LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 4 MARS 2011

Présidentielles françaises en 2012
Sergent Manning
Julian Assange
Sergey Aleynikov
La manipulation du prix des actions
Lloyd Blankfein
Le prix à payer pour sauver un système à l’agonie
La nuit du 4 août 1789

Note, le 5 mars : Hier matin j’émettais dans la vidéo ci-dessus l’hypothèse qu’il existe désormais un « accord de coopération » à l’amiable entre les dirigeants de Goldman Sachs et les autorités américaines, judiciaires et/ou financières. Ce qui le fait supposer, c’est qu’aucun des dirigeants de la firme n’a été inculpé en dépit de la gravité de l’accusation portée à son encontre lors de l’audition au Sénat le 27 avril 2010 : qu’en vue d’un gain, elle a procédé à une destruction délibérée du système financier américain par une utilisation massive de CDO (Collateralized Debt Obligations) synthétiques portant sur des CDO structurés par ses propres soins de manière à ce que leur dépréciation soit maximale.

Cette hypothèse a reçu un début de confirmation dans l’après-midi puisque le Wall Street Journal titrait : Goldman’s Blankfein Agrees to Testify at Insider-Trading Trial : « Blankfein de chez Goldman accepte de témoigner dans un cas de délit d’initié ». Blankfein témoignera à charge, à la demande du procureur.

Pourquoi Blankfein a-t-il accepté, se demande le Wall Street Journal, au risque de présenter sa firme sous un éclairage défavorable ? Si mon hypothèse est correcte, la question du WSJ pèche par sa naïveté.

Partager :

231 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 4 MARS 2011 »

  1. @ Monsieur Jorion,

    Comme vous le dites, l’exercice que vous vous imposez n’est pas facile mais vous vous en acquittez admirablement ; continuez.

    Cdt.,

    1. Pourquoi ne pas pousser des cris d’orfraie comme le fait Mr Attali dans le dernier numéro de l’Express.

  2. Votre billet, comme d’habitude, est tout de bon sens, merci.
    Le point un peu nouveau, c’est votre manière « voilée » de dire les choses.

    Comme si vous craigniez de les dire frontalement (« Oui, nous sommes gouvernés par des voleurs en bande…Oui, nous risquons de sombrer dans une aventure de type néo-fasciste…Oui, si nous tentons de résister, ils nous exécuteront, ils ont d’ailleurs commencé…)

    Cette prudence, qui vous permet de rester « l’anthropologue qui, le premier, etc… », vous honore, quelque part… Et elle est sans doute nécessaire…
    Mais elle nous fait froid dans le dos.

    1. Salut,

      Exactement mon ressenti à propos de certains sujets (peu ou pas évoqué par M. Jorion)

      Curieux que ce soient les mêmes sujets qui soient si peu débattus dans nos médias (occidentaux), car finalement des thèmes comme la démocratie, l’impérialisme (voir le colonialisme), l’injustice et autres crimes sont dans la même lignée mais curieusement certains (pays) sont toujours mis sous les feux de la rampe et d’autres (amis) sont souvent protégés des projecteurs…

      Comme le dit Paul Jorion au sujet de la finance telle qu’elle est dirigée actuellement, pendant combien de temps encore allons-nous continuer ainsi ?

      @++

  3. Il est vrai que voir des gens au sommet défendre à nos dépends (à n’importe quel prix tant que c’est nous qui payons) leur système incite au conflit. Il est aussi vrai qu’il y a là un méchant piège logique. Si je refuse le conflit, j’accepte ce système et les broyages de personnes qui sont appelés à se multiplier. Si j’accepte le conflit, je donne aux défenseurs du système des raisons « objectives » de nous serrer la vis avec des lois du type « Patriot Act » ou de mener des interventions du type Iraq Le broyage de personne passe à la vitesse supérieure. Khadafi est dans cette logique.

  4. Je vous rejoins sur le caractère secondaire du fait de savoir qui sera président de la République Française , dans la mesure où l’on a de plus en plus le sentiment que , même porté des meilleures intentions , l’heureux élu ne pourra rien s’il n’est pas propulsé par un élan populaire massif qui , conscience prise des impasses et malhonnêtetés du système financier capitaliste , bouscule les positions acquises pour ambitionner autre chose .

    La campagne électorale , si quelques candidats veulent bien s’emparer des analyses et propositions faites ici , peut par contre contribuer à cette prise de conscience , quelque soit l’élu final .

    Avec , pour moi, les deux cliquets immédiats proposés à Karima Delli et ceux qui voudront bien s’en emparer :

    – l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix , pour se soulager fortement dans un premier temps de la tyrannie de la folie spéculative sans raison d’être .Renvoyer le marché dans ses cordes.

    -Le RIP , le vrai , pour que la démocratie reprenne vraiment les rènes de la République aux mains d’une oligarchie confiscatoire du pouvoir ( et en particulier de la Constitution ) qu’elle offre d’ailleurs en champs de jeu au marché .

    Au delà de ces attendus débats de campagne là , la purge des peuples européens qui se prépare dans les proches semaines , peut utilement contribuer à ouvrir les yeux et faire monter la pression du trouillomètre , au point peut être de nous rendre capables ( en masse) de faire ce que nous disons ( en petits comités à rassembler ) .

    Il est donc bienvenu qu’une lecture des « mises au secret  » , ou au contraire des  » mises à l’abri » avec ou sans caution , vienne rappeler l’âpreté et la vanité des règlements de compte de la finance capitaliste .

      1. @ Zébu,

        Que veux-tu dire à Juan, Zébu ? Tu nous a pourtant parlé du destin des pétitions .

        Pétitions. Manifs. Vote.
        Nous savons tous ici que l’ami Juan est fidèle au vote, et il propose encore dans ce commentaire un moyen de préserver son utilité démocratique.
        Les pétitions – ou les manifs à répétitions que j’évoquais avec Blandine Keller – ne risquent-elles pas d’affaiblir un peu plus la force du vote …ou du non-vote ?
        Je fais un peu mon « Crapaud Rouge » ici ; je pose la question avec une fausse naïveté. Rappelle-toi, la question du vote nous avait déjà entraînés avec Juan, Martine, Louise et d’autres dans de bons échanges, en mars de l’année dernière, juste avant les élections régionales .
        Depuis dix ans mes certitudes disparaissent jour après jour (l’âge ?), mais j’ai toujours une lueur d’espoir qu’il y ait encore quelque chose d’actif dans ces trois outils d’expression de la démocratie. Tu sais combien ça me fait chier d’avoir perdu le chemin de l’isoloir et, comme toi, je cherche partout des raisons d’y retourner un jour. De bonnes raisons.

      2. Comme Jean Luc , qui est mon ange gardien , je ne traduis pas sans ambigüïté cette proposition .

        En l’état, je me contente d’avancer deux demandes « clés » pour avancer vers un avenir plus garanti pour la démocratie . J’attendrais plutôt un écho politique via ce blog , pour autant que je ne suis pas le seul à penser ce que je pense .

        Avec un ou deux échos de candidats 2012 , ET une ambition sur ces deux points partagés par un grand nombre de  » comités révoluiionnaires » dont quelques européens , il serait alors temps de manifester par tous moyens l’appui à celles et ceux qui porteraient comme prioritaires ces deux chantiers .

        Autant dire qu’une pétition ( je ne sais d’ailleurs pas quel texte elle porterait , sauf à , sans doute, reprendre les pétitions ici même proposéees dont une par un certain Zébu ) , ne me parait pas aujourd’hui l’outil adéquat pour susciter des vocations , sauf si le million de signatures géographiquement réparties est rapidement atteint .

        Je préfère une campagne électorale sur le fonds , médiatique et médiatisée ( et tous les petits ou moyens partis ont une chance inouï d’être en position de poser les bonnes questions et peut être de suggèrer de bonnes réponses ) . Ce serait d’ailleurs rigolo et positif qu’on se retrouve au deuxième tour avec trois candidats dont un qui aurait mouillé la chemise sur ces véritbales questions de choix de société et non pas de choix de consommation .

        Mais si aucun héraut ne se présentait pour porter mon drapeau en deux points , je serai bien marri et , comme on dit chez Renault , j’en  » tirerai toutes les conséquences  » .

        Mais d’ici là , les syndicats et la rue auront peut être redonné de la voix ( pas électorale celle là ) .

      3. @ juan nessy,

        Depuis le début de nos échanges, Juan, je ne suis pas sûr du nom de celui qui, de nous deux, est l’ange gardien de l’autre …en tout cas, l’ange fait son boulot !

