Guerre thermonucléaire : le point de vue d’Isaac Asimov

« Ils ont toujours été en avance dans un domaine ou un autre et Nous dans un autre domaine ou un autre. […]

Le monde dépendait du fait que l’impasse soit aussi parfaite que possible. Si les petites inégalités qui ont toujours existé se déséquilibraient trop dans un sens ou dans l’autre…

Presque au début de ce qui avait été la guerre froide, les deux camps avaient développé des armes thermonucléaires, et la guerre était devenue impensable. La rivalité est passée de l’aspect militaire à l’aspect économique et psychologique et n’a plus varié depuis.

Mais il y avait toujours un effort de chaque côté pour sortir de l’impasse, pour développer une parade pour chaque avancée possible, pour développer une avancée qui ne pourrait pas être parée à temps – quelque chose qui rendrait la guerre à nouveau possible. Et ce n’était pas parce que l’un ou l’autre des camps voulait désespérément la guerre, mais parce que les deux camps avaient peur que l’autre camp fasse la découverte cruciale en premier. »

« Let’s Get Together » (1957) in The Rest of Robots, pp. 78-79

Partager :

41 réponses à “Guerre thermonucléaire : le point de vue d’Isaac Asimov

  1. Avatar de emynonys
    emynonys

    Le monde est peuplé d’imbéciles qui se battent contre des demeurés pour sauvegarder une société absurde.
    Le point de vue de Jean Yanne

    15
  2. Avatar de Nikolaz
    Nikolaz

    N’est-ce pas Jacques Ellul qui a expliqué dans « Le système technicien » que tout ce qui est techniquement faisable le serait, il ne s’agit que d’une question de temps.

    1. Avatar de Eloi
      Eloi

      Et de quantité de ressources non ?

      3
    2. Avatar de Nosfératus
      Nosfératus

      Il y a une différence entre marcher sur la lune et la guérre nucléaire. Mais celle-ci permet de répandre la panique, d’excercer une pression psychologique. Par contre si par erreur ou imprudence l’Otan inviendrait directement en Russie……….. Il faut éviter de s’approcher trop du terrain de l’ours, c’est une vieille sagesse de randonneurs et de chasseurs.

      3
    3. Avatar de Peska
      Peska

      Voir aussi loi de Gabor ( Physicien hongrois)
       » Tout ce qui est techniquement possible sera réalisé. « 

      1
  3. Avatar de gaston
    gaston

    Guerre thermonucléaire :

    Puisse-t-il y avoir dans les souterrains du Kremlin en octobre 2022 un Vassili Arkhipov, comme il y en avait un dans ses sous-marins en octobre 1962. Bientôt le soixantième anniversaire…

    https://korii.slate.fr/et-caetera/histoire-vassili-arkhipov-sous-marin-russe-sauve-monde-guerre-nucleaire-1962-urss

      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Le système de détection satellite a été induit en erreur par les rayons du soleil sur les nuages… Effectivement nous vivons sur une planète de fous, si le gars ne réfléchit pas une seconde, ils déclenchent une riposte sur une mauvaise interprétation de données logiciel. Comme ça ? Allo, les gars j’ai des points sur les écrans, je fais quoi ? Ben euh, feu non ? Allez feu !

        Voilà ce qu’ils appellent un système de protection existentielle collectif ? Euh son vrai nom c’est pas plutôt un système d’auto-destruction massive. Faudrait vite débrancher ces engins avant qu’une vraie merde interviennent outre le fait qu’une bande de crétins décide d’appuyer eux même comme ça pour voir l’effet d’une guerre thermonucléaire global à cause de raisons hautement ridicules et pitoyables.

        Heureusement que je ne pense pas à cela tous les matins, je n’irai pas bosser, déjà que j’ai une grosse flemme habituellement… Et dire que Trump a eu le bouton entre les mains ! C’est vrai que changer de chef tous les 4 ans avec pareil système c’est plus rassurant que ce qui se passe en Russie où le type est au commande depuis 22 ans, ça doit monter à la tête 5000 ogives quand on se rêve le Roi de Son Monde pour la vie.

        5
        1. Avatar de François Corre
          François Corre

          Et en espérant aussi qu’il n’y a pas un général Jack D. Ripper quelque-part, jouer par Sterling Hayden dans « Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb ». 😉
          (Jack Ripper… 🙂 )

  4. Avatar de Garorock
    Garorock

    T »as raison mon cloclo, faut pas s’en faire!
    La menace nucléaire de dirty vladi, c’est juste pour détourner l’attention, pour gagner du temps et pour faire peur. Pendant ce temps, il bouge d’autres pions… Il bouge d’ailleurs un peu tout en même temps ces derniers jours… Est ce parce qu’il panique ou parce qu’il nous a attiré là où il voulait?
    L’arme suprème, c’est celle qui permet d’immobiliser son adversaire sans qu’il puisse répondre.
    Cette arme, ce n’est plus ( si ça l’a été) la bombe atomique.
    L’Ukraine c’est un pivot dans sa guerre contre l’occident, c’est à dire contre les states: son ennemi héréditaire.
    Cette guerre là est soutenue par le gros panda.
    La guerre contre les states, il la prolonge au travers de l’ukraine qui n’est qu’un prétexte. Y »a plus de fascistes en russie qu’en ukraine et partant plus de nazis!
    Cela revient à dire qu’il préfère gagner sa guerre contre l’occident que contre l’Ukraine. L’un n’empêchant pas l’autre…
    Avec la bombe atomique, il ne peut pas gagner contre l’occident et ce ne sera plus la guerre de Xi.
    Va t-il décider à un moment qu’il a déja assez gagné et s’arranger pour retouver, en restant entier, ses yahts et sa datcha dorée?
    L’a t’il déja décidé et sommes nous depuis une dizaine de jours dans la dernière opération potemkine?
    L’avant dernière?
    Et jusqu’à quand va t-il accélérer lentement?
    Jusqu’aux midterms?
    Mystère.
    Mais faut pas s’en faire.
    Lula is back
    Le lawfare is dead?
    Sandrine fait le boulot. Les iraniennes aussi. Alexandria est en embuscade. Au kurdistan, pas de mouvement  » balance ta cochonne ». Liz truss n’en a plus pour longtemps. Les femmes russes en ont raz la chapka…
    Les prochaines guerres, si celle ci est la dernière avant l’accélération de l’effondrement, se feront au paint ball.La perdante aura droit à une fessée en place publique.
    L’avenir est hautement désirable.
    En auront nous un?
    Oncle joe (fatigué) avec les fachos de la cours suprème dans les pattes ne va pas avoir le temps (s’il en avait eu l’idée) de plaider pour le Bancor…
    Dommage. Le socialisme, Poutine, il aurait du mal à en dégoûter les russes…
    Mais ça va finir par le faire. 😊

    P.S. Tu dois la payer une fortune ta moquette rue St honoré, mon p’tit chanteur malheureux?

    2
  5. Avatar de Yu LI
    Yu LI

    Bonjour Paul,

    L’article est intéressant !

    Isaac Asimov a dit :
    « Mais il y avait toujours un effort de chaque côté pour sortir de l’impasse, pour développer une parade pour chaque avancée possible, pour développer une avancée qui ne pourrait pas être parée à temps – quelque chose qui rendrait la guerre à nouveau possible. Et ce n’était pas parce que l’un ou l’autre des camps voulait désespérément la guerre, mais parce que les deux camps avaient peur que l’autre camp fasse la découverte cruciale en premier. »

    Peut-on expliquer ce comportement par un « dilemme du prisonnier » ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dilemme_du_prisonnier
    – Le dilemme du prisonnier, énoncé en 1950 par Albert W. Tucker à Princeton, caractérise en théorie des jeux une situation où deux joueurs auraient intérêt à coopérer, mais où, en l’absence de communication entre les deux joueurs, chacun choisira de trahir l’autre si le jeu n’est joué qu’une fois. La raison est que si l’un coopère et que l’autre trahit, le coopérateur est fortement pénalisé. Pourtant, si les deux joueurs trahissent, le résultat leur est moins favorable que si les deux avaient choisi de coopérer.

    4
    1. Avatar de Hervey

      Je ne pense pas que l’on puisse réduire ce conflit à ce face à face seul.

      Plusieurs fronts vont s’ouvrir suite aux échecs militaires, suite à l’échec de mobilisation, suite à l’hémorragie des forces vivent qui s’expatrient et quittent la Russie.

      Les républiques du Caucase qui s’estiment un peu trop sous le joug de Poutine vont se raidir.
      Eux comme d’autres vont sentir que c’est le moment ou jamais de donner de la voix notamment l’opposition en Biélorussie voisine de l’Ukraine.
      On peut aussi penser que les tchétchènes vont eux aussi sortir du bois, juger que le moment est venu de régler quelques vieux contentieux.
      La révolte du voile en Iran fait partie du séisme qui secoue le monde sur les risques encourues et fait parti de cet instant T qui voit un alignement des planètes favorable à …
      D’autres wagons vont s’accrocher pour tenter de faire basculer les choses en faveur de l’Ukraine mais chacun suivant « son intérêt bien compris ».

      Au fond, Poutine par ses propres maladresses et son hubris aura renverser la table, sa grande table.

      1. Avatar de Yu LI
        Yu LI

        Oui, je suis d’accord, on ne puisse pas réduire cela à seul ce face à face.

        L’intérêt de ce texte, je dirais, est que même dans cette version simplifiée d’Isaac Asimov, nous pouvons voir que la plus grande crise vient des limites et de l’ego humain.

        1. Avatar de Hervey

          Merci Yu Li.
          Espérons que les temps prochains conforteront ces intuitions.

        2. Avatar de Pascal
          Pascal

          Merci Yu Li
          Oui, l’ego humaine qu’il s’appelle Xi, Trump, Poutine, Macron, Musk, Arnault, Gates… C’est toujours lui aux commandes. Et il y a aussi un très gros ego qui s’appelle l’Occident !
          Quelle merveille serait une humanité renonçant à la gloire et la domination !

  6. Avatar de Hadrien
    Hadrien

    Je pense que le « deep state russe » n’obéira pas à un ordre de Poutine de lancer la 3ème guerre mondiale nucléaire. Ces gens , même nazis sincères, tiennent à leurs vies, à leurs femmes, à leurs enfants, à leurs richesses.

    1
    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      Euh Hadrien en es-tu sûr ?

      J’ai été littéralement touché de plein de fouet lorsque j’ai vu cette scène, comme un uppercut dans le foi. Même encore maintenant je préfère éviter de la mater, y a quelque chose de tellement nihiliste et de tellement débile que ça me glace le sang à chaque fois. Comment peut-on devenir aussi taré ? Faut pas désinvestir dans le système psychiatrique, non faut pas… Et non faut pas laisser se développer ces idées cancéreuses dans les sociétés humaines, non faut pas !

      https://www.youtube.com/watch?v=69Sewm8m8pc&ab_channel=bigfad911

      1
      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Putain j’ai regardé et j’en chiale, tellement ça me tord. Quel con je suis aussi de mater ça un Lundi !

        1. Avatar de Jean-Yves
          Jean-Yves

          Est-ce le plaisir du pouvoir qui pousse les individus jusque là lorsqu’ils se rendent compte que celui ci leur échappe et avant même qu’ils ne l’aient définitivement perdu….?
          Et c’est peut-être bien cela qui fait si peur chez Poutine.
          Essaie la vidéo demain et tu nous diras si c’est mieux un mardi, mais j’en doute…

          1
          1. Avatar de Aulivier
            Aulivier

            Ça s’appelle l’absence d’empathie, il y a des milliers et des milliers de personne comme ça.

        2. Avatar de Arnaud Castex
          Arnaud Castex

          Le titre de la vidéo et Wikipedia m’ont suffit.

        3. Avatar de arkao

          @CloClo
          Peut-être a-t-elle voulu leur épargner un voyage au bout de l’horreur:
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Viols_durant_l%27occupation_de_l%27Allemagne

          1. Avatar de CloClo
            CloClo

            Euh oui mais statistiquement parlant, t’as plus de chance de ne pas être violé que d’être violé quand même quand tu étais un gamin. C’est vrai que l’Armée Rouge celle de la Grande Guerre patriotique de libération n’avait pas que des tendres dans ses rangs, pour le moins…

            On en trouve encore des comme ça en ce moment en Ukraine, comme quoi à croire que cette culture en produit, il n’y a qu’un pas que je franchis car c’est la simple évidence, cela est le produit d’un patriarcat violent et dominateur. Mais quelle grande civilisation hein les copains 😀

            1
        4. Avatar de konrad
          konrad

          Bonsoir Cloclo,

          Malgré ton « horreur » tu mets en lien la vidéo, sachant qu’on allait la regarder. (Ce que j’ai fait)
          Curieux, non ?
          Un psy, s’il vous plait ! 🙂

          1. Avatar de CloClo
            CloClo

            C’est au delà de l’Horreur, c’est mon humanité qui est frappé de plein fouet et tordu dans tous les sens prisonnière de son impuissance face à un tel geste sur des enfants fragiles et confiants comme ça, froidement, presque doux, une telle inversion ça secoue. Enfin moi en tout cas, et d’autres on dirait.

            1. Avatar de Hadrien
              Hadrien

              Magda Goebbels assassine ses enfants peut-être par idéologie nazie, mais sûrement pour leur éviter la barbarie des troupes russes dont on voit un faible échantillon en Ukraine.
              Encore une fois: Poutine, qui est un néo-nazi, ne comprend qu’une chose: la force !!

              1
      2. Avatar de Hadrien
        Hadrien

        Ce film (ARTE, La Chute, ce dimanche) est un chef d’oeuvre qui renvoie les pires films d’horreur au rang des Walt Disney. Mais, la grande majorité des dignitaires nazis a tenté de sauver sa peau. Confronté à la certitude d’une conséquence mortelle personnelle, je crois que la toute grande majorité des zélotes poutinesques réfléchira.
        Ce qui pousse au crime: la croyance à l’impunité. Le plus important: Les US ne peuvent montrer la moindre faiblesse.
        Je sais qu’on ( aussi bien à gauche qu’à droite) adore les haïr, mais si les ricains n’étaient pas là…

      3. Avatar de Pascal
        Pascal

        Il y a aussi des femmes qui mettent un terme à la vie de leur enfant sûrement dans gestes bien plus difficile. Il y a des hommes qui mettent un terme à la vie de celle qu’ils aimaient (ou croyaient aimer)… Qu’est ce qui dans le cerveau de chacun peut à ce point aveugler la conscience ?
        Avons nous raison de croire que ça n’arrive qu’aux autres ? Nos pensées ne nous amènent elles pas parfois à des impasses ?
        Qu’est ce qui nous pousse parfois à mourir ou tuer pour des idées ?

  7. Avatar de Maddalena Gilles
    Maddalena Gilles

    @ Hadrien (3 Oct_10 h 33) :
    On peut espérer ça…
    On peut toujours prier aussi…
    > « ça mange pas de pain » 😉

    1
  8. Avatar de tttt
    tttt

    Bonjour
    Merci pour ce texte, pragmatique dans le contexte binaire de la guerre froide

    Révolte sur la lune de Robert Heinlein, correspond bien au conflit en cours, avec d’un côté une petite colonie qui se révolte, et de l’autre les Etats de la Terre qui répondent par la violence, mais perdent pied, David et Goliath
    Avec en toile de fond une intelligence artificielle remarquable sous la forme d’un ordinateur lunatique, une AI qui voit tout instantanément.

    Les intelligences artificielles et aliens sont par ailleurs extraordinaires dans l’Espace d’un an et Libration, de Becky Chambers, mais les habitants de la terre sont alors en partance, pour cause de destruction de la planète…

    1
  9. Avatar de mezigue
    mezigue

    Personne (ou tout le monde) regarde Arte par ici ?
    Isaac Asimov, l’étrange testament : https://www.youtube.com/watch?v=a2loUSS-Nvc&t=6s

    1
  10. Avatar de JeanSé
    JeanSé

    (Spoiler alert) Dans l’indispensable cycle des robots, Asimov – qui s’y connaissait malheureusement trop bien en harcèlement sexuel lui aussi, mais je mélange les sujets -, imaginait une intelligence artificielle dont la réflexion l’amène à rendre à petit feu la terre invivable pour obliger les terriens à reprendre la colonisation de l’espace. On dirait que notre IA a un peu merdé sur le timing…

  11. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    Restent encore quelques échelons… ( enfin… si l’on peut dire..! quoique cette indirecte annonce pourrait pour la première fois inquiéter l’entourage de VP )

    https://www.lalibre.be/international/europe/guerre-ukraine-russie/2022/10/03/si-poutine-utilise-des-armes-nucleaires-en-ukraine-les-etats-unis-detruiront-les-troupes-russes-SETQE5L7ENC3HOJWYTMNQ6KNIE/

    … » L’utilisation de l’arme nucléaire est de plus en plus évoquée en Russie.
    Les États-Unis et leurs alliés détruiraient les troupes russes en Ukraine et couleraient la flotte présente en mer Noire si Vladimir Poutine utilisait les armes nucléaires en Ukraine , a averti l’ancien directeur de la CIA et général à la retraite, David Petraeus.
     » …

    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      Pourquoi tout le temps les gens comme Poutine pensent que les USA sont des dégénérés sans intelligence ?

      L’OTAN en a les moyens, et la destruction de toutes les forces russes en Ukraine et en Crimée et en Mer noir, (et … en Syrie, et .. en Afrique ?) ne seront pas dans la logique même de Poutine une attaque contre la Russie menaçant son existence puisque personne ne reconnaît que c’est la Russie dans le Monde. Personne n’attaquera la Russie de toute façon, cet empire de 17 millions de Km2, le plus grand de la planète peut vivre sans ses bases extérieures et sa flotte, ces forces militaires conventionnelles de prédation seront définitivement mis en congés pour des années…

      Mais vaudrait mieux s’asseoir autour d’une table. Car tout cela est trop proche du détonateur général.

      3
    1. Avatar de arkao

      Il devrait se méfier. Les alliances ne sont pas éternelles, les opinions publiques sont versatiles et on ne doute pas qu’au plus haut sommet des grandes puissances, ça discute toujours courtoisement loin des rodomontades à l’usage des médias. Au passage, des tuyaux stratégiques explosent en forme de coup de semonce (la nationalité des auteurs n’ayant en fait que peu d’importance, chacun des belligérants pouvant y trouver un bénéfice).

      2
  12. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    Les carottes sont cuites, d’un côté l’OTAN va récupérer une partie des territoires annexés par Poutine grâce au matos militaire ultra performants, et de l’autre un Poutine qui ne pourra jamais accepter vu la constitution russe et qui lui donnera toute latitude pour employer des moyens non conventionnels.
    On entre dans le dur, on joue à la roulette russe ( sans jeux de mots) depuis la chute du mur, et la note va être très très salée, les erreurs se paient toujours, comme les impôts, comme avait dit Michel Audiard.

  13. Avatar de Arnaud Castex
    Arnaud Castex

    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2022/10/les-nus-et-les-mots-la-guerre-point-de.html
     » (…)
    Vladimir Poutine a donc essayé de conjurer le sort en soulevant une première boîte de Pandore, l’appel à la nation, tout en menaçant d’en soulever une deuxième, l’emploi du nucléaire. C’est la raison première de cette précipitation à annexer les territoires conquis, un projet de longue date mais qui était envisagé en position de force et non pas sur le reculoir. L’extension de la frontière et de la terre russes est ainsi espérée donner une bonne raison de combattre à tous ceux qui y seront désormais envoyés autoritairement. Accompagné d’une offre de discussion sur le mode « ce qui est à moi est à moi, le reste est négociable », et de menaces terribles, elle est censée aussi de bonnes raisons de ne plus combattre pour les Ukrainiens et surtout pour les Occidentaux de ne plus aider. Cette annexion n’avait aucune chance d’être reconnue par quiconque, et surtout pas par les Ukrainiens, mais l’essentiel était qu’elle le fut par les Russes et que les sympathisants occidentaux s’en saisissent au nom de la paix et de la peur pour pousser l’Ukraine à accepter la défaite.

    Voilà donc comment on espère à son tour renverser la situation avec une « levée en masse » dont on se méfie, et à juste titre au regard de la fuite massive et là encore inédite qu’elle provoque. Qu’importe. Personne n’a osé planifier l’organisation d’une mobilisation dans le dos du Tsar dès lors que celui-ci avait dit qu’elle n’aurait jamais lieu. Voici donc dans le bardak le plus complet des centaines de milliers d’hommes envoyés en vrac dans les centres de triage par les gouverneurs de région pour respecter les chiffres demandés, comme lorsque Staline donnait des quotas de déportés. Arrivés en centre de tri, on voit ceux qui peuvent réellement servir ou qui n’ont pas les moyens de payer discrètement une exemption. Ceux qui ne peuvent passer au travers vont ensuite découvrir que les dépôts d’équipements sont largement vides, par défaut d’organisation ou manque d’anticipation sauf celle de l’augmentation du compte en banque de certains. On cherche ainsi toujours, parmi d’autres, des centaines de milliers de tenues d’hiver qui ont sans doute été payées, mais jamais fabriquées.

    On trouve une autre touche stalinienne dans la loi sur le durcissement des sanctions pour les réfractaires et même désormais pour les prisonniers, qui viennent d’apprendre qu’ils iront en prison russe dès qu’ils seront libérés par les Ukrainiens, qui s’ajoute à un élément plus moderne comme le « stop-loss » qui transforme les CDD des soldats qui s’étaient portés volontaires pour servir un temps en Ukraine en CDI non dénonçables.

    Par grand-chose là-dedans hormis le devoir de défendre la « Patrie étendue » qui donne de bonnes raisons de combattre, et encore moins de confiance dans ses capacités, faibles, ses moyens, inexistants, et ses amis, inconnus. Quant aux victoires, elles ne risquent pas de survenir avec des soldats de vrac face à une armée ukrainienne devenue la meilleure d’Europe avec l’aide occidentale (plusieurs exemples récents montrent que ce n’est pas suffisant en soi) et son énergie intérieure. Si les 200 000 mobilisés annoncés par le ministre Choïgu sont envoyés tout de suite et par petits paquets directement dans les unités de combat sur la ligne de front, et les unités ne sont pas assez nombreuses pour être beaucoup ailleurs, ils ne les renforceront pas mais au contraire les plomberont. Des bleus fragiles et sans compétences y sont des poids morts, au figuré d’abord avant de l’être vraiment ensuite et beaucoup plus souvent que les autres.

    Pas de révolte et de mutinerie à attendre pourtant dans l’immédiat. En Russie, au mieux on se révolte d’abord à genoux en allant voir le Tsar pour qu’il corrige les erreurs des boyards, ou on se réfugie dans une extrême passivité. Il faut vraiment beaucoup de souffrance accumulée pour voir un cuirassé Potemkine, les ouvrières qui ont faim à Pétrograd en février 1917 ou encore les mères qui demandent où sont leurs fils envoyés à la fournaise des guerres horribles d’Afghanistan ou de Tchétchénie. Souvent d’ailleurs les souffrances seules ne suffisent pas, il faut qu’elles soient aussi accompagnées de désastres. Ces colères ne suscitent par ailleurs que des ébranlements et non des prises directes du pouvoir. Ces secousses finissent par faire remplacer le régime défaillant par un autre, plus libéral comme en février 1917 ou en 1991 ou plus durs comme les bolcheviks prenant le pouvoir en novembre 1917 ou Poutine succédant à Eltsine au tournant de l’an 2000.

    On risque donc de voir encore du désastre et des horreurs en Ukraine avant de mettre la main sur la deuxième boîte de Pandore, celle qu’on n’ouvre qu’en dernier recours. Tous les mois, un dirigeant russe rappelle qu’elle existe et un autre rappelle le lendemain que l’on n’y posera la main qu’en cas de menace existentielle pour la Russie. C’est un jeu, dangereux, auquel on jouait pratiquement tous les quatre ou cinq ans durant la guerre froide et que l’on avait oublié depuis 1989 sauf dans le sous-continent indien. Jamais personne n’a osé y jouer jusqu’au bout. Personne n’a voulu attacher son nom à l’emploi en premier de l’arme nucléaire après que celle-ci soit devenue taboue après sa seule utilisation au Japon. Jusqu’à présent, la Russie a respecté la règle du jeu : l’arme nucléaire sert à faire peur et on prend soin d’éviter toute agression militaire qui provoquerait une escalade et augmenterait la probabilité d’emploi réciproque. Dans le cadre d’une confrontation, tout le reste est envisageable, y compris le sabotage de gazoducs, mais on ne se combat pas les armes à la main l’un en face de l’autre, au moins à grande échelle.

    Deux éléments ont changé cependant depuis le 30 septembre. Le premier est le passage le plus inquiétant du discours surréaliste de Vladimir Poutine le 30 septembre pour rappeler justement l’exemple des frappes atomiques américaines sur le Japon mais pas pour souligner que cela marquait une fin avec la création d’un tabou, mais au contraire pour expliquer que cela constituait un précédent qui pouvait justifier tous les autres. C’est un subtil changement de ton par rapport à un discours finalement très orthodoxe. Le second, plus évident et trop sans doute, est le déplacement de la frontière russe, qui permet de déclarer que tout est possible dès lors qu’il s’agît de la Patrie. C’est un peu comme si la France avait envahi la Belgique, annexé la Wallonie sous prétexte qu’on y parle français, et déclaré que l’on n’exclurait pas l’emploi de l’arme nucléaire pour défendre cette nouvelle France.

    Ces deux éléments et l’effet de nombre des déclarations diverses, de Medvedev à Kadyrov, rendent l’affaire plus sérieuse sinon plus probable. Il y a encore loin avant que la carte nucléaire soit la seule à jouer. La mobilisation partielle, qui sera sans aucun doute suivie par d’autres, doit être considérée comme un tirage au pot de nouvelles cartes, et il y a encore beaucoup d’espoirs du côté russe d’obtenir l’affaiblissement de l’aide à l’Ukraine par l’Occident décadent. Il y a également de forts doutes sur la crédibilité d’un châtiment terrible en cas de franchissement d’une frontière que l’on ne connaît même pas.

    On a fait plus clair comme ligne rouge. On ne voit pas non plus à quel stade de ce qui est un bout du compte un grignotage de la nouvelle mère-patrie on commencera à utiliser une arme nucléaire, peu importe sa puissance puisque ce qui compte est le label « nucléaire ». Les Russes vont-ils accepter de devenir un État paria de toute la communauté internationale, y compris la Chine parce que Mélitopol a été reconquise par les Ukrainiens ? Vont-ils accepter de subir des frappes conventionnelles dévastatrices sur les forces russes, la base de Sébastopol, le pont de Kerch ou autre, parce qu’il est inconcevable d’accepter la banalisation de l’emploi nucléaire ? On ne peut éternellement multiplier les erreurs stratégiques.

    En 1983, le général britannique John Kackett décrivait la troisième guerre mondiale dans une livre du même nom. Pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouvait leur attaque de la République fédérale allemande, les Soviétiques détruisaient la ville de Birmingham avec une frappe nucléaire. Minsk était détruite immédiatement en riposte. La peur de l’apocalypse ébranlait alors suffisamment l’Union soviétique pour provoquer son éclatement et son effondrement. La révolte commençait d’ailleurs en Ukraine. »

  14. Avatar de Arnaud Castex
    Arnaud Castex

    Biden nous sauvera tous. https://www.nytimes.com/2022/10/07/us/politics/biden-putin-armageddon-nuclear-threat.html?smid=url-share
    Extrait
     » La déclaration du président Biden, jeudi soir, selon laquelle le monde pourrait être confronté à « la perspective de l’Armageddon » si le président Vladimir V. Poutine utilisait une arme nucléaire tactique en Ukraine, comportait une note latérale révélatrice : M. Biden a cherché à aider le président russe à trouver une « porte de sortie » qui pourrait éviter le pire résultat.

    Sa logique est tout droit sortie de la crise des missiles de Cuba, à laquelle M. Biden a fait référence à deux reprises dans ses commentaires lors d’une collecte de fonds démocrate à New York, ce qui donne une bonne idée de ce qu’il a en tête. Dans cette célèbre affaire – le moment où le monde a été le plus proche d’un échange nucléaire complet, il y a 60 ans ce mois-ci – le président John F. Kennedy a conclu un accord secret avec Nikita Khrouchtchev, le premier ministre soviétique, pour retirer les missiles américains de Turquie.

    Cet accord, qui n’a été révélé que plus tard, a permis d’éviter une catastrophe qui aurait pu tuer des dizaines de millions d’Américains et un nombre incalculable de citoyens soviétiques.

    Depuis des semaines, les collaborateurs de M. Biden se demandent s’il n’y aurait pas un accord similaire, un moyen pour le dirigeant russe blessé de trouver une issue. Ils n’ont donné aucun détail, sachant que le secret pourrait être la clé pour trouver une issue heureuse et éviter les conditions dans lesquelles un M. Poutine acculé tendrait ses armes nucléaires sur le champ de bataille. Karine Jean-Pierre, l’attachée de presse de la Maison Blanche, a répété vendredi que M. Biden ne disposait d’aucun nouveau renseignement sur l’utilisation d’armes nucléaires et a déclaré qu’elle ne voyait « aucune indication » que les Russes « se préparent à les utiliser ».

    Après les remarques de M. Biden, certains dirigeants étrangers ont déclaré qu’ils aimeraient revenir à l’époque où les menaces nucléaires n’étaient pas discutées en public.

    « Nous devons parler avec prudence lorsque nous commentons de tels sujets », a déclaré le président français, Emmanuel Macron, vendredi à Prague.

    Mais comme l’a dit un diplomate européen de haut rang en début de semaine, lorsque l’histoire de cette époque sera écrite, beaucoup seront choqués par l’ampleur des travaux en cours pour évaluer les risques d’une détonation nucléaire – et pour réfléchir à la manière de la dissuader. Pour la plupart des responsables, il est difficile d’aborder ce sujet en public, de peur de provoquer une panique générale ou une baisse des marchés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. https://youtu.be/NYvEvP2cmdk https://fr.wikipedia.org/wiki/Orchestre_symphonique_Sim%C3%B3n_Bol%C3%ADvar en parlant d’Université populaire de musique .

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta