73 réflexions sur « Vidéo – Comment expliquer le dérapage Macron ? »

  1. Les « corps intermédiaires » sont sans doute incontournables, aussi il faudrait s’assurer de leur fonctionnement avant la catastrophe ou le scandale – les rendre vertueux avant qu’ils donnent des leçons comme tous les bons corrompus – que le fric soit sur la table – que le copinage ne soit plus admis comme hier le droit de cuissage – que la parole donnée aux gens se soit plus décorative – que les « sachants » soient reconnus comme tels à partir de leurs travaux avec un devoir de modestie dans l’expression – que l’opinion ne soit pas confondue avec l’avis….

    1. Un début d’illustration… haro sur le messager??

      … »  »  » ces affaires qui nous regardent  »  » « … Sacré Daniel et tous les autres…toujours attentifs et si dérangeant… Tellement simple pourtant serait de https://i.imgur.com/XcCVPur.jpg … mais préfèrent cracher dans la soupe…!

      Elles sont embarrassantes, toutes ces histoires qui ne nous regardent pas, et qui nous regardent quand même, elles, de toute leur puissance symbolique.
      Un homme et une femme, tous deux engagés par ailleurs, tombent amoureux.
      Devant l’évidence de cet amour, ils l’officialisent. Pas n’importe où : dans l’hebdomadaire « Voici » » ».
      Il faut dire que lui est ministre de l’Éducation, et elle journaliste politique, au « JDD », à BFM, et sur la chaîne franco-israélienne I24News. Et alors ? Pour autant, cela nous regarde-t-il ? D’autant, précise bien « Voici », que le « JDD », dans sa grande rigueur déontologique, a aussitôt déplacé l’intéressée, Anna Cabana, du service politique vers la rubrique « livres » (Bien pratique, la rubrique « livres », dans la presse. C’est aussi là qu’avait été déplacée Valérie Trierweiler, alors compagne de François Hollande. Ou placée Penelope Fillon, à la Revue des deux mondes).

      Donc tout va bien. Cette histoire privée ne devrait pas nous regarder. On ne devrait pas devoir réécouter les interventions d’Anna Cabana sur le plateau de BFM, comme par exemple celle-ci, qu’exhume un malicieux réseau social bien connu. :
      pic.twitter.com/PKZ1M2dOgL

      Dans : https://arretsurimages.us11.list-manage.com/track/click?u=11ea85761d70cb652e11fd80b&id=7eb5cb35ec&e=ba6a3b9888

  2. Les mots ne comptent pas, seuls les actes comptent. Les actes sont interpretables, certes, par des mots mais comme les mots ne comptent pas…

  3. Comment faire? Au fil du temps les lois issues des dernières décennies et qui « règlent nos vies » ne sont plus adaptées à la vie terrestre. Beaucoup d’anciennes ont été abrogées parce qu’elles permettaient de gérer/interpréter(ou en adaptant des arrêtés d’application) une perspective du bien commun pour tous; mieux, elles permettaient de construire le futur avec un but de bien-être. Ce n’est plus le cas, les lois actuelles adoptées dans les parlements nous enferment dans une voie prédéfinie à l’avance…. Par qui est est commanditée cette situation? sans doute poser la question c’est y répondre: c’est un deuxième « monde » parallèle ? qui dicte notre avenir et ce monde là a un rapport de force qui nous dépasse, les gouvernements compris. Par le passé d’aucun disait que changer une loi devait se faire avec un main tremblante et la « vertu politique » était un combat entre l’intérêt public et son propre intérêt. Le rapport de force n’est pas en notre faveur car personne ,dans le sens large du terme, n’est capable aujourd’hui d’atteindre l’égal du « camp » d’en face. C’est pourquoi, à ce jour et avec les représentants (élus par nous…) je crains (je ne l’espère pas) que pour que les choses changent l’Homme ne doive se frapper contre le mur de ce que la Terre nous prépare. Un rapport de force contre lequel aucune finance, aucun lobby, aucun commerce ne pourra résister. Faut il que nous soyons en plus obligés d’aller à la « castagne » contre les « Docteurs Folamour » qui sévissent sur notre planète….

Les commentaires sont fermés.