The Guardian – Les marchés ont repris le contrôle : la fin du mirage de souveraineté du Brexit de Truss, par Jonathan Freedland

Les marchés ont repris le contrôle : la fin du mirage de souveraineté du Brexit de Truss, le 14 octobre 2022

C’est la plus grande humiliation de la Grande-Bretagne depuis Suez, un rappel qu’aucun gouvernement ne peut ignorer la réalité.

Difficile à croire maintenant, alors que nous sommes au milieu du maelström, mais un jour, cela aussi sera du passé. Et quand ce sera le cas, quand nous serons sortis du psychodrame en temps réel, quand nous n’aurons plus les yeux rivés sur l’écran à regarder l’avion de Kwasi Kwarteng faire un véritable demi-tour dans le ciel et se faire virer au moment de l’atterrissage, pour avoir commis le crime de faire ce que sa patronne voulait qu’il fasse, tout cela ne paraîtra peut-être pas si compliqué.

Les historiens jetteront un regard en arrière et verront un point d’origine à la folie actuelle, un point expliquant comment une nouvelle première ministre pourrait voir son administration s’effondrer en quelques semaines, même si nous avons du mal à nommer cette cause à voix haute pour le moment. Lorsque les manuels de l’avenir aborderont le chapitre que nous vivons, à l’automne 2022, ils commenceront par l’été 2016 : Le Brexit et l’illusion spécifique qui l’a conduit.

Ils souligneront l’impact évident de la décision de la Grande-Bretagne de quitter l’Union européenne, et le rôle que cela a joué dans le bouleversement d’un pays autrefois réputé pour sa stabilité. Ils pourraient commencer par les faits basiques. La sortie, écriront-ils, a rétréci l’économie britannique par une baisse de 5,2 % du PIB, une chute de 13,7 % des investissements et une baisse similaire de la balance commerciale. Cette contraction auto-infligée aide à expliquer pourquoi la Grande-Bretagne a ressenti les chocs internationaux – une inflation galopante, par exemple – plus durement que la plupart des autres pays. Si votre économie est plus petite, vous devez soit taxer davantage les gens pour payer les services qu’ils attendent, soit réduire ces services, soit emprunter. Il n’y a pas d’autres moyens de s’en sortir.

Sauf si vous avez recours à la pensée magique. Ce qui nous amène au deuxième lien de causalité entre la folie actuelle et le tournant de 2016. Le Brexit a brisé le lien entre la gouvernance et la raison, entre la politique et le réel. Jusqu’au Brexit, les politiciens ne s’en sortaient que rarement en défiant les faits empiriques ou la logique élémentaire. Mais en 2016, ils ont prétendu qu’un pays pouvait affaiblir ses liens commerciaux avec ses voisins les plus proches et s’enrichir, ce qui revient à dire que l’on peut se plonger dans un bain glacé et se réchauffer. Une fois que le tabou de la pensée magique a été brisé, une fois que la fantaisie est devenue une habitude des conservateurs, la Trussonomics est devenue inévitable – en insistant avec le sourire sur le fait que vous pouviez réduire les impôts des plus riches, ne faire « absolument » aucune coupe dans les services publics et contrôler la dette, tout cela en même temps.

Mais il y a une manière moins évidente par laquelle le Brexit a fait du grand démantèlement actuel une mort politique annoncée. Il s’agit de l’idée qui a alimenté plus que toute autre l’envie de quitter l’UE : l’illusion de la souveraineté.

Le slogan des partisans de la sortie, « Reprenez le contrôle », invitait les Britanniques à se débarrasser des contraintes de Bruxelles et à redevenir une nation fière et souveraine – une nation qui, seule, déciderait de son destin. Après le Brexit, promettaient-ils, la Grande-Bretagne serait seule maîtresse de son destin, sans avoir à consulter ou même à accommoder qui que ce soit.

Les trois semaines qui se sont écoulées depuis que Kwarteng a présenté son mini-budget ont vu cette illusion s’effondrer. Car Truss et son désormais ex-chancelier ont reçu le plus brutal des rappels que dans notre monde interdépendant : la souveraineté pure et sans entrave n’existe pas. Aucun gouvernement ne peut faire ce qu’il veut, sans se soucier des autres. Dans ce cas, ce n’est pas l’UE qui a limité la souveraineté, mais les marchés financiers. Mais leur verdict était aussi contraignant que n’importe quel édit de Bruxelles, et même plus. Ils ont ordonné la destitution d’un chancelier après seulement 38 jours de mandat et l’annulation de la stratégie économique du gouvernement. Ce sont les marchés financiers qui ont repris le contrôle.

Aucun de ces événements ne devrait être une surprise. Nombreux étaient ceux qui avaient prévenu que cela arriverait, notamment l’adversaire estival de Truss, Rishi Sunak. Mais Truss et Kwarteng sont allés de l’avant, publiant leurs proclamations comme s’ils étaient les seuls acteurs sur la scène, ignorant le fait que vous ne pouvez pas annoncer 43 milliards de livres de réductions d’impôts non financées sans que ceux dont vous attendez qu’ils vous prêtent de l’argent expriment leur opinion – dans ce cas, en déclenchant une flambée instantanée du coût de la dette souveraine. Vous ne pouvez pas simplement contourner le contrôleur officiel des dépenses, l’Office for Budget Responsibility, sans que les marchés ne concluent que vous êtes devenu imprévisible et, par conséquent, peu fiable : un mauvais risque.

Comme les partisans du maintien de l’Union européenne ont été raillés pour avoir souligné, il y a six longues années, que la souveraineté sans entrave n’existe pas au 21e siècle : chaque pays doit s’adapter à ses voisins, à l’économie mondiale et à la réalité. Mais les Brexiteurs, et leur zélée convertie Truss, ont refusé de l’entendre. Lorsque Sunak a essayé d’expliquer ces faits élémentaires, les membres du Parti conservateur ont pensé qu’il jouait les trouble-fête. Le secrétaire permanent du Trésor, Tom Scholar, était considéré comme l’incarnation de cette pensée ennuyeuse et réaliste, et Truss l’a donc licencié.

Cette semaine, Sanjay Raja, économiste en chef de la Deutsche Bank pour le Royaume-Uni, a déclaré à une commission des Communes que la Grande-Bretagne était confrontée à une forme unique de choc commercial : « Nous n’avons pas vu ce type de déficit commercial depuis 1955, depuis que les comptes nationaux existent. » C’était étrange, car j’avais moi aussi pensé au milieu des années 50, et plus précisément à la crise de Suez de 1956. L’échec de cette aventure militaire est aujourd’hui considéré comme le moment où une douche froide de réalité a été infligée à la Grande-Bretagne, une humiliation qui a dépouillé le pays de ses illusions impériales, le forçant à accepter qu’il n’était plus une superpuissance mondiale capable d’agir seule. Pendant un certain temps, la Grande-Bretagne a appris cette leçon : cinq ans seulement après Suez, le pays frappait à la porte de l’Europe, demandant à rejoindre le club.

Mais certains, notamment au sein du Parti conservateur, ne se sont jamais débarrassés de cette vieille illusion. En 2016, l’illusion était de retour, les conservateurs s’enflammant pour le Brexit et l’idée d’une Grande-Bretagne globale naviguant à nouveau sur les océans du monde, libérée de la main contraignante de l’UE et prête à retrouver sa grandeur légitime. Les Tories ont respiré ces vapeurs pendant six ans, et le mini-budget Truss-Kwarteng en a été le résultat : le Suez de la politique économique, un acte désastreux de souveraineté impériale imaginaire.

Comme plusieurs économistes l’ont noté, Truss agissait comme si la Grande-Bretagne était les États-Unis : l’émetteur de la monnaie de réserve mondiale, avec des marchés qui se bousculent pour leur prêter de l’argent. Comme Anthony Eden avant elle, elle ne pouvait pas accepter que la place de la Grande-Bretagne n’est pas ce qu’elle était : elle ne pourra jamais être souveraine comme un roi de conte de fées, capable de plier le monde à sa volonté. Ce type de souveraineté a toujours été un fantasme, qui a à la fois alimenté le Brexit et a été alimenté par lui.

Aujourd’hui, elle a dû faire une concession à la réalité, en mettant un terme à la vie politique de son ami et en abandonnant ce qui avait été une politique emblématique. Elle n’est pas en charge des événements ; elle n’est pas même en charge de son propre gouvernement. Jeremy Hunt a été une nomination forcée pour elle. Son attitude lors de sa conférence de presse de vendredi après-midi – choquée, cassante – laisse penser qu’elle n’a pas pris la pleine mesure de ce qui vient de se passer.

Elle est finie, la coquille vide d’un Premier ministre. Mais c’est pire que cela. La bulle du Brexit a éclaté. Le pays a vu que l’hallucination des Tories d’une île capable de commander les marées n’était rien de plus qu’un rêve, et un rêve dangereux en plus. Nous pouvons déclarer Trussonomics mort. Attendons le jour où nous pourrons en dire autant de l’illusion qui l’a engendrée.

Partager :

10 réponses à “The Guardian – Les marchés ont repris le contrôle : la fin du mirage de souveraineté du Brexit de Truss, par Jonathan Freedland”

  1. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    Rappel (apparemment clair) de conjoncture…(par un « libéral » hétérodoxe.. ex-affidé financier..) dans laquelle s’inscrit la « crise » britannique :

    https://www.telos-eu.com/fr/retour-du-risque-financier.html

  2. Avatar de gaston
    gaston

    Cet article date du vendredi 14.

    Dès le lendemain The Guardian parlait du remplacement de Truss parmi les prétendants : Bojo ! Un pompier pyromane ?

    https://www.theguardian.com/politics/2022/oct/15/who-could-replace-liz-truss-as-prime-minister

    Une partie de l’humour anglais nous échappera toujours un peu. 😀

  3. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    Les « marchés » (disons plutôt les propriétaires privés d’actions, d’entreprises, de salaires variables, stock-options, retraites chapeaux/dorées…. par capitalisation… des plus ASSISTES SANS CONTREPARTIES – la socialisation de leurs dettes privées pourries, pertes casinos étant « systémique », les dettes publiques explosent alors que la privatisation de leurs dividendes, bénéfices constitue la « croissance » – des plus ASSISTES… à parier à nu, à spéculer à découvert sur tous les risques, que ce soit la gestion de la pénurie des stocks gérés en flux tendu, de carburant, gaz, énergies, denrées alimentaires, masques, « vaccins… », ou les conséquences inflationnistes : Pile ils gagnent, Face les plus pauvres, précaires, discriminées des populations perdent) ces « marchés » et leur « mythique » « concurrence pure et parfaite » entre monnaies, échanges commerciaux… sont-ils si « bienfaisants » et « bienveillants » dans leur « arbitrages privés »… que ce qui est laissé entendre…?

    Surtout quant ils pourraient très bien se satisfaire d’une décision politique (« souveraine » ?) visant à privatiser/digitaliser/ubériser de façon DEFISCALISEE et DESOCIALISEE, encore plus de services publics, en échange du rétablissement de la suppression d’impôt des plus riches (de nouveau impôts indirects, et taxes sur les services privatisés… à faire payer aux plus modestes, a qui la suppression de la « gratuité » des dits services publics, coûterait un bras + une jambe, ne serait-il pas compenser la suppression du cadeau fait aux nantis ?)… se contenter aussi d’aligner encore plus au moins disant social/sociétal, fiscal, moral, environnemental, ce qui reste des protections sociales, droits du code du travail, etc… pour a nouveau prêter à la GB… le récit ne serait pas tout autre alors…?

    1. Avatar de Juillot Pierre
      Juillot Pierre

      Le « mysticisme » de « l’amoralité » des « marchés », qui ne font pas de politique il paraît (en France avec l’immoralité de la légalisation de « l’optimisation fiscale » – et la flat tax, l’exit-taxe, etc – il est étonnant que cette « mystification » de « l’amoralité » au sens ambigu de « neutralité », tienne encore la route) peut lui aussi s’effondrer des lors que l’addition mathématique des intérêts particuliers des dits propriétaires privés d’actions, coupons, etc… « mondialisés »… deviendra impossible.

    2. Avatar de Juillot Pierre
      Juillot Pierre

      Dans la seconde partie de mon premier commentaire, il est plutôt question, dans « … en échange de… » : du rétablissement de l’imposition des plus riches, des riches, ne contribuant qu’à hauteur de 45% de leur revenu – impôt ayant été supprimé à l’arrivée de la remplaçante, Liz Truss, de B. Johnson – à l’équilibre arbitraire du budget de l’État, aux recettes/dépenses fiscales/sociales… à condition pour le néolibéralisme/ultralibéralisme des plus riches… qu’ils puissent compenser la perte de ce « cadeau » par la redirection d’une part croissante des dépenses sociales, vers plus de privatisation/digitalisation/ubérisation de plus de services publics (comme Macron et sa « start up-nation ») rentabilisant (à travers de nouvelles taxes, etc) pour le privé, ainsi, des services « d’ordinaire gratuits » ( voir ce que la privatisation du rail a fait comme dégâts, là bas), dépenses sociales que les extrêmes droites « mondialisées », par ailleurs, rêvent de « mieux affecter » derrière une « préférence nationale »… propre à chaque coutumes/traditions/cultures électorales des pays/ »civilisations ».

  4. Avatar de BasicRabbit
    BasicRabbit

    PJ :

    – « Les trois semaines qui se sont écoulées depuis que Kwarteng a présenté son mini-budget ont vu cette illusion s’effondrer. Car Truss et son désormais ex-chancelier ont reçu le plus brutal des rappels que dans notre monde interdépendant : la souveraineté pure et sans entrave n’existe pas. Aucun gouvernement ne peut faire ce qu’il veut, sans se soucier des autres. Dans ce cas, ce n’est pas l’UE qui a limité la souveraineté, mais les marchés financiers. Mais leur verdict était aussi contraignant que n’importe quel édit de Bruxelles, et même plus. Ils ont ordonné la destitution d’un chancelier après seulement 38 jours de mandat et l’annulation de la stratégie économique du gouvernement. Ce sont les marchés financiers qui ont repris le contrôle. » ;

    – « Il n’y a pas d’autres moyens de s’en sortir. Sauf si vous avez recours à la pensée magique. « .

    La souveraineté pure n’existe effectivement pas : il y a un continuum qui va du local au global, de l’autarcie de l’ermite au monde globalisé actuel (celui qui amorce son effondrement) gouverné par les marchés financiers, c’est-à-dire par la BRI (créée en 1930) contrôlée par les USA -pour combien de temps encore?-.

    Il y a un principe dit de subsidiarité (1), qui figure depuis peu dans la constitution suisse suite à une votation. Ce principe se décline en subsidiarité descendante (par exemple celle de l’église catholique et celle de l’actuelle UE) et en subsidiarité ascendante : passage du global au local contre passage du local au global. Lors de notre grande révolution les jacobins ont éradiqué les velléités girondines en coupant quelques têtes : mais il y a des idées qui existent en dehors des têtes qui les pensent…

    Michel Onfray est l’un des très rares que je connaisse à défendre le principe d’un souverainisme girondin, c’est-à-dire le principe de subsidiarité ascendant. je suis sur cette ligne (mais je ne suis pas -ni du verbe être ni du verbe suivre- Michel Onfray -qui ne semble pas s’être encore aperçu que Thom est un grand philosophe-).

    Les matheux ont quelques idées sur les rapports entre local et global. Mon gourou Thom :

    – « (…) l’explication scientifique, c’est essentiellement la réduction de l’arbitraire dans la description. On a reproché à cette définition son caractère subjectif : les explications magiques, ou mystiques, permettent
    aussi de réduire l’arbitraire d’une description empirique. Cette objection est certes fondée, mais elle vaut aussi pour toutes les explications fondées sur l’emploi de concepts non formalisés. Il est de fait que le langage de la
    biologie moderne est truffé de mots tels que : ordre, désordre, complexité, information, code, message… Tous ces concepts ont le caractère commun de définir des corrélations spatio-temporelles à longue portée ; ce sont des concepts « trans-spatiaux », selon la terminologie de R. Ruyer. De ce fait, ils ne peuvent guère se distinguer de notions à caractère magique, comme l’action à distance. La pensée scientifique, si elle veut devenir rigoureuse, c’est-à-dire démonstrative et formalisable, devra nécessairement se purger de ces concepts ambigus ; elle devra recourir à la formalisation, c’est-à-dire à une pensée qui repose uniquement sur l’agrégation locale de formes. Il lui faudra donc exorciser l’espace, la distance, et cela par des outils dont la validité est reconnue par tous. Or le mathématicien dispose, pour aller du local au global, d’une notion sûre : l’analyticité. Un germe de fonction analytique détermine (par prolongement analytique) la fonction dans tout son domaine d’existence. Pour passer du global au local, le mathématicien dispose d’une autre notion, celle de singularité ; en effet, une singularité en un point n’est autre chose qu’une figure globale qu’on a concentrée en ce point (par exemple, si on concentre en un point O un cercle méridien G d’un cylindre, on obtient le sommet d’un cône).
    C’est par l’emploi alterné de ces deux techniques, comme en théorie des catastrophes, qu’on peut espérer aboutir à une synthèse dynamique de situations globales complexes. Et quelle discipline autre que la mathématique pourrait fournir de pareils outils ? Dans cette optique, le concept n’aurait plus qu’un rôle heuristique et devrait faire place, comme dans la combinatoire de Leibniz, à un pur jeu de formes…. » ;

    – « Il n’y a pas, je crois, d’autre théorisation que mathématique ; seul le mathématicien sait caractériser et engendrer les formes stables à longue portée ; car qui d’autre sait définir les modes canoniques de propagation et
    d’extension comme le prolongement analytique ? Seul il sait faire de manière précise le passage du local au global et inversement : le passage du local au global par le prolongement analytique et le passage du global au
    local par la notion de singularité. En ce sens, seul le mathématicien a les outils mentaux nécessaires pour éliminer l’action à distance, toutes les explications de caractère magique liées à l’action à distance. C’est pourquoi je pense que l’avenir en toute théorie expérimentale va mener à l’élimination progressive des concepts et leur remplacement par des entités mathématiques convenables. » ;

    – « La théorie des catastrophes, anti-magie par excellence, pousse à l’extrême le principe de localité : c’est sans doute pourquoi elle n’offre guère de possibilités pratiques nouvelles. ».

    1: https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_subsidiarit%C3%A9

  5. Avatar de François Corre
    François Corre


    Monty Python « Ministry of Silly Walks ». 🙂

  6. Avatar de Clatot
    Clatot

    La sortie de l’ue est un bon point de depart . Bruxelles est un boulet qui nous tire vers le fond ( rien qu’aujoud’hui je viens de lire le rejet de l’interdiction des pesticides nous verrons en 2023 qu’ils disent ahaha) Le probleme c’est que Truss a fait le pire des budgets ds sa situation.
    La sortie de l’ue doit se faire en changeant de radicalement de voie . Vouloir effectivement se comporter comme les usa est une grosse erreur mais ces gens sont dogmatiques, des fanatiques du neoliberalisme. Seule la GB n’etait pas armee. Il faudra quitter l’UE et organiser une decroissance et pas chercher à vivre comme avant en pire. Serieusement, 43 milliards de baisse d’impôts sans rien en face ce n’est pas le brxit le pb c’est la 1ere ministre.

    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      Oui organisons la décroissance chacun dans notre coin ! C’est cela oui !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Une autre photo assez rare : https://cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/N6JD5IVQLVCXNBORPQFNVQHGXM.jpg Pour que Trump ne soit atteint que latéralement à l’oreille il fallait qu’il…

  2. Donald Trump blessé : des tee-shirts avec la photo le représentant le poing levé déjà en vente sur Internet https://www.leparisien.fr/international/etats-unis/donald-trump-blesse-des-tee-shirts-avec-la-photo-le-representant-le-poing-leve-deja-en-vente-sur-internet-14-07-2024-WZLBKDQ5KZDZVBMEQZVPAKORIU.php

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon Joe Biden John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta