Vidéo – Un point sur le fascisme aux États-Unis

Liz Cheney et l’épuration au sein du Parti républicain
Le ministère de la justice et la “détrumpisation”

P.S. Je me suis dit “Tu feras la sieste après la vidéo”, mal m’en a pris !
– M. William Barr était ministre de la justice, et non président des États-Unis
– M. William Barr s’appelle en permanence “William” et non parfois “Glenn”

+ quelques expressions estropiées… Désolé

Partager :

13 réflexions sur « Vidéo – Un point sur le fascisme aux États-Unis »

  1. Le “Trumpisme” n’ayant pas d’autres “espérances” dans l’immédiat, que se diluer à international, faire le dos rond, que de sembler avoir dissolu dans “l’opinion” la bonification du “coté obscure de sa force”, que d’externaliser ses influences négatives… en attendant son heure (son “retour des jours heureux”)… dans ses liaisons incestueuses et dangereuses avec” l’occident européen” trouvant trop à “gauche” les propositions et l’examen du bilan des 100 jours de Biden… est-ce que ce qui suit n’est pas “Un point sur le fascisme”… en col blanc et bleu… du moins l’évolution possible de sa “fusion/acquisition”, dans les prochains scrutins électoraux français, mais pas que…?

    “A entendre, dans les discours des “chiens de garde”, “d’influenceuses”, et autres “donneurs de leçons de morales”, des médias mainstream, la teneur d’une dérive idéologique qui du “tout sécuritaire”, se concurrence à “exceller” à défendre le “monopole de la légitime violence de l’État” sur fond d’un dramatique fait divers, une affaire de grand banditisme montée pour épingler en amalgame le trafic de drogue douce/dure, la jeunesse des banlieues pas « assimilée », l’extrémisme religieux islamique – même s’il vote ce “monopole”, déjà, à plus de 60% pour l’extrême droite, faut-il que 100% du personnel du “maintien de l’ordre sociétal” dans un tel état d’injustices, d’inégalités, de “discriminations systémiques” votent pour l’extrême droite, pour s’inquiéter que d’un régime d’un “État de droit”, ça se finisse par un régime de “la loi et l’ordre”, à la Trump…? – dans sa “guerre” menée contre les trafiques de drogue… quand viendra la suite de toute logique appelant à la guerre…?

    Premièrement, cette suite logique s’inscrit dans une stratégie, qui peut se déconstruire en posant la question suivante…

    Y a t-il d’autres moyens pour cet « entre-soi » médiatico-politicard d’une droitisation aussi extrême (à l’extrême droite de l’échiquier politique) que radicale dans ses louanges adressées aux propositions d’un régime plus militariste/autoritaire et vertical (en des temps aussi troubles, ce genre de « tentations » font fureurs, sur fond de commémoration d’anniversaire d’une empereur déchu ») que de faire croire à la « demande » des « temps de cerveaux disponibles », qu’à vouer un « culte féroce » à la seule « DICTATURE des émotions » sondées, avant de voter… la seule capable de « rassurer » les doutes, incertitudes de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme », « bas instincts populistes », qu’appliquer la « tolérance zéro » mort dans les rangs des forces de sécurité (dans l’exercice de leur fonction, naturellement et normalement à haut risque pourtant) est tout à fait simple et facile… ?

    Mais est-ce que cette “demande” qui répondant plus aux secrets d’affaires d’institutions privées, d’adeptes des conflits d’intérêts, du carriérisme, du clientélisme, du pantouflage (du verrou de bercy, etc) commanditant des “sondages d’opinions” au grès de l’actu… qu’à un vrai exercice de dialogue social, démocratique… à une réelle séparation des pouvoirs… sollicite que lui soit “offerte” une “DICTATURE du tout sécuritaire”, par rapport à ses “peurs d’avoir peur”…?

    La « dédiabolisation » de l’extrême droite, et autres « tentations militaristes », dans la polarisation des débats politiques, sociétaux, publics… va de pair avec la diabolisation, à l’opposé donc, d’un ennemi, contre qui mener la « guerre », agrémentée du non respect patent du droit de savoir de la citoyenneté, de la neutralité et impartialité du traitement des infos, et d’une manipulation flagrante du respect du pluralisme des idées dans les débats médiatiques.

    Chaque faits divers, affaires judiciaires impliquant le décès d’un membre du « monopole de la légitime violence de l’État », est systématiquement devenu une « aubaine » pour manipuler « l’opinion » (cette pute qui prend par la main, le juges des « bas instincts »…). En accentuant la distorsion qu’il y a entre le temps court, immédiat, celui de la frustration, des doutes, des « peurs d’avoir peurs » (il paraît qu’il y a des « meurtres » de policiers partout en France, et tous les jours) distorsion temporelle instrumentalisée par l’espace médiatico-politicien… et l’incompressibilité du temps long d’enquêtes sereines de l’indépendance judiciaire (justice toujours critiquée dans son « laxisme »…), le “populisme” fait son lit.

    Surtout dés-lors qu’est impliqué dans un « meurtre » (qualificatif qui pour le décès d’un membre du « maintien de l’ordre », survenant dans l’exercice de ses fonctions à risques, n’est pas équivalent à un « meurtre » d’un dealer… commis lors d’une altercation entre bandes rivales, par exemple), comme suspect, présumé coupable d’office, par un procès médiatique seulement, un dealer, des jeunes des quartiers sensibles (jeunesse caricaturée, réduite à des clichés connotés négativement), tous les préjugés se focalisent sur la même partie de la population, la plus exposée à la précarité, pauvreté, aux inégalités, et absence de « représentativité » (contrairement à ce qui est laissé entendre).

    Que ce soit le « refus d’obtempérer » à un énième contrôle aux faciès de la journée, ou les invectives, tutoiements, bousculades se succèdant (et ne parlons des cas de violences policières dans les « manifestations interdites ») sans que soit donné suite par des poursuites judiciaires, contre certains flics racistes… homophobes, misogynes, etc (puisqu’ils sont le reflet de la société), auxquelles injustices s’accumulent, non pas des « représentativités politiques » pour faire valoir des droits bafoués, non respectés, des « zones institutionnelles de non droit »… mais les discriminations impunies à l’embauche, dans l’accès aux logements, dans l’accès à la solidarité (non redistribution du soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent) ces NON RECOURS, nommés aussi « discriminations systémiques » sont représentatifs de l’explosion des inégalités scolaires, territoriales, de « destin » que des décennies d’austérité, de « réformes structurelles néolibérales », des services publics, droits et protections ont aggravé, sur un terreau de “non repentance” par rapport à l’héritage occidental européen… de “crimes contre l’humanité” de l’esclavagisme et colonialisme …

    La crise sanitaire et la « guerre » menée contre un coronavirus parmi beaucoup d’autres à venir… en a exhumé les plus douloureux, inhumains, aspects, en ayant fait exploser le nombre de pauvres vivant sous le seuil de pauvreté, de plus d’1 million et demi des plus de 9,3 millions d’avant la crise, alors que les plus grosses fortunes françaises, mais pas que, se sont enrichies de 439%, à l’occasion des crises des subprimes, et de celle sanitaire… Les queues de jeunes étudiant.e.s et des plus pauvres de nos concitoyen.e.s (pour qui 6 générations à leur descendance ne suffiront jamais à attendre qu’une place se libère dans la file d’attente de « l’escalier social », à devoir abriter esseulées entre “envies”, et “désirs” consuméristes…), devant les assoc, et « l’aumône » des repas à 1 euros (seulement la ou les universités, etc, ont pu mettre en place cette mesure), puis autres “primes d’exceptions”, pour une jeunesse et partie de la population ne comprenant pas pourquoi le non paiement des loyers de propriétaires privés d’entreprises, est « blanchi » avec des exonérations/baisses d’impôt sur société, de production, de cotisations sociales patronales, etc, par la gouvernance macronienne, voir presque loué par l’extrême droite et droite extrême estimant que c’est pas assez, une jeunesse mais pas que, ne comprenant pas pourquoi elle a du amputer dans sa perte conséquente de « pouvoir d’achat », ce qui représente une part croissante des dépenses contraintes (en plus de l’eau, l’énergie, l’alimentation, les soins et assurances, etc – voire les investissements des « épargnant.e.s » dans l’immobilier, et logements airbnb, etc) sont un marqueur fort de colère, bien plus qu’un signal faible de désespérance, comme le laisse entendre cet « entre soi »…

    L’abstention électorale en traduit une souffrance, sourde, étouffée, stigmatisée, ostracisée… que le chantage à l’emploi des dits propriétaires privés d’entreprises, d’actions, tant assistés sans contrepartie, s’annonçant à l’horizon de la « reprise économique », de la frénésie du « retour des jours heureux » d’un consumérisme de plus de trois planètes par an (rien que pour notre modèle de croissance, celui des USA en épuisant plus de 6 planètes par an, de ressources renouvelables et non renouvelables) ne va pas manquer de s’exacerber dans un contexte « d’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics privatisés, digitalisés, dématérialisés, et de l’emploi se précarisant quand il ne peut pas encore disparaître ou s’automatiser (comme les « caisses automatiques » des supermarchés…. quand 50% du Trading Haute Fréquence est déjà fait par des algos, “IA” ayant besoin de garder dans la “boucle” des “humains”, pour les gruger).

    A n’en pas douter la souffrance psychologique, provoquant des pathologies chroniques, chez les personnes qui de vulnérables, sont criminalisées (traités “d’ayatollah de l’écologie”, “khmers verts”, “terroristes” pour des décrocheurs de tableaux présidentiels, pour les membres d’Extinction Rébellion, de “dictature sanitaire”, pour les experts défendant la ligne d’un confinement à la chinoise…) en cumulant le plus de facteurs multiples de comorbidité, en ayant du mal à se faire soigner dans un contexte de services publics hospitaliers quasiment saturés dans les territoires les plus pauvres… cette souffrance et la peur qu’elle génère… ne vont pas plus « changer de camp », elles… que les « réformes structurelles néolibérales » de l’assurance chômage, de l’alignement de l’âge de départ à la retraite – en net recul, pour espérer y partir en bonne santé, pour les plus pauvres, précaires… – aux taux de mortalité moyen de ce coronavirus, annoncent en réaction une polarisation accrue des clivages politiques, prochainement.

    Deuxièmement, la « guerre contre le virus » n’étant même pas gagnée, ni même achevée lorsqu’est déjà craint une quatrième vague, l’inefficacité de certains « vaccins … » par rapport aux « variants de variants »…. les « tentations » sont grandes d’ouvrir un nouveau front de bataille, pouvant divertir les risques qu’une victoire dans la premier , échappe à tous… Dans un tel climat d’injonctions contradictions la schizophrénie, et autres troubles mentaux, ne sont pas loin…

    Mettre fin au “marché dérégulé” des drogues déclarées illégales, risque de créer un vent de panique auprès des addictions… dépendant.e.s qui ne manqueront pas de trouver des produits de substitution, “en vente libre” (à ne pas confondre avec les “licences libres” que ne veulent pas entendre parler les addicts des rémunérations de la “propriété intellectuelle” – comme pour les “vaccins miracles” par exemple).

    Ensuite, l’annonce de la “guerre sanitaire” ayant eu pour premier effet indirect, des queues monstres dans les supermarchés, de drogué.e.s du PQ triple épaisseurs, et autres paquets de pattes… avec des pénuries de ci de là, des hausses de prix à la limite de l’illégalité, des “marchés noirs”… qu’est-il à craindre dans cette guerre contre la drogue (ou/et les drogué.e.s…?)…?

    Faut-il s’attendre à des bagarres géantes, pouvant troubler l’ordre public à coup de feu d’artifice, ou pire encore (“guerre civile” que déploreraient voir advenir, certain.e.s d’extrême droite, droite extrême… et d’une partie de la macronie, y chérissant par ailleurs une réponse sur-militarisée…?) devant les pharmacies, et grandes surfaces (centres commerciaux) distribuant des drogues légalisées elles… de l’alcool, du tabac, et toutes substances médicamenteuses addictives toutes autant légalisées… comme des antidépresseurs, et autres antidouleurs, opiacés, etc, détournés dans leurs usages “normaux”…?

    Que se passerait-il si elles venaient à manquer, ces “substances légales”… à subir des pénuries au cas ou d’autres nouveaux-elles “junki.e.s” addicts aux “pilules magiques” (et “vaccins miracles”), et/ou élixirs de “marchands de doutes” et de sommeil, “d’alcool méchant/joyeux”, par effet substitutif… mais sans jamais connaitre de “bouffées délirantes”… “d’hallucinations”… bien sûr… voulaient se constituer des stocks, s’approvisionner pour une très longue durée, faire des réserves quoi, comme les “survivalistes” quoi… ?

    Toute chose égale par ailleurs, c’est ce qui ne déplairait pas non plus aux propriétaires privés de grandes fortunes et autres “petits porteurs”, assistés sans contrepartie (dans l’agroalimentaire – et l’industrie pharmaceutique – puis la “grande distribution”, et ses richesses privatisées phénoménales, records même s’exonérant d’impôts avec la flat tax, l’immorale optimisation, etc, richesses qui se sont accumulées, d’ailleurs, lorsque les services publics des cantines scolaires ayant fermés durant les périodes de confinement, etc, et donc n’ayant pas pu distribuer “à pas chers” aux enfants de familles précaires des repas, se sont repus comme des fonds vautours, sur la récupération de ce “marché” de la misère des services publics ne distribuant plus de repas gratuits aux enfants pauvres) qui gérant les stocks en flux tendu, gagnent que les prix baissent ou haussent sur les “marchés” aussi dérégulés et dérèglements que le premier (celui de la drogue), que le climat provoquant la perte de la biodiversité, les crises successives des réfugié.e.s refoulé.e.s, etc. … Qu’il y ai des pénuries, ou “overdose”… ils y gagnent à ce que ces addictions là… restent légalisées ?”

    1. @M. Juillot :
      Excusez-moi pour cette question : avez-vous essayé de faire lire les textes que vous écrivez (en écriture “inclusive”) à des logiciels de reconnaissance vocale ou des services en ligne qui font plus ou moins la même chose ? En effet, ces derniers vont être utilisés par des personnes aveugles ou mal-voyantes ou bien des personnes dyslexiques ou dysorthographiques ou d’autres encore…
      Et le résultat est plus que déconcertant et souvent incompréhensible ou bien comique (en plus).

      Exemple plus haut, j’ai fait le test avec “Ensuite, l’annonce de la “guerre sanitaire” ayant eu pour premier effet indirect, des queues monstres dans les supermarchés, de drogué.e.s du PQ triple épaisseurs”

      A la fin de la phrase, on entend : “drogué e Est-ce du PQ triple épaisseur”.

      1
      1. Alors que je trouve votre remarque judicieuse – en vous en remerciant d’ailleurs – au point d’éclairer si lumineusement des chemins que je n’osais imaginer… dois-je m’en vouloir, “battre ma coulpe”, de ne pas avoir, ne serais-ce qu’une seconde, imaginé que cette modeste contribution exprimée en cette “satanée écriture inclusive” (ayant par ailleurs fait l’impasse sur les proposition de “travail gratuit”, “bénévolat contraint”, testé en “terre du concordat” auprès des chômeur.e.s, bénéficiaires du RSA – ignorant.e.s pour beaucoup qu’ils-elles sont en situation de NON RECOURS – … personnes handicapées… et autres “intention” de fusionner les prestations sociales, familiales, logements, etc, pour les plus modestes, afin de mieux lutter contre leurs supposées coupables “fraudes sociales”… en les imposant sur le revenu… concernant ce qu’est envisagé de proposer comme perceptive électoralistes… aux futures générations de la descendance des plus pauvres, précaires, discriminé..e.s, etc) puisse intéresser si largement un public habituellement exclu…. celui que vous décrivez et dont personnellement je me préoccupe – mais pour d’autres raisons que celles que vous contextualisez…?

  2. Question d’un naïf : pourquoi le ” parti républicain ” a-il- remporté tant d’élections dans les dernières décennies ? Considérant que les ” démocrates ” Clinton et Obama n’ont été que des épigones . Que proposent exactement les opposants à Mr Trump au sein du GOP ? Et , plus important encore , qu’attendent les électeurs du parti d’un futur candidat ?

  3. En plus votre analyse détaillée de la situation juridique de Trump et de ses soutiens, êtes vous au courant d’un audit en cours de l’élection de novembre 2020 dans le comté de Maricopa en Arizona? (analyse des bulletins et des machines de vote).
    Ou bien il n’existe pas d’audit en cours?

      1. C’est le premier, les autres étaient des recomptes des bulletins.
        Cette fois, il s’agit d’analyser la validité des bulletins (date, signature, envoi effectif par la poste etc….), ainsi que d’analyser le fonctionnement des machines de vote.

      2. Les autres étaient des recompte, ici il s’agit d’analyser la validité des bulletins, ainsi que le fonctionnement des machines de vote.

        1. Je crois que les bulletins envoyés par la poste ne sont pas conservés, rendant impossible une vérification en amont de la machine enregistrant les votes.
          Mon information reste incertaine. Je l’ai lu quelque part sans pouvoir citer la source. Elle n’est peut-être pas sérieuse.

          Par ailleurs, si la machine est “trucable”, on peut imaginer qu’elle peut être remise en fonctionnement correct quasi-instantanément. Il faudrait encore prouver que le “trucage” a bien été employé et sur une large échelle. Tout ça semble bien tiré par les cheveux…
          La seule conclusion, concernant les machines de vote, est que rien ne remplace une urne transparente.

          Au total, il s’agit d’une réclamation d’arrière garde assez pathétique de la part de mauvais coucheurs.

  4. En plus votre analyse détaillée de la situation juridique de Trump et de ses soutiens, êtes vous au courant d’un audit en cours de l’élection de novembre 2020 dans le comté de Maricopa en Arizona? (analyse des bulletins et des machines de vote).
    Ou bien il n’existe pas d’audit en cours?

  5. @ Patrick B

    Je vous remercie pour la diffusion de l’article de G.Grunberg. Cela va exactement dans le sens de la démonstration de M.Jorion au travers de ses plus récents ouvrages. On a beau le comprendre, on ne cesse de se pincer pour y croire.

    Pour information :

    Le Monde / USA– Putsch du Capitole – Enquête complète sur la préparation du putsch US :

    1/ Enquête vidéo : comment des milices d’extrême droite américaines ont préparé l’invasion du Capitole :
    https://www.lemonde.fr/videos/video/2021/03/21/enquete-video-comment-des-milices-d-extreme-droite-americaines-ont-prepare-l-invasion-du-capitole_6073914_1669088.html

    Impressionnant travail d’enquête rétrospectif de la part du journal Le Monde.

    2/ https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/15/violences-au-capitole-certains-emeutiers-voulaient-capturer-et-assassiner-des-elus-selon-le-parquet-federal_6066402_3210.html

Les commentaires sont fermés.