89 réflexions sur « RTBF, La Première, Le Grand Huit du week-end, dimanche 29 janvier, de 08h20 à 08h30 »

    1. L’âge se ressent de plus en plus vite dès que la tête et les jambes ne permettent plus ensembles d’accélérer par le seul plaisir. Le reste, ce n’est plus que de la cuisine intérieure et des problèmes de plomberies.

  1. L’anagramme de Paul Jorion, c’est Jouir Lapon
    Le grand In-huit du week-end ?
    L’anagramme vient de Médiapart autant que
    [La crise économique/le scénario comique]
    [Les agences de notations/et la cognée des nations]
    Viennent de « Anagrammes renversantes ».
    Les agences de natations de la brasse coulée veillent au Debordement.

    1. Juste rappel en guise de piqûre d’Abeille, boude ruse, bout de ruse. A « t » près, l’étalon monétaire donne l’éta_ monte en l’air ou à une aile près létal monte en l’air.

      Tic-tac critique avéré de plus en plus durable, puisque malgré l’impatience entretenue par le constat des injustices et des impasses, même François Leclerc a évoqué la notion de crise permanente, non sans rappeler l’autre permanente qui s’y adosse, jusqu’à l’avènement escompté de l’étalon universel ou du K.O.

      Le braqueur en exercice sur son échelle du Rouge et le Noir atteindra-t-il jamais la fenêtre historique ? Le charme de la parousie des agences de votation en est tout émoustillé, puisque le rugueux Hollande a désigné l’argent comme ennemi… Ah non, « l’argent-roi ». Une décapitation du Capital ? (si Mélenchon me pique la formule, « Décapitons le Capital ! », je laisse les royalties au Lapon)

      1. @schizosophie 29 janvier 2012 à 11:54
        N’empêche que j’ai entendu ce soir que le Président aussi, use du thermomètre à propos des engeances de natations (y doit lire le blog en cachette). L’État cambrioleur ou assassin vous n’y allez pas de main morte.
        La Crise permanente comme la Révolution permanente ça me semble antinomique à l’étymologie de Krisis. Quoiqu’une lecture possible serait – puisque depuis le trop fameux choc pétrolier, j’ai le vécu que le mot crise à propos de ceci ou de cela n’a pas cessé d’être répété – que ce choc pétrolier masque la fin de BW 1971, et que ni le diagnostique ni donc le remède via l’action thérapeutique n’ont été entrepris depuis, pour filer Hippocrate.
        Je crois avoir laissé quelque part l’idée que c’en est fini de l’étalon universel de la valeur, car pour la monnaie, l’étalon toujours identique à lui même fonctionne avec valeur toujours identique à elle même par essence. Logique classique du référent dans l’équivalent général. L’enterrement de la valeur entraîne celui son habit sur mesure, l’étalon. J’ai tenté de faire entendre à PSDJ que le Bancor ne saurait être un étalon sinon dans son nom trompeur, mais juste un bidouillage de rapports de forces et les pourparlers sont en cours depuis 1971 mais sans être déclarés.
        Le tsunami du système symbolique classique n’a pas fini de faire des vagues, et en ce sens là François Leclerc n’a pas fini de produire des billets d’actualités. L’idée de produire à un prix universel qui collectiviserait ainsi les acheteurs dans un ensemble, n’est pas tenable dans le cadre concurrentiel des rapports de production et sociaux actuels. Les rusés avaient eu l’idée d’indiquer le prix sur la boîte de conserve vendue au prix scellé dans un marché fermé donc protégé. Pas la moindre idée de comment ça leur venait leur fabrique du prix avec des bouliers. J’ai assisté au Maroc en novembre à une drôle de scène. Un type échangeait des carottes et des patates contre des dattes qui venaient d’être récoltées. Du troc. Je me suis inquiété de l’affaire. Il y avait un rapport fixe entre certaines qualités de dattes et les patates et carottes, et un autre avec d’autres qualités de dattes. La qualité des patates comme des carottes était unique. Le type qui avait une quarantaine m’a dit qu’il ne savait pourquoi c’était ce rapport là, mais qu’il avait toujours vu son père faire comme ça. Bigre une forme d’étalon qui résiste à la mondialisation ?
        Sarkozy a dit ce soir avancer à visage découvert. Il y a plusieurs façons d’entendre ça. De même quand il a expliqué qu’il souhaitait que Patronats et Syndicats s’entendent sans que l’État sans mêle. Comme si l’État était absent du cadre juridique donné à ces festivités. À quand un conseil des ministres sans que l’État s’en mêle ?
        Votre décapitons, m’a bien sûr rappelé le point de capiton chez Lacan. Ben justement le matelas est décousu et couture ou tissage, comme mon post, va bien falloir faire kekchose pour achever l’agonisant malgré les métamorphoses en cours de l’hydre. Si tous les gars du monde… mais c’est pas pour demain cet universel ! Finalement ce Bancor ce ne serait pas une fonction au sens mathématique, rien de plus ?

      2. @Rosebud1871, le 30 janvier 2012 à 00 h 57

        « L’État cambrioleur ou assassin vous n’y allez pas de main morte. »

        Dans la monstration du monte en l’air permise par l’anagramme, il y avait, implicitement, l’idée d’une assomption vers l’universel menée par le Capital, lequel, au gré de sa mondialisation détermine les prérogatives étatiques à s’instituer de manière tendanciellement plus globalisante. Désormais les échelles nationales, comme verticalement dépassées, se soudent, comme horizontalement, en constituant des échelles semi-continentales.

        Il me semble que les chefs d’Etat, jadis fondés de pouvoir du Capital national sont désormais agents, via le raisonnement économique, et même économétrique, du Capital mondial décousent les consitutions nationales et tissent des semi-continentales et des mondiales. En ce sens les chefs d’Etat n’en sont plus chefs, infantilisés qu’ils sont à conquérir la meilleure note à l’école hayekienne. Inversement, la frustration creuse des nostalgies nationales. Lordon ose, non sans péril, mettre les pieds dans le plat de cet écart en parlant d’inter-nationale (mais avec un trait d’union) :

        Terrible infirmité de la pensée du tiers exclu qui ne conçoit que le monde mondialisé ou bien l’enfer des nations, mais rien entre les deux, et contre laquelle il faut rappeler sans cesse la possibilité de l’international, qu’il faudrait peut-être écrire inter-national pour lui faire encore mieux dire ce qu’il veut dire, à savoir qu’il peut y avoir des nations et des liens entre les nations.

        (Source)

        Vous avez bien raison contre PSDJ. Je remarque que la contestation contre le Capital s’est mise à ce diapason idéologique quand je pense aux registres qu’elle a emprunté depuis une cinquantaine d’années : philosophique, historique, sociologique et, à la triste faveur du dernier visage de la crise contemporaine et consubstantielle du mode de production capitaliste, économique.

        Ce n’est pas un hasard que les voix contestatrices d’aujourd’hui émanent de personnes dont la singularité de leur parcours les ont mené à chercher des cautions ou des étais philosophiques à des raisonnements économiques de type keynésiens, je pense à Lordon et son Spinoza et à Jorion et son Aristote. La filière marxienne est encore sonnée de ses défaites, mais pas K.O. quand elle n’oublie pas les proles et ne se satisfait pas du citoyen. D’où la nécessité du dépassement de l’émancipation politique dont vous aviez noté le caractère pointu du rappel.

      3. @schizosophie 30 janvier 2012 à 13:56
        L’état-Nation est une fabrique suffisamment récente pour empeser les consciences y compris de ses représentants même acoquinés à l’internationale capitaliste. J’ai relu Lordon et je ne partage pas sa vision « du capitalisme d’après-guerre a tout de la démondialisation ». La mondialisation existe depuis la nuit de temps et c’est juste une accélération de l’histoire récente qui la met en valeur. La fin de la WW2, mondiale donc, a produit un arsenal législatif disparate mais articulé à l’ouest dans un monde devenu bipolaire politiquement, tiers exclu donc. Du coté des logiciens comme des linguistes ce tiers exclu ne tient pas, et le rideau de fer n’a jamais été hermétique, ni la Corée du nord autarcique. L’arsenal était guerrier contre l’autre camp. Cet autre camp dissous (urss) ou mité (chine) l’arsenal perd sa raison. Ce mot va dans le sens de Lordon qui commence son article en opposant raison et maladie mentale, et pourtant le thème du capitalisme devenu fou est une absence d’analyse. La seule option anti-concurrence est la coopération. Les accords salt ou la station orbitale sont des embryons du possible, à démultiplier dans un autre monde à inventer. Mais les États-Nations solidifiés pour la plupart autour de l’identité linguistique et ce qu’elle emporte de faits culturels ne sont pas près ni prêts de se métamorphoser en surnational à l’allure d’épouvantail et le fédéralisme a ses limites. Les soubresauts de l’histoire ont montré que les nouveautés étaient contagieuses et qu’aucune barrière protectrice n’était tenable. Ce qui se produira dans un état-nation fera tâche chez son voisin, et la tâche de chacun est de peser pour que la tâche à apparaître ne soit pas d’une couleur malvenue, mais plutôt de celles qui nous attache ensemble de façon non concurrente.

        Oui à force d’avoir la tête dans le guidon, certains pédalent sans savoir où ça les mène. Mieux vaut comme les deux que vous citez avoir le recul du paysage, et quelques références de paysagistes, qui ne sont pas les proprio de ce qui les occupe comme chacun sait.

      4. @Rosebud1871, le 31 janvier 2012 à 01 h 35

        J’avais écrit en 1983, « la mondialisation est achevée depuis 1945 ». Une paire d’années plus tard, j’avais appris que la notion d’ « Etat-nation » faisait autorité dans les universités, comme une thèse signée Evelyne Pisier (alors -Kouchner, au moins pour la signature) à laquelle les étudiants en sciences humaines ne pouvait faire l’impasse sous peine de perdre des points précieux pour leurs UV. On n’y parlait pas d’assomption du Capital, mais l’€-pe était en marche.

        Au début de son Capitalisme, désir et servitude, Lordon utilise le mot « désir » pour renvoyer à conatus or il renvoie à cupiditas dans la plupart des traduc. : c’est bien embêtant, d’autant que son usage du mot dans ce bouquin fluctue pour le moins.

        Sur la langue, Hagège tient les créoles pour l’agent créatif historique et hier j’ai beaucoup ri des sabirs contemporains des mégapoles des sud comme des nord. Ungerer promeut l’apprentissage obligatoire et scolaire des langues frontalières et voisines : l’espagnol pour les Français pyrénéens, le français pour les Espagnols pyrénéens et aussi le soninké et le kabyle, en même temps que le français, dans le neuf-Troie : pas con du tout !

      5. @schizosophie 31 janvier 2012 à 09:05
        Vous m’apprenez les aventures des sœurs Pisier qui me rappellent celles, d’une autre trempe des Kagan/Brik. Qu’une guerre puisse être qualifiée de mondiale, suffit à faire signe d’une forme de mondialisation de fait. L’expansion des migrations marchandes et humaines avec leurs corps et leurs « idées » n’avaient pas de raison de s’arrêter en 45 malgré les frontières pour toujours ! des états-Nations, et leur mode de production.
        Désir est un des ces mots embarrassant comme « sujet » et l’inspiration spinozienne revendiquée par Lordon logiquement devrait mener à lire « désir » via conatus. J’ai pas lu ce bouquin, juste des articles dont je goûte le style, l’humour, et pas toutes les analyses.
        Hagège reprend alors la créolisation du monde chère au regretté Glissant.
        Si on obligeait les frontaliers à apprendre la langue de leur voisin, il faudrait définir la profondeur du territoire frontalier, et regarder si les petits pays mangeraient de la langue de l’autre ou inversement. L’espéranto est resté une espérance positiviste, et « Wesh Wesh » mérite pour ma pomme des sous-titres, je m’en sors mieux avec les « têtes à claques » de nos cousins d’Amérique.

  2. Bonjour Paul,
    Je soutien bien entendu la Grève générale en Belgique comme je soutiendrais toute grève générale voulant s’opposer aux politiques suicidaires d’austérité recommandées par des dirigeants européens refusant de voir la situation des peuples européens.

    Je soumets à nouveau l’idée qu’une grève générale coordonnée au niveau européen (au moins) permettrait de faire savoir à ces dirigeants que c’est l’ensemble de la population qui rejette ces mesures d’austérité et pas seulement les population fainéantes et irresponsable des états du Sud de l’Europe, comme certains pays de Nord de l’Europe veulent le faire croire, suivis en cela par les gouvernements couards des autres états européens.

    La Société civile Européenne représentée par une alliance comportant des association des domaines sociaux, syndicaux et environnementaux fera entendre sa voix au Parlement Européen le 9 février, par une manifestation pacifique dans ce même parlement:

    The Spring Alliance invites you to hear the views of the:
    European Trade Union Confederation
    European Social Platform
    European Environmental Bureau
    Concord
    following the Annual Growth Survey 2012 and in preparation of the Spring Council (1 March 2012).
    When: 9 February 2012, 13.00-14.15
    Where: outside room ASP 3G3, European Parliament

  3. http://economicedge.blogspot.com/2012/01/has-it-comes-down-to-this-is-greece.html

    Has It Comes Down To this – Is Greece About To Become The Eurozone’s First Vassal State ?

    (Reuters) – Germany is pushing for Greece to relinquish control over its budget policy to European institutions as part of discussions over a second rescue package, a European source told Reuters on Friday.

    (…)

    The Financial Times said it had obtained a copy of the proposal showing Germany wants a new euro zone « budget commissioner » to have the power to veto budget decisions taken by the Greek government if they are not in line with targets set by international lenders.

    « Given the disappointing compliance so far, Greece has to accept shifting budgetary sovereignty to the European level for a certain period of time, » the document said.

    So , what’s involved here ? First , Understand unless Greece submits , there is NO second bailout ! Second , what must Greece submit to – a) they must submit legally to commit absolute priority to future debt ! Now we see why the Troika is seeking further guarantees from the political parties to kiss the Troika rings. Stat revenues first and foremost has to go to debt payment- only then can the poor Greeks spend money elsewhere ! 2) Greece must relinquish control over its national budget to a Troika selected stooge ! Unbelievable stuff. and when , not if the Greeks don’t comply ( as judged by the Troika ) , the Budget Commissioner of Greece has the power to tommy hammer Greece silly – think Greece has seen austerity up to this point ? It’s just getting started friends. and this is the path that Portugal , Ireland , Spain and Italy will travel in the fullness of time. After the PIIGS , the next group of vassal states will be identified ( you can see which ones have the bullseye on their backs already ) , until the Troika runs the entire show ! One by one – watch the countries drop , falling under the control of the Troika – until the dream of the EU Super State has been achieved !

  4. Suite :

    http://www.zerohedge.com/news/silent-anschluss-germany-formally-requests-greece-hand-over-its-fiscal-independence

    « The Silent Anschluss: Germany Formally Requests That Greece Hand Over Its Fiscal Independence  »

    http://www.spiegel.de/politik/ausland/0,1518,811922,00.html

    « Europäischen Finanzkreisen zufolge drängt Deutschland darauf, dass Griechenland die Kontrolle über seine Finanzen an europäische Institutionen überträgt. Das berichten die « Financial Times » und die Nachrichtenagentur Reuters. »

    traduction :

    Selon les cercles financiers européens l’Allemagne fait pression pour que la Grèce abandonne la contrôle des ses finances aux institutions européennes

    « Wie die « Financial Times » berichtet, soll dafür ein « Haushalts-Beauftragter » der EU eingesetzt werden. Er hätte die Aufgabe, alle großen Ausgaben Griechenlands zu überwachen. Zugleich hätte er die Macht, bei den finanziellen Entscheidungen des Landes sein Veto einzulegen »

    On préconise la surveillance par un controleur du budget de l’EU. Il aurait la tache de surveiller les dépenses, et d’y mettre un véto si nécessaire.

    1. Un non-paper à ce propos aurait circulé au sein de l’Eurogroupe ! Comment, vous ne savez pas ce qu’est un non-paper, cet élément fondamental de toute négociation internationale ? Il s’agit d’un projet de document qui n’a pas d’existence officielle, dans la rédaction duquel personne n’est impliqué… Pratique, non ?

  5. John Kennedy parle encore
    Le Point.fr- Publié le 28/01/2012

    Des conversations tenues dans son bureau de la Maison-Blanche quelques jours avant son assassinat, en novembre 1963, viennent d’être rendues publiques.

    « Qu’avons-nous à offrir aux jeunes générations ? Nous espérions leur apporter le bien-être. Mais s’ils ne sont pas vraiment malheureux, ils ne sont pas riches non plus. Quant à ceux qui sont riches, ils sont furieux, car ils n’aiment pas notre cran à leur égard. »

    Ces réflexions empreintes de désenchantement ne viennent ni de Nicolas Sarkozy, au moment où son quinquennat tire à sa fin, ni de François Hollande anticipant les réactions que sa réforme fiscale provoquerait s’il était élu. Et si son auteur est américain, ce n’est pas non plus Barack Obama, qui, dans son discours sur l’état de l’Union cette semaine, a déclaré : « Faire payer à un milliardaire au moins autant d’impôts qu’à sa secrétaire, c’est du bon sens, pas de la lutte des classes. »

    C’est pourtant bien un président des États-Unis qui a prononcé ces paroles désabusées sur les difficultés de la justice sociale, mais c’était il y a cinquante ans, et elles sont de John Fitzgerald Kennedy. Ce qui constitue pour nos responsables une sacrée leçon d’humilité tant les problèmes et les raisonnements évoqués paraissent d’une singulière actualité. Cela tendrait à prouver qu’en l’espace d’un demi-siècle nos progrès dans certains domaines ont été bien minces.

    Leçon d’humilité ou de frilosité ??

    1. @ Genetais
      Mais quelle est donc cette puissance du lobby de la Phynance qui peut imposer avec tant de constance sa loi ?
      « … je vous disais donc, messieurs, que les finances vont passablement. Un nombre considérable de chiens à bas de laine se répand chaque matin dans les rues et les salopins font merveille. De tout côtés on ne voit que des maisons brûlées et des gens pliant sous le poids de nos phynances. « …
      Alfred Jarry , évidemment !

  6. Hi,

    J’ai transmis, la semaine dernière, les invités de cette émission « d’excelllllence » (hee-haw !) la rumeur du monde (colombani et casanova)

    21.01.2012 « La campagne présidentielle française »

    Stéphane Rozès, politologue, directeur de la société CAP (« Conseils, Analyses et Perspectives »).
    Gérard Courtois, directeur éditorial du journal « Le Monde »

    Voici les invités de cette semaine :

    28.01.2012 « La bataille des programmes »

    – Jean-Hervé Lorenzi , professeur à l’université Paris-Dauphine, président du Cercle des économistes, conseiller du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild, membre du Conseil d’analyse économique

    – Eric Le Boucher, directeur de la rédaction d’Enjeux-Les Echos.

    Casanova vecchio nous a refait un petit caca nerveux sur le compte de Stephane Hessel.

    Au fait, avez-vous vu « les nouveaux chiens de garde » ?

    1. Quand on se penche sur les photos vintage des nos capitales, on en arrive rapidement à la conclusion que si ça a smurfé quelque part, c’est bien avec la place que l’on a octroyée à la bagnole dans nos espaces de vie. Un vrai bucht en quelque sorte !

  7. Je vous avais prévenu : augmentation de la tva de 1,6 % en france et c’est pas fini.
    A vos porte monnaie car les réductions sur les charges seront très vite annulées pour n’importe quel prétexte.
    Attendez vous à savoir : une tva de 30 % en 2013.

  8. Svp faites au cours de l’emission un aparté sur les massacres en Syrie.
    Lorsque DES journalistes sont enleves on en parle tous les jours jusqu’a leur liberation
    Lorsqu’un people est massacré, on ne doit pas arrester d’en parler non plus, jusqu’a ce que cela s’arrete.
    Ai je tord?

    1. Oui, plus de 5000 morts, imaginez ça dans n’importe que autre pays au monde, c’est même pas Tian’anmen, mais 2 fois plus, et puis les arrestation, tortures, et ça ne semble pas déranger grand monde ! Un scandale incroyable.

      1. Bonsoir L’expat et Lisztfr.

        De même que vous fréquentez le blog de Paul pour avoir une information et une analyse aussi juste et pertinente que possible sur la tourmente économique dans laquelle nous nous trouvons, vous devriez aussi de temps en temps vous promener sur la toile ne serait-ce que pour varier vos sources d’informations. En attendant, le CNS recrute: bon salaire, bel uniforme et armes flambant neuves made in …et puis non, je vous laisse deviner.
        Mais au fait, je n’ai pas souvenir de vous avoir lu concernant l’opération « Plomb durci », combien de morts déjà? Auriez- vous l’indignation sélective?

      2. @ Marc riva
        Bonsoir,
        Je ne suis pas certain d’avoir tout compris de votre reponse
        Cepedant a l’epoque ou l’on fait DES Lois sur les ancient genocides il sera it Bon de s’interoger sur les genocides en cours.
        Et puis Paul Jorion est anthropologue, doublé d’un economiste brilliant, mais par essence ouvert sur l’homme et son evolution.
        Il faut donc s ‘interesser aux genocides et les denoncer, et il faudra s’interesser a Dieu et ce que certains en font.
        Il n’y a pas l’economie et Le reste.
        Tout est melé .

  9. Monsieur Jorion, puisque vous êtes invité à la RTBF, faites leur donc lire le très beau texte de Erik LAMBOT

    1. Comment les patrons de boîtes en faillite, s’arrangent pour se partager ce qui reste dans la caisse.

      Faux Mr Jorion, ça, c’est ce que l’on appelle une généralisation abusive et d’ailleurs très révélatrice.
      Vous auriez du écrire : Comment certains patrons peu scrupuleux de boîtes en faillite, s’arrangent pour se partager ce qui reste dans la caisse.

      Pour votre info, mais surement le savez-vous déjà…, beaucoup plus de « patrons » de boites en faillite perdent non seulement leur entreprise mais aussi tout ce qu’ils possèdent à titre personnel car ils se retrouvent avec des passifs à rembourser vu qu’ils ont été obligés de se porter caution pour maintenir en vie le plus longtemps possible leur société et garder les salariés.
      Et très fréquemment ces passifs financiers les suivront toute leur vie.

      1. Paul pour aller dans le sens de Sexton

        Un exemple :

        Une PME de 55 personnes en Bigorre sous-traitant dans grand donneur d’ordre dans le domaine du petit electroménager S..
        Decision de délocalisation de la production en Chine par S..
        La PME conserve un plan de charge dégressif de S.. pendant 3 ans pour s’adapter et se réorganiser.
        Plan social : – 25 personnes
        4 années après : 1 gros client fait lui un impayé qui met la trésorerie de la PME dans le rouge.
        Les banques ne suivent pas => liquidation judiciaire de la société.
        Le personnel est licencié avec les indemnités de licenciement et des droits au chomage .
        Le mandataire social et dirigeant de la société se retrouve sans indemnité ni allocation chomage.
        L’ensemble de ses biens sont saisis hors sa résidence principale.
        Il avait 55 ans , un BTS en Mécanique, était quelqu’un d’honnête et avait créé sa société dans
        les années 80 ,et y avait consacrée sa vie.
        Pendant 5 ans il a fait des missions d’interim ou de management de transition jusqu’à plusieurs centaines de km de son domicile,avec des périodes sans emploi, pour terminer sa carrière.
        Paul , le monde des PME est celui que décrit Sexton et n’est pas à comparer avec les dirigeants des grands groupes qui bénificient de parachutes dorés , de stocks options , de plan de retraite personnalisé et d’un réseau qui les mets à l’abri du besoin.
        Rappelez-vous les conditions de départ des dirigeants de la SG, Airbus, Carrefour,..
        Beaucoup de PME se sont vu imposer, par leur client major, des délocalisations afin de conserver leur carnet de commande.

        (Source / INSEE – UNEDIC)
        Il y a en France au 31 décembre 2006, dans les secteurs ICS (Industrie, Commerce et Services),
        2 651 500 entreprises dont 2 000 seulement, parmi lesquelles on compte des entreprises des
        secteurs publics et semi-publics, de plus de 500 salariés. On dénombre donc 2 649 500 PME
        (entreprises de moins de 500 salariés).
        L’ensemble de ces entreprises emploient 15 978 000 salariés qui se répartissent comme suit :
        – les PME emploient plus de 89 % de ces salariés, soit 14 268 000 personnes
        – les grandes entreprises, qui représentent moins de 0,1 % du nombre total de ces entreprises, emploient près de 11 %, soit 1 710 000 personnes.

    2. Petroplus vu du blog de Gérard Letailleur

      « Si les travailleurs subissent, tout le monde n’est pas perdant, à commencer par le groupe américain Carlyle.

      Qui est derrière Pétroplus

      D’abord hollandaise, créée en 1993, cotée à la Bourse d’Amsterdam, Pétroplus est rachetée en avril 2005 par le fonds d’investissement Carlyle pour 825 millions de francs suisse. (Le groupe Carlyle est surtout célèbre grâce à ses principaux investisseurs et conseillers. Cela va de George H. W. Bush, ancien président des Etats-Unis, à Franck Carlucci, ancien directeur-adjoint de la CIA, en passant par Olivier Sarkozy, le demi-frère du président français, actuel patron des services financiers du groupe. Sans oublier Shafig Ben Laden, le demi-frère d’Oussama Ben Laden).

      En 2006, Carlyle retire Pétroplus de la Bourse d’Amsterdam, domicilie la société à Zoug et l’introduit à la Bourse de Zurich. L’opération est menée par l’UBS, le Crédit Suisse et Morgan Stanley.

      C’est la plus belle entrée en Bourse depuis 2001. Carlyle empoche 3,13 milliards de francs suisse.

      Les raisons de ce succès financier ? Les deux grandes banques suisses font le forcing pour proposer des actions Pétroplus à leurs clients. Et la presse financière n’est pas avare de compliments vis-à-vis de cette société, on peut même lire que Petroplus va «profiter du manque de capacités de raffinage pour assurer sa croissance».La suite est connue: Pétroplus se retrouve rapidement dans les chiffres rouges. Mais Carlyle s’en lave les mains. Le groupe s’en est mis plein les poches. « 

  10. Si on y parle de compétition puis je me permettre quelques mots?

    Tout le monde sait que la compétition nuit gravement à la santé. Ce ne sont pas les dirigeants qui font de la compétition au sein de entreprises en 3×8 de nuit comme de jour, ce sont les moutons qui commencent à s’enerver grave.
    Si on parle de compétition, alors qu’on donne des salaires de footballeurs pros aux salariés, ou alors on se tait avant avant d’avoir reçu un coup de sabot.
    Enfin, tous ces bergers malveillants ne pourraient ils pas prendre leur bâton de pélerin et parcourir le monde A PIEDS pour prôner l’Amour sans procréation pendant 20 ans (pour lutter contre la surpopulation) et prôner la coopération entre les Peuples au lieu de diviser tout le monde ??

    L’intégration de leur mémoire acquise en cette vie dans leur mémoire totale, au moment de leur mort, va être un méga cauchemard pour eux !!

    Merci de m’avoir lu

    1. Les journalistes anglo-saxons, quand ils sont bons, sont vraiment très bons. Les nôtres, en France, sont tous des porte-cotons. Malheureusement.

      1. Un détail, mais il s’agit d’un journaliste irlandais: et ne dites-pas à un Irlandais qu’il est anglo-saxon…

    2. Un cas d’école à enseigner dans toutes les (bonnes) écoles de journalisme.
      Et surtout passer ensuite à la pratique ! Y’en a en France auxquels on devrait retirer leur carte de journaliste. Tous les Laurent Pujadas, Jean-Marc Sylvestre, François Lenglet, Claire Chazal & co ne font pas leur boulot.

  11. « L’intelligence, c’est l’imprévisible. », Michel Serres
    « Je ne crois qu’à l’imprévisible. », Serge Uzzan
    « Je préfère un futur imprévisible à un futur imposteur. », Maurice Schumann
    « Au lieu de planifier l’imprévisible, rêvons ensemble du futur. », Jean-Marie Descarpentries

    Il n’y aurait pas besoin d’indexation automatique si les prix étaient automatiquement fixés.
    Mais Sarko, ce soir, va tout expliquer.
    Les conséquences de la « Très chère austérité », je les ai donné

    1. Hum…pour ce qui est de l’imprévisible, on est gâtés, finance, écologie, Fukushima.

      Les effets laissent à désirer.

  12. J’étais « devant le poste » ; très bien.
    Le plus édifiant était l’étonnement sceptique qui marquait le questionnement de l’intervieweur..
    Un journaliste fort jeune, au demeurant.

    Quelques minutes plus tard, la ‘spécialiste’ des questions européennes de la Rtbf (Anne Blampain), parlant de la Hongrie et abordant pour une fois une autre question que la liberté de la presse, exposait que les projets de Monsieur Orban « mettaient en péril, l’indépendance de la banque centrale hongroise »..
    Moi ça me fait drôlement rire cette présentation des choses.

    1. Orisible, j’ai pas tout saisi, qu’est-ce qui vous fait « drôlement rire » exactement dans la « présentation des choses » concernant Orban ?

      1. Il me semble que la véritable indépendance d’une institution nationale est de dépendre des représentants élus de cette nation ; la dépendance de nos banques centrales vis-à-vis des décisions européennes, ou leur impuissance vis-à-vis des questions monétaires, peut difficilement être qualifiée d’indépendance.
        Mais vous avez raison, je ne ris pas, je ricane.
        A votre santé, vigneron !

      2. Ah ouais, parce que les mafieux orbaniens à la tête de la banque centrale serait un signe glorieux de son « indépendance nationale » bien sûr.
        Orban dût-il pour ce faire et pour la bonne bouche, mettre son gouvernement « populonationaliste » d’authentiques ennemis du peuple, et son pays avec, en totale illégalité vis à vis des Traités signés, sur ce sujet comme sur bien d’autres, d’une toute autre gravité ceux-là, que vous en ricaniez ou pas, monsieurdame des iris.

  13. Monsieur Jorion, bonjour, Je viens à l’instant d’écouter votre intervention à la rtbf. Un grand bravo pour la clarté et la « percussion » de votre discours. Si avec ça certains se demandent encore pourquoi une grève générale belge demain, c’est qu’il sont bouchés incroyable ! Ceci dit je lis journellement votre blog avec un plaisir et un intérêt de jour en jour renouvelé. Bonne continuation. Cordialement, DH

  14. Bonjour Monsieur Jorion,
    Je vous ai écouté ce matin (à une heure dominicale, malheureusement, où la plupart des personnes font la grasse matinée) et votre discours est d’une clarté incroyable et rejoins le livre de Pierre Larrouturou « Pour éviter le Krash ultime » (http://www.larrouturou.net/) que je viens de lire. Comment expliquez vous que vos analyses et vos solutions ne soient pas écoutées par les responsables politiques qui serrent la ceinture de ceux qui ne sont pas responsables de la situation, et que faut-il faire ? Cordialement, FH

    1. « Comment expliquez vous que vos analyses et vos solutions ne soient pas écoutées par les responsables politiques… »

      Je ne connais pas la réponse, mais je suis comme vous : je trouve cela assez inexplicable 😉

      1. Peut – être que les responsables politiques écoutent et sont au service des 1% dont vous parlez justement. Cela expliquerait le fait que ces 1% ne sortent jamais des audiences avec des menottes. Si c’était le contraire, ils ne nous mettraient pas en austérité, seraient au soin de la population. Cela n’a rien d’un complot, c’est une déduction logique pleine de bon sens. L’histoire est pleine de faits semblable. Lire les réactions aberrantes de l’Empereur de Rome Honorius au 5 ème siècle, dans le livre Galla Placidia de Henri gourdin. Cet idiot prenait des mesures qui allaient même à l’encontre de la protection militaire de son empire mourant pour satisfaire ses lobby/ami qui gravitaient autour de lui à la cour. Sa mère, Gala Placidia a même sorti cette citation célèbre en parlant de son fils : Asinus, asinum fricat ».

      2. Pendant ce temps là, en Belgique:
        « …Dimanche 29 janvier 2012, se dérouleront les Championnats du Monde de cyclo-cross à Coxyde (Koksijde) en Belgique. Le succès populaire est déjà immense. On attend à peu près 50 000 personnes pour assister à cette course…. »
        http://coldufantome.over-blog.com/article-presentation-des-championnats-du-monde-de-cyclo-cross-97754794.html

        Je n’ai rien contre le sport mais cela est très suivi par le public et les politiques.
        Peut-être que si P. Jorion faisait du vélo …

      3. Je trouve cela assez inexplicable

        Les rapports entre l’ultralibéralisme et une majorité de gens qu’il entretient dans sa fascination, n’auraient-ils pas quelque chose qui tient de la pensée magique, voire religieuse (avec les tables des lois de l’économie, le clergé des experts, les missionnaires de la communication, le Vatican de Bruxelles et le cortège de ceux qui ne croient pas mais sont attachés aux prébendes qu’ils perçoivent du haut clergé)
        Ce mystère ne serait-il pas alors celui du fiasco de toute idée rationnelle confrontée à la pensée magique ?
        Un vrai problème d’anthropologue, non ?

      4. Galla Pacidia, on la « trouve » à Ravenne, sur l’Adriatique au sud de Venise, où elle a un mausolée.
        Superbes mosaïques un peu partout dans Ravenne, un peu méconnues du grand public touristique (tant mieux), ainsi qu’une Notte d’Oro début octobre, pas désagréable pour joindre le culturel (mosaïques du début de l’ère chrétienne) au contemporain (y compris mosaïques… encore).
        Ceci dit, après avoir lu les évolutions de la structure familiale des romains sous la plume d’Emmanuel Todd, l’idéologie de cette époque de la fin de l’Empire romain revêt un certain intérêt par comparaison avec le nôtre.
        Il y eu progressivement de l’émancipation dans les structures urbaines de l’Empire romain, partant d’un début fortement patriarcal (les agnats et les cognats) même si moins dégradant pour la femme que le statut des Grecs…. Todd prend un malin plaisir à comparer les règles de mariages des byzantins (lien avec ce qui précède : la tête de pont occidentale des byzantins était Ravenne et le port de Classe aujourd’hui dans les terres), et notre « bon vieux » PACS, « un an de concubinage valant mariage », etc.

        Pour reveni à l’impunité des dirigeants, la structure de personne morale n’est-elle pas perpétuellement révisitée pour permettre leurs tours de passe-passe? Dernier exemple, la formation de holding familiaux pour ne pas mettre la fortune en nom propre mais la faire apparaître dans un « outil de travail ». Un des mérites de l’affaire Woerth-Bettencourt est d’avoir permis qu’on parle longuement de cela…

      5. M. Jorion vous écrivez : »Je ne connais pas la réponse, mais je suis comme vous : je trouve cela assez inexplicable « .

        Voici mon explication ( à partir de vécus concrets ): les politiques de tout poil qui ont des ego inflationnistes de ballon (in )-dirigeable ont un sainte horreur qu’un quidam ( hors appareil ) vienne leur proposer des idées voire des actions intelligentes pour le Bien commun:
        – parce qu’on ne pourra pas dire que « ça sort » de leur intuition voire de leur intelligence, et cela ils n’aiment pas du tout;
        – parce qu’ ils ne veulent pas commencer quelque chose dont l’adversaire politique risque ensuite ( par changement politique ) d’exploiter à son profit;
        – parce que le mandat ( en blanc ) qu’ils ont reçu des électeurs , leur confère dans leur égo inflationniste, le pouvoir de dire tout et son contraire et de s’estimer tout savoir mieux que les pauvres administrés que nous sommes.
        Et…. après, eux…le Déluge.. à la Pilate!
        L’un d’eux ne vient-il pas, d’ailleurs, de nous menacer d’aller faire carrière au Barreau des friqués, si… d’aventure il devait perdre .
        Enfin, en Politique, la Sagesse n’est guère une vertu cardinale, « tendance »,de l’action au Pouvoir.

      6. @G@et: « Sa mère, Gala Placidia »

        Gala Placidia était la soeur d’Honorius. Sinon, entièrement d’accord avec votre commentaire.

    2. [Sur les hommes politiques de son époque] Il est difficile de déterminer à quel moment la bêtise a pris le masque de la crapulerie et la crapulerie celui de la bêtise. C’est pourquoi il sera toujours difficile de porter un jugement juste sur eux.
      (A.Schnitzler)

      1. Paul Jorion use parfois d’un proverbe de son cru pour arbitrer ce dilemne :

        « N’attribue pas à malice ce que connerie explique parfaitement! »

        Une variante du rasoir d’Ockham, en quelque sorte…

      2. Peltier, mon proverbe est soumis au droit d’auteur ! Où que vous soyez dans le monde, le FBI viendra sonner à votre porte demain à 6 heures du mat et vous mettra hors d’état de nuire pour un certain nombre d’années.

        Faut pas pousser, je suis bon bougre, mais le droit d’auteur c’est sacré ! Qui vole un oeuf, vole un boeuf ! C’est bien connu.

      3. Un proverbe à vocation aussi universelle ne peut qu’être dans le domaine public! Ca doit pouvoir se plaider!

        Malice et connerie, vous pensez! Vous êtes certainement antériorisé! 10 000 ans au moins!

        Cependant, je l’admets, il serait juste que l’on parlât désormais du « Rasoir de Jorion »…

      4. @ Marc
        Le rasoir d’Ockham, il ne coupe pas pareil sur les joues, dans le cou, sur le menton ou autour des lèvres.
        La connerie plutôt que la malice, soit, mais la connerie par cécité, mais la connerie par arrogance, mais la connerie par intérêt à courte-vue… autant de nuances que d’acrobatie pour ledi rasoir.
        Plus sérieusement, la « connerie » a des composantes sociologiques (Bourdieu), sociophysiques (Serge Galam), et enfin elle est stabilisée comme on l’a dit plus haut pour la fin de l’Empire Romain : même à ceux qui ont des instants de lucidité, la complexité des couches accumulées du système à déplacer peut leur faire préférer la retraite en désordre au vaillant combat, … sans malice certes.

      5. Eh bé oui monsieur le baudelaitriste MôôA, le petit souci étant que c’est précisément ceux qui nous parlent à tout bout de champ du bien nommé Malin, le voient itou à tout bout de champ – particulièrement au bout de leur index dénonciateur et/ou vengeur – qui nous assènent aussi le clicheton baudelairien ad nauseam. Étonnant non ? Sacré petit Malin.

      6. @vigneron: C’est faux, pas à tout bout de champs. En ce qui te concerne, j’applique le proverbe de Paul Jorion.

  15. Faudra t il attendre 5 ans ?????? J’espère que non , que tout s’écroule avant ou qu’ils changent d’eux mêmes ou sous la menace.
    Jean Claude , Nicolas , Maurice , Baudoin , et les autres , allez les gars on décampe , on à amassé assez de peze , pour cacher le tout on met le feu à Ormuz.

    1. Depuis quand les dirigeants au pouvoir laissent la place au « peuple »??? Même les dictateurs persistent (Kadafi, Bachar al-assad…….)

  16. Bonjour Mr Jorion,

    Je veux juste vous dire MERCI de mettre votre intelligence au service du bien commun ! Vos propos invitent à la révolte. Que la colère nous donne l’audace de dire NON !
    Bonne continuation.
    Philippe

  17. MERCI pour votre franc-parler !
    L’exercice médiatique nécessite des énoncés concis et clairs pour retenir l’attention de l’auditeur. Vous l’avez réussi… Reste qu’on préférait vous entendre à une heure de grande écoute, et sur six chaînes à la fois 😉

  18. Encore une bonne décison de nos zélites, qui se retrouvent prises à leur propre piège (et nous avec car c’est de notre faute même si on ne peut pas donner notre avis). Entre autres les Grecs, Italiens et Espagnols, importateurs de pétrole Iranien vont être ravis.

    « Il semble donc que nous soyons dans cette situation abracadabrantesque où chacun à son propre embargo, qui est le même mais qui a des conséquences bien différentes. Comme on l’a vu, à l’embargo de l’UE sur le pétrole iranien dans six mois (type “Messieurs les Iraniens, laissez-nous le temps de nous organiser pour éviter les conséquences fâcheuses pour nous de la mesure que nous avons décidée contre vous”), répond un projet d’embargo de l’Iran sur son propre pétrole à destination de l’UE dès que possible (type “Messieurs les Européens, avant de goûter les conséquences heureuses de la mesure que vous avez prise contre nous, appréciez-en l’amertume immédiatement”). Selon les derniers prolongements de la situation à Téhéran hier, il semblerait que ce projet, débattu par le Parlement (Iranien), débouche dès dimanche sur une proposition d’action (un embargo) dès la semaine prochaine. »
    Source Dedefensa

    1. Bonjour François78.

      Pourquoi dans 6 mois: Parceque le nouveau pipeline en construction qui permettra de charger le pétrole directement sur la côte d’OMAN pour s’affranchir du détroit d’ORMUZ ne sera pas terminé avant mai ou juin. Vous ajoutez à cela une marge de manoeuvre pour les dernières mises au point et vous êtes dans les clous. Ces impératifs techniques protègent encore pour quelques mois l’IRAN de la guerre après: Inch’ALLAH.

      1. Bonjour à vous RIVA MARC,

        Merci pour l’info. J’espère que les Russes, les Chinois, les Indiens et j’espère quelques autres sauront empêcher une folie.

  19. Bravo pour la clarté de vos propos meme si en face on ecoute et c’est tout.
    Hier aux informations j ai cru comprendre que la troika demande à la Grece de mettre sous sa tutelle sa politique fiscale si elle veut continuer à beneficier des prets financiers.
    Quelqu un peut il confirmer cette infomation
    Cordialement

  20. Que voilà une interview qu’elle est belle ! Et vivifiante et carrée.
    Une bonne rasade du nectar qui nous est distillé jour après jour et goute à goute sur ce blog.
    Ça requinque.

  21. Les conseils de Paul Jorion enfin suivis ?

    Salaires : « des augmentations faramineuses » ……..dans les ministères

    En 2007, René Dosière publie un premier livre, « L’Argent caché de l’Élysée », dont l’impact se prolonge par un deuxième opus, « L’Argent de l’État », la semaine prochaine
    Depuis quelques mois le pouvoir répugne à répondre à ses incessantes questions écrites. La présidentielle est proche. « J’ai quand même appris depuis la mise sous presse de mon livre que les plus gros salaires au cabinet de la Défense avaient encore augmenté de 24 % en 2011, et ceux du ministère des Affaires européennes, de 55 % (2). La logique continue… »

    1. @Pierre
      Avec la ‘promesse’ du candidat Hollande de réduire les revenus du Président et des ministres de 30%, on est donc loin du compte !

      1. Nous parlons ici des plus gros salaires des inamovibles dames pipi des cabinets ministériels.

        Un jeune homme de mes amis, vient de faire un stage au ministère des finances.
        En privé, plus personne n’y croit….. C’est la grande débandade et le moral dans les chaussettes.
        So….
        Tout ce qui est pris n’est plus à prendre.
        Une augmentation de 55% en 2011 sur les plus gros salaires, ça fait en gros un salaire plus « honnête » ! 🙂
        Vive l’inflation !

  22. Bonjour à tous les blogueurs jorionistes et l’auteur lui même.
    Mon orthographe m’a longtemps empêché de me manifester ici, mais bon…
    j’aimerais vous faire part de quelques unes de mes frustrations, qui sont parfois des questions sans réponse.
    Sans jamais avoir compris le fond du problème, avant d’avoir fréquenté les blogs et autres sources d’infos. , j’étais envahi d’un sentiment de non accomplissement dans cette vie matérialiste et gourmande, avec cet indéfinissable sensation de devoir paraître. j’ai compris que notre mode de vie engagé par cette luxure obscène ( encore plus flagrante chez les plus riches) nous détournais en plus d’un certain bonheur simple. De plus, après avoir suivi ce blog assidûment, j’ai commencé à engager la conversation sur ces sujets, juste pour prendre la température autour de moi.
    Mon constat est :
    1- que la plupart des gens, équipé d’une télé, se nourrissent des bêtises qu’on leurs sert, et surtout rien d’autre.
    2- que ces gens en plus d’être étonnés de m’entendre leur parler de ces sujets sont dans le déni, mais qui reflète une trouille viscérale de perdre leurs biens, leurs vies.
    Ils ne sont pas sûr de suivre le mouvement pour le changement, même si celui ci survient malgré tout.
    Pour avoir la conscience moins tourmentée, j’ai fait le choix d’une certaine pauvreté, je fonctionne à la récup. et culpabilise de ne pas pouvoir alimenter mon ordi en pédalant.
    Certains vivent les mots d’autres pas, a vous de leur trouver une définition: « sentiments » : comme ceux qui me sont provoqués à la lecture de ces infos et qui se dépeignent en « rancœur », « colère », « peur », « angoisse », mais aussi, ceux qui font de nous de braves gens, et sur lesquels apparemment nous comptons pour limiter la casse et qui ne sont pas vertus acquises par les décisionnaires, et les exploiteurs de tout bord : « entraide », « générosité » et « empathie ». J’avais juste envie de partager ces 3 derniers mots avec vous tous, pour une fois les faire apparaître. Il y aurait bien aussi: fierté, liberté, mais je les ai déjà croisés dans ces pages.
    Et enfin, juste pour se détendre , quand on consulte le lien posté par Lisztfr, en bas, on voit une superbe pub pour gagner 40000€ avec 100€ d’investissement. On est pollué de partout!
    Merci à tous de votre activité et activisme réfléchis sur ce blog.

Les commentaires sont fermés.