288 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 11 FEVRIER 2011 »

  1. Il semble , Mr Jorion , que votre analyse a chaud du rapport de force entre Moubarak et Obama ait été démentie quelques minutes apres votre enregistrement !

    Un peu de recul, un peu de reflexion n’est jamais inutile .

  2. il ne vous aura pas échappé , j’espere , que Moubarak est parti cet apres-midi …..Alors dire  » qu’il s’est affirmé et que son message était adressé aux Etats-Unis .. », c’est ne pas reconnaitre une contre-vérité avérée !
    Un peu de recul et de reflexion ne nuisent jamais Mr Jorion.

    1. Freddy, je vais t’expliquer ce que Monsieur Jorion n’a pas précisé.

      Dans cette partie de Tarots à 4 (mauvais chiffre car il vaut mieux être 3 ou 5), nous avons : Les US, le Peuple, l’Armée et … Moubarak.

      Jusqu’à maintenant, et jusqu’à preuve du contraire, l’Armée a eu son roi appelé par les US.
      Moubarak, vu son jeu, s’est mis en position de suiveur obligé par le Peuple.
      Hors, le Peuple ne peut compter que sur le nombre de ses atouts, mais n’a aucun bout.

      Moubarak perd ainsi, quelque part, à cause de son mauvais jeu et le Peuple perd aussi la partie.

      Les Musulman’s brothers, dans l’histoire, ne jouent pas. Ils regardent la partie de façon prudente afin de voir s’ils peuvent faire équipe avec un bon joueur.

    2. Et pour les joueurs de Tarots, vous devez bien savoir comme moi qu’il suffit d’avoir une quantité suffisante d’atouts et de prendre, pour au moins faire la chasse au Petit.
      Et gagner un bout sur trois vous assure la victoire.

      Soit, en langage révolutionnaire, même sans pouvoir, le peuple peut gagner par le nombre.

      Bonne nuit à vous.
      Ce soir n’est pas forcément un autre jour.

    3. @ Freddy :
      « Un peu de recul et de reflexion ne nuisent jamais »
      Devriez commencer à vous appliquer la maxime.
      C’est effectivement ce qui s’est produit : Moubarak s’est rebellé contre ce que l’on voulait lui faire subir, soit l’exil sous la contrainte.
      Il savait qu’il était foutu, depuis une semaine certainement (depuis l’échec de l’intervention des nervis de la police sur la place Tharir). Et cherchait une porte de sortie ‘ honorable’ (comprendre un départ du pouvoir mais non de l’Egypte). Apparemment, les US ont contacté l’Arabie Saoudite pour leur demander d’accueillir Moubarak. Moubarak a dû refuser ce ‘déshonneur’ et a fait une déclaration inverse de ce qui était attendu, alors même que la CIA déclarait en ‘on’ qu’il était fortement possible que Moubarak quitte le pouvoir.
      Le soir même, le Conseil National de Sécurité (NSC) fut réuni à la demande d’Obama, ce qui n’était pas le cas précédemment, preuve que ‘quelque chose’ n’avait pas tourné comme prévu.
      Le lendemain, les choses étaient revenues dans l’ordre souhaité.

      Mais Moubarak a bel et bien fait passé un message aux américains : « pas question de partir si vilement que Ben Ali, je vous ai servi pendant 30 ans, dans vos basses fosses, à faire le sale job, je reste en Egypte ».
      Or, s’il reste en Egypte, autant qu’il reste au pouvoir. Logique.
      Le lendemain, les américains ne se sont pas encombrés de difficultés : ils ont largué Moubarak ET Souleiman, encore plus proche des américains que Moubarak et l’ont obligé à faire un discours télévisé sur le départ de son patron. Mais viré avec.

      Les américains croient avoir sauver l’essentiel.
      J’en serais bien moins sûr si j’étais eux.
      D’abord parce que Moubarak est vieux et soudainement aigri contre ses anciens ennemis. Il lui faudra mourir vite.
      Surtout, il n’est pas dit que le peuple accepte le ‘deal’ proposé et que le Conseil Suprême de l’armée ait la main sur la dite armée, concrètement.
      Ce sont les officiers intermédiaires qui l’ont.
      Naguib, plus haut officier dans le mouvement des officiers libres, sera obligé de céder son poste de président de la nouvelle république égyptienne à … Nasser, ‘simple’ Lieutenant-Colonel.
      Les américains devraient s’en souvenir.
      Tantawi sera-t-il le futur Naguib ? D’où pourrait provenir le futur Nasser (la crainte majeure des américains est de voir se reconstituer un nationalisme arabe ‘réformé’) ?
      Et d’abord, sortira-t-il un nouveau Nasser, ou plutôt une démocratie ?

    4. Merci Mme Ayaan Hirsi Ali qui comprenez l’Islam de l’intérieur, merci Mr Armand Abel, mon professeur d’islamologie, qui nous avez fait lire le Coran, que vous avez commenté sourate par sourate, en nous faisant parcourir l’histoire et le monde musulman de haut en bas et de bas en haut, qui nous avez fait découvrir les profondeurs des Mille et une nuits, qui nous avez fait partager votre admiration pour Ibn el Arabi et pour Ibn Battouta. Qui nous avez appris que le recul et la réflexion ne s’apprennent pas au Café du Commerce.

    5. Alors là Paul vous me décevez. Mme Hirsi est un personnage ambigu pour dire le moins. Elle met de l’huile sur le feu là où elle peut et sans avoir jamais vécu dans un pays musulman outre la Somalie, a fait le tour des télés américaines la semaine dernière pour s’exprimer comme experte sur les Frères Musulmans égyptiens. Je cite un extrait de sa bio sur Wikipédia, qui vous donnera une idée: Suite à son arrivée en France, l’hebdomadaire Politis qualifie la forte médiatisation de sa demande de naturalisation française ainsi que les soutiens qu’elle reçoit de « manipulations antilaïques » considérant notamment que la laïcité devrait s’accompagner d’une certaine discrétion. L’hebdomadaire lui reproche également son rapprochement avec Theo Van Gogh, la droite néerlandaise et le néo-conservatisme américain, qui serait, toujours selon ce magazine, contradictoire avec la défense de la laïcité à la française, mise en avant par certains de ses soutiens français. Enfin, il qualifie l’affaire de motivée par la « haine de l’islam » plus que par la défense de la laïcité [10].
      Source:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ayaan_Hirsi_Ali
      Ce qui est certain c’est que son article dans le monde lui a été obtenu par Caroline Fourest.

      La question est pourquoi les journalistes francophones rapportent si mal les événements qui touchent le monde arabe. La réponse est: ce sont des bourgeois, issus d’une élite cooptée, qui ne se saliront jamais les mains en allant sur le terrain.

      En gros si j’ai bien compris: les croyants sont des veaux qui ne se libèreront jamais, donc pas la peine qu’il commence, et O Suleiman, vice président accusé d’avoir torturé lui-même des détenus étrangers lors des « secret rendition de la cia » aurait mieux valu qu’un comité militaire intérimaire en attendant les élections. Que je sache au Portugal ils ont mis un an à organiser les élections lors de la révolution des oeillets.

      Quant au message de Mubarak, il était pré enregistré et il s’apprêtait à fuir mais voulait avoir « la tête haute ». L’armée avait elle-même annoncé un communiqué dès le matin mais a attendu que le communiqué de Mubarak soit lu. Même chose une semaine avant… Donc il y avait bien concurrence au sommet.

    6. Je ne vous suis pas: l’islamophobie n’aide qu’à la progression de l’extrêmisme d’en face.
      Voici un intéressant documentaire sonore sur les politiques en vigueur aujourd’hui au Danemark
      http://www.bbc.co.uk/programmes/p00dd29c

      Un Danois marié à une Mexicaine envisage d’émigrer car on refuse à sa femme un permis de séjour permanent; on a refusé aux primo-arrivants l’accès aux hôpitaux, etc.

    7. @Jeanne,
      Je suis plutôt d’accord avec vos réserves sur Hirsi Ali, mais là, je trouve que vous y aller un peu fort dans l’interpretation de son article:

      En gros si j’ai bien compris: les croyants sont des veaux qui ne se libèreront jamais, donc pas la peine qu’il commence

      Quand on lit un article et que l’on a un à priori négatif, justifié ou non, de l’auteur, il devient impossible d’interpréter ce qui est écrit sans à priori.

      A mon avis, elle a plutôt voulu dire:
      Les croyants ne se libéreront que s’ils ne se comportent pas comme des veaux

      l’islamophobie n’aide qu’à la progression de l’extrêmisme d’en face.

      Certes, mais qui revendique la liberté d’expression et la tolérance (par exemple pour les femmes ou les homosexuels) dans les pays musulmans ne saurait être accusé d’islamophobie que par des fanatiques.

    8. @Chris06
      je ne commentais pas l’article du Monde (cause perdue depuis longtemps); je commentais les commentaires qui précèdent !!

    9. @chris06 : « A mon avis, elle a plutôt voulu dire: Les croyants ne se libéreront que s’ils ne se comportent pas comme des veaux » : ce n’est pas ce qu’elle « a voulu dire », c’est ce qu’elle a dit. Ce qu’elle « a voulu dire », (faire entendre), c’est : mais ils ne pourront faire autrement que se comporter comme des veaux parce que l’islam ceci et l’islam cela.

    10. @crapaud rouge,

      ce n’est pas ce qu’elle « a voulu dire », c’est ce qu’elle a dit.

      Ah bon, c’est ce qu’elle a dit? Où ça?

      Ce qu’elle « a voulu dire », (faire entendre), c’est : mais ils ne pourront faire autrement que se comporter comme des veaux parce que l’islam ceci et l’islam cela.

      Je ne pense pas qu’elle ai voulu dire cela.
      NB: je ne connais pas suffisament l’Egypte, ni Hirsi Ali pour me lancer dans ce genre d’affirmations.

    11. @chris06 : rien qu’en puisant dans les citations de zébu, ici : « Demander le départ du dictateur ne suffit pas. Il faut amender les Constitutions existantes ; de nouvelles doivent être rédigées. » : et ça après/avant avoir dit que le temps presse, et pas de leaders, (donc pas de préparation), etc. etc. Cela dit, croyez et pensez ce que vous voulez, ce n’est vraiment pas mon problème.

    12. @Crapaud Rouge,

      « Demander le départ du dictateur ne suffit pas. Il faut amender les Constitutions existantes ; de nouvelles doivent être rédigées. »

      veut dire

      « mais ils ne pourront faire autrement que se comporter comme des veaux parce que l’islam ceci et l’islam cela. »

      ???

      On doit pas parler la même langue….

    13. Bon encore une fois, mon message était mal construit. Ma phrase résumait les commentaires de beaucoup sur ce blog qui souhaitent comme Marx qu’on fasse sans les religions. A mon avis, vu le nombre de chinois et d’indiens qui se rendent dans des temples divers et variés, c’est une cause perdue d’avance. C’est du pragmatisme. Si on attend la fin des religions pour passer à plus de démocratie (participative?), autant se mettre à l’opium tout de suite.

    14. @Jeanne,

      Si on attend la fin des religions pour passer à plus de démocratie (participative?), autant se mettre à l’opium tout de suite.

      Oui. Mais il faut pas attendre des religions qu’elles nous aident à passer à plus de démocratie.
      Et d’après ce que j’ai pu comprendre, les jeunes Egyptiens qui ont porté cette révolution en sont tout à fait conscients : c’est le chant de la liberté qui les appelle, qui résonne dans chaque coin de rue de leur pays

  3. A force de faire des choses ensemble en bas , il viendra peut être un peu d’intelligence au sommet . Mais pas sur ….

    Si le sommet n’a pas l’intelligence de comprendre au moins ça , il sera temps que le bas devienne le sommet .

    Ensemble.

    Y compris celles et ceux que vous avez cités comme vos prochains interlocuteurs .

  4. Monsieur Jorion.

    Ce vendredi 11 février 2011 est un jour de joie et une date historique grâce aux luttes du peuple égyptien.

    Pour cela, oui l’heure est grave, grave comme l’humain peut l’être et non les marchés…

    Heures graves, lourdes des âmes simples qui après plus de trente ans, hument la forêt obscure… eux pourtant proches des sables du désert.

    L’important , si l’on suit DANTE, est de ne pas céder à « cette peur dans la pensée ».

    Tout commence par ce qui a l’air d’une fin :

     » Au milieu du chemin de notre vie
    Je me retrouvai par une forêt obscure,
    Car la voie droite était perdue. »

    Complètement démuni, seulement sûr de ne plus rien savoir, DANTE révèle le plus important :

     » Ah dire ce qu’elle était est chose dure
    Cette forêt féroce et âpre et forte
    Qui ranime la peur dans la pensée !  »

    Ne pas céder à cette peur…

    Oui,
    pour ce jour historique et
    par respect aux vies sacrifiées passée et hélas, peut-être, à venir,
    un deuxième « Temps qu’il fait pour ce 11 février 2011  » serait bon à voir et à entendre.

    Un Temps avec un sourire que soulignera votre barbe, et quelques étoiles dans votre regard que souvent j’ai perçues au cours de ces années, dévoilant votre bel humanité.

    Merci pour votre travail

    Claire D

    1. Dante :

      Ce qu’elle révèle en un brin de sourire
      Ne peut se dire ni se tenir en mémoire
      Tant c’est chose neuve et miraculeuse…

      (de mémoire)


  5. Salut cher Paul et merci pour ces analyses et informations , j’ais réalisé hier une vidéo commentée du concept LATERRECO un outil universel de partage hétique des fruits de l’activité humaine. Merci de me donner ton avis si tu a un peu de temps. Amitié optimiste ;o) continu!!

  6. Bonsoir à vous

    je suis régulièrement vos billets et me trouve ordinairement en accord sur l’essentiel tout au moins. Pour celui-ci, concernant ce qui se passe en Egypte, je pense que vous êtes dans l’erreur et rejoins les commentaires 6 notamment -bien que n’étant pas sûr que l’aloi en question soit tant bon que ça !- et 22.

    Concernant la députée européenne, il me parait utile de se reporter aux émoluments prévus qui sont de l’ordre indiqué la concernant. C’est un job effectivement assez bien payé et on peut comprendre que les élus en place veuillent le garder surtout par les temps qui courent !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Rémunération_des_élus_politiques_en_France#D.C3.A9put.C3.A9_europ.C3.A9en

    « Les députés européens reçoivent une indemnité identique à celle de leurs députés nationaux. Les frais sont pris en charge par le Parlement européen. Un statut commun à tous les euro-députés a été adopté en septembre 2005. Dès la prochaine législature (2009-2014), tous les députés européens toucheront 7.000 €.

    Traitement brut par mois : identique à celui des députés et des sénateurs : 7 008 € brut et 5 178 € nets par mois.

    Avantages en nature :

    * Indemnité mensuelle représentative de frais de mandat : 3.500 € brut
    * Indemnité journalière pour frais de bouche et de logement : 251 € par jour de présence au parlement.
    * Remboursements de frais de voyage : calculés sur une base kilométrique aérienne forfaitaire qui dépend donc du lieu d’élection.
    * Ne sont pas imposables sur leurs revenus,pas d’IRPP… »

    Bien à vous.

    ML

  7. Excusez-moi pour ce côté un peu « cours magistral », mais on ne se refait pas….Voilà ce que m’inspire le Temps qu’il fait d’aujourd’hui !

    Intelligence et cordialité dans la Révolution

    Quand on regarde de près ce qui s’est passé en 1789, on voit que plusieurs facteurs ont concouru au démantèlement du système féodal arrivé en bout de course. L’état désastreux des finances royales obligeait le roi à convoquer les Etats-Généraux : plus possible d’emprunter pour régler l’énorme déficit, les Parlements ne pouvaient ni ne voulaient créer encore des impots nouveaux, la banqueroute menaçait et personne n’en voulait. Il y avait donc absolue nécessité de changement, et pour la bougeoisie montante qui avait besoin aussi d’un système de crédit fiable, et pour la royauté. Une fois les Etats-généraux convoqués, le Tiers Etat se déclarant Assemblée Nationale souveraine, le peuple a joué sa carte dans la nouvelle donne politique. Le renchérissement et la rarefaction du blé, la crise de la rente foncière règlée par l’accaparement des biens communaux, moyens de subsistance indispensables de la petite paysannerie créaient des situations intenables. Pendant des siècles la faim avait provoqué d’innombrables jacqueries, la différence cette fois-ci c’était la possibilité pour le peuple d’avoir une intervention politique, et, jusqu’à Thermidor où le jeu s’est fermé pour lui – par suite des choix mêmes des jacobins-les interventions populaires ont à chaque moment critique sauvé la Révolution, permettant de mener à bien les transformations indispensables : 14 juillet, journées d’octobre 1789, 10 août 1792…
    Peut-on parler d’intelligence dans l’effectuation de ce processus révolutionnaire ? Paul Jorion, vous évoquez les quelques députés de la noblesse et du clergé qui ont eu l’intelligence de sacrifier leurs privilèges. Mais sans la Grande Peur, armant les paysans qui redoutaient à juste titre une nouvelle réaction nobiliaire suite au 14 Juillet, et ont couru armés s’en prendre aux châteaux, (60 ont brûlé) jamais cette spectaculaire et intelligente renonciation n’aurait eu lieu. D’autre part, le Duc d’Aiguillon, second à intervenir au début de la séance pour proposer le rachat des droits féodaux, détenait certes une des plus grosses fortunes de France, mais la perception des droits dans ses domaines était entravée par d’ interminables procès avec la paysannerie qui en contestait une bonne part, de sorte qu’il avait intérêt à ce rachat qu’il proposait avec tant de panache, utilisant à fond la rhétorique des Lumières.
    Bien sûr c’était intelligent de la part du Club Breton, pour contrer une dangereuse motion de rappel à l’ordre, de prévoir d’entrée l’intervention de deux députés libéraux de la noblesse. Des rapports cordiaux s’étaient noués entre les quelques députés libéraux des ordres privilégiés et les députés du tiers ; il y avait une découverte mutuelle qui créait une certaine créativité euphorique, avec la sensation exaltante d’œuvrer à sauver le pays, c’est en partie ce qui explique la ferveur et l’émotion de cette nuit fameuse.
    Alors, de nos jours, qu’est-ce qui pourrait susciter à la fois le climat d’urgence et cette audacieuse, inventive bonne volonté ? Imaginez-vous Bernard Arnaut, Bolloré, ou Pebereau au cours d’une émission de télé, dans l’immeuble de TF1 assiégé par les manifestants où ils seraient arrivés en hélicoptère, renonçant publiquement aux retours sur investissements à deux chiffres, se contentant désormais de 6%, et donnant leur accord pour une loi de modernisation financière : séparation effective, contrôlée des fonctions bancaires dépôt et investissement, interdiction des paris sur les prix, création d’un service public de l’Argent et de la Monnaie ? Auraient-ils assez d’autorité et de cordialité pour amener d’autres grands patrons et actionnaires à ce renoncement dont ils donneraient l’exemple ? Et l’unité syndicale serait-elle assez forte pour mettre assez de monde dans la rue, jusqu’ au siège de TF1, et obtenir cette émission improvisée dans l’urgence, Bernard Thibaud, François Chérèque et Jean-Claude Mailly veillant à son bon déroulement, obtenant au passage le droit d’intervention des CE sur les choix stratégiques des entreprises ? Et ensuite, comment feraient-ils pour qu’il en soit de même , d’abord dans la zone euro, et ensuite sur la planète entière ?
    Pebereau est catholique, et il aime la science-fiction, alors qui sait…. ??

    1. Le Duc d’Aiguillon a voté la fin des privilèges parce que c’était son intérêt bien compris. Ca ne vous rappelle rien ? La Chine qui sauve l’Europe parce que c’est son intérêt bien compris. Je ne sais pas pourquoi, mais ce genre d’utilitarisme de bon sens populaire me donne toujours la nausée.

    2. @Blandine Keller, un avis: intervenez plus souvent (sérieux, niveau pragmatisme un paysan c’est une base, mais on a plus le temps d’avoir de l’esprit) continuer quitte à lâcher des dragons qui vous dépassent ce sera toujours mieux que les dragons qui regardent et décident pour nous.

  8. Une idée pour sarkozy?

    Bahreïn: le roi alloue 3000 dollars à chaque famille.

    Le roi de Bahreïn a donné l’ordre de verser mille dinars bahreïnis (environ 3000 dollars) à chaque famille du royaume à l’occasion du dixième anniversaire des réformes, a annoncé vendredi l’agence officielle BNA.

    Cette décision intervient alors que des activistes ont lancé un appel sur Facebook à des manifestations à Bahreïn à partir du 14 février, pour réclamer des réformes politiques et sociales

    Le gouvernement de Bahreïn avait déjà annoncé le 3 février des mesures pour soutenir le prix des denrées alimentaires, aider les familles nécessiteuses et renforcer la couverture sociale, emboîtant le pas à d’autres pays de la région, qui ont annoncé des mesures à caractère social dans la foulée de la révolution en Tunisie et du soulèvement en Egypte.

    « A l’occasion du dixième anniversaire de la Charte d’action nationale et en signe d’appréciation pour le peuple de Bahreïn qui a approuvé à l’unanimité cette Charte, le roi Hamad ben Issa Al Khalifa a donné l’ordre de verser mille dinars à chaque famille bahreinie », a indiqué l’agence.

    Bahreïn est le pays le moins riche parmi les monarchies pétrolières du Golfe, ses réserves pétrolières s’étant pratiquement taries. Le nombre de Bahreïnis est d’environ 568 000 personnes.

    Belga

    http://www.rtbf.be/info/monde/detail_bahrein-le-roi-alloue-3000-dollars-a-chaque-famille?id=5603903

    1. Les Roys ont toujours aimé distribuer l’aumône au bon peuple : ça le calme un moment …
      Il y en avait même, des Roys, qui guérissaient les écrouelles …et puis, un jour, le Peuple en a eu assez ! …

  9. En marge de tout ce qui circule ici aujourd’hui, je sais,mais quand même.

    Première utopie.

    Voir la lune en plein jour
    Comme une dentelle taillée
    Blanc cendré, agrafée
    Dans le bleu du contour

    Vouloir y mettre pied
    Pour m’y reposer la tête
    Et ma main qui s’entête
    A le dire au papier

    Habiter ce silence
    Qui tourne dos à la vie
    Et à la mort aussi
    Être là d’où je pense.

    1. pour en revenir à une chanson de Brassens, « mourir pour des idées » (chacun dans sa psyché, je ne souhaite le cerveau du modérateur) et c’est: la mort
      la mort
      toujours recommencer
      mourir pour des idées
      d’accord, mais de mort lente (en….te)
      mais de mort lente (…te)
      jugeant qu’il n’y a pas
      péril en la demeure
      allons vers l’autre monde en
      flânant en chemin,
      car à forcer l’allure,
      …..

    2. Fab, merci de cette mise en perspective.
      Reprocher à Brassens sa réserve, sa volonté de ne pas peser sur les êtres, c’est comme lui reprocher sa pudeur : à mon avis, un contresens…

      On a le droit d’adopter la posture morale de Brassens concernant l’engagement politique ou sociétal. Elle n’est guère productive, certes, mais ça n’est pas la moins digne. Je ne dis pas qu’il faut être comme ça, mais je ne ferai à personne le reproche d’être comme ça. C’est respectable.

    3. Pour ma part cette chanson, ne signifie pas que ceux qui sont morts pour des hommes sont des idiots, c’est souvent ce qu’on lui reproche (donc ce n’est ce révolter contre une milice qui brutalise des gens), c’est bien les idées pour les idées qu’elles soient religieuses, ethniques, culturels, car ceux qu’y en meurt ne ce sacrifient que pour ceux qui les pensent.

  10. Un film intéressant.

    The End of Poverty

    Global poverty did not just happen. It began with military conquest, slavery and colonization that resulted in the seizure of land, minerals and forced labor. Today, the problem persists because of unfair debt, trade and tax policies, in other words, wealthy countries taking advantage of poor, developing countries. Renowned actor and activist, Martin Sheen, narrates The End of Poverty, a feature-length documentary directed by award-winning director, Philippe Diaz, which explains how today’s financial crisis is a direct consequence of these unchallenged policies that have lasted centuries. Consider that 20% of the planet’s population uses 80% of its resources and consumes 30% more than the planet can regenerate.

    http://www.documentarywire.com/end-of-poverty/

  11. @Paul Jorion
    Je ne crois pas que les idées mènent le monde toutes seules . Il faut qu’elles rencontrent les nécessités du temps. Il y a me semble-t-il une différence entre vision platement utilitariste et vision des nécessités. Concernant le Duc d’Aiguillon, et son rôle dans la Nuit du 4 Août, il y a bien eu audace et intelligence politique, car il était un des rares de sa classe à le voir, cet « intérêt bien compris ». En Angleterre en revanche il y a eu entente complète entre bourgeoisie et aristocratie, et la petite paysannerie a été purement et simplement expropriée.
    En France la noblesse était beaucoup plus parasitaire, pas entrepreneuse , se contentant de laisser la terre lui rapporter, de moins en moins. En s’accrochant à la défense de son statut , en pactisant avec l’étranger agresseur, elle a favorisé la radicalisation du tiers état et son alliance avec le peuple. Peut-on rapprocher cet entêtement avec l’aveuglement du MEDEF, dénoncé par exemple par Eric Verhaeghe, ou encore avec l’entêtement d’Alan Greenspan face aux avertissements lucides de Brooksley Born ?
    On ne sait pas jusqu’où peut aller l’onde de choc de la récupération par les peuples tunisien et égyptien de leur souveraineté. L’armée égyptienne paraît-il était opposée à la libéralisation économique à outrance opérée à son détriment, car elle détient certains secteurs de production.

    1. la libéralisation économique à outrance

      Souhaitons aux égyptiens de trouver leur propre modèle de Pays démocratique …de trouver leur Liberté …ce qui n’a rien à voir avec le libéralisme économique à outrance !
      Que notre contre-exemple leur soit utile ! …nous qui sommes en train de sombrer dans les ténèbres d’une dictature économique délirante …

      Nous avons bien peu de leçons à donner aux autres, me semble-t-il, sous ploutocratie sous-vers-rieniste …

  12. 11/02/11 – Ste Notre-Dame de Lourdes
    Le miracle a eu lieu. La date est historique et oh combien magique.
    J’avais repéré cette fête sur le calendrier ce matin mais je n’osais y croire, une page de l’Histoire se tourne et bientôt peut être un livre se fermera.
    « C’est le plus beau jour de notre vie » dit le peuple égyptien.
    Le peuple tunisien a exprimé sa solidarité.
    N’oublions pas le battement d’aile du papillon tunisien qui a, hélas, rejoint le ciel en brûlant ses ailes.

    Bizarre, pas d’interruption des émissions sur TF1, A2, A3, la 5, M6. Bravo à France 24, BFM, I-Télé, Euronews. J’en ai la berlu….
    Au cours de ces 18 jours on a entendu de tout, la misère du peuple égyptien qui aspire légitimement à la liberté et à la justice sociale opposé aux peurs face au péril des islamistes. Il fallait écouter au moins autant les fins connaisseurs des sujets que les politiciens, les nuances étaient de taille.

    Je retiendrais parmi les nombreux articles édifiants du Monde et les interventions d’experts, hommes du terrain, acteurs sur France 24 par exemple, un article du 10/2, une interview du secrétaire général de la ligue arabe,
    « Selon Amr Moussa, l’Egypte vit -une révolution- » (Accessible sur abonnement hélas).
    Il juge fausse l’analyse des Occidentaux sur le rôle des Frères musulmans.

    En écho, parmi mille, l’édito de Jean-Marie Colombani dans Challenges « Le Caire au coeur d’un dilemme géopolitique » et qui se termine ainsi :
    « Il faut se réjouir de voir la liberté en mouvement. S’il est une valeur universelle, c’est bien celle-là : c’est le bien le plus précieux auquel chaque peuple aspire dès lors qu’on lui donne ou qu’il prend la parole. S’agissant du Proche et du Moyen-Orient, la question est aussi de savoir si, une fois rétablie, elle ne serait pas confisquée par l’islamisme radical. Le paysage serait alors le suivant : après la défection de la Turquie, ancien pilier du système de défense américain aujourd’hui proche de l’Iran, la transformation progressive de l’Irak en république chiite, donc aussi alliée de l’Iran, la Syrie toujours en place, et toujours proche de Téhéran, le Liban, en voie de passer sous le contrôle du Hezbollah, la Jordanie, prochaine cible d’un soulèvement populaire, l’Egypte tournerait le dos aux accords de Camp David. Israël serait alors totalement entouré d’ennemis. A moins qu’une Egypte nouvelle, démocratique et toujours médiatrice, ne parvienne à émerger ».

    http://www.challenges.fr/magazine/analyse/0242.033921/

    Les défis à relever sont immenses, un article de Challenges dresse un rapide bilan économique.
    http://www.challenges.fr/magazine/encouverture/0242.033932/
    Extrait
    « Gamal Moubarak, 47 ans, fils cadet du président, incarne cette nouvelle élite immergée dans la mondialisation. Après avoir commencé sa carrière à la Bank of America et travaillé à la City, il a été propulsé numéro deux du Parti national démocratique au pouvoir. En charge des dossiers économiques, c’est un partisan de la théorie du « ruissellement par le haut ». L’idée est de créer de la richesse au sommet de la société pour qu’elle irrigue toute la pyramide sociale. Mais le « ruissellement » s’est heurté à une indestructible pauvreté et à une corruption endémique ».

    Ruissellement par le haut.
    A ces mots, face à cette théorie fumeuse, mon sang ne fait qu’un tour.
    Pour moi il s’agit du principe de la « sébile », les riches trop riches et à l’appétit boulimique nous toisent de leur arrogance et suffisance.
    Il faut tordre le cou à cette théorie « des riches de + en + riches pour des pauvres un peu moins pauvres » ! On en a mesuré les effets catastrophiques en Tunisie et en Egypte.
    Il reste de nombreux défenseurs de cette arnaque trop souvent présents sur les plateaux complaisants.

    Félicitations pour vos prochaines rencontres et travaux avec Suzan George, Bernard Marris, Bernard Stiegler? Voila de quoi progresser. Bonne réussite.

    1. « Ruissellement par le haut. »

      Ca ne marche pas, faites une recherche sur :

      Trickle theory, ou Trickle-down theory.

      De toute façon il n’y a rien à comprendre quand la droite parle.

    2. Le temps d’allumer la 3 croyant y suivre Taddeï, mais on est vendredi.
      Je tombe comme par enchantement ou plutôt malédiction sur un sacré chantre du ruissellement, il s’agissait d’un émule ou peut être même le DG de « Contribuables associés » qui louait, pronait le ruissellement en l’illustrant même par une référence à Kennedy me semble t’il. Choqué, j’ai appuyé aussi sec sur le bouton off.

    3. Papiman, puisque cette date semble tant vous intéresser, vous auriez pu remarquer qu’elle s’exprime par un nombre symétrique : 1102-2011. (J’en ai profité pour jouer à Euromillions, en vain « évidemment »…)

    4. @crapaud rouge
      OK, j’avais bien remarqué la spécificité de cette date, mon texte initial était 11/2/11 et la correction m’a fait changer le 2 en 02. Juste pour la petite histoire.
      Une date de janvier était remarquable aussi, 11/1/11, je l’avais même fêtée.
      Tout cela n’est pas rationnel mais ajouter un peu de mystère et de coeur spirituel, qui plus est de la mère, à la froideur de la rationalité me séduit assez.
      Privilégions cependant les faits et le terrain, ce que la lecture des évènements qui se sont déroulés place de la Liberté le 10/2 nous démontrent magistralement.
      « Dans la nuit place Tahrir, l’espoir puis, très vite, la rage »
      « Jeudi soir 10 février, des centaines de milliers de manifestants ont attendu en vain, l’annonce du départ d’Hosni Moubarak »
      Le récit de véritables « faits d’armes » en toute non violence.
      Détail croustillant : « Les manifestations pour les retraites en France ont été un grand sujet de réflexion. Voilà un pays où la population descend dans la rue pour une raison qui nous semble bien petite et en Egypte où on subit une dictature, personne ne bouge ?….. ». On n’est donc pas descendu dans la rue pour rien, ouf.

      Pour la détente et les proba il aurait été plus rationnel de jouer au tiercé surtout que le 13 est un chiffre porte bonheur.

  13. Le problème de votre analyse sur le péril intégriste est qu’il intègre des grilles de lecture que l’on peut considérer comme étant (au moins) partiellement désuètes. Nous ne sommes plus en 1979, époque où les régimes soviétiques connaissaient leurs premières crises systémiques. De même, les frères musulmans des années 30 ne sont pas ceux des années 80, qui ne sont pas ceux des années 2010. Les sociétés ont grandement changé dans le monde et en particulier dans le monde arabe. Une révolution démographique a été entamée et même terminée pour la Tunisie et l’Iran (transition démographique opérée sous la république islamique, ce qui peut sembler paradoxal). L’Algérie (comme le Brésil pour prendre un pays en dehors de la sphère arabo-musulmane) a vu son indice de fécondité passé de 7 à 2 en moins d’un demi-siècle. De même je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas d’évolutions démocratiques en Iran, qui pourrait se faire dans un cadre réformiste et pas forcément insurrectionnel. On oublie souvent les oppositions qu’il y a au sein du régime iranien et qui ont beaucoup conditionné la révolte de 2009.
    Emmanuel Todd avait évoqué ces évolutions dans le monde arabe, qui précèdent toujours l’avènement d’un processus démocratique.

    1. J’en étais arrivé à vos conclusions sur la base de mes dernières lectures et écoutes, mais je ne suis pas expert de ce domaine et surtout ne connais pas les populations concernées.

      Question : choc des civilisations ou stratégie du choc ? Compétition planétaire en tous cas.
      Il me semble qu’un des objectifs majeurs reste le contrôle ou l’accaparement des ressources énergétiques en priorité et le reste ensuite. La religion serait plus un habillage, papier d’emballage et grosses ficelles.
      Une des clefs est d’éducation éclairée des citoyens pour les sortir d’us et coutumes d’un autre âge.
      Et si on espérait avec un Maghreb plus démocratique et prospère que :
      . l’islamophobie devienne sans fondement, en tous cas perde de sacrés arguments
      . l’émigration se tarit et même effet inverse avec le retour des migrants, ce qui est déjà vrai pour certaines élites comme 2 membres du gouvernement tunisien appelés dare-dare au pays.
      . et tant qu’à faire Al-Qaïda meurt de sa belle mort
      Ce n’est pas pour demain mais peut être après-demain ou alors je suis un bête utopiste.

  14. Comment imaginer qu’on puisse encore éviter la catastrophe ?
    Pour ma part, c’est çà que je trouve dingue.
    L’Occident a depuis longtemps ouvert la boîte de Pandore du déclin moral, mais ce déclin moral n’avait pas jusqu’ici altéré les forces vives : la confiance, l’esprit d’entreprise, le goût du savoir, …
    Certains avaient pourtant averti : par exemple Malraux, qui disait que consommer n’avait jamais, dans l’histoire de l’humanité, constitué un idéal …
    Aujourd’hui il faut vraiment le vouloir pour ne pas ressentir cette si prégnante, si évidente, ambiance de fin.
    De l’Occident, il ne restera qu’un peu d’Etats-Unis, et un peu d’Allemagne, parce qu’ils arriveront à se placer comme interlocuteurs privilégiés avec les puissances dominantes de demain. Les spécificités de leurs cultures le leur permettent.
    Pour ce qui est de la France, la messe est dite, j’en ai peur : le Français est devenu une langue inutile (même des entreprises françaises veulent l’abolir …) ; il ne représente plus qu’on boulet objectif pour ceux dont elle est la langue maternelle, le génie français n’est plus que l’ombre de lui-même (industrie, science, art …), et le citoyen français n’a plus aucune confiance en lui, n’a plus aucune vigueur, qu’elle soit morale, éthique, épistémique, entrepreuneuriale, …
    Qui plus-est la France a, comme de nombreux pays, placé à sa tête, l’équivalent de ces PDG désignés par les fonds de pension pour tirer les derniers bénéfices financiers d’une boîte en la coulant.
    Finalement, ce sont ceux qui fabriquent leurs radeaux pour quitter le navire au bon moment qui ont raison. Ils sont lucides et pragmatiques : quand tout est fini, il est temps de penser à soi et ses proches, et sauver sa peau : quand la fin est inéluctable, l’homme redevient une bête sauvage, c’est bien connu.
    C’est nous qui sommes bien bête de pleurer et de perdre du temps à courir après le système : nous devrions faire pareil : nous en détacher : nous organiser entre nous, autour de nos familles, de nos villages, rembourser nos crédits, revenir à une économie horizontale et de subsistance.
    Et pour ce qui est de la santé, il ne nous reste plus qu’à espérer que certains médecins rejoignent ce genre de mouvement, par déontologie …
    On a tout à perdre à rester lié à ce système qui est déjà mort, et espérer en sa rédemption, ou même continuer à perdre du temps en réflexions stériles sur son compte, revient à conserver encore quelque funeste lien avec lui …
    => Passons à autre-chose ! Le « monde d’après », en quelque sorte, mais le vrai …

    1. BÄ­zarre, bizarre que ce pays qu’est devenu la France. Le français, une langue de génie, de poètes d’écrivains, de pamphlétaires, une langue de clarté face à l’anglais, langue imprécise telle qu’on le constate malheureusement dans les traités internationaux tel que la Déclaration de Balfour. L’anglais partout, l’anglais, du cabinet de Christine Lagarde aux conseils d’administration de certaines sociétés françaises, toujours l’anglais, cet anglais des rêves de certains Français en admiration béate devant la civilisation consumériste américaine et surtout pas de leurs grands écrivains leur totalement méconnus même quand ils sont francophones et francophiles, cet anglais envahissant cette Europe veule et sans colonne, alors qu’il est en perte de vitesse aux USA face à l’espagnol, langue montante forçant le bilinguisme dans les administrations de certains Etats…

      André lorimier
      Deux-montagnes Québec

    2. @ lorimiera,

      Bien vu et bien dit : il n’y a rien à attendre d’un peuple qui se renie lui-même dans la joie, la bonne humeur, le renoncement volontaire et veule au profit des paradis fiscaux anglo-saxons : pas de colonne vertébrale et une incapacité à se tenir debout. Bizarre, bizarre en effet.

      Cdt.,

    3. Oui, nos zélites n’aiment pas la culture française, détestent la Révolution, s’assoient sur la République, ignorent tout de nos anciennes luttes…Leur seul horizon est le pognon ( le leur) …

      Nos zélites sont bas de plafond !
      Certains ex-sinistres- dont ex-Dr-sauve-le-monde – avaient même déclaré, mezzo voce, qu’ils préféraient la langue anglaise à la française, et que, si celle-ci disparaissait, cela ne leur ferait ni chaud ni froid (l’un d’eux était alors potiche-aux-affaires-étrangères! : on ne saurait mieux trahir ! ) ; depuis, nous avons une sinistre aux » étranges affaires » : de Charybde en Scylla !

      Résistons ! au moins pour notre riche Culture ! Nos amis francophones du Monde sont amants de la Littérature, et manient le Français avec élégance, raffinement , humour !
      Alors même que nos Oligarques cacquarantesques jargonnent à tout va, et ainsi tentent une mort par asphyxie ! leur CA pour tout horizon !
      Quelle platitude ! quel manque de souffle !

  15. Je me réjouis de ce dialogue annoncé avec Bernard Stiegler, espéré depuis fort longtemps. Tout arrive !
    Ce dialogue apportera peut-être un éclairage nouveau sur la question des rapports qu’entretiennent sciences, techniques et société, via l’économie bien entendu, Jorion et Stieger abordant tous deux ces questions, même si les approches sont quelque peu différentes. Tous deux partagent aussi une opposition certaine à l’idéologie décroissantiste, de quoi peut-être éclairer un peu mieux ce débat.

  16. Bravo pour les « choses à faire ensemble » et notamment avec Bernard Stiegler que je cite souvent ici.
    Il est au bord entre renouveau humaniste et renouveau « capitaliste » (mais avec l’idée d’investissement et de soin !)….

    Au sujet de Foucault, peu de commentaires.
    L’élément déterminant de son excès d’enthousiasme sur l’iran d’après le Shah n’a-t-il pas été de trouver une zone d’expression de l’anti-américanisme, l’américanisme étant vu comme un structure de « biopouvoir » ou « technopouvoir » ….

    1. Foucault : le supplément du Monde « le Monde des livres » de cette semaine lui consacre un article de 2 pages (pas encore lu).

    2. Je n’ai pas l’honneur de connaître Euribon sauf pour ce que je viens d’en lire en diagonale sur Wiki.
      Mon niveau en philo est proche de 0 mais je ne désespère pas de progresser.
      Comme je l’entendais récemment à « La tête au carré », de mémoire :
      « il n’est pas nécessaire d’être astro-physicien pour approcher la cosmologie mais déjà tout simplement de se coucher par une nuit claire sur le dos et de contempler le ciel constellé d’étoiles…..(et de laisser aller ses réflexions). Les grecs ne disposaient pas de tous nos instruments et ordinateurs de haute technologie et pourtant…. ».
      Il m’arrive de m’interroger si dans mon adolescence je n’approchais pas mieux ces mystères que plus tard, heureusement que la lecture de Hubert Reeves m’en a rapproché.

      Pour en revenir au Monde des Livres, il y a plusieurs articles qui concernent ce dossier
      « Tandis que paraît le premier cours du philosophe au Collège de France, plusieurs essais illustrent la fécondité d’une pensée -irrécupérable- » Elisabeth Roudisco plante le décor et parle du bouquin « Leçons sur la volonté de savoir » puis suivent :
      un entretien avec Daniel Defert, des critiques de livres de Pestana « Foucault, la gauche et la politique », de Maniglier et Zabunyan « Foucault va au cinéma », de JF Bert  » Introduction à Michel Foucault ».
      Je ne connais pas plus M. Foucault que Euribon, je savais juste par des amis et autres qu’il était un penseur « incontournable ».
      Ce n’est pas à ce jour ma priorité de lecture sauf à pouvoir l’étudier couché sur le dos en rêvant.

