111 réflexions au sujet de « Le nouveau Premier ministre »

    1. Je fais le pari que Paul retiendrait comme moi cette déclaration, qui montre à quel point on a raison de préparer un grand affrontement social:
      « Je suis plus proche de la valeur de liberté que de celle de l’égalité »

      1. Il faudra bien qu’il apprenne que les trois vertus de notre devise nationale sont indissociables , car s’il en manque une seule, les deux autres meurent .

        J’avais ajouté : « étendue au vivant » . On verra si Hulot a su « bétonner » son arrivée ….

  1. Jusqu’à présent, je le connaissais surtout comme un des principaux opposants au projet du canal à grand gabarit Seine-Nord Europe qui traverse ma région :

    « Dans un point de vue publié dans l’édition du 16 mars des « Echos » et relayé quelques jours plus tard à la tribune de l’Assemblée Nationale, le Député-Maire du Havre, Edouard PHILIPPE, fustige le futur canal à grand gabarit Seine-Nord Europe, qualifié de « projet de tous les excès » dont la réalisation se ferait au profit d’Anvers et de Rotterdam et au détriment des ports français du Havre, de Dunkerque et de Calais. Selon le Maire du Havre, Seine-Nord marquerait ainsi « la fin des ambitions portuaires françaises ». »

    Sinon, une gueule avec une barbe, ça change. Mais on aurait préféré celle de Paul Jorion, de barbe.

    1. Selon le Maire du Havre, Seine-Nord marquerait ainsi « la fin des ambitions portuaires françaises »

      C’est déjà la fin des ambitions portuaires françaises. (Les 500 ans du port du Havre cette année) Les syndicats de dockers s’en sont déjà chargés. La restructuration en cours des compagnies maritimes fera le reste…. C’est bien triste.

  2. Côté « marché du travail », c’est pas terrible… : « travailler plus », « travailler plus », « l’Allemagne ». On ne répond pas aux problèmes, une fois de plus. Mais bon, il ne semble pas arrogant et un tantinet lucide sur l’UMP ! Par contre, il dit à la fin de la vidéo : « Je suis assez vif (combattif) ». Il va falloir un self-control en tant que Premier ministre.

    Je ne me fais pas trop d’illusions sur la direction économique du Président Macron. Du libéralisme « sympa ».

  3. Je ne connais pas du tout le personnage mais « les republicains » ca donne deja l’orientation de la politique macron (quel surprise ???)

  4. Joli coup politique de Macron, il désamorce une possible cohabitation avec la droite Fillono-sarkoziste et met Baroin hors jeu même au cas ou il ferait quelque chose face au FN aux législatives (l’appui des juppéistes et de quelques socialos dévoyés en mal de protagonisme devrait suffire aux marcheurs pour constituer une majorité sans avoir à changer de PM et acter ainsi le revers d’une cohabitation). A gauche le PS est HS et la FI c’est le PC qui s’en charge, pas de surprises en perspective. Ouverture Hollandovsky des plus classique, bonne maitrise de l’appareil. Pour ce qui est du bonhomme… on verra à l’usage mais dans l’immédiat je dirais quelconque, le parfait fusible en cas de surtension.

    1. Ménagez vos paroles que diantre ! On ne dit pas « impliqué dans le pillage » le terme approprié est Lobbyiste ! Un peu de tenue monsieur 😉

      1. Allons, allons de suite les grand mots, ils devraient nous remercier de purger leur sous-sol de toute cette radioactivité naturelle !

        J’espère avoir poussé le sarcasme jusqu’à l’intelligibilité ce coup là 😉

        Je sais, au fond c’est pas marrant… et que même si « l’on fait ce qu’on peut, y a la manière… » pas forcément la plus adéquate ici je vous l’accorde. 🙁

    2. C’est le Figaro qui publiait récemment un éditorial affirmant qu’En Marche n’est « ni de droite, ni de droite »
      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/05/11/31001-20170511ARTFIG00367-l-editorial-du-figaro-en-marche-ni-de-droite-ni-de-droite.php

      Chacun voit midi à sa porte… et le Macron chez l’autre. 🙂

      Moi je vois Macron comme un préfet du prétoire à Rome au 1er siècle : https://fr.wikipedia.org/wiki/Naevius_Sutorius_Macro

  5. Ils vont réussir, ils sont bons et appliqués, en face c’est le sauve qui peut général !

    Philippe Edouard à Matignon c’est la preuve que les relations Juppé et Sarkozy ne s’arrangent pas, doux euphémisme.

    La Droite divisée aux présidentielles, a bu le bouillon, à 500 000 voix près quand même.

    La Droite divisée aux Législatives, va plonger, même plus nettement qu’aux présidentielles. Juppé c’est un bon tiers de cet électorat qui se tire chez Macron. Reste à Sarkozy à prendre langue avec Maréchal nous voilà !

    Pour le FN , on ne va plus les voir de sitôt. Leur « Les Français par dessus bord ! » va leur coller aux basques un bon moment à présent. Philippot et même Marine ont du souci à se faire.

    A gauche ? Alors là c’est un cas d’école. Le « Merci Hollande », affiché hier sur le fronton du siège du PS, prouve que ce parti n’est plus en capacité d’avoir la moindre influence sur sa tête débile. Les frondeurs sont priés de faire leurs valises et le parti socialiste ose rentrer dans la joute électorale, avec sur le dos une charge, que même le premier intéressé refuse de porter. Des kamikazes !

    Reste Mélenchon, par pudeur pour les oreilles chastes, je me garderai de qualifier le comportement de ce personnage original, qui pour dénoncer les dérives bonapartistes du régime, se fait plus César que César ! Il risque de tomber de haut, faute d’avoir le soutien d’un Stéphane Bern et des revues Gala et Point du Jour !

    Bien joué les artistes. C’est les camarades Vigneron et Julien Alexandre qui vont s’extasier de bonheur.

    Le mouvement En Marche ! va être plébiscité lors des prochaines élections législatives. Ça va être un raz de marée ! Edouard confirmé, et en capacité d’essayer de venger le Juppé de 1995.

    Mais si vous voulez éviter ce scénario noir, aussi bien pour la jeunesse et le prolétariat, que pour les amis de la démocratie, si vous voulez renvoyer Edouard au Havre, alors une seule politique :

    Front unique électoral PS et PCF, sur la ligne: « abrogation de la loi El Khomri », soutien de la CGT, de la FSU et de FO, et un candidat ouvrier dans chaque circonscription.

    Sinon c’est Waterloo ! la Berezina ! Trafalgar ! Pouahhh !!!!!

      1. @ Michelucci

        Oui camarade, comme tu le dis, sans la France insoumise.

        Mais faisons un rapide retour en arrière, nous permettant de mesurer à quel point le prolétariat se retrouve vulnérable depuis l’apparition de ce mouvement dans le paysage politique français, en chien fou dans la gauche.

        Fin de la seconde guerre mondiale, plan Marshall, trente glorieuse. Tout roule pour l’économie et la bourgeoisie française.

        Premier choc pétrolier, Barre et son plan de rigueur, et déjà la volonté du candidat Giscard de 81 de mettre de l’ordre dans les comptes.

        Mitterrand élu, la bourgeoisie va devoir apprendre à ronger son frein.

        1986 attention la Droite revient ! Chirac en cohabitation sur un strapontin, montre les dents … et se les casses sur le mouvement étudiant. Zut ! il faut attendre 88 et essayer de gagner le droit d’être le bonaparte que la bourgeoisie, déjà à l’époque, attend de ses vœux. Hélas Mitterrand de nouveau et son ni ni .

        1995 enfin ! Seulement voilà, Chirac enfin président avec les pleins pouvoirs, et sa volonté d’aller vite et d’aller fort, est stoppé net par le mouvement novembre-décembre. Je passe sur cette dissolution qui se termine pour lui en un véritable camouflet. Jospin s’empresse de ne rien faire: ni socialisme, ni capitalisme. Toute façon l’Europe à crédit se construit et il profite de taux de croissance de 3,5, la France gagne la Coupe du Monde, alors les efforts !!!

        Chirac ne peut pas gagner, Chirac est au bout du rouleau. Mais c’est sans compter avec la gauche la plus bête -ou la plus corrompue- du monde, lui offrant de nouveau les pleins pouvoir sur un plateau en 2002.
        Mélenchon est inconsolable de la défaite de Jospin. (Pourtant, ironie de l’histoire, quinze ans plus tard, il réitérera la même politique de division). La politique de réforme commence avec la réforme des retraites (encourageant du point de vue bourgeois), et puis patatras, en 2005 c’est le non au traité européen ! La bourgeoise enrage mais Chirac est cramé.

        Ensuite c’est Sarkozy qui rentre en scène en 2007, avec des prétentions, les mêmes que celles de Macron aujourd’hui, mais le pauvre en 2008, doit gérer la pire crise du capitalisme depuis 1929. Décidément la bourgeoisie française n’a pas de bol !

        2012 et de nouveau, la jeunesse et le prolétariat qui se servent du bulletin Hollande pour dégager l’insupportable Sarkozy. Au début les réformes libérales restent en souffrance, mais la pression devient si forte, que pour la première fois, même la gauche est obligée de plonger: loi Travail et les frondeurs qui siffle la fin de la récrée.

        Les partenaires européens de la France n’en peuvent plus. Chaque jour la BCE prévient qu’elle ne pourra pas faire des miracles jusqu’à la nuit des temps. Il faut préparer soigneusement ces élections 2017, et faire en sorte cette fois ci de ne pas se rater. Dans le cas contraire, la France peut très bien emporter avec elle dans le tombeau l’Europe et le Monde.

        L’affaire est sérieuse. Il faut l’union sacrée dans le pays, et pour incarner ce bonaparte qui devra se faire aimer de tous, choisir le bon candidat. Il faut aussi en finir avec les partis de gauche PS et PCF, qui depuis trente ans ont certes évolués vers les réformes nécessaires, mais en traînant les pieds, avec tant de lenteurs et de mauvaise grâce, qu’elles les rendent pratiquement inopérables.

        Et qui donc qu’une personnalité connue et reconnue à Gauche, peut dégager la gauche (et les frondeurs au passage) que notre Mélenchon national !

        Il faut dire que l’artiste fait ça avec beaucoup de classe, et non sans une certaine réussite. Sans lui, Macron n’existerait pas. Alors chapeau la France insoumise, mais excusez nous, la division, le bonapartisme et le nationalisme exacerbé ne sont pas des valeurs de la gauche.

        Si vous voulez rentrer dans un front uni, interrogez-vous, ou sinon allez tout seul à la défaite !

        Le prolétariat français se relèvera, parce que chuter est permis, se relever est ordonné, pas la France insoumise, lorsque les idées vont être plus claires dans l’esprit des victimes du libéralisme triomphant de Macron.

        Bonne soirée camarade Michelucci. Rira bien qui rira le dernier !

      2. @ Eninel
        « Alors chapeau la France insoumise, mais excusez nous, la division, le bonapartisme et le nationalisme exacerbé ne sont pas des valeurs de la gauche. »

        Voilà qui me rappelle un certain François F, lequel affirmait lors de sa campagne être opposé à quatre candidats de gauche. Oui, Hamon et Mélenchon certes, mais encore Macron, et encore Le Pen – rapport à son programme économique.

        En somme, il était le seul de son camp et ne se connaissait que des adversaires politiques. La Vraie Droite™ c’était lui – attention aux imitations !

        Lui – ou le chaos de la gauche dans tout son spectre, de Mélenchon à Le Pen en passant par Macron.

        Vous affirmez de manière parallèle que Macron est de droite, Mélenchon aussi, en plus certes de LR et du FN. Vous ne vous connaissez que des adversaires politiques. La Vraie Gauche™ c’est vous – attention aux imitations !

        L’union entre un parti qui a rassemblé 6% des voix à la présidentielle et un autre qui en rassemblait moins la dernière fois qu’il s’est présenté sous ses propres couleurs – ou le chaos de la droite dans tout son spectre de Le Pen à Mélenchon en passant par LR et REM.

        Ça n’a guère réussi à Monsieur François, je soupçonne fort que ça ne réussirait pas davantage à cette hypothétique alliance PS-PCF excluant la FI.

      3. Au dernière nouvelle ça bouge en Belgique. alors si nous voulons donner un petit coup de main à nos camarades allemands, un peu dans la panade actuellement, il faut aussi que ça bouge en France.

        Le parti ouvrier révolutionnaire doit se construire à partir des locaux du PS, au siège de la rue Solférino, dans les structures et l’organisation existante, avec des socialistes restés fidèles au socialisme, et à ce titre fier d’avoir nettoyé le parti de ses corps étrangers et hostiles, écrivais-je ce matin.

        Il faut aller plus loin, il faut en appeler à tous ce qui reste de bon dans le mouvement ouvrier. C’est avec les directions (et ou) militants des autres organisations ouvrières (PCF, NPA, LO, POI, POID, CPS, qu’il faut sortir par le haut de la situation pénible que nous vivons.

        On ne peut pas se courber religieusement devant la dépouille de Jaures et en même temps ignorer superbement son oeuvre principale, celle d’avoir fondé la section française de l’internationale ouvrière, le parti socialiste unifié (1905) !

        « Appel à l’unité socialiste, Jaurès (1897)

        Voici l’œuvre immédiate qui s’impose à nous. Il faut d’abord préparer l’unité du Parti socialiste français.
        Il ne s’agit point d’une unité despotique et morte : les diverses organisations socialistes peuvent et doivent subsister, mais il faut qu’elles puissent toujours se concerter et délibérer cordialement pour l’action commune.
        En fait, ce résultat est beaucoup plus près d’être atteint que ne l’imaginent nos ennemis.
        Tous, collectivistes ou communistes, ont le même idéal social. Il est vrai qu’il se produit des divergences sur la tactique, sur la méthode de combat. Mais elles ne sont pas irréductibles, et d’ailleurs est-ce que tout récemment encore, le Parti socialiste belge, malgré les tendances contraires de ceux qui acceptaient les alliances électorales avec les radicaux démocrates et de ceux qui les repoussaient, ne nous a pas donné l’admirable et encourageant exemple de sa concorde, de son esprit vraiment fraternel ?
        De même, il n’importe que parmi nous les uns croient davantage à l’efficacité du suffrage universel, les autres à la nécessité de l’action révolutionnaire ! Il n’est personne parmi nous qui se refuse à la bataille électorale, et il n’est personne aussi qui entende barrer la route aux poussées imprévues de l’histoire et enfermer le socialisme dans l’urne du scrutin.
        La substitution de la propriété sociale à la propriété capitaliste est une révolution économique trop profonde, elle met en jeu trop de passions contraires, trop d’espérances et trop de craintes pour qu’il soit permis à personne de tracer d’avance avec certitude la route par où passera le prolétariat.  »

        Rosa Luxembourg, dirigeante de l’Internationale ouvrière ne s’y trompait pas, elle s’exclamait:

        « …Comme on le voit, les travaux de ce congrès ont été extrêmement fructueux et l’Internationale ouvrière a retrouvé dans le prolétariat français son ancien et héroïque combattant pour les idéaux socialistes… »

        Et elle ajoutait dans cet article de 1905 « l’unification des socialistes français »:

        « …Les partisans de Guesde et de Vaillant eurent alors à assumer la tâche dure mais méritoire de combattre dans le socialisme français, d’une part, le courant opportuniste de Jaurès qui, en échange de concessions misérables et souvent rien moins qu’illusoires de la part du gouvernement bourgeois, reniait toute aspiration à un régime socialiste, et d’autre part les tendances anarchistes des ouvriers français qui, faute d’une conscience suffisante, voyaient dans le parlementarisme la source de tout le mal et se réfugiaient dans une conception fausse et abusive de la grève générale excluant tout autre moyen d’action… »

        Si la méthode Cambadélis, c’est s’agenouiller devant des gens qui n’ont fait que trahir le PS, et leur dire merci encore, il est légitime et démocratique d’exiger un congrès extraordinaire et immédiatement élire une nouvelle direction !

        Cette direction devra mettre ses pas dans les pas du grand Jaurès , et imiter nos camarades belges du début du siècle:

        Travailler à la réunification des courants politiques du prolétariat français dans un même parti.

        Est-ce que tout récemment encore, le Parti socialiste belge, malgré les tendances contraires de ceux qui acceptaient les alliances électorales avec les radicaux démocrates et de ceux qui les repoussaient, ne nous a pas donné l’admirable et encourageant exemple de sa concorde !

      4. @ Jacquot

        Avec la meilleur volonté du monde je ne vois pas trop où vous voulez en venir.

        « …Voilà qui me rappelle un certain François F, lequel affirmait lors de sa campagne être opposé à quatre candidats de gauche… »

        Sous prétexte que F Fillon souhaitait vaincre la gauche, fort logiquement, il ne serait pas possible, ce serait illogique, de formuler une critique de gauche en direction des chefs de la gauche ?

        C’est exactement se que disait Valls le printemps dernier vis à vis des frondeurs. A ma connaissance, depuis il n’est presque plus socialiste, les frondeurs le sont toujours.

        Vos allusions sont donc que je me comporte comme un filloniste ne sont donc pas convaincantes.

        « …La Vraie Droite™ c’était lui – attention aux imitations !… »

        Evidemment que la vraie droite c’était lui, et il doit être conforté dans cette opinion en voyant la danse du ventre de la droite de Juppé, pour se retrouver ministre de Macron.

        Evidemment historiquement Mélenchon est un politicien classé à gauche, mais franchement Jacquot, à quoi joue-t-il depuis un an, à nous seriner avec son peuple, le génie de sa nation, et sa candidature en solo ? Contre qui la France doit-elle être insoumise ?

        Si c’est contre les capitalistes français, qu’il le dise ! Pourquoi ne formule-t-il pas à un caractère de classe à sa révolution citoyenne ? Pourquoi le mot « socialisme » n’apparaît jamais sur ses documents programmatiques ?

        « … La Vraie Gauche™ c’est vous – attention aux imitations !… »

        Oui voilà vous avez découvert un truc ce soir. La vraie gauche c’est celle qui garde une faculté intacte de s’émouvoir, de dénoncer, de critiquer l’ordre établi .

    1. Désolé d’interrompre le fil de votre discussion, j’ai une vision déformée des choses puisque je suis l’un des marcheurs d’EM.

      Voici comment je résume ce qu’à fait E. Macron et qu’il continuera à faire. Je vais prendre l’image su slalomeur, le géant pas le spécial.

      Ce slalomeur part tout droit, ni à gauche, ni à droite, bla bla bla, mais on sent déjà le virage au gauche, mais à peine. A peine est-il à gauche, un planté de bâton sec, et au passage, on se débarasse de la gauche de la gauche, tout en gardant de la gauche de droite dans le sac à dos. On repart au Centre, on accueil Bayrou, qu’on met dans le sac à dos, et on repart à gauche. Bayrou râle, on avance tout de même. Une fois Bayrou réconforté (portefeuille promis), on vire à droite, et on embarque E. Philippe. Etc… L’idée, c’est de slalomer, de faire une prise de carre pour larguer les extrêmes et ne pas trop s’écarter du centre.
      Il est en train de refaire la même chose avec l’Allemagne et ses deux principaux partis. Il va essayer de fractionner le parti d’Angela en essayant de se débarasser du Schauble etc…

      A suivre…

      Dans notre circonscription, nous avons récupéré un parachuté du Modem, qui s’avère excellent. 31 ans, ouvert. Il gagnera sa circonscription face au candidat LR qui a eu tort d’appuyer F. Fillon, de ne pas faire comme Julien A, c’est à dire de demander de voter Macron, non pour Macron mais pour montrer à la parasite qu’elle en est une.

      J’espère que le PS va faire sa mutation, vers plus de réalisme, tout en restant combatif. Il reviendra au pouvoir dépoussiéré dans 10 ans, la France ayant été débarrassé de l’extrême droite.

      Les média semblent n’avoir rien compris à la petite musique Macron. Est-il pro ou contre le nucléaire ? C’est tellement évident que je me demande pourquoi je vous pose la question.
      Le prix de l’électricité va augmenter… faites attention à votre consommation de demain.

      Bon courage à tous ceux qui sont dans l’opposition constructive. Pour les dogmatiques, mettez vous au vert, n’y pensez plus, vous allez vous faire mal. L’opposition destructive, c’est mauvais pour le moral, pour la santé. Avoir raison trop tôt, n’est ce pas avoir tort tout de suite.
      Je vous l’avais dit Mme Michu !

  6. Ce que j’en pense ?
    Considère-t-il comme moi je le crois que la crise écologique représente ce qu’il y a de plus important pour l’espèce humaine présente et à venir ?
    Que la crise climatique et les migrations qu’elle va engendrer disloqueront bientôt nos sociétés ?
    Quand j’aurai les réponses à ces questions, je vous dirai ce que je pense de M. Philippe. Pour l’heure j’ignore s’il convient de passer du temps à se le demander. Hum ! c’est que pourtant je viens de faire en tapotant deux minutes sur mon clavier.

  7. Il me semble que l’occasion de cette vidéo a déjà été offerte ici . Je ne sais pas retrouver le billet où certains avaient déjà réagi à cette prestation .

    1. « Qu’en penser ? Vous me direz . »

      Pour ne pas dire trop de conneries , je dirai ( si je peux ) dans un an .

      Sur pièces , plutôt que sur sentiment et présupposé .

      D’autant qu’entre les désirs et même les volontés , et la réalité de la marche du monde , il y a de la marge .

  8. Il y a des totems et des tabous.

    Les totems, ce sont les places où il fait bon vivre, dont on sait qu’il n’y a pas de légitimité à ce que cela soit comme tel, mais dont on tolère l’existence, et qui soulagent notre inconscient: si jamais j’en suis, on pourra m’appeler bienheureux.

    Des marottes, il y en a de toutes sortes: bien au chaud à la SNCF ou EDF, on peut également se retrouver notaire, médecin du travail, ou haut fonctionnaire… Un bonne place d’ingénieur… Tout dépend du contexte social. En dresser la liste serait trop longue.

    En face des totems, les tabous. Alimenter ce monde de rêve, ça nécessite des travaux pénibles, sans grand intérêt, qui plus est peuvent être faits par des machines, permettant d’oublier à ceux qui font rêver qu’ils ne sont rien d’autres que des exploiteurs. Si on a une machine en face, c’est moins difficile à regarder.

    Aujourd’hui, on est contraint de s’attaquer aux totems pour que les tabous ne se révèlent pas encore trop de manière crue à la lumière.

    Hier, les professions libérales, aujourd’hui, avec ce juppéiste, les régimes spéciaux de retraite et les fonctionnaires.

    Mais quand on est obligé d’estropier la statue pour soulager les burineurs, rapidement, la statue devient un être immonde, et arrive le règne du chaos.

    Ainsi parlait l’Orang Outan.

    1. La Belgique a pris son parti de l’ultra libéralisme je dirais même un peu en avance sur la France, en loucedé (il y a même un mot en bruxellois qui existe, en cachette se dit en stoemelinks (phonétiquement : stouumelinks-links se prononce comme en allemand). J’ai vu des gens travailler dans le social (hôpitaux, aides à domicile) et croyez moi ça n’avait rien d’enviable.
      On peut tout faire passer aux Belges, ils n’ont pas la culture politique des Français, mais leurs élites ont tout ce qu’il faut de requins ; tout le monde l’a toujours su maintenant ça se voit.

  9. Strictement rien de neuf sous un emballage attirant:
    A été intronisé Young Leader, c’est à dire serviteur de l’empire américain.Promotion 2011, soit un an avant que son chef Macron l’ait été en 2012.
    En conséquence , va servir les intérêts de ses mentors!
    Est-ce qu’un beau garçon fera mieux passer la pilule amère de l’américanisation de l’Europe.
    A voir …

    1. Montebourg a aussi fait partie du programme Young Leader. On peut difficilement affirmer du chantre du protectionnisme franco-franchouillard que cela ait fait de lui un agent de l’américanisation de l’Europe.

    2. Un autre Young Leader du même genre que vous définissez: Dupont Aignan.
      Avec Montebourg ,ils servent d’acteurs indirects au système triomphant étant donné l’inefficacité observée de leurs positions.
      Ils agissent comme caution verbeuse, cela donne une crédibilité de façade à la pseudo-démocratie.

      1. Ahhhh, ça fait partie du « grand plan » alors, Dupont-gnangnan et Montebourg étant des agents américains sous couverture en quelque sorte ?!? Rohhh c’est vachement bien fait, sont fort ces ricains…

      2. Pas plus ridicule que ceux qui font de Mélenchon un agent russe. . . . . . Quand on fait des grimaces autant éviter les mirroirs 😉

  10. C’est lui qui est censé boxer, en allemand, avec Merkel ? KO d’office et retour en France avec oeil au beurre rance. Pour le reste une petite cuisine sans intérêt.

  11. Bonsoir
    Travail de pro!
    En face, tout le monde est médusé, ne voit rien venir et reste coi!
    E. Philippe est ministre jusqu’aux résultats des législatives. D’ici là, E. Macron et son gouvernement peuvent faire passer les ordonnances qui leur semblent essentielles.
    La mauvaise nouvelle, c’est la défaite du SPD et de M. Schultz: le gouvernement français qui comptait sur un possible assouplissement de la politique allemande n’a plus cet espoir . Il ne lui restera plus qu’à faire monter les extrêmes, gauche et droite, au moyen de mesures désespérantes pour le peuple des exclus de la mondialisation pour espérer modifier le plan Schauble…. Risqué!
    Ô mes amis, la gestion de la France façon Robert d’Artois, celle qui prévaut depuis des siècles, a du plomb dans l’aile. Pobrecito soi, comme disait Atahualpa Yupanqui.
    Cordialement

    1. D’ici là, E. Macron et son gouvernement peuvent faire passer les ordonnances qui leur semblent essentielles.

      C’est parfaitement inexact. Afin de procéder par ordonnance, le nouveau gouvernement doit faire adopter par l’assemblée nationale une loi d’habilitation, et au terme de la procédure doit faire adopter les décrets d’application. Impossible donc de faire passer la moindre ordonnance en l’absence de la nouvelle majorité.

      Il est en revanche rigoureusement exact que la défaite du SPD en Rhénanie-Westphalie signe l’arrêt de mort de l’espoir Schulz (sans « t »). Car autant dans les deux prédécentes régions perdues au profit de la CDU, le SPD avait l’excuse d’avoir des candidats qui avaient flirté avec l’idée d’une majorité avec Die Linke (la France Insoumise allemande), autant là la candidate était parfaitement dans les clous du positionnement officiel, et c’est donc un revers pour le nouveau président du SPD et aspirant chancelier.

      Il ne faudra donc compter que sur l’hypothétique maestria de Macron pour obtenir des changements significatifs en Europe.

      1. @ Julien Alexandre
        « Il ne faudra donc compter que sur l’hypothétique maestria de Macron pour obtenir des changements significatifs en Europe. »

        C’est à peu près ça, à la différence tout de même que Macron dispose d’UNE bonne carte dans son jeu. Est-ce suffisant, je ne suis pas sûr, mais elle a le mérite d’exister. Cette carte s’appelle Marine Le Pen.

        Plus précisément le fait qu’elle ait atteint le second tour et que, battue à plate couture, elle n’a tout de même pas été écrasée autant que son père l’avait été en 2002, sans compter le tiers des inscrits qui a refusé de se prononcer au second tour.

        Une assez grande partie des médias et des politiciens allemands mettent en garde sur le fait que si Macron échoue – c’est-à-dire si les résultats de sa politique ne plaisent pas aux Français – il est très probable que c’est Le Pen qui en profitera, d’où forte remise en question voire démantèlement de l’UE, ce qui serait très négatif pour l’Allemagne. Pour une version assez radicale de cet argument, voir par exemple « L’Europe et Macron – quoi qu’il en coûte »
        http://www.spiegel.de/politik/ausland/europa-und-macron-koste-es-was-es-wolle-kommentar-a-1147511.html
        « (Macron) a besoin de notre solidarité, parce que son échec serait la fin de l’Union européenne »

        Les Allemands qui sont sur cette ligne dénoncent déjà ceux qui pensent que l’élection de Macron est la fin de l’histoire, tout est bien qui finit bien, on peut revenir chacun à ses petites habitudes chéries. Ils affirment que cette élection n’est qu’un répit, que le succès du nouveau président français est tout sauf assuré, et qu’il est nécessaire que leur pays « bouge » vraiment pour que Macron ait une meilleure chance de réussite.

        Donc, qu’on ne soit pas trop exigeant envers la France quant au respect scrupuleux de la stratégie économique européenne, et surtout que l’on s’engage vraiment dans des réformes, attendu que même Schaüble reconnait que l’excédent des comptes allemand est excessif et qu’il serait d’ailleurs beaucoup plus faible si l’euro n’existait pas – ou s’il disparaissait.

        Ce souci et cette inquiétude persisteront-ils dans la durée ? Merkel et Schaüble en tiendront-ils compte ? Cela reste à voir, mais c’est au moins une possibilité.

    1. Maintenant que je sais que j’ai officiellement voté à droite je ne regrette pas non plus, je m’en serais voulu d’avoir voté PS sans le vouloir 😉

  12. Allez pas chercher midi à 14 heures. Monsieur a son Saint : Saint Rocard, le grand réformateur. Le plus malin de la bande comme l’a si bien nommé Friot.

      1. Et quand on fait le total de l’usage du 49/3 par le « gauche » et par le droite : quelle proportion obtient -t-on?
        Le dictateur Mélenchon non seulement voulait abolir le 49/3 mais rendre le poste dès la VIème établie. Les démocrates rocardiens diront qu’il mentait…

      2. Reste que Rocard à quand même eu des résultats. Le problème c’est que la même politique conduite aujourd’hui ne produirait pas du tout les mêmes effets, beaucoup de cliquets ont sautés depuis. Si je ne devais en garder qu’un au PS il aurait largement ses chances. Je sais ça va hurler quoâ! un insoumis rocardien!

        O tempora, o mores !

  13. On ne pense plus rien, on est assommés. Le temps des Trump est déjà là. En prologue de la fin d’un monde qui ne mérite pas de se prolonger.

    1. Une défaite électorale, et c’est le monde qui « ne mérite pas de se prolonger » ?

      Allons, aux grands mots les grands remèdes, il vous faut une petite liqueur bien forte, ça réveille 🙂 !

  14. Pour moi c’est clair que « (la République) en marche » est le nouveau parti de droite. La droite française a changé de nom et de leaders plusieurs fois, celle-ci est l’énième. C’est une révolte d’un coté générationnelle (les quadras en ont marre des séxas analphabètes numériques) et d’autre néoliberal, la vieille garde est trop attachée à l’ordre ancien de l’état providence.

  15. « …Finalement, le PS n’investit aucun candidat face à Valls dans l’Essonne
    Par Mathilde Siraud Publié le 16/05/2017 (Figaro)

    Épargné par La République en marche, qui n’a placé aucun candidat dans sa circonscription, l’ancien premier ministre est également préservé par Solferino (…)
    Valls a de grandes chances d’être réélu député de l’Essonne en juin prochain. «C’est la méthode Cambadélis, on s’agenouille devant des gens qui n’ont fait que trahir le PS», grince un autre cadre du PS. (…)
    S’il est épargné par la commission électorale, Manuel Valls est toujours sous le coup d’une procédure de sanction au PS. La commission nationale des conflits (CNC) doit se prononcer dans les prochains mois sur le cas de plusieurs centaines de socialistes qui ont parrainé ou appelé à voter Emmanuel Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle… »

    La seule résistance possible à la marche à un bonapartisme assumé, c’est comme je le dis chaque jour, un accord électoral des directions PS et PCF.

    C’est la base militante du PCF, son électorat resté fidèle, qui doit exiger de sa direction: aucun accord, aucun désistement vis à vis de la France insoumise, comme cela se fait à Marseille.

    Congrès extraordinaire immédiat, parce que la fin justifie les moyens ! Mélenchon n’est-il pas entrain de tuer le PCF ?

    C’est la base militante du PS, son électorat resté fidèle, qui doit exiger de sa direction: exclusion immédiate (et pas dans plusieurs mois (sic)) des renégats qui n’ont pas voté pour le candidat socialiste au premier tour de la présidentielle.
    Dehors les Hollande, Valls, Le Drian, Delanoé etc. !

    Congrès extraordinaire immédiat, parce que la fin justifie les moyens ! Hollande et Valls ne sont-il pas entrain de tuer le PS ?

    Le parti ouvrier révolutionnaire doit se construire à partir des locaux du PS, au siège de la rue Solférino, dans les structures et l’organisation existante, avec des socialistes restés fidèles au socialisme, et à ce titre fier d’avoir nettoyé le parti de ses corps étrangers et hostiles.

    Si la méthode Cambadélis, c’est s’agenouiller devant des gens qui n’ont fait que trahir le PS, et leur dire merci encore, il est légitime et démocratique d’exiger un congrès extraordinaire et immédiatement élire une nouvelle direction !

      1. @ RV

        Vous voulez dire les frondeurs au PS ? Les militants du PCF qui contestes la ligne de Pierre Laurent ?

        Cela ne suffirait pas !

        Non, il faut que les opposants dans le PS et le PCF profitent de la crise aiguë dans leurs partis pour prendre le pouvoir. Cela non pas après les législatives, mais avant, maintenant. Je vous assure que cela est parfaitement possible. Il règne à la base chez les simples élus, et chez les militants, une colère froide et un sentiment de gâchis incroyable. Comment pourrait-il en être autrement, les chefs n’ont pour seule orientation que la résignation !

        la seule manière d’éviter le raz de marée d’En Marche qui arrive, c’est que ces deux directions ouvrières nouvellement élues, s’unissent et électrisent la jeunesse et le prolétariat:

        Travailleurs, jeunes, ce n’est pas vous qui êtes responsable de la situation où se trouve la gauche. Ce sont les hommes et les femmes résigné(e)s que nous venons de chasser du poste de direction de nos organisations.

        Ces trente dernières années, la gauche s’est embourgeoisée, la gauche s’est peu à peu convaincue que la seule politique possible, était celle de s’adapter au système capitaliste. Les deux directions sortantes, parce qu’elles ont collaboré avec les puissants, ont peu à peu perdu la confiance des petits. Voilà la triste vérité !

        Si les directions de la gauche n’avaient pas trahi, il n’y aurait pas de mouvement En marche ou Insoumis, il n’y aurait pas de Front National.

        On ne peut pas résister dans la collaboration de classe ! Nous vous proposons une orientation lutte de classe !

        Nous avons pris nos responsabilité, nous avons chassé de nos organisations ceux qui méticuleusement et sournoisement creusaient jour après jour un fossé toujours plus grand entre vous et nous. Ceux qui ont amené nos partis proche de la mort clinique.

        Ce n’est pas parce qu’un équipage d’avion irresponsable, abandonne le pilotage, et saute en plein vol en parachute, que nous, passagers comme vous, nous devons nous résigner et aller au crach !

        Ensemble nous vous appelons à un sursaut. Ensemble nous vous proposons de reprendre la maîtrise de notre avion.
        Renouons avec les combats de classe de nos anciens, ensemble élisons une majorité de députés de nos partis de gauche historique, le PS et le PCF.
        Non seulement nous abrogerons la Loi Travail des Hollande, Valls, El Khomery, de plus nous irons jusqu’à une crise politique majeure dans le pays, mais le monarque Macron (et son premier ministre de droite), ne toucherons pas à un cheveux d’un jeune ou d’un travailleur.
        Ils n’atomiseront pas nos conditions de vie et de travail, en aucune manière, ni par la négociation, ni à coup d’ordonnances.

        Il faut se battre maintenant, après il sera trop tard, c’est maintenant qu’il faut tout faire pour que le nouveau président Macron n’est pas une majorité à sa main dans la prochaine assemblée nationale.

        Il faut la tenue d’urgence de deux Congrès. Faites remonter les motions, faites entendre votre voix, c’est votre droit, c’est votre intérêt.

        Soyez réalistes demandez l’impossible !

  16. Le nouveau président, E. Macron, avait laissé entendre qu’il ferait appel plus largement aux représentants de la ’société civile’, qu’en sera-t-il réellement ?
    La nomination de Monsieur Edouard Philippe, plutôt de droite, tendance Juppé, laisse penser que le nouveau président cherche à convaincre les électeurs votant à droite de le soutenir, sinon à provoquer l’éclatement du parti LR.
    Une chose est toutefois à remarquer, c’est que ce nouveau premier ministre est issu lui aussi de l’ENA, attendons de voir ce prochain mercredi comment sera articulé le gouvernement lui-même.
    Une chose est sûre en tous cas, c’est que le partage de la France selon une ligne verticale délimitant la Gauche de la Droite a vécu; il faut maintenant prendre conscience d’un autre partage, – et cette élection présidentielle l’aura mis en évidence, c’est le partage Inclus-Exclus.
    Les inclus sont ceux qui ne souffrent pas vraiment des effets de la globalisation, ils occupent des postes de bon niveau, bien rémunérés, vivent en centre ville de grandes métropoles, ils se sentent donc bien représentés par tous ceux, de quelle que couleur politique qu’ils soient, dès l’instant qu’ils semblent émerger de ce milieu des ‘inclus’.
    Les exclus sont ceux qui se sentent rejetés du système, ils sont sans emplois ou occupant un emploi peu valorisant et peu rémunéré, ils vivent loin des centres ville des grandes métropoles car leurs revenus modérés ne permettent pas de vivre ailleurs.
    Les suffrages allant vers France Insoumise ou vers le Front National ne sont que ceux-là, il serait regrettable de la part de la nouvelle présidence et du nouveau gouvernement de ne considérer que le côté ‘populiste’ de ces trop nombreux déçus de la globalisation et des politiques menées depuis plus de 30 ans par Gauche et Droite confondues; ils ont avides de considération, que l’on se penche enfin de manière efficace sur le fond de leurs problèmes, mais cela sera-t-il possible sans représentants issus de ces mêmes ‘exclus’?

      1. @Juannessy
        Nous verrons après les élections législatives, mais il est une constante depuis très longtemps, que les classes populaires (salariés, employés) ont toujours été sous-représentés, même lors des législatives dites de ‘gauche’.
        Il n’est que voir la liste des députés selon les catégories socioprofessionnelles :
        http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/cat_soc_prof.asp?legislature=14

        https://www.cairn.info/revue-cites-2004-2-page-41.htm

        Concernant l’ENA, je suggère que Paul Jorion puisse y enseigner l’anthropologie politique.
        Cela pourrait permettre de mieux mettre en perspective le cursus actuel, uniquement centré sur la gestion étatique, lui permettant ainsi de former également sur les réalités du vécu de ceux qui seront les administrés de ces futurs ‘têtes d’oeuf’.

      2. Ça fait déjà quelque temps que j’avais remarqué qu’il n’y a pas de chômeur élu au parlement .

        Ma question ne visait d’ailleurs pas une « représentation » réduite à son icône institutionnelle . Elle appelait plutôt l’écho qu’en a renvoyé Pierre en indiquant que la « représentation » , ça se fabrique par la mise en commun , auprès de tous les niveaux d’action ou de responsabilité .

        Je ne méconnais pas ce qui se dit des énarques ou , plus exactement de leurs « représentants » . J’en connais d’assez nombreux par contre qui ignorent beaucoup moins que la plupart de ceux qui interviennent ici , la trivialité et la misère d’une bonne part de la population ( des préfets et des sous préfets en particulier , parce qu’ils y sont confrontés tous les jours ).
        Parfois , ils sont aussi ingénieur simultanément , comme Martin Hirsch .

        Ce qui n’enlève rien à la nécessité de se soucier du recrutement et de l’enseignement à l’école . Mais ne jetez pas les têtes bien faites avec les têtes d’œufs .
        Sauf à le faire aussi ( l’œuf) .

  17. Faudra-t-il attendre le bruit sourd des bombes, pour qu’au fin fond de la campagne, dans les cités où la vie sait encore un peu resplendir, on se dresse au garde-à-vous à l’écoute d’une voix improbable à la radio, venu d’on ne sait où?

    Les bombes sifflent déjà dans le ciel, sans même qu’on les entende. Elles n’ont pas encore meurtri les femmes et les enfants, mais elles s’impatientent.

    Un sursaut d’orgueil n’est pas ce qui précède la chute! C’est de ne rien ressentir, sauf son petit confort, qui tue.

    A quand des grands généraux du peuple libre, pour les guider au travers le désastre qui flétrit les visages, et qui assombrit l’éclat du soleil!

    Il n’est plus temps de faire de la politique! L’heure est à l’action!

    L’échiquier du pouvoir est devenu une mascarade, dans laquelle ceux qui s’en nourrissent sauvent leurs meubles en nous menant à notre perte! La guerre est la seule option qu’il leur reste pour nous faire avaler, une fois les nôtres ravagés, la fumeuse théorie de la Destruction Créatrice de Schumpeter!

    Il est temps de dresser la tête, de regarder le visage de l’oppresseur, et de lui apprendre à travailler les trois huit le restant de ces jours.

    Debout, les damnés de la terre!

    Voilà, c’est un cri du cœur.

    1. @ Antoine

      « Il n’est plus temps de faire de la politique! L’heure est à l’action! »

      Mais la seule manière d’être en action dans la cité, c’est justement de faire de la politique.

      Vous pensez peut-être à la rue, à la révolution, lorsque vous opposez politique et action.

      Mais c’est justement à ce moment précis, qu’il faut avoir du flair politique, pour ne pas se tromper du choix du coté de la barricade, de savoir en dessous de quel drapeau se placer.

      les erreurs que nous commettons tous en ce moment n’ont pas de conséquences, bientôt dans la rue …

      1. Eninel,

        Merci pour votre réponse. Il se trouve que ce cri de colère est né après vous avoir lu au sujet des carabistouilles pour le bien être de Valls.

  18. @ Juannessy

    Pour être représenté, il faut avoir une idée de qui on est soi.
    J’interviens parce que l’exclusion sociale je sais ce que c’est et je suis à peine protégé d’y retourner.
    Pourquoi tous les allocataires sociaux ne descendent pas dans la rue en masse, jamais?
    Parce que quand c’est votre cas vous avez deux choses à faire, ne pas devenir fou et boucler le mois à partir du premier.
    Même des Blacks américains ne se faisaient aucune illusion quand à la possible élection d’un Sanders.
    Pourquoi est-on attiré par des soi-disant extrêmes? Parce qu’on ne sait pas tout simplement ; une culture politique ça s’apprend et il s’agit bien d’une culture, pas d’une sous culture. On sait trop bien ce que recouvre cette signification aujourd’hui du mot culture ; quelque chose réservé à une classe et pas aux autres.
    Des gens parfois décident de se prendre en main, comme dans ce documentaire génial.
    https://www.youtube.com/watch?v=ywfUEdyAgYk
    Ou comme moi. Et on est toujours sur le fil.
    Si je n’avais pas reçu une avance sur héritage de mon père, moi à qui on vient de couper les vivres, je ne saurais pas écrire ces lignes, ni vous lire, d’autres priorités m’attendraient.
    Un jour j’ai lu qu’une femme ayant voté pour Chavez au Venezuela, une fois celui-ci élu, votait à droite.
    La France pour aider les plus démunis à de très nombreuses associations, mais ça n’en sort pas les gens, sauf exceptions (il y en aura toujours). Le pouvoir préfère ça une révolte populaire.
    Rien de ceci n’est vraiment prêt à changer à mon avis.
    Le clivage est devenu celui-ci, travail, pas travail ; binaire et brutal comme le monde qu’on sait.

    1. A lire par celles et ceux qui nous représentent .

      Je comprends très bien votre toute première phrase .

      Je suis moins sur de la toute dernière .

      La démocratie dont je parle parfois passe par des choses telles que celle que révèle votre lien .

      Les solutions par la réunion , toujours .

      1. Oui, excusez moi, je suis souvent un peu vif oubliant qu’heureusement il y a des nuances.
        Ce fut le but premier d’internet (vite détourné) que la mise en commun en accès libre, c’est un outil auquel je dois beaucoup.

      2. Rangez moi donc ces excuses et proposez donc à Juannessy d’aller parler nuance à un banquier avec un compte à découvert.

      3. Je n’avais pas compris de quoi il fallait que j’excuse Pierre , mais , que je sois ou pas à découvert , je ne parle jamais de nuances ou d’excuses avec un banquier .

        Depuis toujours .

        Ni avec un curé , depuis ma première communion , qui a été mon dernier acte de foi catholique .

        Le gouvernement nouveau est arrivé . A suivre .

      4. Hulot à gauche, le porte feuille à droite.

        Un gouvernement construit pour durer. Comme quoi le mouvement En Marche est optimisme quant à sa capacité de rafler une majorité absolue lors des Législatives.

        A priori le PS n’est pas dérangé d’offrir deux ministres de poids à un gouvernement, non pas social-libéral, mais carrément libéral.

        Ne faudrait-il pas, au nom de la démocratie, de la clarification politique, d’un dernier espoir que le PS puisse avoir au moins un groupe parlementaire suite aux élections, d’exclure immédiatement ces ministres du parti ?

        Et bien non, le suicide continue !

      5. Moi ça me fait l’effet inverse Eninel, des nominations aussi axées sur l’effet qu’elle produiront sur la résultats des législative me laisserais penser qu’il règne une certaine fébrilité à ce niveau la. Et que les masques tomberont suite à un remaniement express post législatives déjà programmé pour mettre fin aux mouvements de rue qui bloqueront le pays à la rentrée.

      6. @ Dup.

        Evidemment nous sommes tous aujourd’hui dans l’expectative, mais à mon avis si Macron, et le groupe d’énarques-technocrates qui forment son véritable gouvernement, témoignaient d’une certaine fébrilité, ce serait plus au regard de ce qui ce passe aux States, plutôt que des incertitudes quant à la politique française.

        Si le Don Jones tousse, c’est la finance internationale qui va vite s’enrhumer, rendant caduc toute réformes libérales paisibles et négociées en France, comme les espères Macron.

        Même tes espérances de « mouvements de rue qui bloqueront le pays à la rentrée. » sont hautement hypothétiques, il me semble.

        Peut-être une ou deux journées molles en guise de couverture pour les bureaucraties syndicales cet automne, peut-être cet été les anarchistes tentant de peindre les centres villes à la couleur de leur nihilisme, mais immédiatement peu de chance d’un embrasement général. Les héros sont fatigués !

        Fatalement les masques tomberont un jour, c’est sûr.
        Il y aura clarification des positionnements politiques des uns et des autres.
        Mais immédiatement c’est le désarroi chez les travailleurs, ils sont comme un boxeur sonné, à moitié assommé par les coups qui pleuvent, sentant aussi confusément que le coach est peut-être un peu « relou », pas à la hauteur et même un petit peu vendu !

        Quand le prolétariat se réveillera, les ordonnances estivales seront passer comme une lettre à la poste. Celles ci (avec la Loi Travail) l’auront tellement atomisées ce prolétariat, renvoyer chacun à des micro-batailles entreprise par entreprise, service par service, qu’il faudra du temps pour refaire l’unité.

        Il faut se rendre à l’évidence, nous n’avons pas su vaincre la bourgeoisie dans les urnes, je ne vois pas pourquoi nous serions plus doués dans la rue.

        Si les marchés tiennent, c’est le rouleau compresseur Macron, dans l’Europe.

        Si les marchés craquent, c’est le rouleau compresseur Lepen-Sarkozy dans l’hexagone.

        On a pas finit de parler dans les livres d’histoire, de cette direction du PCF bouffée par un ambitieux anti-socialiste !
        De cette direction du PS, interdite devant la mutinerie de son appareil, passant arme et bagage chez le camp d’en face, sans même qu’elle lève le petit doigt !

        Les jours devant nous sont sombres, et la seule bonne nouvelle, c’est un intellectuel comme Paul Jorion qui se met à s’intéresser au mouvement ouvrier belge.

        Mais Bruxelles ne s’est pas fait en un jour !

        Bonne soirée camarade Dup.

  19. J’ai regardé la vidéo. Bon ,il est jeune, intelligent, plein de vitalité, c’est clairement un gars « qui n’en veut » (et qui ne le cache pas).
    Ca sent bon la politique politicienne. Les petits calculs, les ambitions débridées. Enfin rien de bien nouveau si ce n’est que quelques règles de ce monde sont en train de bouger: Aujourd’hui, on peut accéder au grand succès de plus en plus jeune. C’est la génération Google. Le rêve américain touche enfin la France !(faut quand même encore avoir fait l’ENA dans « le milieu »).
    Promis après cette vague de « super ego », on s’occupera du changement climatique!

  20. @Dup
    Ouiii, super concentré, ya même plus de ministère du logement…… !
    En revanche l’action EdF dégringole suite à la nomination du Hulot…

    1. Reste à savoir si c’est parce que l’on craint la fermeture des centrales ou de devoir financer le re-carénage…. ça c’est juste pour le plaisir de rentrer dans votre jeu de dupe (ou plutôt de celui qui a tweeté l’info tronquée que vous reprenez) . La réalité c’est que le CAC perd 1,84% (à 19h27et qu’EDF est pas la seule à baisser. Le put juin a 5250 prend plus de 105% en parallèle…. Certes EDF tient la tête à -6,3% mais la foncière des régions perd également plus de 5%, ST micro -4,23, ubisoft -3,79 etc… Les marchés seraient ils insensibles aux sirènes macroniennes ?…

      1. Incroyable a quel point on prend les gens pour des cons, France Info en fait carrément un article :

        http://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/la-nomination-de-nicolas-hulot-au-ministere-de-la-transition-ecologique-plombe-le-titre-edf_2195420.html

        La réalité :
        16/05 ouverture 8,82
        16/05 fermeture 9,42
        soit + 6,8% sur les précédentes 24h, plus de 9% si l’on remonte sur 3 jours.
        On prend tout simplement ses bénéfices chez les copains de Macron…

    2. J’ai connu une époque où le MATELT regroupait une bonne majorité des fonctions gravitant autour de Urbanisme , Aménagement du Territoire , Politique de la Ville , Transports , Mer , Logement , Tourisme , in fine Environnement ( on disait à une époque Cadre de Vie).. C’est vous dire si on a du développer des polyvalences dignes d’un anthropologue …ou d’un ingénieur sur le territoire !

      Bien évidemment le Logement n’a pas disparu . Il est parti avec la Politique de la Ville chez Richard Ferrand à l’Aménagement du Territoire , très naturellement .

  21. Un gouvernement de tièdes sans saveurs pour des tiédasses ! Logique qu’on s’aime entre soi ! A bientôt lors de la prochaine vague pour se marrer à bon compte car dieu vomi les tièdes !

  22. jusqu’à récemment j’avais encore un peu d’espoir de voir le libéralisme s’émousser, voire disparaitre. Mais voilà les années passant (ça fait quand même dans les 34 ans que ça dure) mon âge avance (34 ans de plus c’est pas rien)… et la chance de voir de mon vivant autre chose que le libéralisme devient irréel.
    alors le pessimisme s’installe, voire la désespérance, l’impression de se battre contre des moulins…
    c’est là que Mélenchon rentre en scène. Et alors là c’est le comble de tout puisque son grand projet c’est de faire disparaitre la gauche du paysage français, et d’installer : nationalisme, drapeaux tricolores, sectarisme, unicité et adhésion sans nuance pour un chef autoproclamé… insultes a tout ce qui ne s’agenouille pas devant ce grand chef.
    Au fait nous sommes en France en 2017 ou en Chine années 1960 ?

    Autre hypothèse : Mussolini (né en 1883) socialiste par tradition familiale et de sa région d’origine, combattit aux côtés des socialistes durant 18 ans, rédacteur en chef dans les principaux organes de presse du PSI, ayant condamné le colonialisme, vouant le réformisme aux gémonies, lutta aux côtés des grévistes, agitateur révolutionnaire… enfin quoi eu 18 ans de fidélité à ce qu’on nomme habituellement la gauche… fut un jour en colère contre ses camarades qui n’avaient pas soutenu une révolte ouvrière à la hauteur de ce qu’il espérait.
    Alors il créa un mouvement de gauche dans son programme (nous sommes à la sortie de la guerre, 1919) « les faisceaux de combat ». Mais voilà la gauche bouda se mouvement. Alors contre son projet premier il se tourna vers la droite…
    en 1922 il prit le pouvoir.

    1. Plus prêt de nous, Doriot: de l’extrême gauche communiste anti-colonialiste et surtout anti-militariste pour finir stipendié des nazis.
      A noter: le socialiste Mussolini était payé par les services français ( et peut-être anglais). Son activité brouillonne écartait l’Italie de la guerre du mauvais côté.

    2. On a eu Clinton comparant Poutine à Hitler, on a Stasse comparant Mélenchon à Mussolini etc. Ce n’est pas le PS qui vous a roulé, vous vous êtes fait roulée par le PS, vous en redemandez, vous verrez bien… Je constate que les jeunes sont et chez Macron et chez Mélenchon, pas sur qu’il s’agisse des mêmes type de jeunes. L’émoi provoqué par l’écart entre ce qu’a développé Jorion et ses prises de parti en acte, indique plus une déception qu’une analyse justifiant cet écart, puisque les justifications par l’auteur n’ont pas levé l’embarras. C’est donc qu’il y a de l’indicible à éclairer l’écart ; l’informulable sera-t-il formulé un jour…autrement que par la production personnelle de ceux que l’écart a interpellé, même pas sûr, l’embarras ne produit pas forcément analyse de l’embarras, mais le plus souvent soulagement en acte par le débarras.

      1. Rosebud1871 dit :
        18 mai 2017 à 11 h 05 min
        « … L’émoi provoqué par l’écart entre ce qu’a développé Jorion et ses prises de parti en acte, indique plus une déception qu’une analyse justifiant cet écart, puisque les justifications par l’auteur n’ont pas levé l’embarras. C’est donc qu’il y a de l’indicible à éclairer l’écart ; l’informulable sera-t-il formulé un jour…autrement que par la production personnelle de ceux que l’écart a interpellé, même pas sûr, l’embarras ne produit pas forcément analyse de l’embarras, mais le plus souvent soulagement en acte par le débarras… »

        Pas compris ! Et je ne suis pas sûr que si tu balances ce charabia savant à Méluche il comprenne mieux que nous !

        Pour le reste la camarade Annie ne compare pas un populiste de gauche d’avec un fasciste: « Stasse comparant Mélenchon à Mussolini », elle dit très justement qu’il y a des risques de glissades étonnantes en politique, et que si vous, les inconditionnels de la France insoumise, vous voulez éviter à votre leader ce type de glissade, tenez le à l’œil !

      2. Si je comprends bien Rosebud, je le rejoins: il y a eu un grand émoi à voir Monsieur JORION tourner le dos à FI, au seul prétexte que ce Monsieur MELENCHON est nourri par la folie des grandeurs, à mettre dans le même sac que des Poutine, des Mussolini et des Hitler. En un mot: le délit de sale gueule.

        Et même si on ressent au travers ses billets, que finalement
        Macron et les siens, ben ça reste des fascistes en col blanc, difficile à comprendre. Et c’est peut être compliqué à expliquer pour Monsieur JORION… Indicible même.

        Car si il y a des bonhommes fou de guerre de toute part, reste plus qu’à se tourner vers les idées et le programme.

        Pour le coup, FI et EN MARCHE, ben pas photo.

        Mais bon, moi j’ai ravalé ma salive. Après tout, il me paraît un côté anarchiste dans cette démarche qui est loin de me déplaire.
        Et si je connais personnellement un « connard », ben je vote pas pour lui, et j’encourage pas à le faire. Donc finalement, je peux comprendre.

      3. Eninel 18 mai 2017 à 11 h 45 min,
        « Pas compris ! Et je ne suis pas sûr que si tu balances ce charabia savant à Méluche il comprenne mieux que nous ! »

        Normal, vous ne faites pas partie du club des avertis. Et pas besoin d’être initié pour faire partie de ce club.
        Votre « nous » est de trop, dites « je » « moi ».
        En conséquence demandez à Mélenchon ce qu’il en pense. Je ne suis pas son porte parole.

      4. Rosebud1871 dit :

        « …Votre « nous » est de trop, dites « je » « moi »… »

        A voir, Annie non plus n’a pas compris !

        Proverbe polonais: Quand à la fin d’une soirée un peu arrosée, deux amis te disent d’aller te coucher, va te coucher !

    3. Juste au cas ou vous ne seriez pas au courant les élections présidentielles sont terminées. Rassurez-vous c’est lepen qui est arrivée au deuxième tour et pas Mélenchon… Ceci dit c’est Macron qui a gagné et à votre place je m’inquièterai vu qu’il met en place subrepticement le programme de Mélenchon 🙂

  23. Concernant M. Le Maire, n’était-il pas en désaccord sur la « création monétaire » avec la position développée sur le blog ? (Il me semble l’avoir lu ici ou me goure-je ?)

  24. Le très catho réac Bruno Le Maire à l’économie.
    Faut-il s’attendre à un STO remis au goût du jour ? La compétitivité pour le Medef ça compte énormément, à n’importe quel prix casser la gueule à la classe ouvrière.

      1. Moix et Burggraf : quand le vernis de la culture saute qu’est-ce qui reste ? L’épisode avec Philippe Poutou et plus qu’affligeant.
        Deux cons méprisants et méprisables.

  25. « …Cambadélis dénonce un gouvernement « pour faire passer les lois de droite au canon »

    Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis dresse aujourd’hui un véritable réquisitoire contre le premier gouvernement du quinquennat d’Emmanuel Macron, estimant que son objectif est de « bâillonner l’Assemblée pour faire passer les lois de droite au canon ».

    « Le gouvernement a une apparence, mais il a surtout une réalité, tenter de donner à Édouard Philippe, premier ministre de droite, une majorité absolue à l’Assemblée nationale. L’objectif est de bâillonner l’Assemblée pour faire passer les lois de droite au canon », déclare M. Cambadélis au cours d’une conférence de presse au siège du PS.

    « Il n’y a pas de ministre socialiste au gouvernement. … » (Figaro net)

    Il y a seulement deux jours sur la même source:

    « . ..La commission nationale des conflits (CNC) doit se prononcer dans les prochains mois sur le cas de plusieurs centaines de socialistes qui ont parrainé ou appelé à voter Emmanuel Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle… »

    J Y Le Drian et Gérard Collomb, pour ne parler que d’eux, sont bel et bien membres du PS.

    Cambadelis ment, il est dans le déni, il est grand temps de le mettre au repos !

    Je ne développe pas, mais on aimerait bien la publication d’un avis de recherche dans tous les commissariats du pays pour retrouver les dénommés: Aubry, Hamon, Montebourg et consorts !

  26. @Eninel
    merci de savoir lire, sans déformer. J’en profite pour vous dire que j’avais lu et apprécié vos commentaires précédents.
    @Rosebud1871 sympa le « Stasse » quand les gens indiquent un prénom. Mais rien compris. « ce qui se conçoit bien s’énonce aisément » vous ne devez pas être dans ce cas.
    @Dup ah ? si Mélenchon est pour la loi travail, en accord avec Le Maire son cas s’aggrave pour hypocrisie plus affirmée encore que je ne l’avais perçu. à moins qu’il s’agisse d’un mauvais humour de votre part ?
    Ce qui est clair et répété sans cesse par JLM est : je veux détruire PS et PCF. Ce qui est presque un honneur car il n’a pas prévu de détruire le NPA ni les anarchistes ni LO, etc.
    @daniel : oui et merci pour l’exemple Doriot. Quant à Mussolini payé ??? auriez-vous des références ?

    1. Je ne suis pas plus intime de Clinton que de vous, vous n’avez rien compris puisque comme Eninel quelque chose vous en empêche. Vous êtes encartée au PS, et Mélenchon ne dit pas qu’il veut « détruire » le PS. Il a dit « Je ne veux pas affaiblir le PS, je veux le remplacer ». Nota Bene : Si dans votre ciboulot votre appartenance au PS et votre mauvaise lecture de destruction implique que Mélenchon veut vous détruire, je comprends vos affects.
      Pas besoin de détruire le PS il fait très bien ça tout seul. La vraie question est que Mélenchon veuille le remplacer. Si c’est pour faire pareil, pas la peine.

      1. @Rosebud1871
        d’où tenez vous que je sois au PS ?
        projection de vos haines.
        quant à remplacer : cela comporte la destruction.

      2. Annie Stasse 18 mai 2017 à 16 h 55 min

        « d’où tenez vous que je sois au PS ? »

        J’ai le souvenir de vous avoir lu témoigner que vous aviez quitté le PS avant que Mélenchon le fasse mais que vous y étiez retournée. Je peux rechercher ! Et J.A. Alexandre va me traiter de Stasi ou autre !
        « Projection de vos haines » Vos diagnostics montrent que vous ne savez pas de quoi vous parlez, ni à qui vous parlez. Pour vous éclairer sans doute en vain :
        http://www.pauljorion.com/blog/2015/12/28/analyse-du-projet-de-loi-constitutionnelle-2-la-decheance-de-nationalite-par-cedric-mas/#comment-587088
        Z’auriez pu au moins vous excuser d’avoir cité de travers Mélenchon, mais ce n’est pas le cas.
        Quand vous remplacez une ampoule, elle est déjà foutue. Mitterrand visait à réduire le PCF, il a réussi. Hollande n’a pas fait exprès pour le PS.

  27. « …«J’avais la place !» : les regrets de François Hollande

    Il a renoncé en décembre à se présenter. Aujourd’hui, François Hollande nourrit des regrets. «J’avais la place !», a confié selon L’Obs le président sortant devant quelques proches samedi dernier, à la veille de la passation de pouvoir. Au passage, François Hollande n’a pas été amène avec son successeur, jugeant le fonctionnement d’En marche ! «peu démocratique»… » … »

    Le président sortant à des regrets, les français non !

    Il considère le mouvement En Marche « peu démocratique ».
    A la limite il devrait avoir des regrets d’avoir voté dès le premier tour pour Macron, et contre le candidat de son parti politique, mais ces regrets il ne les formule pas, il regrette de ne pas avoir rempilé. Pauvre clown qu’il est !

    En guise de redomption, qu’il ne manque surtout pas d’user de tout son prestige au PS, pour exiger de la direction Cambadélis, d’exclure les éléments qui fricotent dans le gouvernement et sur les listes EM, avec le « peu démocratique » tyran Macron.

    Une fois fait, comme le faisait les dignitaires romains vaincus, qu’il se fasse couler un bon bain, qu’il boive un dernier verre de vin, et qu’il parte dignement et silencieusement.

    1. Avant de revenir plus tard sur le « gouvernement » nouveau,une chose concernant le Premier Ministre et
      une observation que je souhaite amusante.
      1-notre premier ministre appelle de ma part la remarque
      suivante.J’ai cru comprendre qu’il traitait avec pas mal
      de mépris nos services fiscaux.Ce n’est pas au niveau
      de ce qu’on est en droit d’attendre d’un premier
      Ministre..
      Espérons que le Ministre de la Justice sera en mesure
      de lui « faire les gros yeux » comme il convient,et comme
      c’est éventuellement son rôle.
      2-Quand j’apprends que Mr.Eric Woerth qualifie le
      nouveau gouvernement de « gouvernement de
      gauche »,j’en tombe de l’armoire.Cela doit faire rire
      aussi Paul Jorion.L’ancien Ministre est décidément
      très « typé »:membre du gratin national,et,aussi,
      disons,crème de Chantilly.

  28. Le bonaparte nouveau de l’impérialisme français au Mali:

    A bas Macron, A Bamako !

    Retrait des troupes française !

    La lutte contre le terrorisme islamiste à bon dos, la réalité des gesticulations pitoyables de cet impérialisme français n’est-il pas de nature économique ?

    La politique étrangère d’un gouvernement n’est-il pas le prolongement de sa politique intérieur ?

    Attention ces prochaines semaines à toutes ces forces politiques oppositionnelles, comme par exemple le Front National et la France insoumise, qui n’auront pas de mots assez durs contre M. Edouard et M. Emmanuel, mais qui paradoxalement se monteront assez discrets quant à la politique extérieur de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *