BFM Radio, lundi 29 mars à 10h46 – Les erreurs de raisonnement

29 mars 2010 par Paul Jorion | Print BFM Radio, lundi 29 mars à 10h46 – Les erreurs de raisonnement

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Le podcast ici

Il y a un coupable à la crise dont on ne parle jamais : ce sont les erreurs de raisonnement, les erreurs conceptuelles. Il y a un certain nombre de choses qui se sont détraquées tout simplement parce qu’on ne comprend pas comment elles marchent. Ou plutôt, parce qu’on croyait savoir comment elles fonctionnent, alors qu’en réalité, elles fonctionnent autrement.

Tout le monde a entendu parler du modèle de Black & Scholes qui sert à valoriser les options. Tout le monde sait aussi qu’il est faux : il lui manque une variable. La preuve qu’il est faux se trouve dans ce qu’on appelle le « smile », le sourire, le fait que des volatilités différentes correspondent à différents prix d’exercice. Ce qui n’a aucun sens. Myron Scholes et Robert C. Merton ont obtenu le Prix Nobel d’économie en 1997. Black l’aurait partagé avec eux s’il n’était mort entretemps. Scholes et Merton ont été parmi les fondateurs de Long-Term Capital Management, dont la chute en 1998 est l’une des plus grandes catastrophes financières de tous les temps.

D’autres exemples : les taux forward implicites dont vous verrez dire partout qu’ils constituent une anticipation. C’est faux : un taux forward comme « cinq ans dans un an », est un taux conditionnel inscrit dans la courbe des taux à un moment quelconque : ça ne dit strictement rien sur l’avenir. J’ai un jour expliqué ça à un collègue bardé de diplômes qui m’a regardé avec des yeux ronds. Mais ce n’est pas innocent : plusieurs krachs obligataires sont attribuables au fait qu’on a cru que les taux forward contiennent des anticipations.

Il y a aussi les matrices de corrélations : elles sont au centre de la théorie du portefeuille de Markowitz et plus récemment de la mesure de risque VaR (Value-at-Risk) ainsi que de la notation calamiteuse des CDO (Collateralized–Debt Obligations). Une matrice de corrélations n’a aucune stabilité : dans un marché à la baisse, elle peut perdre toute pertinence en dix minutes. Cela n’empêcha pas Markowitz, l’auteur de la bourde, d’être prix Nobel d’économie 1990.

Autant d’erreurs de raisonnement qui affligent la finance depuis pas mal d’années mais il y en a deux qui ont une responsabilité toute particulière dans la crise actuelle : le principe de la titrisation, et l’attribution à chaque consommateur américain d’une cote FICO qui mesure le risque de crédit qu’il constitue pour un prêteur ; la distinction « prime » / « subprime » vient de là. La fonction assurantielle de la titrisation (je passe sur ses autres « qualités » que sont le hors-bilan, et les avantages fiscaux) repose sur l’idée que les sinistres sont rares et dispersés dans le temps, c’est vrai des incendies mais ce n’est pas vrai en finance : quand ça va mal en finance, ça val mal pour tout le monde… et malheureusement au même moment !

Le principe de la cote FICO, c’est ce qu’on appelle une logique de prédisposition ou de « penchants : c’est dans la nature d’un individu d’être un bon ou un mauvais payeur, et son histoire antérieure le révélera et ce sera mesurerable. Mais un homme n’est pas une île : il interagit avec d’autres et il y a des myriades d’interactions qui viennent brouiller tous ces destins personnels prétendument tout tracés. La cote FICO n’avait pas pensé au chômage. Ah zut !

Que faire ? Difficile à dire : toutes ces bévues ont été commises par des personnes qui se croient très intelligentes. Peut-être faudrait-il donner la parole maintenant à des gens plus modestes ?

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png
 

137 commentaires

  1. liervol

    Comme le faisait remarquer, non sans humour, Paul Volcker (ancien patron de la Fed) : « La seule innovation financière dont l’utilité sociale est incontestable, est le distributeur automatique de billets ».

    • Clemence DEARDENNE

      « La seule innovation financière dont l’utilité sociale est incontestable, est le distributeur automatique de billets ».

      utilité sociale !
      aujourd’hui c’est la premiere fois que j’ai eprouvé une grande ambivalence dans le cadre de mon activité de conseils aupres des personnes à la recherche d’un emploi.

      J’ai reçu une gestionnaire d’un grand hedge funds en France (d’une grande assurance etrangére) fraichement licenciée qui m’a dit qu’elle n’avait aucun espoir de retrouver du travail en France dans ce secteur à cause de la nouvelle reglementation française notamment celle concernant les paradis fiscaux.

      et bien vu l’utilité sociale, tant mieux , ai je pensé.
      c’est pas joli, joli mais bon, c’est le mieux que je pouvais faire à ce moment là

  2. Vincent WALLON

    C’est pas un signe de faiblesse, la modestie dans notre contexte de pensée unique ?

  3. Dissonance

    « Peut-être faudrait-il donner la parole maintenant à des gens plus modestes ? »

    Modestie et honnêteté ne sont pas les qualités mises en avant dans les fonctions commerciales actuelles – au sens large – On préfère des V.R.P. très sûrs d’eux-même et pas trop regardant sur la pertinence des arguments qu’ils emploient. Vendre le pire en affichant la conviction qu’on offre le meilleur, voilà le grand secret.

    Les chercheurs en économie ne sont pas dans un autre cas de figure: Ils vendent leurs « découvertes » à l’industrie à grands coup de « powerpoint » – ou comment faire le forcing sur la forme et l’impasse sur le fond de façon élégante –

    Ils n’ont jamais intérêt à évoquer les points faibles de leurs travaux, quand bien même ils les connaitraient. Dans ces conditions, autant ne pas s’interroger du tout sur lesdites lacunes, cela leur offre au moins la latitude suivante: En cas de problème, ils peuvent « plaider leur bonne foi ». En toute mauvaise foi…

    • Homard

      « La modestie, c’est pour les faibles ».

      Phrase prononcée conjointement, et sérieusement, par 2 de mes collègues dans un grand éclat de rire. Pour ma part, la journée s’était soldée par une grande nausée.

      La compétence ne compte pas. La qualité du raisonnement non plus. Il faut afficher sa confiance et vendre ses salades. Et plus il y a de vinaigrette pour la faire passer, mieux c’est.
      Peu importe si le raisonnement est faux et accablerait de honte n’importe qui d’un peu hônnete intellectuellement. Si l’argument est prononcé avec foi, agressivité, et en coupant court à toute vélléité de réplique, alors vous avez l’étoffe d’un manager.

    • roma

      « La faiblesse paraît essentiellement agréable et aimable aux êtres forts, qu’ils soient de la même espèce ou d’une espèce différente…  » Leopardi, Zibaldone, 3765

  4. timiota

    Qu’en aurait pensé Keynes_le_maitre_des_probabilités
    (et un des rares économistes à avoir joué ses sous, non ?)

    • @Keynes? Mais c’est lui qui a mis le ver dans le fruit !
      Puisqu’on parle d’utilité sociale, il faut savoir qu’elle est au coeur du raisonnement de l’économie politique depuis son début
      Keynes est celui qui a réussi à changer le cadre du raisonnement des économistes. Et vous pouvez creuser son raisonnement : vous verrez qu’il a fait disparaître totalement cette notion
      Mais par les temps qui courent il ne faut surtout pas toucher à Keynes ..
      amicalement

  5. Donner la parole à des gens plus modestes…

    Cette parole serait donnée par des gens élus pour leur sagesse, leur absence de mégalomanie, leur mépris du « toujours plus fort, plus vite, plus loin », leur rejet du « qui veut peut » (Only the strong survive » disent certains Anglo-Saxons), leur manque d’appétit pour l’argent, leur résistance à l’égard de la « Volonté de puissance », etc…

    J’aime quand vous rejoignez les nids d’utopistes, Paul, on se sent moins seul à battre des ailes pour tenter de décoller de la planète Frénésie (dont les paysages peuvent être sublimes, mais dont nombre d’habitants s’ingénient à les ordonner brutalement).

    Sur ce, je retourne en forêt goûter à la qualité du silence, aux bruissements divins.

    Ne cesserez-vous pas, enfin, ce carnage au bruit sinistre? disait Empédocle d’Agrigente.

    Et il ajoutait: « J’ai pleuré, j’ai sangloté à la vue de cet insolite pays »

    Amicalementao à tous

  6. et alors

    « ll y a un coupable à la crise dont on ne parle jamais : ce sont les erreurs de raisonnement, les erreurs conceptuelles. »
    Peut-être y-a-t-il un autre in-coupable à la crise dont on ne parle (presque) jamais, (plutôt certains d’ailleurs que « on »), c’est le système endocrinien, hormonal, source des affects, des émotions, des sentiments, des passions, des pulsions. (qui parfois donnent néanmoins l’impression d’apparaitre plus ou moins discrètement sur ce blog..)
    Mais il semble que « l’on » ne doive pas encore mélanger l’économie hyper-rationnalisée avec la biologie et les sciences cognitives. Bien qu’annoncées…

    • yvan

      « l’économie hyper-rationnalisée « ….??

      C’est quand Soros annonce que l’or va baisser et par la suite en achète pour 300 000 dollars…???

      Le rationnel en affaire, j’ai gouté. Si le deviseur a fait une mauvaise nuit, son pessimisme peut me faire augmenter le coût du chantier de 20%.

      Que la comptabilité soit une science exacte, oui. Mais le pocker menteur, un doute m’habite.

    • donnot

      Dionysos n’a-t-il pas fini ses jours, à Delphes, avec Apollon? Rien de trop et connais-toi toi même!

    • charles

      Et alors, votre remarque est très juste, elle est au coeur de la réflexion de George Akelof, prix Nobel d’Eonomie 2001 sans modèle ( c’est plus sur ) sur les « Animal Spirits », livre mal traduit disponible en français: « Les esprits animaux : Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie  » / titre original: « Animal Spirits: How Human Psychology Drives the Economy, and Why It Matters for Global Capitalism », 2009

    • « économie hyper-rationnalisée » : oui, à la sauce du docteur Tissot qui a écrit le fameux bouquin: « Essai sur les maladies produites par la masturbation » , visible, mais difficilement, sur le site de la BNF. Le programme de consultation conçu par ces @!*&:!!? d’informaticiens est archi-nul. Heureusement, on peut télécharger. La lecture, au moins celle de la première partie, est à ce tordre de rire.

  7. juan nessy

    Il y a les erreurs de raisonnement qui peuvent produire des modèles non pertinents .

    Il y a aussi une erreur fondamentale qui détraque les modèles non pertinents comme les modèles pertinents , c’est la fasification volontaire des données élémentaires qui alimentent le modèle .

    Qui dès lors , mouline de l’erreur et l’amplifie .

  8. Bernard

    Pourquoi des erreurs de raisonnement?

    Par manque de simplicité,d’équilibre,de bon sens et de courage!..
    Voila ce qui manque à beaucoup de politiques.

    • liervol

      Là, je vous rejoins totalement : en fait tout est simple si on veut arrêter d’enfumer avec de grandes théorie et de faux discours sur la complexité de la finance qui ne sont là que pour cacher les défauts et les supercheries des modèles adulés.
      Nous n’avons rien inventé si ce n’est des discours de plus en plus complexes pour disqualifier le commun des mortels de le comprendre.

  9. La démarche de recherche de coupable dans un polar classique passe généralement par la question « a qui profite le crime ? ».

    Et en l’occurrence, je verrais plutôt ces formules erronées comme les armes que comme les crimes eux-mêmes… Et qui sont donc les coupables dans ce cas ?

    Ne serait-ce pas plutôt ceux pour qui la véracité de ces modèles importe peu, au regard des perspectives de gains immédiats qu’ils offrent ?

    • Dissonance

      Les auteurs de ces modèles profitent également de la notoriété de leurs travaux. Un prix « nobel », comme son nom l’indique, c’est essentiellement une somme d’argent versée à son heureux titulaire. Pour peu qu’il ait breveté son invention, il percevra également des droits d’auteurs. Voilà pour les retombées directes.

      En termes de retombées indirectes, la renommée de l’individu lui ouvre au moins autant de portes que la qualité intrinsèque de son travail. On se représente aisément la chose dans le domaine financier: Qu’un anonyme présente un projet à son banquier pour financement, et le résultat de sa requête sera soumis à toute une série de conditions plus ou moins objectives. Qu’il se présente avec un nom connu pour ses réussites – financières – passées, et les conditions requises seront aussitôt révisées à la baisse.

    • Moi

      Exactement.
      Bon, ces pseudo-prix Nobel, ils y croyaient peut-être eux à leurs modèles. Allez savoir. Mais les gens de chez Goldmann Sachs and co, c’est sûr, ils devaient bien rire à chaque attribution du prix.

    • @moi
      Vous vous trompez , Moi . Ils y croient dur comme fer ! Ou plutôt ils y croyaient et vont bientôt y recroire

    • Sinetein

      Sans parler de complot entre les théoriciens harvardistes et les puissants capitalistes et dirigeants de ce monde, ces personnes, en étant du même monde, partagent les même mondanités, les mêmes opinions et les mêmes intérêts. Il est très surprenant de voir a quel point ceux qui ont le pouvoir, sont proches et communiquent entre eux. A quel point ils sont recentrés sur leur sphère dans un soucis de conservation de leurs lignées. A si m’éprendre ils ressemblent aux dominants déchus de la Révolution passée. Ils voyent leurs intérêts là où ils sont, et font communément marchent vers eux. L’économie et ses théoriciens sont façonnés par les dominants qui établissent leurs survie et maintien. Et ce n’est certes pas un crime pour ceux qui en détermine la conception. Ceci me fait m’interroger: Marx esit-il réellement entéré ?

  10. ybabel

    Moi moi moi ! Je sais !
    Je ne suis pas modeste, mais j’ai la solution :
    remplaçons les hommes par des machines !
    Comme ça, ces raisonnement ne seront plus faux.

  11. Maître Dong

    Ayant longtemps fréquenté les médecins pour les informatiser, j’ai découvert une nouvelle discipline, la « neuro-gastro-entérologie » car le ventre est, après le cerveau, le siège du plus grand nombre de neurones. L’apprentissage du massage me l’a confirmé, sans parler de l’aïkido dont le « ki » se trouve quelque part sous le nombril.
    Tout ça pour dire que le centre de décision de l’ »homo economicus » ne se situe pas forcément où l’on croit …

    • yvan

      Vous raccourcissez quelque peu, Maitre Dong. (enfin… pas vous, mais votre raisonnement)

      La testostérone n’est pas anodine dans l’histoire. De même que la vessie…

      C’est très tôt que j’ai découvert qu’un bon achat se faisait avec sa tête et non ses tripes.

    • juan nessy

      Autre approche : Une étude autralienne ( université de Cleveland je crois ) faite auprès d’un groupe de wind surfers aguérris et professionnellement conduits à avoir une mesure rationnelle du risque , a consisté en ceci :

      1- exécuter une série de sauts bénins , puis une série de sauts jamais tentés devant une assemblée de jury professionnel habituel : résultat : une infime minorité a tenté les sauts de la mort et ça c’est soldé dans ce cas par un séjour à l’hôpital .

      2 – même commande avec dans l’assitande trois ou quatre jeunes et agréables personnes . La prise de risque insensé est devenu majoritaire ,et s’esti terminé par une surcharge massive aux urgences .

      L’histoire ne précise pas si le rétablissement était plus rapide avec des infirmières qu’avec des infirmiers , mais je serais tenté de le penser car , il est bien connu , que lors des dernières guerres mondiales ( surtout la seconde ) le décolleté des infirmières était au moins aussi efficace que la pénicilline pour garder l’envie de vivre .

  12. Piotr

    Je suis dans une totale ignorance de ce que vous évoquez dans votre billet du jour.
    Nous sommes dans le champs de l’ingénierie financière qui n’est pas d’un abord facile.
    Donner la parole à des gens plus modestes,je ne sais pas trop ce que cela veut dire.
    Idéalement ,il faudrait des gens compétents et honnêtes,mais la modestie n’est peut être pas un pré-requis.

  13. Jérémie

    « toutes ces bévues ont été commises par des personnes qui se croient très intelligentes. Peut-être faudrait-il donner la parole maintenant à des gens plus modestes ? »

    C’est-à-cause de cela que je n’ai jamais voulu adhérer à aucun parti aussi grand, riche et intelligent soit-il par rapport à un autre.

    ah si seulement le tout politique, le tout commerce, la bureaucratie, la démocratie ne consistait pas toujours à enfler et à flatter davantage la vanité des premiers en société.

    Un jour viendra peut-être ou ce ne seront plus du tout les mêmes que l’on choisira de suivre d’abord en exemple pour les enfants, pourquoi des gens comme vous et moi ne se reconnaissent plus du tout dans nos élites de droite comme de gauche d’ailleurs.

    Ce n’est bien sur pas du tout ce même genre de comportement bien machinal qui amènera mieux et sans fracas le réel changement des choses et des valeurs en société, bien au contraire hélas.

  14. Moi

    Ces erreurs de raisonnement étaient bien utiles (Lénine parlait de ses idiots utiles, le capitalisme aussi a le siens).
    Que vienne un quidam (parfois barbu, hehe) pour les corriger ou mettre le doigt dessus et c’est pas le prix Nobel qu’il va se prendre, c’est la porte de sortie.

    • yvan

      http://qc.news.yahoo.com/s/afp/100318/sciences/science_math__matiques_france_russie_usa_1

      Un barbu qui refuse son prix de 1 million de dollars…
      Moi, ça me fait marrer.
      Car n’étant pas même barbu, quand je fais un truc que j’aime, je n’ai ni besoin de gloriole ou d’argent.

      Je dirais même que ça me gênerait pas mal…
      Arg…je vais passer pour un âne archique.

    • yvan

      Hhmm..
      Quand j’écris « Moi, ça me fait marrer », c’est pas Toi, C’est moi. Enfin, c’est sa réaction à lui. Bien sûr.
      J’ai pas l’impression de m’être compris, là.

    • Moi

      « quand je fais un truc que j’aime, je n’ai ni besoin de gloriole ou d’argent. »

      Quand on aime, on ne compte pas. :)

    • lorimiera

      @Yvan
      Le 22 août 2006, Perelman devait recevoir la médaille Fields, lors du Congrès international de mathématiques. C’est la plus haute distinction dans le domaine des mathématiques, décernée tous les quatre ans à deux, trois ou quatre mathématiciens. Il devait être récompensé pour ses contributions en géométrie et ses idées révolutionnaires sur la structure analytique et géométrique du flot de Ricci8.

      Toutefois, Perelman ne s’est pas rendu à la cérémonie et a refusé la médaille. En 1990, il avait déjà refusé le prestigieux prix de la Société européenne de mathématiques. Il est souvent décrit par ses collègues comme une personne timide, peu loquace, concentrée sur son travail, sans être un total ermite.

      Perelman devait normalement recevoir également un des prix du millénaire, offerts par l’Institut de mathématiques Clay, s’élevant à un million de dollars américains. Toutefois, Perelman n’a pas publié sa preuve dans une revue de recherche avec comité de lecture, comme stipulé dans les règles du prix, même si ses publications électroniques sur l’arXiv ont été très largement relues et des preuves complètes explicitant sa méthode publiées. C’est pourquoi l’Institut de mathématiques Clay a changé cette condition et, après quelques années, lui a décerné ce prix le 18 mars 2010. Mais il semble rétif aux honneurs et à l’argent et ne paraît pas disposé à donner un moyen à l’Institut de lui verser l’argent.
      Source : Wikipédia

  15. Anne

    C’ est bien ce que je me disais: plus de simplicité, plus de modestie, moins de bla,bla,bla pseudo-intellectuel, on redescend sur terre, on arrête de ne penser qu’à sa petite personne et à son petit compte en banque, on fait le grand ménage, on se débarrasse du superflu et on réfléchit à… L’ESSENTIEL! Nous ne sommes que de pauvres humains malgré tout, et qu’avons-nous fait? Courir, courir… courir après quoi au fait, est-ce que vous pouvez me le dire?

    • Dissonance

      « Courir, courir… courir après quoi au fait, est-ce que vous pouvez me le dire? »

      Courir après la survie, en premier lieu.
      Après la fondation d’une famille en second lieu.
      Après le confort, ensuite.
      Et loin, loin, loin en aval de ces « basses » considérations matérielles, intervient la morale.

      La morale pour un mort n’est presque jamais un enjeu essentiel. (cynique, moi? Quelle drôle d’idée.)

  16. Pierre

    Quelques modestes pensées de nos « grands hommes »:

    La fausse modestie consiste à se mettre sur le même rang que les autres pour mieux montrer qu’on les dépasse.
    [Sully Prudhomme]

    La modestie est le meilleur appât pour aller à la pêche aux compliments.
    [Gilbert Keith Chesterton]

    Il y a quelque chose de plus haut que l’orgueil, et de plus noble que la vanité, c’est la modestie, et quelque chose de plus rare que la modestie, c’est la simplicité. [Rivarol]

    La fausse modestie, c’est mieux que pas de modestie du tout.
    [Jules Renard]

    La modestie va bien aux grands hommes. C’est de n’être rien et d’être quand même modeste qui est difficile.
    [Jules Renard]

    Les grands hommes ne s’abusent point sur leur supériorité; ils la voient, la sentent, et n’en sont pas moins modestes.
    [Jean-Jacques Rousseau]

    Vous croyez que vous êtes modeste. Je ne vous savais pas si orgueilleux.
    [Duc de Lévis]

    Ce qu’il y a de mieux dans la modestie, c’est l’intelligence qu’il faut déployer pour s’y tenir.
    [Pierre Reverdy]

    Le secret est comme la modestie : il cesse d’exister à l’instant précis où on l’évoque.
    [Philippe Bouvard]

    La modestie est la vertu des tièdes.
    [Jean-Paul Sartre]

    En temps de paix, rien ne sied mieux que le calme, la modestie, l’humilité, mais que vienne la guerre alors prends exemple sur le tigre.
    [William Shakespeare] Extrait d’ Henri V

    Dire je est incomparablement plus modeste que dire nous. Cela devrait aller de soi.
    [Georges Perros]

    La modestie témoigne d’ordinaire qu’on a l’orgueil à vif.
    [Jean Rostand]

    Ma modestie est grande. Quand elle se hausse sur les pointes, elle arrive presque au nombril de mon orgueil.
    [Paul Valéry]

    La modestie est l’art de faire dire par d’autres tout le bien que l’on pense de soi-même.
    [Philippe Bouvard]

    La véritable modestie consiste toujours à ne jamais se prendre pour moins ni plus que ce qu’on estime qu’on croit qu’on vaut ni pour plus ni moins que ce qu’on évalue qu’on vaut qu’on croit.
    [Pierre Dac]

    • Etienne

      « Inutile de faire le modeste, tu n’es pas si grand »

      ma grand’mère

    • TARTAR

      Quant à moi vous n’allez pas le croire:

      « je suis le plus modeste du monde ! »

    • taotaquin

      « Par modestie, Dieu n’existe pas. » (Raymond Queneau)

    • yvan

      Alors là, AH, Moi, je te crois :-) :-)

    • juan nessy

      Il y avait aussi , de mon baron préféré :

       » la vertu n’irait pas si loin si la vanité ne lui tenait compagnie . »

      et une autre ,dont je me souviens moins bien:

       » la modestie n’est souvent que le désir d’être loué deux fois . »

    • yvan

      Simple.

      L’un,
      à l’usure, en le contenant, en craignant ses réactions, en le manipulant et éventuellement, le réprimant.

      L’autre,
      par l’usure, la faim, la force de la multitude, la révolte de l’esclave trop longtemps exploité.

      Devinons tranquillement qui va gagner et pourquoi les « élytres » ne se sentent pas trop bien, ces temps-ci.

  17. espagnoux

    tiens je vous suggère la lecture du livre de Taleb sur les signes noirs…ce n’est pas nouveau cette réflexion sur l’ineptie de la courbe de Gauss en finance ( cf théorie des fractales etc..)
    quant aux gens « modestes », j’en connais un certain nombre, mais ils n’ont pas de blog et ne courent pas les médias..

    • Jean

      Bonjour,

      Vous avez piqué ma curiosité.
      Pouvez vous m’expliquer l’ineptie des courbe de Gauss, et le rapport ave la théorie fractale?

      Merci

    • yvan

      Oui, tiens, j’avais loupé ce commentaire.

      Comme quoi le mysticisme va très vite quand on laisse embobiner.
      Petite remarque à Espagnoux :
      - la loi de Gauss est une loi on ne peut plus naturelle. (découverte par le Gauss des familles en regardant la croissance des plantes).
      Ainsi, lorsque n’importe quoi ne suit pas la loi de Gauss, on peut affirmer que l’Humain est venu mettre le boxon en forçant, grâce à son esprit retord, la nature.
      Ou que l’on est en présence de plusieurs familles et que l’on essaie de comparer la taille de croissance des choux avec celle des carottes.

      Les fractales sont aussi naturelles. Il suffit de regarder un flocon de neige au microscope pour s’en rendre compte.

      Une personne modeste, par contre… ça me gène.
      D’habitude, j’explique ces choses précédentes à des enfants de 8 ans ou des secrétaires dont on considère bassement qu’elles n’ont aucune intelligence, et ils et elles comprennent très bien.
      Vous entendez quoi, précisément, par personne « modeste »..???

    • yvan

      Hhmm…
      Ceux qui diront que je suis humaniste n’auront pas forcément tort.

      La croyance de changer le plomb en or est de plus en plus considérée comme étant une interprétation qu’un humain peut, par ses simples capacités naturelles ainsi qu’un travail de sa part, devenir un humain capable de beaucoup dans tous les sens du terme.

      Or. Rien que le mot m’amuse.

      Interest is good for you.

  18. Bertrand

    Dans la famille « erreur de raisonnement », je voudrais un ancien ministre ! Ci-joint une illustration des erreurs de raisonnement de Mr Madelin, ancien ministre de l’économie devenu comme il se doit « investisseur » qui confirme que la maladie est un peu plus grave que prévue. Cette maladie dépasse le champ de l’ingénierie financière, pour atteindre la globalité des réflexions des puissants de ce monde.

    A la question :
    Les marchés n’ont-ils pas aggravé cette crise?

    « Au contraire ! Nous pouvons leur dire un grand merci. Ce sont eux qui ont joué la police. Ils ont mis en évidence une maladie endémique de la monnaie unique et ont apporté des éléments de solution. Ils ont signifié que les emprunts publics grecs n’avaient pas la même valeur ni le même crédit que ceux de l’Allemagne. Ce faisant, ils ont fait baisser l’euro face au dollar même si cette correction a mis du temps à intervenir. Un euro plus faible va relancer la compétitivité de la zone euro mise à mal par ses déficits publics. »
    Sources :
    http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Madelin-L-euro-est-repare-mais-pas-gueri-182241/

    Vous noterez la déification du marché auxquels nous devons dire merci, et les « éléments de solutions » que le Dieu marché nous a divulgué à notre insu et le cynisme qui ressort de cette interview. A ce niveau, ce n’est plus une simple erreur de raisonnement, un psychiatre pourrait parler de paraphrénie bénigne pour le patient Madelin.

    • Dissonance

      C’est l’illustration de ce à quoi on aboutit quand on prend un jugement pour postulat:

      « Le marché est fondamentalement bon – omniscient – omnipotent ».

      En science, on ne remet jamais la pertinence d’un postulat en cause – notamment en mathématiques -
      Le postulat définit le cadre dans lequel on raisonne, et il est tout à fait permis de raisonner dans un cadre absurde.

      La seule exigence qui soit requise, c’est qu’aussi absurde le cadre dans lequel on raisonne puisse être, on s’y tienne tout au long du raisonnement pour conserver une cohérence de l’ensemble.

      C’est pourquoi Mr Madelin – il ne doit pas être le seul dans ce cas – persévère dans cette voie. S’il en changeait, il rendrait l’ensemble de son « œuvre » incohérente.

      Le problème se résume ainsi:

      Vaut-il mieux accumuler des déclarations fondamentalement idiotes mais cohérentes entre elles, ou alterner des déclarations tout à fait pertinentes et d’autres totalement hors de propos, témoignant de l’absence d’une logique globale?

      La première de ces alternatives revient à caractériser l’incompétence, la seconde la malhonnêteté. Autrement dit, vaut-il mieux être considéré comme incompétent ou comme malhonnête? Mr Madelin a choisi, manifestement.

    • Enrique

      L’idéologie rend aveugle. M. Madelin essaie de faire plier la réalité à sa vision des choses même si les faits le démentent. On en se débarrasse pas des croyances comme ça.

    • Frédéric 2

      La qualité du raisonnement (ou devrais-je dire résonnement, ouh, ouh, il y a quelqu’un?) est effectivement digne des meilleures époques du soviet suprême.

      Madelin et le soviet suprême dans le sac qui l’aurait cru. Comme disait Coluche: « si tu vire trop d’un bord, tu finis de l’autre. »

    • Moi

      L’action du marché est globalement positive aurait dit Marchais.

    • ALBIN

      @Dissonance et les distingué (es) autres

      Chaque fois que vous ouvrez votre porte-monnaie pour acheter quoique ce soit de la vie courante, vous êtes malhonnête parce que non cohérent avec le système dans lequel pourtant vous vivez.
      Surtout réfutez et vous démontrerez votre malhonnêteté.
      Ne réfutez pas et vous confirmerez que vous admettez être intellectuellement (s’entend) malhonnète

    • charles

      Alain Madelin est le plus grand néo-libéral de France, une sorte de rédemption après ses années
      « Occident ».ce qui fort heureusement lui a coute l’un dans l’autre sa carrière politique.La France doit déjà s’accomoder de ‘L’homme aux rats’, selon l’expression d’Alain Badiou…

      Il n’empeche que je suis curieuz de ce qu’il va trouver à nous dire quand les marchés et les
      agences de notation vont dégrader la note de la France ( ils ne vont pas attendre comme pour le
      Royaume-Uni le résultat des élections ) et devrait mettre son nez sur un graphique fort intéressant
      sur les balances commerciales des pays européens:

      http://www.nytimes.com/imagepages/2010/02/27/business/27gcon_graphic.html

    • Dissonance

      @ALBIN qui pense me poser un dilemme

      Si je suis incohérent en quoi que ce soit lorsque je participe à la société de consommation, c’est vis-à-vis de mon discours critique à l’égard de cette société. Je suppose que c’était le sens (caché?) de votre propos. Ce paradoxe, je l’admets volontiers et en suis parfaitement conscient.

      C’est pourquoi je suis de ceux ici qui ne rechignent pas à parler de responsabilité collective dans marasme actuel, car elle existe bel et bien – Ami batracien écarlate, gardez votre calme si vous lisez ces lignes ;)

      Toutefois je suis aussi de ceux qui savent relativiser leur responsabilité. Si la société de consommation peut être assimilée à un moteur et que celui-ci explose, on peut d’abord considérer que c’est la faute de pièces potentiellement défectueuses qui le composent. Ou, en poussant un peu plus loin l’analyse, on peut également considérer que c’est la faute de ceux qui ont fabriqué ces pièces. Et en dernier ressort, on peut s’interroger sur la compétence du (des) concepteur(s) du moteur.

      L’image n’étant peut-être pas des plus explicites, formulons-la différemment: Je considère que sur la question de la responsabilité, on ne saurait mettre sur un même plan les usagers du système et ceux qui le régissent, les premiers ne faisant que suivre les recommandations – ou plutôt les injonctions – des seconds, et ce éventuellement sous contrainte (ce qui, pour le coup, n’a rien à voir avec l’expérience de Milgram dont on parle beaucoup ces temps-ci).

      La loi m’oblige par exemple à être assuré – responsabilité civile au minimum si mes souvenirs sont bons – ce qui suppose une participation au système financier. Et il en va de même pour une foule d’autres choses qui font que, en définitive, une alternative – viable – à la société de consommation est tout simplement rendue impossible par le système lui-même – à moins de contrevenir sciemment à la loi.

      C’est pourquoi je pense, contrairement à Mr Jorion, que la solution aux problèmes est sans doute plus proche de la « tabula rasa » que de la série de « frappes chirurgicales » qu’il préconise. Et comme j’admets que cette éventualité soit tout à fait illusoire, je me range volontiers dans la catégorie des pessimistes incurables – voir des fatalistes.

    • Bertrand

      @Dissonance :
      « C’est l’illustration de ce à quoi on aboutit quand on prend un jugement pour postulat:
      « Le marché est fondamentalement bon – omniscient – omnipotent ».

      Cependant Alain Madelin reste un humain comme les autres, quant il s’agit de ses amours ou de ses amitiés, il doit se forger un avis grâce à ses expériences, et peut changer d’opinion. La maladie se dessine lorsque le patient reste systématiquement inflexible devant l’avis d’autrui. L’humanité toute entière ne pourra le faire plier, il invoque la cohérence comme alibi. L’optimum cohérent est pour lui le Dieu Marché.

      La pathologie mentale est avérée quand le patient préfère invoquer un dieu comme justificatif à sa pathologie spirituelle : Tous les salariés du capital savent que le marché est une invocation religieuse, au lieu d’une divinité que l’on invoque, nous autres salariés demandons juste une augmentation de salaire à nos patrons ou drh. Mr Madelin désormais investisseur, les a déifié.

    • VB

      @Charles,

      Parfaitement explicite ce diagramme, rien à ajouter si ce n’est que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt pour réfléchir, comprendre, et en dernier lieu (mais seulement à ce moment précis) agir.

      Cordialement,

    • liervol

      Vous ne pensiez tout de même pas qu’il allait faire son méa culpa Madelin, citer errare humanum est,
      il est plutôt du genre : perseverare diabolicum, il a fait son fond de commerce sur la liberté totale des marchés, même sans succès le reconnaître c’est reconnaître qu’on s’est totalement trompé sur toute la ligne ce que la modestie d’un homme politique en est incapable.

  19. astarte

    le modèle mathématique ne décrit plus la réalité et ne prophétise pas les carambolages économiques
    mais le système attribue des prix issus de la fortune d’un fabricant de poudre
    c’est la consécration ultime de l’intelligence
    non ridere neque desterari sed intelligere

    faire preuve de modestie c’est savoir s’incliner devant la réalité découpante de quelques éclats de vérité

  20. Monmon

    Un seul regard qui vous éclaire et vous passez de la confiance à la défiance, un seul regard du camarade Joseph et vous êtes un homme mort. Tel est sans doute l’animal de marché ou de guerre.

    Face à la nature vous apprenez à être modeste et à raisoner, sur un marché ou au pouvoir, il me semble que c’est autre chose, les forces et les affects dominent les raisons sont des leurres.

    Comment modéliser mathématiquement l’animal humain et les cohortes innombrables qui se pressent avidement pour agir et gagner? Sur ce champs animal l’action ne précède-t-elle pas souvent la pensée?
    Eclairez moi!
    Merci

  21. Enrique

    Bravo Paul pour cette analyse pertinente. Les experts en ont pour leur grade. Le bon sens populaire n’a jamais cesser d’exister. Michel Bakounine avait déjà annoncé à son époque :

    La pire de toutes, précisait-il : être les esclaves des pédants, quel destin pour l’humanité ! Donnez à ces savants la pleine liberté de disposer des vies des autres et ils soumettront la société aux mêmes expériences qu’ils font maintenant au profit de la science sur des lapins, des chats et des chiens.

    (cité par Normand Baillargeon dans L’ordre moins le pouvoir).

  22. Frédéric 2

    Les modèles mathématique en finance posent des difficultés. C’est indéniable.

    Néanmoins quels que soit la qualité du modèle, cela reste un modèle. Il ne peut refléter toute la complexité de la situation réelle. Jusque là pas de problème… Le problème c’est l’homme une fois de plus. Je m’explique.

    Il y a bien des modèles dont on peut plus que douter de la validité quantitative. Car le problème est bien là en finance. Le but n’est pas d’expliquer une tendance mais de prévoir une valeur. Vous avez cité le cas de la valorisation des options par le modèle stochastique de Black & Scholes. C’est un bon exemple. Ce modèle colle qualitativement assez bien aux données réelles passées prises sur le marché. Ainsi lorsqu’on trace la courbe ‘volatilité implicite’ en fonction du ratio ‘prix d’exercice sur ‘prix initial’, ma fois, on retrouve bien quelque chose qui a l’air d’un sourire (le fameux smile de volatilité implicite comme vous dites). La plupar du temps un sourire un peu crispé tout de même. Voire même un sourire en coin.

    Par contre, régulièrement ce dernier se trompe lourdement sans pour autant que ceux qui s’en servent quotidiennement et religieusement ne se posent de question fondamentale. Au jeu de la finance, on ne peut pas gagner à tous les coups. D’autant plus qu’au moment des bilans, généralement on a gagné de l’argent. Dans ces conditions, pourquoi partir dans des digressions et des questions théoriques que personne ne comprend…

    Et là on arrive au cœur du problème. pourquoi un modèle avec de grosses faiblesses théoriques marchent souvent et se plante lourdement parfois? Car les traders (banque d’investissement et fonds spéculatifs) et gérants (on parle plutôt de gérant de portefeuilles en asset management) se fient religieusement à ces modèles dont ils ne maitrisent pas les tenants et aboutissants. Comme tout le monde suit comme un seul homme, ce qui n’était qu’un modèle très grossier devient par miracle une modèle moyen de la réalité du marché… En tout cas tant que tout va bien sur ce même marché…

    Le problème plus que les modèles c’est donc le conformisme du monde de la finance où chaque acteur fait exactement la même chose que le voisin. Cela n’est pas le fait du hasard. C’est « pensé » (avec des guillemets). C’est « réfléchi ». C’est voulu (sans guillemet). Cela fait déjà longtemps que les dirigeants des acteurs de la finance savent pertinemment que le système financier est devenu trop complexe pour être prédictible. Dans cette situation pour minimiser le risque ou plus précisément pour minimiser le risque qui pèse sur leur modeste personne, ils se disent: « on y voit rien donc je fais comme mes voisins. Ils ne savent probablement pas plus que moi ou ils vont mais comme ça on ne pourra rien me reprocher. ».

    Tout est comme ça dans le monde de la finance. Toutes les BFI sont organisées de la même manière. Tous les systèmes d’information ont la même architecture, basée sur les mêmes produits informatiques, si possible paramétrés par les mêmes prestataires. Tout le monde a le même ratio prudentiel (quand cela n’est pas le cas, c’est un signe fort de manque de fonds). Et bien entendu, tout le monde dispose des mêmes modèles mathématiques. Et tout le monde les emploie sans même se demander si ces derniers sont applicables même qualitativement dans les conditions actuelles du marché. En tout cas, tant qu’ils n’ont pas bu un gros bouillon…

    Et quand cela se produit, ah, si vous pouviez voir comment ils sont perdus, déboussolés, affolés… Mais ne soyez pas trop tristes pour eux, car quand les beaux jours reviennent, c’est parti comme en 40. Tout est oublié. Les doutes ont disparu.

    Bref,quand les hommes « déconnent », ils n’y a pas de modèles assez bons pour y palier.

    • VB

      Bonjour,

      Cette description m’a l’air assez réaliste…

      Savez-vous par ailleurs que les gens qui gagnent beaucoup d’argent sur les marchés ont très peur qu’on le leur vole, ils sont avares : peut-être s’agit-il là d’une ultime réaction de leur subconscient ou de leur conscience qui leur susurre que leur argent est mal gagné, indu ? Rien ne serait tout à fait gratuit… : ça serait, après tout, une bonne nouvelle, mais pas suffisamment bonne pour sauver les meubles du reste du monde, c’est-à-dire des « volés ».

      Il faut bien s’amuser un peu, tout est si triste par les temps qui courent…

      Cordialement,

    • Jean

      @ Frederic
      Pour avoir travaillé en trading, les traders comprennent les modèles (en general M2+DEA en finance qtitative et sur les produits exo sont souvent ancien quant), savent qu’ils sont faut et ne s’y fient pas religieusement. Sinon pourquoi ils donneraient des prix incohérents avec les modèles s’ils y croyaient aveuglement?

    • Pierre-Yves D.

      Les modèles sont faux mais ils sont nécessaires au fonctionnement d’une finance hyper profitable, vecteur de la concentration des richesses. Pour cacher l’indigence intellectuelle du capitalisme financier il faut donc diffuser dans les universités, dans les grandes écoles, dans les médias, tout une vulgate destinée à donner une compréhension biaisée de son fonctionnement réel.

      Le comportement moutonnier existe mais il ne concerne pas les plus gros gains qui se font en amont. Les grandes banques, les gros investisseurs, savent comment manipuler les marchés en se positionnant en aval des décisions des autres acteurs et très souvent en achetant et vendant des titres avec des fonds de départ limités, ce qu’on appelle les effets de levier. Les modèles ne sont pour ces acteurs d’aucune utilité si ce n’est d’induire en erreur les acteurs de seconde zone, comme les institutionnels, qui fournissent le gros des troupes et prennent les plus gros risques. Ainsi on a vu au début de la crise des fondations quasiment ruinées pour avoir investi dans des fonds spéculatifs.

      Si les marchés étaient totalement transparents et tous ses acteurs dans une même position, il n’y aurait plus de spéculation, car cela signifierait que tous les acteurs disposent des mêmes informations au même moment et qu’ils seraient tous capables d’agir avec la même rapidité.

      A la base le rapport de forces qu’exercent les investisseurs au détriment des entrepreneurs, et surtout des salariés, des contribuables, il y a indéniablement un savoir faire technique, mais aussi et surtout une bonne dose de propagande qui passe notamment par la diffusion d’une fausse représentation de la réalité de la finance, tâche dont s’acquittent un grand nombre d’acteurs, lesquels n’appartiennent d’ailleurs pas forcément tous au monde de la finance. S’attaquer aux fausses représentations est donc une étape indispensable pour modifier le rapport de forces et substituer au modèle économico-financier existant un monde plus modeste parce que plus enclin à douter de la validité des artéfacts techniques. Bref, il faudra dorénavant compter sur les analyses quantitatives étayées sur de sérieuses études qualitatives et non plus sur l’inverse largement pratiqué aujourd’hui qui revient à sélectionner invariablement les mêmes qualités, celles par exemple relatives au tout marché. Cela ira également de pair avec une démocratisation de la sphère économique. Ainsi les nouveaux modèles informatisés se tromperaient beaucoup moins, tout simplement parce que l’on aura procédé à une révision politique de la sphère d’influence de la finance.

    • VB

      Bonjour,

      @ Pierre-Yves D :

      « A la base le rapport de forces qu’exercent les investisseurs au détriment des entrepreneurs, et surtout des salariés, des contribuables, il y a indéniablement un savoir faire technique, mais aussi et surtout une bonne dose de propagande qui passe notamment par la diffusion d’une fausse représentation de la réalité de la finance, tâche dont s’acquittent un grand nombre d’acteurs, lesquels n’appartiennent d’ailleurs pas forcément tous au monde de la finance. »

      –> Oui, cela est vrai à 100 %, d’où la nécessité de revoir les critères qualitatifs de l’enseignement en général, et en particulier des « meilleures écoles » de commerce, MBA national ou international, ainsi d’ailleurs que des « meilleurs écoles d’ingénieurs » (à l’exception de Normal Sup, qui ne concerne pas grand monde, on voit mal où se trouve encore l’incitation au développement de l’esprit critique ; en tout cas pas dans les classes prépa où l’esprit critique n’a pas le temps de se développer et laisse la place au bourrage de crâne accéléré, version accélérateur de particules) ; et supprimer les monopoles de formation des « zélites » (= élites zélées à défendre les intérêts catégoriels du très grand capitalisme apatride). Mais je crois que, s’agissant de l’enseignement, on peut remonter plus haut encore… Il faudrait détailler cela longuement…

      Cordialement,

    • Frédéric 2

      @
      Les traders sont formés. C’est une évidence. Ils suivent assurément des cursus spécialisés. Je suis entièrement d’accord. Le cursus français est d’ailleurs l’un des plus reconnu en la matière. De là, on pourrait en conclure qu’ils maîtrisent tous leur sujet. Loin s’en faut. J’ai même l’outrecuidance de penser que la majorité d’entre eux ne maîtrisent pas leur sujet ce qui ne veut nullement dire qu’ils ne savent pas du tout de quoi ils parlent.

      Ayant suivi le même cursus qu’eux (une spécialisation en Ingénierie Economique et Financière comme on dit en France) après mon diplôme d’ingénieur, bien que n’ayant pas effectué de trading, pour autant, je continue de penser qu’ils ne maîtrisent pas les tenants et aboutissant des modèles mathématiques sur lesquels ils s’appuient. C’est en outre pour cela qu’il y a des quants (là, je vais encore me faire des ennemis).

      Comprenons nous bien. Je ne dis pas que lorsqu’on parle de Black & Scholes à un trader, il vous fait des yeux ronds comme des billes. Non, il sait très bien à quoi cela se rapporte même si il ne travaille pas sur les options. Par contre, même si il travaille sur les options, demandez lui les limites de ce modèle, car il sait bien que tout modèle à ses limites ? Sur la base de ses réponses, vous pourrez faire le tri et parler de maîtrise ou non.

      Je n’ai pas fait de statistique particulière en la matière. Néanmoins, de mémoire je n’ai, sur Black & Scholes entre autre, jamais entendu de réponse pleinement satisfaisante. Ils savent tous que ce sont des approximations qui ne collent pas à la réalité du comportement du marché mais j’ai bien peur que cela soit insuffisant pour parler de maîtrise… Je place la maîtrise à un autre niveau.

      Pour Black & Scholes, généralement on vous répond des choses justes mais qui ne constituent pas le cœur du problème. Comme: « le modèle suppose un bruit Brownien standard (désolé pour le grand public, c’est peut-être abscons). or le comportement du marché s’écarte de cette loi ». Généralement, on ajoute: « cela explique que le smile constaté ne soit pas celui attendu par le modèle ». C’est vrai que cela participe, il n’ y a pas de doute. C’est toujours bien de répéter ce que l’on a appris à l’université.

      Mais, je n’ai pas encore rencontré un trader capable de me dire, mais peut-être que cela arrivera un jour, que l’hypothèse principale du modèle (dans sa version simple) était la constance de la dérive et de la volatilité et ceci sur de longue période de temps (encore désolé auprès du grand public qui a peut-être du mal à suivre). Ces hypothèses ne sont pas rien. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elles ne correspondent pas à la réalité.

      Pour ceux qui mettent en œuvre des modèles de Black & Scholes plus évolués (évolution avec le temps et de manière déterministe de la dérive et de la volatilité), la maitrise de ces modèles est encore plus complexe car ils font intervenir de nouveaux paramètres sur lesquels on prend encore des hypothèses dont il n’est pas toujours simple d’évaluer la pertinence dans l’absolu. Alors le faire en dynamique sur des données de marché partielles… A mes yeux, ces modèles sont encore plus dangereux.

      Tant qu’aux modèles où la volatilité est elle-même une variable stochastique, la capacité à déterminer si ils sont meilleurs est encore plus difficile à évaluer. La plus grosse erreur étant de croire qu’un modèle est d’autant meilleur qu’il prend en compte un maximum de paramètres. Et cela n’est pas vrai qu’en finance.

      En conclusion, je dirai que la maîtrise d’un modèle mathématique ne se trouve donc pas dans la capacité à démontrer la ou des formules mathématiques de ce modèle (ce que de toute façon les traders ne sont plus capables très rapidement) mais bien dans les limites de celui-ci et dans leur parfaire connaissance. Ces dernières sont issues des hypothèses prises, de la source jusqu’au résultat final; de toutes les hypothèses prises. Ensuite sur des données de marché, il faut disposer d’indicateurs de confiance du modèle (un seul ne suffit pas car il y a généralement plusieurs hypothèses prises) et savoir interpréter ces derniers. Je suis d’accord la tâche n’est pas simple. Les quants sont là pour aider le trader dans cette tâche.

      Pour finir, bien sûr que les traders et gérants ne suivent pas toujours ce que leur disent leurs modèles (quels qu’il soient). Cela va sans dire. Ce qui est important ce n’est pas ce point mais les motivations qui les conduisent à le faire. Ils ne le font pas parce qu’ils savent que dans cette situation le modèle ne marchera pas du tout, mais parce qu’ils ont des contraintes qui les obligent à s’éloigner de ce que dit le modèle. Comme des objectifs de rentabilité…

      Quels risques réels prennent ils en le faisant? Tout le métier du trader est là. Et les indicateurs de risque leur permettant de l’évaluer ne valent généralement pas mieux que les modèles sur lesquels ils portent. Ils sont eux-même truffés de nouvelles hypothèses que l’on ne valide pas…

      Non, le trader est seul et bien seul à évaluer le risque réel. A lui en fonction de son expérience, ses objectifs et de la liberté qu’on lui accorde (très élevée il y a encore peu de temps) de mettre la barre plus ou moins haut. Et quand il ne veut pas prendre trop de risque, que fait-il: il veille à ne pas trop s’éloigner de ce que lui disent le ou les modèles que pourtant il sait ne pas correspondre à la réalité. Pas franchement scientifique comme approche et c’est cela que je mets derrière le mot « religieusement ».

    • @VB
      Ci joint un extrait d’interview d’un directeur de grande éconole commerciale
      « A l’entrée quand on pose la question à « mes » jeunes des finalités de l’entreprise ils répondent de façon très diverse. A la sortie ils disent tous qu’elle sert à maximiser la valeur pour l’actionnaire  »
      Un autre – très successfull
       » Je ne vais pas introduire des cours sur l’innovation, je sors des élèves généralistes, et ma stratégie est de maximiser ma position par rapport aux critères de Shangaï »

      Ceci dit si vous creusez la chose vous verrez que ce n’est pas la logique du capital financier qui explique ce gtenre de dérives . Mais bien la logique des corporations universitaires ( la plupart du temps bien à gauche » . Ceci dit pour cultiver l’espirt critique dans le blog
      amicalement

  23. Ddier

    En fait c’est le libéralisme qui est une totale et énorme erreur de raisonnement, même pour ceux qui tirent les ficelles, car un jour tout s’écroule et eux seront les décombres mais sur ces tombes « les blés qui pousseront seront plus beaux.. ».

  24. Pappy

    Si on arrête de penser, alors on les met tous à la lanterne :-(

    • frederic vinet 2

      Dansons la Carmagnole,
      Vive le son, vive le son,
      Dansons la Carmagnole,
      Vive le son du canon ! :)

  25. [...] This post was mentioned on Twitter by Patrick Eynard. Patrick Eynard said: Blog de Paul Jorion » Archives du blog » BFM Radio, lundi 29 mars à 10h46 – Les erreurs de raisonnement http://bit.ly/bIGQnn [...]

  26. À plusieurs reprises, j’ai entendu Monsieur Baverez parler de sortie de crise ce matin, durant l’émission de Nicolas Demorand. Cette crise, il n’en a pas vu l’arrivée mais il en voit la sortie. Alléluia !

    • VB

      @ Philippe Valembois :

      Oui, Nicolas Baverez : l’enfonceur de portes ouvertes… une vocation je crois chez lui.

      Cordialement,

    • VB

      @ Philipppe Valembois :

      Pardon j’ai arrêté mon message précédent trop tôt : Nicolas Baverez oscille entre enfoncer les portes ouvertes et passer à côté du semi-remorque, à moins que ça ne soit le Titanic (en l’occurence), sans le voir…

      Cordialement

  27. sounion

    Merci de mettre les pieds dans le plat.
    Mais je ne parlerais pas de modestie…plutôt d’honnêteté intellectuelle.

    A ce titre, ne faudrait-il pas établir un délit de mahonnêteté intellectuelle pour ceux qui propagent des idées fausses, puisque ils le font le plus souvent en vue d’accoître leur valeur ou même parfois, plus directement de s’enrichir impunément.
    De l’argent mal gagné, de l’argent volé, de l’escroquerie intellectuelle… c’est pour le moins un délit.

  28. TARTAR

    Les modèles mathématiques ne prévoient pas l’avenir.
    Mais exposés avec talent ils deviennent autoréalisateurs.
    C’est la faute au charisme.

    • yvan

      AH.

      Ou est-ce juste parce que si n’importe quel « modèle » fonctionne un peu plus d’une fois sur deux, et donc rapporte quelque chose, on va l’adopter…???
      (Et en même temps se rassurer sur cet avenir qui nous fait peur à tous.)

  29. Jean

    Cher Paul,

    Vous êtes qd même un peu extrême. D’abord, depuis Black Sholes, il y a beaucoup d’autres modèles (vol locale de Dupire, modèles à vol stochastique). Et puis il n’y a pas de mal à produire un modèle, la seule chose qu’il faut garder à l’esprit c’est qu’il est faux et qu’il faut savoir évaluer l’erreur que l’on commet en l’utilisant.
    Comme dans toutes théories, les modèles sont théoriques donc faux qd ils passent à la réalité. La physique Newtonienne est fausse à partir d’une certaine échelle. Faut il en déduire qu’il ne faut plus jamais l’utiliser? Faut il en déduire qu’il faut confier l’étude de la physique à des gens qui n’ont aucune connaissance dans ce domaine?
    En finance, c’est exactement la même chose. Des besoins apparaissent. Par exemple les options existent depuis plus d’un siècle. On a donc créé ces produits. Il a fallu ensuite donner un cadre théorique pour donner un prix à ces produits. Certe les modèles sont faux, mais c’est mieux que rien et plus les math avancent plus on se rapproche de la réalité.
    La statistiques, l’économétries, l’étude des processus et du calcul stochastiques sont récents, il ne faut pas les enterrer trop tôt.
    Si l’on ne fait pas d’hypothèses simplificatrices ou irréalistes, on ne peut rien faire.
    C’est exactement la même chose en physique, les frottements nuls n’existent pas, le vide parfait non plus… Et pourtant beaucoup d’anticipation sont faites à partir de ces hypothèses.
    Par contre il est vrai qu’en finance, très peu de quant s’intéressent à mesurer l’erreur qu’ils commettent dans le cas où une de leurs hypothèses est fausse. Personnellement, je ne pense pas que ca soit par manque de modestie mais plutôt par manque de temps. On leur demande de produire tous les jours des modèles utilisable et par conséquent ils n’ont pas le temps de les tester correctement avant que des traders ne les utilisent.
    Ce qui est curieux, c’est que les organismes de régulations qui ne sont pas soumis à la même contrainte de rendement soient encore moins productifs que les banques pour évaluer les modèles, les erreurs commises et les risques générés par ces erreurs.
    Enfin, si la finance parait si obscure c’est probablement parce qu’elle nécessite un assez grand nombre d’année d’études pour être comprise surtout en ce qui concerne les produits dérivés où les notions et formalismes mathématiques ne sont pas très intuitifs au début.
    Mais soyons optimistes! Ca veut dire qu’il y a plein de chose à réinventer et de problèmes à résoudre pour les générations futures!

    • TARTAR

      Jean, vous dites:
      « Ce qui est curieux, c’est que les organismes de régulations qui ne sont pas soumis à la même contrainte de rendement soient encore moins productifs que les banques pour évaluer les modèles, les erreurs commises et les risques générés par ces erreurs. »
      C’est curieux que vous trouviez çà curieux à moins qu’il ne s’agisse de votre part d’une remarque au 3° degré.
      Si une suite d’énormes erreurs n’est pas observée c’est que les responsables sont idiots et incompétents ou bien qu’ils ont un intérêt quelconque à la pérennité de l’erreur.
      Il est un stade où la colère des victimes incite les responsables à se reconnaitre idiots plutôt que corrompus.

    • « Comme dans toutes théories, les modèles sont théoriques donc faux qd ils passent à la réalité. La physique Newtonienne est fausse à partir d’une certaine échelle. (…) En finance, c’est exactement la même chose. » : non monsieur, en finance ce n’est pas exactement la même chose, c’est complètement différent. Parce qu’en physique on sait calculer exactement le taux d’erreur d’un modèle par rapport à un autre, alors qu’en finance on ne sait pas faire. Même les statistiques de base, et spécialement sur les données sensibles, donc les plus importantes, sont fausses dans la mesure où on ne trouve pas deux personnes qui comptent de la même façon.

    • yvan

      Jean, je m’excuse, mais… lorsque vous écrivez ça :
      « Certes les modèles sont faux, mais c’est mieux que rien et plus les math avancent plus on se rapproche de la réalité. »
      Non.

      Je connais un paquet de raisonnements mathématiques qui n’ont encore eu aucune application pratique.
      Ils en auront PEUT-ETRE un jour, me direz-vous… Mais en attendant, ils ne servent qu’à gaver grave des mecs comme moi en les obligeant à se plonger dedans.
      Oui, bon. J’admets avoir reconnu une certaine beauté dans l’inégalité de Gauchy-Schartz. Mais je ne suis pas une référence, non plus…

    • Jean

      @ Crapaud rouge
      Si en finance, en statistique et en économétrie l’erreur est évaluée. Je vous invite (si vs avez déjà un background universitaire en proba) à lire les bouquins de Gouriéroux pour la stat et l’économétrie et de Peter Tankov pour la calibration (Calibration de modèles et couverture de produits dérivés http://www.math.jussieu.fr/~tankov/) des modèles à processus stochastiques. Il y a plétore de thèses sur ces sujets. Il faut qd même arrêter de dire qu’il n’y a rien dans la théorie financière. Avant d’affirmer des chose comme cela commencez par vous renseigner sur le sujet…

      @Yvan
      Je ne sais pas ce que vous étudiez exactement mais dire que Cauchy Schwartz n’a pas d’application est completement faux. C’est surement l’une des formules les plus utilisées pour établir des majorations d’erreurs justement (mais aussi dans l’algèbre, topologie etc)…

    • anne-bis

      « Comme dans toutes théories, les modèles sont théoriques donc faux qd ils passent à la réalité. » Non, heureusement qu’une théorie ce n’est pas ça, sinon il vaudrait mieux ne pas prendre l’avion !
      « Si l’on ne fait pas d’hypothèses simplificatrices ou irréalistes, on ne peut rien faire. » C’est bien une demonstration que la théorie économique n’est pas scientifique. Une hypothèse en science ne part pas de rien et est soumise à l’épreuve de la réalité par des tests , des expériences renouvelées , contre-testées. Et si elle résiste elle peut concourir à la naissance d’une théorie. Les pratiques en « science » économique en sont loin, quant à la finance elle semble organisée pour masquer la fraude. Ce qui domine c’est l’idéologie, et les modèles sont là pour la servir en lui donnant l’allure de vérité.

    • liervol

      Je crois surtout que la finance s’est encombrée d’un tas d’instruments de calculs pour suivre et vendre des produits totalement sans fondement avec les réalités oubliant que les réalités rattrapent toujours les modèles bâtis sur du vent.

    • @Jean: « Il faut qd même arrêter de dire qu’il n’y a rien dans la théorie financière. Avant d’affirmer des chose comme cela commencez par vous renseigner sur le sujet… » : je n’ai pas dis qu’il n’y avait rien dans la théorie financière, au contraire, c’est un secret pour personne qu’elle est plus encombrée que le périph’ aux heures de pointe. Mais ça, c’est la théorie. Stats et probas sont des branches très sophistiquées des mathématiques, mais en dehors des laboratoires, qu’en est-il ? Il n’y a pas un pays d’Europe qui ne compte ses chômeurs de la même façon, pas un gouvernement qui ne trafique les chiffres, etc. Chacun se renvoie à la figure ceux qu’il a choisi et qui arrangent sa propagande. Et le pétrole ? Vous allez sans doute me dire que les chiffres sont fiables. Mais les chiffres de qui ? On devine aisément que chaque acteur a intérêt à trafiquer les siens, comme Lehman trafiquait ses bilans.

    • Jean

      @anne bis
      « Non, heureusement qu’une théorie ce n’est pas ça, sinon il vaudrait mieux ne pas prendre l’avion ! »
      Je ne pense pas que les passagers de l’af447 rio paris pensent la même chose. Si vous vous intéressez à la physique, vous découvrirez que d’après la physique newtonienne un atome doit s’effondrer sur lui même. Ca n’est pas le cas donc on a complété la théorie (cf physique quantique). Aujourd’hui encore, il y a bon nombre de phénomène que la théorie n’explique pas. Ca n’est pas une raison pour tout jeter. Renseignez vous par exemple sur les vagues célérates (tapez ca sur dailymotion par exemple), vous verrez que même pour des phénomènes rencontrés fréquemment dans la marine marchande, la théorie actuelle a touché ses limites. Je pense qu’il vaut mieux repousser ces limites plutôt que de les rejeter. Il en est de même à mon avis pour la finance.

      @crapaud rouge
      « Mais ça, c’est la théorie. Stats et probas sont des branches très sophistiquées des mathématiques, mais en dehors des laboratoires, qu’en est-il ? »
      C’est justement le problème que (modestement) j’essaye de soulever. Il y a toute la partie de la théorie de valorisation d’actifs qui est utilisée en salle de marché tandis que la partie concernant la mesure d’erreur/risque est complètement inexploitée (car pas assez rentables pour les banques). Ce que je trouve le plus choquant c’est que les travaux académiques concernant la gestion de risque qui sont pourtant assez avancés ne sont même pas exploités par les organismes de régulations qui sont pourtant mandatés et rémunérés pour encadrer les risques.
      Enfin pour ce qui est de la fraude, à mon avis là encore il s’agit d’une faute du législateur qui ne s’est jamais donné les moyens de comprendre chiffres, bilans et finance. Ce qui est choquant dans ce que vous appelez trucage de bilan, c’est que dans la plupart des cas c’est légal. Pourquoi? Parce que les législateurs ne se sont jamais donnés les moyens (en recrutant du personnel compétent) de comprendre la finance. Je suis persuadé que la finance a apporté beaucoup de progrès mais que ca méconnaissance tant par le grand public que par les législateurs a permis des dérives catastrophique. Bref, il faut apprendre, transmettre la connaissance pour pouvoir éviter les abus!

  30. Otto Di Dacte.

    Tout le monde a entendu parler du modèle de Black & Scholes qui sert à valoriser les options. Tout le monde sait aussi qu’il est faux : il lui manque une variable. La preuve qu’il est faux se trouve dans ce qu’on appelle le « smile », le sourire, le fait que des volatilités différentes correspondent à différents prix d’exercice. Ce qui n’a aucun sens.

    Si la bourse se crache, alors la volatilité réalisée légitimera à posteriori la volatilité implicite plus forte des options très en dehors de la monnaie. C’est le comportement de la bourse (la distribution des rendements des actifs n’est pas normale) qui pose un problème, le smile n’en est qu’une conséquence. Le problème ds B&S c’est l’usage de la distribution normale, le reste est cohérent.

    D’autres exemples : les taux forward implicites dont vous verrez dire partout qu’ils constituent une anticipation. C’est faux : un taux forward comme « cinq ans dans un an », est un taux conditionnel inscrit dans la courbe des taux à un moment quelconque : ça ne dit strictement rien sur l’avenir.

    Ils ne disent rien sur l’avenir mais permettent de s’assurer d’un taux à l’avenir, de plus ils interdisent d’arbitrer tout de suite.

    J’ai un jour expliqué ça à un collègue bardé de diplômes qui m’a regardé avec des yeux ronds. Mais ce n’est pas innocent : plusieurs krachs obligataires sont attribuables au fait qu’on a cru que les taux forward contiennent des anticipations.

    Votre collègue bardé de diplômes est un crétin.

    Il y a aussi les matrices de corrélations : elles sont au centre de la théorie du portefeuille de Markowitz et plus récemment de la mesure de risque VaR (Value-at-Risk) ainsi que de la notation calamiteuse des CDO (Collateralized–Debt Obligations). Une matrice de corrélations n’a aucune stabilité : dans un marché à la baisse, elle peut perdre toute pertinence en dix minutes. Cela n’empêcha pas Markowitz, l’auteur de la bourde, d’être prix Nobel d’économie 1990.

    Il me semble que Marckowitz a été sommé de s’excuser voila un moment maintenant. Cela dit il est vrai que l’on se sert encore des matrices de corrélations pour monter Carlo (et non Carla).

  31. Crapaud Rouge

    Quand j’ai vu l’annonce de ce billet, je me suis dit « chouette, ça va saigner ! », mais là, je suis un peu déçu. Je m’attendais à ce que monsieur Jorion « tire » ces erreurs de raisonnement comme des balles d’argent dans le cœur d’un vampire, mais il n’a fait que les exposer placidement. Ce qu’il dit du modèle de Black & Scholes le montre bien : « Tout le monde sait aussi qu’il est faux : il lui manque une variable. La preuve qu’il est faux se trouve dans ce qu’on appelle le « smile », le sourire, le fait que des volatilités différentes correspondent à différents prix d’exercice. Ce qui n’a aucun sens. » Aucun sens peut-être, mais le profane n’a de toute façon rien compris à la phrase qui précède ! Ce smile est un truc de spécialistes, ça ne lui parle pas et, pour celui qui n’y comprend rien, ça ne prouve rien. Ce qui aurait été plus parlant, – mais que monsieur Jorion omet de préciser parce que ça va de soi, je suppose -, c’est que toute la profession utilise ce modèle. Et ce détail change tout. On n’est plus seulement face à de lamentables erreurs de raisonnement, mais face à une profession qui ne fait rien pour les corriger ni pour les éviter. Imagine-t-on les médecins ou les architectes se comporter de la sorte ? Mais ils seraient traînés devant les tribunaux en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ! Alors, pourquoi tant d’indulgence à l’égard de cette profession qui n’a de cesse, de par ses modèles actuellement les plus en vogue, de refuser toute forme d’indulgence pour ceux qui les subissent ?

  32. Claude L

    Raisonnons, raisonnons.
    On peut s’amuser un peu ?
    2 amis se rencontrent dans une rue. L’un dit à l’autre « Je te propose un petit problème pour calculer l’âge de tes trois enfants. Le produit des âges est égal à 36. La somme des âges est égale au numéro de la maison d’en face ». Le père dit : « oui, mais ces 2 données ne sont pas suffisantes ». Alors l’ami ajoute : « l’ainé aime les glaces à la vanille ».
    Ce sont des âges ronds et la solution est unique, bien sûr.
    OK, on n’aura pas la médaille Fields pour ça.

    • TARTAR

      Euh…L’ainé aime les glaces à la vanille et…. c’est lui qui sera capitaine.
      Car c’est de l’âge du capitaine que tout dépend.
      Il faut dire que ce problème n’est pas valide quand la question est posée au sujet de ses propres enfant, bien sûr.

    • quid34

      solutions possibles : 1/6/6(13);1/3/12(16);1/4/9(14);2/3/6(11);2/2/9(13);3/3/4(10)
      La somme ne donne pas la solution donc hésitation entre :1/6/6(13) et 2/2/9(13)
      Un ainé donc :2/2/9(13)

      Sympa

    • Claude L

      @Quid34

      Bien vu.

    • Cécile

      sans jumeaux, il y a aussi 2, 3, 6 (2×3=6 et 6×6=36)

    • TARTAR

      Vi Cécile!
      Bon alors c’est quoi la solution finale?

    • quid34

      @ Cécile

      Si 2/3/6 est solution alors 2+3+6=11, et cette somme est unique dans la liste des possibles donc elle permettrait de trouver la solution sans troisième question or : Le père dit : « oui, mais ces 2 données ne sont pas suffisantes ».: donc solution impossible…

  33. Onubre

    Je ne sais pas si l’on peut prédire l’avenir, mais la lecture des statistiques permet de faire des inférence sur l’avenir du $ par exemple.

    http://criseusa.blog.lemonde.fr/2010/03/27/les-contradictions-de-la-politique-de-soutien-du-par-ladministration-des-flux-financiers-2005-2009/

    • yvan

      Un grand merci, Onubre. Toujours pertinent, comme d’hab.

      « les américains liquident leur avoir à l’étranger et les étrangers leurs capitaux aux USA. »

      Amusant. Cela me rappelle la gestion d’entreprise par faillite.
      « On liquide et on s’en va »

      La monde y’a Lise à si on a l’air de rouler sur la jante, ces temps-ci.
      Avec sa conséquence protectionistique obligatoire.

      Je retourne lire les entrailles du poisson que je n’ai pas acheté en ce lundi.
      Vieux proverbe Breton : « le lundi, c’est du poisson du vendredi »

  34. Eh, je suis bien de votre avis, ce sont les concepts qui supposent qu’il suffirait de prolonger, à l’aide d’élgorithmes, ce qui ne peux marcher, car les écarts de richesses se creusent tout implement parce que la monnaie telle qu’elle est émise impose cela.
    Et là, appliquer des formules d’optimisation à ce qui est faux au départ, cela conduira toujours à la catastrophe.

  35. autrichon gris

    Ravi de lire votre analyse des erreurs de raisonnement à l’origine de la crise. Je me demandais depuis longtemps pourquoi personne ne dénonçait la tyrannie des modèles statistiques. Tout dans la finance moderne, TOUT, y est aujourd’hui modèle, observant le passé, en déduisant l’avenir grêca à la magie du taux de corrélation*. Mais les modèles reposent sur des conventions, lesquelles sont humaines, culturelles (l’exemple du Fico), et reposant sur un consensus acceptable.

    Toute chose à peu près valable en temps normal, quoique j’ai toujours douté du dogme de l’homme cherchant à maximiser son profit et économiquement rationnel, mais volant en éclat à la première crise comme vous le décrivez très bien. Merci d’avoir rappelé tout cela.

    * Le taux de corrélation entre l’ensoleillement et la souplesse des queues de vache est bien connu. Le soleil fait pousser l’herbe bien grasse, dont se régale abondamment les vaches, qui vont ensuite produire des bouses bien riches, qui vont attirer les mouches, que les vaches vont chasser en agitant de plus fort leur queue. Le taux de corrélation est proche de 100%, cela me semble incontestable !

    • Cécile

      oui, mais pour de l’herbe bien grasse, il faut aussi de l’eau, donc tout de même aussi pas mal de pluie

    • TARTAR

      Il parait que les vaches ne mangent pas les touffes d’herbe denses engraissées par les bouzes car elles contiennent du psylo (champignon).

  36. Coeur

    S’il n’y avait pas toutes ces personnes qui se croient si intelligentes, serions-nous seulement
    en train de parler de crise?
    Je ne crois pas! Et d’ailleurs, notre monde ne serait pas ce qu’il est!
    Il nous faut nous amener aux extrêmes, pour pouvoir prendre conscience de ce qui nous
    importe vraiment!
    Voilà nous y sommes, et le choix appartient à chacun!
    Donc de toute façon la parole est aux gens « modestes », à vous et moi, qu’on le veuille ou non.

    • Jean

      Il n’y a pas eu besoin de théorie financière pour créer la cirse de 29 ou toutes les famines sous ‘ancien régime. Donc pas sur que nous n’en serions pas là…

    • Cécile

      dans cet exemple (natixis) le sentiment des « gens modestes » est celui d’avoir été trompé
      Deux millions huit cent mille pigeons
      http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1875

    • Cécile

      ici, c’est (hors modèle, déjà d’avant la crise) une anticipation (produite d’une non-spécialiste, non- »expert »…) de la catastrophe nationale (budgétaire ou financière) qui nous attend (et comme la crise, -pour mon avis-, est très mine de rien, un adjuvant épatant pour enfin précipiter la faillite, catalyser la grande débacle, …..)

      Il existe en France une légende urbaine, un mythe moderne, qui voudrait que la droite soit économe et bonne gestionnaire
      http://www.sarkostique.org/rezo/le-mythe-de-la-droite-econome-et-bonne-gestionnaire/

  37. timiota

    Ach, beaucoup voudraient croire ici que la finance est donc gérée par une bande de nuls qui font des grosses erreurs.

    C’est pas tout à fait cela. C’est une bande de bons comme vous et moi quand nous gérons bcp de données : organiser votre journée du lendemain compte tenu du petit qui rentre plus tot du collège, des courses à faire, du bon moment à la cantine, du taf etc. Vous êtes tous prodigieusement calculateur et anticipateur car vous y arrivez à votre façon (sauf à vous enfancer dans la « misère symbolique » d’un Bernard Stiegler). Votre chance, c’est que les perturbations à votre mode de vie vous semble « prévisible », au plus, c ‘est au rythme d’un déménagement, d’une autoroute en travaux que vous déviez et corrigez dans un temps « raisonnable » et avec des conséquences qui le sont.

    Mais l’important c’est que vous contrôlez cela sans effort par les mots et par assez peu de structure (vos biens, vos locations de maison et tickets de transports etc.). Maintenant, imaginez que vous deviez avoir comme intermédiaire des tableau de nombre pour la moindre de ces choses (le dentifrice à racheter), eh bien vous deviendriez assez bon en quelque mois ou quelques années (et vous oublierez même un peu que c’était mieux avant).

    Mais les nombres vont vous rattraper car ils imposent une autre structure mentale à votre pensée.

    Et celle là, pas polie dans le tréfond de l’humain contrairement à celle du langage, va forcément « décrocher ». Elle n’a pas encore subit les « pressions de sélection » de millénaires pour l’adapter à une communauté se reproduisant dans un milieu marginalement stable (= marginalement chaotique pour faire court)

    Je crois que derrière la critique des erreurs se positionne un Jorion lecteur d’Aristote, qui dit, « vous concatenez des choses « logiques » au vu du placage d’un discours sur les séries mesurées », mais rien ne vous assure que vous ne soyez pas déjà pas mal décroché de la réalité ; car ce langage des chiffres effectivement, comme vous le dites sur ce forum, ne contient pas les penchants humains.
    Mais le cerveau lui, a une immense attirance pour une représentation même faible, si elle apporte du bénéfice court-terme. Il s’évertue donc à se plonger dans ce langage et y apporte tout ce qu’il peut (et il le fait collectivement, donc avec des effets forcément moutonnier qui sont ceux des idiosyncrasies du langage comme tout, les « petits mots qui circulent et disparaissent », « au niveau du vécu » et autres) . Nous mettons donc culturellement en route assez de « récursivité » dans un mixte langage (théorie économique) nombre (les vraies séries), pour en tirer la satisfaction d’une apparence de concordance.

    Au fond, rien de mal à cela « pour eux », et les discours des religions ou ceux des messianismes plus marxisants ou Minc-isant ont eux carrémment usé du langage pour faire miroiter du bonheur à court et long-terme. (Ca je n’y crois pas, le bonheur au bout du langage , ne peut qu’être de façon fortuite, intermittente… n’allons pas trop loin) .
    Mais là, leur court-terme est aussi notre court-terme (le chomdu, hein, et l’assèchement de ressources plus « altrenatives » dans la société, moins « chiffrantes », de la police de proximité à des choses plus web-esques).

    C’est le gros hic. L’investissement était une logique de long terme, la boucle des chiffres se faisait via les marchandises, même si c’était « sur la partie haute tension du réseau » comme disait Braudel de la finance. Avec les tulipes (voir Crise des Tulipes) ca a commencé à buller sec. C’est le découplage de notre court-terme qui est le but légitime pour moi de la correction des absurdités de la finance. la finance doit nourrir assez de gens pour faire ce qu’ils veulent sur le long terme, façon fonds norvégien ( à 100 ans ! ) ; plus long veut dire au minimum les 7 ans qu’on avait fixé pour la rémission des dettes (et de l’esclavage associé) dans la bible, ou les 7 ans qu’il fallait pour faire son petit et grand chef d’oeuvre d’artisan (lire Richard Sennett).

    Donc qu’il y ait des logiques engeolantes pour les uns et les autres, et que l’outil des maths y règnent en maitre, oui, mais qu’ils apprennent en même temps la retenue. Qu’ils nous rendent le temps et leur société pourra aussi être la notre, celle de la richesse de l’esprit.

  38. André

    Paul Jorion,

    Vous écrivez : « Mais un homme n’est pas une île : il interagit avec d’autres et il y a des myriades d’interactions qui viennent brouiller tous ces destins personnels prétendument tout tracés ».

    La non prise en compte de cela par la cote Fico, ne trouve-t-elle pas son fondement dans le péché mignon des libéraux (quelle que soit leur tendance) : l’individualisme méthodologique, leur oeillère qui les aveugle et leur rend psychiquement inconcevable le fait que l’Homme est aussi, et peut-être avant tout, un être social ? Souvenons-nous de la fameuse sentence de Mme Tatcher (je cite de mémoire):  » Il n’y a pas de société, il n’y a que des individus ».

    Je ne peux pas m’expliquer autrement l’exclamation que vous prêteriez au petit « savant » à l’origine de la cote Fico : »Ah zut ! Je n’avais pas pensé au chômage! ». Comme quoi, on peut être, à la fois, très intelligent et très bête! La « Bêtise » : voilà un beau thème de débat! Je ne me sens néanmoins pas la force de l’entamer sur ce blog.

    • Bien sûr : je viens de terminer un article (qui paraîtra dans un ouvrage collectif) qui montre comment les deux sont liés.

    • timiota

      Il y a un continuum qu’on peut appeler « betise systémique », qui fait que les gens mettent de l’énergie intellectuelle (« neutre »), pour bien faire une partie de leur boulot, mais sans voir l’influence sur le grand tout :

      la télé-réalité, bien des aspects du marketing, etc.

      (Bernard Stiegler, qui commente parait-il la deuxieme émission apres le Jeu de la mort », celle dont personne ou presque ne parle malheureusement)

      La résolution d’une crise est forcément « dissipative », perte d’énergie pour tous. Mais le simple retour d’une relation plus symétrique
      (dans les blogs) que celle de non-communication de la télé, ouvre un grand potentiel. Qui sera exploité aussi par les « pros » de la betise, mais ne deseperons pas, les peuples redonnent des légitimités « long-terme » a tous ces court-termistes : voir l’Islande, cas isolé à petite échelle, mais non dépourvu de signification. … je la vios comme un Reykjavik Social Club un peu à l’abri des grandes tenances unificatrices, pour la culture en tout cas. (Comme le Buena Vista Social Club montra (merci Ry Cooder) que la bonne musique se niche à l’abri des grands circuits abetissants. Une fois montré…)

  39. Anne

    Après tous ces commentaires, j’ai un peu la tête qui tourne. Des choses très savantes sont dites, je ne les comprends pas toutes, trop complexes…
    En résumé, il va donc falloir abandonner ces erreurs de raisonnement. Ce serait suicidaire d’envoyer nos enfants dans ce bourbier. Donc, révision de certains cursus universitaires, je suppose. Ensuite, peut-être faudrait-il revoir le cursus scolaire dans son ensemble et réapprendre aux générations futures la modestie? Est-ce suffisant ? Non, vu où nous en sommes, tout le monde va devoir en fait très vite apprendre à être plus modeste (qui a de la modération, qui est simple, sans faste ou sans éclat, de peu d’importance, qui a une opinion modérée, réservée, de son propre mérite, se comporte avec modestie, qui a de la pudeur, de la retenue, de la décence/ Le Nouveau Petit Robert). Mais c’est toute notre société qui va changer! Préparons-nous!

    • timiota

      Voir mon poste sur la betise ci-dessus

    • VB

      En effet : cf :

      VB dit :
      30 mars 2010 à 10:16

      Bonjour,

      @ Pierre-Yves D :

      « A la base le rapport de forces qu’exercent les investisseurs au détriment des entrepreneurs, et surtout des salariés, des contribuables, il y a indéniablement un savoir faire technique, mais aussi et surtout une bonne dose de propagande qui passe notamment par la diffusion d’une fausse représentation de la réalité de la finance, tâche dont s’acquittent un grand nombre d’acteurs, lesquels n’appartiennent d’ailleurs pas forcément tous au monde de la finance. »

      –> Oui, cela est vrai à 100 %, d’où la nécessité de revoir les critères qualitatifs de l’enseignement en général, et en particulier des « meilleures écoles » de commerce, MBA national ou international, ainsi d’ailleurs que des « meilleurs écoles d’ingénieurs » (à l’exception de Normal Sup, qui ne concerne pas grand monde, on voit mal où se trouve encore l’incitation au développement de l’esprit critique ; en tout cas pas dans les classes prépa où l’esprit critique n’a pas le temps de se développer et laisse la place au bourrage de crâne accéléré, version accélérateur de particules) ; et supprimer les monopoles de formation des « zélites » (= élites zélées à défendre les intérêts catégoriels du très grand capitalisme apatride). Mais je crois que, s’agissant de l’enseignement, on peut remonter plus haut encore… Il faudrait détailler cela longuement…

      Cordialement,

  40. Ton vieux copain Michel

    A propos d’erreurs de raisonnement sur les corrélations, je recommande la lecture d’un article du magazine Wired à propos de la formule due à un mathématicien chinois et qui a servi de modèle pour l’évaluation des risques d’un grand nombre d’obligations (MBS et CDO) qui furent au cœur de la crise financière.

    Un aspect intéressant du problème, c’est son côté « dragon qui se mord la queue ». N’ayant pas à sa disposition un historique des données assez reculé dans le temps et étant par ailleurs, incapable de mesurer la corrélation entre n’importe quel couple de prêts entrant dans la composition de l’obligation, il a pris un raccourci. Il s’est basé sur l’évolution des primes de risques de défaillance (CDS) des obligations similaires à celles qu’il étudiait. Autrement dit, il a fondé sa mesure du risque (qui n’est finalement qu’une opinion fluctuante) sur une autre mesure du risque (qui est également une opinion fluctuante et de surcroît, objet de spéculation, donc manipulable).

    http://www.wired.com/techbiz/it/magazine/17-03/wp_quant

    • Ton vieux copain Michel

      A propos de cette formule due au mathématicien chinois Li, voici ce que disent Christian Walter et Michel de Pracontal dans leur livre « Le virus B. Crise financière et mathématiques ».

      « Mais les professionnels ignoraient-ils donc les limites du modèle de Li? Pourquoi n’ont-ils pas tenu compte des avertissements donnés par certains observateurs, certes minoritaires? Apparemment, l’attraction d’un modèle qui, littéralement, « fabrique » un marché illimité et potentiellement sans risque a été la plus forte… Janet Tavakoli, spécialiste renommée des produits dérivés, s’est montrée tout aussi clairvoyante: elle déclarait en 2006 que l’utilisation de corrélations (sur le modèle de la copule de Li) « s’était répandue dans la psyché des marchés financiers comme un virus de la pensée hautement infectieux ».

  41. juan nessy

    Pour repérer les erreurs de raisonnement ,on a besoin peut être de modestes , mais je pense qu’on ne perdrait pas son temps à faire aussi plancher des gens qui s’acharnent à empêcher qu’on accède à l’information par le raisonnement : tous les codeurs ou crypteurs .qui ont pour vocation de rendre incompréhensible et/ou inaccesible l’information .

    • t0t0r0

      Un dicton dis « Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous » (ah non c’est de la pub, enfin je veux dire de la propagande).
      Appliquons cela à la connaissance: « La connaissance ne vaut que si elle est partagée par tous ».
      Derrière chaque intervention d’experts qui se complaisent dans leur jargon, derrière chaque politicien et sa novlangue qui déforme la réalité sous-jacente, etc. il faut avoir conscience qu’il y a la volonté de tromper/manipuler.
      Ces « erreurs » des « experts » seraient donc à mon sens volontaires.

      (j’espère n’être pas complètement hors sujet)

    • juan nessy

      Bonjour .

      ce que vous écrivez est sans doute vrai , mais en fait , je voulais juste suggérer que si l’on s’intéresse à la chasse aux erreurs de raisonnement , il y a à apprendre de ceux qui passent leur talent à trouver la parade aux raisonnements les plus acérés et talentueux . L’éternel histoire du gendarme et du voleur .

      Il y a aussi sans doute à tirer des lumières des neurosciences .

  42. Crapaud Rouge

    Rapport aux posts ci-dessus de Ton vieux copain Michel:

    C’est bien ce que je disais: c’est proprement scandaleux !
    La seule chose qui intéresse les marchés dans un modèle, c’est le fric qu’ils peuvent faire avec. C’est pourquoi je persiste et signe: l’article ne fait que « vendre la mèche ». On en ressort avec l’idée que ces erreurs sont dans l’ordre des choses, qu’elles sont simplement constitutives des limites qui affectent toute activité humaine. Le coupable idéal, assurément, pour que personne ne soit coupable.

  43. C’est la situation « questionnante » qui lorsqu’il y a réussite produit l’égalité, c’est à dire la capacité de simples citoyens à participer à des jurys. C’est elle qui transmute ce qui se présente en tant que réponse experte, faisant autorité, en contribution dont il s’agit d’apprendre à interroger la portée, ce qu’elle fait importer, ce qu’elle laisse indéterminé. Malheur à l’expert, alors, qui est pris sur le fait de juger sans importance, destiné à s’arranger, prix à accepter pour le progrès, ce qui ne relève pas de son expertise. C’est parce qu’il sont réunis par une situation questionnante que les jurys citoyens peuvent être de formidables machines à faire bégayer les experts, ou à évaluer la fiabilité de l’expertise sur laquelle repose ce qui leur est proposé.

    Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes, Résister à la barbarie qui vient

  44. Il me semble que même sans ces erreurs, le système ne marcherait pas. Si on avait à notre disposition des théories aussi fiables et vérifiées qu’en physique, on ne pourrait pas forcément prédire l’avenir avec précision et certitude. On pourrait comparer avec la météo : on a beau avoir des modèles performants à l’échelle moléculaire comme à l’échelle macroscopique des éléments constituant l’atmosphère, on est pas pour autant capable de prédire le temps avec précision à une échéance de plus que quelques jours. Parce qu’on a qu’un petit nombre de points de mesures, et une puissance de calcul limitée. Et même si cet obstacle était surmonté, que ferions-nous de cette connaissance ?

  45. Un petit article que j’avais écrit juste aux derniers Nobel d’économie.
    http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2009/10/06/l-economie-sous-le-feu-du-nobel.html

    Extraits:
    « Elinor Ostrom, de l’Université d’Indiana (centre), « a démontré comment les co-propriétés peuvent être efficacement gérées par des associations d’usagers », précise le comité.

    Oliver Williamson, de l’Université californienne de Berkeley (ouest), « a montré que les marchés et les organisations hiérarchiques, à l’image des entreprises, ont des structures de gouvernance alternatives qui diffèrent dans leur façon de résoudre les conflits d’intérêt ».

    Qu’en reste-t-il dans la pratique?

  46. Un an avant, en plein tumulte, j’essayais de relever quelques erreurs
    http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2008/10/13/et-la-raison-fut.html

  47. juan nessy

    Problème futé pour modeste logique ( éventuellement en passe d’aller au Canada ) :

    Un chasseur sort de sa voiture , prend son fusil , fait 100 mètres au Sud , 100 mètres à l’Est où il trouve un ours , le tue , le charge sur ses épaules ( c’est un chasseur balèze ) , fait 100 mètres au Nord , tombe pile sur sa voiture où il dépose l’ours .

    De quelle couleur est l’ours ?

    • juan nessy

      Une correction : lire « véhicule  » plutôt que » voiture ».

      Un indice : Il faut d’abord se repérer . Il y a alors deux solutions …mais une seule couleur .

    • bernard laget

      Il est blanc et si c’était un pingouin, l’histoire se passerait en antartique.
      C’est une histoire de Paul,

    • bernard laget

      La derniére fois qur j’ai tiré un ours j’étais dans le kiosque d’un sous marin nucléaire américain.

    • juan nessy

      Bon . Je remballe mon ours pôlaire ( du nord ) et je fous la paix aux pingouins ( du sud ).

      Et je m’inscris au pôle-emploi avec Paul .

      Mais j’ai ainsi appris que Bernard Laget a des moyens qui sortent de l’ordinaire pour aller à la chasse .

    • bernard laget

      Juan, si j’ai bien compris vous avez un voyage vers le Canada, je dois dire que le Quebec me parait bien sympathique vu depuis mes Pyrénées, et alors la je dois dire que notre Martin des Carpathes n’a pas la moindre chance de survie, c’est regréttable car il y avait des ours jusque dans les années 55/60.mais les éleveurs de brebis n’en veulent pas.
      http://www.youtube.com/watch?v=kA_JreEckDg

  48. @Paul
    Vous avez mille fois raison de pointer les erreurs de raisonnement et leurs effets.
    Il m’est arrivé de faire la chasse au modèle des options lorsque j’étais conseiller en management ( en innovation) et j’ai constaté que j’avais contre moi et la direction financière et les jeunes têtes d’oeufs sortis des écoles … d’ingénieur
    Mais hélas , je constate que depuis que la reprise se profile ( car il y a reprise, j’en reparlerai) c’est reparti comme en 14 ! Les modélisateurs relèvent la tête !
    Aussi la critique de la science économique ne doit pas être relâchée. Je pense même qu’elle doit chercher à être chaque fois plus précise .. car on ne peut se contenter d’une simple dénonciation qui tournera rapidement à la démagogie
    Deux choses me semblent nécessaires :
    1/ démonter les modèles équation par equation , car c’est à l’intérieur des formules qu’il faut montrer les erreurs ; et je serai notamment intéressé par une descrition précise de la cote FICO
    2/ Montrer l’origine de la dérive , car sans cela on sera inaudible de ceux qui cherchent à comprendre. Personnellement j’ai toujours pensé que l’autonomie de la finance prenait en fait racine dans les modèles marco économiques du fameux trio Samuelson . Klein . Modigliani ( surtout Modigliani) . Je serais intéressé par les réactions de ceux qui les ont travaillé
    amicalement

    une part

    • Jadis, le réseau routier était truffé de « points noirs », aujourd’hui tous les grands axes sont au moins des routes à 2 X 2 voies. A vouloir corriger les modèles, l’on aboutira de façon analogue à des modèles plus sophistiqués et plus efficaces, mais qui ne seront en rien une solution aux problèmes de fonds.

  49. Janet Tavakoli évoque les mêmes questions sur Business News Network.

  50. René

    Bonsoir Paul,

    je n’y connais pas grand chose à ces « modèles ». Je suis tout de même le raisonnement critique concernant leurs usages.

    Néanmoins, je crois qu’au fond la seule vraie raison, l’unique, celle que personne ne voir : le non risque.

    Ces messieurs travaillent tous avec une seule idée en tête concernant le Système : si ça dérape, les États interviendront et paieront. Ils vivent tous avec cette idée au fond d’eux. Jusqu’à cette crise, ils avaient quand même un petit doute. Le doute est levé. Ils sont rassurés et ils ont décidé de remettre ça. On aura donc une autre crise « systémique » dans quelques temps. Les politiques n’ayant rien fait de tangible pour réguler ce petit monde. Ils sont décidés à reprendre leurs opérations comme avant avec en plus la certitude de la couverture absolue des États quoi qu’ils fassent.

    Les multinationales de toutes origines « nationales » vivent dans les mêmes interdépendances aux États. Elles recrutent leurs grands décideurs dans les meilleures écoles étatiques. De fait, les responsables politiques et économiques sont un seul et même groupe social.

    Si ces gens géraient en pensant qu’il y a des risques de pertes et qu’aucun contribuable n’est là pour l’endosser, je pense que le capitalisme aurait un autre visage. Et les montants financiers seraient moindres mais plus consistants quant à la réalité de leur valeur intrinsèque.

  51. dalio

    Merci de cet article qui confirme une vaque impression de fumisterie jamais vraiment formalisée.
    C’était donc ça! la finance raisonne avec de mauvais outils!
    où plutôt les outils produisaient du profit et donc leur fondements erronés ne gênaient pas les initiés.

    Merci de garder un peu de temps pour répondre à ma question: les erreurs d’anticipation étaient-elles vraiment ignorées ? n’étaient elle pas exploitées à titre de pari, les connaisseurs réfugiant leur trésor dans le marché immobilier dont les prix demeurent encore si élevés ?

    La question au fond n’est-elle pas la faillite des modèles d’éducation, capable d’enseigner des calculs mortifères comme un pharmacien distribuant de la morphine sans ordonnance?

    Qu’en pensent les professeurs de l’Université de DAuphine? Vous qui comprenez le langage qu’ils ont inventés, voyez-vous un début d’autocritique et de retour vers le respect d’un ordre public?

    A vous lire,
    Dalio

  52. Leboutte

    Brillant!
    J’en suis comme Candide au pays des Bulgares.
    ;)

© 2010 Blog de Paul Jorion · Connexion
Desk Space par Dirty Blue & Wordpress Traduction WordPress tuto
Implementation / Webmaster Camuxi.