Moi qui pensais que Waterworld et Mad Max étaient de la science fiction…, par Terence

© Hervey

Pour les gens qui s’intéressent à la collapsologie, nous sommes passés de la théorie et de la prospective au journalisme et à la statistique. Le réel est ce qui résiste, les faits sont têtus. Il suffit de prolonger ce que nous observons pour en tirer les conclusions qui s’imposent. Après, il reste encore une foule de différents scénarios, même si les pires semblent les plus probables, vu notre historique.

En voyant les températures à Vancouver au Canada, qui connaît certes des été chauds (mais pas à Vancouver), je rebondis un peu sur la dernière vidéo de Paul sur son blog, qui se demandait :

    • – si tout ne s’était pas joué dès 1780 (Lumières volet « domination et maîtrise de la nature par la raison instrumentale », début de la révolution industrielle, début de l’exploitation des combustibles fossiles) ;

    – si cette trajectoire n’était pas « enregistrée » dans le destin de l’espèce humaine, à partir du moment où le sol regorgeait de stocks d’énergie solaire fossilisée accumulée par le vivant et que nous avions un très (trop) gros cerveau et que nous étions une espèce de mammifères sociaux (colonisateurs et opportunistes) ;
    – si donc ce scénario n’était pas « pré-déterminé » au fond…

    – tout ça en lien avec la remise en question du libre-arbitre humain par les neuro-sciences…

NB : même si je suis conscient de toutes ces déterminations, je propose de tenter le scénario de l’institution de la Limite, de l’autonomie interdépendante… Tout indique que nous sommes foutus mais rien n’indique qu’on ne puisse pas essayer de nous autolimiter… Que faire d’autre finalement ? quel meilleur autre programme politique ? Je ne crois pas à l’écomodernisme, à l’accélérationnisme et à la conquête de l’espace dans les temps impartis, et de toute façon, il faudrait quand même s’autolimiter dans ces scénarios, à terme, selon moi, ce ne serait que repousser l’échéance de la Limite.

Quand on sait que même en arrêtant instantanément toutes les émissions humaines et naturelles de gaz à effet de serre (scénario non seulement politiquement mais biophysiquement impossible), il y a, selon les effets envisagés, plusieurs décennies à plusieurs millénaires d’inertie du système terrestre… (« le coup est parti »)

Que donc les 50 prochaines années de climat sont déjà surdéterminées.

Une petite prolongation de tendances, même grossièrement linéaire, donne une idée de ce que nous allons vivre ce siècle.

Moi qui pensais que Waterworld et Mad Max étaient de la science fiction…

Rapport préliminaire fuité du GIEC : « la vie sur Terre peut se remettre d’un « changement majeur », pas l’humanité ». Effectivement, la paléoclimatologie et la paléontologie nous indiquent que la vie est particulièrement robuste et résiliente aux méga-changements climatiques qui ont émaillé l’histoire terrestre. Tandis que l’histoire nous apprend que les civilisations humaines sont particulièrement vulnérables à des modifications écologiques et climatiques bien moindres.

Changer ce qu’on peut, accepter ce qu’on ne peut changer, sagesse de faire le distinguo.

Le Canada enregistre un record de chaleur à 49,5 degrés – La Libre

J’ai repris les données climatiques moyennes selon Wikipedia pour Vancouver, une ville qui ne se trouve pas au milieu du Sahara (pour rappel).

Données climatiques moyennes (station météo de l’aéroport international de Vancouver (1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,4 1,6 3,4 5,6 8,8 11,7 13,7 13,8 10,8 7 3,5 0,8 6,8
Température moyenne (°C) 4,1 4,9 6,9 9,4 12,8 15,7 18 18 14,9 10,3 6,3 3,6 10,4
Température maximale moyenne (°C) 6,9 8,2 10,3 13,2 16,7 19,6 22,2 22,2 18,9 13,5 9,2 6,3 13,9
Précipitations (mm) 168,4 104,6 113,9 88,5 65 53,8 35,6 36,7 50,9 120,8 188,9 161,9 1 189
dont pluie (mm) 157,5 98,9 111,8 88,1 65 53,8 35,6 36,7 50,9 120,7 185,8 148,3 1 152,8
dont neige (cm) 11,1 6,3 2,3 0,3 0 0 0 0 0 0,1 3,2 14,8 38,1
Partager :

11 réflexions sur « Moi qui pensais que Waterworld et Mad Max étaient de la science fiction…, par Terence »

  1. Précision : le record canadien n’est pas à Vancouver mais à Lytton (vallée de la Fraser), zone du Canada la plus propice à la culture de la vigne. Ce qui ne remet pas en cause le fond de l’article.

    1. Le vortex polaire est déstabilisé, @arkao.
      Les connaisseurs apprécieront le lien avec les travaux de Berengère Dubrulle sur les instabilités hydrodynamiques (lien entr emodèle en labo et modèle à l’échelle du globe, nécessaire si le second s’avère incalculable pour cause de trop grand nombre de degré de liberté à la finesse de maillage requise et en l’absence d’une physique suffisamment « émergente » pour les « condenser », disons.

      La bonne nouvelle serait que la nature aurait le bon goût de nous prévenir en ne faisant qu’une ou deux facéties de ce genre par an dans l’hémisphère nord, façon plaie d’Egypte n°1, même pas n°2 :
      Car certes on s’écarte alors beaucoup des moyennes (mêmes réchauffées) mais peut-être pas si souvent et pas très longtemps.
      Avec comme seule note d’humour rafraichissante ou réchauffante qu’on ne meure qu’une fois.

  2. 1/ Sur France Info, lors de l’émission  » Les Informés  » du 30 juin 2021, la journaliste avertie Roselyne Febvre a poussé un  » ouf  » de soulagement en constatant que la maire de Paris, Anne Hidalgo avait  » domestiqué les écologistes  » et que tout allait désormais rentré dans l’ordre. Donc, que l’on se rassure, tout va bien se passer. Les écologistes c’est comme les tigres de cirques, il faut les tenir à l’œil et s’armer d’un fouet pour les faire se tenir debout sur un socle étoilé et bien les faire taire, c’est beaucoup mieux comme ça.

    2/ A contrario, le journaliste économique néolibéral , Dominique Seu a semblé ce matin sur France Inter un peu moins dans le déni et même si son message laisse dans l’ombre quelques sous-entendus personnels dont tout le monde aura décrypté les attendus idéologiques, sa chronique de deux minutes sur le dernier rapport du GIEC peut se réécouter :

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-eco/l-edito-eco-du-mercredi-30-juin-2021

  3. Question aux spécialistes : la goutte froide qui nous pourrit la vie actuellement (surtout ceux habitants au nord de la Loire) est-elle une autre conséquence de la même perturbation climatique qui provoque, à l’inverse, un « dôme de chaleur » sur la région de Vancouver ?

Les commentaires sont fermés.