      Plus de détails sur le site du Monde, exemple :
      http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/02/10/daniel-defert-l-oralite-est-un-lieu-de-corrections-instantanees-mais-foucault-ecrivait-tous-ses-cours_1477813_3260.html

    3. @ Papimam

      Retour à Reims de Didier Eribon est sorti en poche, c’est pratique pour lire au lit ! On y trouve avec l’histoire de sa famille ouvrière, de son parcours, de solides références sur le passage au libéralisme de la majorité des sociaux démocrates, qu’il a été longtemps un des seuls à dénoncer.

  17. Concernant l’intelligence des dirigeants de tous poils, j’ai cru remarquer, au travers d’un parcours professionnel dans de grandes entreprises, et parallèlement à la fréquentation occasionnelle de la classe politique locale, que leurs compétences s’avérait souvent limitées à :

    – Manœuvrer pour accéder aux postes satisfaisant leurs ambitions.
    – S’y maintenir, en profitant au maximum des avantages offerts.

    Leurs actes et décisions ne m’ont en revanche que rarement semblé dictés par le sens des responsabilités, le courage, la vision stratégique…

    Si quelqu’un a des idées sur cet antique fléau des sociétés humaines, il serait peut-être temps de les sortir.

    1. C’est fait ! Mais les gens ne veulent pas les voir : ils préfèrent qu’on désigne des coupables, des autres !

    2. Il y a aussi le phénomène « dominant-dominé ».

      Ainsi, pour ceux qui ont eu des responsabilités réellement opérationnelles, lorsqu’UNE erreur commise bloque des unités de raffinage, sur le coup, vous vous sentez un peu mal.
      Et ne comptez surtout sur le soutien de personne dans ce cas…
      Car votre erreur leur sert à vous enfoncer et contrebalancer certaines des leurs.

      L’humain est ainsi fait… aussi.

    3. @Yvan
      Pour avoir été dans ma vie professionnelle en désaccord avec un supérieur j’avais adopté cette maxime. Je le laissait parler et je faisais selon mes convcitions.
      Bien m’en a pris, pour moi et même pour lui. Il faut juste être certain d’être dans le vrai.

  18. Il s’agit toujours de décrire une réalité de façon incidente…

    – Comment faire croire aux élèves que ça vaut le coup de travailler ?

    1) Le marché du travail est saturé.
    2) Le savoir se trouve en grande partie sur internet
    3) La société est inique et la compétition fait de nombreuses victimes…

    – Dans le système judiciaire, comment faire croire au prévenus ou condamnés, qu’ils ont un avenir, que la société fait sens… ?

    – En psychiatrie, guérir pourquoi ? Ne vaut-il pas mieux rester fou ?

    Crise de la motivation ? Moment de vérité où l’on se rend compte que la société était le cadre d’un certain nombre de valeurs, de progrès et de croyances, source de bonheur… ?

    Sarkozy a voulu restaurer un certain nombre de valeurs par l’autorité, d’une pierre 2 coup, faisant porter l’accusation sur ceux qui en fait avaient raison de ne plus y croire. L’autorité ne remplace pas la vacance des possibilités d’épanouissement, qu’elle tente de nier.

    La crise économique arrive en synchronie, en interférence, avec une autre fin de cycle sociologique de l’Occident qu’elle renforce, une crise des croyances des forces progressistes ayant épuisé son carburant… il me semble. Les sciences humaines allaient déjà déclinantes avant cette crise.

    Pas de figure charismatique en Egypte, et pas d’idée charismatique non plus, sauf de rendre la pyramide du Louvre aux égyptiens.

    1. Comment faire croire aux élèves que ça vaut le coup de travailler ?

      Bonne question, mon cher Lisztfr !

      Depuis quelques décennies, les ministres français de l’Education obéissent à la fois à des directives de coupes budgétaires et aux lobbys qui veulent la disparition de la langue française , de sa littérature et de son histoire si dangereuses, en taillant à la hache dans les budgets, en supprimant tellement de postes d’enseignants chaque année qu’on se demande comment un système éducatif découpé, retaillé, troué, ravaudé à l’extrême peut encore tenir.

      Une manière plus subtile de l’anéantir de l’intérieur fut de faire entrer certains parents d’élèves dans les conseils d’administration des établissements secondaires en sachant qu’ils favoriseraient l’interdiction des redoublements jugés trop coûteux (point de vue de l’élève Toto : « à quoi bon bosser ? »), l’interdiction des punitions et des exclusions, la hiérarchie s’acharnant sur le prof qui s’opposerait à un élève perturbateur ( point de vue de Toto : « les adultes sont des guignols, semons le bazar, on ne risque rien ») . On aboutit à des classes où la moitié des élèves ne comprennent rien car ils ont échappé à des redoublement depuis le CP et sont passés de classe en classe puisque leurs parents ont fait systématiquement appel de la décision de redoublement de ces guignols de profs et presque systématiquement « gagné »en appel , les quotas de redoublements autorisés demeurant voisins de zéro pour cent car « ça coûte ».

      Aux yeux des élèves, on donne raison aux paresseux et aux perturbateurs qui ne sont jamais sanctionnés et on ne récompense plus jamais ceux qui travaillent, par exemple par une distribution des prix ( médailles en chocolat symboliques mais qui font quand même plaisir), soi-disant pour ne pas « complexer » les mauvais élèves . Bref, les bons élèves sont considérés par leurs camarades comme des pigeons, des pauvres types qui travaillent pour rien . D’ailleurs le terme ‘intello » est devenu la pire des insultes et celui qui la reçoit rougit de honte

      On en arrive à une situation où les bons élèves ont honte, où les élèves violents s’accordent le droit d’insulter, de menacer, de tabasser et même de poignarder le prof qui, lui, court les pires ennuis s’il leur dit leur quatre vérités ( les voyous sont souvent peu sensibles à l’ironie), car ses paroles seront jugées « dévalorisantes et traumatisantes  » par les parents, s’il les punit ( punition aussitôt levée par lla hiérarchie ) et encore pire si, insulté et menacé, il leur flanque une claque.

      Les « réformes » en arrivent au but recherché : plus de diplômes nationaux avec des sujets nationaux et des copies anonymes, mais des « livrets de compétences maison » qui ne valent plus rien d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre, d’un arrondissement à l’autre. Chaque professeur qui le remplit subit des pressions épouvantables si son appréciation négative bloque l’attribution du diplôme car il y a des quotas à respecter et une foule de rattrapages possibles sont proposés pour chaque item du livret . Bac Pro quasiment assuré pour tous en 2012.

      C’en est arrivé là cette année pour le Bac Pro et l’on sait que le Bac général va prendre la suite.
      Les diplômes ne valant plus rien, il ne restera vraiment plus que le piston pour trouver du travail . Pour les « fils et filles de … » , même les cancres, il n’y aura donc plus aucune menace de concurrence de la part de jeunes gueux méritants sur un marché de l’emploi déjà bien rétréci .

      Enseignement public et gratuit en perdition, la belle action de J.Ferry a été réduite en miettes pour satisfaire la cupidité de quelques vautours qui lorgnent le juteux marché de l’enseignement privé pour tous …ceux qui en ont les moyens. Pour les pauvres, ce sera ( et c’est déjà parfois le cas dans des classes bruyantes) le retour à l’analphabétisme du XIXe siècle.
      La langue française est en perdition, tant sur le plan national qu’international , et c’est une volonté politique
      Certaines associations d’enseignants et de parents concients du problème de l’Enseignement Public, préconisent , avant même de réclamer la restitution des centaines de milliers de postes d’enseignants supprimés en vingt ans alors que la population scolaire française est de plus en plus multiculturelle, préconisent l’application immédiate de HUIT MESURES pour enrayer la chute : voir
      http://www.soseducation.com/violence/

      Qu’en pensez-vous ?

    2.  » Mesdames, Messieurs, il va falloir se battre sur la question de l’école.
      Mesdames, Messieurs, il faudrait arrêter la compétition.
      Il faudrait arrêter Condorcet et revenir à Lepelletier.
      Mesdames, Messieurs, il faudrait supprimer le bac.
      Il faudrait se battre pour ça, pour supprimer le bac,
      que tout le monde ait le droit d’aller à l’université.
      Mesdames, Messieurs, il faut pas supprimer la carte scolaire.
      Mesdames, Messieurs, il faut supprimer les grandes écoles.
      Mesdames, Messieurs, il faut arrêter de raconter à nos enfants…
      Il faut qu’on sauve cette école. Il faut pas qu’on la laisse à Vivendi.
      Et puis surtout il faut souffler… »

      F Lepage

    3. « En psychiatrie, guérir pourquoi ? Ne vaut-il pas mieux rester fou ? »

      C’est du Lovecraft ! La folie comme refuge contre l’indicible horreur…

    4. Lisztfr,

      Clap Clap Clap !

      « La crise économique arrive en synchronie, en interférence, avec une autre fin de cycle sociologique de l’Occident qu’elle renforce, une crise des croyances des forces progressistes ayant épuisé son carburant… il me semble. »

      Tout pareil ! En synchronie, what else ? Il s’agit d’une crise de civilisation, « une crise des croyances des forces progressistes ayant épuisé son carburant ». Cette crise de croyance arrive au stade de l’incrédulité : « Comment ? On veut me faire croire que je suis ici pour ça !? Mes aïeux sont tombés dans les panneaux de Dieu et du Roi, et l’on voudrait me faire croire moi aussi à la poupée qui tousse !? Ils sont fous. »

      « Les sciences humaines allaient déjà déclinantes avant cette crise » : on avait dit pas les dents !

      Et surprise : ceux qui sont censés tirer leur branche – leur spécialité- vers une humanité retrouvée, une nouvelle civilisation, s’y accrochent. Bien sûr qu’il y a synchronie, bien sûr que c’est la société, que dis-je la civilisation, l’arbre, qui change. Bien sûr que les différentes branches que chacun peut voir changer pour peu qu’il s’en donne la peine… espérons que ce sera la prochaine étape… l’éternité c’est long, surtout vers la fin… on peut toujours rêver… ça ne coûte rien… mais ça porte ses fruits… sont chacune une image du changement de l’arbre. Le singe, lui, a quitté sa branche. Bien ou mal, chacun peut en juger. Mais il l’a fait. Elle était trop petite pour lui. Il lui fallait découvrir son environnement. Bien ou mal…

      L’école n’apporte plus un savoir : elle prépare à l’activité imposée. C’est une « école d’entreprise ». Et comme l’entreprise n’a plus grand chose de crédible à proposer…

      « – Dans le système judiciaire, comment faire croire au prévenus ou condamnés, qu’ils ont un avenir, que la société fait sens… ? » : j’vois pas.

      « – En psychiatrie, guérir pourquoi ? Ne vaut-il pas mieux rester fou ? » : je suis fou et ne suis donc pas objectif. Désolé. Faudrait demander à un psy.

      « Pas de figure charismatique en Egypte, et pas d’idée charismatique non plus, sauf de rendre la pyramide du Louvre aux égyptiens. » : cultissime.

      Appréciation : Monsieur, votre message s’apparente davantage à un billet d’excellente facture. Les sciences seraient fort inspirées de s’interroger sur la synchronicité de l’écriture de ce billet et l’écoute de Rihanna.

      Bonne journée

      PS : Merci.

    5. http://www.skolo.org/

      « L’Appel pour une école démocratique (Aped) est un mouvement Belge de réflexion et d’action qui milite en faveur du droit de tous les jeunes d’accéder à des savoirs porteurs de compréhension du monde et à des compétences qui leur donnent force pour agir sur leur destin individuel et collectif. »

  19. Marie-Noëlle Lienemann fustige « le pacte de compétitivité », des propositions chères à Nicolas Sarkozy et à Angela Merkel. Elle dit non à ce que l’interdiction des déficits soit inscrite dans la constitution, à la fin de l’indexation des salaires sur l’inflation et à la retraite à 67 ans. Elle appelle la gauche française à s’unir pour refuser tout compromis.

    http://www.marianne2.fr/Pacte-de-competitivite-Une-menace-sur-le-modele-social_a202636.html

    1. Bernanke va remplacer Trichet à la BCE …..ou bien ils font un swap ..Trichet à la FED et Ben à la BCE !!
      Rien que pour voir la tête de Merkel ! (rires)

    1. Ils sont beaux !
      Souhaitons leur bonne chance ! Le courage, ils l’ont déjà prouvé !
      Cela fait date dans l’Histoire d’un Peuple !

    2. Ouch …
      On prend un coup de vieux, avec nos manifs contre la réforme des retraites (je vais pas me faire que des amis, là … et pourtant, j’y étais aussi).

    3. Merci pour cette mise en ligne du clip que j’avais découvert à chaud sur le site du Monde et son suivi en direct des évènements.
      Ma réaction était alors :
      C’est la « cairote », la marseillaise égyptienne ?.
      Je n’ai pas osé devancer l’évènement en ajoutant « les carottes sont cuites », lu par ailleurs sur le blog me semble t’il.

    4. Un article sur les dernières heures de Moubarak
      http://m.apnews.com/ap/db_15716/contentdetail.htm?full=true&contentguid=eGxT8BPm&detailindex=#display

      Il devait annoncer sa démission jeudi soir mais a surpris tout le monde en réécrivant son speech avec l’aide de son fils qui lui disait qu’il pourrait encore tenir. Evidemment, c’est Gamal qui a le plus à perdre ! (sa fortune est estimée à 17 milliards pour le moment). Certains ont remarqué qu’il y a une « malédiction des 3 speech » pour les tyrans séniles, et que les discours de Ben Ali et de Mubarak dans les mêmes circonstances étaient tristement proches dans leur rhétorique et le refus d’accepter la réalité !

    5. Traduction approximative:

      Je suis descendu dans la rue, jurant de ne plus revenir,
      J’ai écrit sur chaque mur avec mon sang,
      Nos voix ont atteint ceux qui ne pouvaient les entendre,
      Nous avons brisé toutes les barrières,
      Nos armes étaient nos rêves,
      L’avenir est aussi brillant qu’il nous paraît,
      Nous avons attendu très longtemps,
      Nous avons cherché sans trouver notre place,

      C’est le son de la liberté qui nous appelle, qui résonne dans chaque coin de rue de mon pays

    6. @Jeanne
      Les dernières heures de Ben Ali, pas mal, c’est croustillant et abrupt.
      Plus trivial, quelques éléments de langage prononcés lors de la fuite du couple présidentiel, pris sur le vif et que l’on peut lire dans le Nouvel Obs.
      http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110209.OBS7745/exclusif-l-histoire-secrete-de-la-fuite-de-ben-ali.html
      « Laissez-moi, je neveux pas y aller, je veux mourir ici dans mon pays » Ben Ali avant l’embarquement (émouvant !)
      « Bordel de Dieu ! Tu vas monter ! » Ali Seriati, chef de la police politique (monter au ciel ?)
      « Monte, imbécile, toute ma vie il aura fallu que je supporte tes conneries! » Leïla (l’épouse soumise)
      « Lâchez mon père, sinon je descends tous vous tuer ! » la fille Halima (quelle éducation !)
      Quel langage châtié.

  20. La Grèce dénonce une ingérence de l’UE et du FMI.ATHENES (Reuters) – La Grèce a accusé samedi l’Union européenne et le Fonds monétaire international d’ingérence dans ses affaires intérieures après avoir été invitée par ses créanciers à accélérer ses réformes et à procéder à davantage de privatisations.

    Vendredi, des inspecteurs de l’UE et du FMI sont venus en Grèce examiner la mise en oeuvre du plan de sauvetage qui a permis à Athènes d’échapper à la faillite. Ils ont donné leur feu vert au déblocage d’une tranche d’aide de 15 milliards d’euros, mais ils ont été plus critiques que lors de leurs précédentes visites.

    http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/la-grece-denonce-une-ingerence-de-l-ue-et-du-fmi-12-02-2011-1294793_240.php

  21. Bonjour,

    Ne jamais oublier qui il y a pire que la dictature, il y a la démocratie.

    On ne pourras jamais en France « dégagé » le pouvoir en place puisqu’il a été élu démocratiquement, même si il n’a jamais respecté ces promesses pour le quel il a été élu.

    Nous sommes passé de je pense donc je suis à je possède donc je suis.

    Le seul espace qui nous restes en « démocratie » est là désobéissance civile.

    Et merci aux pays magrébin pour cette leçon de démocratie sans haine, ce qui n’est pas le panache de touts ses élites politiques, financiers, philosophes qui nous disent ou est le bien ou le mal.

    Le mal ses eux (les élites) et donc avec eux le pire est sur.

    Maintenant la voie aux peuples et la fin de ses élites à deux dinars six sous.

    A tout les peuples de notre monde un seul choix Là Révolution sans haine.

    Bien a vous YOO

    1. Ne jamais oublier qui il y a pire que la dictature, il y a la démocratie.

      Vous voulez sans doute parler de cette caricature de démocratie:

      Raison de plus pour que nous examinions ce qu’est notre démocratie et quelle est son utilité, avant de prétendre, obsession de notre époque, la rendre obligatoire et universelle. Cette caricature de démocratie que, tels des missionnaires d’une religion nouvelle, nous cherchons à imposer au reste du monde n’est pas la démocratie des Grecs, mais un système que les Romains eux-mêmes n’auraient pas hésité à imposer à leurs territoires. Cette sorte de démocratie, rabaissée par mille paramètres économiques et financiers, serait parvenue sans nul doute à faire changer d’avis les latifundistes du Latium, devenus alors les plus ardents des démocrates…
      Que reste t’il de la démocratie. Par José Saramago

    2. @Yoo: déprécier la démocratie n’arrange que les Mollah, les Marine Le Pen, les monarques (si si on en a en Europe). Il me semble plus facile de faire dégager un gouvernement que de faire sauter 2 gouvernements (clin d’oeil à ceux qui aiment les monarchies parlementaires).
      Ce que demandent les peuples tunisiens et égyptiens c’est que leur voix compte aussi, autant que le flic du coin, le gouverneur du coin. Et pas en laissant les chefs locaux faire amener un autobus de femmes et vieillards du village en leur donnant seulement le bulletin du parti au pouvoir ou en leur disant de cocher tel ou tel dessin.

    3. Sommes-nous en démocratie ? – renseignements généreux
      « La démocratie représentative, ses conséquences et ses alternatives

      La France est une démocratie, plus précisément une démocratie représentative. Telle est la réalité enseignée par les professeurs d’éducation civique dans les écoles, tels sont les sous-entendus de la plupart des médias, tel est l’idéal auquel se réfère la quasi-totalité des politiciens. En sommes-nous si sûrs ? Voici de quoi semer le doute, voire d’imaginer des alternatives… »

      Critique le la brochure « Sommes-nous en démocratie ? » – Collectif Lieux Communs

    4. @chris06: je signe à deux mains l’extrait de José Saramago. Que quelqu’un le dise et le pense, cela me remplit déjà de la même joie que le type qui est pris pour un fou à dire que la terre est ronde et rencontre un jour quelqu’un qui pense pareil.

  22. Quel bonheur de voir cette joie éclatante sur tous les visages, cette fierté calme aussi ! Merci Paul !
    Dans un tout autre contexte, en manifestant à Paris contre l’opération plomb durci, j’avais été frappée par la beauté des expressions, par la sérénité particulière qu’apportait, face à l’horreur de l’agression guerrière, notre « agir ensemble », français d’origine arabe et français d’ici. Je repense aussi à ces manifestations profs-parents d’élèves en Seine-Saint-Denis, où les mamans voilées défendaient avec acharnement et entrain notre service public d’éducation particulièrement mis à mal.
    Aujourd’hui la joie rayonnante des égyptiens victorieux de la dictature chantant leur exploit en famille est un encouragement pour tous ceux qui désirent une nouvelle donne et agissent à leur niveau pour qu’elle advienne.
    Certes je pensais ça aussi lors de l’élection d’Obama, et depuis je déchante un peu. Mais ne nous laissons pas impressionner… l’histoire a plus d’un tour dans son sac.

    à Samuel Génissel
    merci pour votre avis encourageant ! Cette idée de scénario serait peut-être plus à sa place dans une pièce radiophonique , un film ou un roman, que sur ce blog où elle ne semble pas susciter beaucoup d’interêt !

    à Yvan , à Piotr
    J’ai découvert, dans Aux armes historiens d’ Eric Hobsbawn qui cite en annexe les Cahiers de prison de Gramsci, ce parallèle éclairant : « Pour les mêmes raisons que le Tiers Etat se désagrégeant une fois l’Ancien régime vaincu, que les jacobins ne s’autorisant pas à confier le destin de la Révolution au suffrage populaire conduisant le peuple à l’indifférence politique, quelques poignées de bolchéviks livraient leurs combats sur le corps inerte des masses soviétiques ». Et que la référence livresque à Thermidor, lors de la NEP, avait suscité un déchainement de passion extraordinaire, et stérile. En Egypte c’est une toute autre configuration, non ?

    à Paul Jorion
    Auriez-vous une idée pour des équivalents contemporains du duc d’Aiguillon et du vicomte de Noailles ? Je ne crois pas que Pebereau et Arnaut soient crédibles dans le rôle ! Mais il faut peut-être créer de toutes pièces les personnages !

    En revanche on peut trouver une analogie entre vos travaux et ceux d’un juriste éclairé, Boncerf, collaborateur de Turgot, dont une brochure Les inconvénients des droits féodaux préconisant leur rachat et/ou leur abolition, fut lacérée et brulée en place de Grève sur arrêt du Parlement de Paris en 1776… 13 ans avant la Nuit du 4 août !

    Nous sommes maintenant en démocratie et la censure n’existe plus de cette façon, mais ne peut-on pas dire que la production d’ analyses identifiant les principales failles d’une époque et préconisant des solutions est un signe précurseur, au minimum, de mutation ? Ces idées n’attendent que l’énergie et la détermination populaires, appuyant ici, de nos jours, les « bons » bulletins de vote (cf 1936) pour entrer en application , faisant franchir à la société une nouvelle étape historique. Avant la catastrophe annoncée espérons-le.

  23. « La santé économique des pays développés est actuellement très liée au prix du pétrole. » – Bernard Durand

    http://biosphere.blog.lemonde.fr/2011/02/13/le-pic-petrolier-vu-par-bernard-durand/

    « La faute est collective, il n’y a pas droite ou gauche sur la question, il n’y a pas électeurs ou élus, on s’est tous vautrés, on a beaucoup trop attendu pour faire les choses en douceur. Mais si nous en le faisons pas maintenant de manière extrêmement musclée, ce qui nous attend n’est pas du tout ce que conçoivent les politiques dans leurs programmes électoraux pour 2012. » – Jean-Marc Jancovici

    http://biosphere.blog.lemonde.fr/2011/02/14/le-pic-petrolier-vu-par-jm-jancovici/

    J’aime bien cette idée selon laquelle la faute est collective, c’est pour moi le seule source d’espoir.

    1. Ben voyons…
      Tout le monde est responsable= Personne n’est responsable.
      C’est très – trop!- pratique. « Allez on efface tout… » Ben voyons.

      Du reste, après avoir lu quelques articles de ce blog (en particulier celui concernant la bioéthique qui m’a bien fait halluciner, et pas dans le bon sens vu la qualité des arguments émis…), il me semble qu’on nage dans le fondamentalisme vert le plus religieux/obscur.
      C’est amusant deux minutes. Mais deux minutes seulement.

    2. – Je ne saisis pas du tout la logique qui se cache derrière tout le monde est responsable donc personne ne l’est. Qui dit cela ? Dans quels contextes ? Pourriez-vous développer ?

      – D’après moi nous sommes plus dans – au choix – les spéculateurs, les financiers, les banquiers, les politiques, les capitalistes, les néo-libéraux, le libéraux, les socialistes, les riches, les impérialistes, les occidentaux, les fondamentalistes, les autres, etc … – sont responsables de la crise, donc je n’en suis pas responsable, et du coup il est hors de question que l’on revienne sur MES acquis. Comme tout le monde tombe d’accord pour accuser l’autre de tous les maux, c’est la recette parfaite pour que rien ne change. La paralysie à tous les niveaux ne reflète rien d’autre que notre incapacité croissante à se mettre d’accord sur ce qui se passe et sur les réponses à y apporter si on veut y faire face.

      – Je pars du principe que tout le monde a une part de responsabilité bien que cette part de responsabilité soit très variable. Mais soyons logiques, comment accuser l’autre d’avoir une poutre dans son oeil si on ne reconnait pas avoir une paille dans le nôtre. Et puis il faut aussi prendre en compte le fait qu’un ballot de paille puisse peser plus lourd ou être plus volumineux qu’une poutre. Pas simple donc.

  24. François Morin : « Il faut fermer Wall Street »
    Un économiste qu’il faudrait lire.
    Il devrait être d’une aide certaine pour un soutien à votre argumentaire sur les produits dérivés.

    Bonne journée.

Les commentaires sont fermés.