Que faire ?

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Vous vous souvenez du VIX, l’indice de volatilité sur le marché des options ? Je crois que je pourrais de la même manière créer le IFBPJ (Indice de la Frustration sur le Blog de Paul Jorion), je ferais le relevé des suggestions de passer de la formule blog à la formule forum, de l’indignation devant la Bourse qui grimpe quand les mauvaises nouvelles ne sont pas aussi mauvaises que prévu, des appels à l’action plutôt qu’au bavardage, etc. et je calculerais la valeur de l’indice. Je vais m’épargner cette peine car le résultat est connu : le IFBPJ a manifestement atteint la cote d’alerte.

La manière dont je réagis moi, vous pouvez l’observer ici en direct : je creuse deux questions, celle de la concentration des richesses et celle de la monnaie, et j’examine si elles sont liées, et si oui, comment ? L’urgence pour moi, c’est une théorie de la monnaie qui tienne la route. Je transforme ma frustration en énergie et je travaille furieusement à clarifier tout cela.

Ce qui ne signifie pas que les autres questions que vous me posez ne soient pas elles aussi excellentes et qu’il n’y ait pas d’autres choses à faire qui soient au moins aussi utiles. Je reprends trois idées au vol :

* Y aurait-il un bénéfice à ce que les gens que vous aimez bien parlent davantage d’une seule voix, débouchent sur des positions communes ? Je ne vais pas vous répéter les noms qui reviennent souvent quand vous me suggérez cela, vous les connaissez. Si c’est une bonne idée on pourrait étendre la liste internationalement mais il faudrait surtout trouver un moyen pratique de le faire.

* Faut-il approfondir mon idée de constitution pour l’économie, en travaillant collectivement et systématiquement à la rédaction d’articles ?

* Faut-il réfléchir à une formule qui serait au niveau de l’internet, l’équivalent des États Généraux ?

Je vous vois bondir sur vos plumes mais avant que vous ne le fassiez, une remarque : j’ai atteint personnellement la limite des vingt-cinq heures de travail par jour et donc toute suggestion qui implique que je fasse ceci ou cela en plus, tombera dans l’oreille d’un sourd très fatigué. Donc, à bon entendeur : à toute suggestion excellente de votre part ma réponse sera : « D’accord, et comment pouvez-vous, personnellement, contribuer à cette initiative ? » Allez, je ne vous retiens pas davantage : à vos plumes !

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

0Shares

54 réflexions sur « Que faire ? »

  1. J’ai passé une excellente journée à « La semaine sociale du Mouvement Ouvrier Chrétien » de Belgique francophone, journée consacrée au sujet « Crises et sorties de crises ». C’était une belle unanimité d’intellectuels de haut vol pour décrire les impasses et les méfaits du capitalisme. En résumé (nécessairement caricatural) : depuis 3 siècles, le capitalisme dominant a exploité les humains ; depuis 1 siècle il a exploité les écosystème naturels et on commence à en sentir les effet ; s’il a réussi à accumuler les richesses matérielles, le capitalisme aujourd’hui les détruit. Donc il faut réfléchir au nécessaire changement de paradigme. Ce dernier mot, regroupe des options qui vont du développement durable soft à qqchose qui ressemble à une objection de croissance hard. Cela ressemble furieusement aux idées qui s’échangent sur ce blog. Mais reste un point aveugle : comment y arriver, c’est-à-dire comment empêcher les actuels dominants de lâcher leurs privilèges ? Le plus concret des orateurs fut le plus âgé de tous, le père François Houtard, au passé glorieux (entre autres fondateurs du centre Tricontinental et initiateur de Forums sociaux mondiaux). Mais son présent est tout aussi intéressant : il est le seul non-économiste invité dans a commission Stiglitz lancée par le secrétaire général de l’ONU. Il nous a proposé des dizaines de pistes que je vous épargnerai mais aussi 2 infos utiles : ce que cette commission Stiglitz va probablement proposer est notamment remplacer le G20 par le G192 (nb de pays membres de l’ONU) et aussi de faire avancer un texte équivalent à la Déclaration des Droits de l’Homme. Cela pourrait s’appeler Déclaration sur les Biens Communs de l’Humanité mais je pense que cela tout aussi bien s’appeler Constitution pour l’Economie Monde ou un truc comme cela.
    Si je vous raconte cela c’est pour dire à Paul qu’il n’est pas tout seul, que son blog est un lieu parmi beaucoup d’autres où la prise de conscience des enjeux de l’heure enfle et se précise. Chacun à son rôle et que celui de ce blog est précieux. Si certains veulent en faire plus, il ne faut pas demander à quelqu’un qui vit à 10.000 km de chez eux de les prendre par la main pour les aider à agir. Le monde fourmille d’initiatives et chacun peut trouver chaussure à son pied pour la longue marche qui va commencer.
    Sans vouloir le commander, je suggère donc à Paul d’aller dormir avant la 25ème heure. Bonne nuit aux Européens et bonne fin de journée aux habitants du Nouveau Monde.

  2. Et bien il s’agit de trouver et retrouver exactement nos vraies marques en finance.
    Nous avons les compétences nécessaires, elles ne demandent qu’à se mettre au service de la Justice. Si l’on veut ne plus rester dans intentions, on a tous les éléments. Je sais que la « conversion » ne s’est pas encore faite dans toutes les têtes et que beaucoup d’entres elles luttent bec et ongle pour retrouver les délices des poisons encore en vigueur en 2006, mais consolidés cette fois…

    Mais les circontances exceptionnelles sont là, et le temps, en principe, travaille contre nos ennemis qui s’imposent comme nos « maîtres ». Ils ont la possibilité de maintenir artificiellement, aux frais de toute les sociétés productrices, la combinatoire financière qui dégage environ 20% de bénéfices (dixit en 2008 Jean Paul Fitoussi, pas moins! au sujet des banques américaines) par les seuls mouvements et mécanismes financiers, même dans un contexte où le chômage remonte en flèche et la pression de toutes les incertitudes écologiques et énergétiques s’intensifie. Les incantations et les exortations du G20 et les reprises en chœur de toutes les presses payées par cette même finance, les réactions des bourses, montreraient la marge de manœuvre que les tenants financiers du G20 ont encore (dans le réel ou dans leur imaginaire?). À présent, on a la chance que les réponses arrivent bien plus vite qu’avant.

