48 réflexions sur « Vidéo – C’est bien pire que ce que vous imaginez ! »

  1. Et dire qu’au pays ou jadis, la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen… voulait dire quelque chose… est nié la part de responsabilité du « paternalisme occidental », d’un pareil « patriarcat » ayant permis aux pratiques fiscales du président Trump… de n’indigner personne presque… d’être « normalisées », en rien « illégales », même plus qu’immorales, dans la « compétitivité » à la domination commerciale, monétaire, « culturelle » des échanges internationaux (« externalités négatives », produits dérivés compris – Subprime, Dexia, etc…) et il est reproché à la « gauche » un laxisme « sécuritaire », qui frise parfois le ridicule, la « fausse nouvelle », « théorie conspirationniste »… est-il possible d’imaginer pire que l’inimaginable…?

    A vous d’en juger.

    « Lutte contre la pauvreté : Service public de la GRATUITE étendue ou « bons alimentaires » ?

    D’où sort donc cette « présumée innocente » « bonne » idée de distribuer des « bons alimentaires » aux plus pauvres, précaires, discriminé.e.s… qui se bousculent devant la « délégation » de « l’État providence », ayant abandonné sa prérogative prioritaire, son DEVOIR de porter prioritairement assistance aux personnes en danger, comme sont abandonnés nombre d’autres services publics dans des « zones de non droits », milieux ruraux…?

    Dans pareil contexte ou la gestion néolibérale de la crise sanitaire et du « Plan relance »… sans contreparties… préparent le « terreau… » de la « terreur » des crise sociales et « sociétales » majeures du « monde à voir »… il serait temps d’éclaircir ce que veut dire « quoi qu’il en coûte », et pour qui la promesse du retour des « jours heureux » sera tenue…

    Qu’on s’entende bien… La critique qui suit, n’est pas de dire qu’il ne faut aider les personnes les plus en danger, une finalité des plus louables en soi de notre vivre ensemble, d’un intérêt général qui s’honore à ne pas dissocier, la solidarité, de la fraternité, à ne pas instaurer de « distanciation sociale » entre égalité (des « chances »?) et liberté (« économique »)… et pour laquelle mon engagement est entier… Mais elle vise les moyens pas claires, insatisfaisant en l’état, qui me semblent correspondre à la politique des moyens, que mène l’ultralibéralisme en ces temps de crises… ou « sauver l’économie », domine sur la promesse de « sauver des vies ».

    Il paraît que… « il y a du bon dans le coté obscure de la force »…

    En l’occurrence ici ce serait une proposition dont l’origine resterait « anonyme », floue du moins (M. Montebourg fut invité à en parler hier dans Perri/scope sur LCI)… et dont on ne serait s’il faut classer « l’intention » dans le coté obscure d’instiller dans notre « État providence » la version française du « make américa greate again » au travers d’un « Food Stamp Program »…relocalisant la production agricole… pour une consommation en circuit court de fruits et légumes… Faut-il l’exporter à coût/coup de ventes d’armes, matériels sécuritaires… pesticides, insecticides… quand il épuise plus de trois planètes par an…? Là resta entière le coté obscure d’une réponse abstentionniste.…

    Ce qui ne déplairait pas non plus à l’idéologie d’extrême droite donc, qui prétendant faire de l’écologie, son cheval de bataille « localiste », serait trouver un écho complaisant à adhérer à cette mesure (« Bons alimentaires ») dans les médias mainstream, y voyant eux, une autre occasion de qualifier son repli sur soi, sa « préférence nationale »… comme une « politique de gauche ».

    Quant à la force « naturelle » de la proposition… elle réside dans l’évidence, le « bon sens », prétendant que dans pareil circonstance, à la vue de l’urgence … « il n’y a pas d’autres alternatives » possibles… que d’agir – sans réfléchir (?)…

    « L’innocence », lorsque des prêtres du temple de la « religion féroce » (par exemple : M. Perri…) s’accordent à dire qu’il risque d’y avoir une inflation, mais légère, à la suite de cette mesure… ne compte t-elle pas surtout sur la naïveté, « l’inculturation généralisée » des « temps de cerveaux disponible » qu’à vouer un « culte féroce » à la « dictature des émotions » ne sondant que les doutes, incertitudes de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme », pour faire oublier que suivant la « valeur » affichée sur le « bon alimentaire », cela risque d’être traduit par une fourniture en quantité moindre de nourriture pour le-a même prix/valeur du « bon… » ? Si ce n’est pas « en même temps » une qualité moindre – invendus, mauvais calibrage, etc…

    Et donc sustenter des ventres vides, des corps malades, accumulant non pas des mandats, des bonnes places dans la file d’attente de « l’escalier social », des avantages en entreprise… mais des pathologies chroniques, des facteurs multiples de comorbidité, des inégalités… des injustices… avec des « bons d’achats » de nourritures estampillées « made in France », l’extrême droite n’en renierait pas l’idée… d’y trouver l’occasion d’opérer un tri dans les « méritant.e.s » au travers de son réseau territorial et accointance avec la droite extrême…

    Est-il innocent par ailleurs, naïf du moins, de suspecter qu’au vu de l’urgence à répondre à la gravité et sévérité des crises sociales, et « sociétales », qui forment une vague gigantesque à l’horizon…dans « l’immédiateté », il est une vague que beaucoup préférerait voir couvrir, par la « peur d’avoir peur » d’une seconde vague, ou par la « peur d’avoir peur » du « déclin civilisationnel » occidental, refusant de prendre le risque d’atteindre « l’immunité de la horde », en laissant « la nature », opérer un « tri sélectif » façon « darwinisme social » sur les « perdant.e.s » (propos de Trump, employé pour qualifier les personnes décédées de la covid-19)… ?

    Par rapport au plus de 11 millions de familles, enfants, etc allant vivre sous le seuil de pauvreté (je m’avance à vu de nez)…et ne va pas pouvoir retrouver autre chose que « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics privatisés, technocratisés, digitalisés et de l’emploi précarisé quand il ne disparaîtra pas… la distribution des denrées alimentaires que ces « bons alimentaires » accordent… ne devrait-elle pas revenir à un service public digne de ce nom (?)… n’est-ce pas une question que les présidentielle à venir devraient aborder…? Pourtant ni l’ex-ministre de gauche cité plus haut, qui fut remplacé par le « roi te touche, dieu te guérit », grand pantoufleur du verrou de Bercy, devant l’éternel et un hôpital il y a peu… ne laissa entrevoir que la gauche rassemblée aurait là une occasion de « ressusciter »… ni le « journaleux/économiste » lui permis de saisir une opportunité d’ouvrir le débat public… Il lui permis par contre de défendre le nombriliste de son « made in France », qui sans discours politique de gauche, d’envergure nationale, résonne étrangement à un « nationalisme » auquel « Jupiter » espère à nouveau se confronter.

    Parce que le risque que la distribution des « bons… » pour les ventres vides, ne puisse pas être satisfaisante, en respectant les règles communes du sans distinctions aucune, ni discriminations par rapport aux inégalités territoriales… (certains territoires faisant « la chasse aux pauvres au RSA », ayant l’intention de supprimer la gratuité des cantines scolaires, les allocations familiales, pour les « enfants difficiles », « familles difficiles » etc)… en échange de denrées alimentaires fraîches, de première nécessité… par les seules associations (dont le maillage territorial est inégal) déjà autant saturées (qui en plus manque aussi de « bénévolat… » quand les retraités des services publics, etc, forment « la première ligne héroïque »… ont raison en tant que personnes à risque, de se confiner), que ce que risquent de l’être les services hospitaliers manquant toujours de personnel, lits de réa, etc… il y a urgence aussi à éviter que cette mesure soit un moyen bassement politicien de prendre en otage les plus démuni.e.s, et la démocratie, le dialogue social.

    Et donc innocent ou naïf est le « procès d’intention » à faire aux supermarchés, et à l’industrie agroalimentaire…à leurs actionnaires… aux adeptes des conflits d’intérêts, des secrets d’affaires, du favoritisme, clientélisme, carriérisme… de « l’immorale optimisation fiscale » frisant l’illégalité, du « droit à l’erreur fiscale » blanchissant/socialisant/exonérant l’impunité des fraudes à la TVA, aux cotisations sociales patronales, à l’impôt sur société et de production,etc… coexistant en tout cas assez bien avec le sécessionnisme, le « séparatisme », qui assistés sans contrepartie pour les propriétaires d’entreprises, de titres boursiers, se sont gavés indécemment sur la privation de la redistribution de la solidarité, incarnée par la gratuité de repas, ou du moins le fait qu’ils soient pas chers, pour les enfants de familles pauvres, précaires, modestes, habituellement fournis par les services publics que sont les cantines scolaires qui furent fermées, durant le confinement ou ces familles ont été obligé d’exploser leurs dépenses contraintes… ???

    Cette privation de repas gratuits, entraîna la privatisation de la solidarité d’un de nos services publics, celui de la redistribution de l’essentiel… qui ne fut pas perdue pour tout le monde quand elle fut captée par la « grande distribution », voyant certainement une « aubaine » à s’accaparer le « marché » échangeant des denrées alimentaires fraîches, contre des « bons alimentaires » (« machine à gaz » fiscale du paiement par l’Etat de l’équivalent des « bons alimentaires » encaissés) là ou les défaillances des associations… ne manqueront pas de survenir…

    Ces adeptes de la « profitation » pourraient-ils en effet, ne pas se priver de récupérer un « marché » juteux, leur permettant de spéculer (« inflation », pénurie… planifiée) sur la hausse ou baisse (organisée, dans la pénurie, etc) des stocks gérés en flux tendu, et des prix, de la production, transformation, etc des dites denrées alimentaires, comme les paris continuent de se faire sur les masques, respirateurs, médicaments, vaccins, l’énergie, l’eau potable, le manque de places de lits de réa, de personnel hospitalier public… si ce »marché » ne leur est pas confisqué… ? Là n’est-ce pas un marqueur de gauche, qui distancerait… loin derrière… les ambitions de l’extrême droite voulant usurper cette identité socialiste… ?

    Que manque t-il à cette anonymisation, ce flou du « bon/ticket alimentaire »… pour « prendre le risque » de proposer d’interdire la spéculation capitalistique ultralibérale… de réécrire les règles comptables, d’inscrire dans la constitution la décorrélation de « l’Etat providence », et ses protections sociales, services publics gratuits, du taux de croissance du PIB, des « aléas moraux » des « marchés », de créer une constitution économique mondiale (voire les propositions de M. Paul Jorion)… qui sans le faire… causent les pires maux…?

    Ceux maux, au niveau global s’incarnent pour résumer par le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité (source d’émergence de prochaines pandémies), les guerres commerciales, monétaires, de « civilisations »… la pollution de l’eau potable, l’air, l’empoisonnement des terres arables, des océans…

    Et au milieu coule la rivière tranquille de l’explosion des dettes publiques devant socialiser/annuler/exonérer/blanchir des dettes privées pourries, pertes casinos…

    Quand ceux, maux, au niveau local/national sont représentés partiellement comme décrits si dessus pouvant potentiellement advenir dans « le monde à voir », et se traduisent aussi par le vécu des cas de NON RECOURS, impactant plus de 50% des « bénéficiaires » du RSA, depuis le début de la gestion néolibérale de la crise sanitaire, qui ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent », qui subissent aussi des inégalités territoriales, scolaires… discriminations impunies dans les 80% d’embauches faites qu’en CDD très courtes durées, temps partiel subi, dans l’accès au logement, les brutalités policières commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites »…

    Auxquels s’ajoutent le fait qui il serait question d’imposer à cette population précarisée, paupérisée… sur la « base du volontariat »… le « travail gratuit », le « bénévolat » contre l’ouverture du droit au RSA, au « bon alimentaire », à une indemnité chômage… « l’intention » de faire fusionner les prestations (familiales, logements, chômage, retraite…) et d’imposer sur le revenu, le fruit de la fusion pour soit disant lutter contre les « fraudes sociales », le chantage à l’emploi contre une embauche conditionnée à la baisse de 20% du salaire, le sacrifice de RTT, congés payés, majorations d’heurs sup, jours fériés… l’alignement de l’âge de départ à la retraite – dont l’espoir de la vivre en bonne santé, recul – au taux de mortalité de la covid-19…

    « Toutes choses égales » par ailleurs… la simple instauration de la distribution de ces « bons… », suffira t-elle à endiguer en terme « d’insécurité » alimentaire, de santé publique, « économique »… les inégalités, injustices, discriminations impunies dans ce « quart monde » de la misère d’un pays riche… ? »

  2. Bonsoir Paul,
    C’est vrai que Monsieur Trump est milliardaire. Je comprends tout à fait qu’il veuille garder son patrimoine financier. Si vous, Monsieur Paul, était milliardaire, agiriez vous ainsi ?

      1. @Paul,
        Sur le site de Wikipedia est inscrit qu’il est milliardaire. J’ignore par quels moyens il est milliardaire.

  3. La France et peut-être la Belgique sont des pays corrompus. Qu’est il fait pour sortir de cette corruption ?

    1. @ Bernadette : Ne réduisez pas la « corruption » a tel ou tel pays. Il y a donc un système de « tricherie facile et légale » qui règne partout. C’était encore pire auparavant, à la « Belle époque » (pour les nouveaux riches). Depuis, on a créé un système d’impôts qui a grimpé entre deux guerres aux USA à 70 % des tranches des plus gros revenus ! Pourtant, les riches ne perdaient pas trop…. Depuis, on a créé une sécurité sociale en 1918 et mieux en 1944 (la guerre est intenable pour les pauvres, ils menaçent de faire la révolution juste après). Les riches ne perdaient pas encore de trop.. Enfin, avec la chute du mur, la fin (provisoire) de l’alternative communiste, les riches se sont vautrés dans l’ingénierie fiscale et les paradis fiscaux. Ils sont étonnés quand ils sont pris, et ce ne sont pas les plus riches : Cahuzac par exemple.
      Enfin, n’incriminons pas les lampistes. Dans ma ville belge, un élu local s’était fait payer par la ville une chaudière dans son mas de France. Horreur ! mais cela n’atteint que 10.000 euros environ. Même François Fillon, qui a triché sur l’affectation de ses frais parlementaires à des fausses dépenses, n’a triché sans doute que pour 20.000 ou 30.000 euros. Il est vrai qu’il a un château par ailleurs mais ce n’est pas le plus important. En fait nos élus locaux sont d’abord des bénévoles avec de l’engagement, puis certains font avec ambition une carrière confortable sans plus. Quelques rares bonshommes font de la politique comme tremplin dans la haute finance, et ils sont devant nous.
      Ceux qui profitent vraiment du système, ne sont presque pas visibles.

      1. Si je puis me permettre de vous répondre en parallèle…? J’espère que vous faites de l’ironie en citant l’affaire Cahuzac, qui fut prendre comme position de défense, à « aquitor », devenu aujourd’hui Garde des Sceaux, qu’il ne fallait pas en faire un exemple (aujourd’hui seul un bracelet électronique lui rappel ce qu’il en coûte de servir, au lieu de servir), alors qu’il était attendu de son devoir… de lutte contre les fraudes fiscales, « l’exemplarité »… Cette « exemplarité » qu’il ne fut pas question d’attendre d’un autre de ses clients, des Balkany… qui cumulard devant »l’éternel », carriériste, clientéliste… n’eut autre défense que de prétendre en substance que « la chair est faible » (même si ce fut celle de son ancêtre décédé, soit disant) faisant défaut aujourd’hui au « sommet de la cordée », qu’attendre comme comportement moral, éthique, des milieux de cordée (élu.e.s directs, indirects locaux, caisses noirs sénatoriales, etc tous ayant légiférés ou contribué à légiférer les lois leur servant), dont on ne sait combien de dossiers attendent d’être jugés parle PNF etc… La 23 ième place (« La France est 23ème et perd deux places ») de la France au classement de la corruption est-elle enviable…? https://www.sudouest.fr/2020/01/22/classement-de-la-corruption-dans-le-monde-la-france-recule-de-deux-places-7095011-10407.php

      2. Fillon d’après le Canard, c’était quand même 1 M € environ (les salaires d’assistant de Mme Penelope genre 60 k€/an sur > 10 ans etc., le don déguisé de Ladret de la Charrière, pour son travail bidon >~ 100 kE etc., arrivé à un certain point, on doit se dire qu’il manquerait pas un zéro au bout du chiffre sur la feuille, là ?
        ? L’amour propre est comme la sensibilité oculaire ou auditive, logarithmique, il faut x10 pour se sentir 1 cran au-dessus, et il y a pas mal de crans)

        3
  4. Bonjour
    Mr Jorion je ne sais pas si je vous comprends toujours ?
    Vous n’êtes pas plus milliardaire que moi et Mr Trump, ok.
    Cependant je vous ai souvent entendu dire que dans ce système institué qui permet en toute bonne foi de faire et d’exécuter tout ce que je peux trouver révoltant, il faut changer telle et telle règle.
    Vous allez me dire vous ne suivez pas tout ce que je dis, oui j’ai une petite « comprenette » économique,
    Avez vous dit ou écrit ce qu’il faut changer comme règles pour tout changer « tranquillement ».
    Vous voyez que je comprends qu’à moitié, quand je dis tranquillement !!!
    Amitiés.

    1
      1. Merci Romain, je vais prendre le temps tranquillement de lire cet article et de comprendre chaque point que développe Mr Jorion.
        Amitiés.

  5. Ce que vous dites peut être à l’origine de l’une des révolutions de notre temps.
    Neutralisation de l’action des lobbies(*) qui agissent pour le compte des puissances en place ou montantes, pour la remplacer par celle de Fondations suffisamment riches pour se doter des meilleurs juristes aptes à conseiller les élus de bonne volonté mais naïfs et incompétents, pour la rédaction des meilleures lois et des meilleurs décrets.
    Quel budget pour commencer à être crédible ?
    (*)avec des fonds ne pouvant pas provenir de citoyens très riches

      1. Et ?
        Et alors ?
        Zorro est arrivé …le problème , c’est que c’est sans se presser .
        La justice déboulera bien un jour , et ça risque de pas se faire dans le calme.

        Combien de multinationales , de fonds de pensions , de mafias qui ont plus de poids financiers que les états?
        Combien d’états incapables d’imposer leurs volontés aux nouveaux maîtres du monde ?
        Sachant que ces états agissent en ordre dispersés , qu’on leur demande jamais de rendre des comptes sur la concentration des richesses, tout donne raison au «  c’est bien pire que ce que vous imaginez « .

        M’étonnerait pas que du côté des spéculateurs , la préoccupations essentielle soit de savoir qui, de l’élection de Biden ou Trump favorisera (ou fera baisser), le cours de leur portefeuille d’actions ( c’est que le social , ça coûte un «  pognon de dingue « ). 
        »Problèmes écologiques ? Pas grave , c’est pas pour demain , c’est pour après demain … Vous prendrez bien un p’tit coup de néonicotinoïdes ? »

        Les états peuvent avoir une vision à long terme , pas les spéculateurs qui sont , de mon point de vue :
        – d’une part apatrides , vu la façon dont ils s’arrangent pour ne jamais payer d’impôts ( ou si peu )
        – d’autre part , focalisés sur le court terme .Plus ils fragilisent les états , et plus ils scient la branche sur laquelle ils se sont posées.
        Les temps sont à la guerre économique , pas encore à la paix économique .
        Ça viendra bien …un jour.Faudra bien , pour la survie de l’espèce .

      2. Thomas c’est un pléonasme :
        la « niche écologique » est par définition -ultradebordante –
        même avec juste un asticot .
        Pour appuyer ma thèse je vous jure que si vous arrivez à lui demander ce qu’il veut , il vous dira  » plus  » !
        ( sans trop se presser )
        Même si je vois ce que vous voulez dire.

        1
  6. On n’a jamais vu un mode de production établir un corset juridique qui soit contraire à ses intérêts et à sa perpétuation à perpétuité. Ça suppose donc qu’existe en son sein une armée de collaborateurs pour tenir l’affaire, qu’ils agissent sur le mode de la fabrique du consentement ou de la répression des insoumis. Donc que le droit soit un des bras armé du Capital, ça ne saurait être autrement. Qu’il existe des faussaires ou mafieux en lien avec des âmes fragiles des pouvoirs étatiques, productifs, financiers, c’est l’évidence, les affaires de jouissances sont partiellement trempées dans un rapport opaque à la loi de la parole au sens large, incluant les effets des rets juridiques, et c’est pas demain la veille qu’elles s’évanouiront. Chaque génération fabrique ses échecs de reproduction dont une partie fait le terreau des transformations sociales, culturelles, idéologiques, politico-économiques à venir, et dont une autre profite des failles des cohérences établies. Dialectique du pauvre et du riche. Si Friot développe l’idée d’un Désir du communisme, qu’il l’appuie massivement sur l’année 46 et pas 45, ça ne dit rien d’autre que les traces d’un mode de production s’éternise dans un autre, et que l’embryon d’un mode futur est à déceler dans le présent pour desceller l’avenir.

  7. Quelques questions à partir de ce constat :
    Comment surgissent les « oligarches » russes ? Sont ils des maffieux ou de vertueux milliardaires ? Sont ils riches des ressources naturelles russes, des ressources industrielles soviétiques ou de simples turpitudes financières ?
    Même si les lois sont faciles à changer, même s’il est facile de concevoir un programme de mesures « simples » (Gael Giraud a les siennes qui ne sont pas celles de Paul : https://www.youtube.com/watch?v=_vWn5M1Tdvc ce premier octobre), on voit bien qu’elles ne passent pas. Faut-il comme Paul le dit incriminer l’incompétence de nos élus ? N’est-ce pas d’abord un rapport de forces, et une inertie à envisager de saborder le système qu’il faut théoriser ?
    Pour le dire autrement, nous avons une dictature de la Haute Bourgeoisie déguisée sous la forme d’une démocratie des partis (définition déjà problématique) ; nous pouvons sérieusement souhaiter une dictature du prolétariat déguisée sous la forme de la démocratie populaire (définition trop simpliste !). Mais pourquoi n’avons nous pu imposer une dictature des milieux du centre et de la gauche (contre la Haute Bourgeoisie et avec le soutien du prolétariat) sous la forme d’une démocratie social-démocrate ?

    4
    1. Bien d’accord avec vous mais dans ce cas on pourrait aller plus loin. C’est pas le système mais l’égoïsme et l’avidité qui sont à la racine de tout ça. Si on l’accepte en grande majorité, c’est parce que nous fonctionnons comme à l’identique à notre petit niveau…
      La volonté politique n’est donc pas là, alors que la proposition politique est à portée de main.

      1. @ Yann : pour moi c’est l’inverse : la tribu, le collectif veut un système vertueux qui maîtrise nos égoïsmes et nous défende des égoïsmes d’autrui et nous protège des agressions des autres tribus extérieures. Qui organise une certaine forme de solidarité et de justice aussi (solidarité non aveugle). (Et qui cherche même une forme de paix et de vertu entre nations, pour l’humanité, chose impensable il y a quelques siècles). Mais tout système, même en détricotant les hiérarchies acquises, à partir de hiérarchies plus « légitimes » (la bourgeoisie contre l’aristocratie, par exemple) finit par retomber dans un état ayant perdu sa vertu. Les freins à notre exigence politique collective sont oubliés : la religion et l’idéologie assénée par les puissants pour nous manipuler et masquer leur dérive.

      2. @Chabian
        « Les freins à notre exigence politique collective sont oubliés : la religion et l’idéologie assénée par les puissants pour nous manipuler et masquer leur dérive. »
        C’est un peu le credo et la narration de la gauche : une intelligence collective contre un méchant système oppresseur. J’y crois de moins en moins. L’homme est responsable individuellement, il a l’intelligence de comprendre mais s’y refuse par confort ou peur du changement. La somme de toutes ces individualités forme le collectif. L’homme est un animal social de toute évidence mais ce lien se fonde sur un intérêt mutuel, une réflexion égoïste à long terme en quelque sorte. Je ne suis pas pessimiste pour autant car je crois que l’homme a la capacité de s’élever au dessus de cette condition égotique. Mais c’est un chemin individuel à mon sens.

      3. En fait l’apprentissage de la dépendance et de l’empathie ( pour laquelle la nature bonne mère nous donne des dispositions innées ) , nous l’avons dès la naissance ; Le niveau de l’agrégat social s’élargit alors sans cesse de la mère à la famille , à la tribu au clan , aux alliés , à l’humanité en fonction des problèmes à résoudre et du niveau de connaissance que nous avons de l’environnement , de ses « dangers » vécus ou anticipés , des opportunités, de nos limites de faculté d’anticipation .

        L’empathie c’est un attachement au passé,
        L’opportunité c’est le rapport au hors temps ,
        La famille jusqu’à l’ONU , c’est l’organisation et l’ancrage dans le présent ,
        La faculté d’anticipation et le leadership , c’est le pari sur le futur .

    2. Tout est une question d’échelle de temps : le changement dont je parle ne pourrais s’opérer en quelques décennies. Mais si on pense à l’échelle de l’humanité et non en rapport à notre civilisation présente, on peut rester optimiste.
      Si on risque la disparition en tant qu’espèce alors l’échelle du temps risque un petit peu de s’allonger, mais qu’est-ce que plusieurs millions d’années sans une conscience pour s’ennuyer ou s’impatienter ?

  8. Me semble que c’est l’endroit et le moment de replacer synthétiquement cette histoire vécue… Comme une enquête de série-TV de début de soirée.
    ((Contrairement à l’habitude , à part les noms , tout ce qui est décrit est strictement véridique , tracé , avec liens contractuels financiers en référence.))
    —————————————————————————————————————————————-
     » Grèce ( ce n’est pas un hasard vu la suite..!..) , été 2020 . On débarque un soir dans un resto.
    Et « mon copain Alfred » , qui nous offrait le repas , se met en tête , lui , de vouloir manger un poisson..
    Et ce qui devait arriver.. arriva…un magnifique poisson (qu’il ne parvient pas à finir) … et tout à la fin …l’addition.!
    Tout aussi magnifique addition ( tout à fait correcte..vu qu’il avait reçu dans sa grande assiette un poisson de qualité..et/mais d’environ 1kg … à €59 le kg..!.. « arnaque sympa » méditerranéenne ultra-connue) . Alfred veut en conséquence payer par carte. Le patron revient à table avec son beau portatif « boîtier VISA ».
    Y en a pour un peu plus de…€! Oublions , « on ne vit qu’une fois »..
    On n’en parle plus.
    Tout a une fin…retour au pays ..

    Et c’est à partir de là que ça devient intéressant…
    Alfred a l’habitude d’un contrôle « grossier et à postériori » de ses dépenses à partir de ses extraits électroniques bancaires ; la fameuse addition « d’un montant inhabituel bien que correct » ré-attire l’attention et passe mal.. débit VISA correct mais un peu chérot quand même..!!.. surtout que l’intitulé-identité du crédité affiché sur ses extraits ne signifie pas grand chose : un nom X et un prénom Y …au lieu de l’attendue dénomination du resto en cause! . Alfred râle … et quand Alfred râler…
    Enquête (par des voies détournées seules connues de mon Alfred..) pas facile.. mais aboutie.. : et , stupeur , on parvient à identifier que le sieur X.Y. est le sympathique proprio d’une minuscule pension de famille (2 chambrettes mansardées..) sise … à CHYPRE…!

    » Mais c’est bien sûr ..! »
    Présentation du « système » : (bien entendu pas du tout à l’insu du plein gré des zôtorités)

    Suffit d’enchaîner (dans l’ordre) la lecture les trois liens suivants : (vraiment à lire pour bien imaginer à quel point nos zôtorités ferment les yeux en se foutant de notre gueule)
    1- https://fr.mobiletransaction.org/comment-se-procurer-terminal-de-paiement/
    2- https://fidulink.com/terminal-de-paiement-en-ligne-ou-terminal-de-paiement-virtuel-tpe-tpv-souscription-en-ligne-onshore-offshore/
    3- https://www.compte-offshore.info/compte-bancaire-offshore-chypre/

    Et le tour est joué… Le gars possède certainement un ou plusieurs portatif VISA « grecs » normaux..et sans doute , à partir d’une certaine heure et pour certains montants..il « se trompe » de portatif et tend son privé-chypriote…

    Pourtant le client a payé correctement son addition…personne n’est volé??… sauf que… sauf que …?

    (En chiffres grossiers ronds pour l’ordre de grandeur)
    ^^Rappel TVA grecque = 24% inclus dans ce qu’a payé le client .
    ^^Taux fixe de « prélèvement fiscalement libératoire » chypriote de …12,5% sur les montants par cartes rentrés en compte chypriote…==>
    ^^Chypre , qui n’avait rien demandé , vous remercie , ainsi que le système financier…
    ^^Pertes pour la Grèce dans ses caisses de Sécu&autres -24% ..
    ^^Outre sa marge « normale » sur les prix-menu , gain supplémentaire pour le patron = 11,5% au crédit de son compte chypriote…

    Voilà , voilà..! Comme on le voit…tout le monde y gagne… chacun est heureux.. enfin…presque..!

    Tiens , ça me rappelle que la France , la Belgique et les autres… « jouxtent » le Luxembourg…et , dans son cas :
    https://www.etuc.org/sites/default/files/publication/files/ces_letterbox_companies_fr_web.pdf
    par exemple.

    1
  9. Vous je ne sais pas, mais tout cela me rassure énormément.

    Moi qui pensais que la captation de la « représentation » nationale et de la haute fonction publique par l’argent, (via -entre autres délices- le pantouflage chez Suez, Danone, Rothschild, BNP-Paribas et cætera) expliquait que nous vivions en régime mafieux, eh bien je me trompais !
    Nos braves députés et hauts-fonctionnaires sont tout simplement un peu niais et ne savent pas très bien ce qu’ils votent ou font.

    Nous voilà donc sauvés ! En votant aux prochaines élections pour des gens honnêtes et compétents nous pourrons combattre efficacement le basculement climatique et contrer l’explosion des inégalités.

    J’vous laisse, faut absolument que j’annonce la bonne nouvelle à mon cheval !

    4
    1. Roberto, l’homme qui murmure à l’oreille des chevaux 😉 a besoin « d’ennemis » bien identifiables… ? 🙂

    2. Puisque vous parlez d’ennemis, je vous présente un cas concret : le Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité, honorable assemblée que l’on ne peut décemment pas qualifier de horde-rouge-brune-nihiliste-le-couteau-entre-les-dents, vient de présenter un rapport démontrant que la réforme fiscale de 2017 de M Macron (le fonctionnaire à qui les super-riches parlent à l’oreille) a enrichi… les plus riches.

      Impôts : comment la réforme fiscale de 2017 a enrichi les plus riches

      Doux-Jésus, comment se fait-ce ?

      – Réponse a : ça n’était pas le but recherché par Bercy, il s’agit d’un effet non désiré et non prévu.
      Nous parlons donc d’incompétence.

      – Réponse b : c’était bien entendu le but recherché, Bercy étant tout entier au service des plus riches.
      Nous parlons bien d’ennemis qui s’opposent volontairement à la redistribution des richesses au service du bien commun.

      2
  10. Petit exercice amusant : chez l’éditeur Dalloz, le code général des impôts annoté fait 3748 pages et 1,562kg (1). Le code du travail annoté fait 3800 pages et 1,56 kg (2). Vous avez déjà entendu des commentateurs déclarer que le cpde du travail était outrageusement complliqué et que c’était intolérable et qu’il fallait absolument réformer tout ça. Vous avez déjà entendu la même chose pour le code des impôts ? Ah ah ah !

    (1) https://www.amazon.fr/Code-g%C3%A9n%C3%A9ral-imp%C3%B4ts-2020-annot%C3%A9/(dp/2247196616/ref=sr_1_3?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=code+des+impots&qid=1602277542&sr=8-3
    (2) https://www.amazon.fr/travail-annot%C3%A9-%C3%89dition-limit%C3%A9e-2019-2020/dp/2247188516/ref=sr_1_3?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=code+du+travail&qid=1602277961&sr=8-3

  11. @ Robin Denis

    1/  » La recette radicale de Paul Jorion pour en finir avec la spéculation financière  » / Magazine  » Challenge(s)  »
    https://www.challenges.fr/finance-et-marche/la-methode-radicale-de-paul-jorion-pour-en-finir-avec-la-speculation-financiere_179360

    2/ COMMENT FURENT AUTORISES LES PARIS SUR LES FLUCTUATIONS DE PRIX (V) CE QU’IL CONVIENT DE FAIRE MAINTENANT  » Par P. Jorion
    https://www.pauljorion.com/blog/2010/11/16/comment-furent-autorises-les-paris-sur-les-fluctuations-de-prix-v-ce-quil-convient-de-faire-maintenant/

    3/  » « La spéculation, mon bon Monsieur, mais ça a toujours existé ! » – Non ! Et d’ailleurs, ça suffit !  » par Zébu / Blog P. Jorion
    https://www.pauljorion.com/blog/2014/12/24/la-speculation-mon-bon-monsieur-mais-ca-a-toujours-existe-non-et-dailleurs-ca-suffit/

    6
    1. « La spéculation, mon bon Monsieur, mais ça a toujours existé ! » – Non ! Et d’ailleurs, ça suffit ! » »

      Si , ma non troppo… amico !

      Oui, absolument les trous noirs, c’est comme les fenêtres ouvertes les jours de Mistral, ça fait péter les vitres, ça, c’est ballot, mdrrr
      Autant rester au centre plutôt que de se faire malencontreusement spaghettificationer… ! ptdr
      https://trustmyscience.com/mini-univers-fractal-existerait-dans-hypothetiques-trous-noirs-charges/

      (U.S. market sell-off brings short sellers $344 billion profit
      « Reuters) – Investors betting on declines in U.S. stocks saw big profits in the last month as equities crashed while the global spread of coronavirus darkened economic prospects and net increases in short selling implying no turnaround in bearish sentiment. »

      « Companies in the capital markets sector such as brokerages saw short selling increase to the tune of $3.2 billion while investors increased short exposure to banks by about $2.6 billion. That compared with a $2.5 billion increase for biotechnology. »

      « Industries with the biggest increases in short covering were led by technology hardware, where $1.4 billion worth of shares sold short were covered, and leisure products, which saw a $497.8 million increase. »

      « Pharmaceuticals and healthcare technology each saw more than $200 million increases in short covering. »

      « Microsoft Corp MSFT.O and Apple Inc AAPL.O were the companies with the biggest increase in short covering during the month with $1.47 billion of Microsoft shares being covered and $1.39 billion of Apple shares covered. »

      « Since Apple is expected to have manufacturing issues with much of its production in Asia, Dusaniwsky said short sellers may be taking profits in case product deliveries rebound as the China coronavirus outbreak stabilizes. Apple shares fell around 24% between Feb. 19 and March 19. »

      « Companies with the biggest increases in short selling were McKesson Corp MCK.N, Visa Inc V.N, Morgan Stanley MS.N, Walt Disney DIS.N and Comcast Corp CMCSA.O. »
      https://www.reuters.com/article/us-usa-stocks-shortselling-idUKKBN21811E

  12. @Paul,
    J’ai utilisé l’intégralité de mon enveloppe internet mais je voulais dire aux économistes atterrés qu’un plan pour relancer l’économie doit être chiffré.

    1. Le bla bla et les belles tirades, il faut arrêter de les mettre en ligne. Il faut agir pour sauver l’économie locale. Que vous soyez professeur ou maître de conférence c’est une bonne chose mais pourquoi faire?

  13. Que pensez vous de cela :
    La Ronce :

    « Nous ne porterons jamais atteinte à l’intégrité physique des personnes, mais les biens matériels, eux, n’ont pas de sentiments. Nous refusons d’appeler leur dégradation du gaspillage, quand on sait la dégradation que leur production ou leur utilisation provoque sur le vivant. On ne gaspille pas une arme quand on la détruit. »

    « Une épine seule ne changera jamais la face du monde, mais plusieurs épines dans leur pied peuvent les ralentir, et un buisson de ronce leur fera rebrousser chemin. »

    Étrange et inquiétant Moi je trouve

  14. Alors qu’il était attendu, comme réaction au commentaire (Juillot Pierre 9 octobre 2020 à 17 h 19 min) que les critiques se justifient sur les fautes (d’orthographes, de grammaires, de conjugaisons, etc), que dire de « l’abstentionnisme », l’absence quoi… de confrontation de poins de vue, quand des portes furent pourtant laissées ouvertes… ? «  La forme, c’est le fond qui remonte à la surface. » ? Celle ci forme étant ici, je l’admets volontiers, tellement pas au mieux de « sa forme »… que l’impression peut être perçue de ne pas voir le fond… Suis naïf de prétendre que cela veut-il dire que l’eau n’en est pas pour autant trouble, boueuse…? Suffit-elle comme expression à dédaigner réagir à minima sur ce qui est soit disant considéré comme de « l’angélisme » d’envisager de retrouver la gratuité des services publics comme les cantines scolaires, la gestion de l’eau potable, la santé publique (vaccins, médicaments, masques, etc)… et d’étendre cette gratuité à d’autres services… ?

    Ces portes ne sont-elles pas suffisamment « accueillantes », à la discussion sur la distribution – ou confiscation/privation, suite au confinement… – de repas… dans certaines cantines scolaires, par du personnel dévoué… qui ne les concoctant plus, ne les cuisinant plus du tout, ne sont plus que les « subsidiaires » (« réforme structurelle » envisagée sur la révision du statut du personnel dans la fonction publique territoriale, nationale… « Société de service ») en quelque sorte, d’entreprises privées spécialisées dans la confection de « plats cuisinés » pour des collectivités…

    SOXEDO… n’est-ce pas un exemple, dont les propriétaires de titres boursiers et patrons cadres sup, jouent et gagnent sur les tous les tableaux (« monopolistique »…?) de la chaîne agroalimentaire – agriculture, transformation de matière première, et distribution de repas, en EHPAD, dans des cantines scolaires, centres de loisirs, etc.

    Et certaines collectivités, ayant décider de mettre fin aux contrats passés avec cette propriété privée entrepreneuriale, cotée en bourse – quand d’autre en font de même, reviennent même à une gestion de la distribution de l’eau potable, en régis – ne sont-elles pas l’exemple de l’enjeu électoral (les prochains scrutins sont départementaux, il me semble) qui peut vouloir influer sur le rapport de force entre solidarité… d’un « État providence » décentralisé, contre les dérives mortifères du capitalisme ultralibéral s’étant gavé de trop, étant allé trop loin, sur la privatisation rampante de l’intérêt général, des services publics, de biens communs, de première nécessité, indispensables … ?

    Ou alors, en effet, M. Jorion a tout à fait raison d’affirmer que « C’est bien pire que ce que vous imaginez ! »…?

  15. Prix Nobel d’économie 2020: L’ Américain Paul Milgrom, 72 ans, associé à son compatriote Robert Wilson, 83 ans, pour leur théorie sur l’optimisation des ventes aux enchères, notamment utilisée dans l’attribution des fréquences télécom, comme la 5G.

  16. Le dernier rapport de l’Observatoire des multinationales : les finances publiques au service du CAC40.

    (le tableau de la page deux vaut son pesant d’argent magique : un seul coup d’œil pour découvrir qui parmi les bénéficiaires des aides d’État, en profite pour augmenter les dividendes versés, licencier les gueux, augmenter la carbonisation du climat et doigt d’honneur final, envoyer l’argent volé dans les paradis fiscaux).

    Le néolibéralisme à la française, une mafia comme une autre.

    2

Les commentaires sont fermés.