Si j’étais Elon Musk…

Ouvert aux commentaires.

Elon Musk est le patron de la firme SpaceX qui a réussi hier à faire revenir de l’espace une fusée et à la faire atterrir verticalement en douceur (comme dans l’aventure de Tintin On a marché sur la lune).

Wikipédia nous dit encore ceci de lui :

Elon Musk (né le 28 juin 1971 à PretoriaAfrique du Sud), est un chef d’entrepriseingénieur et inventeur d’origine sud-africaine naturalisé américain en 2002 et actuellement installé à Los AngelesÉtats-Unis. Il est le PDG et directeur de la technologie de la société SpaceX, PDG, directeur architecture produit de la société Tesla Motors, et président du conseil d’administration de la société SolarCity.
Il est le fondateur de SpaceX et cofondateur de Zip2, PayPal, et Tesla Motors. Il a proposé un nouveau mode de transport baptisé Hyperloop, inspiré le rôle de Tony Stark joué par Robert Downey Jr. dans Iron Man, et exposé son souhait de contribuer à la colonisation de Mars.

Si j’étais Elon Musk, je n’écrirais pas les livres que j’écris, je ne parlerais pas de système socio-économique en bout de course : je parlerais plutôt d’une nouvelle Renaissance ; je n’évoquerais pas en permanence une espèce roulant à vive allure sur une voie conduisant droit vers l’extinction : je parlerais de conquête des étoiles et de la nécessité d’appuyer sur l’accélérateur.

Si j’étais Elon Musk, et que l’on m’explique qui est Paul Jorion, et que l’on me demande mon avis sur ce qu’il affirme, je dirais qu’il y a toujours eu des louseurs ou plus charitablement, des gens qui passent à côté des occasions qui se présentent, et que ces gens-là ont nécessairement une vision pessimiste de l’avenir.

Si j’étais Elon Musk, et que l’on me demande de donner un conseil à Paul Jorion, je m’adresserais à lui et je lui dirais : « Vous n’êtes pas très jeune sans doute, mais il vous reste encore un peu de temps devant vous pour vous joindre à la tâche exaltante qui a en réalité toujours été celle de notre espèce. Personne n’est condamné à être un louseur, tout le monde a la possibilité – même si cela demande des efforts considérables, et un peu de chance, sans doute, mais la fortune sourit aux audacieux ! – de se retrouver du côté des gagnants ! ».

Mais comme je ne suis pas Elon Musk, mais précisément Paul Jorion, je m’adresserais à lui en disant : « Monsieur Musk, vous avez raison à ceci près que le monde autour de vous est en train de rendre impossible à grande échelle ce que vous entreprenez à titre individuel. Je vous souhaite bien sûr de réussir, mais il vous faudra aussi utiliser une part considérable des moyens dont vous disposez et de l’influence qui est la vôtre, pour empêcher que la dévastation ne l’emporte et pour cela apporter votre contribution personnelle à un changement radical du système socio-économique qui est le nôtre, et qui lui, signifie la mort pour tous, et malheureusement à brève échéance ».

Partager

161 réflexions au sujet de « Si j’étais Elon Musk… »

  1. Iron Man, créé par Stan Lee en 1963, peut difficilement avoir été inspiré par Elon Musk, né en 1971… Quand Wikipédia fait dans l’hagiographie, c’est pénible.
    Pour le reste, le sieur Musk est un produit typique du capitalisme post-moderne américain : il vend du vent à perte (les Tesla, par exemple) à des bourgeois fortunés et s’enrichit en faisant monter le cours de bourse de ses sociétés.
    Après tout, tant qu’il y a des gogos pour y croire… Mais c’est finalement cela le plus pénible : pas tant de voir des malhonnêtes comme Musk, mais de constater que la plupart des gens adhèrent à l’idéologie qu’il exploite (et qui les exploitent)…

  2. Comme vous le dites si bien, il y a vraiment deux visions du futurs (en dehors des défendeurs du business-as-usual, qui manquent simplement de vision).

    Celle d’Elon Musk est que notre élan civilisationnel va tout juste nous permettre de passer sous les fourches caudines du paradoxe de Fermi. Les problèmes de changement de système économique et de changement climatique seront bien plus facile à régler une fois que nous aurons développé une AI digne de ce nom, et que nous aurons colonisé Mars comme roue de secours.

    L’autre c’est qu’on n’y parviendra pas (sans énormément de chance), et qu’il vaudrait mieux reculer maintenant (changer rapidement de paradigme, quitte à sacrifier quelques dizaines d’années de développement technique) afin de se redonner de la marge pour traiter correctement et à long terme les problèmes qui sont les nôtres (épuisement des ressources et système économique).

    La deuxième semble être la solution de la sagesse (perdre un peu maintenant pour être sûr de gagner beaucoup plus tard). La première semble plutôt la solution de la jeunesse joueuse et impétueuse (jouer sa chance maintenant et tout de suite).

    Vu de l’espace, notre civilisation semble plutôt adolescente que sage…

      1. http://www.theverge.com/2015/1/12/7531269/scientists-sign-open-letter-focusing-on-AI-dangers-benefits
        La position c’est de Musk, c’est qu’il faut garantir que les développement en IA se fasse au service de l’humanité dans son ensemble. Et évidemment c’est très bien comme ça. Mais cela n’empêche que la vision générale de la Silicon Valley (dont Musk est un des représentants par excellence) est que la technologie/le développement d’une IA bénévolente résoudra les problèmes de l’humanité, plus que le politique. Voir par exemple:
        http://www.telos-eu.com/en/the-dark-side-of-the-californian-dream.html

      2. « Elon Musk investit bien dans le développement de pointe en intelligence artificielle! »
        Et il a bien raison ! C’est celui qui y met des sous qui peut le mieux contrôler le bins.
        Quant à « en tant que représentant de la Silicon Valley », ça n’a aucun sens. Parce-que Français je serais forcément un dangereux péniste, au moins en puissance, pour un représentant de la Silicon Valley ?

      3. Arrête de faire l’enfant et
        1) reconnais au moins ton erreur: Elon Musk est bien un thuriféraire (comme tu écris) de l’IA. S’il y investit beaucoup d’argent, on peut raisonnablement penser qu’il pousse dans la mesure des ses moyens à son développement.
        2) soit un poil plus charitable avec tes interlocuteurs quand le sens est vague: quand j’écris « représentant » je ne veux évidemment pas donner un sens politique au terme. Je veux juste dire un élément représentatif, au sens où il en est un bon exemple (et d’autant plus puisqu’il a de l’influence).

      4. Y’a pas d’erreur mon brave. Dans le trio des voix qui portent pour alerter sur les dangers de l’IA y’a en une qui est celle de Musk, les autres étant celles de Gates et Hawking. Comme quoi être un « éminent représentant de la SV » ne signifie rien, de la même façon que je suis français sans être frontiste, de droite comme de gauche. C’est bon là?

      5. Entre signer une lettre et faire un discours, et mettre 40M€ sur la table il y a une différence. S’il était vraiment concerné, il mettrait 40M$ pour des projets de recherche sur la manière de contrôler une IA (et pas dans Vicarious).

      6. Primo il a pas mis 40 millions, c’est le total du deuxième round d’investisseurs qui a mis 40 millions.
        Secundo, je le laisse répondre:

        Musk revealed his fear of a robot uprising during an interview on CNBC on Tuesday while answering questions about his investment in an artificial intelligence research company called Vicarious.
        Vicarious describes its mission as creating « human-level intelligence in vision, language, and motor control », and is seen as being at the forefront of artificial intelligence research. « I like to just keep an eye on what’s going on with artificial intelligence, » said Musk on the reasoning behind his investment in the company. « I think there is a potentially dangerous outcome there. »

        Keep an eye, my friend, keep an eye, capiche ?

    1. Effectivement, erreur de ma part pour les 40M€.
      Je pense qu’on ne pourra jamais savoir ce qu’il y a dans la tête de Musk. Le fait est qu’il déclare qu’il est très inquiet des développement de l’IA pour l’humanité, mais qu’en même temps il investit dans DeepMind d’abord, et lorsque cette dernière est rachetée par Google (je ne sais pas s’il a vendu ses parts ou s’il les a gardées), dans Vicarious.

      Alors peut-être qu’être actionnaire lui donne accès à plus d’info sur l’état d’avancement des recherches. Mais c’est un fait qu’investir facilite ces développements. Et c’est un fait qu’il n’investit pas par ailleurs, dans des projets de recherche ou autre sur comment faire en sorte que ses pires craintes ne se réalisent pas.

      Au final, tant qu’il ne dit pas « pour minimiser les risques de développement d’une IA néfaste pour l’humanité, il faudrait faire ceci et ceci et cela », et qu’il n’investit pas de manière conséquente pour cela, ce ne sont que des « parole, parole, parole ».

      De toutes manières, mon point initial, c’est que Musk est clairement quelqu’un pour qui l’humanité sera sauvée par la technologie (colonisation de Mars) plutôt que par la sagesse (s’abstenir de faire certaines choses). Et qu’il pousse plutôt pour des solutions technologiques aux problèmes de l’humanité, plutôt que des solutions politiques (qui ne demandent pas de développements technologiques).

      Note bien que ces deux approches ne sont pas incompatibles: on pourrait (devrait) faire les deux.

      1. Au final, tant qu’il ne dit pas « pour minimiser les risques de développement d’une IA néfaste pour l’humanité, il faudrait faire ceci et ceci et cela », et qu’il n’investit pas de manière conséquente pour cela, ce ne sont que des « parole, parole, parole ».

        Les 10 millions dans le Future of Life Institute, c’est quoi ? J’ai peur que l’IE n’ait décidément rien à craindre de certaines intelligences naturelles, en tout cas de celles entravées par tant d’aveuglement aprioriste manifesté par un tel niveau de mauvaise foi.
        Effectivement, l’IA ne vous sera d’aucun secours. Par contre, si vous persistez ainsi, ne vous étonnez pas que le monde (dont Elon Musk…) finisse par considérer, nolens volens, qu’une IA même médiocre mérite plus de crédit qu’une intelligence galvaudée comme la vôtre.

    2. OK, je suis absolument désolé, je n’avais même pas vu que l’info se trouvait dans ta seconde réponse. J’aurais m’informer et réfléchir un peu plus. Sorry.

  3. Pendant ce temps Elon Musk ne se demande pas « si j’étais Paul Jorion ».
    Il ne sait probablement pas qui vous êtes, ni qui est Pierre Rhabi, ou même Glenn Greenwald.
    Il s’en fout, il sera dans l’Elyseum.

  4. Bah, l’important c’est qu’il y ait une petite place pour un bouquin de louseur belge dans la boite à gant de la Model S (avec ludicrous mode !) du ouineur. Le pilotage automatique s’appellera le « Jorion’s mode », pour lire des bouquins de louseur luddiste au volant de sa ludic-roots car de ouineur déraciné.
    Jorion’s Musk’s Must quoi.

  5. Depuis la fermeture de la Frontière en 1890, les USA n’ont cessé de déborder. Ce fut d’abord grâce au cinéma hollywoodien, puis via la consommation de masse, ensuite par la financiarisation de tout, enfin du fait de la numérisation totalisante. Et dès aujourd’hui, c’est vers l’espace, cette « ultime frontière » ?

    C’est stupéfiant comment l’universalisme dont se réclame les USA, en se réalisant dans la Mondialisation, s’étend et se concentre à la fois. Que vaut le bon sens dont Descartes disait qu’il est « la chose du monde la mieux partagée » quand il est piétiné avec la barbare indifférence des foules ambitieuses ? Un dollar, un rire noir ? Toujours plus d’espace ou bien juste ce qu’il faut de folie des grandeurs en moins ?

    Voici la réponse : toujours plus haut, voici venir les billiardaires de demain. Les fourmis que nous sommes seront demain des microbes pendant que les rois marcheront sur la tête.

    S’il revenait parmi nous, Jean de La Fontaine pourrait compléter sa Fable* par :
    Tout PDG vole haut
    Et tout part à vau-l’eau

    (Heureusement… il y a vous, monsieur Paulo 🙂 )

    Avec mes salutations respectueuses,

    SL

    * La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf

  6. Si j’étais Paul Jorion, j’offrirais mon album de BD sur l’avenir de l’Espèce à Eion Musk en même temps que je l’inviterais à voir attentivement le film intitulé Interstellar et à m’en rendre compte pour en discuter.
    Je le féliciterais pour son génie industriel et scientifique et surtout lui poserais une question très simple: « Do you care about the ultimate aims of Humanity or shall I have to consider you have nothing to do with them? »
    Mais voilà, je ne suis pas Paul Jorion.

  7. Excellente critique M. Jorion de que j’interprète dans cette fuite en avant, vers « ce clair obscure qui tombe des étoiles » , bien dans « l’air du temps » de plus en plus virtualisé, irréaliste, d’une réalité si cruellement impactée par ceux et celles là même qui pleurent sur ces, conséquences les « leurs » ayant une part de responsabilité conséquente, des causes qu’ils-elles ont et continuent de chérir tant et tant…

  8. Montag ou Beatty?, il faut choisir 🙂
    Comme quoi, on a quand même la chance de ne pas être dans un régime totalitaire sinon Musk/Beatty dirait plutôt:
    « Et maintenant, que se passe-t-il si un pompier, par accident, sans intension vraiment précise, ramène un bouquin chez lui?
    Erreur bien naturelle. Simple curiosité, poursuivit Beatty. On ne va pas s’inquiéter outre mesure ni en faire tout un plat. On laisse le pompier (Jorion) garder le livre vingt-quatre heures. Si passé ce délai, il ne l’a pas brûlé, on vient simplement le brûler pour lui ».
    Le progrès n’a pas encore le goût d’un livre brûlé, l’obscurantisme la souvent.
    De l’impensable en utopie, il y a encore besoin d’imaginaire pour lui donner une réalité, on manque d’inertie, c’est pas gagné.

  9. « Montrer ce qu’on a dans le ventre,  »

    Hey ! ça c’est du « fabulous Lazarus »; so what ?
    Alors, winner…, looser…, looser, winner, relire SI , R kipling..
    tu seras …. 😉

  10. Hello Paul,

    au sujet de ce billet, je me demande simplement pourquoi cette maladive nécessité de se comparer et de se juger.

    Sinon je vous écris surtout pour vous demander une question précise.

    TLDR; Vous n’auriez pas un billet qui parcours tout le spectre des interventions du blog pour démontrer le soliton de manière solide et argumentée ?

    …La suite pour les courageux..

    ll y à bien le « qui suis je? », mais il ne me semble pas donner le change d’arguments face à ce qu’a pu produire Mr P.Soubeyrand

    http://www.pauljorion.com/blog/2015/12/16/cop21-un-petit-coup-de-marteau-pour-lhomme-un-grand-coup-de-masse-sur-lhumanite-des-lobbies-en-liesse-la-grande-parade-des-ong-est-terminee-par-philippe-soubeyrand/

    Ce billet par exemple est remarquable d’argument, http://www.pauljorion.com/blog/2015/12/12/faut-il-en-rire-ou-en-pleurer/ mais n’à pas la rigueur que l’on sait nécessaire pour ces esprits peu convaincu.

    http://www.pauljorion.com/blog/2015/11/04/etat-durgence-crise-systemique-globale-emballement-climatique-atlantique-nord-vs-el-nino-cop21-etou-loi-de-puisseguin-regardons-ce-soliton-en-face-par-philippe-soubeyrand/

    http://www.pauljorion.com/blog/2015/12/09/lirrealiste-utopie-ou-bien-la-tres-realiste-extinction-de-lespece-par-roberto-boulant/

    http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/06/la-question-du-soliton-est-devenue-indecomposable/

    http://www.pauljorion.com/blog/2009/11/24/linventaire-de-demain-par-francois-leclerc/

    Et pourtant je ne fais là qu’effleurer les nombreux sujet que vous abordez perpetuellement. Aucun billet ici sur la finance, le prix, les dynamiques des nos sociétés. Ils sont plus loin dans la pagination… j’imagine : )

    Si l’idée vous parle j’espère que vous pourrez le piner en haut à gauche.

  11. Stratégie du judoka : poussons l’ingénierie un cran au-delà ce que Musk met en branle.
    Voyons le côté coopératif de cette ingénierie (les usines chimiques qui ont fait le carburant, les métallurgistes qui ont fait le véhicule et le moteur-fusée, etc.).
    Et demandons lui « maintenant que vous avez réussi à fasciner ds foules de jeunes aspirants ingénieurs, n’est-il pas temps de leur demander quelles sont les « lois d’échelle » de ces activités ? Quel public pour quelle dépense énergétique ? du 0,00001% pour les fusées, du 0,001% pour les yachts, du 0,1% pour les villas avec gazon et jardinier.
    Ah, et dernière question que vous leur poserez : que peuvent faire les ingénieurs eux-mêmes, là-dedans, si par malchance, ils ne sont ni dans les 0,1% ni dans les 1%, mais malheureusement dans les 10 % ?

    1. C’est quoi le problème? Le client c’est la Nasa non ? Les ingénieurs de Tesla bossent pour la Nasa, contents d’eux, comme les ingénieurs de chez Angénieux bossaient, contents d’eux, pour la Nasa.

      1. Ptêt que le problème c’est que la NASA fait des trucs dispendieux qui ne servent (relativement) à rien. (mais bon, elle est pas la seule…)

  12. Construire et développer une École (en fait dès la maternelle) de la co-responsabilité est-elle définitivement hors de portée des « loseurs » ?
    Il me semble que non !
    Contre la compétitivité, absolument.
    Encore faut-il mettre de côté l’égotisme et la vanité d’une poignée d’individus, pour laisser pleinement s’exprimer la dignité des autres.
    ____________________________

    Ai vu tout à l’heure un papillon (Paon du jour) voler !
    Jamais vu ça à cette époque de l’année.

  13. Si j’étais Elon Musk je me dirais à la lecture de cet article (http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2015/12/22/retour-de-baton-pour-le-britannique-qui-a-sorti-une-refugiee-de-4-ans-de-la-jungle-de-calais_4836521_4497186.html) que j’ai encore des efforts à faire pour laisser une trace significative dans l’univers.
    Non seulement pour m’assurer que la réalisation de mes rêves ne lèse pas le plus grand nombre mais aussi pour me coltiner vraiment aux merdiers dans notre belle bulle bleue, pour transformer un système fourbu de trop d’idoles futiles et qui broie froidement les individus doués de philia.

  14. Mais Musk ne fait que obéir à la logique du système économique! En plus il s’amuse et il gagne du fric, il serait bien bête de ne pas le faire!

    Nous aussi tous autant qu’on est, on a – pour la plupart (c’est statistique) – fait que des conneries dans notre vie, moi le premier.
    On est payé pour, et on a pas le droit de critiquer not’ boulot car c’est cracher dans la soupe. (passque y’en a plein qu’aimeraient être à not’ place, et que si on est pas content on a ka faire aut’chose. bref)

    Pourtant il faut continuer jusqu’à la retraite.
    Et c’est encore à la retraite, ou mieux au chômage, qu’on coûte le moins(!), puisque on n’a plus à participer au Monstrueux Gaspillage des Ressources, voulu par le Système! (ça fait partie des trucs qui me paraissent évident, et que tout le monde trouve loufoque)

    C’est donc pas Musk l’abruti. Encore une fois, c’est le Système (des capitalistes, propriétaires privés) !
    (mais celui là il ne faut surtout pas non plus en dire du mal, car c’est grâce à lui, et patati, patata… )

  15. D’ailleurs si Musk était né en Algérie, et Rabhi aux zétasunis, peut être que Musk cultiverait du bio et que Rabhi fabriquerait des fusées…

      1. Me suis planté sur son origine ?

        ça ne change rien sur l’idée de fond qui est que peu importe le bonhomme. Si ce n’est pas celui là, ce sera un autre, et globalement c’est le Système qui décide. (et donc pas les individus)
        Par contre c’est aux individus de décider du Système. Mais comme ils sont roulés dans la farine 24/24, et que la plupart aiment ça, ben ???

      2. Gagnot, suffisait de lire l’article que vous commentez (il est pas long en plus). Mais faut pas trop vous en demander, on sait. T’façon, l’a été écrit par le système l’article lui aussi. Me demande s’il c’est pas le système qui nous met dans les pattes les gentils trolls aussi 😉

      3. Julien, j’ai lu l’article en diagonale, pour en saisir le fond. Et peu importe que le type soit né en Afrique du sud ou aux usa.

        Sinon, je confirme que le capitalisme des propriétaires privés, détermine le développement puis l’anéantissement de nos civilisations. Et non des Rahbi ou des Musk…

        Dommage que vous ne vouliez (encore) l’admettre, car c’est du même ordre de dimension dans nos connaissances que de savoir que la Terre tourne autour du Soleil, et non l’inverse.

      4. Sinon, je rejoins le propos de Paul Jorion, à savoir que le mieux que les friqués auraient à faire est d’utiliser leur fortune pour changer le système sociaux économique.
        Mais c’est aussi un peu leur demander de scier la branche sur laquelle ils sont assis, pour sauver l’arbre qui nous porte tous.

  16. A propos de:
    http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/uploads/Journe%CC%81e-Travail-IRI-Prodiss-1.pdf

    Intéressant, mais le financement de ces activités non rentières, est (comme d’habitude, si je peux dire), laissé à l’imagination de chacun. (on évoque la fiscalité, mais sur quoi si le travail disparait?!, et … le mécénat…, ce qui risque d’être assez léger)
    Or, c’est un point carrément bloquant, puisque l’Argent c’est le nerf de la guerre. Espérons que l’Avenir sache le débloquer… Mais autant ne pas l’ignorer.

      1. vigneron,
        Je serais très étonné que dans le Système actuel on sache faire.
        Sinon pourquoi ne le fait on déjà pas pour rembourser la dette; ou encore éliminer la pauvreté, etc. ?
        Les sommes sont du même ordre.
        Expliques.

      2. On le fait Gagnot. CSG and co par exemple, ou revenus du capital taxés au niveau des revenus du travail. Mais sûrement pas pour rembourser la dette, hors de question. Y’a que toi pour avoir des idées saugrenues pareilles.

      3. Mais le rapport des taxes sur le capital est ridicule, sur le travail elles ne peuvent que diminuer, et l’état se finance donc toujours plus par l’endettement.
        Donc, pour financer des activités qui ne rapportent rien au Capital, (qui donc ne les financera pas) il faudra évidement s’endetter encore plus!

        Sinon la dette est faite pour engraisser les rentiers et banquiers, depuis 1973. Je ne vois pas qui – à part eux – , dans un monde ou le travail disparait, pourrait la rembourser! Les chômeurs?
        Faut un minimum de logique, hein.

      4. par « le rapport des taxes sur le capital est ridicule », je veux dire que c’est très insuffisant. (le terme ridicule est ridicule, ok)

      5. En 2012, Sterdyniak en était encore à dire qu’il faut changer le fonctionnement de l’Europe, relancer la dépense publique socialement utile, et taxer les riches (sans préciser comment)

        Oui certes, mais ça parait « un peu » bisounours… je dirais même d’un autre siècle. On en est clairement plus là, hélas.

        https://www.youtube.com/watch?v=EH3l1r5OtDY

      6. Non mon cher, il disait que les taux d’imposition économiques des revenus du capital, lorsqu’ils n’étaient pas exonérés, étaient déjà élevés par rapport à ceux appliqués aux salaires.

      7. Il ne suffit pas que les taux d’imposition des revenus du capital soient élevés pour assurer le financement de millions d’emplois inutiles au capital!
        D’autant que à force de détruire les outils de production, pour cause de demande insuffisante, les revenus du capital vont eux aussi diminuer en valeur absolue.

        En effet une poignée de familles finira par détenir l’ensemble des ressources, dont elle ne fera quasiment rien, si ce n’est d’y assoir son pouvoir. C’est clairement là ou on va.

        C’est le capital lui même qu’il faudrait taxer pour obtenir le financement nécessaire. (A défaut de le nationaliser pour le mettre au service de la communauté)
        C’est inimaginable dans le système actuel. Ils gueuleraient à la spoliation, non?

  17. A notre santé !
    Le vrac en Médecine. On a cru que les antibiotiques pourraient nous guérir de tout : microbes, virus….. mais pas des champignons ! Puis on a cru que les greffes seraient la panacée … mais pas pour tous et puis des greffes de n’importe qui ! Pouah ! ! Puis ce furent « les cellules souches » avec la Génétique si complaisante dans les élevages de labo, que nous pourrions vivre plus- beaucoup plus que 140 ans, peut être même plus de 200 ans. Et « on » continue à croire qu’en allant plus vite,on pourrait vieillir moins vite …. d’après Einstein…mais patatras Alzheimer ! Et en plus, on apprend que notre santé dépend des « microbes qui vivent dans notre tube digestif » et qu’ils sont 10 fois plus nombreux que les cellules de notre corps, non mais !
    Ousqu’on va, mon bon Monsieur ?

  18. Sait-il ce que vous savez et savez-vous ce qu’il sait? Un chercheur comme vous souhaite partager ses conclusions avec le plus grand nombre, un patron comme lui ne souhaite sûrement pas partager quoi que ce soit avec le plus grand monde. Il est déjà parti dans un autre monde celui-là, il tire des plans sur la comète mais ne voit pas que les fondations de l’humanité cèdent, attention au départ! J’aimerai le voir partir loin, très loin…

    1. « Notre but est de faire progresser l’intelligence numérique dans une direction plus à même de bénéficier à l’humanité. »
      Objectif affiché : développer des technologies d’intelligence artificielle et les mettre à disposition de tous. « En tant qu’organisation à but non lucratif, notre but et de créer de la valeur pour tout le monde, plutôt que pour des actionnaires », peut-on lire dans le texte de présentation.

      Les fondateurs de ce centre se positionnent aussi comme un rempart face aux dangers potentiels représentés par l’intelligence artificielle (IA). Elon Musk s’en est plusieurs fois inquiété ces derniers mois ; il avait même, en juillet, attribué des millions de dollars à 37 projets de recherche destinés à prévenir les risques liés au développement de l’IA.

      http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/12/14/elon-musk-lance-un-centre-sur-l-intelligence-artificielle-pour-beneficier-a-l-humanite_4831944_4408996.html#hGMVtDMymB2jqu8o.99

      La ligne directrice d’Elon Musk est la suivante : « S’assurer que la société pourra profiter des avantages de l’IA, tout en évitant les pièges potentiels » et « travailler à l’atténuation des risques existentiels auxquels doit faire face l’humanité ». En annonçant aujourd’hui la création d’OpenAI, une organisation à but non-lucratif, le milliardaire (épaulé par Sam Altman, président du Y Combinator) continue sur sa lancée – See more at: http://www.linformaticien.com/actualites/id/38869/pour-prevenir-les-dangers-de-l-ia-elon-musk-mise-sur-l-ia.aspx#sthash.QZX5Endl.dpuf

      1. Blockchain
        Travail et redistribution : une troisième voie ?

        « Il faudra sans doute nuancer cet élan technophile. Le développement des applications basées sur le BlockChain nourrit l’utopie de l’horizontalisation de la société mais ne propose pas en l’état un modèle social de substitution. Ces nouvelles organisations technologiques soulèvent énormément de questions légales et philosophiques. En effet, si ce sont des algorithmes qui contractent entre eux à qui va la responsabilité ? Quel est le sens de l’engagement ? »

        « Néanmoins, la technologie BlockChain peut-elle vraiment susciter l’apparition des services créateurs de biens communs ? Quelle place pour le bien commun entre sphères publique et privée ? Entre l’Etat et l’entreprise ? Et, si on pousse le raisonnement un cran plus loin, entre socialisme et capitalisme ? Avec l’arrivée prochaine d’Ethereum, ces questions ne manqueront pas de se poser tout au long de l’année 2015. »

        http://magazine.ouishare.net/fr/2015/01/travail-et-redistribution-une-troisieme-voie/

        Block chain contre Big Brother
        Algorithmes contre algorithmes

        « Selon Stephan Tual, Ethereum constitue ainsi une une protection face au Big Data. Cette innovation est soutenue au nom de la protection de la vie privée et pourrait très certainement trouvé un large marché compte tenu de l’inquiétude soulevée par l’accumulation de données privées. »

        https://medium.com/@PierreMusseau/block-chain-contre-big-brother-1fd8a188120c#.zf2yxjvlk

        https://www.ethereum.org/

      2. De l’enfumage reptilien classique Baleine. D’ailleurs son vaisseau s’appelle le SpaceX Dragon et les moteurs-fusées Draco. Ça crève les yeux. Des reptiliens en chef tous ces ex parrains de la mafia Paypal…

      3. J’ai pris connaissance de la vidéo sur l’émergence des blockchains , avec le même intérêt que j’ai pu avoir pour les premiers billet de PSDJ .

        Avec la montée en puissance de la même crainte que celle exprimée par Christian Faure , j’ai aussi paradoxalement ressenti l’intuition que c’est dans cette direction que l’avenir démocratique de l’espèce humaine devra arbitrer la place de la propriété et du pouvoir réel .

        Arbitrage aussi sous contrainte ( mais uniquement contrainte parmi d’autres ) de l’énergie , comme dit par d’autres dans la file , en notant que le volet énergie nécessaire aux systèmes , est évoqué dans la vidéo .

      4. Le tout dernier billet du jour de PSDJ me confirme que ses premiers billets n’étaient pas les seuls à mériter intérêt et attention .

  19. Le contre : C’est le premier missile qui rentre à la maison, les militaires n’en voudront pas.
    Le pour : c’est une fusée qui évite de se disloquer au dessus de notre atmosphère en milliers de débris qui gênent nos satellites. C’est donc écologique (!)

    1. Merci beaucoup M Jorion pour cette vidéo de M Faure, que j’ai trouvé claire et explicite. Quand j’ai lu l’intitulé de la conférence, je n’avais pas vu la date…. :-/, bon,j’ai été inspiré par ce sujet.
      Mes remerciements pour votre tact et pour avoir ajouter la vidéo de M Faure.
      Je suis allée direct sur les blockchains car j’avais déjà lu quelques articles vraiment intéressants. Je trouve le site de M Faure bien calibré, et son analyse simple claire et pédagogique. Ce n’est pas compliqué mais les enjeux de cette mutation sont, à mon humble avis, vraiment importants.

      M Jorion sera t il possible d’avoir l’intégralité de la conférence d’Iri ? au mois de janvier…bien sur….. 🙂

      C’est le « grand rush » et cela va intégralement impacter les individus et la société et ce dans de nombreux domaines :

      « D’autres déclinaisons sont imaginables. Crédit mobile, points de fidélité… mais aussi documents officiels et brevets. Le gouvernement du Honduras travaille déjà à baser son cadastre sur une blockchain. Celui du Royaume-Uni l’a aussi citée comme piste exploratoire pour augmenter la fiabilité des bases de données officielles. »

      http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/30/la-revolution-blockchain-legs-du-bitcoin-en-version-seduction_4778603_3234.html#vyi8sEaWlSl4aW3x.99

      IBM et la Fondation Linux s’engagent sur Blockchain avec des banques

      Une technologie amenée à transformer de nombreuses industries

      « L’initiative « The blockchain for business » menée par la Fondation Linux se prépare pour 2016. Plusieurs de ses membres fondateurs ont déjà réalisé des efforts de R&D considérables dans l’exploration des applications blockchain pour l’industrie; »

      « Les grands livres distribués sont sur le point de transformer de nombreuses industries, depuis le secteur bancaire jusqu’aux transports de marchandises en passant par l’Internet des objets », expose Jim Zemlin, directeur exécutif de la Fondation Linux, dans un communiqué. « Comme toute technologie très complexe qui en est à ses premiers stades et démontre sa capacité à changer la façon dont nous vivons au quotidien et dont nous commerçons, Blockchain requiert une collaboration trans-industrie et open source pour faire avancer la technologie pour tous ». En se regroupant, ces différents acteurs sont susceptibles de faire progresser leur projet à un rythme et une profondeur que chacun indépendamment ne pourra pas obtenir, souligne encore la Fondation.

      http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-ibm-et-la-fondation-linux-s-engagent-sur-blockchain-avec-des-banques-63324.html

  20. La question est religieuse, au sens mystico-religieux, superstitieux, du terme : tant que nous adorerons la déesse Réussite ses plus ardents fidèles se livreront sous nos applaudissements à des offrandes chaque fois plus démesurées, telle cette fusée spaceX… Saurons-nous renier une déesse si aveuglement vénérée ?

  21. Sans objet. Diversion. Du vent pour alimenter le miroir aux alouettes. Du PR pur jus. ( Public Relations: du buzz auto-alimenté pour entuber le citoyen lambda).

    SpaceX est une arnaque pour dégommer la fusée européenne Arianespace, qui elle est un vrai succès technologique et financier, sous direction française. Un des seuls trucs européens qui marche encore. L’intérêt commercial US est évident. En prime, les fusées gros-porteur US ont des moteurs russes
    ( par exemple : http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/10/29/01008-20141029ARTFIG00295-explosion-d8216une-fusee-americaine-les-moteurs-russes-soupconnes.php ) , SpaceX pourrait redonner un peu de national-pride à ces USA qui collectionnent les échecs.

    Or, sous prétexte de contrat avec la NASA pour ravitailler l’ISS, SpaceX est outrageusement subventionné à long terme. Ce qui lui permet d’être nominalement 30% moins cher que la référence.

    Allons-nous, nous européens, aider à fabriquer la corde pour nous pendre? Concurrence libre et non faussée, oubliée ?

      1. 247/01/2011, vous n’avez pas plus vieux ?

        De l’eau a coulé sous les ponts astronautiques depuis.
        SpaceX est une entreprise commercialement déloyale.

    1. Un peu de cohérence Daniel, please. Ariane n’aurait sans doute jamais pu existé sans l’erreur « stratostratétragique » du programme ruineux de la navette. Kourou en a profité pour s’imposer sur le marché des lancements commerciaux. SpaceX signifie: fin de la plaisanterie. Et avec les quelques 50 milliards de dollars de budget annuel des donneurs d’ordres publics ricains, c’est clair qu’on est court, surtout quand l’Allemagne préfère acheter du Falcon 9 de Musk que de l’Ariane 5 de Le Gall pour ses satellites gouvernementaux d’observation…

      1. Est-il interdit à Ariane de bénéficier d’avantages comparatifs. Que ces malheureux US se plantent, c’est leur affaire. Qu’Ariane en profite est la moindre des choses.
        Le choix de Kourou est certes une retombée de notre colonialisme passé- et au plan européen , il n’est pas le seul; voir par exemple, le chapelet d’iles-relais charbonniers brit.- mais choisir cet emplacement pour sa proximité équatoriale est une simple affaire de bon sens.
        Il reste qu’Ariane est une réussite exemplaire, et légitime.

      2. On a un Musk en Europe? Non. On a l’équivalent du budget des agences fédérales US ? Non. Fin de pelote pour Ariane. On pourra toujours louer Kourou à Musk.

  22. Si Musk était Tintin, qui serait Jorion ? Certains le prendraient pour Haddock, d’autres pour Tournesol ? Peut-être plus véritablement pour le Lama cracheur ! Et bientôt pour le mage sonnant sur la timbale et annonçant la fin du monde…
    Ce bout de dialogue me parait puissant, source d’inspiration…
    Il est vrai que l’opportuniste a le droit de faire son trou. Également d’ouvrir un blog concurrent, une assoc concurrente, etc. : nous sommes dans un marché, flexible, amoral et non solidaire.
    Jadis les Rois s’appuyaient sur les devins et les divinations pour prendre leurs décisions. (Puis vinrent les dieux sectaires et exigeants). Aujourd’hui, les experts du GIEC sont ces devins , et les Rois ne leur obéissent qu’à moitié. Car restreindre le marché ou les ‘opportunistes’ de la croissance, c’est une décision collective trop lourde pour eux.

  23. Relier Los Angeles à San Francisco en 30 min (projet Hyperloop) est-ce un progrès pour l’humanité ? Quel intérêt si ce n’est de déplacer en un temps record des hyper nomades privilégiés ?

    Admettons tout de même par pure hypothèse que l’invention soit démocratisable, que des millions de citadins pourraient en avoir l’usage. Quel sens, quel goût y a-t-il d’aller en un temps record d’une conurbation à une autre ? Quid du temps de vivre ? De la jouissance du paysage traversé, des rencontres sur le chemin qui nous mène d’une adresse à une autre. Je pensais que les transports de passagers par dirigeable seraient de retour au XXI siècle, je ne vois toujours rien à l’horizon.

    1. Attacher de l’importance à se déplacer le plus vite possible, ça fait partie des choses stupides que le Système (désolé Julien, c’est encore lui) a inscrit quasiment dans nos gênes. On glorifie la compétition, quelle qu’elle soit.
      Il faut « plus » de tout et n’importe quoi… pour qu’au final – plus – de fric atterrisse là ou il faut. C’est sa raison d’être (au Système).

    2. « Quid du temps de vivre ? »
      Quid de ce temps, car vivre, n’a, pour l’heure, pas droit de cité, là où le mépris et l’orgueil sévissent à plein. Mépris non seulement de l’humain en tant qu’espèce mais celui, aussi, de sa propre existence. S’il est une gravité à la situation, elle est autant collective qu’individuelle. Pourquoi se demander comment ces jeunes se laissent séduire par leur propre mort et « leur femme » se laisser aller à la glorifier, au nom d’un « Etat » imaginaire ? Il me semble pourtant qu’il ne s’agit pas d’un parallèle mais bel et bien d’un seul et unique problème auquel est confronté chaque individu. Comprendre ce qui se passe autour n’a de validité qu’en envisageant ce système, ces désordres, comme une projection de son propre problème, véritablement opérationnel dans la tâche de destruction massive.

      1. Armelle,

        Les désordres dont vous parlez sont, très clairement si on décortique les mécanismes, conséquence directe du système économique capitaliste basé sur la propriété privée des Ressources.
        Julien m’engueule parce que je ne cesse de l’expliquer/répéter, mais il semble que ce ne soit pas clair pour beaucoup.

      2. Dominique

        Comprendre les situations économiques est utile mais, ce comprendre-là exclut soi-même…. Celui sur lequel nous avons une action possible et immédiate. Ce qui me chiffonne c’est cette facilité à s’extraire du jeu pour ne trouver que des conditions d’environnement défavorables.
        Oui oui, le mépris de soi-même, puis, l’orgueil sont bien l’affaire de chaque individu.

      3. Armelle,

        « Oui oui, le mépris de soi-même, puis, l’orgueil sont bien l’affaire de chaque individu. »
        ___________________________

        Je ne conteste pas ça, mais on ne peut pas compter sur le fait que les individus se changent d’eux même! C’est un vœu pieu.

        On est comme on est.
        C’est le résultat de notre génétique et de l’environnement dans lequel on a grandit.
        Quelques rares vont en s’améliorant, mais ça reste marginal.

        La seule chose dont on peut décider c’est de cet environnement. Lui même largement dépendant du système économique! Toujours lui.

      4. Il est par ailleurs facile de démontrer la responsabilité du Système et de dédouaner celle des individus:

        L’argent y est indispensable. A défaut, on en est exclu.

        Pour gagner de l’argent, il n’y a pas d’autre choix que de trouver un emploi. (sauf à être bien né)

        Les emplois étant rares, le meilleur des individus, vous Armelle ! peut se retrouver à devoir travailler pour des activités nuisibles.
        Telles l’armement, la publicité, les transports inutiles, et bien d’autres…

        Peut être avez vous pu éviter de vous retrouver en pareille situation, mais la plupart de nos semblables sont contraints de faire des choses néfastes à l’environnement, ou à la société, pour vivre, car le Système ne leur laisse pas d’autre choix.

      5. Enfin, le Système est si bien fichu que nous considérons que l’emploi est une bonne chose en lui même.

        Mais non! La plupart des emplois sont des catastrophes!

        Sans parler de l’armée et de l’industrie de l’armement, la publicité contribue à la déforestation, à des pollutions de tous ordres, à un gaspillage éhonté d’énergies,
        de même que le commerce international,
        et l’industrie gaspilleuse invraisemblable de précieuses ressources pour fabriquer une pléthore d’objets redondants, vite dépassés et donc bons pour la poubelle, s’ils ne sont pas carrément inutiles.

        Le pire est que, en définitive, ça ne sous dérange pas plus que ça. On ira critiquer le particulier qui ne trie pas ses déchets, ou qui n’achète pas du bio local !

        Nous sommes conditionnés pour voir la « paille » du voisin, sans voir la « poutre » du Système. Tout est fait pour. C’est un tout.

      6. Bon bon, je vois que je n’arrive pas à me faire comprendre car il ne s’agit de dédouaner tel ou tel …. pas grave.
        Je vous rejoins lorsque vous dites que nous sommes amenés à « faire des choses néfastes » ou inutiles. Ben, en ce qui me concerne, travailler dans un environnement contraire à mes valeurs m’est totalement impossible. Heureusement, les enfants se sont envolés, j’ai pu me contenter d’un salaire de moitié et m’orienter vers un travail qui correspondait à ce que j’imagine être utile…. avec quelques difficultés quand même. Un niveau de vie décroissant demande de la méthode. Je ne sais pas si cela pourra continuer, à chaque jour etc. Mais si je devais me remettre dans le système concurrence et tout le toutim, je m’entraînerais au détachement (j’ose rêver ici).

      7. Vous savez Dominique, ce qui finit par me faire rire….
        C’est de voir que celui qui s’occupe de votre voiture ou celui à qui l’on confie son colis à livrer gagnent beaucoup plus que celui qui s’occupe de votre môme ! Et ce délire n’illumine pas grand monde d’un iota de lucidité.
        Oui oui, je sais, la propriété, et je ne suis pas propriétaire, rassurez-vous. Savez-vous que ça me rassurerait d’avoir un 30m2 (avec balcon siuplait).
        Pour la dimension individuelle, j’entends, parfois, des gens hurler après les multinationales, les lobbys…. et qui sont capable, sans sourciller, de ne pas payer le personnel de leur petit commerce….

      8. Armelle,
        « Savez-vous que ça me rassurerait d’avoir un 30m2.»
        Vous savez ce que répondait Céline quand on lui demandait pourquoi il s’était mis à écrire Le Voyage?
        « La hantise du terme ».

      9. Bonjour Vigneron
        C’est pas faux…… C’est que les voyages sont beaucoup de bruits et de fureurs …..
        Sacré Céline !

    3. « je ne vois toujours rien à l’horizon »
      Wilbur Wright a effectué pour la premiere fois un vol motorisé de 3 secondes le 14 Décembre 1903 sur son planeur Flyer I, depuis le Airbus A380 transporte plus de 800 passagers et leurs bagages sur 15.000 Km tous les jours vers des pays lointains. Vous ou vos petits enfants pourront rencontrer l’âme sœur durant leur vol vers Mars le 14 Décembre 2103…
      ;=)

  24. Ce qui me trouble au premier coup d’œil c’est : l’origine sud africaine, la migration aux USA et enfin la volonté de contribuer à coloniser mars…. Elon le lemming tout à l’avant du troupeau en ce moment de notre folle fuite en avant ?

  25. Puisque apparemment on va tous crever et vite et que l’on a passé le point de non retour qui rend toute mesure corrective vaine, autant progresser le plus vite possible dans notre compréhension de l’univers.

    Au moins, on mourra moins cons. Go, Elon!

    1. « on va tous crever et vite »
      C’est ce qu’on disait en l’an 1000 et aussi certains en l’an 2000 – OK maintenant on sait pourquoi,mais en est-on vraiment sûr?

      1. Blockchain et l’accès aux individus

        « Quelle légitimité pourraient prétendre ces plateformes alors que la Blockchain permet à des inconnus de s’échanger instantanément et de manière transparente, n’importe quelle donnée numérique, sans devoir se faire mutuellement confiance ou sans devoir faire confiance à un tiers quelconque. En cela, cette seconde révolution technologique bouleversera notre société, de la même manière qu’Internet a pu le faire. »

        « Outre l’intérêt financier, la puissance algorithmique permet de contrôler les émotions ou d’orienter le choix de vote des citoyens, comme l’a montré Facebook récemment. La seule façon d’échapper à cette forme de contrôle – et donc à une forme d’esclavage -, se trouve dans le refus d’utiliser ces services et dans la volonté de promouvoir des services distribués, acentrés et anarchiques (absence d’autorité) ».

        Mind Control

        « Eben Moglen nous rappelle que sans préservation de notre anonymat de lecteur, notre liberté de penser disparaît laissant place à une population d’esclaves »

        http://metahuman.fr/2015/09/16/internet-blockchain-et-rapport-a-lanarchie/

    2. Erreur sur la personne. Elon n’en est pas, définitivement.
      De toute façon quand on est con, on le reste. Et je parle d’expérience, croyez-moi. Un Elon n’y peut rien et n’y pourra jamais rien.

      Tout ça, c’est une fuite en avant.
      Y fuit quoi , Elon ? La promiscuité ou la surpopulation ? Quand les 90% seront tous sur Mars, la terre sera accueillante au 10%. Ils pourront profiter de tout ce que nous avons bâti grâce à nos ressources.

  26. Monsieur Elon Musk, vous avez utilisé et agrégé un ensemble de technologies existantes imaginées par d’autres. Certes, vous avez eu l’audace et les moyens financiers de réaliser ce que l’on applaudi comme une grande performance, on ne peut le contester, mais l’audace n’est-elle pas du côté de Paul Jorion qui ose affirmer, raisonnement à la clef et front à tous, que l’humanité ne se ressaisissant point en urgence ira à sa perte. Lorsque l’on grimpe sur une échelle de barreau en barreau, il arrive – au faîte -, le moment du choix, il est binaire : redescendre progressivement de barreau en barreau ou enjamber le dernier et se fracasser au sol !

  27. Cette « fusée recyclable » est un – spectacle – : c’est à dire une production concrète, soutenue par des circuits économiques effectifs, et dont la finalité est de partticiper à la construction d’une représentation volontairement faussée de la réalité des enjeux technologiques.

    Sur ce point « technologique », l’enjeu du spectacle est ici de conforter le recyclage comme « novateur », alors qu’il est l’expression du – mobilisme réactionnaire (il faut que tout change pour que rien ne change). Comme l’exprime Julien Phedyaeff, “Le recyclage est une vision à court terme permettant aux pays développés de se donner bonne conscience”.