        Sinon, vous pourriez nous rappeler (peut-être par un lien vers un de vos premiers commentaires sur le sujet) la signification pour vous du RIP ? …puisque ce n’est pas Requiescat In Pace 😉 .

      4. Jean Luc :

        RIP=RIc = referendum d’initiative populaire ( ou citoyenne au choix ) .

        Mais , que vous me posiez la question augure mal du million de pétitionnaires ……

      5. @ juan nessy,

        Pour que mon jeu de mot à deux euros fonctionne, j’ai mal tourné ma phrase. Je voulais vous demander quel rôle (signification) vous donnez au RIP dans le fonctionnement démocratique (pour quelles occasions précises, par exemple, réunit-on le millions de pétitionnaire). C’est un sujet sur lequel je n’ai pratiquement rien lu, et auquel je n’ai pas bien réfléchi.
        Rappelez-vous, Juan, les discussions étranges qu’ont amené les deux RIP en Suisse l’an dernier. Certaines personnes, mécontentes du résultat, ont même oser dire que tant que le peuple n’était pas éduqué (sous entendu « à bien voter »), il fallait laisser ce travail de vote aux seuls représentants du peuple.
        C’est pour ça que je vous demandais, éventuellement, un lien où vous en auriez parlé plus longuement chez Jorion.

      6. @ Jean-Luc :
        Bonne mémoire …
        Oui, le destin des pétitions est d’aller au fond du jardin : se soulager.
        Idem pour les manifs à répétition (ça use les souliers).
        Et je me rappelle bien des échanges lors des précédentes élections. Une élection où mon représentant déclarait que s’il était élu, il serait remplacé 1 an après par quelqu’un d’autre et qui finalement mourut, 1 an après.
        J’ai bien fais de n’être pas allé voté. Je ne regrette donc rien.

        Mais je retiens la proposition de Juan.
        Et lui pose la question : et si personne ne prenait, quelles conséquences en tirer ?
        Et comment faire venir à soit les partis sur ces questions sans y participer ?
        Ce qui pose dès lors le problème de la participation politique et pour l’avoir vécu, je ne le revivrais pas.

        Entre charybde et sylla, il y a un chemin.
        Il est étroit.
        C’est celui de l’insurrection civique.
        Soit la participation à un manifeste, qui n’est pas une pétition. Car la pétition n’engage personne, surtout pas son signataire.
        Le manifeste part, lui, du principe inverse : le signataire partage le contenu du manifeste, qui contient une définition des conséquences à en tirer, d’ors et déjà définies.
        C’est l’inverse d’un chantage (la pétition : voyez comme je suis gros ! Obéissez ! Ou … ou quoi ? Ou … ben je sais pas, on verra bien le moment venu, quand nous fumes 10 000, me retrouvâmes tout seul face à moi même).
        C’est un manifeste qui définit l’objet et les conséquences pratiques en rapport à l’objet.
        S’il se passe cela, voici ce qu’il se passera et je m’engage, en tant que signataire, à faire cela.
        S’il se passe ceci, ….

        Bref, comme tu dis, je ne me résous pas.
        Il me semble qu’il doit y avoir un nombre important de citoyens dont le ras-le-bol quant à la manière de faire de la politique atteint des cimes himalayesques.
        Surtout, de partager le fait que cette fois, c’est fini : plus de vote sous forme de chèque en blanc.
        D’où l’importance du RIP (référendum d’initiative populaire). Vraiment.
        Mis aussi de l’interdiction des paris sur les fluctuations des prix.

        C’est pourquoi je pensais à un MANIFESTE, civique en premier lieu, qui diras ceci :

        « Fini le temps du chèque en blanc. Finis l’accusation de populisme quand les plus populistes n’offrent aucunes réponses dignes, qu’elles qu’elles soient, à la crise actuelle.
        Fini aussi la culpabilisation quant aux votes des extrêmes : ces extrêmes se nourrissent de l’incapacité des partis à fournir autre chose qu’une conquête du pouvoir.
        Nous citoyens, nous engageons à voter blanc ou à s’abstenir, selon nos convictions propres, si aucun parti n’intègre dans son programme des mesures d’urgence qui devront être mises en oeuvre impérativement. Dans le cas où plusieurs partis porteraient nos revendications, le choix entre les différents programmes relève uniquement de l’intime conviction de chaque signataire sur son choix de vote. »

        Les mesures impératives (non négociables) :
        1/ mandat unique, renouvelable une fois et incompatibilité entre mandat électif et mandat exécutif
        2/ véritable référendum d’initiative populaire, sur la base de 1 000 000 de pétitionnaires au niveau national ou de 2% du corps électoral pour les autres circonscriptions
        3/ interdiction des paris sur la fluctuations des prix
        4/ interdiction des paradis fiscaux
        5/ reconnaissance du vote blanc

        Les mesures non impératives :
        6/ création d’un congé de formation aux fonctions d’élu ouverte à tous les citoyens éligibles
        7/ remise à plat de la fiscalité sur la base de la justice sociale

        Charge ensuite aux partis politiques de se positionner.
        Ou pas.
        Mais l’occasion est historique.
        Car il faudra pour tous les partis pouvoir passer le premier tour (d’ailleurs je signale à Juan qu’au second tour des présidentielles, il n’y a pas 3 mais bien seulement deux candidats).
        Avec la montée en cours du FN, plus ce manifeste récoltera des signatures avant les élections, et plus son contenu commencera à … prendre du prix.

        Je ne fais qu’appliquer la théorie ‘maison’ (« Paul, tu m’en sers un ‘maison’ !!) : le statut social est plus important que la quantité pour déterminer la formation du prix.
        Pour les abstentionnistes ou les ‘blancistes’, quelque soit leur nombre (sauf à voir un raz de marée dont l’effet sera dévastateur, ce dont je me refuse), le statut social (politique) du vote blanc/abstentionniste est … proche de zéro. Sinon à entendre toujours les mêmes discours qu’après le premier tour, les hommes politiques iront ‘convaincre’ les abstentionnistes …

        A l’inverse, si tu y réfléchis bien Jean-Luc (et Juan et Martine et Louise et…), permettre à ces sans voix d’obtenir un statut social (politique) collectif et important, qui plus est avec un fond qu’on pourrait qualifier de ‘substantiel’, cela n’a rien à voir.
        Dans ce cas, on instaure un rapport de force sur la base de propositions et d’actions concrètes, avant les élections, dont le but sera que le maximum :
        1/ de partis intègrent ces propositions dans leurs programme
        2/ de positions politiques et de débats tournent autour de ces propositions
        3/ de députés ne soient élus sur la base de ce programme
        L’objectif n’est pas : ‘tous pourris !’
        L’objectif est au contraire : ‘plus de politique !’
        Soit, dans la détermination du prix démocratique, l’instauration d’un rapport de force par l’instauration d’un statut social fort et susceptible de s’imposer à un minimum de partis.

        Dans le pire des cas, de toute façon, le citoyen reste, en son âme et conscience, dans l’isoloir, libre de voter et de voter pour ce qu’il veut si vraiment ce type d’action échoue (si aucun parti n’intègre aucune proposition).

        Dans le cas inverse, qu’est-ce qu’on aura ?
        Un positionnement individuel inaudible et asocial politiquement.
        Et dans l’autre cas, la confortation du système actuel, sans rapport de force autre que de pouvoir changer de parti pour poursuivre la même politique, peu ou prou.
        Ou même la tentation du pire : foutre le système en l’air avec le FN (c’est une tentation qui augmente sérieusement et que l’on doit considérer, nous, citoyens, car les partis ne le font pas, au contraire).
        Proposer ce manifeste, c’est proposer une alternative politique pour éviter la désespérance politique (FN), individuelle (abstention), anonyme (vote blanc) ou par défaut (vote).

        Qu’est-ce que quoi alors ? Qu’est-ce qu’on risque ?

      7. @ Zébu,

        Lu ! (et en phase d’approbation, ou plutôt de maturation dans ma petite tête)
        Un bon résumé de tous tes épisodes précédents – j’en avais raté certains. Hélas pas le temps aujourd’hui de poursuivre le dialogue, Zébu. On se recroise bientôt.

        PS : pardon d’insister comme Juan, mais la question sur la « pétition (qui) aurait l’heur de (l’) agréer », c’était juste pour intéresser la partie ? Comme tu le dis, un manifeste est d’une meilleure nature.

      8. @ Jean-Luc :
        Oui, c’était juste une invitation.
        Les choses aussi ont maturé, depuis notre débat à tous durant les régionales.
        On a besoin de l’Autre pour pouvoir mieux connaître ce que nous voulons exprimer.

        Il me semble que ce que je dis maintenant est plus cohérent ou en tout cas mieux explicité que ce que je n’avais pu exprimer sous le coup de la colère.

        Néanmoins, j’attire ton attention sur un des points, dont je parle fréquemment depuis quelques semaines : la montée du FN, que le PS ne ‘voit’ pas (en fait, il la ‘voit’ mais ne la ‘sent’ pas : il ne l’identifie ps).
        Côté UMP, les choses sont différentes : ils ont créé un ‘monstre’, pensant le contrôler ou le retourner contre leurs adversaires. Et il se retourne contre tous.
        Bref, c’est un point que je mets en avant, dans cette proposition.
        Elle est d’actualité.
        Et elle est d’importance.
        Comme disait Paul Jorion, il n’y a plus que nous, les citoyens.
        Mais j’y reviendrais.
        A+

      9. @ Juan :
        Aucune ambiguité. Pas de provocation ni d’ironie.
        Une véritable invitation à la réflexion et à l’action.
        Il est vrai que je vous ai habitué à une production plus amples et plus chaotique que celle-là, d’où ‘l’ambiguité’ … 🙂

    1. Si le détective comprend bien, vous pensez que les propositions ici et ailleurs sont formulées pour être utilisées pour une campagne présidentielle, comme on parlait de campagne dans les temps anciens pour parler de guerre.
      Je me doutais bien que c’était là que résidaient les désirs à demi exprimés, ou non exprimés, de quelques uns, mais cette attitude est-elle une obligation pour participer ?

      1. Non , c’est juste une façon de semer la graine partout .

        Dans des terrains arides ou réputés plus fertiles .

        Inlassablement ( encore qu’avec l’âge …).

        Je m’étonne ( encore) cependant parfois qu’on me reproche de semer …là , plutôt que de se prononcer sur la qualité de la semence .

      2. Vous avez bien raison de vouloir semer et nous sommes nombreux ici à s’y essayer.
        Il est vrai que la qualité de la semence est plus importante que le geste, mais en sus de la qualité, il faut parler de son origine et aussi des engrais sans oublier la qualité du sol dont on peut se demander s’il est toujours arable compte tenu de tous les empoisonnements qu’il subit.

        A lire au propre et au figuré.

  5. Oui, nous en sommes à titre individuel au choix si bien exprimé de ce vieux Winston :
    Le déshonneur ou la guerre ? Et sachant fort bien que choisissant le premier nous aurons la seconde, à quoi sert d’attendre ?
    Quand ne rien faire nous transforme en collabo de fait…

    1. Un peu brut de décoffrage cet argument : « Quand ne rien faire nous transforme en collabo de fait »
      Que faites-vous et que peut-on faire qui ne se limite, pour l’heure, à de la gesticulation et du phrasage?

      Idées en vrac :
      – fermer son compte en banque et en ouvrir un dans une banque coopérative
      – se faire un devoir d’aller aux manifs, avec les enfants s’il le faut, tant qu’elles ne tournent pas systématiquement à l’émeute
      – développer des rapports de bons voisinage et se remettre à parler aux inconnus que nous connaissons pourtant : le boulanger, le facteur…
      – joindre les mouvement en ligne tels que aavaz, RobinWoodTax, revolution-fiscal, PositiveMoney, etc…

      Quoi d’autre?

      1. Ouais, ça c’est déjà pas mal pour montrer qu’on est pas content, mais comme dirait Chirac, ça leur en touche une sans faire bouger l’autre ! La gesticulation et le « phrasage » sont à prendre comme un échauffement, une mise en jambe.
        Non, va falloir passer à du plus musclé comme de l’autre côté. Il n’y a guère que la foule qui gronde dans la rue qui puisse les inquiéter. Ici aussi, il y aura, un jour ou l’autre, un évènement, une étincelle, comme un type broyé par le système qui n’aura plus rien à perdre et qui ira s’immoler dans le hall d’accueil du siège de la BNP, ou un truc fou comme ça. Notre indignation et notre exaspération feront le reste, dans le désordre et la confusion, avec tous les risques de récupération que cela suppose.
        Mais ce n’est qu’à ce moment-là que nous quitterons enfin notre triste condition de collabo passif.
        Je ne pense pas qu’il faudra attendre très longtemps car vu la façon dont ils nous sucent le sang, des gens qui n’auront plus rien à perdre, on va bientôt en trouver à la pelle. C’est un peu cynique, je le reconnais bien volontiers, mais en matière de cynisme, nous avons des maîtres face à nous.

      2. Sylvain,
        J’ai un petit texte, qui devrait vous donner une réponse.
        J’y mets deux choses en présence la violence et l’humour.
        Le première forme est celle qui a été utilisée dans le Maghreb et une autre qui peut être utilisé dans nos pays dits « démocratiques ».
        Cet humour est un humour sarcastique. Un humour qui fait mal, qui montre l’absurde d’une situation et qui montre du doigt celui qui faute comme un con.

      3. Il n’y a guère que la foule qui gronde dans la rue qui puisse les inquiéter.

        il suffit d’observer comment furent (très) promptement interdits les apéros géants.

        le citoyen est un ennemi. ses réunions un danger si elles ne sont pas encadrés par un service d’ordre conséquent et infantilisant.

      4. Quoi d’autre ? Voter pour un parti qui refuse le système. En France ce n’est pas le choix qui manque hélas ! (je dis hélas car cet émiettement laisse le champ libre à…)

        (je ne mets aucun nom car ici on ne fait pas de politique)

  6. A mon sens, votre analyse sur le prix à payer est bonne, quoi qu’il y manque la mise en perspective historique à mon goût: On a en effet observé au cours du déroulement de la crise que les dirigeants cherchaient d’une part évidemment à sauver le système, mais d’autre part s’évertuaient à rechercher la solution la moins coûteuse possible.

    En somme, ils se complaisent dans l’idée qu’il existe un juste prix au maintien du système. Ceci les a conduit comme nous le savons à formuler un premier plan de sauvetage, puis un second, puis à se faire prendre le bras dans l’engrenage de la dette publique financée par ceux-là même qui venaient d’être sauvés par elle, etc.

    La notion que vous évoquez ensuite il n’y a pas de prix trop élevé à payer n’est effectivement comme vous le laissez entendre qu’une conclusion provisoire, de guerre lasse, mais qui ne saurait perdurer.

    Ainsi, il existerait bien un juste prix pour assumer l’effondrement du système, mais il ne lui est pas intrinsèque. Il est déterminé par la capacité de résilience des populations. Dans nos contrées gavées de longue date au consumérisme de masse, cette résilience est évidemment plus forte que dans des pays déjà exsangues avant l’effondrement.

    Pour autant on doit concevoir l’idée qu’elle ne soit pas illimitée et qu’au delà d’un certain seuil, la résilience laissera sa place à la révolte. Nos dirigeants feraient preuve d’une authentique sagesse en n’attendant pas ce point de rupture pour réagir comme il convient. On peut toujours rêver…

  7. Il faut quand même dire un mot de ce qui est en train de se passer en Tunisie et en Egypte.
    C’est tout de même assez impressionnant, de constater, qu’en Tunisie par exemple, le peuple et les manifestants ont pu :
    – chasser du pouvoir un dictateur,
    – imposer un premier changement de gouvernement puis un second (pour virer les ex-dirigeant du parti de l’ancien régime),
    – imposer un changement de premier ministre avec un nouveau gouvernement,
    – et finalement obtenir une assemblée constituante, où, chose très importante, seuls les partis ayant participé ou soutenu la révolution, pourront se présenter (donc, exit le RCD).
    Le tout, en l’espace … de moins de 3 mois !!
    Pour rappel aussi, en Egypte, Moubarak est interdit de sortie du territoire et ses avoirs à l’étranger gelés. Quant au premier ministre, il vient de démissionner et une réforme de la constitution sera proposée à référendum dans les jours à venir.
    Et tout ça en … moins de 2 mois !!

    Si la suite n’est évidemment pas écrite, il faut quand même admettre que ce qui a été écrit restera gravé dans les pages de l’Histoire …
    Des raisons d’espérer.
    Mais quoi ?

      1. Plus je préfère acheter d’abord d’autres petits sacs de sable sur les marchés, et moins l’eau commence à rentrer et envahir les maisons, Oh grand merci à toi, toi le premier grand marchand de sables de ce monde comme de l’histoire.

    1. Il est dès fois réconfortant de constater que l’on ne connaît pas la fin d’une histoire et que l’on peut parfois s’autoriser à rêver.

      Un point de non-retour a largement été franchi, qui dépasse les frontières du monde arabe. Que le vent de la liberté – et de la lutte contre la misère – souffle de l’autre côté de la Méditerranée est plus qu’inattendu mais a d’autant plus de force. Notamment celle de l’exemple, si l’on considère les contextes occidentaux où il ne s’est que marginalement levé.

      D’Oman au Maroc, ce vent ne s’exprime pas seulement un profond désir de liberté, mais aussi un énorme espoir de justice sociale. Désormais lancé, ce moteur-là mettra du temps à caler. Cela sera toujours cela de pris.

      1. Un point de vue intéressant mais … très orienté :
        « Il est quand même normal que les Grecs et les Irlandais se serrent la ceinture pour compenser les débordements antérieurs, non ?  »

        Arghhhhhhhhhhhhhh !!!!!!

      2. Attendez le 26 mars pour un exemple venu du nord. De Londres précisément où sont attendus des milliers de manifestants contre les projets de massacre budgétaire par la coalition « ConDem » (Conservateur et LibDem – « condamnés ») du gouvernement Cameron.

        http://marchforthealternative.org.uk/

        Le chaos social qui s’annonce en UK dépasse de bien loin ce qui, en France pousserait à un gréve générale!
        Fermeture des bibliothèques publiques, suppression de 50000 postes de personnel soignant dans les hôpitaux (et ce n’est qu’un début), suppression d’un demi-million de fonctionnaires sur 4 ans, appel au secteur caritatif pour prendre la relève des services sociaux. Bref c’est le démantèlement total du Welfare State tel que fondé après 45; un démantèlement violent et selon une idéologie ultra-libérale, dans un système de classes qui continue de pourrir les relations sociale dans ce pays. (les élites gouvernementales sont loin d’être impactées par les coupes qu’ils assènent à la population)

        Prenez-en de la graine les hexagonaux!! Car sous leur flegme et malgré la lobotomie politique infligée par Thatcher pendant 18 ans, les britanniques peuvent se montrer d’une extrême radicalité.
        D’abord les étudiants qui n’ont rien à perdre et se battent pour un futur bien sombre. Puis la « classe ouvrière » (« les pauvres »), et puis on remonte l’échelle sociale, car nombreux sont les « middle-class » qui commencent à sérieusement s’échauffer (prof d’université, entrepreneurs de la VRAIE économie à qui la banque coupe l’accès aux liquidités…)

        Look and learn !!

      3. François Leclerc, sauf votre respect, n’allez vous pas un peu trop loin dans l’interprétation des faits qui se déroulent en Tunisie et en Égypte ? Je n’ai pas entendu ni lu quelque part que ces deux peuples revendiquaient un « profond désir de liberté » ou « un énorme espoir de justice sociale ». Ne réclament ils pas plus modestement moins de contraintes et des conditions de vie décentes ? J’espère que vous avez raison sur le fond, c’est à dire qu’ils atteindront l’objectif de liberté et de justice sociale, mais aujourd’hui il me parait difficile de voir dans ces mouvements autre chose qu’un immense ras le bol.

      4. @ Didier

        Il y a un concours de paraphrase sur le blog et personne ne m’a prévenu ?!? Non, j’y suis, Didier… Deschamps ? 😉

        Intervieweur : « L’équipe a fait un bon match ! Vous êtes content ? »
        Didier Deschamps : « Non, au contraire, je pense que c’est un bon résultat et on a des raisons d’être joyeux »

        François Leclerc : « …profond désir de liberté, mais aussi un énorme espoir de justice sociale »
        Didier : « Non, au contraire, moins de contraintes et des conditions de vie décentes »

      5. Didier…
        Depuis des années ils subissent un racket policier.

        Demander de la Justice ne t’apparaît pas très utile, ici, en France, alors que les élus viennent de voter leur impunité.
        Et je ne vais pas évoquer un financement occulte de campagne…

      6. @ didier

        Lisez les reportages qui viennent de l’intérieur. Le reste est une affaire de qualificatifs !

      7. Les révolutions arrivent pour de bonnes raisons, mais elles débouchent difficilement sur des lendemains qui chantent ! En quelques années, les grandes nôtres ont d’abord débouché sur deux empires militaires; il a fallu presque un siècle et la déroute militaire de 1870, puis le massacre d’une insurrection populaire, pour atteindre quelque chose qui commence à ressembler à de la démocratie… Je préfère ne pas en espérer grand chose; s’il y a une bonne surprise, elle n’en sera que meilleure !

        Les choses vont plus vite de nos jours qu’il y a 2 siècles, d’accord, mais les chances de nouveaux pouvoirs militaires ou de dictatures islamistes me semblent supérieures. La Lybie est en cas particulier : cette réunion artificielle récente de la Cyrénaïque, de la Tripolitaine et du Fezzan pourrait bien éclater.

      8. l’europe de l’est s’est désoviétisée, l’europe de l’ouest devra bien se désaméricaniser, c’est dans le sens de l’histoire après tout.

        une vérité c’est que les tendances lourdes ne sont que rarement complexes, au grand dam de ces messieurs les ex-experts.

        et en parlant de grecs, ce qui attend l’europe unifiée c’est peut-être le destin de l’empire d’orient futurement byzantin, l’europe étant le centre réel de le civilisation mondiale pour des siècles. elle seule peut réaliser une gigantèsque o.p.a sur les amériques, entières. je m’égare.

        pour le meilleur, le progressisme libertaire américain, ou pour le pire, le conservatisme réactionnaire européen…

        mamma mia !

    2. Je note avec malice que vous voyez dans la mise en place d’une assemblée, la formation de partis politiques (et – en lisant entre les lignes- de l’apparition d’un régime représentatif sanctionné par les élections) une marque de progrès vers la démocratie en Tunisie (ce en quoi je vous rejoins). Comme, en France, vous militez résolument pour l’abstention (-nous en avons âprement discuté en temps utile), je me demande si vous n’opteriez pas pour la nationalité tunisienne pour ressentir à nouveau le plaisir du vote.

      Mais voyez comme je ne suis pas dogmatique : pour déloger leur abominable voisin, j’opte sans hésiter pour une solution purement militaire, et si possible à très brève échéance.

      1. ICI en Belgique PAS DE GVT,mais les syndicats et le partis socialiste en forme qui ne veulent pas la suppression de l’indexation ,c’est juste pour le dire..
        Merci au barbichu ,Mr P ,Jorion ,bien vus avec un pull noir pour le deuil alors qu’aujourd’hui c’est l’espérance,le Maghreb nous montre la voie et merci , que sois Maudis cette Politique qui agite la haine comme idéal à sa misérable survie ..
        La politique est un jeu comme en bourse,des hauts,des bas ,mais comme le dis très bien Mr Jorion ,à la hausse ou à la baisse c’est NOUS les pigeons.

    3. Bonsoir Zébu

      « Si la suite n’est évidemment pas écrite, il faut quand même admettre que ce qui a été écrit restera gravé dans les pages de l’Histoire …
      Des raisons d’espérer.
      Mais quoi ? »

      Qui est en train de se ruer sur ces 2 pays pour les financer? Histoire d’aider ces démocraties naissantes en toute amitié. Que c’est’il passé en Afrique du sud et en Roumanie et regardez le résultat.
      La question n’est pas de savoir quoi espérer mais oû sont les raisons d’espérer?
      Les populations de ces deux pays pensent avoir pris leur destin en main, erreur,ON leur à fait prendre en attisant le mécontentement existant, un destin voulu.

      1. Bonsoir.
        « un destin voulu » : je ne crois pas, si qui n’a pas d’importance ne soit.
        En l’espèce, vous citez des exemples (et vous auriez pu en trouver bien d’autres) où le désir de allier le ‘monde occidental’ (démocratie, économie de marché, …) a été prégnant.
        D’un point de vue historique, ces exemples ne vont pas beaucoup nous enseigner sur les réalités du monde arabe, où l’histoire est spécifique et fortement teintée de résistance acharnée contre le monde occidental, justement.
        J’espère que je pourrais y revenir plus tard de manière plus développée.
        Cordialement.

  8. Bonjour Monsieur Jorion

    Je veux juste aborder un détail purement technique : Auriez vous possibilité d’augmenter le volume de prise de son lors de vos enregistrements ?
    En effet, tout en poussant au maximum le volume du lecteur sur votre au blog, vos propos restent quasiment inaudibles sans augmenter le volume général de mon PC… Or, en augmentant ce dernier, cela augmente également le volume les signaux sonores d’autres applications rémanentes, lesquels signaux, pour le coup, prennent une force insoutenable.
    Probablement ne suis-je pas le seul dans ce cas et une incrémentation de 50% de votre volume de prise de son amoindrirait notablement ce désagrément.
    Merci par avance si vous pouvez apporter cette petite amélioration ?
    Bien à vous – Philippe

    1. Pour ma part la réception est correcte…
      Vérifier appareil auditif,si tout est ok,vérifier appareil de reproduction sonore depuis la carte son jusqu’aux haut-parleurs;la haute fidélité n’est pas une obsession du vingt et unième siècle.

      1. Piotr…
        J’émets un bémol 😉

        Avec une bonne installation I Fi, je te jure que la différence entre un MP3 et un CD est flagrante.

        Evidemment, il faut avoir de l’oreille… Ce qui est antagoniste lorsque l’on sait qu’il vaut mieux être dur de la feuille que mou de la branche.
        Et bien nourri car ventre affamé … est mou de la feuille et donc dur de la branche.

        Ou ai-je mal compris..??
        Peux-tu répéter ton commentaire plus fort, s’il te plait 😉

      2. Pas besoin d’avoir de l’oreille pour distinguer un MP3 d’un fichier non compressé : pas d’aigus, pas de basse, pas de dynamique.

      3. @Julien
        Oui c’est vrai.
        Mais la qualité de l’encodage en mp3 varie en fonction du « bitrate » choisit.
        Il est difficile d’entendre la différence entre un morceau encodé en MP3/320K et un Wav/digital.
        (Il y en a c’est vrai, et il faut tendre l’oreille pour les entendre).
        Disons que chacun ont leurs avantages.

        Pour ce qui est du problème de son de M Meoni:

        Si depuis votre système (windows/Linux/…), lorsque vous lancez, par exemple un mp3, ou un fichier contenant du son, le volume est correct, alors le problème vient certainement de votre navigateur web (IE?).
        Essayez de lancer une vidéo sur Youtube pour n’en citer qu’un.Selon le résultat vous aurez une piste de recherche.
        Bien sûr l’informatique est source d’un milliard de causes répondant à une infinité de cas…
        Le problème ne vient en tout cas pas du site.
        Bonne installe 😉

      4. Merci pour vos commentaires quoi qu’ils ne m’aident pas beaucoup. Pour résumer la situation, le volume de mon ordinateur est réglé à environs 30% de sa capacité maxi et c’est en comparant, à niveau égal, justement, la différence de rendu sonore entre l’une ou l’autre vidéo que je consulte avant ou après celle de Monsieur Jorion que je note clairement que la sienne semble être enregistrée à faible niveau. Si cela venait de mes propres réglages, les autres vidéos présenteraient le même problème…
        D’autre part, pour tenter de palier, je télécharge donc la vidéo par « download helper » pour la relire avec VLC, que j’utilise chaque jour, et là encore, pour entendre la vidéo de M. Jorion, je suis obligé d’aller dans les réglages VLC pour augmenter la pré-amplification du mixer d’au moins 70%, alors qu’avec mes autres vidéos, je n’ai pas besoin de cette manip.
        J’en déduis donc que c’est le niveau sonore la source qui est radicalement plus bas que la moyenne, CQFD… Est il possible de remédier ?
        Bien à vous tous, cordialement – Philippe

      5. @ Philippe

        Par acquit de conscience, je viens d’importer la piste d’audience et de la passer dans un analyseur de spectre puis un Dorrough Meter pour déterminer le niveau moyen RMS et les peaks : rien à signaler, le niveau du signal est parfaitement correct, juste trop compressé mais c’est la faute de Dailymotion.

        Difficile de vous aider davantage à distance. Vous pouvez toutefois me contacter par mail (utiliser la fonction contact du site) pour me décrire précisément votre setup, je verrais si je détecte une anomalie.

      6. Petit détail orthographique: « acquit de conscience » (de acquit=quittance, et non de acquis=savoir acquis). Je signale cette faute parce que c’est une faute fréquente qu’on ne fait plus une fois qu’on la connaît.

    2. +1
      J’ai beau mettre le volume de mon Mac au maximum (haut parleur intégré), ainsi que le volume sur la vidéo DailyMotion, c’est un murmure à peine audible cette semaine. Les semaines précédentes, le volume était OK. De même pour d’autres vidéos sur DailyMotion ou YouTube. Quand c’était sur seesmic, c’était souvent à peine audible aussi.

    3. Philippe.
      Pour votre utilisation de VLC, très très bien. D’autant que c’est un logiciel libre français.

      Le souci est que vous ou tu peux avoir des encodeurs/désencodeurs qui viennent s’intercaler de façon pernicieuse et parasite entre le net (dont dailymotion) et le logiciel de lecture.

      Comme l’écrit Julien, la source du souci est certainement dailymotion. Dont le pavé de miniatures RALENTIT GRAVEMENT LA NAVIGATION ET POMPE UN MAX DE PUISSANCE PROCESSEUR.
      (je l’écris fort car j’ai un problème d’audition…. 😉 )

      Julien, il serait judicieux de remplacer le « pavé » par des miniatures avec raccourcis. Ou des raccourcis tout court, pourquoi pas.
      Ces sites « tiers », comme ceux de pubs, sont de véritables cochonneries.
      Et je suis exceptionnellement TRES poli.

      1. Je sais que la puissance du processeur peut être un problème pour nos amis fidèles utilisateurs du Minitel (qui est aussi français !), mais Dailymotion n’offre malheureusement pas 50 possibilités de valoriser les vidéos…

    4. Merci pour les infos, Julien, Yvan… Si le souci vient de dailymotion, effectivement, pas grand chose à faire…
      Si le phénomène se reproduit vendredi prochain, je referais la manip. de télécharger et lire sur VLC en augmentant la preammpli.
      Merci pour vos lumières, bien à vous, bonne journée. – Philippe

    1. Merci pour ce rappel…
      Très peu de médias en ont fait état, contrairement aux déchainements hystériques quand MAM a lâché ses chiens-policiers aussi enragés que stupides, dans cette honteuse affaire Coupat.

    1. Je suis d’accord pour critiquer la lâcheté des impérialistes qui vendent des armes à leurs vassaux et qui tiennent un discours de bon samaritain mais on aimerait bien qu’Eva aille un peu plus loin et qu’elle explique pourquoi nous avons vendu des armes à des tyrans …
      Pas seulement pour la vente je crois, pour une certaine mondialisation financière aussi !

      « L’économie mondiale requiert un approvisionnement croissant de produits pétroliers à des prix abordables. Le Moyen-Orient est le seul à pouvoir fournir cet approvisionnement. C’est pourquoi les gouvernements Occidentaux ont soutenu des régimes autoritaires « stables » dans la région, soutenant et entrainant avec régularité les forces de sécurité. Maintenant, cet ordre abrutissant et pétrifiant, dont le succès le plus important fut de produire du pétrole pour l’économie mondiale, est en train de se désintégrer. Ne comptez pas sur un nouvel ordre (ou désordre) pour fournir assez de pétrole bon marché pour préserver l’âge du pétrole ».

      Oilquake in the Middle East – by Michael Klare
      http://www.energybulletin.net/stories/2011-03-03/oilquake-middle-east

  9. Très éclairant sur les nouvelles formes de résistance. Source d’espoir donc, mais aussi de frustration car l’empire contre-attaque alors que l’alliance pour la démocratie, la vraie, n’existe toujours pas.

    Mais comment ne pas laisser l’empire nous baratiner et se dédouaner de façon grossière ? Comment ne pas laisser l’empire accuser les autres de ce qu’il ne se gêne pas de faire lui-même ? Comment ne pas laisser l’empire imposer un dictat des nucléarisées sur les pacifistes ? Comment ne pas laisser l’empire imposer un fascisme des riches sur les pauvres ? Comment ne pas laisser l’empire détruire ce qu’il y a d’humain en nous en nous divisant et installant le vide entre chacun de nous ?

    J’ai bien l’impression que Paul y travaille, et avec subtilité.

  10. Petites nouvelles de la Corée (du Sud).

    Là-bas, on n’hésite pas à parler des gros mots : stagflation.

    D’où des positions nettes vendeuses très importantes des ‘investisseurs’ sur les marchés, du même niveau que lors de la crise européenne de mai 2010. C’est dire.
    Qui plus est, les ‘investisseurs’ étrangers se jettent sur les obligations coréennes, dont ils attendent que les taux augmentent. Des ‘investisseurs’ US et luxembourgeois, réorientés vers la Corée, du fait, des ‘restrictions’ en cours au moyen-orient :
    « The increase in bond holdings came amid concerns over a possible increase in interest rates in South Korea, recent changes to regulations affecting capital flows and unrest in the Middle East, the FSS said. »

    Le responsable du régulateur local, le FSS, tance même le secteur bancaire pour sa compétition extrême et ses incidences, qui pourrait être catastrophiques :
    « He said excessive banking expansion could lead to another financial crisis. “In that case it would be very difficult to overcome the crisis,” he said. »

    Le tout sous la pression d’une augmentation des taux d’intérêts

    Charmant.

    1. Charmant et logique, Zébu.
      NOUS leur avons fourni les munitions pour spéculer et le moindre pépin dans un pays permet de l’étrangler économiquement.

      Tu vois donc pourquoi les policiers chinois sont « nerveux »… Mais pas qu’eux…

      1. Car bien qu’il ait un parcours et des origines atypiques, le désir de carrière formate plus sûrement qu’autre chose.
        Il a d’ailleurs failli choisir une autre voie, après l’élection au poste de premier secrétaire.
        Mais il a basculé vers le ‘côté obscur de la force’ avec ce poste de porte-parole ….

  11. Les choses avancent, en effet, dans le bon sens.

    Et le prix à payer va s’alourdir aussi par le pétrole. Ce qui place tous les pays industrailisé et développés devant un choix délicat de payer tout de suite pour une guerre ou, plus tard, par des révoltes pouvant amener des révolutions.

    J’ai bien retenu le parallèle que vous avez fait avec Freud. Car je pensais que c’était surtout son neveu qui avait mis en place l’art de la discrétion et manipulation commerciale.
    Nous avons donc eu de la chance que Goldman Sachs n’ait pas mieux appliqué les principes.
    Et cela aussi est une bonne chose. Car il suffira maintenant d’une étincelle même extérieure au système financier pour profiter du mouvement.

    Lorsque je vois que certains conseillent d’acheter de l’or, je me demande si ce n’est un nouveau piège court-termiste.

  12. @ François, @ tous :

    BINGO !!

    « L’annonce ce jeudi par Jean Claude Trichet d’une hausse des taux de la Banque Centrale Européenne en avril ne semble pas avoir alerté les commentateurs avisés. »
    http://finance.blog.lemonde.fr/2011/03/04/la-bce-annonce-la-fin-de-l%E2%80%99argent-facile-dans-l%E2%80%99eurozone/#xtor=RSS-3208

    C’est étrange. Je parlais justement hier avec Matthieu (es-tu là ?, lol) de l’inflation en cours, qui produirait l’augmentation des taux de la BCE.
    Trichet ‘m’a écouté’, Matthieu.

    C’était inévitable.
    Je pressens quelques secteurs du secteur bancaire qui vont morfler dès avril.
    Et on comprend mieux l’urgence d’étendre la ‘prise en charge’ par le mécanisme européen de financement et l’importance du sommet européen fin mars.
    Parce que si ce ‘truc’ n’est pas mis en place, ce sera la cata assurée.
    Pour les grecs, les irlandais, les …

    Game Over.

    1. Trichet n’a pas d’autre choix, à partir du moment où le mandat de la BCE n’est pas redéfini. Qu’elle assure de façon ponctuelle (enfin, du temporaire qui dure tout de même) des « missions » complémentaires officieuses est une chose. Mais violer le mandat et laisser l’inflation s’installer au dessus des sacro-saints 2 %, nein !

      1. oui julien, le mandat ne sera pas redéfini (ou alors on rejoint la révolution en cours ! :).
        Mais étrangement, certains en doutaient encore …

    2. Game Over

      Tant que ce n’est pas mon argent que je place d’abord en premier sur certaines positions
      pourquoi devrais-je encore me priver de rejouer,

      Oh merci grand dieu du commerce et de la bonne récolte, de nous avoir permis encore de
      ne pas trop se lamenter trop longtemps sur les marchés, de nous permettre même de mieux nous refaire une virginité de propos et d’actions, que le pauvre et modeste Abel que plus personne ne veut écouter se plaindre, game over alors les ami(e)s,

      Et au fait mon chéri as-tu bien pensé à prendre de nouveau commande et réception de ton nouveau jet à grande vitesse, on ne sait jamais quand même, les moutons vont certainement un jour en finir par vouloir casser davantage l’enclos et nos propres limites de fonctionnement,
      à vouloir souvent faire entendre les mêmes choses qui font bien peu le bien de l’homme.

  13. J ‘ai lu dans le monde ou le soir ce matin ( dsl de ne pas être plus précis mais je dévore toute la presse le matin ) l’interview d’un opposant revenu en libye , il déclarait que ce qu’il fallait a son pays c’était UN GESTIONNAIRE CAPABLE DE DIRIGER UNE GRAND ENTREPRISE,j’avoue que ca m a fait tiquer !!!

    1. Encore un qui n’a rien compris ! C’est justement ce que Saif al Islam Kadhafi vient de rater. Il avait pourtant essayé le coup des pays du Golfe: on subventionne tout pour les locaux (en ne leur accordant qu’un minimum de survie, pour ne pas qu’ils deviennent trop gourmands) et on importe de la main d’oeuvre hyper qualifiée pour faire tourner la boutique, en graissant la patte aux capitalistes globalisés via le Fonds d investissement libyen. Car si on éduque les masses afin qu’ils fassent tourner la boutique eux-mêmes, on prend des risques évidents (voir: Tunisie).
      Au fait, je n’ai lu ici aucun commentaires sur les affirmations du fils Kadhafi disant qu’il était surprenant qu’on gèle un fonds d’investissement souverain et que tout l’argent libyen étant placé là il ne s’agissait pas pour lui et sa famille d’enrichissement personnel. Encore une hallucination ou bien a-t-il raison sur le caractère unique de cette procédure?
      http://www.dubaibeat.com/2009/09/22/libyan_sovereign_wealth_fund_t.php
      http://www.swfinstitute.org/swfs/libyan-investment-authority/
      http://www.energyandcapital.com/articles/libya-sovereign-wealth/574
      Quelques commentaires éclairés sur la géopolitique de l’argent libyen?

      1. on subventionne tout pour les locaux (en ne leur accordant qu’un minimum de survie, pour ne pas qu’ils deviennent trop gourmands) et on importe de la main d’oeuvre hyper qualifiée pour faire tourner la boutique,

        C' »était le système mis en place au Maroc par Mohammed V, puis Hassan II, le père de l’actuel M. VI , de ne pas former leurs compatriotes sur le plan universitaire( rien qu’un tout petit nombre à Rabat ) de peur qu’ils ne constituent un danger politique, et de continuer à utiliser dans l’enseignement des coopérants français , Italiens ou des Peace Corps américains . Ces Peace Corps étaient pour la plupart de jeunes Américains rémunérés au Maroc exactement comme les locaux pour être obligés de vivre très pauvrement dans les quartiers populaires, d’ ouvrir bien grand les yeux et les oreilles afin de rédiger régulièrement des rapports destinés à la CIA . A leur retour au pays les attendait un petit pactole couvrant l’emprunt qu’ils avaient fait pour financer leurs études. Ce système fut progressivement abandonné à partir de 1975 et de grandes universités virent le jour dans les villes principales du pays .

  14. Merci Mr Jorion pour vos vidéos du vendredi.(ainsi d’ailleurs que vos billets) : documentées, sans fanatisme. Ce n’est pas le cas de tous les commentaires, mais c’est ce qui fait la richesse et l’intérêt de ce blog!

    1. Et encore, Albéric, tu ne sais pas tout.
      A l’époque « d’avant la modération », les idées les plus farfelues n’étaient modérées que par les autres commentateurs…
      Et cela fusait…

      Heureusement que cette partie n’est plus existante. Car j’aurais honte de revoir l’épisode où j’ai voulu me faire passer pour une femme…
      Ca n’a pas trompé grand-monde… 🙁

      1. On s’en souviens, Yvan !
        C’était avant l’épisode où vous postiez des blagues sexistes, quand vous vouliez vous faire passer pour un homme !

      2. Argg.. même ça, ça a marqué…

        Jean-Luc, sexiste est un bien grand mot…
        J’ai juste rappelé une citation du Cardinal Richelieu.
        Il y a pire en érotisme.

        Sinon, je me serais fait passer pour un homme..???
        Là, ça m’étrange bizarrement…
        Où-ce-que et quand-je..??

      3. Jean-Luc..
        Quand j’y repense, c’était loin d’être sexiste !
        C’était même plutôt flatteur. Et je voudrais faire appel aux dames du blog :

        Le Cardinal de Richelieu a écrit : « Si ma soutane avait été en bronze, elle aurait souvent sonné le tocsin. »

        En dehors d’un aspect un peu … (mot à l’initiative du lecteur), c’est tout de même reconnaître un pouvoir d’attirance et beaucoup d’hommes auraient voulu trouver ce fin mot. (sauf que la soutane, en principe, c’est justement pas le principe… 🙁 )

        Qu’en pensez-vous, Mesdames..??

      4. Qu’il eût vraiment fallu être « cloche » pour ne pas éteindre l’incendie !!!!

      5. Julien, je te fais juste remarquer qu’on diverge. Mais je n’en suis exceptionnellement pas responsable complètement.

      6. @Yvan et Jean-Luc

        Donc, d’après vos commentaires, ni femme ni homme, Yvan serait…un ange ?

        Sympa, la blague de Richelieu . Au moins, le clergé catholique de l’époque ne se prétendait pas chaste .

      1. Pas tout à fait, Sylvain.

        Albéric a repris le prénom de son arrière-arrière-arrière grand-père né lors de la prise d’un monument du 14 juillet.
        On ignore, tout comme pour l’aéroport De Gaulle, ce qui a motivé cette appellation d’origine contrôlée.
        Ainsi, son aieul rapporte-t’il que le 14 juillet 1789, la révolutionnaire qui pénétra dans l’enceinte se retrouva face à Albert, passablement dans un état second. Voire, troiziaime….
        Pour qu’il évitât de donner l’alerte, une sorte de mêlée confuse s’en suivi … et de là naquit Albert Hic, cinquième du nom, décoré de la première légion d’honneur, et dont nous fêtons la conception tous les ans.

        Sinon, bienvenue, Albéric, c’était juste le bizutage 😉

  15. Monsieur Jorion , votre présentation de la nuit du 4 aout néglige le fait que ce fut la révolte des paysans français nommée la GRANDE PEUR qui ravagea les campagnes française après le 14 Juillet 1789 qui provoqua cette « prise de conscience » que vous attribuez un peu trop exclusivement à à la subjectivité de certains aristocrates (vous ne mentionnez pas non plus les membres du clergé). Les paysans en de nombreux endroits commencèrent à bruler les châteaux et les papiers seigneuriaux. Il y eu même une centaine de morts car comme en Tunisie ou en Egypte les choses n’étaient pas encore en l’état ou elles devaient parvenir aux cours des évènements qui s’ensuivirent. Cependant comme la nuit porte conseil, celle du 4 août 1769 permit aux citoyens représentants du peuple de réfléchir que ces révoltes annonçaient si elles n’étaient pas satisfaites leurs disparitions pure et simple.
    Sans ces insurrections, ce jour là, les membres de la Constituantes élaboraient une nouvelle constitution qui apparemment n’aurait pas du tout été aussi radicale au sujet des privilèges aristocratiques et n’aurait conduit la France qu’à copier l’Angleterre sans éradiquer aussi complètement les traces du féodalisme et donc sans qu’elle soit aussi typiquement française c’est à dire à l’époque universelle..
    Aussi remarquables que furent certains aristocrates et aussi remarquables que peuvent être certains dénonciateurs des logiques bancaires l’on ne doit ,à mon avis, n’attendre des individus qu’a être plus profondément proches de ce qui agite sans voix les profondeurs d’une société. Le peuple n’est pas simplement un terreau ou prospère les grands hommes mais plus véritablement sujet de l’histoire.
    Un rapide coup d’œil sur les fiches wikipédia peut renseigner tout un chacun

  16. Si le trop gros morceau ne passe pas, trop long à ingurgiter dites le moi alors, faites moi un petit signe, je le ferais alors passer autrement à petites doses homéopathiques pour les marchés.

    1. Valérie, sans être « fort » en économie, tu as certainement aussi entendu parler des travailleurs pauvres…
      Soit, ceux qui, malgré un SMIC, ne s’en sortent pas.

      Nous allons donc avoir un mouvement de « reconcentration » de travailleurs autour de leurs entreprises (pour cause de prix de transport), de logement de travailleurs de plus en plus petits, de dépression et suicides en entreprises, etc…

      Et même si le SMIC est largement contourné par nombre d’entreprises, cela ne change rien par une suppression de celui-ci.
      Il faut un minimum de moyens financiers pour bosser.

      Ainsi, les patrons vont devoir augmenter les salaires sous peine d’avoir des salariés de plus en plus « inefficients »…
      Provoquant un effet de levier à l’inflation déjà en cours sur les produits qui ne sont PAS pris dans le calcul de l’indice officiel de cette inflation.

      Il va donc en être autrement que la « stagflation ».
      Ai-je été clair..??

      1.  » Et même si le SMIC est largement contourné par nombre d’entreprises, cela ne change rien par une suppression de celui-ci.
        Il faut un minimum de moyens financiers pour bosser.

        Ainsi, les patrons vont devoir augmenter les salaires sous peine d’avoir des salariés de plus en plus « inefficients »

        Je me permets de vous interroger: Etes vous professionnellement en contact direct avec les PME/PMI françaises pour soutenir une telle assertion ?
        Vous vous suggère de reconsidérer votre vision en participant à des forums sociaux organisés par les experts comptables. Vous y constaterez:
        – qu’il y a pléthore de non-qualification/adaptation à la demande sur le marché du travail avec refus du SMIC et exigence d’un salaire irréaliste parce que non re-facturable ou d’un coût non concurrentiel avec l’étranger (ce qui conduit à donner du travail à des étrangers).
        – qu’il y a aspiration d’une main d’oeuvre de sans-papier au SMIC avec à coté versement d’allocations à des inactifs (cas de la Réunion ou des Antilles lors des campagne de canne à sucre)
        – que pour entrer dans « le système salarial » on voit quantité de Bac + 5 accepter de démarrer au SMIC avec un mépris souverain des 35 heures…..dans l’espoir de valoriser ensuite la rémunération.
        – qu’un artisan connaissant bien son job (boulanger-pâtissier, maçon, peintre, BOF, cordonnier, etc…) arrive au bout de 4/5 ans à des revenus souvent supérieur à un cadre moyen Bac + 5 ! Vous pourriez vous reporter utilement aux stats des OGA (ex centre de gestion agréé).
        Il y a une « pensée politiquement incorrecte » : celle qui consiste à démontrer que celui qui achète « national » fait vivre son voisin !


      2. Albin.
        J’ai des patrons dans ma famille.
        Et, en tant que salarié, je fais travailler à peu près l’ensemble de tous les corps de métier existant dans l’industrie même agricole…
        Je fais régulièrement la demande de pièces d’identité de toutes les personnes travaillant pour moi à des fins de sécurité (et éviter le travail au noir dont je pourrais pâtir)

        Je connais donc très bien ce que tu écris même si je ne partage ABSOLUMENT pas ces « valeurs ».
        Je sais que les patrons ne se rendent pas compte que la situation les oblige à faire n’importe quoi.
        Et cela leur retombe souvent dessus.

    2. au sein d’une même zone monétaire, inflation et déflation peuvent se croiser. Le chiffre officiel est une moyenne.
      pour la stagflation : ce n’est pas, en moyenne européenne, notre cas. cela y tendra si l’inflation augmente. remède : rigueur, hausse des taux (surtout pas des salaires cf trichet récemment)…De fait, on surnage au dessus de la stagflation grâce aux chiffres officiels de l’inflation (raccourci caricatural : moins d’importations chinoises=>…)

      en suivant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Stagflation :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordolib%C3%A9ralisme http://www.wikiberal.org/wiki/index.php?title=Ordo-lib%C3%A9ralisme
      puis http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Eucken
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_choix_publics
      http://fr.wikipedia.org/wiki/ORDO
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_ouverte http://en.wikipedia.org/wiki/Open_society?oldid=cur

  17. La honte d’être un homme, nous ne l’éprouvons pas seulement dans les situations extrêmes décrites par Primo Levi, mais dans des conditions insignifiantes, devant la bassesse et la vulgarité d’existence qui hante les démocraties, devant la propagation de ces modes d’existence et de pensée-pour-le-marché, devant les valeurs, les idéaux et les opinions de notre époque. L’ignominie des possibilités de vie qui nous sont offertes apparaît du dedans. Nous ne nous sentons pas hors de notre époque, au contraire nous ne cessons de passer avec elle des compromis honteux. Ce sentiment de honte est un des plus puissants motifs de la philosophie. Nous ne sommes pas responsables des victimes, mais devant les victimes. Et il n’y a pas d’autre moyen que de faire l’animal (grogner, fouir, ricaner, se convulser) pour échapper à l’ignoble : la pensée même est parfois plus proche d’un animal qui meurt que d’un homme vivant, même démocrate.

    Gilles Deleuze & Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie?, Paris, éditions de Minuit, 1991.

    tout va bien tout va mal,
    en vrac:
    -Etats-Unis : 14,3 % de la population se nourrit grâce à des bons d’alimentation. Leur nombre explose. http://bellaciao.org/fr/spip.php?article114390
    -Les Bourses européennes ont connu leur plus forte hausse depuis près de dix-huit mois. Profits en hausse de 85 % pour les groupes du CAC 40
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/03/04/profits-en-hausse-de-85-pour-les-groupes-du-cac-40_1488191_3234.html
    -La politique militaire chinoise doit-elle nous inquiéter?
    http://www.eric-verhaeghe.fr/la-politique-militaire-chinoise-doit-elle-nous-inquieter/
    -Libye: le casse-tête du « gel des avoirs »
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/03/libye-le-casse-t%C3%AAte-du-gel-des-avoirs.html

    ZIK: Cossacks Are – Scott Walker
    http://www.youtube.com/watch?v=FbpBxXEPQow&feature=player_embedded

  18. Pourquoi les citoyens, la presse..etc aux USA n’évoquent plus l’affaire Blankfein ? les faits sont potentiellement hyper graves, et il n’y a que Jorion qui en parle ? Que l’individu soit protégé je veux bien, que personne n’en parle là bas laisse penser qu’il y a quelque chose de pourri de façon très profonde. Peut-être suis-je mal informé sur ce qu’il se dit dans les médias US auquel cas un intervenant serait bienvenu pour m’éclairer. Quant au fait qu’il ait collaboré avec la justice là je ne comprends pas, je ne vois pas sur quelle type d’affaire, si ce n’est un cas aussi grave, il aurait pu collaboré.

  19. Bonjour,

    La mise en cause très grave de Goldman sachs dans votre billet, et de son président, qui déclare par ailleurs accomplir l’oeuvre de dieu ( peut être appartient il à un courant gnostique défendant un mauvais dieu), ne nous incite-t-elle pas à réviser notre position quant à l’utilisation de Facebook (que vous utilisez ici), sachant que la dite banque est entrée dans le capital du site de réseau social? En ce qui me concerne, j’ai fermé mon compte. Et je suis persuadé que j’ai été recensé comme ennemi intrinsèque du système, parmi des miliers d’autres bien sur,, quand bien même je ne pèse ren. Cette banque, dont vous parlez de façon si éloquente, va donc avoir accès aux données plus ou moins personnelles que les usagers mettent en ligne.

    1. Un jour viendra peut-être où il sera suspect (ou interdit?) de ne pas avoir de compte sur Facebook…
      L’état civil à l’échelle mondiale… merci la servitude volontaire!

      1. On y est déjà Sylvain. La plupart de mes contacts professionnels et personnels tombent de leur chaise quand je leur dis que je n’ai rien à faire à parler à un « mur » !

      2. à propos du film The Social Network
        http://owni.fr/2010/12/27/quelle-philosophie-est-inscrite-dans-facebook/
        (…)
        Dans Facebook, comme dans tous les autres réseaux sociaux, la vie devient une base de données. C’est une dégradation, qui, selon Lanier est “fondée sur une erreur philosophique la croyance que les ordinateurs d’aujourd’hui puissent représenter la pensée humaine ou les relations humaines”.

        “Instinctivement, reprend Zadie Smith, nous connaissons les conséquences de cette réalité, nous les sentons. Nous savons qu’avoir cent amis sur Facebook, ce n’est pas comme dans la vraie vie. Nous savons que nous utilisons le logiciel pour nous comporter vis-à-vis d’eux d’une manière qui est particulière et superficielle. Nous savons ce que nous faisons “dans” le logiciel. Mais savons-nous, sommes-nous prévenus, de ce que le logiciel nous fait à nous ? Est-il possible que ce que les gens se disent en ligne “devienne leur vérité” ? Ce que Lanier, qui est un expert en logiciel me révèle à moi, qui est idiote en la matière, est sans doute évident pour tout expert en informatique : le logiciel n’est pas neutre. Différents logiciels portent en eux différentes philosophies et ces philosophies, dans la mesure elles sont ubiquitaires, deviennent invisibles.”
        (…)
        Zadie Smith ;“Quand un être humain devient un ensemble de données sur un site comme Facebook, reprend Zadie Smith, il est réduit. Tout rapetisse. La personnalité. Les amitiés. La langue. La sensibilité. Dans un sens, c’est une expérience transcendante : on perd nos corps, nos sentiments contradictoires, nos désirs, nos peurs.” (…) “Mais, reconnaît Zadie Smith, j’ai peur de devenir nostalgique. Je rêve d’un web qui nourrisse un genre d’être humain qui n’existe plus. Une personne privée, une personne qui reste un mystère aux yeux du monde et – ce qui est plus important encore – à ses propres yeux. La personne mystère : c’est une idée de l’humain qui est certainement en train de changer, qui a peut-être déjà changé.”
        (…)
        « 500 millions de victimes consentantes, emprisonnées dans les pensées insouciantes d’un étudiant de Harvard.”

        Goldman-Facebook ornent le bandeau du chapeau
        http://owni.fr/2011/01/07/facebook-de-la-rationalite-des-chiffres-et-de-l%E2%80%99irrationalite-des-marches/

      3. @ Roma

        L’article d’OWNI sur la capitalisation de Facebook visait (comme bien d’autres) très juste. D’ailleurs, on ne parle plus de 50 milliards aujourd’hui – somme dont on sait qu’elle était totalement extravagante – mais de 65 milliards ! Que s’est-il passé entre temps pour que l’entreprise se valorise de 15 milliards ? Rien.

  20. Le prix à payer pour sauver un système à l’agonie

    Devenir avant tout des Caïn en société pour mieux faire oeuvre de justice et de raison,

    Caïn m’a tué, parce qu’il voyait bien qu’avec Abel ça lui poserait davantage de problèmes et de tracas, faut pas ouvrir les yeux sur terre,

    Vous savez Caïn ne préfère pas toujours tué Abel pour faire meilleure histoire à relater ensuite pour les petits enfants,

    Caïn m’a vendu les ami(e)s dans un temps même où ceux qui amassent n’étaient guère plus sages, bien évidemment comme cela le faisait toujours pas Caïn fit plus grande manipulation du prix et des actions,

    Caïn m’a tué près d’un ravin, au moment même où vous n’étiez plus là pour mieux voir comment s’il est bien pris, grand prix à payer pour sauver un système à l’agonie,

    Caïn m’a tué les ami(e)s, parce qu’Abel ne recherchait jamais à faire plus de mal pour guérir et panser, vous comprenez ça fait pas mieux vendre les produits pour sauver et aider les plus petits,

    Caïn m’a tué au moment même où vous avez préféré davantage commercer avec lui pour avancer, grattons d’abord la terre,

    Caïn m’a tué les ami(e)s, au moment même où vous avez préféré lui donner la terre en héritage,

    Caïn m’a tué les ami(e)s, au moment même Cécile, Blandine où j’ai préféré d’abord vous faire la cour loin de sa maison, je n’étais sans doute pas encore un bon macro, pour les gens du marché et de sa maison,

    Ensuite Caïn repartit bien tranquillement dormir chez lui, il faisait alors à moitié jour et nuit, faut bien encore se servir des pauvres gens innocents pour mieux de nouveau s’essuyer les mains, faut pas être toujours plus pauvre d’esprit de nos jours,

    Peut-être même que le temps n’était pas encore au beau fixe pour faire meilleure récolte éternelle sur les marchés.

      1. Jacques Derrida, De quoi demain…
        Les rapports entre hommes et animaux devront changer*
         La « question-de-l’animalité » n’est pas une question parmi d’autres, bien entendu. Si je la tiens pour décisive, comme on dit, depuis si longtemps, en elle-même et pour sa valeur stratégique, c’est que, difficile et énigmatique en elle-même, elle représente aussi la limite sur laquelle s’enlèvent et se déterminent toutes les autres grandes questions, et tous les concepts destinés à cerner le « propre de l’homme », l’essence et l’avenir de l’humanité, l’éthique, la politique, le droit, les «droits de l’homme», le « crime contre l’humanité », le « génocide », etc.

  21. Merci pour ce panorama et ces exemples bien ciblés. On pourrait peut-être ajouter concernant Assange qu’il avait annoncé il y a 2 mois qu’il publierait des documents internes d' »une grande banque américaine » (BofA semble-t-il). On attend toujours. Ce précisément au moment où l’on voit bien quelle monnaie d’échange ces documents peuvent constituer pour un homme pourchassé par la plus grande puissance du monde … @Mr. eisenstein : Ecoutez bien Paul Jorion : il nous donne le raisonnement, mais en kit, et s’abstient de le monter. Ce n’est sans doute pas avec la justice que Mr.Blankfein a peut-être collaboré, mais plus vraisemblablement avec la Fed …

Les commentaires sont fermés.