Le temps qu’il fait, le 16 juillet 2010

Le passage du « Financial overhaul » aux États-Unis

La condamnation de Goldman Sachs

Audition de représentants de la firme Goldman Sachs au sénat américain (II)
Audition de représentants de la firme Goldman Sachs au sénat américain (III)

Le Monde – Économie, lundi 3 – mardi 4 mai : Goldman Sachs et nous

La qualité de l’information sur l’internet

Partager :

63 réflexions sur « Le temps qu’il fait, le 16 juillet 2010 »

    1. Voila le « chapeau » de la FAO (ONU!) pour leur entrée « statistiques de prix » des produits agricoles, accessible librement désormais au lien que j’ai signalé plus haut. Stigler appelé en renfort! On se pince…

      Selon la théorie économique classique, les processus d’optimisation et de marché devraient faire qu’un même produit soit vendu partout à un seul et même prix (frais de transport mis à part). En réalité, on observe des variations des prix sur tous les marchés. Le lauréat du Prix Nobel d’économie, George Stigler, a montré que ces variations peuvent être expliquées si les coûts de recherche et de diffusion de l’information sur les produits et les prix sont pris en compte dans le modèle, au même titre que les frais de production et de transport. Les fondements de la théorie ne doivent pas être remis en cause, il ne s’agit en effet que de valider l’hypothèse de la présence d’une information parfaite. En rassemblant et en diffusant les prix et les différentiels de prix, nous espérons contribuer à compléter et améliorer l’information dont disposent les acteurs économiques.

      Pour information, je suis allé fouiller dans les mercuriales et on peut constater pour le riz, par exemple que les prix à la production peuvent varier de 1 à 20 entre l’Inde ou le Cambodge et le Japon ou le Turkménistan!

Les commentaires sont fermés.