    Voir les sites :

    http://www.lemonde.fr/tant-de-temps/article/2015/12/04/julien-phedyaeff-le-recyclage-est-une-vision-a-court-terme-permettant-aux-pays-developpes-de-se-donner-bonne-conscience_4824034_4598196.html

    http://www.lincrevable.com

    Bien sûr, je partage l’avis que « ballade sur Mars » exalte notre l’humanité, mais comme le signale Paul, pour que l’humanité survive, nous avons besoin, en préalable et en urgence, de contraindre nos technologies à base de pétrole et de nucléaire; Elon Musk le sait, puisque le stockage domestique de l’électricité solaire sur base du « Tesla Power Wall patent », il en est déjà le propriétaire !
    Voir le site:
    https://www.teslamotors.com/fr_BE/powerwall

    Pour le 1%, ce qu’il s’agit d’éviter ce n’est pas le changement de technologie, mais la modalité d’usage de la technologie qui permet de consolider sa position d’élite dominante, c’est-à-dire se garder les brevets technologiques permettant de reconstruire la hiérarchie sociale à partir du sommet.

    §

    Dès les années cinquante, les gens de ma génération savaient que dangerosité de la fission de l’atome serait redoublée du fait que les dérapages de cette technologie engendreraient la montée en puissance de l’État policier. Aujourd’hui pourtant, la technologie nous apporte de nouvelles occasions de construire un mode d’organisation libertaire, transversal, dans ce genre de structure, il n’y pas de place pour les perdants.

    Ainsi, pourquoi ne pas réfléchir, ici, ensemble à comment porter tous ensemble « l’increvable.com », laquelle lessiveuse est d’abord une machine à décrasser les concepts? Ce projet de machine à laver durable ne construit-il pas concrètement l’outil convivial au sens d’Illitch (Tools for conviviality, 1973)? Que demande-t-elle, pour être produite, d’être prise sous l’aile financière d’Elon Musk, ou bien d’être portée et perpétuée, par par une coopérative d’acheteurs utilisateurs,transmetteurs ?! Ce choix doit être fait aujourd’hui, nous avons à orienter l’usage social de la renaissance des technologies, mais le débat n’est pas ouvert.

    Pourquoi le spectacle médiatique occulte- il l’enjeu civilisationnel porté par la Z machine ou de l’E-Cat ? Bien sûr quelques vieux de ma génération vont ressortir « la barrière de coulomb  » pour vous prouver l’inanité de la fusion froide, mais la fusion froide peut faire partie du monde tel qu’il est, c’est une affaire à suivre.

    Voir le site :
    http://ecat.com

    Voir également le comte rendu de l’expérimentation récente:

    http://www.sifferkoll.se/sifferkoll/wp-content/uploads/2014/10/LuganoReportSubmit.pdf

    « Observation of abundant heat production from a reactor device and of isotopic changes in the fuel

    Giuseppe Levi Bologna University, Bologna, Italy
    Evelyn Foschi Bologna, Italy
    Bo Höistad, Roland Pettersson and Lars Tegnér Uppsala University, Uppsala,Sweden
    Hanno Essén Royal Institute of Technology, Stockholm, Sweden

    ABSTRACT
    New results are presented from an extended experimental investigation of anomalous heat production in a special type of reactor tube operating at high temperatures
    .
    The react or, named E-Cat, is charged with a small amount of hydrogen –
    loaded nickel powder plus some additives , mainly Lithium . The reaction is primarily initiated by heat from resistor coils around the reactor tube.Measurements of the radiated power from the react or were performed with high – resolution thermal imaging cameras.

    The measurements of electrical power input were performed with a large andwidth three-phase power analyzer.Data were collected during 32 days of running in March 2014. The reactor operating point was set to about 1260 º
    C in the first half of the run, and at about 1400 °C in the second half . The measured energy balance between input and output heat yielded a COP factor of about 3.2 and 3.6 for the 1260 ºC and 1400 ºC runs, respectively. The total net energy obtained during the 32 days run was about 1.5 mWh.This amount of energy is far more than can be obtained from any known chemical sources in the small reactor volume .A sample of the fuel was carefully examined with respect to its isotopic composition before the run and after the run, using several standard methods: XPS, EDS, SIMS, ICP-MS and ICP-AES. The isotope composition in Lithium and Nickel was found to agree with the natural composition before the run, while after the run it was found to have changed substantially. Nuclear reactions are therefore indicated to be present in the run process, which however is hard to reconcile with the fact that no radioactivity was detected outside the reactor during the run  »

    Le projet « E-cat », basé sur une réaction de fusion froide selon une filière nickel hydrogène, vient en quelques années de franchir quelques pas décisifs, car il semble bien que la production anormale d’énergie ait été absolument validée par six chercheurs indépendants. Voir l’abstract de l’expérimentation et référence ci-dessus. Bien entendu, il est toujours possible de breveter n’importe quoi, comme d’imaginer une levée de fond par arnaque de Ponzi. C’est vrai qu’un réacteur familial d’un coût de mille Euro et de la taille d’une valise cabine rechargeable tous les mois et dépourvu de résidus radioactifs, c’est tentant. Est-ce par paresse que nous laissons végéter ITER, ce dinosaure bureaucratique,alors que la filière nickel hydrogène devrait être le bien commun de l’humanité ?

    Voulons-nous, par négligence, laisser se reconstruire de nouvelles Majors ? Ainsi, la Z machine avait atteint le seuil des deux milliards de degrés il y a déjà quelques années. Aujourd’hui, l’industrialisation en est est porté la compagnie Lockheed Martin, laquelle n’a pas besoin de faire un buzz pour attirer l’attention sur ses produits, (sauf à imaginer « une levée » de fonds avant faillite).

    Accessoirement, la z-machine est très nettement moins dangereuse que les réacteurs à fission, mais elle produit quand même une quantité, pas totalement négligeable, de déchets radioactifs.

    Voir le site :

    http://www.lockheedmartin.com/us/products/compact-fusion.html

    Plutôt que de laisser Lokeed martin s’approprier l’intendance de la transition, organisons-nous pour faire de – l’increvable – notre bien commun, à commencer par une grève générale de l’achat du matériel électrique « Niko », lequel reste rationnellement obsolescent.

    1. Jean-Luce merci,je commençais a désespérer qu’un commentateur mette enfin le point sur le principal: Si je peux changer le mantra du candidat Clinton:
      Ce n’est pas l’économie stupide,c’est l’énergie!
      Une énergie propre sans déchets dangereux,avec un « fuel » inépuisable et surtout décentralisé,ce qui veut dire sans contrôle d’un état qui justifie sa centralisation antidémocratique justement par le contrôle de l’énergie que ce soit d’origine fossile ou de la fission de l’uranium.
      C’est donc vers le développement d’une telle énergie, que se soit Solaire ou Cold fusion ou autre. que nous devrions,en tant qu’espèce, nous diriger pour résoudre nos problèmes actuels.
      C’est vrai que Jorion ,a ma connaissance,n’a jamais fait la liaison, sur son blog, entre structures économiques d’une nation ou d’une civilisation et le type d’énergie utilisée. Pourtant il me semble que ce devrait être une evidence pour un anthropologue… J’attend sa réponse avec intérêt et un peu d’angoisse 😉

      1. L’énergie est indispensable, mais une Nature en bonne santé est tout aussi indispensable.
        Or plus on dépense d’énergie, plus on transforme la Nature au risque (inacceptable) de la rendre invivable.

        Donc, non, disposer d’une énergie à gogo n’est pas la solution.

        Faire avec la seule énergie solaire transformée par les arbres, les organismes vivants en général, et peut être quelques technologies d’origine humaine, est une sage solution, et c’est donc LA solution.

      2. C’est le système (capitaliste) – basé sur la propriété privée des Ressources – qui doit être adapté aux contraintes écologiques, et au développement de l’humanité toute entière.

        La propriété privée des Ressources primaires doit être abolie, car elles sont bien commun de l’Humanité.

        Nous aurions alors, enfin, le Pouvoir de décider de notre Avenir, (et non plus les seuls hyper friqués délirants)
        Le problème est que ceux là y perdraient leur statut de dominant. Et ça, ils ne veulent surtout pas !…

      3. «  »Faire avec la seule énergie solaire transformée par les arbres, les organismes vivants en général, et peut être quelques technologies d’origine humaine, est une sage solution, et c’est donc LA solution. » »
        Dominique, je vous embrasse, mais de grâce, laissez tomber la révolution c’est pas compatible, étudiez plutôt le troisième principe de la thermodynamique.
        Pour arriver à ce que vous dites, que d’essais-erreurs et de tâtonnements nous allons devoir entreprendre et subir, et c’est sans garanties.

      4. «  »Une énergie propre sans déchets dangereux,avec un « fuel » inépuisable et surtout décentralisé,ce qui veut dire sans contrôle d’un état qui justifie sa centralisation antidémocratique justement par le contrôle de l’énergie que ce soit d’origine fossile ou de la fission de l’uranium. » »
        Ne vous tracassez pas pour le contrôle d’état, l’énergie solaire n’a pas besoin de cela elle a surtout besoin de vos bras et de votre sueur.

      5. Michel,
        Moi je voudrais bien me passer de révolution.

        Mais juste un simple exemple pour vous faire réfléchir:

        A supposer que l’État n’ait plus les moyens de financer les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués, qui demandent donc d’énormes capitaux pour les fabriquer, etc.
        Que proposez vous pour y pallier?
        Ce n’est pas de la science fiction…

      6. @ Dominique
        «  »A supposer que l’État n’ait plus les moyens de financer les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués, qui demandent donc d’énormes capitaux pour les fabriquer, etc. » »
        Privatisés ou non, les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués continueront à sauver des vies et soigner des malades, c’est dans la logique de notre système.
        Par ailleurs, il est clair que la disponibilité de l’énergie fossile va aller en diminuant et par conséquent de moins en moins de personnes auront accès aux soins de santé sachant que le pouvoir d’achat est directement correllé au PIB et que ce dernier est correllé à l’ aprovisionnement d’énergie non renouvelable.
        La politique de santé passe inévitablement par la prévention pour éviter de devoir guérir à grand coup de budget énergétique.
        Meilleure alimentation, meilleure hygiène, une vision plus optimiste de l’avenir, moins de stress dans notre vie etc…
        Cultiver mes carrottes était bien entendu une façon de penser, une figure de style.
        Pour en revenir à la thermodynamique, nous sommes tous des structures dissipatives qui dissippent l’énergie le plus possible et le plus vite possible.
        Dans le cadre du capitalisme industriel basé sur les fossiles cela signifie l’équilibre thermodynamique et in fine la mort.
        Pour que notre civilisation soit durable il faut dissiper uniquement l’énergie solaire, mais ce fait nous demande au préalable de mieux dissiper l’énergie.
        Ce ne sont pas les énormes capitaux en dollards ou en euros qui sont importants mais les énormes sources de kwh.
        Ces énormes capitaux sont créés en dissipant de l’énergie.

      7. Michel,

        « Privatisés ou non, les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués continueront à sauver des vies et soigner des malades, c’est dans la logique de notre système. »
        ———————————

        Mais d’où tenez vous pareille certitude ? Pas du tout!

        Les recettes de l’état, et donc le financement des hôpitaux, se fait toujours plus par l’endettement, et d’autant plus que la machine économique, basée sur le pétrole, s’effondre.

        Le jour ou les friqués décideront d’arrêter la fête, c’en sera fini!
        Plus de pétrole, plus d’économie, plus de salaires, plus de recettes fiscale => retour à la bougie.

        (ceci dit, on pourra toujours manger de vos carottes…)

        La seule alternative à ça est la nationalisation des Ressources primaires, (qui ne seront donc plus confisquées par les friqués), à partir desquelles on pourra mettre sur pied un Autre système économique…

      8. L’exemple des millions (chiffre en perpétuelle augmentation depuis 30ans) d’exclus, ou quasi exclus, du système ne vous suffit il pas pour comprendre ou on va ?
        Ou de la Grèce, etc…

      9. Ce que je dis là vous parait incroyable, car on ne peut croire que ce que nous connaissons depuis toujours puisse disparaitre. On est fait comme ça.

        Il faut se faire violence pour faire passer la raison avant l’instinct, qui parfois donc, nous leurre.
        Vous, vous avez compris qu’il faut faire pousser des carottes bio, c’est déjà ça, mais, sauf retourner à la bougie au sens propre, ce sera très insuffisant…

      1. Michel,

        Les carottes ne suffiront pas à fabriquer des équipements hospitaliers. J’ai du mal à vous suivre…

  28. Les activités d’Elon Musk semblent particulièrement intéresser le gouvernement US pour lui avoir prêté la coquette somme de 500 millions de dollars.

    1. Une info passée assez inaperçue mais lourde de sens, le vote du Space Act par le congrès qui viole les traités internationaux relatifs à la conquête de l’espace, ceux-ci stipulaient que cette conquête devait bénéficier à tous.
      Désormais, si Obama signe, le far-ouest va pouvoir s’ouvrir à l’espace. Voilà dans quel genre de contexte évolue Monsieur Musk. Bienfaiteur de l’humanité ? J’aimerais avoir son avis sur la question.
      http://www.rfi.fr/emission/20151211-etats-unis-espace-space-act-privatisent-ressources

    2. Hum… C’est la paille dans l’œil du voisin et la poutre dans le votre:
      Combien l’état français a-t-il prêté a AREVA/EDF pour les EPR? La somme est plutôt coquette aussi, a plus de 10 milliard l’unité, et pour quel résultat? Ajoutons ce monstre appelé ITER Qui va coûter plus de 50 milliards d’euros et probablement ne produira pas un seul microwatt. Tous ces grandioses projets qui ne servent qu’a drainer l’argent publique vers les grosses entreprises. Qui d’ailleurs n’ont aucun intérêt pour que ça marche, puisque plus ça dure plus ils se font « du blé ».

      1. Combien l’état français a-t-il prêté a AREVA/EDF pour les EPR?

        A priori nada. Par contre EDF engraisse allégrement l’État.

      2. D’un autre côté comme l’État c’est (en principe) nous, c’est très bien qu’EDF nous engraisse.

        Ceci dit, l’État (nous) a dans un lointain passé, garanti les prêts nécessaires, et à très faibles taux d’intérêts, au développement du réseau électrique.

  29. Cette époque qui ne loupe pas une occasion pour nous ressortir sa collection de puces. Comment appâter un chaland archi blasé, étant donné que le désastre est déjà bien ancré dans les têtes, que ce dernier a pris le pas sur l’imagination, ou la singularité de la vie intérieure, son caractère essentielle est pour ainsi dire une friche laissée à l’abandon, alors que le spectacle permanent en surface, lui, a su, avec malignité, étouffer la gravité de la situation. On le sait, le marketing, a aussi un certain savoir faire ; justement orienté vers la manipulation des foules et le plus souvent à grand renfort d’images.

    Ça sautille d’un astre l’autre jusqu’a la rime ultime qu’on nommera désastre. Mais, entre temps, la p’tite bête qui monte qui monte n’oublie pas qu’il faut pour se donner des forces sucer le sang bien chaud du pas encore mort sur terre.

    Si vous voulez du génie faites appel à un Léonard de Vinci, par exemple, et là on peut en effet parler de Renaissance.
    Un sourire ne s’use jamais 🙂

    1. « Si vous voulez du génie faites appel à un Léonard de Vinci, par exemple, et là on peut en effet parler de Renaissance.
      Un sourire ne s’use jamais. »

      Léonard de Vinci a aussi dessiné des machines volantes.

      https://fr.images.search.yahoo.com/search/images;_ylt=A9mSs2yh6XpWsK4APUdjAQx.;_ylu=X3oDMTByZmVxM3N0BGNvbG8DaXIyBHBvcwMxBHZ0aWQDBHNlYwNzYw–?p=Machines+Volantes+De+L%C3%A9onard+De+Vinci&fr=moz35
      Désolé de la longueur du lien

      Il y a une image qui m’interpelle, un engrenage engrènant une marguerite, je ne l’ai jamais vue qu’en montage virtuel mais jamis en peinture.

      1. Michel,
        Pour ma part c’est le Léonard peintre qui retient mon attention.
        D’où ma petite blague sur le sourire en coin de la Joconde.
        Peintre à valeur ajoutée hautement spirituelle si je puis dire.
        Ça nous change du prolétaire Elon Musk.

  30. A mes yeux, cette fusée c’est « Panem et circenses »
    Recyclable cette fusée!!! Quand on aura utilisé trois fois les moteurs on en reparlera, on oublie un peu trop vite que le coût de la remise en état du space shuttle était exhorbitant.
    On sait aussi qu’en 2050 nous n’aurons plus que la moitié du pétrole disponible (à + ou – 20% près), nous n’aurons plus qu’une seule alternative, l’inéluctable énergie solaire comme le dit François Roddier.
    Il faut aussi savoir que 80 à 90 % (je tape dedans) de nos productions sont totalement incompatibles avec un système de création des richesses basées sur l’énergie solaire.
    La seule qu’il nous faut préparer maintenant est une activité de sustentation basée sur l’énergie solaire, et cela avec nos petits enfants. C’est avec cela qu’on pourra montrer à nos « supérieurs » ce que nous avons dans le ventre.

  31. Paypal paie pas de mine/ i.a c’est pour les intimes/ (Elon is back from space with him a nice green race)/
    Vouloir partir, vagabonder dans l’univers, du danger averti mais comment s’échapper de cette souricière/
    Le serpent là tout autour de toi, si tu as confiance ou si tu doutes il continue sa danse, sensible au seul sens de son existence, poussé jusque dans les derniers retranchements de ses entrailles, dévoré par cet instinct auto-mutilatoire/
    Pour se défaire de l’éclat de sa trouble présence, sache raison garder tout au long de cette sinueuse échappée, explorer l’inconnu, pourvoir à son désespoir en gardant le coeur à nu, le regard porté au delà des remparts/
    Jusqu’au bout, éperdu d’espace inconnu, sût rester patient en ces temps distordus.
    Se dit en montant dans la fusée qu’il s’y voyait déjà plus jeune au musée.
    Rien derrière lui, il partit/

    1. Jean Luce,

      Quand je tapais « l’increvable » (vous n’aviez pas donné le lien complet), je tombais sur des pneus, et n’avais donc pas compris …
      ——————–

      Ce concept est clairement à généraliser à tous les objets industriels. Éléments standards aisément remplaçable/réparable/recyclables.

      Inutile d’avoir 456789 modèles de machines à laver différents, quelques uns suffiraient à satisfaire tous les cas de figure.

      Le problème est que ça ne peut, aujourd’hui, que rester marginal, car ça coutera plus cher au 1er achat qu’un truc « jetable » fabriqué là où c’est pas cher.

      Pour généraliser ce concept, il faut donc une volonté de l’Etat. Et comme c’est opposé aux intérêts du bizness, ça ne se fera pas … dans le cadre du système actuel.

    2. Pour laver le linge sale , le bitcoin et la blockchain , ça a l’air pas mal non plus , même s’il n’est pas précisé si ,dans leur cas , la certification dure 50 ans .

      1. Jean Luce,

        Tout dépend du prix auquel sera proposé une telle machine, qui par ailleurs devra « plaire »,
        et du budget publicitaire, aussi dispendieux que celui de ses innombrables concurrents.

        A défaut ça ne se vendra que auprès des bobos, et l’impact écologique sera quasi nul.

        C’est le genre de truc qui ne peut être efficace que s’il est généralisé, et donc « soutenu » (dans les faits imposé) par l’Etat.
        Comme tout ce qui est d’intérêt général, le particulier en a rien à faire. (sauf une petite minorité).
        Et il a raison, car l’impact individuel est nul.

      1. Non non, vous n’y êtes pas, Vigneron, moi aussi j’ai les moyens de m’acheter du Miele, (et pas la promo de lave-linge de chez Aldi, laquelle, peut-être, durera cinq ans).

        L’essentiel c’est la restucturation d’un mode convivial et transversal: de financement , de production, de maintenance des objets qui nous conduise à échapper à la domination hiérarchique. (Les intellectuels apprendront l’usage du tournevis, ce n’est pas difficile.)

      2. Tiens, bah justement, suis en train de tenter de réparer la carte principale d’une ‘Whirlpool AWE 8779’ (5 ans), alim hs, défaut apparemment connu, trois ou quatre composants à changer pour environ 5 € plus un peu de bricolage…Et j’espère un atterrissage en douceur à 500 ou 800 tr/min…! 🙂

      3. «  »L’essentiel c’est la restucturation d’un mode convivial et transversal: de financement , de production, de maintenance des objets qui nous conduise à échapper à la domination hiérarchique. (Les intellectuels apprendront l’usage du tournevis, ce n’est pas difficile.) » »

        Pour ajouter de l’eau à votre moulin, un cas concret:
        Lundi, une connexion de ma bouilloire électique a brûlé, j’ai chauffé l’eau de mon thé avec une casserolle.
        J’ai pris ma bouilloire sous le bras et suis allé dans mon petit garage atelier au bout du jardin.
        Bonjour pour démonter, les salauds avaient placé des vis inviolables d’une texture que je n’avais jamais vue, alors avec une mêche de 6 je les ai foré par l’autre côté et ai eu accès aux connexions, j’ai enlevé les cosses brûlées, bidoullé un peu le support en plastique pour enlever le cramé et ai soudé directement les fils sur les bornes.
        J’ai remplacé les vis non violables par des vis qui passent de part et d’autre et ai remonté le tout.
        Jusqu’ici pas de soucis en attendant la panne suivante (résitance ou interrupteur).
        Dans ces appareils, ce sont généralement les cosses de connexions qui lâchent en premier.

        Il me semble que des petits ateliers de quartier rencontrant divers compétences seraient certainement les biens venus, mais c’est considéré comme du travail au noir par la représentation populaire du travail et de l’emploi.
        Faut-il avoir le pouvoir pour prendre de pareilles initiatives?
        S’il y a d’autres initiatives de ce style ce serait intéressant d’en prendre connaissance.

        Un excellent article de Terre concernant le problème que vous évoquez
        Terre 151 La récup’, un retour vers le futur?
        http://www.autreterre.org/fr/documents/cat1-journal-terre.aspx

      4. Michel,

        Ne vous en faites pas, la récup’ se généralise par la force des choses.
        Le problème c’est quand c’est l’imageur à résonance magnétique nucléaire qui tombera en panne. Là, il faudra apprendre à s’en passer.
        Bienvenue dans le tiers monde.

      5. @ Dominique
        Je ne sais pas ce que consomme (pardon, dissipe) un imageur à résonnance magnétique, mais je suppose que ce n’est pas plus q’une machine à laver (à la grosse louche), l’important ce sont les connaissances qui y sont ajoutées, c’est ce qu’on appelle la négentropie.
        Il y a bien plus de connaissances dans une imagerie médicale que dans une machine à laver. La déduction d’un diagnostique par imagerie médicale n’a rien à voir avec le fait d’envoyer des crasses à l’égout.
        Alors, apprenons la prévention comme je l’ai dit plus haut, et nous n’aurons recours à la prévention par imagerie médicale qu’en ultime recours.
        C’est ce qui s’appelle l’efficacité énergétique.
        Arrêtez de voir l’écroulement comme une fin en soit mais comme un point de départ vers quelque chose de différent et d’essentiel.
        C’est le message que j’essaye de faire passer sur ce blog.
        Please!!! Help me

      6. @Dominique et les autres participants, ainsi qu’à notre hôte et tous ceux qui participent de près ou de loin à ce blog je vous souhaite un joyeux Noël et une très bonne année 2016.

    3. Mon imprimante n’allait plus. En cherchant sur Internet, j’ai trouvé l’obsolescence programmée, et la procédure pour l’annuler : la machine compte le nombre de changements de cartouche d’encre et estime qu’à un certain nombre, les coussinets chargés d’éponger les fuites d’encre sont presque saturés. Donc blocage automatique. Et réparation plus coûteuse qu’une neuve. Mais une simple manip la débloque…

      1. Quand on possède déjà une machine (que ce soit une imprimante ou une machine à laver), on a tout intérêt à faire ce qu’il faut pour faire durer.

        Conclusion: il faut distribuer gratuitement (c’est la collectivité qui paye) un appareil à chaque famille, pour la vie. (le 2èm c’est prix plein pot)

        En fait Jean Luce, vous êtes un communiste qui s’ignore!

  32. « Pour laver le linge sale , le bitcoin et la blockchain , ça a l’air pas mal non plus »

    Exactement, et en matière de cybersécurité c’est aussi extr^mement onéreux :

    Lutter efficacement contre la cybercriminalité dans le monde bancaire
    « La cybercriminalité engendrerait un préjudice de plus de 400 milliards de dollars chaque année, selon une étude réalisée par McAfee et le Center for Strategic and International Studies. »

    Assises 2015 : Pour Eugène Kaspersky, « nous sommes dans l’ère du Crime as a Service »
    http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-assises-2015-pour-eugene-kaspersky-%C2%A0nous-sommes-dans-l-ere-du-crime-as-a-service%C2%A0-62528.html

    Là il va en falloir des fermes de serveurs et pas qu’un peu…
    Les serveurs informatiques, ogres énergivores
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/03/16/04016-20100316ARTFIG00481-les-serveurs-informatiques-ogres-energivores-.php

  33. François Leclerc, pour quitter la stratosphère et revenir sur la mer ferme, même avec votre tarif réduit à 500 US $ pour rejoindre la Grèce à partir de la cote turque, ça ferait à la louche 1.000.000 de passagers à 500 US $ soit pas loin d’un demi-milliard d’euros.
    Les croisiéristes ont raté une excellente affaire, au su qu’ils arrivent à proposer une croisière en pension complète d’une dizaine de jours dans les 400 à 500 € en méditerranée en pension complète. Bon je sais la RFA n’a pas de port en méditerranée, par contre les croisières sur le Danube permettent de remonter de la mer noire jusqu’à Passau, pour à peine plus cher.
    Sûr que Ryanair aurait cassé les prix en faisan, comme un volatile, mieux qu’eurolines, Icbus et autres megabus ou buseurope, et beaucoup mieux que ces lentes croisières. Vous avez raison, il a manqué la volonté politique, parce les réfugiés avaient les moyens de s’offrir leur ticket to ride légal et aux normes européennes confortables, sans vendre leur bijoux de famille au DamneMark.

  34. il suffirait d’écouter le Messie et d’appliquer les conseils qu’il donna il y a 2000 ans, comme lorsqu’il décida de chasser les marchands du temple.

  35. « Quand je suis arrivé dans le monde du travail, à treize ans et pendant la guerre, c’est pas foufou du tout et, en quinze jours, j’ai tout compris. J’ai compris pour toujours et je ne me suis pas trompé : pauvre fille, pauvre mec, et le patronat. Qui aujourd’hui doit valoir ce qu’il valait à l’époque, toujours aussi con. Con et charognard. Là, j’ai eu peur. Quand on a peur, ou on se couche, ou on se révolte. Comme je n’étais pas d’un tempérament à me coucher, je me suis révolté, mais ça n’a servi à rien, j’ai ramassé des claques dans la gueule. »
    Louis Calaferte

    ___________________________

    Voyez, Elon Musk n’est qu’un bébé.

  36. « Je vais avoir 40 ans. Les plus brillants, les plus chanceux de ma génération se sont trop souvent retrouvés laquais de luxe d’une servilité aux antipodes de la liberté d’entreprendre qu’on nous vendait.

    Tant d’autres, la foule des innombrables, celles et ceux qui ne convenaient pas, qui n’avaient pas la chance de tirer le bon numéro au bon moment, ont dû peupler Pôle Emploi ou se faire enfermer vifs dans des emplois sans sens, sans perspectives de découvertes, d’apprentissages ou de rencontres intéressantes. Nous nous sommes retrouvés soutiers d’un navire dont les échos de la gloire nous étaient en permanence généreusement prodigués. Or pour comprendre notre situation, tu as l’habitude de dire qu’il faut commencer par déplacer le regard vers la valeur économique. Pourquoi un tel détour aussi abstrait ? De quoi s’agit-il ? »

    Patrick Zech (dans : Émanciper le travail, entretiens avec Bernard Friot). Premier entretien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *