnant 2 ans à une Hidalgo pour faire pire que Hollande, je le trouve même très optimiste… Et appeler ça deux ans de gagnés alors qu’on est dans un compte a rebours vous êtes tout simplement ahurissant !

            3
      1. Vous n’avez pas tort, mais vous oubliez que :
        – Un conseiller relativement inconnu du président Hollande a réussi à se faire propulser à la présidence française en un an
        – Un promoteur immobilier au verbe incohérent et à la réputation plus que douteuse a pris d’assaut la présidence américaine en un an

        L’univers latéral à la Philip K Dick, ça fait déjà un petit moment que nous y sommes entrés 🙂 !

        1
    3. Rufin c’est une bonne idée, mais pourquoi pas
      Jean-Christophe Rufin
      https://www.google.com/search?hl=fr&gbv=1&q=Rufin

      Dans l’approche du recours à un homme de lettres reconnu comme Václav Havel.

      A comparer à un Éric Arnoult
      https://www.letemps.ch/suisse/erik-orsenna-malgre-atouts-incroyables-france-ne-parvient-se-deployer
      visiblement de Gauche et sans doute Macronien.
      Il ne semble pas que la situation ait beaucoup changé en 5 ans.
      A part la confrontation du rève Macronien avec la dure réalité.

      1. Jean-Christophe Rufin, son livre toujours d’actualité : Globalia.

        -Extrait de Wikipedia:
        Grands points de réflexion
        Le besoin d’un ennemi pour la cohésion d’une société et la dérive totalitaire au nom de la lutte contre celui-ci.
        La faiblesse du pouvoir politique face au pouvoir économique.
        La difficulté de concilier liberté et sécurité (bulles/Protection Sociale).
        Les risques de l’étude historique et de la mémoire historique pour la paix en société.
        La société a-t-elle le droit d’exclure des individus au nom de son bien-être (non-zones).
        L’infantilisation des masses au nom de leur bien-être (Fête de la pluie).
        Les risques de la jeunesse pour la société (Contrôle des naissances et crainte des déviances).
        Le rôle des médias dans la perception de la société et sa cohésion (Mise en scène des attentats/moniteur).

        1
  11. Les fachas ont gagné à Madrid, victoire écrasante du PP augmentation de Vox et Iglésias abandonne la vie politique suite à la campagne de harcèlement qu’il a subit. 🙁

    1. Pablo Iglesias, candidato de Podemos: “Dejo todos mis cargos, dejo la política”

      “Hemos constatado un incremento y una normalización sin precedentes de los discursos fascistas en los medios de comunicación y mi conciencia absoluta de haberme convertido en el chivo expiatorio que moviliza los efectos más oscuros, más contrarios a la democracia. Estos resultados lo dejan claro, yo no soy una figura política que pueda contribuir a mejorar nuestro peso electoral.Ser útil para Unidas Podemos es mi mayor aspiración, y creo que es evidente que a día de hoy no contribuyo a sumar, no soy una figura que contribuya a sumar para que podamos ganar en la Comunidad de Madrid y el Ayuntamiento, y cuando la situación es esa, cuando te han convertido en chivo espiratorio, cuando tu papel moviliza lo peor de los que odian la democracia uno toma decisiones. Dejo todos mis cargos, dejo la política, la política institucional”.

    2. Mon pote PSOE pur jus prof de français au village est sidéré non seulement la version madrilène de Podemos (si l’on peut dire, c’est un peu plus compliqué en fait) passe devant les socialiste mais en plus le leader de podemos raccroche vaincu par les menaces de l’extrême droite. La participation a été très élevée, les ouvriers madrilènes ont massivement voté pour la bonne vieille droite, le parti centriste type macroniste Ciudadanos lui disparait carrément et l’extrême droite gagne un siège de plus et le pp devra quand même obtenir son abstention pour gouverner.
      C’est le choc chez les socialos qui n’avaient que vénézuela à la bouche ya deux ans… prenez toujours garde à ce que vous souhaitez dans la vie, parfois ça se réalise, il les emmerdera plus “El Coleta” mais ils viennent tout juste de comprendre ce qui s’annonce ; tout simplement le retour du franquisme.

      1. A noter que la politique covid du parti plébiscité c’est des milliers de morts dans les epads à Madrid qui est la région la plus touchée du pays… Ce résultat est tout simplement sidérant les gens sont devenu complétement cinglés, ils reconduisent en masse la sortante de droite !

        1. Je ne savais pas où le mettre car hors-sujet de cette vidéo de Ruffin, alors je saisis le Covid au bond.
          Je n’ai pas accès à tout le papier (pas abonné), mais le début n’est pas tendre pour l’épidémiologiste en chef. Surtout quand elle (l’épidémiologiste, la vraie!) compare les seuils de déconfinement. Mais il paraît que cet été, on tourne la page.
          https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/05/dominique-costagliola-la-probabilite-d-eviter-une-nouvelle-saturation-totale-de-l-hopital-est-faible_6079142_3244.html

    3. Bonjour

      Les résultats des élections à la communauté de Madrid
      https://resultados2021.comunidad.madrid/Resultados/Comunidad-de-Madrid/0/es

      Forte augmentation de la participation qui passe de 64% à 76%
      Résultats : 2021/2019
      PP : 65/ 30
      PSOE : 24/ 37
      MAS MADRID : 24/20
      VOX : 13/12
      PODEMOS : 10/7
      CUIDADANOS : 0/26

      Il y a 136 sièges et il faut 69 sièges pour la majorité

      Les 2 grands perdants sont Ciudadanos qui disparait de l’assemblée Madrilène et le PSOE qui perd 13 sièges.

      Des leaders politiques( droite,gauche) ou la Guardia Civile avaient reçus des menaces (colis de balles ou couteau ensanglanté).

      https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/espagne-une-nouvelle-lettre-avec-des-balles-cette-fois-pour-la-pr%c3%a9sidente-de-madrid/ar-BB1g8gvN

      Concernant les conséquences du Covid en Espagne par Communauté:

      https://es.wikipedia.org/wiki/Pandemia_de_COVID-19_en_Espa%C3%B1a#Por_comunidad_o_ciudad_aut%C3%B3noma

      Il y a des écarts importants concernant le nombre de décès pour 100.000 habitants:
      – Castilla- La Mancha : 286,5
      .
      .
      – Iles Canaries : 33,6

      1
        1. Je crois pas que ça ait pesé à Madrid, on a juste affaire à la victoire écrasante de la droite “stratégie immunité-collective” ni plus ni moins complotistes et négationnistes sanitaires “arrasan” malgré un bilan humain de l’épidémie plus que désastreux précisément à Madrid.
          Que dire de plus, si ce n’est que les Madrilène aussi sont des veaux 🙁
          Vox fait son petit bonhomme de chemin et on se garde bien de nous dire dans les médias Français les raisons de son départ en laissant entendre que c’est la déroute électorale, quand à t’on vu un dirigeant de parti quitter la vie politique en ayant gagné 3 sièges de plus? C’est un très gros coup du à la démocratie la sortie d’Iglésias,et il n’y a pas besoin d’être à gauche de la gauche pour en convenir. Les méthodes d’intimidation de l’extrême droite ont fonctionné le type se retire parce qu’il à peur pour lui et pour sa famille.

          https://elpais.com/espana/elecciones-madrid/2021-05-02/iglesias-en-espana-se-ha-normalizado-el-fascismo.html?rel=mas

          1. Si mais ils ont raté leur OPA sur le PS dont la militance (désavouant les éléphants) a préféré se rallier aux insoumis de Podemos et ainsi sauvé sa peau pour quelque temps en tous cas… La coalition PSOE Podemos au pouvoir, étant resté dans le carcan européen ils n’ont pas fait de changements drastiques et finiront bouffés par le bras armé de la droite qui s’est créé avec Vox semble t il. Et tout ça malgré une très joli politique socio-démocrate qu’un Hollande aurait déjà jugé très à gauche et un chef de file des socialiste qui s’est révélé un politicien de très haut niveau de par ses capacités de négociation, vraiment l’archétype du mec aimable que nous décrit Mr Jorion, en Espagne c’est précisément l’union rêvée par la gauche modérée en France qui est au pouvoir, voila le résultat, je peux vous dire que la différence s’est noté sur les petits salaires, en particulier des femmes avec le relèvement de la base (“le salaire minimum”) de 600 à 900€ ça doit faire dans les 100/150 € de plus net pour une caissière à 700€ avant la réforme. C’est profondément désespérant et terriblement triste ce qui s’est passé hier à Madrid surtout du fait de la participation record. Au final la droite à bien raison de mépriser le petit peuple ça se révèle toujours un pari gagnant. Une grosse journée sans vitamine D aujourd’hui 🙁

            Nota : un des premiers à décrocher le télephone pour féliciter Ayuso pour sa victoire a été Salvini…

  12. Dans nos sociétés occidentales, grosso modo 20% de la population tire de bons fruits la situation actuelle, à la louche cela représente quasi 200 millions de personnes , la pauvreté en concerne 40%, pas celle calculée selon les institutions, celle qui fait que l’argent compte à chaque fin de mois, au milieux les 40% autres qui ne se sentent pas pauvres, pas riches non plus, mais dont la sensibilité sociologique lorgne plutôt du côté des 20% plus aisés, aidés en cela par des emplois institututionnels, des professiosn réglementées, ou des subsides étatiques.
    A partir de ce découpage socio-économique, pas compliqué de comprendre que le socialisme à encore du terrain à couvrir avant de convaincre la majoritén d’autant qu’en face il n’y a pas encore de société alternatve à notre bonne vieille sociale-capitaliste !

    1
  13. Le point de vue de Daniel Cohn Bendit, non pour accréditer son social-libéralisme, qui n’est pas du tout ma tasse de thé, mais pour son analyse politique, qui me semble lucide :

    Libération : « Le problème, pour Emmanuel Macron, c’est qu’une partie des électeurs de gauche sont prêts à s’abstenir en 2022 même s’il est opposé à Marine Le Pen. »

    Cohn Bendit : « Cela me fait exploser ! Il faut bien comprendre que ce n’est pas seulement Marine Le Pen qui arrivera à l’Elysée, mais la France moisie de Marine Le Pen qui sera au pouvoir et on le paiera cher comme les Etats-Unis ont payé cher la victoire de Donald Trump. Il est normal que d’autres forces politiques veuillent accéder au pouvoir, mais tous les candidats de droite ou de gauche risquent de ne pas dépasser les 10% et ils ne sont pas prêts à faire front contre Le Pen que s’ils sont au second tour. C’est d’une bêtise intellectuelle rare, car cela voudrait dire qu’entre un libéral centriste, qualifions le même de droite, et une candidate d’extrême droite proche de tous les partis illibéraux de l’Europe, on ne fait plus de différence ! »

    Libération : « N’est-ce pas le moment pour la France d’élire l’équivalent d’un Joe Biden, d’un homme âgé qui ne fera qu’un mandat et qui apaisera le pays ? Pourquoi pas un Michel Barnier par exemple ? »

    Daniel Cohn Bendit . : » Il est vrai que Michel Barnier pourrait réconcilier les Français : sa carrière nationale et européenne montre qu’il est capable de travailler avec toutes les forces politiques, des verts aux conservateurs en passant par les libéraux. Mais croyez-vous que Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse vont lui laisser la place ? Il n’a aucune chance de s’imposer à droite. La tragédie française, c’est qu’il n’y a personne pour jouer le rôle de Joe Biden. C’est pour cela que Macron a une responsabilité historique : il doit commencer à déconstruire la Constitution de la Ve République. »

    https://www.liberation.fr/politique/daniel-cohn-bendit-michel-barnier-pourrait-reconcilier-les-francais-20210505_PPVD4SYEWNGO5KHEQNWVN3AHCU/

    C’est très intéressant ce qu’il dit. On croirait même lire un plaidoyer pour la 6ème République, chère à Mélenchon et quelques autres.
    IL est donc urgent, à gauche, de sonner l’heure du rassemblement, en commençant par rengainer les pistolets.

    2
    1. Vous avez 5 ans de retard c’était une analyse qui était valable en 2017. Les circonstances ne sont plus du tout les mêmes. La droite s’est alliée à l’extrême droite de fait, ouvrez les yeux, la droite respectable n’existe plus. Je suspecte même qu’elle télécommande l’extrême droite car l’organisation internationale de l’offensive suppose des moyens et des réseaux que l’extrême droite seule n’était pas en mesure de mobiliser aussi rapidement et de manière aussi coordonnées.

      1
      1. Mon sujet c’est le sort de la gauche au cas où vous ne l’auriez pas remarqué.

        C’est justement parce que la situation est pire que lors de la précédente élection présidentielle, qu’on ne peut pas se payer le luxe à gauche de partir en ordre dispersé, et qu’il est urgent d’entamer le dialogue, sans essayer, de part et d’autre, de tirer la couverture à soi.

        1. Amis astronautes, cosmonautes, spationautes et autres taïkonautes, mon salut galactique ! Tout comme le maitre des lieux, j’ai également l’impression d’être en apesanteur quand je lis les commentaires de ce fil.

          Aucune politique de gauche n’est possible dans le cadre des règles budgétaires européennes, aucune politique de gauche n’est possible avec une monnaie surévaluée pour son économie, aucune politique de gauche n’est possible dans un cadre néolibéral (bétonné par les traités et la règle de l’unanimité, le cadre). Bref, la seule union possible est entre la gauche qui a voté la loi El Khomri et celle qui a voté le CICE.

          Ça doit être la valve qui règle le débit d’oxygène qui est mal réglée.

          https://www.youtube.com/watch?v=iYYRH4apXDo

        2. Et moi ce que je vous dit c’est que le sort de la gauche a été scellé en 2017, que ce soit en ordre dispersé ou bien rangé elle est au fond du trou. Le sujet est maintenant le sort de la démocratie. Au cas ou vous ne seriez pas au courant l’année a commencé par une tentative de putsch de l’extrême droite aux USA. Quand on voit la politique qu’a fait le PSOE en Espagne vous pouvez difficilement imaginer quelque chose de plus à gauche dans le cadre du système Européen et les gens en retour votent massivement à droite terrorisé par je ne sais quel péril Islamogauchiste. Vous vous inquiétez des querelles d’appareil alors qu’ils sont en train de lobotomiser l’électorat. Trump a fait plus de votes qu’a la précédente élection, vous croyez que ses électeurs sont devenus de gentils Bidenistes du jour au lendemain? Ce n’est que partie remise, un contre temps dans leur agenda le plan se poursuit en Europe comme si de rien n’était.

          Regardez qui a gagné à Madrid :

          https://www.francetvinfo.fr/monde/espagne/espagne-trois-choses-a-savoir-sur-isabel-diaz-ayuso-la-trump-espagnole-qui-a-remporte-les-elections-regionales-a-madrid_4612031.html

          Lepen est un peu “molle” en comparaison et cette dame est bel et bien de droite, même pas d’extrême droite. Pire, sortante elle a un bilan en vies humaines à faire pâlir de jalousie nos sempiternels “responsables mais pas coupables”. Et elle est reconduite avec une participation a plus de 75% !

          En parralèle chez nous on a Darmanin à l’intérieur qui manie exactement la même rhétorique et des sondages qui nous disent que 74% des Français soutiennent la tribune des généraux.

          Il faudrait peut être que Chantal vous fasse un dessin, je vois plus que ça pour vous ouvrir les yeux 🙂

          2
          1. @ DUP

            Ne soyons pas dupes, il ne s’agit pas de 74 % des français, il s’agit de 74% de 1600 personnes interrogés dont 30 % ne savaient pas de quoi il s’agissait. Ils n’avaient aucune de ce qui se disait dans la tribune des potentiels putschistes kakis.

            1600 personnes !

            Y’a t-il des études qui montrent comment le matraquage médiatique d’un épiphénomène peut effectivement faire croître la catastrophe qui à la base n’existait pas.

            Une guerre psychologique a lieu et un décervelage concomitant en bonne et due forme.

            Il va falloir garder la tête froide et résister.

            Don’t panik !

            1. Il va falloir résister mais le sondage est bidonné, don’t panik… Que faudra t il donc qu’il advienne pour que d’un il va falloir on passe a un il faut? La tribune bah c’est des généraux en charentaise, le sondage bah c’est du bidonnage… Pourquoi j’ai l’impression que l’on va se retrouver un de ces 4 matins à regarder incrédule le parlement être assaillis en salissant notre caleçon?? Est ce qu’on en est à dire il va falloir parce qu’on juge qu’il n’y a pas urgence ou bien parce qu’on a pas le moindre début d’idée de comment s’y prendre? Personnellement je ne vois pas l’ombre d’une réaction crédible, LREM dit dont panik l’armée va régler ça en interne, Mélenchon attaque au tribunal alors qu’il fustige le lawfare (on a vu plus cohérent), et la gauche modérée tweete un peu et puis s’en va (son problème c’est de se trouver un candidat). Et pour finir quand le Black Block s’en prend à la CGT… euh mais non! c’était des GJ voyons…
              Elle est ou la propagande de gauche? Il est ou le contre-sondage bidonné qui dit que 80% des français condamnent la tribune? Il foutent quoi Poutou, Besancenot, le NPA, les Antifas? Il n’y a que Ruffin qui gueule dans le désert et arrive à avoir un peu d’écho (on se demande bien pourquoi d’ailleurs, peut être parce qu’il fait de l’audience ou qu’il est du sérail journalistique). Quand on aura fini de se faire laminer sur le terrain de la propagande la prochaine étape sera automatiquement les urnes. D’ailleurs tout le monde a plus ou moins intégré qu’il va bien falloir 5 ans de lepen, qui pour remettre bon ordre, qui pour que la gauche se réveille, qui pour que le peuple se rende compte… Et puis : la gauche est divisée, elle sera pas au deuxième tour, Mélenchon est cramé, un autre nous ferait forcément une Hollande, c’est tous de pourris. Ou encore : Il faut bien se rendre a l’évidence il y a un problème avec l’islam, ces gens là ne s’intègrent pas, c’est un fossé culturel, c’est le résultat de l’immigration…
              Tout ça on nous l’a rentré dans la caboche au forceps pour désactiver toute velléité d’action, à moins que l’on ne nous l’ait glissé par un autre orifice mais on s’efforcera de rester poli… Ce sont autant d’interrupteurs pour la procrastination.
              Surtout gardez bien la tête froide, bien à l’ombre dans le sable, don t panik

              1. C’est vrai qu’une chronologie semble se répéter :
                1932/33 : Roosevelt
                1938 : extension des fascismes en Europe (préparation 1933-1938 dans divers pays).

                2020/2021 : Biden
                2022-2029 : capilotade complète de la Gauche en Europe (ce mois ci : Iglesias out, Starmer out), sauf aux périphéries (Scandinavie, Ecosse) où la solidarité joue autrement.

                Mais le rôle du reste du monde est tellement différent (Chine, BRICS)… mais tributaire d’une dynamique de la pandémie qui nous projette de façon imprévue dans des nouveaux “après”.

              2. @ DUP

                Vous dites : ” Mélenchon attaque au tribunal alors qu’il fustige le lawfare (on a vu plus cohérent)… ”

                Pardonnez-moi, DUP mais tandis que je suis souvent d’accord avec vous, là franchement vous déraillez :

                Le principe de ” Lawfare ” c’est un gouvernement qui utilise la Justice dans son propre intérêt partisan afin de flétrir
                une opposition politique qu’il veut médiatiquement et financièrement anéantir.

                Le pouvoir en question instrumentalise la Justice au mépris de la séparation des pouvoirs afin d’intenter toutes sortes de procès
                à des opposants pugnaces en truquant leurs dossiers judiciaires.

                Cela n’a évidement rien à voir avec l’OBLIGATION pour tout(e) citoyen(ne) ou élu(e) de la République Française d’avertir la Justice de son pays lorsqu’un attentat terroriste se prépare ou qu’on a connaissance qu’un putsch armé est en gestation.

                C’est ce qui est arrivé pendant le Front Populaire lorsque le mouvement fasciste de la Cagoule avait tenté son putsch armé.

                Je nous vous demande pas comment les fascistes ont eu ensuite leur sale revanche vis à vis de Marx Dormoy, ministre de l’Intérieur du gouvernement Blum, qui les avait préalablement arrêté avant qu’ils n’agissent ?

                Vous devez bien évidemment le savoir.

                Navré, DUP mais vous amalgamez bien dangereusement des faits qui n’ont rien à voir entre eux.
                C’est bien regrettable ici.
                Ce n’est pas dans votre habitude pourtant.
                Merci, j’ai toujours cependant plaisir à vous lire.

                1. Vous avez mal interprété le sens de la liste du grand n’importe quoi qu’on nous fait rentrer dans la caboche, ce que j’ai écris sur Mélenchon et le lawfare c’est une manière de traduire l’argument bateau d’incohèrence qu’on lui renvoi partout dans les médias : vous vous dites insoumis mais vous courrez dénoncer une tentative d’insurrection.

                  https://youtu.be/PgIMYfN_Q94?t=1987

                  C’est assez parlant je crois.

        3. Cohn-Bendit l’ex-rouge vif devenu vert pâle me donne des boutons mais ce qu’il dit là me semble pertinent. Personne “à gauche” pour rassembler suffisamment, face à Macron d’abord -et quel obstacle!-, face à la brun-marine ensuite. Ce n’est que mon avis (et tout le monde s’en fiche). Cohn-Bendit répond à la proposition Barnier, un nom qui m’était venu à l’esprit. En pointant immédiatement ses limites face aux appareils. Une autre idée? Cordialement!

          1
          1. Merci Michel, je me sens moins seul !
            Sont tous à critiquer, mais effectivement pas l’ombre d’une proposition constructive chez nos amis experts en théorisation de la disparition de la gauche.

              1. Pourtant il peut arriver que des personnes qui ne sont pas de notre bord font globalement des analyses justes en ce qui concerne les rapports de force. Non ?
                Il m’a semble, et il me semble toujours que c’est le cas de Cohn-Bendit. 😉

                1. Analyses basées sur quoi à part des sondages à un an de l’évènement? Pas de campagne engagée, même pas de candidats désigné, pas de programmes à comparer, pas de dynamiques a étudier. Bref niveau doigt mouillé son analyse se pose là.

                  1. Au “doigt mouillé” comme nous tous alors !
                    Disons alors que certains doigts un peu plus sensibles et expérimentés que d’autres ! 😃

                    1. Vaut peut être mieux éviter de parler du doigt mouillé sensible et expérimenté de Cohn-Bendit… mais oui bel et bien comme nous tous.

                    1. Je ne pense pas que la campagne soit engagée, pour nous qui sommes “politisés” forcément elle l’est, mais pour les gens c’est encore très loin tout ça, ils ont d’autre chats à fouetter, et les grands médias matraquent surtout le covid. Ce que j’appelle une campagne ce n’est pas des politiciens qui se tirent dans les pattes mais des politiciens qui s’adressent au peuple pour proposer quelque chose. Pour l’instant ya que Mélenchon (et vraisemblablement Lepen.. mais je ne suis pas son actualité) qui se livrent à l’exercice.

                    2. ceci dit je peux me tromper, je suis loin et je n’ai pas la possibilté de me faire une idée par mes propres moyens. Peut être que les gens parlent bcp entre eux de l’élection de 2022 dans leurs conversations de tous les jours mais je n’en ai pas l’impression.

                    3. La campagne est bel et bien engagée puisque l’ex pénaliste vedette ministre de la justice se prsente en position départementale dans les Hauts de France, ce qui va permettre de faire élire S. Chenu et d’éliminer l’hypothèque Bertrand !

                      1
  14. WIKI : (((note personnelle : sous réserve d’immédiate action constitutionnelle post-verdict présidentiel contredisant ce qui suit…!! )))

    Les élections législatives françaises de 2022 ont lieu en juin 2022 afin d’élire les députés de la XVIe législature de la Cinquième République.

    Ces élections font suite à l’élection présidentielle d’avril 2022.
    Depuis les débuts de la Ve République, les élections législatives organisées dans la foulée de l’investiture d’un président élu ont toujours permis à ce dernier de disposer à l’Assemblée nationale d’une majorité absolue ou relative.

    À la suite des élections législatives de 2017, le parti du président Emmanuel Macron, La République en marche, et ses alliés, détiennent la majorité à l’Assemblée nationale, avec les groupes La République en marche avec 308 députés , Mouvement démocrate et apparentés avec 42 députés et Agir ensemble crée en novembre 2017 avec 9 députés.

    Les 577 députés qui composent l’Assemblée nationale sont élus pour cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans autant de circonscriptions.
    Est élu au premier tour le candidat qui réunit la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal au quart des électeurs inscrits dans la circonscription1. Si aucun des candidats ne satisfait ces conditions, un second tour est organisé entre les candidats ayant réuni un nombre de voix au moins égal à 12,5 % des inscrits. Les deux candidats arrivés en tête du 1er tour se maintiennent néanmoins par défaut si un seul ou aucun d’entre eux n’a atteint ce seuil2. Au second tour, le candidat arrivé en tête est déclaré élu.

    Le drame ce n’était pas MACRON…mais bien ce pléthorique 308 zombies presse-bouton. ( pas compté les +42 +9 ..)
    Est-il au moins possible d’empêcher cela quelque soit le cas de figure présidentielle? Qu’a donné une analyse crédible des comportements en circonscriptions.

    1
  15. https://www.youtube.com/watch?v=j6vsw8lqjVo

    Ne pas agir immédiatement en entendant ce que crie F.Ruffin montre que la représentation nationale est majoritairement indigne, ne représente qu’elle même, se comporte comme une clique de profiteurs et d’accapareur à la solde d’idées arriérées. La plus part mérite l’échafaud (transmuté en prison à vie).

    6
  16. Salut CloClo, ça farte ?!

    Un RSA jeune ?! Tu n’y penses pas mon CloClo !!! (Philippe, sors de ce corps…)

    Et qui c’est qui va aller remplir les bullshits jobs de chez Mc Do et de chez Deliveroo, hein ? Tous ces tafs qui font que ces esclavagistes sont rentables ?
    Manqueraient plus que les classes populaires puissent étudier tranquillement et finir leur cursus sans expérience de caissière… et comment qu’ils seront embauchés par la suite chez Carrouf si y’a rien sur leur CV ?! Quand on sait que la France est le pays d’Europe où la formation initiale (ou son absence ou son échec) a le plus de poids sur l’ensemble de la vie professionnelle ?!

    Il n’y a pas que le “mérite individuel” (sic) qui compte mon CloClo, il faut aussi empêcher les autres de s’élever, sinon ça marche pas ! Puis quand ils sont trop bons, on les attire et on corrompt l’élite des classes populaires dans les filières réservées pour en faire de bons petits… Oncles Tom !

    Allez, c’est pas prêt de changer, je retourne écouter du reggae (ça c’est de l’intersectionnalité !) :

    Pour faire le lien avec la religion, des textes qui devraient faire plaisir à Bernard, comme quoi l’Eurovision n’a pas produit que de la daube 😉 :
    Misty in Roots, Live at the counter eurovision 1979, en espérant qu’ils soient aussi exigeants avec eux-mêmes qu’ils le sont avec les autres…

    https://youtu.be/zYA5kKzpURk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.