Fin de partie pour la démocratie représentative ? par Roberto Boulant

Ouvert aux commentaires.

L’histoire façonne la culture politique de chaque pays et il existe probablement autant de variations sur ce thème que de nations. Alors pour éviter de se noyer dans de vaines comparaisons – tout en versant sa dime au chaos qui s’installe au fur et à mesure que les institutions internationales nées de la 2nde GM se désagrègent – concentrons-nous sur la doulce France et sur la mère des élections, la présidentielle. Celle qui détermine la vie politique du pays pendant cinq ans.

Sur l’électorat en âge de voter, soit 53.689.151 personnes, il y eut 36.054.394 suffrages exprimés (hors bulletins blancs et nuls), dont 8.656.346 voix pour le futur vainqueur, Emmanuel Macron. Hors le second tour qui a consisté en un non-choix, on peut donc considérer que seulement 16,12% du corps électoral français a voté pour le programme de M. Macron. Le même calcul appliqué au premier tour des législatives donnant un total de 11,90% du corps électoral votant pour LREM.

À ces scores picrolinesques, le PR ne représentant même pas un électeur sur 6 et l’AN un électeur sur 8, il convient de rajouter les tares de la Cinquième aggravées par l’inversion du calendrier électoral et le quinquennat, qui ont transformé les ministres en secrétaires et les députés en godillots. La séparation des pouvoirs n’étant plus que formelle, c’est donc un seul homme – devenu inarrêtable – qui concentre entre ses mains tous les pouvoirs.

Rajoutez-y quelques prises de conscience (tardives et apparemment douloureuses), telles que :

– ledit président nous a été vendu comme un paquet de lessive par une presse appartenant à plus de 95% aux milliardaires,

– qu’il obéit à une feuille de route très précise impliquant de reporter taxes et impôts sur les classes dominées pour mieux en dispenser les dominants,

– qu’il poursuit une politique déjà bien entamée par ses prédécesseurs consistant à privatiser les services publics au prétexte de la dette, tout en légiférant par ordonnances pour détruire les ultimes protections sociales des travailleurs,

– que les corps intermédiaires sont totalement dévitalisés suivant le principe édicté par Sarkozy en son temps du « j’écoute mais je ne tiens pas compte ».

Les gilets jaunes sont donc au-delà de leurs différentes (et souvent contradictoires) revendications, le symptôme d’institutions politiques perçues désormais comme largement illégitimes.

Sentiment d’illégitimité ne pouvant que s’accroitre, M. Macron n’étant pas un politicien professionnel sachant interpréter les humeurs de la populace – à laquelle il voue d’ailleurs un profond et évident mépris.

Le choix est donc cornélien pour ceux qui l’ont porté au pouvoir par la grâce de leur argent : soit risquer une paralysie totale pendant les 3 ans 1/2 à venir en appelant à dissoudre l’AN et à de nouvelles élections, dans l’espoir de tout changer pour ne rien changer. Soit poursuivre dans la politique d’autiste et se maintenir par la violence contre le peuple, avec l’espoir que de nouvelles élections, forcées et non plus choisies cette fois-ci, portent au pouvoir une extrême-droite qui proposera au peuple la poursuite des politiques néolibérales en échange d’une chasse généralisée aux migrants, métèques et autres boucs émissaires.

Partager :

301 réflexions sur « Fin de partie pour la démocratie représentative ? par Roberto Boulant »

  1. Ah zut, ah les cons, z’ont compris que moratoire de 6 mois c’est juste une pause pour 6 mois et qu’après on remet la pompe à fric en marche : des pauvres vers les riches. Un bel élément de langage pour ces pauvres députés LAREM : ça coûte 1 ou 2 milliards ! Quel scandale : on va fâcher la CE… on ne va pas arriver aux 3 %.
    Oups ! «Ce jeudi [05.07.2018], le magazine « Challenges » publie le classement des 0,001% des français les plus riches. Cette année, le patrimoine des 500 premières fortunes françaises s’approche des 650 milliards d’euros. Une somme équivalent à 30% du PIB de la France. Et qui ne cesse d’augmenter.
    Depuis la première édition du classement, en 1996, le total du patrimoine des plus riches est passé de 81 milliards à 650 milliards d’euros. Depuis 2008, leur fortune a doublé et augmenté bien plus que la production nationale. Surtout pour les dix premiers du classement qui ont vu leur fortune quadrupler alors que celles des 490 suivants a seulement doublé. »
    Des rapaces et des imbéciles car à tout vouloir on peut tout perdre.
    Quelque chose d’extraordinaire arrive : les yeux s’ouvrent. Le « diner de cons » est fini ! Ils ont bien ri dans les beaux restos où ils fêtaient leurs victoires, depuis des années, des cons qui votaient Sarkozy, Hollande et Macron. Fini ! Les « cons » ont compris. Les cons se révoltent en masse.
    Je ne sais pas s’il y a des GJ qui viennent ici mais qu’ils sachent mon entière solidarité et je sais que je ne suis pas seul ici.

    1. Une interview de Sophie Wahnich parue aujourd’hui sur Mediapart :

      « Le plus souvent, nous dit Machiavel, les troubles sont causés par les possédants, parce que la peur de perdre engendre chez eux la même envie que chez ceux qui désirent acquérir. En effet, les hommes ne croient pas posséder en toute sécurité s’ils n’augmentent pas ce qu’ils ont. En outre, possédant déjà beaucoup, ils peuvent plus violemment et plus puissamment susciter des troubles. » À force de vouloir toujours dominer davantage et accumuler davantage et ainsi appauvrir et exaspérer le petit peuple qui, lui, veut simplement vivre dignement.

      Car selon Machiavel « le peuple désire n’être ni commandé ni opprimé par les grands, tandis que les grands désirent commander et opprimer le peuple ». Si, pour lui, tous les hommes sont « méchants », ils ne le sont donc pas à parts égales. Les grands ou la noblesse le sont par nature bien davantage que les autres car leur désir vise leur bien particulier tandis que le désir du peuple vise par nécessité un « bien » universel – la liberté de tous identifiée à leur sécurité.

    2. Jacques Seignan ou la révolution par procuration .

      Une sorte de révolution ( à défaut de démocratie ) représentative .

      1. C’est déjà ça , même si ça n’était pas le but .

        En parlant de représentativité , je revenais au sujet du billet .

      2. Et que penser alors de la vidéo du jour de Paul intitulée : « C’est là … c’est là … c’est la révolution ! » ?

        Moi elle me fait penser à une autre assez récente vidéo où Paul faisait (de mémoire) la remarque suivante :
        que ferions-nous le 14 juillet 1889 lorsqu’un ami se présenterait à notre domicile nous disant que tout le monde se dirige vers la Bastille .. et de répondre :
        — on y va !

        PS. une lecture trop rapide m’a fait penser dans un premier temps que Paul dans la vidéo du jour ne disait rien de spécial, que de son balcon, il se faisait simple reporter. Puis j’ai réalisé qu’il avait écrit non pas « c’est la révolution », mais :  » c’est là … la révolution. »
        La révolution serait donc en marche 🙂 Ou alors c’est c’est un lapsus révélateur !

        Je referme cet interlude pour détendre l’atmosphère.

      3. @PYD :

        J’ai dit plus haut quelle était la Révolution qui pèse .

        Celle montrée par Paul Jorion serait d’ailleurs bien pauvrette si elle devait se résumer à 150 lycéens qui ont de la peine à se mêler au trafic des …bagnoles et camions qui passent sur l’allée perpendiculaire , ou aux quarante mêmes lycéens que je suis allé rencontré vers 16 heures devant les grilles de la préfecture d’Annecy .

        Quand bien même nous n’aurions plus la même assemblée nationale dans deux mois , notre révolution franco-française ne serait qu’un épiphénomène mondial comparable à une guerre régionale , dans le contexte géopolitique actuel et futur .

      4. @Juannessy
        Bon pied bon œil.
        Moi qui vous imaginais cloué dans un fauteuil devant votre ordinateur tel un Hawking alpin.
        Encore un mythe qui s’effondre.

      5. Juannessy,
        Je pensais que l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix pouvait être décidée unilatéralement par un pays. C’est pas moi qui l’a dit, mais l’hôte de ce blog. Alors non, dans ce cas, une révolution franco-française ne serait pas tout à fait inutile. 😉

      6. @Arkao :

        Il faisait beau et c’était la foire de la Saint André ( un méga marché de soldes de tous types de babioles , avec près d’un millier de petits vendeurs de tout Rhône Alpes et au delà ) . Bref , l’occasion de faire les deux ou trois kilomètres à pied qui épargnent à la sécurité sociale plus de comprimés , et de discuter le coup au passage avec les lycéens ( majorité de lycéennes d’ailleurs ) qui jouaient du tambour devant la Préfecture en sortant du lycée Berthollet .

        Si ça reste prévu , je pense d’ailleurs participer à ma deuxième marche  » pour le climat » ce samedi ( et si on n’a pas la neige d’ici là ) .Quitte à cracher mes dernières dents , autant que ce soit pour le vrai péril .

      7. @PYD :

        Si vous pensez que , s’il y a prochaine assemblée , elle se souciera de l’interdiction de la spéculation sur les variations de prix , c’est un ….pari qui me parait encore plus risqué que de … penser que cette évolution franco- française fera tache d’huile dans un monde qui ne veut même pas admettre qu’il y a le feu à la maison .

        Je sais bien que c’est l’ambition du taulier , mais il va lui en falloir des vidéos sur Facebook et du temps consacré à Place Publique , pour déjà incrémenter ça dans le débat actuel qui ne veut pas du débat mais des sous .

        La même énergie pour faire bouger l’Europe ou au moins les quatre ou cinq pays qui y pèsent , hic et nunc , me semble plus « payante » et plus assurée de faire le lit de cette condition forte d’un nouveau système .

        Mais je l’admire de continuer à ne pas se résigner , même s’il rencontre des difficultés avec les  » (sans) transitions ».

        Arkao a finalement raison , j’en ai trop vu et entendu qui ressemblait déjà à ce que je vois et j’entends , contradictions comprises .Il est temps de me taire davantage , en concluant comme Serres : » il aurait fallu un récit utopique , un exode …où, rencontrant telles circonstances et sachant les négocier, un groupe innombrable échapperait à deux morts conjuguées: celle qu’inévitablement l’on rencontre et celle qu’il prépare de ses propres mains . Je n’ai pas su l’inventer. Je soupçonne que ceux qui le concevront ouvriront avec bonheur la porte close devant ma faiblesse » .

        Pardonnez ma faiblesse , mais ne me demandez pas de ne pas reconnaitre le noir et le blanc .

        Aimez vos enfants et gardez le sourire.

    3. Juannessy
      Nous sommes écartelés par deux nécessités, celle de penser la percolation d’un nouveau paradigme avec sa temporalité au long cours, et celle de penser l’urgence, avec ses effets de seuil dont nous ne connaissons pas les termes.
      Nous ne pouvons donc tabler pour notre survie que sur l’accélération du processus percolateur pour avoir le temps de mettre en place les bonnes solutions.
      Dans cette perspective toute fenêtre politique qui s’ouvre est une opportunité pour produire l’accélération sus-dite. Il me semble que nous sommes en train de vivre un tel moment, qui tombe pas du ciel mais vient à la suite d’une suite de séquences, dont la dernière avait été la démission d’Hulot et la première la suppression de l’ISF en début de mandat.. Macron a son corps défendant est un accélérateur de percolateur 😉
      Ne me faîtes pas plus naïf que je ne le suis, rien ne dit que la séquence sociale et politique que nous vivons en ce moment débouchera sur quelque chose de vraiment positif.
      Mais si on essaye rien, pas à l’aveugle, mais faisant tout notre possible pour appréhender toutes les facettes d’une situation, on aura peut-être perdu une bonne occasion.
      C’est l’essence du politique qu’il n’est pas maîtrisable et qu’il y a toujours une part de risque dans la mise en oeuvre des possibles que l’on entrevois, suppute.
      Et c’est aussi par le dialogue, en échangeant nos arguments, qu’on améliore nos chances de limiter les sottes attitudes, les erreurs de jugement, auxquelles personne ne saurait échapper.
      La politique en temps de crise, ce n’est pas seulement une affaire de nombres, de rapports de force, ce sont aussi des systèmes de valeur qui se transforment.

      1. Je sais , j’ai tenu aussi ce discours .

        Mais si je suis un ancien et toujours adepte de Tolstoï , c’est que je crois , par humilité acquise , plus à la « précipitation » (au sens du phénomène physique ) d’événements multiples , de natures différentes , de poids et de saveurs multiples , d’envergure mondiale , qu’à la «  »percolation » de quelques idées géniales franco-françaises qui auraient leur place , mais comme élément secondaire et infime dans une valse , que plus personne ne maîtrise et dont la musique est donnée en fait par l’environnement terrestre qui orchestre la nature et l’heure des « phénomènes » ( des précipitats environnementaux ). Et ce qui « précipite » actuellement est hors d’échelle avec une « révolution » française .

        Alors que nous ne savons percoler que des choses mineures , peu nombreuses , contradictoires ou opposées à celles des autres .

      2. Je suis d’accord pour la précipitation auxquels participent des évènements multiples.
        Je ne pensais pas aux seules « idées géniales ». Un évènement politique et social participe de la précipitation.
        Le fait que cela se passe dans un pays en particulier, à un moment particulier a son importance tout de même, car tout évènement concerne d’abord des communautés politiques ; les gens reçoivent les informations, communiquent sur l’évènement dans leur langue propre, en un lieu qui leur est familier. C’est dans ce cadre que les choses résonnent en quelque sorte. Le cadre politique national est lui-même la résultante de contraintes extérieures, qui sont multiples. Toute transformation interne a donc des conséquences sur ce qui se passe à l’extérieur des frontières. Nous le voyons avec l’Europe. Les USA ….
        Pouvons-nous nous payer le luxe d’attendre qu’une multiplicité d’évènements mondiaux précipitent la survenue d’une solution ? Il me semble qu’à l’heure de la mondialisation un évènement fort qui surgit en un endroit du monde peut encore produire des effets ailleurs, et pourquoi pas sur l’ensemble du monde. Et cela à une vitesse jamais connue auparavant. La bêtise systémique qui semble si stable pourrait donc être abolie aussi rapidement qu’elle s’est établie si certaines conditions précipitaient les choses dans une certaine direction à la faveur d’un évènement imprévue précipitant des choses estimées jusqu’ici hautement improbables. Si certains cliquets en quelques endroits étaient désactivés par exemple.

        Les gilets jaunes sont d’une certaine manière la métaphore de cela : en bloquant finalement un nombre limité d’endroits névralgiques ils provoquent, voire précipitent, certaines choses. Par exemple le fait qu’un gouvernement se trouve acculé à aller chercher des ressources budgétaires ailleurs que dans les taxes indirectes, l’oblige soit à aggraver la déséquilibre dans le partage des richesses dès lors qu’il n’imposerait pas davantage les plus riches, et procéderait comme le préconise Lemaire à de nouvelles coupes budgétaires, soit l’incite à changer de cap en instaurant un partage plus juste. Bref, un tel mouvement, même s’il n’est pas animé de cette intention, peut produire un tel effet, en portant les contradictions d’une politique à leur paroxysme. Sur le plan de l’évolution de l’opinion, cela a forcément un impact, car les contradictions sont mises à nue. Une compréhension plus évidente de certains mécanismes s’ensuit.

      3. @PYD :

        ça n’est pas faux , et j’ai moi même indiqué qu’une explosion française participait à son très petit niveau à la totalité des éléments qui se combinent . J’indiquais aussi que l’utilisation de cette éventuelle énergie devait sans délai être d’un niveau européen pour signifier une promesse réalisable et actrice dans la marche du monde , sinon ce sera juste un instant de digestion un peu pénible dans le repas des deux ogres . Hors je ne vois rien de ce genre , que ce soit des tractations ou des manifestations spontanées  » ailleurs » .

        Et en l’état , compte tenu de la violence , et de la « non représentativité » , je vois plutôt , à l’expérience de l’histoire , que l’énergie dégagée soit utilisée par qui l’on sait , avec des troupes défiant avec « Liberté , Egalité , Fraternité  » écrit dans le dos .

        Fraternité . Le comble de l’ironie .

        J’ai pris la crève hier . A plus tard .

      4. juannessy
        soignez-vous bien.
        PS. effectivement ce que vous dites est un scénario plausible.
        Il me semble que plus nous retardons les moments de la révolte organisée plus grandes seront les chances que ce scénario se réalisera dans sa version violente.

  2. Macron s’est perdu, cet après midi. demain ou un peu plus tard.
    Quant a savoir si ce seront des lendemains qui chantent voici peut être un élément de réponse. En espérant un rebondissement inespéré.

    SONDAGE – Selon une étude d’opinion publiée ce mardi, le Rassemblement national est le seul parti à connaître un regain de popularité en plein mouvement des Gilets jaunes.

    https://www.lci.fr/politique/marine-le-pen-tire-profit-de-la-crise-des-gilets-jaunes-dans-l-opinion-selon-un-sondage-ifop-fiducial-pour-paris-match-2106480.html

      1. Eh oui Julien, ces gens sont trop cons pour comprendre pour qui ils vont voter bientôt…
        Juste une question : à qui la faute s’il y avait ─ ce que je n’analyse pas ainsi ─ un 3e tour dans la rue ?
        À qui la faute si l’on est est arrivé là ? Un simple sentiment d’injustice auquel une bonne pédagogie pourra remédier ?
        Mais bon, comme ça a été dit je suis un idiot qui veut la révolution par procuration.
        Il est temps que je revienne à mes lectures et travaux personnels divers.
        Hasta luego !

      2. « Ah le jaune serait-il une couleur ultra-Marine ? »

        Meuh non, enfin, quelle drôle d’idée.

        La dream team de Bannon et de ses sbires en embuscade. Comme vous y allez, m’enfin….

        « Cette théorie est notamment diffusée par des élus locaux du RN ou par Bernard Monot, député européen Debout la France. Dans une vidéo intitulée “Le remplacement des européens par des migrants, une réalité” et qui comptabilisait mardi après-midi plus de 400 000 vues, il affirme que l’ONU recommande de remplacer les citoyens européens par des hommes et des femmes issus de l’immigration. “Macron signera des deux mains (…) L’Europe est à la veille d’un tsunami migratoire de type invasion et colonisation” assène-t-il.  »
        https://www.franceinter.fr/info/la-france-va-passer-sous-administration-de-l-onu-la-folle-rumeur-qui-agite-des-gilets-jaunes

      3. @ Julien Alexandre 4 décembre 2018 à 22 h 42 min
        …/… si « lepeuple » voulait le programme de Méluche, « lepeuple » aurait voté Méluche …/…
        oui, bien sur, mais il ne vous a pas échappé que la liste de revendications publiée par FranceInfo,
        qui ne peut être soupçonné d’être un partisan de JLM, est étonnamment compatible pour ne pas dire plus avec le programme de la FI.
        Pour ma part cela m’a étonné, agréablement étonné.

      4. @ Julien Alexandre 6 décembre 2018 à 21 h 08 min
        Avez vous bien lu la liste des revendications publiée par France Info à laquelle je fais référence ?
        Je ne vois là que des revendications de gauche dont une seule qui pourrait aussi être revendiquée par la droite et l’extrême droite, celle demandant la reconduction dans leur pays des demandeurs d’asile déboutés.
        ____________________________________________
        *Le mouvement a envoyé aux médias et aux députés un communiqué
        comprenant une quarantaine de revendications, jeudi. **
        **Les revendications des « gilets jaunes » dépassent désormais
        officiellement la seule question des prix du carburant. Dans un long
        communiqué envoyé aux médias et aux députés, jeudi 29 novembre, la
        délégation du mouvement liste une série de revendications qu’il souhaite
        voir appliquées.*

        « Députés de France, nous vous faisons part des directives du peuple
        pour que vous les transposiez en loi (…). Obéissez à la volonté du
        peuple. Faites appliquer ces directives », écrivent les « gilets
        jaunes ». Des porte-parole de la délégation doivent être reçus, vendredi
        à 14 heures, par le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre
        de la Transition écologique, François de Rugy.

        Augmentation du smic à 1 300 euros net, retour à la retraite à 60 ans ou
        abandon du prélèvement à la source… La liste comprend de nombreuses
        mesures sociales, mais également des mesures concernant les transports,
        comme la fin de la hausse des taxes sur le carburant et la mise en place
        d’une taxe sur le fuel maritime et le kérosène. Voici cette liste non
        exhaustive de revendications :

        • Zéro SDF : URGENT.
        • Davantage de progressivité dans l’impôt sur le revenu, c’est-à-dire
        davantage de tranches.
        • Smic à 1 300 euros net.
        • Favoriser les petits commerces des villages et centres-villes. Cesser
        la construction des grosses zones commerciales autour des grandes villes
        qui tuent le petit commerce et davantage de parkings gratuits dans les
        centres-villes.
        • Grand plan d’Isolation des logements pour faire de l’écologie en
        faisant faire des économies aux ménages.
        • Impôts : que les GROS (MacDo, Google, Amazon, Carrefour…) payent GROS
        et que les petits (artisans, TPE PME) payent petit.
        • Même système de Sécurité sociale pour tous (y compris artisans et
        autoentrepreneurs). Fin du RSI.
        • Le système de retraite doit demeurer solidaire et donc socialisé. Pas
        de retraite à points.
        • Fin de la hausse des taxes sur le carburant.
        • Pas de retraite en dessous de 1 200 euros.
        • Tout représentant élu aura le droit au salaire médian. Ses frais de
        transports seront surveillés et remboursés s’ils sont justifiés. Droit
        au ticket restaurant et au chèque-vacances.
        • Les salaires de tous les Français ainsi que les retraites et les
        allocations doivent être indexés à l’inflation.
        • Protéger l’industrie française : interdire les délocalisations.
        Protéger notre industrie, c’est protéger notre savoir-faire et nos emplois.
        • Fin du travail détaché. Il est anormal qu’une personne qui travaille
        sur le territoire français ne bénéficie pas du même salaire et des même
        droits. Toute personne étant autorisée à travailler sur le territoire
        français doit être à égalité avec un citoyen français et son employeur
        doit cotiser à la même hauteur qu’un employeur français.
        • Pour la sécurité de l’emploi : limiter davantage le nombre de CDD pour
        les grosses entreprises. Nous voulons plus de CDI.
        • Fin du CICE. Utilisation de cet argent pour le lancement d’une
        industrie française de la voiture à hydrogène (qui est véritablement
        écologique, contrairement à la voiture électrique.)
        • Fin de la politique d’austérité. On cesse de rembourser les intérêts
        de la dette qui sont déclarés illégitimes et on commence à rembourser la
        dette sans prendre l’argent des pauvres et des moins pauvres, mais en
        allant chercher les 80 milliards de fraude fiscale.
        • Que les causes des migrations forcées soient traitées.
        • Que les demandeurs d’asile soient bien traités. Nous leur devons le
        logement, la sécurité, l’alimentation ainsi que l’éducation pour les
        mineurs. Travaillez avec l’ONU pour que des camps d’accueil soient
        ouverts dans de nombreux pays du monde, dans l’attente du résultat de la
        demande d’asile.
        • Que les déboutés du droit d’asile soient reconduits dans leur pays
        d’origine.
        • Qu’une réelle politique d’intégration soit mise en œuvre. Vivre en
        France implique de devenir français (cours de langue française, cours
        d’histoire de France et cours d’éducation civique avec une certification
        à la fin du parcours).
        • Salaire maximum fixé à 15 000 euros.
        • Que des emplois soient crées pour les chômeurs.
        • Augmentation des allocations handicapés.
        • Limitation des loyers. Davantage de logement à loyers modérés
        (notamment pour les étudiants et les travailleurs précaires).
        • Interdiction de vendre les biens appartenant à la France (barrage,
        aéroport…)
        • Moyens conséquents accordés à la justice, à la police, à la
        gendarmerie et à l’armée. Que les heures supplémentaires des forces de
        l’ordre soient payées ou récupérées.
        • L’intégralité de l’argent gagné par les péages des autoroutes devra
        servir à l’entretien des autoroutes et routes de France ainsi qu’à la
        sécurité routière.
        • Le prix du gaz et l’électricité ayant augmenté depuis qu’il y a eu
        privatisation, nous voulons qu’ils redeviennent publics et que les prix
        baissent de manière conséquente.
        • Fin immédiate de la fermeture des petites lignes, des bureaux de
        poste, des écoles et des maternités.
        • Apportons du bien-être à nos personnes âgées. Interdiction de faire de
        l’argent sur les personnes âgées. L’or gris, c’est fini. L’ère du
        bien-être gris commence.
        • Maximum 25 élèves par classe de la maternelle à la terminale.
        • Des moyens conséquents apportés à la psychiatrie.
        • Le référendum populaire doit entrer dans la Constitution. Création
        d’un site lisible et efficace, encadré par un organisme indépendant de
        contrôle où les gens pourront faire une proposition de loi. Si cette
        proposition de loi obtient 700 000 signatures alors cette proposition de
        loi devra être discutée, complétée, amendée par l’Assemblée nationale
        qui aura l’obligation, (un an jour pour jour après l’obtention des 700
        000 signatures) de la soumettre au vote de l’intégralité des Français.
        • Retour à un mandat de 7 ans pour le président de la République.
        L’élection des députés deux ans après l’élection du président de la
        République permettait d’envoyer un signal positif ou négatif au
        président de la République concernant sa politique. Cela participait
        donc à faire entendre la voix du peuple.)
        • Retraite à 60 ans et pour toutes les personnes ayant travaillé dans un
        métier usant le corps (maçon ou désosseur par exemple) droit à la
        retraite à 55 ans.
        • Un enfant de 6 ans ne se gardant pas seul, continuation du système des
        aides PAJEMPLOI jusqu’à ce que l’enfant ait 10 ans.
        • Favoriser le transport de marchandises par la voie ferrée.
        • Pas de prélèvement à la source.
        • Fin des indemnités présidentielles à vie.
        • Interdiction de faire payer aux commerçants une taxe lorsque leurs
        clients utilisent la carte bleue. Taxe sur le fuel maritime et le
        kérosène. »

    1. Avant mon moratoire sur ce blog : Arnaud, le propre de l’Histoire est de ne jamais se répéter et d’être imprévisible. Selon la formule de Dac : les prévisions sont difficiles, surtout quand elles concernent l’avenir.

      1. L’élection de Trump était imprévisible,
        L’élection de la Ligue était imprévisible
        l’élection de l’extrême droite en Andalousie était imprévisible.
        Etc etc etc

    1. Bof! Ceux-là on leur donne rapidement leur carotte et puis ils retournent au boulot comme les agriculteurs (appel à la grève aussi la semaine prochaine pour protester contre la hausse des taxes sur les produits phyto).

      1. Effectivement, jusqu’à présent cela c’est souvent passé ainsi. Mais aujourd’hui sera-ce encore le cas avec toutes ces colères qui semblent se coaguler et la véritable haine qui se focalise sur Macron ?

      2. Plus intéressante serait une jonction entre les marcheurs pour le climat samedi et les gilets jaunes qui reviendront dans la capitale, la boucle serait bouclée en quelque sorte, celle de l’écologie et du social.
        C’est ce qui pourrait arriver de mieux, même si cela se réalise partiellement, c’est bon à prendre.

      3. Les marcheurs pour le climat pourraient carrément revêtir un gilet jaune sans oublier d’amener leurs pancartes pour l’avenir de l’humanité.

      4. Pierre-Yves, les jiléjônes auraient aussi pu se joindre à la marche contre la violence faite aux femmes à Paris, non ?

        Z’ont sans doute pas voulu se laisser « piéger » par un moratoire sur les « caresses un peu fermes » 😉

        De manière générale, je suis d’avis que ce soit le plus petit groupe qui se joigne au plus grand plutôt que l’inverse. 8.000 péquins fluos à Paris le 24 novembre, contre 30.000 au calme de l’autre côté.

      5. Julien
        En ce qui me concerne je ne ferais pas de paris sur les nombre des gilets jaunes présents à Paris samedi.
        M’est d’avis que pour faire du mouvement des gilets des jaunes quelque chose qui ouvre de nouvelles perspectives une bonne tactique consisterait justement à s’approprier le gilet jaune comme signe de ralliement pour une transformation plus profonde de la société (j’ai vu à Paris, j’ai même une photo, des gilets jaunes avec leur pancarte « liberté égalité fraternité ») : laisser les gilets jaunes à eux-mêmes c’est la meilleure manière de laisser tous les combats isolés les uns des autres et d’entretenir l’incompréhension mutuelle. En nous mêlant les uns aux autres, bariolés de jaune de vert de rouge, peut-être que dans le geste quelques idées passeront mieux d’un bord à l’autre. Plus de conscience sociale chez ceux qui marchent pour la planète, et réciproquement. Tous les gilets jaunes ne sont pas sexistes, il y en a aussi, même comme dans toutes les couches de la société, on en a même découvert de sévères au sommet d’EELV..

      6. @PYD :

        Mao avait compris ça en format très intéressant : tout le monde avec son petit livre rouge .

        Mussolini avait aussi un gout prononcé pour les couleurs « uniformes « .

        Certains avaient même inventé les bulletins de vote en couleur , plus faciles à repérer .

        Quand on pense qu’on n’impose pas la blouse grise obligatoire à l’école , quel scandale .

        ( c’est moi qui devient fou ?…)

      7. Juannessy,
        et le 14 juillet, et pour Charlie, tous les drapeaux bleu blanc rouge, c’est Mao, Mussolini ?

      8. Si vous annexez pour l’y confondre le « bleu-blanc-rouge » avec quoique ce soit d’autre , on ne sera jamais d’accord entre nous deux ( enfin sur ce point là , car ça fait trop longtemps qu’on s’apprécie . Ne me faites pas le coup du moratoire ! ) .

      9. Juannessy
        et le gilet jaune avec sa pancarte « liberté égalité fraternité » (désolé il ne connait pas juannessy, il n’y avait pas « étendu au vivant »), il compte pour du beurre ? 🙂
        Je vous fournis la photo (très belle photo m’ont dit ceux qui l’ont vue, désolé pour cet excès d’immodestie), si vous m’en faites la demande.

      10. @PYD :

         » étenduE » au vivant !

        Marianne et son drapeau n’appartient pas à un homme ou une femme seuls ;

        Liberté , Egalité , Fraternité étendue au vivant ne vit et n’existe que lorsque tout le pays se trouve la même motivation pour se réunir derrière le drapeau et la devise .

        C’est d’ailleurs ce qui m’a fait écrire assez tôt que ceci n’était pas une révolution , car le pays est coupé en 5 voire six morceaux de poids comparables , dans un ensemble européen qui lui même s’anémie . Et qu’on cherchait la colle sur un marché où les deux colles disponibles ne feraient rien d’autre qu’agréger les acheteurs aux deux vendeurs .

        Mais si vous avez des idées pour leur faire adopter la colle de notre devise avec le mode d’emploi , Banco .

      11. @ Julien Alexandre 4 décembre 2018 à 22 h 32 min
        J’ai participé à la manif contre les violences faites aux femmes, notamment en jouant avec l’Orchestre debout sur la place de la République, je vous assure qu’il y avait des gilets jaunes sur cette même place, et qu’ironie de l’histoire, les manifestants contre les violences faites aux femmes ayant choisi la couleur violette, les GJ se trouvaient en parfaite complémentarité.
        Par ailleurs, destinataire de la liste de diffusion ATTAC Ile de France, je vous informe qu’un texte appelant expressément au rassemblement des GJ et la marche pour le climat circule en ce moment même.

  3. En attendant tous a vos gilets verts pendant qu’il en est encore temps…
    https://nousvoulonsdescoquelicots.org/agir-ensemble/

    7 DECEMBRE, JOUR DE FÊTE NATIONALE
    Le vendredi 7 décembre à 18H30, les signataires de l’Appel se retrouvent à nouveau devant les mairies de leurs villes et villages. Inscrivez-donc votre rassemblement sur cette page!

    Ça va swinguer, coquelicots à la boutonnière ! Nous vous avons concocté quelques chansons pas piquées des vers (à télécharger ici). Aux nouveaux venus, on souhaitera la bienvenue et on se rappellera ensemble le sens de l’Appel. Ceux qui étaient là la fois précédente dresseront un bilan des 2 mois écoulés et nous imaginerons ensemble les prochaines actions à mener. Avec UN objectif central, impératif, essentiel: récolter des signatures. A l’aide des feuilles de signatures, via une tablette ou avec votre téléphone portable. Faire signer, c’est le mot d’ordre!

    Enfin, si vous avez prévu le coup, on descendra quelques verres de vin, de cidre ou d’orangeade, au milieu des cris d’enfants, des sonnettes de vélos, des tambours et des casseroles. Juré, on va à nouveau s’amuser et faire du bruit.

    PS: Il nous est arrivé aux oreilles que des municipalités enquiquinent certains d’entre vous en leur réclamant des assurances ou en laissant entendre que des agriculteurs pourraient venir leur frotter les oreilles… On vous a concocté une petite note, pour rappeler l’essentiel: se rassembler est un droit (constitutionnel, même!).

      1. @Arnaud
        Des cahiers de revendications décentralisés (souvent à l’échelle du département) sont en cours de réalisation un peu partout. Il ne faut pas oublier qu’il y a parmi les gilets jaunes des syndicalistes mécontents des stratégies de leurs centrales et qui apportent leur expertise militante sur le terrain.

  4. Brèves de presse:

    Lors de son allocution de fin d’année Jupiter voyait 2018 comme « l’année de la cohésion de la Nation » 🙂
    «Je ne suis pas fait pour diriger par temps calme. Mon prédécesseur l’était, mais moi je suis fait pour les tempêtes.» E.Macron, The Guardian, octobre 2017
    (E. Todd: « Macron a un rapport particulier à la réalité qui mériterait l’intérêt des psychologues ».)

    Les chauffeurs routiers, les ambulanciers, les transporteurs de fonds et les déménageurs sont appelés à la grève à partir de dimanche soir, et pour une durée indéterminée, par les fédérations CGT et FO du secteur du transport

    La Fédération CGT des Services publics annonce le depot d’un preavis de greve pour le samedi 8 decembre et pour la periode du 9 au 31 decembre.routier.

    Attac appelle à rejoindre les #GiletsJaunes

    Lycées, Tolbiac …

    «Parce que la transition écologique suppose la défense de la justice sociale, gilets jaunes et climat doivent pouvoir se rejoindre !» L’appel de ⁦@MicheleRivasi⁩ de ⁦@EELV⁩ à la convergence dans ⁦@libe⁩ avant samedi prochain

    Nicolas Hulot a appelé à un report de La marche pour le climat . « C’est mon avis personnel, ça n’engage que moi, je trouve que ce n’est pas le moment car c’est un risque de confrontation supplémentaire et de confusion des messages », a-t-il dit.

    « C’est la 1ère fois que je reçois un tel ordre » un CRS. Selon L’Express, les unités de #CRS auraient reçu la consigne de procéder à des tirs tendus de lanceurs lacrymogènes à hauteur d’homme samedi dernier à #Paris. Une pratique interdite, justifiée par le contexte.

    Le gouvernement s’obstine, Macron exclusivement s’agite à draguer l’armée et la police. Les craintes de Todd d’un coup d’état sont bien réelles.

    1. Depuis ce matin le calendrier de l’Avent s’enrichit:
      -Préavis de grève illimitée déposé dans la Police Nationale à partir du 8 décembre 2018 (Syndicat VIGI)
      – Un syndicat de police, la FPIP a rejeté la prime promise aux CRS.
      -Le Syndicat de la magistrature appelle les professionnels et citoyens à participer la journée « Justice pour tous » du 12 décembre! Le préavis de grève est déposé
      -Les dockers des ports de Marseille et de Fos sont en grève totale en soutien aux lycéen.nes réprimés hier à Marseille
      -Le syndicat Sud Rail appelle les cheminots à rejoindre en masse le mouvement des #GiletsJaunes .
      A cet effet nous mettons à votre disposition l’ensemble de notre outil syndical, ainsi qu’un préavis de grève reconductible.
      -La CGT Éduc’action appelle les personnels de l’Éducation nationale à se mobiliser, à se réunir pour envisager les suites permettant la convergence des luttes, y compris par la grève.  »
      – La CGT, FO, SUD santé et solidaires lancent un appel à la grève
      à suivre…
      Un peu d’optimisme: RUFFIN : #BDR39 : BRAVO, ÉCLAIR DANS LA NUIT DE L’HISTOIRE, CHEVAL DE TROIE & LA NUIT DES GILETS JAUNES https://www.youtube.com/watch?v=WfbPvd0lvg8
      Un portrait de Macron, en échos à ce que raconte Todd:
      DÉMOSTHÈNE : « MACRON EST DÉSORMAIS PERÇU PAR BEAUCOUP COMME UN PERVERS MANIPULATEUR » https://lemediapresse.fr/idees/demosthene-macron-est-desormais-percu-par-beaucoup-comme-un-pervers-manipulateur/

  5. @Roberto Boulant 4 décembre 2018 à 9h59
    Outre le coût prévisible de ces mesures provisoires, il faut tenir en compte les pertes économiques induites lors de tous ces événements qui faisaient suite à  « Nous ne changeons pas de cap » donc à l’entêtement obtus de l’exécutif face à une demande gérable à l’origine.
    Le plus agaçant était également de constater que, lors de différents débats sur les chaînes de télévision, les députés se comportaient, à peu de nuances près, comme les défenseurs bec et ongles des décisions de l’exécutif plutôt que comme élus du peuple dont ils étaient censés être les représentants.
    Quant au ruissellement vers le haut, l’analogie avec un cours d’eau remontant vers le haut de la montagne est un peu tordue, ne faudrait-il pas adopter l’analogie de la sublimation de la neige ou de la glace qui passe de l’état solide à l’état gazeux sans passer par la phase liquide ?
    L’exécutif ne revient pas sur la suppression de l’ISF mais se propose d’en évaluer les conséquences d’ici 1 an, l’imposition de 1,7 % de CSG sur les retraites, on ne parle pas de sa suppression.
    Une chose est sûre, la conjonction de ces deux mesures a eu un impact certain sur les dons, ils sont en chute libre :
    https://www.la-croix.com/Economie/Economie-et-entreprises/En-panne-dons-associations-salarment-2018-12-03-1200987035

    1. Le ruissèlement vers le haut est plus qu’une analogie tordue, c’est une réalité répugnante.

      Et l’impossibilité, au sens physique, de son énoncé dit mieux à mon sens la machinerie mise en place pour le hold up, que l’évaporation ou la sublimation qui sont eux des processus naturels. Mais c’est bien sûr une question de goût et de préférences.

  6. Issu du fil d’actualité du Figaro ce soir :

    « L’Élysée redoute la venue de personnes pour «casser et tuer», samedi à Paris
    Alors que le gouvernement a multiplié les appels au calme mercredi, l’Élysée craint des manifestations d’une «grande violence», samedi prochain, à Paris. La présidence, contactée par Le Figaro, redoute un «noyau dur radicalisé» de «gilets jaunes» venus «pour casser et pour tuer». L’exécutif fait état «d’appels à tuer et à venir armé afin de s’en prendre notamment aux parlementaires et aux forces de l’ordre». »

    Ça recoupe un élément marquant de la conversation privée que j’ai rapportée plus haut il y a deux jours avec l’un des CRS qui était sur le terrain dans le quartier de l’Etoile samedi 1er décembre, comme quoi « La grande inquiétude pour samedi prochain, c’est qu’en face certains en viennent aux armes à feu. »

    La conversation incluait des détails de situations tactiques potentielles, que je ne vais évidemment pas rapporter ici. Mais qui montrent que déjà en début de semaine l’hypothèse était prise très au sérieux.

    Il y a un risque que la journée de samedi soit véritablement dramatique.

      1. Je pense que la question n’est pas là. Pas besoin d’évoquer le risque d’une provocation téléguidée par quelque service secret.

        Il y a des gens qui ont des armes en France, il y a des groupes d’extrémistes violents – ultra-gauche ou ultra-droite – dont l’objectif peut être de tuer du flic et l’espoir de provoquer une réaction disproportionnée, il y a des groupes criminels qui ont des armes et pourraient voir une occasion…

      2. Justement, tous ces braves gens peuvent être les idiots utiles d’un gouvernement aux abois qui pourrait être tenté de voir dans l’état d’urgence la seule manière de sortir d’un conflit d’un type nouveau, auquel il ne sait pas (et ne peut pas) répondre.

        Solution extrêmement risquée parce que les forces de l’ordre sont déjà en surchauffe depuis longtemps, et qu’il parait difficile qu’elles aient les moyens de faire respecter l’état d’urgence, non pas dans une ou deux « banlieues », mais sur l’ensemble du territoire. Sans omettre le fait que des étudiants, voire des lycéens, ont l’intention semble-t-il de manifester samedi prochain, et que si l’un d’eux venait à être tué, toute la responsabilité en retomberait sur M. Macron, puisqu’il est de fait PR et Premier ministre.

        Solution extrêmement risquée donc, mais les gens qui sont supérieurs intellectuellement avec une pensée subtile sont bien connus pour oser tout…

      3. A qui profite la suspicion de délit d’intention ?

        Les morts se consoleront avec les fleurs que l’esprit subtile de Roberto Boulant apportera sur leurs tombes dont on espère qu’elles seront moins profanées que celle du soldat inconnu .

        Les gilets jaunes ont permis ce jour là , l’avènement d’un gouvernement autoritaire en France , et la fin probable du modèle social français .

      4. « Les gilets jaunes ont permis ce jour là , l’avènement d’un gouvernement autoritaire en France , et la fin probable du modèle social français »

        Salauds de pauvres qui viennent troubler notre confort. S’ils ne peuvent endurer en silence, que l’on fasse donner la troupe !

        Bref, ce sont les pauvres les responsables, et non la violence des riches.

        Et pour le délit d’intention, voyez le premier secrétaire de M. Macron, c’est lui qui parle de morts, seul lamentable moyen qu’ait trouvé ces gens-là pour dissuader les manifestants…

      5. @Juannessy
        Tombe du soldat inconnu. Belle illustration du caractère composite de ce mouvement. Ne me dites pas que vous n’avez pas vu cette image de ce groupe de gilets jaunes assis et soudés chantant la Marseillaise autour de ladite tombe. Comme il est impossible à l’heure actuelle, pour le sociologue et l’historien, de recueillir le témoignage des acteurs, nous en sommes réduits à des interprétations spéculatives. Parmi ces dernières, rien n’interdit d’évoquer la réappropriation d’un symbole national « souillé » par le ratage mémoriel de l’itinérance présidentielle.
        Je m’explique: Pour une très grande majorité des français, la Grande Guerre c’est la boucherie, l’horreur des tranchées, le deuil et, maintenant nous avons le droit de le dire, l’incompétence criminelle d’un partie de l’État-major et de ses généraux d’opérette. Le Président de de la République n’a pas intégré cette donne, ni les travaux récents des historiens. Une fois de plus il s’est montré inculte et complètement déconnecté de la réalité sociale et culturelle du pays.

      6. Je sais bien que ce ne sont pas les gilets jaunes qui avaient imaginé profané la tombe du soldat inconnu , et que certains ont tenté de s’y opposer .

        Je sais par contre ce qu’on peut faire avec un mouvement de foule (pauvre ou pas ) non structuré , et ce qu’il peut en résulter qui n’est jamais ce qui a motivé d’apparence ou de fond , la mise en route . Soit qu’on soit du côté des machiavels conscients ( et j’espère et sais que tous les politiques le sont ) , soit qu’on soit des machiavels de l’ombre , soit qu’on ne maîtrise plus rien du tout car la violence a ses caractéristiques propres qui ne permettent aucun pronostic.

        Autre que le retour aux urnes dans le cas idéal , dans un contexte de ruée vers « l’ordre » .

        Déjà vu et inévitable .

        Pour la fin plus ou moins rapide du modèle social français , ça n’est que mon pronostic , en fonction de ce que pourra faire la France dans le contexte mondial actuel , et dans le contexte français qu’elle aura elle même créée .

        Je ne voulais pas laisser le monopole des prophéties au taulier .

        Les gilets jaunes pauvres ou pas , ne sont que des auxiliaires dans l’affaire .

        La responsabilité est fondamentalement celle du matériel politique français au sein duquel les « courants » de la gauche sont les premiers défaillants .

      7. Tout cela peut être résumé simplement : nous assistons à une crise de régime puisque le peuple n’est plus représenté.

        Et si en plus le PR dispose de tous les pouvoirs, il devient logiquement responsable de tout. Rajoutez à cela la dévitalisation des corps intermédiaires, et le PR se retrouve seul devant le peuple dans la rue.

        De l’avantage du cliquet pour faire exploser la machine.

        Sans omettre que les quasi-pleins pouvoirs ne suffisant pas à notre Machiavel de carton, celui-ci gouverne par ordonnances pour précipiter la fin du modèle social français. Tout en passant son temps à insulter les français(es). N’en jetez plus!

        Ceux des américains qui souhaitent voir Trump empêché vont être rêveurs devant un Président qui s’auto-empêche de lui-même en l’espace de 18 petits mois.

      8. @ Arkao,

        Le ratage d’Emmanuel Macron sur ce sujet est d’autant plus navrant qu’il était aisément évitable.

        L’hommage aux maréchaux de la Grande Guerre aurait parfaitement pu être maintenu, en rappelant simplement cette réalité pourtant élémentaire que Philippe Pétain n’est pas maréchal de France. Il n’est même pas simple soldat, car toute dignité de ce genre lui a été retirée lors de sa condamnation pour les faits que nous savons.

        L’Histoire ne doit certes pas être changée, et c’est bien lui qui était à la tête de l’armée française lorsqu’elle remporta la victoire. Mais il a été frappé ensuite de ce que les Romains appelaient la damnatio memoriae, l’annulation de tous les honneurs, et les recherches historiques sur la période ont confirmé qu’il ne l’avait pas volée.

      9. @ Juannessy,
        « Les gilets jaunes ont permis ce jour là , l’avènement d’un gouvernement autoritaire en France , et la fin probable du modèle social français . »

        C’est le scénario des législatives de juin 1968. Je n’y crois pas du tout, car il suppose le ralliement de la majorité au « parti de l’ordre ». Mais où est-il, celui-là ? Emmanuel Macron et LREM sont identifiés comme les principaux responsables du mouvement Gilets jaunes, donc comme une source de désordre. Et aucune des trois oppositions principales (LR, RN, LFI) n’apparaît comme crédible dans le sens où l’opinion imaginerait que « un Tel peut faire mieux ». Il n’y a pas de parti de l’ordre où se réfugier…

        Ou encore ce pourrait être un scénario « J’utilise l’article 16, je prends les pouvoirs exceptionnels ». Mais d’une part ce dispositif est limité (le parlement continue à siéger, le conseil constitutionnel peut remettre en cause s’il estime que ça dure trop longtemps), d’autre part et surtout le gouvernement ne pourrait pas réprimer des manifestations vraiment de masse. Et la raison est simple : il n’a pas les troupes pour.

        Les policiers, les militaires sont avant tout des Français. Comme la majorité de la population, il y a toute raison de penser que la majorité approuve le mouvement Gilets jaunes. Qu’on leur demande de protéger la République contre les casseurs ou contre des tentatives d’intrusion à l’Elysée ou au Parlement, ils le feront bien évidemment. Mais s’ils recevaient des ordres de tirer sur une foule pour faire disparaître des manifestants, comment imaginer qu’ils obéissent ? De même, les militaires se sont peut-être engagés en espérant « casser » du terroriste, certainement pas de la mère de famille et du jeune qui manifeste.

        Or la seule manière de casser le genre de manifestation de masse qui suivrait certainement une tentative du président d’établir un régime autoritaire, c’est la solution Tiananmen, on en tue quelques centaines ou milliers et les autres resteront chez eux parce qu’ils tiennent à la vie. Pas possible en France. Et si Macron était suffisamment fou pour essayer – je n’y crois pas du tout – il ne ferait que décider de sa chute, qui se terminerait en procès pour haute trahison.

        On ne peut établir un régime autoritaire sans disposer soit de l’assentiment d’une majorité de la population (Vladimir Poutine par exemple), soit d’une troupe de prétoriens suffisamment détachée du corps social pour mitrailler sans ciller une foule de concitoyens innocents. Ni l’un ni l’autre n’existent aujourd’hui en France.

      10. Ouaf ! Ouaf ! Qu’est ce qu’on se marre !

        Ça me fait penser à Mélenchon qui voulait faire de l’élection européenne le simple outil pour dégommer Macron . Ce à quoi je répondais ( ici , pas à Mélenchon qui ne me lit pas ) , que Macron était déjà dégommé dès sa fin de mandat , et que JLM ferait mieux de faire de l’élection européenne une véritable chance pour répondre aux injustices du monde .

        Le même grief aux oppositions de tous bords , qui se sont contentés de cacher leur incapacité à vraiment voir venir le clash derrière les caricatures de Macron ( et il était et reste caricaturable) , et de mettre en musique cohérente les nouvelles donnes et nouveaux concepts qui pouvaient déstabiliser capitalisme et néo-libéralisme , pour offrir un autre espoir à ceux qui sont au fond ou craignent d’y tomber . Seul Hamon , dans les temps récents a essayé de porter une idée neuve qui ait un sens social profond .

        J’ai souvent vanté les maires de petites et moyennes communes , et « la territoriale » y compris celle d’Etat . Je reçois comme un espoir de réalisme et équité , la montée au front de ces maires là , qui étaient au bord de l’abandon en grand nombre pour les prochaines municipales ( des sortes de gilets jaunes institutionnels ) , et qui ont des tas de choses à dire et à faire pour apporter les vraies issues immédiates et de moyenne haleine .

        L’aménagement du territoire retrouvera alors son réalisme et fiabilité juste de proximité , que tous les gouvernements depuis quarante ans ont abandonné aux logiques économiques u capitalisme libéral .

        Le plan Marshall est là . Les « Banlieues  » s’y intègrent . Colossal travail et énormes ressources et maîtrise d’œuvre directe » publiques nécessaires ( dont les gratuités ) .

        Dans un contexte de disparition du travail , de baisse des salaires , de dettes , de caisses vides , de critiques insensées de la pression fiscale , et de profond déséquilibre de la répartition des richesses ( insensées en ce qu’elles ne prennent pas la mesure du lien direct entre cette fiscalité et notre modèle social ) .

        Que ce soit assez rapide ou surtout pour les européennes , on vote pour qui ? et surtout pour quoi ?

      11. Pour quoi ?
        Pour un Parlement croupion dont la principale prérogative, c’est déjà ça, est de pouvoir décerner le prix Sakharov une fois l’an.

        Pour qui ?
        Vu le pouvoir du Parlement, est-ce vraiment important ? Nous pourrions envoyer 74 députés de la même formation politique à Strasbourg, que cela ne changerait pas grand-chose.

      12. @Jacquot :

        Vos arguments ont leur pertinence , mais nous n’allons pas vers des analyses réfléchies . Si les choses se « précipitent « , c’est le dernier état d’âme qui fait le vote dans l’isoloir .

        C’est vrai par contre que Wauquiez qui aurait pu rafler la mise , est à la ramasse ( et de sa faute personnelle) .

        J’aimerais me tromper sur la couleur de la casaque qui sortira du chapeau , et sur le poids de la France dans le contexte mondial .

      13. On aura donc trouvé à qui profite le crime :

        à Roberto Boulant qui veut la place du PR ( pour l’écrire comme lui , ça vaut un tableau Excell) Macron , ou d’un autre d’ailleurs éventuellement .

      14. Non , conclusion logique .

        A moins que Roberto Boulant soit le porte parole d’une écurie particulière ?

        Auquel cas : le crime profite à l’écurie particulière ( sans doute nationaliste si pas souverainiste ) .

      15. Puisque vous prenez plaisir à écrire mon nom pour me prêter je ne sais quelles intentions malfaisantes faute de pouvoir me contrer sur le terrain des arguments, me serait-il possible de connaitre votre véritable nom « Juannessy » ?

      16. Appelez vous Robboul si vous voulez , ça ne change rien à la conclusion logique .

        En quoi serait il malfaisant ,d’être le porte parole d’une écurie ?

        Ce qui serait malfaisant serait de ne pas l’annoncer . Capisto ?

        De mon côté , je traine le même pseudo depuis 15 ans et ne  » représente » que moi même , c’est dire si ce que je raconte est de peu d’importance , sauf parfois pour moi , en m’aidant à mettre de l’ordre dans mes idées et vérifier si je suis encore d’accord avec moi même .

      17. – A moins que Roberto Boulant soit le porte parole d’une écurie particulière ?
        – On aura donc trouvé à qui profite le crime :à Roberto Boulant qui veut la place du PR
        – Auquel cas : le crime profite à l’écurie particulière ( sans doute nationaliste si pas souverainiste )
        – Mais je ne m’y risquerai pas , car Roberto Boulant m’a déjà appris qu’il se battait avec une épée et un poignard caché dans la botte

        En lieu d’argumentaire, des insinuations et des attaques ad hominem caché douillettement derrière un pseudo. N’est-ce pas la définition de ce qu’est un troll ?

      18. Désolé arkao de vous donner cet impression. Si je veille toujours à rester sur le terrain des idées et de l’argumentation, il est toujours délicat de de faire face à des gens qui utilise un pseudo, non pas pour protéger leur identité sur le net, chose compréhensible, mais pour se livrer à des attaques ad hominem et à d’insidieuses insinuations lorsqu’ils sont à court d’arguments.

      19. @Arkao :

        Je suis déjà assez déplumé comme ça ! et si c’était un duel , je vous prendrais comme témoin .

        Mais je ne m’y risquerai pas , car Roberto Boulant m’a déjà appris qu’il se battait avec une épée et un poignard caché dans la botte ( sans que ça ne choque trop François Leclerc apparemment ). Le genre de truc qui me fait changer de trottoir définitivement et juger d’un bonhomme .

      20. Oui, vous n’avez pas supporté de ne pas être le plus bel oiseau du blog de François Leclerc, c’est à dire de produire un commentaire sur 3 ou 4, et vous en êtes parti comme Giscard sur un Adieu assez comique.

      21. Pourquoi ne serait-ce pas bien de nommer les choses ? C’est la définition même du troll que d’insinuer, d’insulter ou de polluer le débat, tout en se cachant derrière un pseudo.

      22. Si jamais c’est passé inaperçu à François Leclerc , je fais en fait référence à un billet de son blog présenté sous la plume de Roberto Boulant (RAS ) , qui commence à être commenté , avec des réponses fournies ( RAS au contraire ) du même Roberto Boulant .
        Jusqu’au moment où mes commentaires n’étant pas du goût de l’auteur du billet ( RAS ) , je commence à constater que mes commentaires tardent à être incrémentés ( pourquoi pas ) mais surtout que les réponses de Roberto Boulant s’incrémentent dans la même seconde que ma question ( une réponse s’est même incrémentée avant la question dans la file ) .

        C’est alors que j’ai compris ce que les commentateurs ne savaient pas , c’est que Roberto Boulant assurait aussi la modération du site et qu’il trouvait normal de le faire sans l’avoir précisé . Le genre de chose qu’on ne me fait pas deux fois ( d’où mes demandes de précision à Julien Alexandre ) .

        Quand on trouve que je gène , il suffit de me le dire , je m’en vais .Pas besoin de dés pipés .

        Roberto Boulant serait il la vérité du siècle que je ne me fierais pas à sa parole .

        J’ai plus confiance dans une promesse de Jducac ou de Vigneron .

      23. – « Juannessy », il est impossible qu’une réponse apparaisse sous un commentaire non publié.

        – « Juannessy », vous n’avez jamais été censuré sur le blog de François Leclerc et toutes vos réponses ont été publiées,

        – « Juannessy », si vos réponses tardent à être incrémentées c’est que nous ne sommes que deux, François et moi, à nous occuper de la modération.

        – « Juannessy », si vous voulez savoir qui fait la modération d’un site, c’est effectivement extrêmement compliqué : il faut poser la question. Vous l’avez d’ailleurs fait sur le blog de Paul Jorion, et vous avez eu la réponse immédiatement.

        – « Juannessy », personnellement que vous fassiez vôtre le blog de Paul Jorion au point de produire un quart des commentaires de certains papiers ne me gène absolument pas. Vraiment. Ce qui me gène par contre, c’est que lorsque faute d’argument vous passez à l’insinuation et à l’attaque ad hominem.

        Et puisque c’est vous qui faite allusion à cet épisode sur le blog de François Leclerc, tant pis pour votre petit égo, mais j’invite tous ceux que ça intéresse à jeter un œil au papier en question et aux commentaires, les vôtres comme les miens.

        https://décodages.com/2018/07/12/trump-joue-le-demantelement-de-leurope/

    1. Monsieur Macron,
      la situation est explosive.
      Vous devez désamorcer rapidement, avant demain, l’irréparable, ce n’est pas moi qui le dis, c’est un de vos ministres qui s’inquiète à juste raison, quoi qu’on puisse penser de lui.
      Il s’agit du contrat social, auquel il vous faut redonner un peu de sens. Pour cela il vous faut faire un geste qui fasse l’unanimité de tous. Un geste, non pas de concession, mais simplement qui apaise, devant lequel la violence ne peut que reculer. Ainsi vous sortirez par le haut de la crise au regard de l’histoire. Je ne fais pas allusion ici à votre avenir politique, il s’agit ici des Français, dont vous êtes le président, ainsi le veut notre constitution.

      1. Cet homme s’est-il tellement isolé qu’il n’y a même plus un bon écrivain dans son entourage pour l’aider à écrire un bon discours ?

      2. « Les associations des maires ruraux et des petites villes de France demandent à leurs élus d’ouvrir leurs mairies samedi, jour de mobilisation annoncée des « gilets jaunes », pour permettre aux citoyens d’exprimer leur colère et leurs revendications. »

        Merci à eux, dans ce climat propice aux messages délétères et clivant à souhait, d’apporter des ouvertures au dialogue, à l’écoute et aux échanges citoyens constructifs souhaitables. J’ai la chance d’avoir un maire , dans mon village qui est ouvert, avec une vraie humilité et à l’écoute (DivG) et qui a cet état d’esprit. Service !!!

  7. Les associations des maires ruraux et des petites villes de France demandent à leurs élus d’ouvrir leurs mairies samedi, jour de mobilisation annoncée des « gilets jaunes », pour permettre aux citoyens d’exprimer leur colère et leurs revendications.
    Contre « la surdité » de ceux qui gouvernent, les maires veulent « permettre à chacun de nos concitoyens d’exprimer verbalement leur colère », écrivent l’Association des maires ruraux (AMRF) et l’Association des petites villes de France (APVF) dans un communiqué commun.
    « Lors de cette journée, le rôle du maire et du conseil municipal sera d’écouter, d’enregistrer et de faire remonter l’information, sans prendre parti, sans juger, sans contredire… », poursuivent-elles. « Charge ensuite à l’Etat de récolter, d’écouter et de synthétiser les remontées », précisent les deux associations qui regroupent environ 11.000 maires.
    Une synthèse départementale des « doléances et propositions » devrait être ensuite diffusée « au gouvernement, au parlement et aux médias ».

    1. Excellente initiative, droite et adroite à la fois 🙂 !

      L’intelligence collective et la décence sont toujours de ce monde.

  8. Je suis rarement en désaccord avec Paul, mais ici je ne peux qu’exprimer ici un désaccord.

    L’équation Fake-news = Gilets jaunes, me semble fausse.

    Quel rapport entre les Gilets jaunes et les fake-news ?
    Certes il y a des leaders auto-proclamés qui versent dans cette inepte tendance, mais est-ce vraiment cela le trait le plus caractéristique de ce mouvement ?
    Ce qui est visé c’est l’Etat, comme source de leur mal-être. Et comment pourrait-il en être autrement dès lors que c’est bien l’Etat (et Macron comme son représentant) qui est à l’origine et applique la politique fiscale ? Ce n’est même pas l’Etat comme institution qui est remise en cause, c’est son injustice. C’est l’argent qu’ils ont en moins d’ou le slogan souvent inscrit sur les gilets : « rendez l’argent! » et les sommes d’argent que les plus riches ne paient pas.
    Autant dire que les Gilets jaunes font de la politique. Les corps intermédiaires ne remplissant plus leur rôle, ils invitent la politique dans la rue. Plutôt que les jacqueries du Moyen-Age c’est 1830, 1848 …. avec des différences bien sûr, l’histoire ne se répète pas à l’identique. Les GJ c’est même tout à fait inédit ; si l’on doit dire que c’est une jacquerie alors précisons que c’est dans le contexte d’une société démocratique, ce qui change tout et dès lors change la définition du mot jacquerie.

    La vidéo se termine en disant en passant : « Les gueux qui disent n’importe quoi ». S’agit-il de citer le discours dominant pour le critiquer, ou de reprendre à son compte ?
    Si l’on garde le titre de la vidéo, où il est bien question de fake news je suis bien obligé de conclure que la bonne interprétation est effectivement : ils disent n’importe quoi, les Gilets jaunes.
    Si c’est le cas, c’est une mécompréhension de ce qu’est la parole des Gilets jaunes, comme le rappelle Edouard Louis dans son intervention récente où il dit en substance qu’aux Gilets jaunes on refuse toute autonomie de pensée, faisant d’eux des non-sujets.
    Certes ils sont divisés, les revendications n’entrent pas dans les clous du discours académique, mais ils disent des choses, en se réunissant ils se forgent une nouvelle conscience politique.
    Il se passe beaucoup de choses admirables parmi ces gens qui bravent le froid et tiennent des barrages à des endroits névralgiques de l’économie d’un pays. Ce sont pour moi des gens ordinaires qui font d’une certaine façon des choses extra-ordinaires. Ils réinventent les barricades mais adaptées à la société du XXème siècle. Ils réinventent les modalités du rapport de force.
    Un mouvement comme les GJ ne peut se résumer à une simple jacquerie, il faut avoir mis un peu entre parenthèse la sociologie pour ne pas voir que c’est un phénomène social total comme dirait Mauss. Il y a les GJ, mais il y a toutes les interactions, les discours qui s’articulent autour de leur action, qui fait que ce mouvement a pris une toute autre dimension, si bien qu’on a maintenant une crise sociale, politique, et peut-être même de régime.

    Je ne suis pas d’accord non plus avec l’idée que les GJ c’est seulement l’étincelle qui embrasse la prairie. Il y a cela, c’est incontestable, mais on ne peut pas réduire l’analyse à seulement cela, c’est trop simple.
    Il y a un contexte politique bien particulier. La nécessité de faire de la transition énergétique une question sociale est une chose qui n’allait pas de soi, or les GJ ont permis, après la séquence Hulot, ne l’oublions pas, que la question sociale soit intégrée à la réflexion politique relative à la transition énergétique, ce n’était sans doute pas intentionnel mais le résultat est là. Pas certain qu’une révolte sous un autre « prétexte » aurait donné ce résultat précis.
    Hegel est évoqué mais dans la vidéo il n’y a pas d’analyse historique dialectique des GJ, comme mouvement qui s’insère dans le débat démocratique, dans le mouvement des idées relatives
    à l’approche qu’on peut avoir de l’écologie.

    Enfin, il n’y a pas de parallèle possible entre les fake news et la limitation à 80 km/h.
    Cette limitation n’engage pas la question de la vérité, il s’agit juste de la perception que c’est insupportable de devoir se limiter et c’est d’ailleurs ce que Paul dit.
    Comment est-il possible dans ces conditions de raccorder cet exemple à une démonstration comme quoi les gilets jaunes diraient n’importe quoi ?
    Les automobilistes ne produisent aucune théorie parallèle, aucune post vérité concernant le fait de devoir rouler moins vite.

      1. Le langage et les vidéo des « élites » , sont condamnés aux malentendus ( et encore , là , PYD restait soft )

        Il y a des circonstances , où , comme dans certaines réunions de famille ( les enterrements par exemple ) , il vaut mieux se contenter de « condoléances  » plutôt qu’à croire bien faire avec le beau discours qui tente de rassembler ce que l’on retiendra de la vie et du message du défunt ( s’il y a un message , ce qui est très rarement le cas ) .

      2. Si Paul, ce malentendu peut être partagé et j’en témoigne.
        Dans l’équation de la post-vérité il y a Trump et les fachos… d’où GJ = post-vérité = Trump = fachos.
        Je sais qu’ici certains (Julien par ex.) ont condamné ce mouvement comme s’il n’était, je cite, « qu’un 3e tour » contre l’élection de Macron et par conséquent une émanation des forces rouge-brun du RN à Méluche. C’est leur droit d’interpréter comme ils veulent (et je sais qu’il y a bien des infiltrations nauséabondes) ─ et même avec un ton cassant et méprisant. Je ne voulais plus revenir sur ce forum mais l’heure est grave. Nous devons tous échanger. Voici mes arguments.
        Comme l’a si bien écrit Timiota dans son billet sur les ronds-points, ces gens dans la nuit, la pluie et le froid constituent le même genre d’intelligence collective que l’on a vu partout dans les soulèvement populaires. Il est injuste et totalement contre-productif de les mépriser et de les réduire à des forces obscures. Personne ne doit souhaiter que la violence survienne mais il est profondément triste que Macron ait commencé à céder avec des émeutes. Quand j’ai manifesté il y a quelques années pour les retraites, nous étions nombreux, très nombreux et rien n’a été cédé. Le message finit malheureusement par passer, à qui la faute ?
        Un bien piètre politicien, (un mauvais élève de plus) comme tu le dis et qui nous approche de l’abîme. J’ai voté pour lui contre Le Pen mais, après à peine 18 mois, il risque de lui ouvrir les portes du pouvoir. Tout ça pour ça ?
        Seuls notre soutien et notre support pourront aider ces mouvements à une sortie vers le haut, si c’est encore possible. Comme disait Timiota dans sa belle conclusion je le cite à peu près (pardon) : «sur la place Publique, agora de piétons, faire place aux centaures modernes avec leurs 4 roues».

      3. Paul, la polarisation, c’est aussi dans la division cellulaire, l’étape intermédiaire, et dans les villages en épuisement de ressources (par croissance démographique ou attrition des terres arables) c’est la sorcellerie utilisé « structuralement » pour que deux camps se distinguent d’un tout.
        Mais ici, il y a, dans mes souvenirs lointains de Hegel, différents stade de conscience dans la dialectique maitre/valet. Je crois qu’en résumant les GJ à un stade (et en l’appelant « fake-news »), tu prends le risque de laisser penser que ce mouvement GJ n’est pas en gésine d’autre chose, qu’il dépassera ce stade et que les consciences, des deux côté (maitres et valets) vont bouger. Il a pour lui son intelligence objective, les médiologues l’attesteront sans difficulté : se placer aux rond-points et non aux centre-ville, du coup la question des casseurs devient quasi (« toujours déjà ») une question de riche, n’affectant pas les ronds-points. Idem, pas de représentants, vu que tout ce qui dépasse dans ce style là est retourné contre eux par les bien-pensants. Le « fake-news » est un habit, la polarisation un moment du déphasage… il faut aider les gens (et ceux du blog) à penser globalement, à projeter ce qui fera que les 99% redeviendront 9% de pauvres et 90% de classe moyenne, polarisés par la lutte écologique et pas par les inégalités. Il y a comme un hiatus dans le cheminement que tu dessines, je ne suis pas plus pédagogue dans ces lignes, mais il faut se poser la question de l’être et du coup de laisser la possibilité que le « monde tel qu’il est » ne soit pas décrit uniquement par le vocabulaire des dominants.
        Débat …

  9. Il est envisagé de positionner des blindés du premier groupement de la gendarmerie mobile, issus du Quartier Moncey, Versailles-Satory, dans des casernes proches de Paris.
    Leur utilisation éventuelle pour le dégagement des rues est possible sur ordre du premier ministre.
    On peut percevoir une certaine analogie avec les évènements de la Commune en 1871 :
    -A. Thiers chef d’un exécutif représentant mal la diversité d’un population en souffrance et restant totalement inflexible dans sa volonté de ne pas négocier avec les envoyés de la Commune.
    -augmentation de la solde des troupes massées à Versailles, chargées de la répression.
    -colère qui s’est rapidement transformée en violence aveugle et répression.
    Il est à espérer que l’analogie s’arrêtera à ce qu’elle est pour l’instant et que chacun reprendra ses esprits.

    1. P.S. L’analogie est évidente. Je suis passé à un millimètre de parler de mentalité « versaillaise » ce matin dans ma vidéo quand j’évoque « un désir peut-être obscur et peut-être inconscient de provoquer l’affrontement entre différentes parties de la population ».

    2. Pour ce qui est des blindés prépositionnés , les derniers que j’ai personnellement vus ( et il y en avait un peu partout en France ) , c’était les trois automitrailleuses postées dans la caserne de pompiers où je vivais alors en Avril 1961 .

      Et puis aussi lors de la préparation du G8 d’Evian en 2003 .

  10. Clivages certains, déjà clairs et évidents , de fait, au moment des élections présidentielles de 2017. Mais qui ne datent pas d’hier.

    Bruno Cautrès : « La défiance envers les politiques est structurelle »
    Le vendredi 16 février 2018 Gratuit

    « Méfiance », « dégoût », « corruption »… les termes employés pour désigner la perception des Français de la politique sont alarmants. Depuis presque dix ans que le Cevipof (Sciences-Po) réalise une enquête sur la confiance en politique, le climat n’a cessé de se détériorer entre citoyens et élus. Jusqu’au point de non-retour ?
    Entretien avec Bruno Cautrès.

    « Huit mois après l’élection d’Emmanuel Macron, la dernière vague du Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po, publiée en décembre 2017, permet de prendre le pouls du système démocratique français. Selon le chercheur Bruno Cautrès, qui analyse les résultats de l’enquête, la perte des repères politiques annoncée par le raz-de-marée de La République En Marche au Parlement en juin 2017 est à relativiser. L’« ancien monde » résiste et perdure dans le « nouveau ».

    Bruno Cautrès est chercheur CNRS au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po) et enseignant à Sciences Po. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques.
    https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/bruno-cautres-clivage-defiance-politique-confiance

  11. L’analyse de la dernière élection présidentielle que propose Roberto Boulant se focalise sur le premier tour et réduit le second tour à un non choix, alors que celui ci révélait déjà la violence sous jacente à la société française : 4 millions d’électeurs contre le libéralisme, 10 millions 600 milles pour l’extrême droite. Plus de 10 millions adeptes des slogans simplistes, des idées revanchardes, du rejet des institutions, de la haine des riches et de l’autre.

    Est-il besoin de faire un exercice de cartographie et de superposer la carte du résultat du second tour à celle de la mobilisation des gilets jaunes pour s’percevoir de l’évidence : le corps électoral d’extrême droite est majoritairement présent dans les manifestations. Et les activistes de la fachosphère pas en reste sur les réseaux sociaux.

    Une partie de l’extrême gauche y participe certainement puisque, toujours le second tour, une partie des reports de voix sur Marine Le Pen provenait des électeurs de Mélenchon, qui s’était retenu de tout appel à voter Macron. La porosité entre extrême droite et extrême gauche est suffisamment reconnue.

    Certes, il y a des braves et pauvres gens dans ces foules, certes les forces démocratiques et anti libérales se réjouissent du rejet de la politique du gouvernement et projettent sur ces évènements leurs rêves de jours meilleurs pour le peuple.

    Mais quoi, sur la forme, il s’agit d’une émeute où les notions d’auto-gestion, de solidarité, de respect du bien et du travail d’autrui, des institutions et de la démocratie sont totalement absentes et n’émergeront pas de cette colère. Une régression terrible qui frappent les corps intermédiaires, mais aussi tous les acteurs de la solidarité.

    Quand je vois écrit sur un mur ou un gilet « Macron = PD », je ne vois pas une attaque contre la politique du président mais bel et bien que l’homophobie est toujours là.

    La guerre contre le capitalisme libéral sera longue, mais cette bataille là n’est pas la bonne.

    1. Juste une remarque sur la présidentielle de l’année dernière : le second tour a servi à éliminer le candidat considéré le plus mauvais, parce que c’est ce qu’on fait lors d’un second tour. Il ne s’agit pas tant d’un soutien à un candidat que du refus de l’autre.

      L’année dernière :
      – 44% du corps électoral a refusé Le Pen comme la pire des deux
      – 22% du corps électoral a refusé Macron comme le pire des deux
      – 34% du corps électoral a refusé de désigner un candidat comme pire que l’autre, et a préféré laisser les autres électeurs choisir à leur place

    2. Non la bataille ne sera pas longue.

      Ce n’est pas possible d’enfermer toute une population dans une boite avec son étiquette collée dessus : « attention, surtout ne pas approcher : « affreux sales et méchants. »

      L’espèce est en danger, là, tout de suite, oui ou non ?

      Y-a-t-il vraiment urgence ou pas ?

      Est-ce vraiment sérieux cette affaire d’extinction de l’espèce, de l’humanité, a–on le temps de donner du temps au temps ?

      A-t-on encore des années, et même des mois. La seule politique valable n’est-elle pas plutôt celle que l’on fait au plus près ? Comme on remonte le vent au près pour ceux qui connaissent la navigation à la voile ?

      Vieille rengaine, que celles des classes toujours dangereuses, analphabètes , brutales, tiens cela me fait penser à un certain président parlant des ouvrières d’une usine qu’il visitait au cours d’un déplacement dont il avait dit qu’elles étaient analphabètes.

      Si l’on commence par prendre pour postulat que les GJ c’est une masse informe d’infâmes individus irrécupérables juste bon à voter pour le FN, on s’en sortira pas les amis.

      Il faut à tout prix, poser des passerelles, leur parler, et c’est d’ailleurs ce que j’ai fait samedi dernier avec certains d’entre eux dans la capitale. Il y a parfois des malentendus, parce que l’on ne vit pas dans les mêmes mondes sociaux, avec les mêmes géographies, les mêmes contraintes, mais tout malentendus sont voués à être dissipés par le dialogue et les preuves de bonne volonté qui se manifestent par des actes.

      Certes c’est inconfortable de se confronter aux réalités sociales qui ne nous sont pas familières, mais si nous voulons nous en sortir tous ensemble, il faut bien en passer par là.

      Avez-vous vu le magnifique documentaire à la télévision intitulé « Histoires d’une nation » ?
      https://www.france.tv/france-2/histoires-d-une-nation/
      On y apprend que les classes populaires sont un moment xénophobes, puis un meilleur vent de l’histoire souffle sur la nation, et c’est la fraternisation, la solidarité qui devient LA politique. 1936 : le front populaire. Quelles statistiques pouvaient prévoir un tel retournement ? Les humains sont faits de mots, de sentiments, d’abord, ce ne sont des nombres que parce que par commodité il faut bien les compter dans une société complexe.

      Nous sommes depuis des années dans les basses eaux de la solidarité, mais sans le savoir, se tissent peut-être dans la révolte et tout ce qui l’entoure, des choses prometteuses. Quand tout semble bloqué, que le monde apparaît dans cynique et injuste, comment ne pas être tenté par le ressentiment ? Comment aussi ne pas vouloir autre chose si cet autre chose enfin point à l’horizon ?
      N’est-ce pas le pacte social en mille morceaux le funeste vecteur des maux qui affectent un peuple ?
      Je ne pense pas vraiment que ce soit simplement des statistiques électorales, les sondages qui révèlent le sens de l’histoire, font et défont le monde.
      L’histoire n’est pas écrite.

      1. Pierre-Yves, un peu de sérieux, c’est pas les jiléjônes qui vont empêcher l’extinction de l’espèce, enfin !

        Drouet, Mouraud, Nicolle, Argillier, etc. : c’est la précipitation de l’extinction de l’espèce !

      2. @ Julien Alexandre 6 décembre 2018 à 23 h 28 min
        Et pourtant ils ont au moins trois revendications qui vont dans le bon sens.
        • Grand plan d’Isolation des logements pour faire de l’écologie en
        faisant faire des économies aux ménages.
        • Fin du CICE. Utilisation de cet argent pour le lancement d’une
        industrie française de la voiture à hydrogène (qui est véritablement
        écologique, contrairement à la voiture électrique.)
        • Favoriser le transport de marchandises par la voie ferrée.

  12. Bonjour,
    Juan
    Les adjectifs de couleurs simples tels que blanc, noir, vert, jaune, bleu s’accordent en genre et en nombre avec les NON auquel ils se rapportent !

    JA : 3ème tours des présidentielles et législatives.
    Il y a les mots peuple, colère, légitime, territoire, communauté, riche, pauvre, victime, coupable, pouvoir (d’achat), menaces, mort. Il y a leur histoire. Il y a les phrases construites avec ces mots dévoilant des éléments de langages. Il y a leur(s) sens. Il y a ceux qui les prononcent. Il y a ceux qui les entendent.
    – Je suis en colère, retenez-moi, mais retenez-moi, bon sang, je n’en peux plus
    Les cœurs répondent
    – Oh oui, oh oui comme elle est légitime ta colère
    – Attention attention je ne me retiens plus, je vais être violent. Ca y’est. Je suis violent.
    Le choeur des coeurs
    – T’inquiète pas, t’es légitime, c’est pas à cause de toi, c’est pas d’ta faute,

    Puis il y a les faits.

    Manifestation. Le détournement des colères, carburant de l’extrême droite
    Lancé par des usagers de la route anonymes, le mouvement de contestation contre la hausse des carburants, avec en point d’orgue la manifestation du 17 novembre, est sous le coup d’une OPA politicienne brune qui pourrait l’affadir.
    https://www.humanite.fr/manifestation-le-detournement-des-coleres-carburant-de-lextreme-droite-662989

    La tactique des activistes : faire du dommage collatéral en multipliant les foyers de violence.
    Des gilets jaune pacifistes arrivés équipés pour faire face à une guérilla « au cas où » ils s’enragent des violences policières et qui se sont laissé emporter samedi dernier par la violence de leur indignation à l’insu de leur plein gré.
    Les gilets jaunes à l’origine du mouvement autoproclamés apolitiques qui s’imposent porte-paroles sur les plateaux télé depuis samedi en appelant à envahir l’Élysée samedi prochain.

    En bref :
    https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/c-a-vous-saison-10/809225-c-a-vous.html

    Ou comment basculer d’un état de droit à un état de légitimes vengeances., avec appel à couper des têtes, flinguer Macron (façon Kennedy)

    Pour ma part j’exclus les virgules. Point. J’ouvre les guillemets :
    « Si on vous dit que vous avez une bronchite ou si on vous dit que vous avez un cancer (généralisé), ce n’est pas la même chose.”

  13. Les Gilets Jaunes et pas les jiléjônes queue de race comme JA les écrit et décrit et décrie implicitement, (« c’est pas les jiléjônes qui vont empêcher l’extinction de l’espèce, enfin ! »), sont en colère. Personne ici pour le nier ou dénier. Amusant que leur colère soit sympathique au plus grand nombre ici comme ailleurs, alors que celle d’un JLM passe mal : il vrai qu’il est d’une autre classe, celle où on sait et doit bien se tenir à table. Passons.
    Bien sûr qu’il faut causer avec les coléreux, voire les colériques, en général ce qui déclenche une colère soit est énigmatique pour le sujet, soit est mal référencé, soit tient à la façon dont un autre vous maltraite, et si cet autre est inatteignable par un coup de poing dans la gueule à l’ancienne, les objets, les intermédiaires en font les frais. On trouvera un peu de tout ça chez les GJ.
    Croisé une immigrée d’Afrique du nord venue dans les 70’ avec un visa de tourisme, qui a su profiter de toutes les opportunités de naturalisation et d’aide sociales offertes dans notre pays. Résultat 2 enfants ayant fait du Bac + 5 à 7, et un dernier qui suit le même chemin. Succès lié à une rage de réussite sociale pour sa descendance combinée au soutien social et à l’abandon de la religion. L’ennui est que cette personne n’a jamais voté, et voterais FN. Discours anti immigration car ils viennent manger le pain des français et imposer l’islam. Adepte de la théorie du ruissellement, il faut bien des riches pour donner du travail aux pauvres. Etc. De la part d’une personne ayant quitté l’école très jeune, la seule formation de pensées semble avoir été la télé et des échanges avec d’autres personnes à peu près dans la même situation sociale des « quartiers ». Pour rectifier le tir, ce sont des années qu’il faudrait pour corriger de telles visions bien installées à la soixantaine, à moins qu’un effet boule de neige des furieux mais inévitablement fragile agglomère les indécis. Cette personne forte de ses succès n’est pas GJ, au point de manifester de l’incompréhension face aux GJ qui devraient aller voir dans d’autres pays la vraie misère… C’est pas gagné….

    1. NON PYD. Vous me répondez complexité. Comme je ne suis pas plus maligne que les étasuniens les grandbritains et les italiens, je parle compliqué. Le mien, i.e. être vigilante après le Brexit, l’élection de Trump et celle de Salvini, faire le tri entre ce que j’ai envie de croire et sentir d’évidence et ce que je pense. Comment savoir ce que je pense sans chercher à ne pas me conforter (confort) sans lire me documenter apprendre déduire écrire et surtout sans nier ce que j’ai trouvé ?

      Dès le début deux mots étendard en alarme stridente, qualifiant un état indépassable, inconditionnel justifiant toutes les actions, à grand rappel d’évidentes injustices hurlantes : légitime et colère. Un attelage qui ne peut galoper QUE vers l’exaction et non la seule action. Quand Gentil a perdu son deuxième œil sa colère est aveugle.

      L’extrême droite à la main sur tout le mouvement. Pas une ou un des INITIATEURS du « mouvement spontané » 4 mois avant les élections européennes qui ne soit pas proche ou encarté à l’extrême et ultra droite.

      Qui est vraiment Benjamin Cauchy, le porte-parole des “gilets jaunes (libres)” à Toulouse ?
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-qui-est-vraiment-porte-parole-gilets-jaunes-benjamin-cauchy-1578957.html

      La Gilet Jaune Laétitia Dewalle s’inquiète du pacte de Marrakech sur l’immigration que Macron pourrait signer : «Avons-nous les capacités financières de les intégrer ?»
      https://nos-medias.fr/video/la-gilet-jaune-laetitia-dewalle-s-inquiete-du-pacte-de-marrakech-sur-l-immigration-que-macron

      « Vendre la France à l’ONU » : de Trump aux « gilets jaunes », itinéraire mondial d’une intox
      Le texte de l’ONU en réponse à la crise des migrants est devenu la base d’une théorie conspirationniste dans le mouvement de protestation français.
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/12/06/vendre-la-france-a-l-onu-de-donald-trump-aux-gilets-jaunes-l-itineraire-mondial-d-une-intox_5393268_4355770.html

      Si tu n’es pas avec moi tu es contre moi. Si tu es contre moi tu es une ordure de collabo et je te crache à la gu….le. Si je le veux, drappé dans ma légitimée colère aveugle, je vais t’exécuter.
      Ce mouvement « spontané » est identitaire souverainiste et nationaliste.

      1. « faire le tri entre ce que j’ai envie de croire et sentir d’évidence et ce que je pense. »

        Oui, parfaitement d’accord avec vous.

        De toute évidence, si les gens sont dans les rues et occupent les ronds-points, c’est qu’ils subissent une violence sociale et économique qui atteint un point insupportable.
        L’économie française n’étant pas isolée du monde, cette violence à naturellement à voir avec le capitalisme mondialisé et financiarisé, mais ceux qui agressent et font souffrir tant de nos compatriotes sont en premier lieu des français : les ‘élites’ économiques et financières via ce qui est devenu leur bras armé, le gouvernement.

        Autre évidence, si les gens sont dans la rue, c’est bien qu’ils ne se sentent plus représentés. Et là encore, la faute de cette violence en incombe aux puissants intérêts privés qui ont transformé la démocratie représentative en théâtre d’ombres en dévitalisant tous les corps intermédiaires ainsi que la représentation de l’AN.

        Lorsque vous écrivez que l’extrême droite a la main sur tout le mouvement, c’est de toute évidence totalement faux. Parce qu’il ne s’agit pas d’un mouvement, c’est-à-dire d’une structure organisée et hiérarchisée comme peuvent l’être la FI ou la LREM, mais surtout, parce qu’il suffit à chacun de descendre en bas de chez lui et de discuter 5 mn avec les GJ pour s’apercevoir qu’il s’agit d’une révolte spontanée échappant à toute mainmise partisane.

        Une révolte qui concerne les gens ayant voté aux dernières élections et donc touchant tout le spectre politique français (RN/LR/LREM/PC/FI/Verts, etc) mais également ceux du premier parti de France, les abstentionnistes.

        Qu’il y ait ensuite des tentatives de récupérations et une bataille pour plaquer sur cette révolte une lecture partisane est une autre évidence.

  14. Lorient, des Gilets jaunes font une haie d’honneur aux marcheurs pour le climat (Info LCI, direct vidéo, il y a 5 minutes.) qui entament leur marche.

  15. Proposition pour donner au peuple ses responsabilités sans inclure les politiques:
    1) Le gouvernement crée un site web où chacun peut écrire une proposition (cfr les cahiers de doléances).
    2) On tire au sort 1000 citoyens chargés de choisir et formuler 10 demandes à partir de 1). Chaque demande doit être budgétisée: Comment et combien on la paye.
    3) Un référendum décide des demandes à réaliser.

    1. Vous réinventez « En marche ».
      Vous éliminez tous les corps intermédiaires.
      Vous aggravez donc le mal.
      Quant à la démocratie 2.0 c’est une illusion : sans substrat géographique concret il ne peut y avoir rencontre des corps pensants. Et donc réelle confrontation des idées et des expériences sur le terrain, préalable indispensable à la délibération collective. C’est ce que nous apprend un mouvement comme les GJ et tout ce qui s’y agrège aujourd’hui.
      Il ne peut y avoir démocratie que là où les choses pèsent de tout leur poids, où la durée fait son oeuvre.

    2. Hadrien,
      mes propositions concrètes ?
      Celles avancées sur ce blog + Gilets jaunes car sans mouvement social rien ne bouge.

  16. Le sociologue Benoît Coquard a pu interroger 80 gilets jaunes (le 17 novembre).
    https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20181129.OBS6311/des-femmes-des-abstentionnistes-des-bandes-de-copains-un-sociologue-raconte-les-gilets-jaunes.html

    Extrait (mais il faut l’article complet) :
    —————————————————————————————————————————
    On peut prendre le problème par l’autre bout, en se demandant d’abord pourquoi le mouvement a été assimilé à l’extrême-droite. Si c’est simplement du fait qu’une partie des «gilets jaunes» vont déclarer avoir voté ou être favorable à Le Pen, il faut rappeler qu’il s’agit d’un mouvement de grande ampleur et que l’extrême droite et les idées qu’elle porte se sont implantées depuis longtemps dans la population générale, pas seulement dans l’électorat d’extrême droite.

    C’est d’autant plus vrai qu’il y a des effets de lieux: dans les régions rurales anciennement industrielles, cela va bien au-delà des seuls électeurs de Marine Le Pen. Se dire pro-extrême droite n’est plus un tabou, on le voit même chez des abstentionnistes ou des électeurs de la droite classique. Pour une partie des habitants, c’est même devenu une forme d’affirmation d’une respectabilité minimale, une manière d’attester que l’on est un «vrai Français», que l’on n’est pas un «cas social», et que l’on se rattache à une forme de pensée aujourd’hui devenue «normale» sur la place publique, souvent incarnée localement par une petite bourgeoisie de commerçants et d’artisans, de personnes «à leur compte» dont on valorise le courage au travail et qui ont un peu de pouvoir à leur échelle.
    ————————————————————————————————————————-

    Si coller l’expression « corps électoral d’extrême droite/extrême gauche » à une bonne partie des émeutiers ne semble pas convenir , on peut dire que la vague populiste commence de déferler…
    https://www.telerama.fr/idees/yascha-mounk-les-citoyens-se-detournent-de-la-democratie-en-nombre-de-plus-en-plus-important,n5870094.php

    Peu réjouissant.

    1. « Un noyau dur de quelques dizaines de milliers de personnes et deux autres strates »

      « C’est un mouvement politique en permanente mutation; aujourd’hui, l’agrégation de toutes les colères contre Emmanuel Macron »

      https://www.franceculture.fr/societe/mouvement-des-gilets-jaunes-revue-des-forces

      Sinon, puisque nous parlons non plus des Gilets jaunes mais de l’électorat du RN, il convient de rappeler inlassablement la responsabilité historique des socialistes qui une fois arrivés aux affaires se sont dévoilés comme soumis à l’idéologie néolibérale, poussant ainsi les « lamentables » dans les bras du RN.

      « C’est la France des fins de mois difficiles. Pas forcément les plus pauvres, ceux qui sont plus à la ligne de flottaison, qui disent qu’une fois qu’ils ont tout payé, ils ne peuvent plus amener, de temps en temps, leurs enfants au cinéma, qu’il y a quelques années ils partaient en vacances et qu’ils ne le font plus. Ce sont des gens aussi qui ne se sentent pas représentés. »

      Peu réjouissant certes, mais totalement prévisible.

      1. J’avoue ne pas très bien comprendre à quoi fait référence ton homo-consumericus, pas à la France des fins de mois difficile j’espère ?

      2. Ah d’accord, j’ai eu peur un moment que nous parlions des ploucs émissaires ! 😉

        Ceux qui sont le frein majeur à la transition écologique ne sont donc pas « ceux qui fument des clopes et roulent en diesel », mais ceux qui achètent des yachts, voyagent fréquemment en avion alors que le kérosène n’est pas taxé et sont les bénéficiaires de l’inégalité économique.

        https://decodeurs360.org/societe/salauds-de-pauvres-a-nouveau/

      3. J’ai tendance à croire que c’est un tout, c’est bien ça qui fait la complexité, la difficulté du bazar…
        Taxer le kérosène pourquoi pas, mais ça ne changera pas grand chose, Hulot vous le dirait…
        Et pour Homo consumericus marketinus, voir aussi Vincent Rey ! 🙂

      4. Taxer le kérosène ne changera pas grand-chose ?

        4,1 milliards de passagers en 2017, soit le double d’il y a douze ans et huit fois plus qu’au début des années 1970.
        Ces chiffres et leur évolution disent bien que la taxation du kérosène serait un levier efficace. Nier cette évidence revient à faire sien le discours-type, mise en place à l’époque par l’industrie du tabac (c’est compliqué, les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux, il y a urgence à attendre, etc) et repris par le cœur des vierges de tous ceux qui ne veulent surtout pas entendre parler de taxation en général et de sortie du paradigme néolibéral en particulier.

        Tous responsables peut-être, mais le smicard obligé d’utiliser sa vieille Clio diesel, un chouia moins que Total…

      5. Et puis participer du basculement climatique qui va tous nous tuer c’est bien, mais y rajouter la casse sociale, c’est mieux !

        – Démissions, hôtels sociaux et rythmes « indécents », voilà le quotidien des PNC chez Joon

        https://www.tourmag.com/Demissions-hotels-sociaux-et-rythmes-%C2%A0indecents%C2%A0–voila-le-quotidien-des-PNC-chez-Joon_a94923.html

        Et si on rajoute l’humiliation, là c’est le Nirvana assuré !

        – Air France-KLM : polémique autour du salaire du nouveau patron Ben Smith

        https://www.air-journal.fr/2018-08-18-air-france-klm-polemique-autour-du-salaire-du-nouveau-patron-ben-smith-5203180.html

      6. Calmos Roberto, ça ne changera pas grand chose… En terme de pollution.
        4 milliards de passagers, ça veut dire taxe du kéro au niveau mondial, pas gagné c’t’affaire…
        Déjà au niveau européen ça serait bien ! 🙂

      7. Cher François, je peux t’assurer de deux choses :

        – de mon calme jupitérien 😉
        – que les marges des compagnies aériennes étant très faibles, celles-ci ne manqueraient pas de répercuter les taxes sur le prix du billet, ce qui aurait forcément un impact sur la fréquentation en diminuant le nombre de passagers.

        Je te confirme également que le système actuel empêche toute taxation du transport aérien et que l’augmentation du trafic devrait être multipliée d’un facteur deux d’ici à 2036.

Les commentaires sont fermés.