Le temps qu’il fait, le 28 mai 2010

Je fais le bilan de l’année écoulée en réexaminant les prévisions que j’avais faites dans un entretien à « Parlons net », sur France Info le 5 juin 2009.

La conversation avec Éric Woerth, alors ministre du Budget, aujourd’hui ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique.

Partager :

187 réflexions sur « Le temps qu’il fait, le 28 mai 2010 »

  1. « l’argent n’est pas au bon endroit », « il faut le prendre là où il est pour le mettre là où il faut… » (ou là où je pense?)
    Désolé, cher Paul, vous devez aller là un peu plus loin, ce n’est pas une question de « confiance » ou pas dans les banques, mais il y a bien un problème tel que la langue le dit, à savoir un problème s y s t é m i q u e !
    Cela veut dire très exactement que l’argent tel qu’il est ne peut tout simplement jamais être au bon endroit tant que l’on croit qu’il doit « être » à un endroit fixe « et au bon moment ». De fait, l’argent n’existe que de son mouvement!
    Tant que l’argent est pensé « être à un endroit ou un autre », nous n’y arriverons pas!
    Justement, ce qu’il faut obtenir, je le répète à longueur de mes interventions, c’est que l’argent soit constamment en mouvement et jamais à un endroit donné!
    Car, comme je l’ai souvent exposé aussi, l’argent n’est argent que l’instant qu’il opère une transaction de quelque type qui soit.
    Dès lors, s’il devenait possible que l’argent se déplace constamment, il est certain que tous pourraient en attrapper un peu pour aussitôt l’envoyer plus loin, et le problème de toutes les stagnations, mais aussi de toutes les accumulations serait résolu!
    Alors, si le signe monétaire était du type que je préconise, à savoir un signe monétaire marqué par le temps avec une nécessité de l’actualiser périodiquement, il ne serait tout simplement plus possible d’extorquer l’intérêt du capital. Il deviendrait tout aussi immédiatement impossible de faire un usage spéculatif de l’argent, car la spéculation suppose justement la maîtrise du temps.
    Grâce au SMT, le désendettement deviendrait le seul bon investissement possible, car c’est bien grâce à cet endettement qu’il y a des produits sur le marché que les créanciers n’achètent visiblement pas, car déjà trop riches.
    En étant empêchés de retenir l’argent pour extorquer toujours et encore l’intérêt, la non rétention mettrait à la disposition des empruunteurs de l’argent à taux nul, moyennant quoi le désendettement viendrait tout seul de par le seul travail des hommes!
    Alors de quelque côté que vous preniez le problème et quelles que soient vos contorsions pour ne pas évoquer l’approche gesellienne, sa proposition n’en devient que plus évidente!
    C’est fascinant de voir un homme lucide comme vous de vouloir se contenter d’une révision réglementaire moraliste sans toucher au coeur du problème: le signe monétaire lui-même!
    Bien amicalement, jf

    1. à notre cher Johannes Finckh

      je suis attentive à vos propositions, mais est-ce que vous pourriez aller plus loin, parce que là, dès fois je me dis que oui, d’autres fois que non … et puis que oui, et puis que non … que oui, que non …
      en bref je ne suis pas radicalement hostile, mais tout aussi très très loin d’être convaincue..

      cependant, cependant j’adorerais que notre cher Paul, vous permetasse de publier un billet invité sur le sujet du Bancor …

  2. le problème est la concentration de l’argent entre quelques mains. le problème du problème c’est que ces quelques mains ne se laisseront pas faire et qu’elles ont les moyens d’acheter leur tranquillité…
    on tourne en rond…

    j’ai passé ma journée au collège de france autour du thème de la démocratie de la rationalité et de la vérité à travers la pensée d’orwel, de russel et de chomsky. la common decency a été à peine abordée ce qui constituera pour moi l’énorme déception de la journée. chomsky tient encore la forme malgré son âge, mais c’est la 1ere fois que je l’entends aussi pessimiste…

    1. Chomsky a juste été réaliste, rien de plus.
      Et là est le problème. Sinon, il n’aurait rien eu à dire.

    2. ce qui m’a toujours frappé chez chomsky, c’est cette faculté qu’il a de dénoncer des faits terribles concernant la politique, les médias et le capitalisme tout en gardant un certain optimisme a long terme. chose que je n’ai pas retrouve cette apres midi..
      maintenant, rassurez-vous, je m’attendais pas pas non plus qu’il recycle une vieux discours de christine lagarde…

    3. Pour vous faire une idée de l’état d’esprit de Chomsky aujourd’hui, je vous conseille d’aller sur Contre-Info. Vous y trouverez un entretien de la mi-avril, où il exprime tous son pessimisme, au moins pour la situation aux US.
      Pour lui, la situation y est pire que durant la grande dépression des années trente, qu’il a bien connue pour l’avoir vécue dans sa chair. Si les conditions de vie étaient pires alors, jamais le désespoir n’y fut, d’après lui, si prégnant; et surtout il considère que la défiance généralisée vis à vis du politique et singulièrement du parlementarisme qu’on y observe aujourd’hui ne peut être rapprochée que d’une autre conjonction politico-économique: La République de Weimar des années vingt allemandes…

  3. Chine et Espagne,

    Je suis lié par mon travail avec la Catalogne, mais mes contacts permanents et amicaux avec l’Espagne me poussent à découvrir tout le pays.

    Ces jours ci c’est la Galice (Nord/Ouest du pays, au nord du Portugal)
    Mon épouse et moi même sommes arrivés hier dans un bel hôtel de la côte pour y passer trois jours.
    L’hôtel est presque désert, comme tous ceux que nous venons de fréquenter au Portugal, à l’exception d’une bande ce Chinois habillés comme des banquiers et de quelques européens.
    Nous avons appris de leur bouche qu’ils étaient là pour acheter une usine, sûrement importante, sinon pourquoi venir à 10 ?

    Il y a, à quelques dizaines de kilomêtre,s la ville industrielle de Vigo, avec une usine qui a longtemps assemblé des véhicules de la marque Citroën.
    Ce pourraît être celle là…
    Et peu importe.

    C’est en Espagne, et pas seulement sur les côtes, que, depuis deux ans, nous avons VU la crise de l’immobilier.

    Nous venons de voir les Chinois.

    Vont ‘ils payer en dollars US ?

    1. J’y reviens toujours, le protectionnisme et la relance intérieure ou notre mort « jaune » annoncée . Arrêtons avec le tabou du protectionnisme

  4. On devrait rendre les politiques responsables de leurs décisions, comme on a fait lors de la Révolution française. Du coup, ils deviendraient plus intelligents surement.

    1. Les gosses sont toujours très intelligents, mais ils font rarement les bons raisonnements, parce qu’ils n’ont ni les valeurs ni les concepts, ni la maturité intellectuelle pour faire le lien avec la réalité…

    2. « Comment se fait-il que les enfants étant si intelligents, la plupart des hommes soient bêtes ?  »
      (Alexandre Dumas, fils)

  5. Paul,
    remarque purement technique : depuis quelques jours j’ai un problème d’affichage du 2e billet de la page d’accueil du blog, firefox m’affiche une colonne interminable d’une 10aine de pixels de largeur…

  6. Au sujet du pragmatisme chinois :

    Cela me fait penser à l’Analyse d’Eric Hobsbwam
    sur la guerre froide dans la somme « Age of Extreme » the short XXth century: Hobsbawm, page 232 indexée 130

    {Two ideological blocks faced each other:}

    Like the USSR, the USA was a power representing an ideology, which most Americans sincerely believed to be the model for the world. Unlike the USSR, the USA was a democracy. Unfortunately it must be said that the second of these was probably the more dangerous.

    For the Soviet government, though it also demonized the global antagonist, did not have to bother about winning votes in Congress, or in presidential and congressional elections. The US government did. For both purposes an apocalyptic anti-communism was useful, and therefore tempting, even for politicians who were not sincerely convinced of their own rhetoric.

    « car le gouvernement soviétique, bien qu’il diabolisât aussi l’adversaire global, n’avait pas à se soucier de gagner les votes du Congrès, ou d’élections présidentielles ou législatives. Le gouvernement américain si. »

    (Hobsbawm casse aussi du sucre sur les soviétiques ailleurs dans son monumental ouvrage…)

    Mon commentaire personnel : La démocratie s’intoxique en effet aisément, et se noie dans les affaires de formation d’opinion (1M$/congressiste aux US de la part des lobbys idoines ?). Ce n’est que lorsqu’existe une répartition saine du « savoir-faire » (savoir vivre, ce qui inclut le sens de la responsabilité et de l’injustice) qu’elle se désintoxique. Chose rare

    (A propos de toxicité l’émission de France Culture sur des essayistes sémioticiens sur la télévision, qu’ j’ai écouté distraitement en voiture, était d’une vacuité consternante. Après avoir longuement glosé sur la tendance de la télé à parler de la réalité (par opposition à la fiction, et/ou en pensant à la téléréalité ,?) Peut être, disaient ces hauts esprits, peut être que la télé n’est pas qu’une pure représentation de la réalité.
    Comme si le bouclage télé/réalité/télé n’existait pas !

    … et j’ai aussi entendu beaucoup de jargon et d’autocongratulation de choisir ce sujet d’écriture original (on est en France, amis québécois) et pas « propre ». Ave ce genre de chois intellectuel, on ne risque pas d’être dérangé (sans présumé des compétences spécifiquement sémiotico-historico-scientifique des intervenants, c’est le tout qui m’a semblé chercher les champs consensuelissimes dans la définition du domaine. (le dispositif de mise en scène d’Apostrophe au cours des âges, ah , oui,pourquoi pas mais … comment dit-on … ça ne mange pas de pain ?)

  7. Hallucinant les propos de wauquiez sur la hausse du chômage!
    j’ai même entendu sur RTL ce matin qu’il fallait être optimiste sur les emplois aidés car les bénéficiaires de ces contrats avaient de bonnes chances de retrouver du travail stable par la suite!!

    Travaillant dans l’insertion professionnelle, je peux malheureusement dire que dans la plupart des cas, on retourne à pôle emploi aussi vite que le contrat aidé est terminé!
    Enfin concernant les offres d’emplois sur le site de pôle emploi on tourne actuellement autour de 170/180000 offres d’emploi ce qui est trés peu! et la plupart sont en CDD!

    Si un agent de pôle emploi lit ce blog, peut être pourrait-il intervenir?

  8. quand la politique de rigueur va commencer à se mettre peu à peu en place, je parierais que les véritables effondrements de la croissance que se déclencheront immédiatement dans la foulée de celle-ci, la seule solution imposée par la contrainte de choses, comme au Japon, ce sera la « monétisation » d’autres actifs pourries, privés ou publics, par la banque centrale, autrement dit la planche à billets.
    la question est de choisir le rythme de le faire!
    De toute façon, rigueur ou pas rigueur, la crise étant systémique, c’est-à-dire liée de plus en plus exclusivement au fonctionnement du signe monétaire lui-même, le rajout (comme au monoply quand la banque saute en fin de parie immanquablement) de nouveaux signes monétaires reste la seule solution possible en l’absence du SMT.
    En toute rigueur, on peut même dire que les USA pratiquent déjà cette politique, tout comme le Japon et la Grande Bretagne, mais principalement les USA, car, étant donné leurs gigantesques déficits commerciaux, on peut dire que le cours du dollar est soutenu par le fait que cette monnaie a cours dans le monde entier. Le statut essentiellement fragile du dollar, insuffisamment étayé par l’économie américaine (qui vit à crédit et à qui on fait manifestemment un crédit illimité) donne à cette monnaie un cours forcé et lui permettra toujours de circuler, quelles que soient les décisions américaines, car le reste du monde semble soutenir le dollar contre vents et marées.
    Au fond, les autres grandes monnaies se dévaluent ainsi face au dollar, et les déséquilibres s’aggraveront encore pour quelque temps.

  9. J’ai une question : ces agences de notation sont bien cotées en bourse ? Pourquoi aucune attaque spéculative sur une des ces agences ? Il faudrait s’attaquer au mal…ou bien en créer une 100% européenne et obliger toutes les banques européennes, toutes les institutions de s’y aligner s’ils veulent éviter de graves sanctions…

  10. La concentration des richesses est due au fait que les ressources sont difficiles à acquérir sans argent et qu’il faut de fait emprunter ?

    Ou alors les ressources sont-elles à ce point difficilement accessibles qu’il est nécessaire de concentrer les capitaux pour les distribuer dans le calme, en se basant sur une hiérarchisation des échanges absconse et sur une des règles morales les plus simple : l’interdiction de voler ?

    Etant entendu que les murs les plus solides sont ceux qu’on construit dans la tête des gens.

  11. J’ai du mal à penser que la Chine serait notre planche de salut d’ici dix ans…Ou alors à l’insu de son plein gré , car il y a suffisamment de monde là-bas qui attendent de participer et de bénéficier de sa montée en puissance sur tous les plans…Le Marché en a voulu ainsi et Dieu est bon.

    Pour la peine de mort…Je me suis replongé dans l’histoire du 19éme siècle 1820/1850 et donc dans la guerre de l’opium..En fait les Anglais qui cherchaient des comptoirs et des colonies absolument partout ont décidé d’ introduire l’opium d’origine périphérique en Chine… Un peu à la manière Yankee avec l’alcool pour les Indiens…Très rapidement la drogue s’est répandue , a fait boule de neige et les dégâts ont été tellement importants au niveau de la population que l’empereur et les autorités chinoises ont pris des décisions radicales pour stopper les trafiquants : la peine de mort . Il en est encore de même aujourd’hui et sur ce plan, il faut reconnaître que c’est efficace….

    (chez nous la drogue est tellement connecté aux autres trafics et l’oligarchie y étant mêlée , avec d’autres institutions CIA par exemple que ça ne risque pas d’arriver… Les petits trafiquants peuvent donc continuer à jouer du couteau et la police espérer quelques prises , ce n’est pas prêt de s’arrêter…)

    Je ne pense pas que notre pays sera précurseur dans  » l’insurrection qui vient « …Trop d’argent encore dans les classes moyennes et bas de laine , ce qui suscite les convoitises de nos chers financiers et politiques…

    Mais ça claquera ailleurs . Marx s’est sans doute trompé : il n’avait pas vu la révolution russe ni les possibilités infinies d’adaptation et de perversité du capitalisme , mais peut-être pas tout à fait .

    Enfin , si je suis passionné par tous ces débats et les connaissances que Paul et ses amis mettent à notre disposition , je ne crois pas au réformisme tranquille . La guerre des classes est plus forte que jamais et les détenteurs de capitaux s’y cramponneront comme l’oncle Picsou qui a fait le bonheur de notre génération, avec ses pièces d’or…

    D’ailleurs si les papiers dollars s’envolent , l’or atteint des sommets ….Ce qui ne me semble pas de bonne augure…Les brouettes pour aller chercher sa baguette risquent de devenir hors de prix….

  12. Deepwater Horizon est peut-être en train de devenir le catalyseur d’une prise de conscience du pic pétrolier. En tous cas à entendre Obama, on croirait qu’il parle du pic pétrolier.

    Obama – 26.05.2010 – We all know the price we pay as a country as a result of how we produce and use — and, yes, waste — energy today. We’ve been talking about it for decades — since the gas shortages of the 1970s. Our dependence on foreign oil endangers our security and our economy. Climate change poses a threat to our way of life — in fact, we’re already beginning to see its profound and costly impact. And the spill in the Gulf, which is just heartbreaking, only underscores the necessity of seeking alternative fuel sources. We’re not going to transition out of oil next year or 10 years from now. But think about it, part of what’s happening in the Gulf is that oil companies are drilling a mile underwater before they hit ground, and then a mile below that before they hit oil.

    With the increased risks, the increased costs, it gives you a sense of where we’re going. We’re not going to be able to sustain this kind of fossil fuel use. This planet can’t sustain it. Think about when China and India — where consumers there are starting to buy cars and use energy the way we are. So we’ve known that we’ve had to shift in a fundamental way, and that’s true for all of us.

    http://www.whitehouse.gov/the-press-office/remarks-president-economy-0

    Obama – 27.05.2010 – The fact that oil companies now have to go a mile underwater and then drill another three miles below that in order to hit oil tells us something about the direction of the oil industry. Extraction is more expensive and it is going to be inherently more risky.

    And so that’s part of the reason you never heard me say, « Drill, baby, drill » — because we can’t drill our way out of the problem. It may be part of the mix as a bridge to a transition to new technologies and new energy sources, but we should be pretty modest in understanding that the easily accessible oil has already been sucked up out of the ground.

    And as we are moving forward, the technology gets more complicated, the oil sources are more remote, and that means that there’s probably going to end up being more risk. And we as a society are going to have to make some very serious determinations in terms of what risks are we willing to accept. And that’s part of what the commission I think is going to have to look at.

    http://www.whitehouse.gov/the-press-office/remarks-president-gulf-oil-spill

    1. Je suis d’accord avec vous, Obama parle de pic pétrolier sans le nommer : « the easily accessible oil has already been sucked up out of the ground ». Mais plus intéressant encore, il rend le pic pétrolier responsable de la marée noire. C’est un lien de causalité qui ne m’avait pas frappé mais je trouve cela particulièrement bien vu.

      Il est intéressant aussi de noter qu’Obama a manifestement pris conscience de l’impasse énergétique dans la que nous nous trouvons: « we can’t drill our way out of the problem. ».

      Il faut espérer que cette clairvoyance, sans doute celle d’un conseiller, se traduira aussi par des décisions fortes.

    2. Eh bien c’est sans doute Steven Chu .

      En voilà un qui n’est pas de chez Halliburton

      He is a vocal advocate for more research into alternative energy and nuclear power, arguing that a shift away from fossil fuels is essential to combating Climate Change.[4][5][6] For example, he has conceived of a global « glucose economy », a form of a low-carbon economy, in which glucose from tropical plants is shipped around like oil is today.
      de wikipedia en anglais.

      Ceux qui l’ont croisé depuis le temps des Bell Labs gardent une excellent opinion de lui…

  13. La vacuité du discours politique n’a d’égal que sa suffisance.
    Nos politiques n’ont honte de rien a part jouer sur les mots , les compétences sont rares
    et le courage encore plus , et la lucidité absente
    mais que faire….
    On retourne doucement vers la récession tampis…

  14. Monsieur Jorion,
    J’ai regardé l’émission Parlons Net, je vous ai trouvé très convainquant lorsque vous parlez de la spéculation, mais guère lorsque vous parlez du libre-échange et de la crise de la demande. Vous semblez partir de l’a priori que, si l’on supprimait la spéculation, ce qui va actuellement à la spéculation reviendrait à la demande. Mais est-ce bien sûr ? Est-ce que ça n’irait pas aux dividendes ? Car sur le fond, vous ne répondez pas à la question : un libre-échange total est-il possible avec des pays qui ont des niveaux très différents de fiscalité, de normes sociales, de normes écologiques ? Même sans spéculation, les entreprises continueront de délocaliser là où les coûts sont moindres, ça ne résoudrait pas la crise de la demande.

  15. Je ne savais pas où informer d’une conférence particulièrement intéressante de Ars industrialis, à écouter sur leur site internet, http://www.arsindustrialis.org/video, notamment Patrick VIVERET, passionnant notamment sur la réappropriation démocratique de la monnaie, mais aussi JF Caron, maire dans le Nord, témoignant des actions locales notamment sur la co réalisation avec les habitants.

    1. Ah diable, super.

      Lou, arrivez vous à lire Stiegler (c’est d’une facilité « variable ») ?

      Merci

  16. Incroyable ! C’est incroyable de retrouver, dans un livre écrit en 1904/1905, un schéma plus que jamais d’actualité et qui menace la cohésion européenne parce qu’il est appliqué avec beaucoup plus de vigueur en Allemagne que dans le reste de l’Europe. Dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Max Weber décrit le tissage domestique traditionnel, en particulier le fait que « les concurrents entretenaient entre eux de bonnes relations, étant d’accord sur les principes essentiels des opérations » , puis raconte :

    Soudain, à un moment donné, cette vie tranquille prit fin; le plus souvent aucune transformation essentielle dans la forme de l’organisation, telle que le passage à l’entreprise fermée [geschlossener Betrieb], l’utilisation du métier mécanique, etc., n’était survenue. Il s’était produit tout simplement ceci : un jeune homme d’une famille d’entrepreneurs s’était rendu à la campagne; il y sélectionne avec soin les tisserands qu’il voulait employer; il aggrave leur dépendance et augmente la rigueur du contrôle de leurs produits, les transformant ainsi de paysans en ouvriers. D’autre part, il change les méthodes de vente en entrant le plus possible en contact direct avec les consommateurs. Il prend entièrement en main le commerce de détail et sollicite lui-même les clients; il les visite régulièrement chaque année, et surtout il adapte la qualité des produits aux goûts et aux besoins de la clientèle. En même temps, il agit selon le principe : réduire les prix, augmenter le chiffre d’affaires. La conséquence habituelle d’un tel processus de rationalisation n’a pas tardé à se manifester : ceux qui n’emboîtaient pas le pas étaient éliminés. L’idylle s’effondrait sous les premiers coups de la concurrence; des fortunes considérables s’édifiaient qui n’étaient pas placées à intérêt, mais réinvesties dans l’entreprise. L’ancien mode de vie, confortable et sans façons, lâchait pied devant la dure sobriété de quelques-uns. Ceux-ci s’élevaient aux premières places parce qu’ils ne voulaient pas consommer, mais gagner, tandis que ceux-là, qui désiraient perpétuer les anciennes mœurs, étaient obligés de réduire leurs dépenses.

  17. Ben dis donc …
    Bad trip !
    M. Jorion ne dit rien, ce n’est que du commentaire, de la morale.
    C’est pénible de perdre près de 20 minutes pour rien.
    Bon courage à tous ceux qui croient que les politiques sont tous des cons et ne prennent que des mauvaises décisions.
    « Yaka augmenter les salaires » : officiellement, l’insee indique qu’il y a gain de pouvoir d’achat année après année. On pourrait aussi espérer une baisse des « besoins » considérés comme vitaux, tels un mobile par membre de la famille, voire deux etc … Pourquoi pas ?
    « y’avait ka nationaliser » Là, je suis mort de rire. La dette souveraine française comptabiliserait donc toutes les dettes des banques nationalisées. L’agence Fitch sous capitaux français (filiale fimalac) aurait déjà scalpé la note de la France. Et ça couterait globalement plus cher.
    « yaka et les banques prêteraient plus » re mort de rire. Le systeme a failli capoter pour avoir trop prêter sans discernement. Le monde entier demande plus de régulation, et M. Jorion veut empêcher les banques de revenir à plus de prudence. On ne peut plus se faire prêter 110% du prix d’un bien/ Tant mieux. Mais ça entraîne un tassement des prêts. A peine notable, mais Jorion dit qu’on fait le contraire de …. De quoi ?
    « yaka prendre l’argent où il est » ben oui, faites la liste nominale, qu’on sache de qui on parle. Qui commence ?
    « Il est où cet argent ? »
    On a économisé pour acheter une maison : notre argent est placé en ce moment est rémunéré pour ça. C’est scandaleux ? Dans le même temps, nous sommes locataires. Sans résidence secondaire, ni voyages lointains … et ça finit par faire 800k€. Et les cigales voudraient nous prendre cet argent ?

    On pourrait évoquer de bonnes décisions à prendre, puisqu’il semble que M. Jorion a donné ses conseils à notre gouvernement. Lesquels ? emprunter pour donner plus de salaire alors qu’il y a moins de travail ? pour que justement les gens achètent plus et que ça fasse du travail ?
    meuh non, ils achetent en Chine, des trucs qui cassent ou ne durent pas …. parce que c’est moins cher.
    C’est l’histoire de la planète, commandée par la masse des intérêts de court terme, qui se poursuit et qui n’attend pas les analyses boiteuses, qui offre les premiers rôles aux uns puis aux autres.

    Par contre il y a eu un éclair lumineux en provenance de l’ex bundesbank, qui pilote la baisse de l’Euro. La grande idée a été de faire baisser l’euro contre « reste du monde ». Et ça vaudra bien plus que tous les discours. Comment les usa vont-ils répondre ? en écroulant leur propre monnaie ?

    A part ça, nous sommes tous humains, et aimons croire les histoires qui nous arrangent. Ne l’oublions pas. Le plus probable, toujours, est que la tendance se poursuive, jusqu’à une rupture …

    1. Heureusement que vous vous êtes gardé de franchir le Rubicon de la caricature 🙂

    2. Pour filer la métaphore de Julien Alexandre, il me semble, effectivement, que vous vous êtes contenté d’y plonger allègrement!

      J’espère que vous n’allâtes pas vous faire du mal, les eaux y sont fort peu profondes…

      Mais il est vrai que vous sautâtes de si faible hauteur!

      Quant à vous tirer de ce mauvais courant, nul souci à nous faire. De ces lieux vous semblez coutumier, et de la noyade. pour sur, vous sauverez vous seul!

      Comme un poisson dans l’eau…

    3. C’est probablement parce que vous avez des euros par kilos que vous ne comprenez pas qu’une augmentation salariale est nécessaire… Aujourd’hui, je ne manque pas d’argent pour m’acheter je ne sais quelle babiole mais pour manger, me loger et me vêtir. Et vous savez quoi ? On est près de 10 millions à être dans cette situation en France.

  18. la modération sur ceux site fait autant de mal que sur 90% des sites internet traitant de sujet tel que l économie et sa politique
    autant dire que ceux genre de site ne fait rien avancer mais augmente la frustration des citoyen , ceux voyant systématiquement couper et supprimer voire bloquer ( combien de mp supprimer en 3 jours ? 10 ? 20 ? 30 ?

    ont parle d écœurement mais ses mot vienne des même qui l installe
    sur ceux salutation d un citoyen qui ceux bat a main nu a cœur perdu contre ceux fléaux sur le LOCNET qu est la censure de bonne augure et pour des valeurs inexistante car incomprise par les même qui sans cesse tente a l utilisez avec leur sensibilité intellectuel plus que limiter qui ne pense pas plus loin que le bout de leur blaize
    tcho

Les commentaires sont fermés.