    Paul écrit:

    « La manière dont je réagis moi, vous pouvez l’observer ici en direct : je creuse deux questions, celle de la concentration des richesses et celle de la monnaie, et j’examine si elles sont liées, et si oui, comment ? L’urgence pour moi, c’est une théorie de la monnaie qui tienne la route. Je transforme ma frustration en énergie et je travaille furieusement à clarifier tout cela. »

    Et bien voilà, c’est tout naturel et fécond. Sur cette base-là, l’on peut bâtir sans cesse et du meilleur, non pas pour l’ « Homme » mais pour les Hommes dans toute leurs diversités créatrices:

    http://www.michaeljournal.org/sign7.HTM

  3. Je crois que les 3 propositions sont formidables.
    Si je peux me permettre, la constitution pour l’économie rédigée en commun pourrait être le centre de tout.
    Cette constitution pourrait servir de programme commun à tous les gens de qualité qui comme vous ont déjà réfléchi longuement aux problèmes actuels et ont des solutions à proposer.
    Des débats pourraient s’établir sur les blogs des différents rédacteurs de cette constitution pour en même temps faire remonter d’éventuelles idées, exposer l’état d’avancement de cette constitution et en discuter les articles pour d’éventuels ajustements.
    Le plus important c’est que vous vous mettiez en contact avec des Lordon, Chouard et autres (y compris non francophones) en vue de cette rédaction. Je pense qu’ils seraient disposés à travailler à ce projet, sinon tant pis, il faudra vous y consacrer seul et avec l’aide de vos blogueurs.
    Une fois cette constitution écrite nous (le peuple) pourrions enfin faire pression politiquement pour a minima en faire passer quelques idées comme lois.
    En ce qui me concerne, si ce projet de constitution se met en place, je peux contribuer un peu plus généreusement sur le plan financier, par ex. 50€ par mois. Si 100 personnes sont identiquement disposées, ce qui n’est pas utopique, vous pourriez vous consacrer à ce projet sans souci financier.

  4. @ Alain A

    j’ai l’impression que le développement durable soft ou l’objection de croissance hard n’est pas à la hauteur des enjeux. Il s’agit plus d’un infléchissement que d’un changement de paradigme si je ne m’abuse. Mais peut-être que les changements doivent-ils se faire à coups d’infléchissements successifs après tout.
    Ce qui est sûr, c’est que de menues concessions faites par ceux qui managent aux fins de rester managers ne seront pas salvatrices. Ce n’est pas un peu de lest lâché qui va changer substantiellement le cours des choses. Il va donc falloir des gouvernants un peu, voire très couillus pour prendre des décisions à même de véritablement dessiner de nouveaux horizons. Mais tant que le marché domine, pour rester dans la métaphore, on n’est pas sorti de l’auberge.

    D’où, pour reprendre un fil précédent, l’urgence d’agir collectivement sur le registre des revendications. Avant de plonger au cœur de la technique monétaire et financière, il faut des grands principes. Et en la matière, pour rester sur le sujet de la monnaie, il me semble fondamental de revenir à une maîtrise publique, c’est-à-dire par la collectivité, seule garante de l’intérêt général, de la bonne irrigation du corps économique en fluide monétaire. Or, aujourd’hui, le bilan n’est pas reluisant: des années d’inflation monétaire dans la sphère financière conjugué à une contraction dans l’économie réelle. Alors, tant pour le contrôle de la masse monétaire que pour l’orientation du crédit, soit les banques centrales ont complètement perdu pied, soit elles le font exprès. Pour ma part, je pense que, comme tout est in fine politique, il est permis de dire que les intérêts privés ont supplanté l’intérêt général dans le pilotage du système. Ce qui revient à dire que les banques centrales sont suivistes et avalisent, par refinancement ex post, la création monétaire des banques privées. Autrement dit, le multiplicateur est en fait plutôt un diviseur. Mais je ne voudrais pas relancer ici un sujet polémique…Cependant, l’amateur pas encore vraiment éclairé que je suis est preneur de tout élément objectif.

    Je lisais Jospeh Pouemi récemment (« monnaie, servitude et liberté », 1978) qui écrivait qu’on marche vraiment sur la tête avec l’indépendance des banques centrales (je parle évidemment ici plus de la BCE que de la Fed). Il faudrait non pas des banques centrales indépendantes à l’égard des gouvernements mais des instituts indépendants au sein des gouvernements. Bref, il faut reconquérir la souveraineté monétaire !

    Pour reprendre une vieille métaphore: la monnaie est à l’économie ce que le sang est au corps humain; s’il en manque, c’est l’anémie, s’il y en a trop, c’est la congestion. Et il ne viendrait à l’idée de personne d’emprunter son propre sang. Alors, il revient à l’Etat, pour le service du bien commun d’assurer l’offre à la demande de monnaie pour qu’enfin l’économie soit au service de l’homme.

    bonne nuit à tous

  5. Oh, je vois que le Yéti a déjà bien avancé dans ce projet. Il faut vraiment que vous vous réunissiez pour formalisez tout cela messieurs les penseurs. 🙂

  6. @ Alain A
    « Mais reste un point aveugle : comment y arriver, c’est-à-dire comment empêcher les actuels dominants de lâcher leurs privilèges ? »

    Je suppose que les dominants devraient lâcher au plus vite leurs privilèges !

    La difficulté est bien là : ils ne vont pas accepter de bon gré, il va falloir monter et montrer une force telle qu’ils en aient peur et qu’ils lâchent leurs privilèges…

    En France, pour le moment, se prépare un 1er Mai unitaire syndical et politique : serons-nous assez nombreux pour dire que Sarkozy fait le contraire de ce qu’il faut pour résoudre la crise radicalement ?

    Peut-être que dans d’autres pays, où existe cette tradition du 1er Mai, fête des travailleurs (et non du travail ! comme certains le disent), il pourrait se monter rapidement de telles démonstrations populaires : il est important que nous puissions nous compter et faire voir que nous ne sommes pas dix bloggeurs derrière leur clavier à rêver d’un monde idéal !
    Les USA ont cette tradition… l’utiliseront-ils pour dire que le compte n’y est pas dans les aides attendues et que l’argent donné en revanche au système bancaire est un argent perdu, à payer par les contribuables pendant des années et des années ?
    Ils ne sont pas les seuls.

  7. Enfin des actes. Merci Paul!
    Il va falloir sérieusement se remuer les méninges et surtout communiquer l’information (je peux aider à ce niveau là) autour de nous: la création d’une constitution pour l’économie a démarré sur le blog de Paul Jorion. Cyber révolutionnaire!
    Il nous faudra le soutien d’autres « pointures » de l’économie, sociologues, philosophes, anthropologues etc…
    Les questions sont donc:
    -Comment mettre en place des Etats Généraux (le cerveau collectif) à travers le web sans surcharger Paul de travail?
    -Comment ouvrir le blog sur des personnalités extérieures? Faut-il une autre plate-forme et si oui, sous quelle forme?
    -Qui traduira les interventions sur le blog en anglais car il faut qu’elles deviennent bilingues?
    Toutes propositions seront les bienvenues car le temps n’est plus aux paroles mais à l’action.

    Ca c’est du lourd !

  8. Les privilèges des dirigeants ne sont pas tant maintenus par eux même mais par ceux qui croient ou espèrent pouvoir en faire partie et là on retrouve tous les joueurs au loto, les génies méconnus, les entrepreneurs ayant inventé le fil à couper le beurre etc… soit finalement la majorité de la population qui espère être « découvert » et un peu par certains des dirigeants qui masquent ou nient le savoir et pour laisser aux gens ordinaires ne pas voir les gens brillants qui ne sont qu’une minorité forcément par la force des statistiques et de la répartition naturelle. Ces derniers, brillants, sont soit à la disposition de ces dirigeants se gardant par la même le savoir soit s’ils ont moins de chance ou moins de relations ou enfin ne souhaitant pas se compromettre finissent par être relégués le plus possible, sans argent, sans moyen, sans visibilité etc… pour ne surtout pas faire apparaitre à tout le monde l’évidence et plutôt que de proposer de partager, leur laisser croire qu’il pourrait être autre chose qu’ils ont tout intérêt à maintenir les privilèges de ce qu’il croient qu’ils sont.

    http://www.youtube.com/watch?v=9z0h1NNk1Ik&feature=related

  9. Pour ce qui est du bilinguisme, un blog de Paul existe aussi en anglais à l’adresse http://www.pauljorion.com/blog_en pour autant il ne reprend pas tous les articles et parle aussi d’autre sujets. Les termes techniques poseraient à beaucoup des problèmes et Paul qui y parviendrait ne peut faire les trois 8 (ou plus) à lui tout seul. Pour ceux qui auraient des besoins de traduction faite une recherche « outils linguistiques » par exemple. Les principaux moteurs de recherche et barres d’outils de navigateurs de ceux-ci proposent des traductions qui peuvent aider mais cela ne permet que d’avoir une idée pour des personnes maitrisant tout de même l’anglais par eux même du à la complexité technique des propos de ces blogs.

  10. D’accord avec Moi dit. (Pas mal comme formule !!)
    Une nouvelle constitution me parait indispensable, et pourrait peut-être éviter de nombreux débats sur certains points techniques dans lesquels chacun reste sur ses positions sur les origines de tel ou tel fait.
    Détaillons l’ensemble des causes listées et trouvons dans la nouvelle constitution des moyens d’éviter qu’elles persistent ou ne se reproduisent.

  11. Paul a raison, a chacun sa part de boulot plutôt que de charger son sac à dos.
    J’ai réservé le nom de domaine http://www.lesamisdepaul.com pour y mettre un forum dont je suis prêt à financer le webmaster.
    Il faut préalablement
    1/ Que Paul marque son accord (il aura les clés du Forum) et ses éventuelles « conditions »
    2/ Qu’une structure de forum soit construite, c’est à dire divisée en chapitre, par exemple les 3 points repris par Paul (+ d’autres)
    3/ Qu’un modérateur soit trouvé pour chaque chapitre. Il devrait rédiger une courte introduction et ensuite veiller au bon déroulement des débats.
    Ceci, c’est la partie laboratoire; en fait une extension et une manière d’organiser autrement les débats qui ont lieu dans les commentaires .
    Si cela débouche sur des textes plus solides, un autre espace devrait être prévu. J’ai réservé le nom de domaine http://www.constitutionforeconomics.org pour cette éventualité.
    Si rien ne sort de ceci, les noms de domaines seront donnés à Paul ou iront à la poubelle. Un détail d’importance : je n’ai pas 25 h dans mes journées, j’ai déjà un boulot monstre, inutile de remplir mon sac à dos, mon apport c’est essentiellement d’ouvrir un espace qu’il y aura lieu de modérer (oui!..) ensemble.

  12. Les hommes ne veulent que deux choses: l’amour et l’argent.
    Le féminisme ayant tué l’amour, ne reste que l’argent.
    Ce que leur donne à merveille le capitalisme et ses petites magouilles.
    Vous ne voulez quand même pas tuer le dernier « plaisir » de ce bas monde, au nom d’un utopisme qui n’intéresse que les cassandres.

    La Bourse monte parce que l’argent coule à flot, que les banques vont faire de bonnes affaires sur le dos des pauvres et des chômeurs, sur le dos du reste du monde trop lent à la détente et surtout trop empêtré dans des affaires de principe que n’ont pas les américains. Ils sont pragmatiques et comme bon anglo-saxons, tirent les premiers.

    Nous paierons encore les maisons de leurs pauvres et les fortunes de leurs riches. Mais nous leurs devons bien une certaine reconnaissance de ne pas être tous devenus Nazis.

  13. * Faut-il approfondir mon idée de constitution pour l’économie, en travaillant collectivement et systématiquement à la rédaction d’articles ?

    * Faut-il réfléchir à une formule qui serait au niveau de l’internet, l’équivalent des États Généraux ?
    ————————————————————————————————————————————

    Ni l’un ni l’autre .
    Il faut réfléchir au projet de société . Internet est un bon support mais complètement insuffisant.
    Il faut donc un outil public de réflexion dédié au projet . Outil déployé à tous les échelons de la nation et impliquant tous les acteurs .. L’échelon local est essentiel et clé de nombreux problèmes.

    Il faut se départir de la culture exclusive de la sectorialisation de la pensée et passer d’une politique de la gestion d’un système à une politique de projet , de recherche du sens , de construction sociétale ; l’économie n’est pas le coeur de la société parce qu’en elle même elle ne donne pas le sens ; elle doit se plier à unez logique sociétale construite démocratiquement . Qui dit construction dit outil. Qu’avons nous donc aujourd’hui en terme d’outil prospectif global?

  14. Faut-il taxer les énergies fossiles et les matières premières renouvelables ou non, puisées gratuitement depuis des siècles dans la nature ?
    Oui, aussi.

    Peut-être faut-il que l’un d’entre nous à l’exception de Paul, qui doit se reposer un peu 😉 collecte sur ce site pour commencer, toutes les idées et propositions faites en les classant par thème, classe, sous classe et j’en passe comme le propose Vincent plus haut… Nous aurions déjà une base de questions. Nous avons déjà trois grands domaines : économie, énergie et environnement, mais on peut trouver d’autres structures comme le sous entend Di Girolamo…

  15. Bonjour,

    Est ce qu’il existe des contacts entre vous et Ars industrialis de bernard stiegler ?

  16. kabouli dit :

    17 avril 2009 à 09:16
    La Chine en avait eu l’idée, Chavez l’a réalisé. Le Sucre contre le dollar….

    Le lien de blogfinance que vous indiquez répercute ce qui pourrait, entre autres éléments, être un cadre débouchant sur l’application de ceci: (blog français)

    http://credit-social.over-blog.com/

  17. Paul nous dit : »Je vous vois bondir sur vos plumes mais avant que vous ne le fassiez, une remarque : j’ai atteint personnellement la limite des vingt-cinq heures de travail par jour et donc toute suggestion qui implique que je fasse ceci ou cela en plus, tombera dans l’oreille d’un sourd très fatigué. »
    Et il touche là un problème essentiel de la démocratie : le temps ! que chacun peut y consacrer ! Avec un autre problème par derrière ..ce serait donc ceux qui auraient le plus de temps qui nous dirigeraient ? et la majorité des mortels qui doivent bosser et s’occupper du petit dernier n’aurait pas droit au chapitre ? sinon par le fameux bulletin désignant une équipe ou l’autre?
    A bien y regarder ..sur ce blog ..ce sont beaucoup ceux qui ont …..du temps ! ..et on retombe sur cette fameuse représentation avec des pros et des experts aux manettes !….. Et qui dit expert dit gestion sectorielle ..et complexification ..et manque de temps ….et qui dit gestion avec une majorité silencieuse privé de temps dit lobbys ..dit sytème politique organisé pour gérer un système avec des lobbys et des majorité silencieuses privées de temps , d’argent , de pouvoir et bientôt , d’air , d’eau , de terres , d’espoir .

  18. Il n’y a pas que les grandes actions qui comptent. Chaque action, si minime qu’elle soit a son importance. Les petits ruisseaux font de grandes rivières.

    Quel est le noeud du problème ? L’argent, bien entendu…
    Or, si chacun continue à lui donner du pouvoir (le fameux « pouvoir » d’achat), l’argent continuera à circuler à flot.
    Et si pour chaque transaction en argent, la nouvelle nomenklatura ponctionne une part du gateau, alors le système en place continuera sans changement notoire…
    De ce fait, le système en place ne ménage pas ses efforts pour nous faire croire que tout passe par l’argent, que rien ne peux être fait sans lui, y compris même l’aide humanitaire, c’est tout dire !

    Mais voilà, tout cela est faux et archi-faux !
    Le pire, c’est que nous sommes de plus en plus nombreux à en prendre conscience que l’argent que l’on utilise – qu’on ne prend même plus la peine d’imprimer, ou dont l’encre n’est même pas encore sèche – ne vaut pas tripette ! Que cet Himalaya de dollars est ramené aujourd’hui à sa « valeur Weimar », celle de combustible ou de papier-peint, au mieux…

    Quelle contradiction !

    Les premières tâches que tout un chacun peuvent accomplir consistent donc à désacraliser l’argent, à en réduire sa dépendance, voire à l’abolir totalement.

    Comment ? Il existe une infinité d’actions possibles.

    – Ne pas s’endetter auprès des banques, c’est déjà ne plus se coller un boulet aux pieds. Emprunter, soit s’il le faut, mais pas auprès de n’importe qui ni pour n’importe quoi…

    – dépenser moins, et même de moins en moins. Tant mieux pour la planète si c’est pour économiser l’énergie. Tant mieux pour soi de toute façon si c’est pour se constituer une épargne. Epargne tenue hors de banques une fois encore, cela va de soi. De toute façon, au vu du taux d’intérêt offert et du risque couru pour cela…

    – s’engager dans des SEL ou des RES. Le SEL (service d’échange local) est un lieu où chacun propose ses compétences (plomberie, cuisine, informatique,…). Si quelqu’un a besoin d’un service, il faut appel au savoir d’une autre personne. Le temps passé par celle-ci rapporte des points. Ces points donnent droit à pouvoir bénéficier d’autres services. Aucun argent ne circule… Le RES (réseau d’échange de savoirs), c’est un peu pareil mais davantage collectif (exemple: une personne donne cours d’espagnol à un groupe). Aucun argent ne circule là non plus.

    – développer des liens producteur-consommateur. C’est un peu le principe des « paniers bio » (achats au producteurs locaux de produits sains et du terroir) mais sa réalisation la plus aboutie est celle ou un groupe de famille s’engage vraiment à acheter toute la production d’un producteur donné. Ainsi, un groupe fermé et solide se crée, qui sort complètement du circuit traditionnel de la distribution.

    Il va de soi que ces quelques idées vont totalement à l’encontre des modèles actuels de libéralisation des échanges, de modialisation, de globalisation… Il ne s’agit pourtant pas de protectionnisme et encore moins de retourner à l’âge de la pierre, comme se plaisent à scander les économistes traditionnels dès qu’on pense autrement qu’eux.

    Eh non, messieurs, dans une voiture il n’y a pas qu’un frein, un accélérateur, et un levier de vitesse. Il existe aussi un VOLANT. Et ce que je propose, c’est simplement d’agiter le volant…
    Eh oui, c’est possible d’actionner le volant, sans prise de tête, sans déclaration au sommet, sans groupe de travail, mais ONU, sans travailler 25 heures sur 24, mais simplement en essayant de vivre autrement, plus rationnellement, plus solidairement, plus humainement, plus humblement, et surtout tous ensemble !

    Je soutiens évidemment votre action, pleinement, mais je crois que la solution est plus simple qu’il n’y parait : il suffit de se défaire des chaînes qui nous lient à l’argent ! Quand cela sera fait, toute menace agitée pour nous faire rentrer dans le rang restera lettre morte, et ceux contre qui nous luttont auront perdu la bataille !!!

    Je conseille pour finir de lire Serge Latouche, à ceux pour qui ce discours semble trop radical, et pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait, bien entendu…

    Merci de votre lecture.

  19. Mille excuses pour le second post de cette liste: je n’en étais qu’à la 23ème heure hier et pourtant, je me suis emmêlé les pinceaux. Vous aurez donc rectifié comme JeanNimes: « comment contraindre les dominants à lâcher leurs privilèges » ou les « empêcher de les garder » mais pas le mélange des deux! J’espère que ce n’est pas un acte manqué réussi…

  20. bonjour,
    Si vous souhaitez une plateforme de travail collaboratif efficace que pensez-vous de PLONE ?
    Je travaille avec Zope et Plone depuis qq années et le cas échéant, je peux apporter une aide technique à l’installation d’un tel outil (y compris son hébergement)

  21. Dans le grand poly-pourri qui se joue actuellement sous nos yeux, la circulation de la monnaie catalyse la concentration des richesses, donc inversement le marché se rétracte sur lui-même, il ne peut s’épanouir, L’argent a trop de valeur, chant du cygne, jeu de la chaise vide, grande braderie, Repli sur soi, régression, involution,
    Nouvelle donne ou fin de partie ?
    Jouer pour perdre ou pour gagner, le marché est la réalité de l’humanité, comme fatal, total, final, marché captif, « blind-age », « la liberté c’est l’esclav-age »,
    ou jouer pour que le jeu dure le plus longtemps possible, l’humanité est la nécessité de la réalité du marché, l’argent n’est un moyen commode d’échange, inventé par les hommes pour les hommes, sa valeur est symbolique, c’est le « don », -dont la redistribution de la donne, et certe non pas l’usure – qui fait circuler les richesses,

  22. Attn Mr PATDEMBE :

    Vous venez de désigner le « puit » gigantesque qui est à nos pieds…. il n’y a qu’à se servir!
    On peut mettre à genoux « la bête », très rapidement ( j’estime à 48 mois)!
    Mais faut raisonner collectif , avec humilité…et se détacher volontairement de certaines visions et habitudes toxiques.

    Maintenant, il y a des choses intéressantes chez tous ceux qui s’expriment ici.
    Toutefois, le tempo actuel des évènements et les échéances à venir, me conduise à envisager, par ordre de priorité, une « déclaration » , plutôt qu’une « constitution »

  23. Un tout autre sujet: Que pensez-vous des travaux de Wilhelm Reich et en particulier de son concept de « peste émotionelle » ou dit autrement peut-on sérieusement faire l’impasse sur la question sexuelle ? « sexe, argent et pouvoir » , si je retire de la triade le terme sexe est-ce que le duo « argent et pouvoir » n’a pas l’air un peu bancal ?

  24. autre ouvrage
    « économie distributive »
    http://www.ericoprod.fr/civilisation.html
    extrait présentation
    « Ouvrage collectif avec la participation de : Pierre Andrillon, Monique Beljanski, Philippe Derudder, Bernard Herzog, André Jacques Holbecq, Jean Paul Lambert, Sylvie Simon. Coordination de Marc Jutier. Et des textes d’Emmanuel Broto, Daniel Estulin, Bernard Maris, Patrick Mignard, Henryk Skolimowski, Robert A.F. Thurman.

    Aujourd’hui l’efficacité des moyens de production s’est multipliée de façon considérable. Et pourtant nous allons vers une grave crise économique ; Comment est-ce possible ? Y a-t-il une perspective d’espoir politique d’un autre monde possible ? Une civilisation s’éteint : Civilisation du gâchis et de la rareté, de la croissance, de la précarité, de l’esclavage du salariat, de l’argent crédit, des catastrophes écologiques… Une autre s’éveille : Civilisation de la décroissance conviviale réellement démocratique, du partage, de l’abondance, d’un environnement sain, avec des comités citoyens, une monnaie au service des citoyens, une santé autrement…

    Ce livre de culture général dans l’alternative à la pensée unique (philosophie, économie, politique, histoire de la monnaie, écologie, santé autrement) s’adresse plus particulièrement aux citoyens et militants politiques qui n’ont pas déclarés forfait face à la mondialisation libérale et qui pensent que l’histoire n’est pas finie !

    Bonne lecture !

    Marc Jutier – http://www.jutier.net – Blog – mjutier@orange.fr – 06 26 44 68 29. « 

  25. Bonjour à tous,
    Sur le modèle de la constitution juridique d’Etienne Chouard, il nous faut un lieu de débat structuré (différent du blog) pour 1) la monnaie 2) la répartition des richesses 3) une constitution pour l’économie et …. tout ce qui suit …

    En utilisant les différentes plateformes proposées (forum-plone-..-), en hiérarchisant, en mettant un resp projet + un désherbeur, on doit pouvoir structurer tout ça.

    Il faut un petit comité pour décomposer tous les différents projets et les hiérarchiser, pour pouvoir les traiter point par point, tout en ayant une vision globale. Il faut aussi appeler les autres experts sur leurs champs d’expertises.

    Et surtout, il faut du temps et de l’investissement personnel. Peut-être qu’un chat IRC pourrait être une bonne idée pour faire une permanence?

    Etienne Chouard doit sûrement pouvoir nous livrer sa méthodo pour étendre la constitution à d’autres sujets.

    Je peux : lire, réfléchir, donner des critiques et apporter mon point de vue.
    Je peux : relayer ces infos et ces avancées sur mes médias (msn, facebook, blog, netvibes, réseau freemen)
    Je peux : fournir mes recherches : http://lf.is.free.fr/World%20Changing/ + le K.html

    Ce qu’il nous faut c’est de l’organisation. Pronétaires du blog de Paul Jorion, unissons nous!

    Nous devons :
    – lister les forces en présence
    – organiser les plateformes
    – nommer les/des resps par mini projet
    – Faire avancer tout le reste..

    Le tout sera chapeauté / surveillé par un resp de consitution (ou plus pour commencer) : E.Chouard pour le démocratique, PJ pour la monnaie, qui recadrent, nous tiennent à jour des avancées et des difficultées rencontrées..

  26. Une proposition pourrait faire consensus de plusieurs différents points de vue sur ce blog (pas tous, évidemment … d’ailleurs, tiens, qui est « contre » ?): c’est celle de James Robertson
    http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Robertson
    Extrait WP
    « Il s’agit de créer immédiatement toute la monnaie centrale en contrepartie de toute la monnaie (monnaie/dette des banques privées) déjà en circulation, en considérant que celle-ci a été empruntée à la Banque Centrale et en exigeant que les banques de second rang (banques commerciales) versent à la Banque Centrale les intérêts annuels en cours, aucune autre pratique financière n’étant modifiée. Ces intérêts sont reversés à l’État, la Banque Centrale étant (ou devenant préalablement) l’une de ses institutions. En d’autres termes, le gain généré par la création de monnaie (seigneuriage) ne devrait plus revenir aux banques commerciales mais être attribué aux recettes publiques. »

    Ceci reviendrait à considérer que la monnaie est littéralement « nationalisée », les banques commerciales (qui resteraient privées) ne pouvant de ce fait que prêter une monnaie centrale ou antérieurement épargnée (marché monétaire), devenant donc ipso facto de simples « intermédiaires financiers ».

    Nous proposons de rajouter que:
    – les banques commerciales ne disposeront plus du droit d’ajouter des intérêts (privés) aux intérêts payés à la Banque Centrale mais seront habilités à demander des honoraires d’intermédiation et de conseil, de demander des garanties, ainsi que de répartir les risques d’impayés d’une manière assurancielle.
    – les APU auront la possibilité de se financer directement auprès de la Banque Centrale, au même titre que toute autre institution financière ou non financière (WP:  » En France, pour la comptabilité nationale, les administrations publiques, notées APU, sont les unités institutionnelles dont la fonction principale est de produire des services non marchands, de réguler l’économie, ou d’effectuer des opérations de redistribution des revenus et des richesses. Elles tirent la majeure partie de leurs ressources des prélèvements obligatoires. Le secteur des administrations publiques comprend les administrations publiques centrales, les administrations publiques territoriales et les administrations de sécurité sociale. »)

  27. @dissonance
    Qui écoute encore Albert Jacquard de nos jours ? Décidément on n’est vraiment pas prêt de changer nos habitudes d’écoute en dehors bien sur des mêmes gens importants passant dans les médias, quelle grande illusion de plus.

    Un jour il y a de cela bien longtemps au fond d’une vallée, des hommes commencèrent à s’affoler et à se sentir de plus en plus frustés de fonctionner ainsi, dans leur action humaine de plus. Et bien sur, plus les événements dramatiques redoublèrent d’intensité à l’égard de ces hommes, et plus ils se sentaient en conséquence de plus en plus furieusement obliger de clarifier tout cela entre eux, en écoutant par exemple tel ou tel personnage important du moment à la radio, ou ailleurs ou la meilleure éminence grise du moment. Quoi dire avant de que faire ? Ou quoi faire avant de quoi dire ? Telle était alors l’urgente question soulevé du moment, oh bien sur il y avait beaucoup de gens de bonne volonté qui voulait participer, mais voilà tout le monde sentait bien au fond de lui même que cela ne suffirait pas, que le bon compte n’y serait pas également à la fin, alors on cherchait et on cherchait désespérément sans cesse une solution qui puisse alors plaire à tous et bien sur cette solution ne venait pas, je pourrais bien sur poursuivre la suite de cette histoire, hélas j’ai bien peur que pour certains cela ne soit pas non plus la meilleure priorité à suivre pour eux, quel grand dommage pour l’homme qui s’illusionne encore…

  28. Il est possible d’obtenir un Plone gratuit en faisant une demande d’ouverture de compte auprès de
    http://www.objectis.org/
    j’utilise moi-même un Plone 2.5 qui embarque PloneGossip (gestion de forums)
    Si vous le souhaitez, je peux faire la demande d’ouverture d’un site/compte dédié au projet : Monnaie, répartition des richesses et constitution pour l’économie et si la demande est acceptée (le contraire m’étonnerai) effectuer la mise en service des fonctionalités requises (forums et/ou autres)

    par comparaison une solution Plone payante coûterait environ 300 euros/an

  29. Les lobbies ont la vie dure en ce moment. Et le capitalisme aussi par conséquent. L’automobile par exemple est au plus mal : ne serait-ce pas, sinon un signe, du moins une bonne occasion d’enfoncer le clou et de propager l’idée que la voiture a été trop facilement généralisée, pour permettre notamment et soi-disant de meilleurs échanges et de meilleures relations entre les hommes. Où en sommes-nous aujourd’hui ? N’est-ce pas un constat d’échec au moins pour ce qui concerne les relations entre les hommes, et pour ce qui est des échanges, est-ce que le bilan est positif ? Je ne le pense pas. C’est un lobby. Un lobby qui interagit, à son niveau, avec d’autres lobbies comme la finance ou les ressources agro-alimentaires.
    Il faut le dire. Que ça se sache.
    Ca c’est fait.
    Et le capitalisme en général, occupation humaine qui tendait à se propager à toute la planète en particulier, mourra (ou plus précisément le commun des mortels le verra mort…alors qu’il l’est déjà, depuis une date connue par certains !). Que se passera-t-il à ce stade ? A quoi, nous êtres humains, allons-nous nous occuper ? Si on n’a pas d’idée précise avant l’écroulement en question, la guerre risque d’être la moins mauvaise des issues qui se présenteront à nous.
    Ca me semble un point important à soulever. Ne pas confondre vitesse et précipitation. J’ai souvenir d’une histoire que l’on m’a racontée il y a quelques années : les inventeurs des lingettes, les industriels qui les ont mises sur le marché, les autorités qui ont donné leur accord pour une production en masse, n’ont pas pensé au recyclage de ces lingettes. Je ne sais pas si c’est vrai, c’était juste pour dire qu’il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation !
    Un fois une nouvelle occupation trouvée, toutes les bonnes idées sur une meilleure utilisation de l’argent, sur une plus grande implication politique de l’homme, se retrouveront vite sur le devant de la scène.

    Alors…A quoi voulez-vous jouer ?

  30. Bonjour à tous
    Lecteur assidu des billets de Paul, de F Leclerc, et de vous tous (selon mon énergie), je signale qu’une élection non négligeable approche à grands pas. Les élection européennes (juin 2009)
    Habitant Avignon, je me suis impliqué, il y a quelques mois, dans la fondation du NPA local, et me suis retrouvé également un des onze délégués du Vaucluse au Congrés Fondateur National de Janvier dernier, et à présent je suis candidat sur la liste Sud Est conduite par l’excellent Raoul Marc jennar.
    Formé à l’économie grace au blog de notre hôte, je serai amené à défendre les idées qui émergent de ce travail formidable, sans oublier son aspect artistique.
    Musicalement
    @Paul
    http://vimeo.com/moogaloop.swf?clip_id=2539741

  31. Certes.
    Il y a des moments,des moments de l’Histoire,qui requiérent une réflexion commune et une action rapide et déterminée.
    Ceci d’autant plus quand il s’agit d’Avenirs d’Hommes,de Femmes,d’Enfants.
    Et il n’est,bien sûr,aucunement question de « jouer »…
    La précipitation,jusqu’à l’heure d’aujourd’hui,me semble être du côté de ceux (peu nombreux mais détenteurs des pouvoirs ) qui ont cru leur fin venue.
    Mammon leur a ,malheureusement,réservé un pseudo-miracle qui ne sera que feu de paille sans doute..mais aussi ,plus vraisemblablement incendiaire.

  32. @Franck

    Moi, je l’écoute. Et avec plaisir.

    Si vous disqualifiez automatiquement les gens aux seuls motifs qu’ils ont un c.v. étoffé, qu’ils ont accès aux médias et que leur discours est brillant, alors je ne comprends pas bien ce que vous venez faire sur ce blog (je dis ça sans animosité aucune).

  33. @ Dissonance

    Je comprends votre déception ou votre « Dissonance » en me lisant, voyez-vous nous croyons parfois entendre souvent des gens très brillants à la radio ou à l’image. Or lorsque vous les écoutez bien sur le fond, vous vous apercevez qu’ils ne le sont pas toujours bien sur c’est beaucoup moins évident à discerner chez ce genre de personnes au Cv si respectable d’ailleurs. Quelle importance que je vous redise cela autrement ? Sans intérêt sans doute pour le blog, qu’est-ce que je viens faire ici ? Je peux bien sur quitter ce blog si vous le voulez bien ?

  34. @Franck: n’en faites rien. Je suis d’ailleurs plutôt de votre avis sur Jacquard, plein de bonne volonté mais c’est creux. Sa philosophie peut se résumer à: « il faut être gentil ». Enfin, je crois, parce que je n’arrive pas à l’écouter plus de deux ou trois phrases.
    Il me semble totalement inoffensif pour le système. C’est sans doute pourquoi il passe autant dans les médias.

  35. Après Boileau et Montesquieu, nous voilà arrivés au début du XXe siècle, Vladimir Ilitch Oulianov!

    Paul, encore un effort pour être résolument moderne ! (Donatien Alphonse François de Sade s’actualise très bien).

    Malgré tout le mal que vous vous donnez, ne seriez-vous pas un écrivain?

    Et si vous n’êtes pas un écriVAIN, qui êtes-vous?

  36. @Franck:

    Non non, vous êtes le bienvenu. Je m’étonne juste que vous rejetiez complètement le discours de Jacquard, mais que vous suiviez celui de Paul Jorion. Les deux personnages me semblent en effet fonder leurs réflexions sur des valeurs très semblables. En outre, si c’est l’élément médiatique qui compte à vos yeux, il me semble que Paul ne soit pas plus « vertueux » que Jacquard dans ce domaine (A titre personnel, je précise que ce critère n’entre pas en ligne de compte à mes yeux).

    @Moi:

    Si vous appliquiez la même méthode ici, cela reviendrait à juger la qualité de réflexion de Paul au tiers de sa vidéo du vendredi… Un peu court vous ne pensez pas?

    Le discours de Jacquard est bien moins mièvre qu’il n’y paraît quand on se donne la peine de l’écouter, je vous assure. Son ton, lui, est résolument doux, mais le fond de son propos est tout à fait radical. Enfin pour ma part, je le trouve plutôt rare, cela dit, ça fait plus de deux ans que je ne regarde plus la télévision, ça joue peut-être.

  37. à Fab
    sur cette question, à quoi on s’occupe (à quoi on joue? à quoi on oeuvre ? …)
    peut-être que la double-négation, serait plus à même de nous inspirer, (- + – = + ) ?
    sinon peut-on déjà tout au moins songer d’en réfléchir les limites ? (un peu comme le jeu de « j’aime, j’aime pas », espoir, désespoir, … j’aime le blog de Paul Jorion, je n’aime pas … )
    il manque de poser le décor (ex: la nature est plus forte que nous, le cours de l’entropie ne se remonte pas…)

  38. @Dissonance: « Si vous appliquiez la même méthode ici, cela reviendrait à juger la qualité de réflexion de Paul au tiers de sa vidéo du vendredi…  »

    Bizarrement, Paul Jorion ne me fait pas le même effet, ni quelques gens pleins de bonne volonté de ce blog. Je n’arrive pas à l’expliquer. Peut-être est-ce parce que le discours de Jacquard est toujours très vague, général, peu concret? Je ne sais pas…

  39. « Comment faire ?  » demande Paul

    « il nous faut un lieu de débat structuré (différent du blog) « …Il faut un petit comité pour décomposer tous les différents projets et les hiérarchiser, pour pouvoir les traiter point par point, tout en ayant une vision globale….Ce qu’il nous faut c’est de l’organisation. » Nous dit ZOUPIC

    « des dizaines de blogs, des citoyens qui prennent des initiatives …la question est : comment réunir tous ces efforts ?…
    à la différence de l’oligarchie, les contestataires sont éparpillés » nous dit SYLVIE

    A-J Holbecq continue avec assiduité (à juste titre) à nous convaincre (nous les convaincus) qu’il faut reprendre le pouvoir sur notre monnaie.

    « A quoi voulez-vous jouer ? » nous dit FAB ( si j’ai bien compris sa pensée , il faut laisser du temps au temps et toutes les bonnes idées qu’on peut avoir et proposer sont ridiculeusement inutiles si elles ne sont pas en phase en temps et en heure avec le grand collectif de nos sociétés humaines.)

    Et Di Girolamo s’obstine à parler d’outil public participatif de recherche sociétale en étant d’accord avec les trois précédent.

    1 Réflexion globale (élaboration du diagnostic global) participative afin de faire passer LE message : on a un big problème !
    2 Réflexion globale (élaboration du projet de société) et locale (élaboration de projets territorriaux locaux en cohérence avec le diagnostic global) dans le cadre d’un outil national PARTICIPATIF .

    Les blogs seront précieux DANS le cadre de cet outil ,de cette démarche …qui ne fait qu’accompagner ,accélérer , si possible orienter favorablement l’évolution des choses.

    Cet idée d’outil public de recherche sociétale n’est que la traduction pratique de ce qu’est (dans les textes) la démocratie (la possibilité de construire ensemble notre société). Notre organisation politique gère le système ; il faut créer un outil d’élaboration du projet.

    De mon côté , j’ai monté (à partir de docs pris sur le net) un film explicitant cette démarche , montrant « le désordre global » et « solutions locales » et décrivant l’action expérimentale suivante : utiliser la vidéo , ce film puis d’autres pour essaimmer dans les villages et les quartiers une réflexion globale sur la société dans le cadre public de proximité que sont les communes .
    La première projection à eu lieu dans mon petit village rural en présence des élus locaux et vice président région (en viron 150 personnes :un succès dans nos campagnes !) Un groupe de travail intercommmunal vient de se former pour essaimmer ; le but du jeu étant d’arriver à élaborer un projet pour notre territoire … PAS gagné !!!

  40. @ Di Girolamo,

    Où en es-tu dans ton expérimentation participative locale?
    Si tu as déjà fait un résumé accessible, le lien?
    Merci. Eugène

  41. Di Girolamo

    J’accéde aussi à la demande d’Eugène.
    Les temps sont courts.
    La Terre elle même gémit des souffrances des Peuples opprimés (les Spoliés )

  42. @ je suis dedans + le boulot des champs (et le printemps va vite ) ….Dès que je trouve le temps d’un résumé synthèse je donne des nouvelles ici ou chez Isabelle

  43. @ Dissonance

    Ce que je viens faire içi dans ce blog, c’est celui d’avoir retrouver un peu le gout de l’économie à travers le blog de Mr PJ et de FL et après avoir lu tant de livres en vain sur Ludwig Von Mises ou Bastiat ces deux autres grands prophètes du marché ou du libre échange auquel je n’adhère plus, au regard du désolant spectacle actuel de notre monde, le seul vocabulaire libéral n’en est bien sur pas le seul responsable, à vouloir toujours plomber la vie de l’homme vers le bas. Vous aurez d’ailleurs remarquer que la plupart de mes interventions n’apporte pas des propos très calés en matière d’économie ou de monnaie, néanmoins j’essaie simplement et modestement de nous rappeler, que la seule question de la monnaie ou de l’économie n’est pas tout, même si c’est un domaine qui nous passionne beaucoup, néanmoins le blog de PJ ne me laisse pas indifférent, j’en effet l’impression de m’y retrouver en lisant un bon nombre d’intervenants… Pour en revenir à Jacquard il est vrai que c’est quelqu’un que j’ai beaucoup apprécié au début pour son souci de la nature, de l’homme, de la société, etc. Mais qui par la suite m’a beaucoup déçu, ceci expliquant peut-être cela, mais rassurez vous il n’est pas le seul ou le premier à me décevoir beaucoup dans les médias officiels…

  44. @ madar michael
    Tu as 100 % raison. Les discussions sur ce blog sont très utiles pour le NPA (j’en suis aussi, ça afflue…), nous n’avons pas de modèle, nous avons compris qu’il faut mettre l’imagination au service de l’humanité, comme une boussole: il faut dépasser le capitalisme. Les contradictions du capital, assez bien repérées par Marx, sont insurmontables. Mais l’alternative, le socialisme du XXIème siècle, qu’on pourrait appeler autrement, demande la participation de tous, militants et experts (l’intellectuel collectif).
    Sur la crise, si tu connais pas encore, regardes le Forum Marxiste Révolutionnaire (FMR), notammenent le fil « Où va la crise » (http://revolution.celeonet.fr/index.php?showtopic=14249&pid=200758&st=1290&#entry200758 )
    Il faut faire vite, l’alternative socialisme ou barbarie est devant nous.
    Merci pour le clip musical. Génial! Tu as un goùt musical aussi « sharp » que ton engagement politique!
    Fraternellement à tous!

  45. Bonjour, Bon je me lance un peu naïvement peut-être mais…
    J’estime que c’est par le numérique, la musique, les logiciels, puis les services, l’éducation, la médecine, que doit commencer le changement puisque ces domaines sont laissés à l’abandon par le système du but lucratif.
    En premier on a : les biens de première nécessité doivent être distribués à tous les actifs et les inactifs ;
    puis : cette somme de travail doit être répartie entre les actifs, et donc un système doit permettre la liberté sur la base de coefficients démocratiques ;
    Et enfin à partir de ce système minimal : la valeur de toutes choses doit être calibrée sur toutes les choses : c’est un algorithme qui doit se charger de l’élaboration automatique des prix, les uns par rapport aux autres, sans but lucratif, au sein d’une comptabilité généralisée (déblayant ainsi une énorme somme de soucis, si on supprime les banques, les assurances et tous les services de compta de toutes les sociétés), et incluant tous les coûts connexes au prix final. De cette façon « la nourriture est une propriété privée, la boîte de conserve une propriété publique ». Le but, à défaut d’être lucratif doit être « la croissance » du niveau de vie moyen.
    L’idée, c’est que la création monétaire se fait au moment de la réalisation d’un travail, en fonction de son utilité, calculée par divers moyens, dont un démocratique. Car on s’en fout (pardon mais… !) de savoir qui possède de l’argent ou pas ou plus que les autres, ce qui est vraiment important c’est de savoir où il est dépensé, de façon à valoriser les productions dont on a le plus besoin. Le principe de base doit être celui de l’abondance, l’argent ne doit jamais manquer car il est sans valeur en soi, et de fait, l’éducation, la médecine, l’habitation, l’alimentation ne doivent jamais manquer, en raison du fait que d’autres variables doivent s’occuper des équilibres sociaux, actuellement confiés à « une main invisible » (et inexistante d’ailleurs).
    J’espère que ce message servira ! Il faut surtout que toute cette énergie présente ici puisse s’organiser à des tâches simples et rapides, qui toutes cumulées puissent incrémenter positivement l’élaboration d’une mécanique viable.
    8119

Les commentaires sont fermés.