Covid-19 : Le point sur tous les fronts, par ilicitano

1- dans un commentaire précédent je posais la question concernant l’évolution du ratio nombre de personnes en réanimation/nombre de personnes hospitalisées qui évoluait du simple au double, voire du simple au triple, entre juillet-août et actuellement ou en pleine épidémie.
6 à 7% pendant l’été et 17 à 20% actuellement et au démarrage de la pandémie.
Peut-on en déduire une virulence plus faible en été, et une plus forte actuellement comme en mars-mai ?

2- le système médiatique commence à préparer la population à des restrictions plus strictes, en particulier en Ile de France, et peut-être pour les seniors et personnes à risques en s’appuyant sur les données concernant le « profil » des personnes en réanimation et décédées.

3- Point positif : l’évolution de l’augmentation des entrées réanimation est passée de 4-4,5% à 2%, ce qui est très bien.
Je pense que les séniors y sont pour beaucoup grâce à la modification de leur comportement de protection face à la pandémie, même si parfois cela est très compliqué (garde d’enfants, repas de famille …)

Par contre depuis 2 jours ça augmente :

– 1483 le 11/10 + 2%
– 1539 le 12/10 + 3,8%
– 1633 le 13/10 + 6%

Le nombre d’entrées en réa ce jour dépasse largement les jours précédents +226
Le nombre de nouvelles hospitalisations dépasse aussi largement les jours précédents + 1168
On est toujours sur le ratio réa/hospitalisés de 19-20%

4- le taux d’occupation des lits en réanimation est très variable selon les départements.
Il y a un grand écart entre Ile de France et grandes métropoles (Lyon, Marseille…), la plupart à + de 50%, et la province.
Le taux en France est à 1633/5200 lits = 31,5%

L’Ariège, cher à A113, après une très bonne situation en mars-mai, n’est plus épargné avec 2 clusters dans 2 Ehpad, et est au niveau le plus haut à 63%, mais pourra bénéficier de l’aide du 31 (Toulouse) qui est à 24%.

5- les taux d’incidence, en semaine glissante, explosent par rapport au maxi, 250, défini par le ministère de la santé:

– Paris : 413
– Loire : 374
– Rhône : 340
– …

Il était de 5 à 10 en juin/juillet en France et 166 actuellement.

6- le taux de positivité continue à évoluer : 1% en juillet/aout, 12% actuellement

Ile de France : 16,9%

Avec des indicateurs amont qui se dégradent, taux d’incidence et taux de positivité, nous allons donc vers une augmentation, certainement plus lente, mais sûre, de la pandémie.
Il faudra vivre avec le Covid jusqu’à la mise à disposition d’un vaccin, au mieux dans 18 mois.

Les seniors et personnes à risques (96% des décès) seront mis à contribution et fortement incités à prendre le maximum de protections et de distance vis à vis de leurs échanges communautaires et familiaux tout particulièrement à la Toussaint et aux fêtes de fin d’années.

Un nouveau confinement total n’étant plus d’actualité, avec le maintien de la scolarité et de l’activité économique le Covid continuera à circuler.

Partager :

47 réflexions sur « Covid-19 : Le point sur tous les fronts, par ilicitano »

  1. « …jusqu’à la mise à disposition d’un vaccin, au mieux dans 18 mois. »

    J&J et Eli Lilly ont interrompu (temporairement) leurs recherches sur le vaccin. Il faut croire que cela ne va pas être aussi simple que cela, qui plus est, et comme cela a été discuté sur ce blog, contre un virus à ARN.

    Il n’y aura pas de vaccin, ou en tout cas, pas de vaccin réellement efficace.

    4
    1. Je crois que AstraZeneca a suspendu aussi ses essais cliniques, puis repris.
      Je crois aussi que pour un vaccin, la partie est loin d’être gagnée…

      2
      1. En tous cas il n’y a pas encore de vaccin contre l’incrédulité .

        Mais les vrais scientifiques , armés de leur doute du même qualificatif , n’ont rien à redire à cela .

        PS : je vois plutôt d’un bon œil qu’il y ait de nombreux fers au feu , de nationalités différentes , dans la recherche de parades de type  » vaccins » applicables à des cas de sensibilité au virus variés . Raison de plus pour laisser le temps scientifique à ces travaux , en s’épargnant autant que possible le challenge commercial et « potion magique unique  » , dans la précipitation .

      2. Juan

        Le vaccin contre les formes les plus aiguës d’incrédulité existe, il n’offre malheureusement que quelques secondes de clairvoyance avant le coup de faux…

        1
      3. @juannessy
        ‘Nombreux fers au feu’ et ‘laisser le temps scientifique’ oui bien sûr, mais ‘le challenge commercial’, c’est peut-être bien là le souci… ? 🙂
        Ceci dit, l’efficacité du vaccin contre la grippe a une efficacité variable selon les années, mais apparemment suffisante pour atténuer sa propagation.

  2. Bonjour à tous,
     » en s’appuyant sur les données concernant le « profil » des personnes en réanimation et décédées. »

    Si quelqu’un a des infos fiables sur la population en réanimation, avec la répartition en âge, comorbidité et profession.

    N’oublions pas qu’avec le décret du 29 août dernier, de nombreuses personnes dites vulnérables en mai vis à vis de ce virus ne le seraient plus en septembre… Il ne faudrait donc pas s’étonner d’avoir une saturation de la réa avec des personnes ayant des comorbidités après leur avoir imposé un retour au travail, c’est-à-dire à une exposition au virus…

    Il en est de même sur les statistiques par profession: le ministre de la Santé a refusé d’indiquer le nombre de soignants ayant été touchés, sous prétexte qu’il ne le savait pas. Gros mensonge ou grosse incompétence, dans les 2 cas c’est grave.

    Pour les professeurs (écoles, collèges, lycées, universités) et autres personnes en contact avec les enfants,, c’est également l’omerta et le déni les plus complets. Entre le « tout est sous contrôle » de Jean-Michel Blanquer, qui consiste à laisser ouvertes des classes où il y a une circulation active du virus (il faut 3 cas minimum pour la fermer) uniquement parce qu’il manque des remplaçants… et les transports publics saturés… je ne m’étonne pas d’une telle circulation du virus. Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

    Rappelons que le milieu scolaire est celui qui a le plus de clusters actifs (35 %).

    Le chef de la réa de l’hôpital de Garches indiquait que, parmis les personnes qu’il voyait passer, il y avait beaucoup de professeurs.
    https://twitter.com/i/status/1314955478187806720

    Les simples stats du nombre de cas positifs, effectuées par les stylos rouges en interrogeant les académies, sont incomplètes. C’est pour dire le blocage de l’information à ce sujet (y-a-t-il un journaliste dans la salle ?)
    https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1qSrisw1eZhc_imfnmmIvqeq9jjZG7VY1&ll=46.49891800000003%2C-7.147852000000009&z=8

    1
    1. Bonjour François M

      Concernant le profil des personnes en réanimation , les seules informations données par Géodes sont : hommes/femmes ou une répartition par déciles

      https://geodes.santepubliquefrance.fr/#view=map2&c=indicator

      aller sur C puis => Covid 19 puis => données hospitalières
      vous trouverez alors 2 indicateurs : nombre de personnes actuellement en réanimation ou soins intensif
      – hommes ou femmes
      – par catégories d’âge

      concernant la comorbidité et la profession il n’y pas d’information.

      Un point que je n’ai jamais abordé mais sur lequel je vais donner l’information suivante:

      Ce jour : nombre de personnes actuellement en réa : 1633
      – hommes : 1165
      – femmes : 452

      un ratio qui demande à se poser des questions.

      1. Merci Ilicitano.

        Qu’il n’y ait pas de données sur les comorbidités et les professions touchées ne me surprend pas. Ils ont certainement les informations au gouvernement, mais refusent de les rendre visibles, car c’est probablement là que le problème est (selon ma théorie de « quand c’est opaque, c’est louche »).

        Il en est de même pour le nombre de professeurs et de personnels de soins (ou peut-être d’autres professions comme les caissières, les personnels d’accueil, …) déclarés Covid+, hospitalisés, en réa, ou décédés.

        Cachons ce problème que l’on ne saurait voir.

        Par contre, on a à gogo des infos sur les cas suite à des soirées étudiantes. Là l’info circule bien !

    1. Merci Chabian.

      « Les personnes ayant des facteurs de comorbidité sont bien les plus à risques face au coronavirus, sur le plan médical. Mais, comme le montre l’étude, et c’est un élément de surprise, la surmortalité n’a pas nécessairement été plus importante chez elles.

      Plusieurs hypothèses pourraient l’expliquer comme le fait, par exemple, que les personnes ayant des facteurs de comorbidité se sont mieux protégées pendant la crise sanitaire.

      L’étude a sélectionné quatre maladies pouvant être facteur de comorbidité : les personnes diabétiques, celles atteintes de maladie chronique, de maladie respiratoire comme l’asthme ou encore les patients cardiaques. Sur 3 des 4 critères, on ne peut pas observer « une surmortalité plus élevée due au Covid-19″.  »

      Je ne sais pas si la Belgique a pris les mêmes mesures que la France concernant la protection des personnes vulnérables, à savoir qu’elles pouvaient être en télétravail ou en arrêt maladie. Mais si tel est le cas, on peut supposer que la surmortalité plus faible est due justement à ce que ces personnes ont encore plus que les autres évitées d’être exposées.

      Il n’en reste pas moins que la première phrase est très claire, et qu’exposer plus les personnes vulnérables, c’est augmenter leur surmortalité.

  3. @ ilicitano

    à la remarque 1 , un des facteurs en cause est , ce me semble, la population concernée (cet été des personnes plus jeunes , donc avec des conséquences morbides moins graves , donc moins en réanimation …..) , donc rien à voir avec la virulence de virus .
    ce qui ne veut pas dire qu’il y ait pas eu des variations dans la virulence propre du virus (la question est loin d’ètre tranchée et demandera des recherches sur plusieurs années… c’est comme le calcul du R0 vs R effectif …)
    d’où , l’importance de gérer la complexité de l’approche médicale ++++

    sur le site Geodes , il y a toutes les informations qu’il faut .
    mais le formatage de leurs fichiers épouvantable … (sur un même fichier , toutes les tranches d’àge (x10), pour chaque jours(x200) et dans chaque département (x100)->= 200.000 infos , bonjour le boulôt désagréable , j’ai renoncé ….)
    mais i y a des anomatomanes qui ce régalent de ce genre de calcul.
    mon seul but est d’apprécier de la meilleure facon ce qui est et va se passer….
    comme je l’ai fais pendant plus de 40 ans avec mes patients.
    pour l’Ariège , normal , on a pas été touché en Mars-Avril , le brassage de population en été à fait le reste (je ne vous dis pas la cohue au départ des différents points de randonnées !!!…. donc épidémie dans une population vièrge=> forme exponentielle ++++
    avec le confinement , l’épidémie a été « clusterisées » , épargnant de grande partie du térritoire , mais de facon « nodulaire » et non « régulière » … attendons une 3eme vague dans les régions encore épargnées… (je plaisante !!!)
    recherchez sur un de mes fils en Avril , je parlais de « phénomène » ondulatoire amorti , c’est exactement de qui se passe.
    tant que tout le monde  » n’y sera pas passé », on assistera à ce genre de situation ..
    et le taux de contamination ne pourra qu’augmenter (jusqu’à atteindre les 60% en théorie ,sauf si vaccin il y a )

    pour reprendre une de vos remarques sur un autre fil : « ..Va t-on vers un confinement responsable , non coercitif, des seniors, pour la plupart retraités , à partir de 65 ans , et des personnes à risques , à l’identique de Moscou , première agglomération européenne avec 13M hab, depuis cette semaine ?… »
    c’est trop tard +++
    j’ai espéré dès le début Février que ce serait la solution no1 proposée par le gouvernement…et me la suis appliqué ainsi que je l’ai proposé à mon entourage….
    j’ai du mal à bien comprendre la resistance de notre société à des mesures évidentes (j’ose le mot) , peu contraignantes qui si elles ne sont pas prises à temps induisent plus tard d’autres mesures plus contraignantes voire contre-productives (causant plus de dégats que de d’amélioration de la situation)

    cordialement
    a113

    1. « pour reprendre une de vos remarques sur un autre fil : « ..Va t-on vers un confinement responsable , non coercitif, des seniors, pour la plupart retraités , à partir de 65 ans , et des personnes à risques , à l’identique de Moscou , première agglomération européenne avec 13M hab, depuis cette semaine ?… » »

      Je ne crois pas qu’un tel confinement serait praticable, ni qu’il serait efficace en l’absence d’autres mesures fortes pour stopper la pandémie.

      Il est vrai qu’à considérer les statistiques (1) un peu plus de 2 000 seulement parmi les 32 000 morts du covid-19 à ce jour en France devaient avoir moins de 65 ans. Isoler les plus de 65 ans signifierait protéger plus de 90% des victimes potentielles du virus.

      Le premier problème, c’est que l’isolement de quelque chose comme douze millions de personnes serait un exercice pour le moins délicat.

      Quid de leur alimentation – qui va la leur apporter ? Quid de leur activités sociales (s’agit-il de leur demander de rester à l’isolement confinés pendant un an, deux ans voire… jusqu’à ce que mort s’ensuive) ? Il est même permis de penser que ce serait pratiquement infaisable.

      Le second problème, c’est qu’à supposer que cet isolement soit mis en place d’une manière ou d’une autre, si par ailleurs la pandémie n’est pas stoppée dans le reste de la population… la contamination des seniors est au final inévitable.

      C’est que le risque de contamination ne dépend pas seulement des précautions prises lors des inévitables contacts, mais de l’extension du virus dans le reste de la population. Si parmi les quelque 80% des Français qui ont moins de 65 ans, le virus se répand plus ou moins librement (occasionnant de ce fait quelques dizaines de milliers de morts quand même, et pas mal de cas de séquelles durables, notamment pulmonaires), alors l’environnement vu depuis la partie de la population qui a plus de 65 ans deviendra de plus en plus dangereux (des contaminés au virus partout !) si bien que les contacts inévitables qui perdureront quand même (l’étanchéité parfaite ça n’existe guère) occasionneront quand même assez souvent des contaminations. Les contacts seront moins nombreux, mais chacun d’entre eux sera beaucoup plus dangereux.

      Voir encore le cas des EHPADs où plus de dix mille personnes sont mortes du covid : les personnes qui y travaillent appliquaient très sérieusement les gestes barrière et toutes sortes de précautions mais… il y a eu beaucoup de morts quand même. Appliquer cette stratégie à l’échelle non des quelques centaines de milliers de résidents en EHPADs mais de douze millions de personnes… mènerait à de graves pertes humaines.

      Si l’ensemble de la société est en train d’appliquer une stratégie visant à éteindre la contamination – ce que nous avons réussi à faire entre mars et mai, et pas encore entre juillet et octobre – alors il y a certainement du sens à demander aux seniors de suivre une version encore plus poussée de cette stratégie. Mais cela n’a de sens que comme complément d’une stratégie visant à bloquer la contamination dans l’ensemble de la population, non comme substitut à une telle stratégie.

      (1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pand%C3%A9mie_de_Covid-19_en_France#D%C3%A9c%C3%A8s_en_h%C3%B4pital_et_%C3%A9tablissements_sociaux_ou_m%C3%A9dico-sociaux

      1. On pourrait , pour les plus de soixante cinq ans , rendre la participation au blog de Paul Jorion obligatoire avec un tarif très avantageux à 12 centimes d’euro par an , ce qui devrait assurer une ressource mensuelle de l’ordre de 120 000 € par mois , permettant d’embaucher 24/24 , 7/7 et 365/365 . près de 50 modérateurs .

        5
      2. « …ni qu’il serait efficace en l’absence d’autres mesures fortes pour stopper la pandémie… »
        absolument +++
        un virus qui s’attaque à un appareil biologique , se moque de son àge , de son sexe , de sa nationalité , de l’endroit où il habite ….
        ce qui lui importe c’est le maximum de vulnérabilité de sa cible , sa susceptibilité d’ètre envahie et de servir à alimenter sa reproduction.
        donc , tant qu’il y aura des hommes « accessibles » , il se reproduira.
        les confinements ne sont qu’un pis-aller , différant une situation en faisant varier le facteur exponentiel qui la définie.
        ils ne servent à permettrent au sytéme social d’avoir le temps de s’adapter , mais avec des conséquences facheuses +++.
        si vous tracez la courbe y=1,0008 (puissance x) par exemple , vous obtiendrez une courbe à la progression très timide , mais qui néamoins au bout d’un temps x arrivera à doubler sa valeur ineluctablement .
        et pourtant c’est une fonction exponentielle (cad qu’elle est sa propre dérivée).
        on est passé d’un facteur R=3,0 en Mars à R=1,07 actuellement.
        donc les deux courbes exponentielles( y=3,0(puissance x)et y=1,07(puissance x) , désolé je ne sais pas taper un exposant ) n’ont pas le même aspect , si ce n’est que dans les deux cas , ca n’arrète pas de grimper.

        pour que la démographie de ce virus ne progresse plus , il faut qu’il ne trouve plus de cibles (cellules ) à parasiter , d’où le reperer (test,tracage) ,puis l’isoler (quarantaine) , jusqu’à disparition faute de carburant +++.
        c’est le plus urgent , avant (ou avec ) le confinement des vieux .
        c’est pourtant simple , non ?

      3. JuanNessy,
        on pourrait mettre argumenter un remboursement par la Sécurité Sociale pour « atelier thérapeutique anti-Alzeihmer »

  4. désolé de mes fautes de frappe , je n’ai pas un appareil cognitif adapté au clavier ….

    à la remarque no3 « …Par contre depuis 2 jours ça augmente… »
    vous me prenez de court , car la prochaine courbe que je devrais envoyer (j’attends toujours quelques jours pour les proposer à Paul , car lissant sur 7 jours , les chiffres frais sont « pondérés » par les anciens , ce qui ne donne pas une idée très précise à mon avis de la situation ..) montre une baisse de la décélération , ce qui repousse un éventuel « plateau » d’une semaine (1ere semaine de Novembre)
    Actuellement , ce qui est important c’est de bien avoir à l’esprit la disparité entre les différents territoires , ce qui fait qu’une moyenne n’a plus aucun sens +++

    1
  5. enfin , sur la remarque no6 (les 3,4,5, sont jumelles),
    je répète que le taux de positivité viral ( mais aussi anticorps,cellules de défense…..) ne peut qu’augmenter dans le temps.
    toute personne testée positive au virus ( à des degrés variables) est porteur des caracteristiques d’une défense de son système immunitaire.
    hélas , parfois cette défense est trop forte (choc cytokinetique) , d’où l’intéret à ce moment là de « calmer » les choses avec un corticoide .
    donc cela n’a pas forcement un caractère de gravité ; ce qui serait interessant , c’est de faire des « sondages » épidémiologiques (donc de manière stochastique) pour tester l’impact du virus sur la société…mais , bon , on en est loin …..

    1. @A113, Les anciens disaient qu’à la tombée de la feuille, c’est-à-dire en automne il y a plus de morts. La descente de la sève dans les arbres favorise t’elle la mort?

      1. Les anciens disaient aussi : «  méfiez vous dès vendredi 13 «  … et jamais rien sur les vendredis 26 , mathématiquement deux fois plus dangereux .

    2. Bernadette
      comme tout le monde , j’ai pigé définitivement vers l’age de 5-6 ans que j’allais mourir , donc bien avant l’Automne de mes 70 et plus ….
      si la séve veut dire savoir (s’avoir) , ok , j’ai encore envie (en vie) d’en s’avoir (savoir) plus ……

  6. Si le covid continue de circuler et qu’on l’accepte pour des raisons économiques et de défaillances structurelles, d’équipement et de chaine de valeurs auxquelles on ne veut pas remédier dans les entreprises ( pas question d’amoindrir la mondialisation et le dumping social), c’est la prison à vie pour les séniors et personnes à risque dans un confinement perpétuel… C’est bien significatif d’un monde politique qui s’entraîne à apprivoiser les problèmes pour vivre avec, plutôt que d’entamer tout processus de remédiation qui engagerait des remises en questions idéologiques et menacerait la concupiscence qu’il entretient avec le système en place.
    On peut décliner le concept sur tous les problèmes, la remédiation est bannie de toute action de gestion ou de politique; c’est devenu une valeur considérée comme antilibérale puisqu’elle suppose des choix, des arbitrages et de l’intervention.

    6
    1. On peut décliner le concept sur tous les problèmes, la remédiation est bannie de toute action de gestion ou de politique; c’est devenu une valeur considérée comme antilibérale puisqu’elle suppose des choix, des arbitrages et de l’intervention.

      Je l’ai recopié pour que celui ou celle qui ne l’aurait pas lu sous votre plume, le lise au moins ici.

      1. C’est le business-modèle capitaliste.
        Acquérir une source de potentiel ou en créer une qui vous appartient dont un flux monnayable en sort et où en rentre.
        Jouer avec le sens et l’amplitude du flux pour maximiser vos gains.
        Politique des moyens et négation des fins.
        Remédier au problème revient à tarir la source.
        Le monde du logiciel commercial jamais terminé, toujours buggé, à mettre à jour tous les jours.

        1
    2. Ce que Jancovici feint de ne pas comprendre c’est qu’en France le nucléaire,tout comme l’énergie fossile, a créé le mythe de la croissance illimitée,en accord avec la doxa du néolibéralisme.
      Aujourd’hui force est de constater que cette énergie mortifère nous place a la croisée de chemins: Limiter notre consommation, planifier notre futur en développant le photovoltaïque et en recherchant de nouvelles énergies,
      ou continuer, comme si Fukushima n’avait jamais existé, le nucléaire de fission jusqu’à ce que la catastrophe prévisible advienne.

      1.  » Jancovici feint de ne pas comprendre c’est qu’en France le nucléaire,tout comme l’énergie fossile »
        Sauf que c’est pas du tout les mêmes énergies et un mythe se déconstruit.

      2. C’est une des rares erreurs de son raisonnement, si l’instabilité climatique est certaine comme il le dit pour les centaines d’années qui viennent et que c’est moi qui le dit il en découlera de l’instabilité sociale et économique maintenir le nucléaire n’est pas logique. Quand le détendeur est cassé et qu’on peut plus régler la flamme on ne laisse pas la cocotte minute sur le feu, j’ai du mal à croire qu’il n’en soit pas conscient car il est loin d’être, du coup je le soupçonne d’avoir envie que ça tienne encore un peu, au moins tant qu’il est de ce monde…

        1
      3. Alain
        Lucas
        L’énergie se mesure avec les memes unites quelque soit sa source.
        Et ? La nature n’est pas la mesure . Patate douce

  7. – Concernant le point 3, j’ai déjà alerté sur ce commentaire (https://www.pauljorion.com/blog/2020/10/07/entrees-sorties-en-reanimation-en-france-7-10-20-par-a113/#comment-820065) qu’il ne fallait surtout pas perdre de vue les délais d’accès aux tests…

    J’ai notamment écrit : « on attend avec impatience la consolidation semaine 40″…

    La voici, téléchargeable ici ; voir la figure 12 page 12 :
    https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-point-epidemiologique-du-8-octobre-2020

    Moralité ? Le délai est de nouveau en baisse, repassant de 3,3 jours semaines 39, à 3 jours semaine 40, et probablement moins semaine 41 (à vérifier) puisque le nécessaire a été fait a priori (https://www.sortiraparis.com/actualites/coronavirus/articles/231300-coronavirus-le-delai-pour-un-test-pcr-diminue), sachant que toute personne qui n’a pas encore été testée positive en dépit des premiers signes cliniques, ne rentre donc toujours pas dans les statistiques Covid-19, qu’elle soit « simplement » hospitalisée, voire même en réanimation, et qu’un rattrapage des semaines 38 et 39 est donc forcément inévitable, file d’attente oblige…

    Appelez cela comme vous voulez, moi j’appelle ça le bug PCR automne 2020… En définitive, si nous pouvions suivre en « temps réel » ce qui se passe également à domicile, nous saurions que les entrées en réanimation pour Covid-19 sont non seulement croissantes, mais également potentiellement plus importantes encore que ce que nous disent ces chiffres biaisés…

    A bon entendeur…

    – Concernant les points 5 et 6, figure 6a page 7 du même rapport, il est fort probable que les décrochages observables semaines 38 et 39 soit également le fait de ce bug PCR automne 2020… Pire encore, sur les figures 6b et 6d de la même page du rapport hebdomadaire, on voit très nettement l’impact que cela a sur les taux de dépistage et de positivité des jeunes de 0 à 14 ans, sans doute considérés à tort comme public non prioritaire dès le 17 septembre 2020 !!!

    Je pense que l’on a là la preuve flagrante que les tests PCR sont très importants, et ceci notamment sur les jeunes…

    Testez massivement la population, et l’on devrait normalement retrouver la distribution des taux par classe d’âge telle celle déjà observée lors de la première vague (on va dire, à une mutation près)… Or, ce n’est absolument pas le cas ici, décrochage PCR mis à part donc…

    A méditer…

    Mais je sais que la première vague se révèle d’ores et déjà anecdotique à côté de celle qui nous frappe actuellement… La science nous avait prévenus !

    Alors le couvre-feu…

  8. « Peut-on en déduire une virulence plus faible en été, et une plus forte actuellement comme en mars-mai ? »

    En été les gens vivent beaucoup plus à l’extérieur, l’épidémie est repartie à partir du moment ou les gens ont recommencé à s’enfermer à plusieurs dans des espaces clos pour travailler on a pas forcément une saisonnalité du virus. Il aurait fallu exiger une « quarantaine » ( une grosse semaine à domicile avec deux test espacés de 7 jours) avant la reprise du travail pour faire un « reset » après le brassage de population des vacances. Aller se tester parce qu’on a un doute une semaine après avoir repris le boulot on voit le résultat. On est encore à temps de le faire au retour des congés de fin d’année. Si on veut vivre avec le covid il faut intégrer la prophylaxie dans l’entreprise car la liberté individuelle n’y règne pas… Si le patron dit lundi tu te teste, lundi prochain tu te reteste et t’embauche quand t’as le résultat les gens obtempèrent antimasque ou pas faut bien crouter 🙂 . On aurait pu octroyer une semaine de congés supplémentaires de « réintégration » qui coutera toujours moins cher qu’un mois de chômage total en confinement. Enfin, avec les organigrammes vacances des entreprises on peut planifier le testage en volume et en délais pour les résultats. Le zonage des départs et retour de vacances peut aussi être un plus pour étaler la mobilisation des capacités de testage.
    Je me demande si j’aurais un test d’anticorps à la visite médicale du boulot cette année ? …

    2
  9. En parlant de ‘fronts’, ça augmente bien sûr en Europe, à des rythmes différents, quelques exemples avec
    un aperçu des stats du jour sur 24h, cas / décès:

    Suisse, 2823/ 8
    Belgique, 7360 / 33
    Espagne, 11970 / 209
    Italie, 7332 / 43
    Royaume-Uni, 19724 / 137
    France, 22591 / 104
    Allemagne, 5132 / 43

  10. La grippe fut l’occasion de déployer certains gestes barrières : lavage des mains, interdiction de cracher dans la rue, interdiction des attroupements, « s’abriter sur place » (en anglais, «shelter-in-place»), port du masque, mise en quarantaine, fermeture d’écoles, interdiction de services religieux, fermeture de divertissements publics, interdiction de l’affluence dans les commerces.

    Toutefois, les règlementations des gestes barrières variaient selon les régions et les pays. Aux États-Unis par exemple, la ville de Seattle se protégea plus que Philadelphie, tandis qu’à San Francisco une controverse apparut autour de l’obligation de porter des masques, culminant dans la Ligue anti-masque qui parvint à faire lever cette obligation en février, lors de la seconde vague d’infections dans la ville.

    Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_espagnole#Gestes_barri%C3%A8res , ce qui montre qu’en 100 ans les méthodes de lutte contre les pandémies n’ont pas vraiment évolué. (Cet article me semble avoir été fortement enrichi depuis quelques mois, si bien qu’on y apprend plein de choses intéressantes, y compris que le grand-père Trump est mort de la grippe espagnole…)

  11. Très important de faire savoir… 15/10/2020 :

    https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/suspension-des-nouveaux-criteres-de-vulnerabilite-au-covid-19-ouvrant-droit-au-chomage-partiel

    …  » La loi du 25 avril 2020 a prévu le placement en chômage partiel des personnes vulnérables qui présentent un risque de développer une forme grave d’infection au virus covid-19 ainsi que des salariés qui partagent le même domicile que ces personnes.
    Un premier décret du 5 mai 2020 a défini 11 situations dans lesquelles une telle vulnérabilité était reconnue.

    Un nouveau décret du 29 août 2020 a restreint l’éligibilité à ce dispositif de chômage partiel à 4 situations et prévu qu’il ne s’appliquera plus aux salariés partageant le même domicile qu’une personne vulnérable .

    La Ligue nationale contre l’obésité ainsi que plusieurs requérants individuels [ N.B. : « drivés » , documentés et initiés en particulier par un « petit actuaire » farfouilleusement efficace… (hommage personnel non sollicité !) ] ont demandé au juge des référés du Conseil d’Etat de suspendre ce second décret.
    …(…)…
    b>Le juge des référés du Conseil d’Etat prononce donc la suspension des articles du décret du 29 août 2020 relatifs aux critères de vulnérabilité. Dès lors, en l’absence d’une nouvelle décision du Premier ministre, les critères retenus par le précédent décret du 5 mai 2020 s’appliquent à nouveau
    « .

    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.