Ukraine : ce qu’on commence à comprendre, le 14 mars 2022 – Retranscription

Retranscription de Ukraine : ce qu’on commence à comprendre, le 14 mars 2022

Bonjour, nous sommes le lundi 14 mars 2022 et il y avait une chose que je m’étais dite il y a un mois que je ne ferais pas, ce serait de lire des rapports de type militaire et je vous l’avais dit, j’ai dit : « Je ne ferai pas ça : c’est vraiment trop éloigné des choses dont je puisse considérer que je suis un peu un expert et je vais laisser ça à d’autres ». 

Mais, bien entendu, c’est vous qui me rattrapez, c’est vous qui m’envoyez des vidéos intéressantes, des articles intéressants sur ce plan-là et, du coup, voilà, je commence à m’y intéresser. D’autant que c’est la véritable seule nouvelle, je dirais, que nous avons par rapport à cette offensive qui a débuté il y a près de 3 semaines : l’invasion de l’Ukraine par la Russie. 

Et ce qui apparaît un peu inattendu, c’est la résistance sur le terrain, c’est le fait que ce qui aurait pu apparaître comme, voilà, une blitzkrieg, comme une guerre éclair, ne l’est manifestement pas. Au point que maintenant les Russes démolissent de manière systématique des bâtiments, n’hésitent plus à faire ce qu’on appelle des « victimes collatérales », c’est-à-dire en fait des victimes tout court, parce que les choses ne se déroulent pas comme prévu. 

Alors, je regarde effectivement des analyses qui montrent que les problèmes de la Russie, ça a été essentiellement d’avoir une armée extrêmement puissante, mais à l’économie. Qu’est-ce que c’est ? Quel est le chiffre que j’ai entendu tout à l’heure ? 60 milliards de dollars de budget militaire pour la Russie et quelque chose de l’ordre de 720 si j’ai bon souvenir milliards de dollars pour les Etats-Unis. C’est-à-dire 10 fois moins pour un pays dont la puissance économique n’est pas comparable à celle des États-Unis et du coup, qu’est-ce qui se passe ? Ce sont des militaires mal entraînés, des pilotes de chasse qui n’ont pas assez d’heures de vol, d’entraînement. Des troupes qu’on ne prévient pas véritablement de ce qu’ils sont en train de faire. On leur fait croire qu’ils sont encore en manœuvres mais, en fait, ils ont déjà traversé la frontière de l’Ukraine. Parce qu’on est obligé d’utiliser des conscrits. Ces conscrits sont sur des chars et, voilà, sur des véhicules qui tombent en panne de diesel ou en panne d’essence. Ils n’ont rien à manger de véritablement sain. Le moral de ces troupes-là, évidemment, baisse très très rapidement. C’est une armée impressionnante mais un peu fauchée. 

C’est ça un petit peu qui avait fait la fin de l’Union soviétique. Si vous vous souvenez, il y avait un piège dans lequel les Américains avaient voulu faire tomber les Soviétiques qui avaient fait un mauvais coup du point de vue, je dirais, « relations publiques », pour l’Occident en envoyant Spoutnik, en montrant une technique de conquête spatiale extrêmement avancée par rapport à ce que l’Occident avait et le défi a été lancé par les États-Unis : aller sur la Lune et là, le pays, l’URSS, n’avait pas suffisamment de ressources pour le faire sans devoir sacrifier d’autres choses et ça a conduit à la fin de l’URSS. C’est un des facteurs mais un facteur important. 

Là, ce qu’on voit maintenant, c’est, d’une part, je dirais, une armée qui n’est pas à la hauteur de ce qu’elle apparaît être au départ et une résistance extraordinaire des Ukrainiens eux-mêmes. Des Ukrainiens à qui on envoie des armes. Il y a des volontaires qui partent de chez nous, du camp occidental, vers eux mais c’est essentiellement ce qu’ils prouvent être eux-mêmes, qui fait la différence, la différence entre un personnage qui est sorti du rang de l’espionnage et du contre-espionnage comme Poutine d’un côté et, de l’autre côté, un Zelensky qui devient véritablement un de ces fameux personnages du héros malgré lui. 

Il y avait un très bon film de Martin Ritt. Martin Ritt, c’est un de ces Américains qui avaient dû se cacher pendant le maccarthysme, qui n’avaient pas pu apparaître en surface, qui écrivaient des choses et puis on le payait mais on le publiait sous un autre nom parce qu’ils étaient sur la liste des sympathisants du parti communiste. Et il avait fait un très bon film qui n’est pas un film de Woody Allen mais où l’acteur principal est Woody Allen qui s’appelle : « The Front » (1976). 

« The Front » (Le prête-nom), c’est un gars qui accepte précisément dans l’histoire, de prêter sa signature, de prêter son nom. En fait, il est un patron de snack bar et il accepte de donner son nom pour être le nom de gens qui doivent se cacher, qui ne doivent pas publier véritablement sous leur nom parce qu’ils sont sur la liste noire des sympathisants communistes. Et l’histoire, c’est bien entendu celle d’un de ces héros malgré lui. Ce patron de snack bar, plus ou moins escroc d’ailleurs, se trouve en position d’être accusé d’être un sympathisant prosoviétique parce qu’il a été « the front », la couverture. Bien entendu, les autorités se rendent compte que ce n’est pas lui mais on veut le faire témoigner contre tous ceux qu’il a protégés en leur prêtant son nom, et il devient un véritable héros : il est à la hauteur des circonstances. 

C’est-à-dire quelqu’un qui ne semblait pas avoir les dispositions au départ ou, en tout cas, ne se trouvait pas dans le contexte où il pouvait le faire. Et là, on voit effectivement Zelensky, « a comedian », un acteur comique, qui avait joué un rôle de président, mais dans sorte de parodie, être à la hauteur des circonstances. Et puis tous les gens sur le terrain : les habitants de ces villes qui ont été prises par l’armée russe et qui vont manifester sur la place de la ville, manifester contre les troupes. Il faut un certain courage. Ça ne répond pas du tout à l’image qu’avaient peut-être imaginée certains dirigeants russes, de troupes russes accueillies à bras ouverts comme des libérateurs … contre les nazis puisque vous le savez, c’est l’accusation ridicule de la propagande russe, qu’essentiellement, il y avait en Ukraine un gouvernement nazi. J’ai déjà parlé à plusieurs reprises de ça.

Alors, qu’est-ce qui apparaît à part ça, à part la résistance justement des Ukrainiens sur le terrain ? Ce qui apparaît et qui est très intéressant à mon sens, c’est la confirmation que nous sommes, que nous avons été dans une guerre avec la Russie sans le savoir véritablement, sans qu’on n’en parle véritablement depuis pas mal de temps. Je regardais une journaliste du Guardian dans une interview il y a un instant et elle rappelait que Trump était une arme de guerre de Poutine, que la campagne en faveur du Brexit était une arme de guerre de Poutine contre le Royaume-Uni. Et ça a très très bien marché : ça a affaibli les États-Unis et ça les affaiblit encore que Poutine soit arrivé à mettre sur le trône aux États-Unis un homme à lui. Ça arrange évidemment Poutine que le Royaume-Uni soit à ce point affaibli par le Brexit.

Comme le disait cette journaliste, les pointillés entre Trump, le Brexit au Royaume-Uni, le soutien apporté par Poutine au Rassemblement national en France et à l’image de Mme Le Pen… Vous vous souvenez sans doute de cette image que j’avais d’ailleurs mise, qui avait été brandie par une militante russe et qui se trouve maintenant affichée quelque part, je ne sais plus où, de ces trois personnages regardant l’avenir avec confiance comme on voyait autrefois Marx, Engels, Staline ou bien Marx, Engels, Mao Zedong, les trois personnages en question regardant l’avenir avec confiance. Et maintenant M. Trump, M. Poutine et Mme Le Pen.

Cette guerre de la Russie contre l’Occident est… Vous le savez, je suis quelqu’un qui a écrit un livre qui s’appelle : « Le capitalisme à l’agonie », un autre qui s’appelle « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » : je ne suis pas, je dirais, un admirateur béat du système occidental. J’ai vécu en particulier aux États-Unis pendant 12 ans, 11 ans au Royaume-Uni. J’ai toujours été extrêmement critique des systèmes autour de moi en essayant, je dirais, d’être mesuré : que ma critique soit du même niveau que la critique nécessaire.

Mais voilà, il y avait effectivement la guerre, la guerre a repris, je dirais, après Eltsine en Russie, la guerre a repris contre l’Occident et il est important, je dirais, de le faire savoir, de le dénoncer. C’est ce que j’ai fait, de la même manière que… vous vous souvenez sans doute, il y avait ce livre que j’avais écrit, j’annonçais la crise du capitalisme américain. [je montre la couverture de « Vers la crise du capitalisme américain ? »] Là, c’était le titre qu’avaient mis les Éditions La Découverte. Ce n’était pas le titre que j’avais donné moi, ce n’était pas « Vers la crise ? », c’était « La crise du capitalisme américain ». Et quand les Éditions de La Découverte ont décidé de ne pas faire un second tirage – il y avait 750 exemplaires seulement tirés de celui-ci – ont refusé de faire un second tirage, j’ai repris les droits et ça a paru aux Éditions du Croquant avec le titre qui avait été prévu au départ.

Donc, là, j’avais annoncé un certain nombre de choses dont, vous le savez, qui se sont déroulées et d’une certaine manière, j’ai annoncé aussi la guerre dans laquelle on est maintenant. J’ai fait un travail d’enquête extrêmement en profondeur. Ça a paru en deux volumes – je fais un peu la pub parce que pourquoi pas ? – ça s’appelle «  La chute de la météorite Trump », premier volume et deuxième volume et là, ça a paru aussi aux Éditions du Croquant.

Si vous voulez comprendre la guerre dans laquelle on est, eh bien, là aussi, dans ce cas-là, il y a des ouvrages qui expliquent pourquoi, qui expliquent comment ça a eu lieu parce qu’en fait, c’est ça la venue de Trump et ce qui est sans doute, je dirais, la valeur ajoutée de ces livres par rapport à d’autres choses, c’est à quel point je montre comment il s’agit en fait de Poutine, comment il s’agit en fait de la Russie dans ces deux livres-là. Ce qui a contribué en grande partie à l’absence de succès des livres quand ils ont paru. Parce que, comme je l’ai déjà rappelé, la presse, la presse de type classique, traditionnelle en France n’aime pas ma critique du système avec des titres effectivement comme « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie », ça ne me fait pas venir nécessairement sur les plateaux de télévision et par ailleurs, par ailleurs, ma critique de Poutine a fait que la presse, je dirais, d’opposition financée essentiellement par la Russie, n’a pas été très enthousiaste non plus à me soutenir.

Ce qui est intéressant a posteriori, c’est de voir pourquoi je n’ai pas été attaqué davantage par RT, Sputnik, etc., par les gens qui, eux, étaient soutenus par la Russie, à gauche comme à droite, et c’est probablement parce que je joue, je jouais quand même un rôle, je dirais, positif dans l’ensemble du point de vue de la Russie dans le cadre de la doctrine Guérassimov, c’est-à-dire de provoquer la zizanie dans les pays vus comme hostiles. Alors, ce n’est pas l’aspect, bon, que j’aurais été sympathisant ou aurais dit des mots aimables vis-à-vis de Poutine mais le fait que, de fait, je faisais partie, je dirais, des gens qui critiquaient énormément le système. Ça ne s’est pas manifesté par un soutien de la part de ces organes de propagande russe à mon égard parce que, de toute manière, je refusais les invitations sur Sputnik, RT et compagnie (et encore d’autres qui se reconnaîtront) mais en tout cas, on ne m’a pas attaqué non plus parce que, d’une certaine manière, je faisais partie de ces gens dont on considérait qu’ils jouent un rôle utile du point de vue de la Russie en entretenant la zizanie, en étant des critiques, je dirais, relativement féroces sans doute mais en tout cas, je dirais, très rationnels, qui expliquent bien leurs arguments quand ils critiquent l’ultralibéralisme, nos régimes libéraux, la société en haltères qui est la nôtre avec des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres à l’autre bout. C’est sans doute ça qui m’a valu de ne pas être attaqué de front par les organes de propagande russe en France, en Belgique et ailleurs. 

Voilà, je continuerai à vous tenir au courant dans la mesure du possible. 

Partager :

37 réponses à “Ukraine : ce qu’on commence à comprendre, le 14 mars 2022 – Retranscription”

  1. Avatar de Bernie
    Bernie

    Bonsoir,
    Est-ce que le capitalisme inclut la destruction humaine par la bombe H ou autre ?..Je n’ai pas lu vos livres Paul Jorion
    Très bonne nuit

    1. Avatar de Paul Jorion

      Vous connaissez la réponse : lire mes livres plutôt que dormir. Dormir, vous pouvez faire ça tous les jours !

  2. Avatar de JEAN DUCHENE
    JEAN DUCHENE

    la crise du capitalisme n’est pas suspendue pendant l’agression de la Russie contre l’Ukraine. Elle est au contraire une des expressions de cette crise du capitalisme. Le capitalisme ne peut sortir de ses contradictions que par la guerre. Et c’est précisément dans ces périodes de crises violentes du capitalisme qu’il existe une possibilité d’en sortir, comme en 1917, à condition de s’opposer à l’union sacrée et de se battre pour l’autonomie de la classe ouvrière dans chaque camp.

    4
    1. Avatar de Bernie
      Bernie

      Ah bien vue pour la classe ouvrière. La classe ouvrière ce n’est pas du cinéma !

        1. Avatar de Bernie
          Bernie

          Les gilets jaunes savent plein de choses.
          Un monde sans ouvrier qualifié ou.non n’existe pas. Il ne peut y avoir que des rentiers comme les boursicoteurs etc…
          La physique en est l’illustration.
          Si on rapproche physique et mental, on va obtenir un +.
          Les ogives nucléaires ça rapportent au pays qui les hébergent

  3. Avatar de Brigitte
    Brigitte

    Que penser de cette analyse assez documentée ?

    [Propagande russe censurée par mes soins]

    1. Avatar de Paul Jorion

      Madame, je pense que c’est de la propagande russe. Et savez-vous pourquoi je le savais avant même de le lire ? Parce que vous me l’aviez signalé par cette formule stéréotypée « Que penser de cette analyse assez documentée ? » par laquelle est précédée une fois sur deux, la propagande russe.

      Une autre de ces formules stéréotypées, dans le cas de la Covid : « une personnalité dont personne ne doutera de l’impartialité » qui annonçait invariablement l’arrivée d’un complotiste complètement déjanté.

      « Assez documentée… », « personne ne doutera de son impartialité… » : on essaie d’abaisser vos défenses. Mais comme les mêmes formules reviennent ad nauseam, et que c’est souvent maladroitement traduit du russe 😉

      2
      1. Avatar de Karluss

        ah ah ! excellent Paul, du grand cru, les ligaments de vos neurones sont en parfait état, sans vétusté !

        3
  4. Avatar de Richelieu
    Richelieu

    Dicton d’état-major : la première victime d’une campagne militaire, c’est le plan. Aussi, je suis toujours amusé de lire ou entendre que la « Blitzkrieg » de Poutine a échoué. Une guerre ne se gagne pas en 3 semaines. L’Ukraine actuelle peut se comparer en taille et population à la France des années 40. Il a fallu 5 semaines aux armées hitlériennes pour conquérir les 2/3 du territoire environ, avec de moyens beaucoup plus importants en nombre que les 200 000 soldats de Poutine. C’est pourtant bien de ce fait militaire qu’est issu le terme de « Blitzrieg » (je pourrais aussi rappeler que la campagne de Pologne de 1939 a duré 6 semaines avec l’aide des Russes). Je ne pense pas que Poutine ait jamais ambitionné de conquérir l’Ukraine, seulement de l’asservir, ce qui est assez différent. Je pense aussi que depuis le début, la clef de la stratégie des Russes est de s’assurer du contrôle de la mer Noire, donc des rives du sud de l’Ukraine (Marioupol, Odessa, île aux serpents). Kiev ne sera « traitée » qu’en seconde instance : une fois atteint cet objectif, les troupes russes remonteront vers le nord. Je crois également que la Russie n’ pas engagé tout son potentiel : il se pourrait que Poutine ait voulu une guerre « économe » en moyens, en maintenant les occidentaux à distance par le chantage nucléaire et sans doute cyber, ce qui fonctionne très bien pour le moment : les occidentaux ont compris qu’il valait mieux se tenir coi (à ce sjet, je pense que le tir d’au moins un missile hypersonique constitue une nouvelle mise en garde assez claire) et les ukrainiens renoncent à l’idée même d’intégrer l’Otan. En revanche, là ou Poutine a déjà gagné, c’est dans sa remise en question du monopole américain de la gestion des affaires du monde : il va falloir composer et vraisemblablement, une conséquence assez rapide sera l’implosion – dans leur organisation et fonctionnement actuel a minima – des organisation supranationales américano-centrées que sont l’Otan, L’UE et sans doute l’ONU.

    8
    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      « En revanche, là ou Poutine a déjà gagné, c’est dans sa remise en question du monopole américain de la gestion des affaires du monde :  »

      Salut Cardinal.

      Je ne suis pas totalement en accord avec ce genre d’analyse qui repose en fait dans notre cas à celle des grands hommes, les hommes forts, les autocrates, les dictateurs, bref les leaders et leurs armées de suiveurs qui feraient irruption sur la scène mondiale prenant l’avantage sur des pays (un ici en particulier) en vérité organisé totalement différemment de mon point de vue.

      Ainsi dans le cadre de nos régimes forts, si la tête est pourrie ou venait à se faire décapiter, le risque de basculement du système entier et majeur et souvent assez rapide. En revanche, le système des régimes démocratiques, loin d’être parfait on est tous bien d’accord sur ça, présente l’énorme avantage d’être multiforme et multi décisionnel. En gros dans ces pays dit Occidentaux une grosse part des populations et des systèmes de direction oeuvre de concert ou bon an mal an dans le même sens de la préservation de leurs intérêts bien compris en utilisant au minimum la coercition ou l’endoctrinement ou en tout cas bien plus subtilement (même si cela existe aussi). Et dans le temps l’avantage revient toujours à ce genre de système plus ouvert et plus résilient.

      Les USA, les démocraties occidentales ont quoi, entre 200 ou 300 ans grand max, et pourtant elles ont su dépasser très largement et très rapidement tous les autres systèmes en place question pouvoir et accumulation des richesses dans l’Histoire. Elles n’ont pas de tête proprement dit. Donc enterrer ces systèmes ou penser qu’ils ne vont pas s’adapter et trouver des parades à une perte d’hégémonie voir même un risque mortel pour leur avenir me semble être une anticipation basée des arguments très légers. Ce n’est pas un leader, un parti qui anime ces régimes mais partout au moins et au bas mot 50% de la populations qui est convaincu, éduquée, socialisée, et contrairement aux apparences qu’on nous brosse souvent … très déterminée à ne pas perdre une once de cet avantage et surtout à rester en vie quoiqu’il en coûte (aux autres) !

      Et pour moi le problème est d’ailleurs là, les paroles sont belles, les actes sont moches, et très souvent en contradiction avec les valeurs défendu. Or il n’y aura de solution que si les actes se mettent en accord avec les belles paroles.

      1
    2. Avatar de un lecteur
      un lecteur

      Après avoir foutu le bordel dans les États membres de l’OTAN, il poursuit l’œuvre de sa vie en foutant le bordel dans les organisations supranationales. Tous les États en mal de pouvoir et de reconnaissance internationale, qui ne condamnent pas guerre que la Russie de Poutine mène en Ukraine, espèrent en retirer quelque bénéfice.
      Notre monde se trouve toujours au stade primaire de la maxime « l’ennemie de mon ennemie et mon amie ». Tous des nains de jardin pas encore vitrifiés pour mieux résister aux intempéries.

    3. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
      Pierre-Yves Dambrine

      Richelieu,

      Vous prenez vos désirs pour des réalités

      Le seul succès que Poutine a à son actif depuis le début de sa guerre contre l’Ukraine, c’est la quasi unanimité qu’il a faite contre lui, renforçant au passage l’Union et l’OTAN, la Suède et la Finlande jusqu’ici non alignées se rapprochent désormais de l’OTAN.

      https://www.lesechos.fr/monde/europe/linvasion-de-lukraine-incite-la-finlande-et-la-suede-a-se-rapprocher-de-lotan-1392851

      3
      1. Avatar de Richelieu
        Richelieu

        Unanimité de façade et quasi uniquement occidentale : UE/EU/Canada/RU/Australie qui sont les quasi seuls à avoir condamné la Russie avec sanctions assorties. Le reste du monde, à savoir et notamment les pays les plus peuplés (qui ne sont pas – encore – les plus riches, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Moyen-Orient, l’Afrique) sont soit restés neutres, soit ont explicitement refusé de condamner. Je rappelle que Biden vient de menacer la Chine de sanctions (humour américain, sans doute) si elle ne se joignait pas au coeur des pourfendeurs de la.Russie. Prétendre la Russie comme isolée est un excellent exercice de désinformation des grands médias occidentaux.

        Lesquels médias serait bien inspirés de se pencher sur les propres responsabilités occidentales, plus particulièrement européennes dans la survenue de ce très regrettable événement : si nous avions été capable de masser 40 divisions d’infanterie, 20 divisions blindées, 10 d’infanterie mécanisée, plusieurs centaines d’avions de combat avec les missiles qui vont bien, pensez-vous vraiment que nous en serions là ? Nous payons cher, et faisons payer plus cher encore au peuple ukrainien l’irresponsabilité des pays européens en matière militaire, dont les budget de défense sont ras du gazon de puis au moins 30 ans.

        3
        1. Avatar de Arnaud Castex
          Arnaud Castex

          Economiquement la Russie est très isolée au point que des questions se posent sur un défaut sur ces échéances de dettes.
          Au plan politique La Russie est très significativement isolée par exemple lors du vote à l’ONU, ce qui ne veut pas dire seule bien sûr. « Après deux jours de discours prononcés par 117 de ses 193 États membres”, l’Assemblée générale des Nations unies a voté “à une écrasante majorité”, mercredi 2 mars, une résolution condamnant “fermement” l’invasion de l’Ukraine par la Russie, selon les mots d’El País.

          L’initiative a recueilli 141 voix pour, 5 contre (Biélorussie, Corée du Nord, Érythrée, Russie et Syrie) et 35 abstentions (les 12 autres pays, dont le Venezuela, n’ont pas participé à la session). Bien qu’elle ne soit pas contraignante, la résolution “témoigne de l’isolement international de Moscou”, commente le journal espagnol.

          “Six des alliés de Moscou qui avaient voté aux côtés de la Russie en 2014, lors d’un vote similaire après l’annexion de la Crimée, se sont abstenus cette fois-ci : l’Arménie, la Bolivie, Cuba, le Nicaragua, le Soudan et le Zimbabwe”, relève pour sa part The Guardian, qui y voit le “reflet de l’indignation mondiale”.
          https://www.courrierinternational.com/article/guerre-en-ukraine-lassemblee-generale-de-lonu-condamne-loffensive-de-la-russie-et-appelle

          Quand à la stratégie militaire Poutine s’est mis tout seul dans la « Raspoutitsa ».

          1
          1. Avatar de Arnaud Castex
            Arnaud Castex

            Mais c’est vrai qu’ils ont des armes hypersoniques…

            1
        2. Avatar de CloClo
          CloClo

          Ah la la la Richelieu… Les divisions par Zéro ça c’est ta spécialité hein.

          Il est à l’Honneur, je dis bien à l’Honneur de l’UE d’avoir baissé tendanciellement les bugdets militaires. A l’Honneur !

          Mais pour cela faut savoir que la division par zéro ce n’est jamais une victoire car c’est éternellement une défaite.

          C’est la démonstration par la preuve que Poutine est un menteur et un voyou de la pire espèce. Il sera jugé et emprisonné pour ce qu’il est entrain de faire. D’ailleurs on serait bien inspiré de juger d’autre de l’autre côté de l’Atlantique pour leurs pitreries et leurs interventions guerrières aussi.

          1
          1. Avatar de Richelieu
            Richelieu

            Hello Cloclo, si l’on veut éviter qu’une chose désagréable ne survienne, il faut s’en donner les moyens. Si les gens équipe,t leurs portes d’entrée de verrous, c’est bien pour dissuader quiconque de pénétrer chez eux. Même chose pour ce qui nous concerne ici : si l’Europe avait été militairement dissuasive, Poutine serait resté à la niche. Et d’ailleurs, si l’on supprimait la police dans votre ville, que diriez-vous?

            Vous écrivez qu’ « Il est à l’Honneur, je dis bien à l’Honneur de l’UE d’avoir baissé tendanciellement les bugdets militaires. A l’Honneur ! ». Une fois que vous avez dit ça, vous vous êtes bien fait plaisir, mais vous n’avez pas réglé votre problème qui est : comment empêcher un voyou de rentrer chez moi pour tout saccager ? En votant un budget de 450 M€ aux Ukrainiens pour acheter de la quincaillerie militaire ? Ce qui revient au même dans le principe mais à une échelle ridicule avec en prime une déclaration de guerre en bonne etdue forme à la Russie qui a échappé à tout le monde.

            Je crois que Poutine va verrouiller le sud de l’Ukraine pour faire des mers d’Azov et Noire des mers russes. C’est – ça n’engage que moi – le front clé de l’opération militaire en cours et non pas Kiev (ça viendra dans un second temps). C’est malheureux sans doute de le constater, mais il y arrivera. 10 millions d’ukrainiens, le 1/4 de la population – c’est énorme – ont déjà fui à l’étranger. Le pays se vide et vite. Dans ces conditions, quelle résistance, quelle guérilla ? Une fois ancré dans le sud, les troupes russes remonteront sur Kiev. Fin de partie. En regardant une carte, il ne vous échappera pas que la Russie aura alors recréé un glacis continental qui s’étendra des pays baltes jusqu’aux mers Noire et Azov.

            Science fiction : Qu’est-qui l’empêchera ensuite à plus ou moins brève échéance de remonter sur les pays Baltes ? Ah oui, le pays Baltes c’est l’Otan et l’Otan c’est l’Amérique alors pas touche. Les pays Baltes, ce sont 3 confettis perdus au nord de l’Europe sans aucun intérêt économique et dont la population totale n’excède pas La moitié de celle de la région parisienne. Imaginez-vous vraiment Oncle Sam risquer la conflagration générale pour eux? Moi, je prends pas le pari.

            1
            1. Avatar de Ruiz

              @Richelieu Surtout que l’on ne rappelle pas assez qu’à l’opposé, Crimée et Dombass, on y a trouvé du pétrole, et que celà risquait d’assurer une plus grande indépendance économique de l’Ukraine par rapport à la Russie.

    4. Avatar de juannessy
      juannessy

      – 1 : s’agissant de blitzkrieg à l’allemande ou à la soviétique , révisez la notion ( vis Wikipédia pas exemple ) , ça vous évitera de faire du roman .

      Au passage , et contrairement à ce qui se véhicule souvent , les forces alliés étaient comparables en effectifs et en armement aux forces allemandes , et la défaite ( je suis né peu de temps après ) est plus vraisemblablement due à l’hétérogénéité des commandements côté alliés , et à une meilleure utilisation des moyens dans la réactivité et l’emploi à temps de forces côté allemand . Les ukrainiens , seuls et bien moins armés n’en ont que plus de courage à tenir tête , et si les civils français avaient eu la même foi dans la défense de leur territoire , l’invasion allemande ne serait jamais parvenu à son terme ( je ne fais que reprendre le sentiment de mon paternel quand il a pu le dire beaucoup plus tard ) .

      – 2 : pour les implosions que vous évoquez ( que vous appelez de vos vœux ,? ) , regardez y aussi de plus près ; c’est plutôt l’effet inverse qui apparait ( et c’est , quoi qu’il arrive , vu de son côté , le plus piètre résultat de Poutine ) et Xi ne devrait pas être particulièrement satisfait de cette re-cohésion du camp qu’il considère comme à ramener à plus juste proportion ( ce en quoi on pourrait le suivre s’il était plus clair lui même dans ses objectifs et partages ) , sinon à détruire ( ce en quoi on ne pourrait qu’être son ennemi armé ) .

      – 3 : pour l’ONU , qui est le lieu où l’hypocrisie rend hommage à la vertu et où se civilisent au moins les paroles , c’est le seul gage et espace où peut se forger ce que les grands et quelques autres appellent la Paix du monde . Alors essayez de ne pas trop parler d’implosion pour elle , par souci de faire des phrases .

      – 4 : il y a déjà plus de dix ans que les américains ont renoncé à être le gendarme du monde et ils l’ont même clairement dit plusieurs fois . Ne serait ce qu’en disant à l’Europe  » prenez votre charge là où vous êtes , nous c’est le pacifique qui nous concerne « . Mais , à part la France qui était prêt à se prendre en charge ? On va voir ce qui ressort de l’après Versailles , mais là aussi , je ne suis pas sur que ce soit ce que Poutine rêvait .

      4
      1. Avatar de juannessy
        juannessy

        @Richelieu :

        Plutôt que dire que dans une guerre , la première victime c’est le plan, je préfère la formule plus conforme aux réalités de terrain de Clausewitz quand il parle de  » frottement ».

        Pour les vainqueurs et les vaincus , ça fait plus de 6000 ans qu’on les cherche .

        Les morts , blessés et destructions sont par contre toujours bien repérables , et c’est pourquoi qui prend l’initiative d’une guerre après ces millénaires d’expérimentation est un déséquilibré dangereux pour la paix du monde , dont on ne peut pas être  » l’ami » , sans le désintoxiquer d’abord .

        1
    5. Avatar de Bob
      Bob

      Bonjour
      Sur le terrain purement militaire il faut être prudent, sans doute il y a une forte résistance, qui va retarder l’invasion , occupation de l’armée Russe….et faire beaucoup de mort dans les deux camps. Sur l’avancée de l’armée Russe il faudrait aussi comparer a L’Irak, combien de temps les américains , ont mis pour aller a Bagdad, et occuper l’Irak….et je rajouterez est-ce qu’on a parler autant des massacres et horreurs !?.
      Sur le nombre de soldat engager, l’ armée Russe a engager 150 000 soldat dans le territoire Ukrainien,, sur les 300 000 qui sont masser sur la frontière ukrainienne, en gros, sans compter le reste de l’arméee russe qui est dispersée sur la Russie, plusieurs millions je crois.
      Sur la résistance l’armée Russe (le etat majors) l’a t’elle prévue, on les fait passer pour des idiots, je pense qu’ils était lucide, ils savaient depuis longtemps que l’Ukraine , était surarmée par l’occident et l’arméee Ukrainienne entrainé, aider et conseiller par les militaires occidentaux. Ce qui peut être a pousser la Russie a attaquer, considérant que l’Ukraine était de facto dans l’Otan.

  5. Avatar de lasourisverte
    lasourisverte

    C’est au contraire une victoire totale de V. Poutine j’ai l’impression. Qui d’ailleurs n’a pas tellement eu le choix si l’on en croit les documents ukrainiens révélant l’imminence d’une attaque sur le Donbass.
    La démilitarisation de l’Ukraine est désormais bien entamée. Le contrôle de la mer noire assuré. La non-entrée dans l’OTAN quasi garantie. Ne reste plus que la neutralité à obtenir. La décrédibilisation totale des USA, jugés responsables de la situation partout dans le monde sauf en Europe (en Afrique, en Asie, en Inde, en Amérique du Sud), et irresponsables également, puisqu’ils ont été pris les mains dans le sac (labos de guerre bactériologique).
    Le dieu pétrodollar va maintenant tomber, et sa chute entrainera celle des USA. L’euro aussi va exploser.

    Des défaites comme ça, d’une armée de branquignoles, on en veut bien tous les jours, hein…
    Parfois c’est bien aussi de regarder la réalité en face.

    1
    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      Une victoire totale ? Tiens donc. Au prix de milliers de morts et d’un nouvel usage de la dissuasion nucléaire ? C’est une façon de voir les choses.

      Mais y a un vieux dicton qui dit, qu’il ne faut pas vendre la peau de l’Ours avant de l’avoir tué.

      Si la règle devient, la force sans aucune limite pour prendre ou imposer sa vision, ce n’est pas une victoire totale qui vient d’arriver selon moi, c’est ce que l’on appelle en vrai, chez les gens normaux à peu prés civilisés et pas à moitié demeurés, un échec total il me semble plutôt.

      Et à ce jeu, dire que la première puissance économique et militaire du monde va rentrer chez elle la queue entre les jambes, et abandonner son train de vie sans combattre c’est ne pas avoir bien mesurer ce que ça veut dire un peuple de conquérants ou ne pas avoir bien compris le dernier documentaire de Raoul Peck :

      https://www.arte.tv/fr/videos/095727-001-A/exterminez-toutes-ces-brutes-1-4/

      Si l’Ukraine est le nouveau Pearl Habor des USA, toutes proportions et toutes choses égale par ailleurs, il est possible que le retour de bâton soit conséquent, et l’économie US pourrait bien passer en mode guerre, y compris celle des Occidentaux. Et toute transition énergétique ne sera qu’orienté sur le mode économie de guerre (et non pas bien être, paix, tranquillité).

      On aura donc bien tous perdu collectivement sur Terre. Tu parles d’une victoire totale c’est sur. Comment peut-on être aveugle à ce point ?

      6
      1. Avatar de lasourisverte
        lasourisverte

        Alors déjà, ce n’est pas l’objet du billet.
        L’objet du billet était « l’armée russe est une armée bidon qui a échoué à atteindre ses objectifs ».
        Alors que 1. le but n’a jamais été d’occuper l’Ukraine. Et que 2. le seul échec opérationnel, relatif, est celui de la sous-estimation de l’efficacité des drones en soutien des armes anti-char du côté ukrainien.

        Pour le reste, je regrette, mais les faits sont têtus. Pas UN spécialiste des RI n’a jamais osé affirmer que l’Ukraine pouvait rester autre chose que neutre sans déclencher immédiatement un risque de 3e guerre mondiale. La seule chance qu’avait l’Ukraine pour se développer de manière harmonieuse et pacifique, c’était de servir de PONT entre l’Est et l’Ouest.
        Avec le coup d’Etat de 2014, les USA ont délibérément miné ce pont, et ont donc provoqué ce qui se produit maintenant, en assumant avec cynisme et toute honte bue le risque d’une destruction complète du peuple ukrainien en cas de réaction russe. La politique de ségrégation à l’égard des ukrainiens russophones ne servait bien évidemment qu’à allumer la mèche.

        Si le propos est de dire, la guerre c’est mal, c’est entendu.
        Si le propos est de dire, Poutine a déclenché la 3e guerre mondiale. Certainement pas.

        Effectivement, on n’a jamais vu un empire céder sa place à un autre sans combattre. Imaginez vous les anglo-saxons céder sans combattre, même si l’issue est inéluctable? Même à l’intérieur des USA, imaginez vous les WASPs céder leur place aux autres populations de migrants? C’est pareil.
        Les Etats Unis, assis sur une montagne de dettes qu’ils ne pourront jamais rembourser, et soumis à dans une inflation galopante, sont ceux qui ont de fait le plus intérêt à une guerre mondiale. Ce pourquoi ils ont précipité les choses, car la Chine et la Russie, elles, n’avaient qu’à se développer tranquillement chez elles à leur rythme pour l’emporter à la fin. Comme disent les chinois « On a le temps ». Les sanctions n’ont jamais été là que pour ralentir ce moment inéluctable du passage de témoin dans la direction des affaires du monde. Ca fait 10 ans qu’Attali prévient qu’une guerre mondiale éclatera avant 2030. Parce que simplement les élites US n’avaient pas le choix.

        V. Poutine n’est pas responsable de la 3e guerre mondiale.
        Pas plus que l’Otan au fond qui n’aura été que l’élément déclencheur (à force de pousser l’Ours dans ses retranchements…).
        Pas plus, même, que la haine totale, implacable, féroce, que les protestants ont toujours eu contre la Russie orthodoxe (car ce n’était pas simplement l’union soviétique qu’ils voulaient détruire, mais la Russie elle-même!).

        La raison profonde, c’est le monde financier, et donc in fine l’avidité (ou l’absence d’humilité, ou l’ego, comme vous préférez, le désir de possession pour jouir toujours davantage du monde et du regard des autres). La mise en fonctionnement de la machine à billets, pour sauver le système bancaire après 2008, n’a jamais eu que 2 conséquences dans l’histoire: révolution ou guerre mondiale.

        1
  6. Avatar de Romain Vitorge
    Romain Vitorge

    Bonjour, je vous suggère de lire ces trois documents :
    Le « project AERODYNAMIC » révélé par la publication d’un « memorandum » du « 28 august 1953 »
    https://cryptome.org/2016/01/cia-ua-aerodynamic.pdf
    La note de l’ambassadeur William J. Burns publiée en 2008, révélée par Wikileaks NYET MEANS NYET: RUSSIA’S NATO ENLARGEMENT REDLINES
    https://wikileaks.org/plusd/cables/08MOSCOW265_a.html#efmBTnBfi
    Le rapport de 2019 de la RAND Corporation
    https://doi.org/10.7249/RB10014

    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      Romain,

      C’est vraiment incroyable ce que tu colles là ! Incroyable. Les USA veulent affaiblir le régime autocratique de Poutine en utilisant diverses méthodes de déstabilisations… Oui quelle nouvelle hein. Mince on tombe dénues. En plus depuis 1953, quand déjà c’était aussi un régime de merde, les USA voulaient démolir l’URSS/Russie. Quel scoop purée.

      Et tu n’as pas les mêmes documents du côté Russes ? Non, tu n’en as pas. Pourquoi tu n’en as pas ? Là est la question hélas.

      https://www.youtube.com/watch?v=YsEHplKJ2rQ

      2
  7. Avatar de Bob
    Bob

    Bonjour
    Au delà de l’aspect humain, humanitaire terrible, ou les populations sont pris en otage. pour qui nous battons nous ?? C’est pour cela que la vision campiste me pose problème . Non seulement nous nous battons pour des oligarques dans chaque camp , qu’ils soit russe ou Ukrainien , comme par hazard, on oublie de parler de oligarques Ukrainien , de la corruption très élevé en Ukraine. mais aussi de la Maffia , très élevé en Ukraine, Odessa est complétement contrôler par la maffia Ukrainienne. Oligarques, ultranationalistes, maffieux, dans chaque camp, dans qu’elle guêpier nous nous sommes fourrez. cela me fait penser au Kosovo , ou on c’est rendu compte que la Maffia kosovar, contrôler tout.

    1
    1. Avatar de juannessy
      juannessy

      Comme dirait Paul Jorion , rien qu’à la syntaxe et à l’orthographe , on comprend que c’est de la mauvaise traduction de la propagande russe , camarade Bobov .

      2
      1. Avatar de ReBob !

        « Bonjour
        Au-delà de l’aspect humain, du terrible aspect humanitaire, où les populations sont prises en otage, pour qui se bat-on ? C’est pour cela que j’ai un problème avec la vision des camps. Non seulement on se bat pour les oligarques dans chaque camp, qu’ils soient russes ou ukrainiens, comme par hasard, on oublie de parler des oligarques ukrainiens, la corruption est très élevée en Ukraine. mais aussi la mafia, très élevée en Ukraine, Odessa est complètement contrôlée par la mafia ukrainienne. Oligarques, ultranationalistes, mafia, dans chaque camp, dans lequel c’est un piège qu’on s’est pris. Ça me fait penser au Kosovo, où on s’est rendu compte que la maffia kosovare, contrôle tout.

        Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite) »

        @juannessy Un simple aller et retour sous Deepl et voilà !
        pour éviter les boutons !

        1
        1. Avatar de juannessy
          juannessy

          C’est encore pire que ce que je pensais , camarade Rebobov .

          3
          1. Avatar de Ruiz

            @juannessy Peut-être (pour la forme) est-ce le résultat de 30 ans de réformes successives de l’Education Nationale à la Blanquer, et pour le contenu le signe effectivement d’une certaine réticence critique résiduelle vis à vis des embrigadements moutonniers.

            1
            1. Avatar de juannessy
              juannessy

              Le laïus abscons et décérébré des bas de plafonds complaisants psittaciformes et bavards ne vaut pas mieux .

              7
      2. Avatar de CloClo
        CloClo

        Bobov ! Génial !

        Bon mon orthographe et ma grammaire sont approximatives, et pourtant CloCloV ne sera jamais que le seul et éternel ami des russes dont les femmes sont absolument superbes !

        Dommage pour Poutine plus jeune je lui aurai bien mis une cartouche mais là, franchement c’est plus complexe.

        1
  8. Avatar de bob
    bob

    Bonjour
    Voir site sur you tube, Blast, les oligarques et vendeurs d’armes derrieres la guerre m Eichinger

  9. Avatar de zelateurzele
    zelateurzele

    Toujours aussi lucide, mr Jorion, et cela fait du bien. La lucidité et le courage de la nuance sont des vertus dont nous avons bien besoin en ce moment.
    La Russie effectivement nous manipulait, sans que nous nous en rendions clairement compte, depuis un moment, en encourageant le nationalisme, les thèses complotistes diverses et variées et la dénonciation de l’Otan. Ces messages sont relayés par les anti-tout, les conservateurs bornés, et quelques illuminés en attente du grand soir.
    Mais, à votre décharge, il est tout à fait possible de critiquer le capitalisme, (ce qui permet les mouvements réformateurs) tout en défendant notre civilisation et notre principal acquis , la démocratie, si précieuse, dont la France et les Etats-Unis en sont les principaux hérauts.

    Ne nous trompons donc pas de combat, la guerre en Ukraine, c’est la guerre du monde libre contre le pouvoir de l’arbitraire.

  10. Avatar de baloo
    baloo

    Coucou,

    Poutine est james bond. Il combat les forces du mal. Pour n’importe quel fada du même accabi,on lui met le bras sur l’épaule , on lui dit mais oui bien sur et on l’accompagne doucement vers l’hopital psychiatrique le plus proche.
    Le problème est qu’il dirige un pays qui a des armes atomiques.

    Je me disais, il y a bien un homme d’eglise qui va lui raconter une histoire , le ramener vers une raison moins délirante. Ils sont pire.; Voient dans un truc qu’ils appellent l’occident un continent de vices et de perversité.

    Depuis que nous avons la bombe atomique le chemin est étroit. Il l’est encore plus maintenant. Il va falloir ramener un peuple, si celui ci ne réagit pas, à l’age de pierre, sans déclencher de guerre. çà va prendre des décennies. Triste objectif pour eliminer un dictateur et sa clique. Objectif pas souhaitable et impossible car 30 % des gens sont d’accord avec james bond rien qu’en france !

    Alors que reste il pour apaiser james bond ? Le scenario reste à écrire. à l’encre du sang des ukrainiens. terrible.

    Bonne journée

    quand même

    Stéphane

    1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Un « éclatement » ça peut commencer par ceci : https://www.dailymail.co.uk/sport/football/article-11474605/SIX-RED-CARDS-Zenit-St-Petersburgs-clash-Spartak-Moscow-erupts-mass-brawl.html

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta