103 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 7 JANVIER 2011 »

  1. Bonsoir Mr Jorion

    C’est vendredi, et comme toujours, j’apprécie votre chronique visuelle.

    Mais , DE GRACE, faites quelque chose pour que ces incessants travelling cessent !!!!

    Vous remerciant par avance

    Christophe

  2. Comment interpréter le geste de Timothy Geithner, ministre des finances d’Obama ?

    D’après « Die Welt Online », il a adressé une lettre au Congrès pour annoncer qu’en avril l’Etat aurait atteint la limite supérieure de l’endettement autorisé, soit 14300 milliards de dollars, soit près de 100% du PIB. Après quoi, il devrait se déclarer en incapacité de paiement.
    Toujours d’après Die Welt, les Républicains ont fait savoir, par la bouche de Paul Ryan, qu’ils autoriseraient le démocrate Obama à dépasser cette limite. Mais quelles seront leurs conditions ?
    La nomination de Gene Sperling, ancien conseiller de Clinton en matière de budget et fin diplomate, va-t-elle compenser celle de William Daley ?
    Référence : http://www.welt.de/wirtschaft/article12033216/In-den-USA-geht-die-Angst-vor-dem-Staatsbankrott-um.html

    1. Le plus drôle c’est qu’on ne peut compter que sur les tea parti pour se mettre vraiment en travers. Un de leur affidé, Peter Schiff, ne dit pas que des conneries…

    1. Saurions-nous faire pareil, supprimons nos gouvernants, moinsse de déficit et sans augmentation des chômeurs, vu qu’ils ne cotisent pas. Et dire qu’on a la solution à coté de chez nous. Merci les Belges.

  3. Ah..l’Algérie..quel gâchis : la synthèse du socialisme et de la mafia n’a visiblement pas fonctionné. Mais faut-il accuser quelqu’un ? je n’en ai pas le sentiment.: si ‘les autres » avaient été au pouvoir il auraient essayer de faire la même chose de toute façon, c’est à dire spolier les 150 milliard du pétrole et du gaz et les mettre à l’abri.

  4. Le monde change toujours plus, le journal le Monde du 6/1 nous livre plusieurs analyses pertinentes de ces changements dans sa série « Contre-enquête économie ».

    La plus édifiante : « Les challengers vont devenir globaux » un entretien avec Hans-Paul Bürner, PDG du Boston Consulting Group.
    Pour faire simple, la mondialisation s’étend encore plus, il faut faire dans le « smart simplicity », décentraliser, responsabiliser les acteurs effectifs.
    Des pays vieillissants, conservateurs font face à des émergents jeunes et dynamiques.
    « La Chine concentre la moitié de la consommation mondiale ==> « il faut vraiment concevoir et produire, penser globalement » (eh ben ça promet et c’est déjà en marche).

    A destination de nos amis anglais : « Les groupes indiens font main basse sur le Royaume-Uni »
    De quoi sourire, le vent tourne, la GB colonisée par l’Inde !
    Les pays émergents sont à la recherche du savoir-faire technologique et des brevets.
    Exemptions fiscales et autres arrangements à la clé pour que ça rapporte un max (à certains privilégiés ou à tous ?).
    (On s’en aperçoit également en France avec des contrats récents).

    Pour la jeunesse d’ici et d’ailleurs : « HEC, pépinière de cadres chinois et -motivés- »
    « L’école enseigne la mondialisation de l’économie et ses conséquences. Elle défend la cause par l’exemple » (qu’en pensent nos penseurs et politiciens ?)
    « ou bien on gagne en Chine ou alors on est perdant partout ailleurs » assène Mr Vounatsos du 2° groupe pharma Merck.

    L’article principal est agrémenté d’une superbe illustration et s’intitule : « Où s’arrêtera l’appétit des entreprises des pays émergents ? »
    Société occidentales absorbées en décembre ou dans le collimateur : Draka, Cerruti, Sambre et Meuse, Conforama, Occidental Petroleum (actifs argentins), Butagaz après Volvo, Jaguar, Land Rover.
    Profits en nette hausse pour les sociétés chinoises, 113 Ma euros.
    Pour le CAC 40 on estime une augmentation de (juste) 90% pour 2010 avec des trésoreries déjà abondantes mises en place par prudence. (on ne manquera décidemment pas de liquidités).

    Pour en terminer, un article remarquable et qui nous dévoile des pistes « Notre modèle actuel de croissance crée des dommages irréversibles sur l’environnement », des propos recueillis pas Hervé Kempf dans un entretien avec l’économiste britannique Tim Jackson.
    Cet article mérite un développement détaillé et je résumerais dans l’immédiat par :
    . se doter de nouvelles règles économiques f(des limites)
    . réguler le marché financier, mesurer autrement que par le profit (le taux de chômage, le bonheur par exemple ?)
    . adopter une nouvelle logique sociale

    Et surtout pour les experts en 35h00 qui ne savent pas ce que sont les gains de productivité dégagés depuis 40 ans et que les ressources terrestres ne sont pas toutes renouvelables et que les services se dégradent : mettre en place des politiques de réduction du temps de travail : fin hausse productivité, + services sociaux dont les activités sont intensives en travail.
    Résultat : baisse des profits, plus d’emplois, youpi.
    Mais qu’en pensent nos entrepreneurs de multi-nationales dont on devine un peu le profil en droit fil du profit.

    Nota : actuellement il est impossible d’accéder par recherche à ces articles sur le site du Monde.

  5. Market News International http://www.marketnews.com

    1/7/2011 4:32:12 PM

    FED: Chicago Federal Reserve Bank President Charles Evans made
    clear Friday his will be a vote for the continuation of an aggressively
    stimulative monetary policy this year. Evans who will be a voting
    member of the Fed`s policymaking Federal Open Market Committee this
    year asserted that the Fed needs to keep the federal funds rate low
    « for an extended period » and use quantitative easing as a « complementary
    tool » to keep rates down. Evans in remarks prepared for delivery at the
    annual meeting of the American Economic Association and the Allied
    Social Science Associations said that the Fed is missing on both parts
    of dual mandate to achieve price stability and maximum employment. More
    on MNI Main Wire.

  6. Vous parlez à propos de l’Algérie de flambée des prix due à la spéculation, en restant prudent quant à cette affirmation, et de l’impossibilité d’enquêter sur place.
    Je me permets de rapporter un échange tenu ce matin avec un ami franco-algérien, très hostile au pouvoir des généraux, qui voit les choses autrement.

    En premier lieu, malgré ce qu’on pense de Bouteflika, les journaux algériens seraient d’après lui libres. Il cite El Watan comme référence.
    Ensuite, la hausse soudaine des prix de produits alimentaires ne serait pas due à la spéculation mais plus simplement, en simplifiant, à une « grève » des grossistes pour cause de mesures les obligeant à utiliser des factures pour leurs transactions commerciales.
    Ces hausses ne seraient ensuite que le prétexte des émeutes qui trouvent leurs causes selon lui dans un cadre beaucoup plus large, propre à l’Algérie, et qui risquent maintenant de mal tourner.

    1. La presse en Algérie est assez surveillée…il y a deux titres qui ont vraiment de grandes marges de manœuvre (en l’occurrence El Watan et El Khabar) mais les autres même s’il y a une liberté de ton bien plus grande qu’en Tunisie sont imprimés par une société étatique et la publicité est toujours contrôlée par l’état (après tout, la publicité privée pose les mêmes problèmes, car la concurrence est toujours faussée) et enfin bon nombre de journalistes ont été condamnés à de la prison avec sursis et plus rarement ferme pour s’être attaqué aux problèmes de corruption .
      Après l’Algérie est un pays tellement particulier…9 000 émeutes et troubles l’année dernière…que analyser les récents événements sous le prisme de l’envolée des matières premières (qui a profité à l’Algérie, pays qui a une santé financière et budgétaire parmi les plus robustes au monde) est très réducteur et on oublie les fortes inégalités sociales qui existent, une guerre civile qui a totalement déstructuré la société algérienne et les partis politiques qui pouvaient représenter une alternance démocratique et la lutte au sommet du pouvoir entre deux clans …

  7. Bonsoir Paul.
    Une suggestion pour les gens qui comme moi consultent souvent votre blog, sans avoir les compétences, et le temps, pour aller chercher ces infos là où il faut.
    Serait-il possible d’afficher régulièrement ici l’évolutions des taux d’intérêts des emprunts concernant les pays actuellement sensibles (un thermomètre) en Europe ?
    Je veux dire Portugal/Grèce/Espagne/Irlande pour les plus sensibles … pour le moment. Ensuite en ajoutant ceux qui entreront en zone de turbulences.
    Un thermomètre en quasi temps réel quoi ……..
    En exemple j’ai vu récemment par hasard je ne sais plus où que les taux pour la Grèce grimpent vitesse grand V.
    Le genre de courbe que j’ai déjà vu ici par le passé.
    Plus qu’un long discours, une simple courbe peut se révéler très évoquatrice de la situation réelle.
    Simple suggestion, mais qui me paraîtrait informative.
    Merci pour votre travail.

  8. Bonsoir M. Jorion,

    J’aime bien regarder votre vidéo hebdomadaire.

    Avec votre pull rouge, vous me rappelez le commandant Cousteau qui me fit découvrir le monde du silence. Quand je vous regarde, j’ai l’impression d’être à bord de la Calypso et parfois j’ai mal au coeur.

    Peut-être est-ce dû à l’âge, mais il se trouve que le monde que vous me faites découvrir – c’est-à-dire comprendre – me fascine moins que celui du commandant Cousteau.

    Je suis resté un grand enfant. J’essaie de faire des analogies : banquiers = requins, politiques = rémora, peuple = sardines, actifs toxiques = plancton, baleines = actionnaires, etc.

    Je dérive un peu pour ce qui concerne les CDS : méroplancton ?

    Merci de m’aider et bon vent !

  9. Sans aller jusqu’à la cyber guerre civile. La possibilité d’utiliser les blogs comme vecteurs d’informations pour des flash mob est une menace à ne pas négliger.

    De même, des campagnes d’informations distillées sur ceux-ci peuvent être utilisées pour exaspérer les masses et ainsi les pousser à l’action. La déstabilisation d’un régime, y compris étranger, en sera facilité, et cela semble pouvoir apporter un peu plus d’instabilité dans le système. Certaines grandes entreprises ou groupes de communication rèmunérent déjà des armées de buzzers établis sur différents sites (musicaux, littéraire, sportif, second life et autres) pour annoncer et entretenir l’attente de nouveaux produits à venir. On peut imaginer les services de renseignement entretenir de tels intervenants « just in case ».

  10. @ Paul Jorion,

    La difficulté éthique, avec ce type d’intervention, est de préserver la confidentialité de l’identité des intervenants des blogs. La DCRI veille.

    1. Sommes tous déjà sur la liste rouge des camarades Eric, Brice, NKM, MAM, un coup de sifflet et hop au gnouf. Si c’est tous ensemble on pourra enfin se connaître mieux.
      Pour la confidentialité je propose de passer à un Intranet auquel on ne pourra accéder que sur accréditation de Paul. Protection suggérée : syndiquons nous (c’est pour sourire).

  11. à sylvain
    la citation exacte est :
    Le désespoir est une forme supérieure de la critique pour le moment nous l’appellerons bonheur

  12. Papimam a écrit :
     » (…) Et surtout pour les experts en 35h00 qui ne savent pas ce que sont les gains de productivité dégagés depuis 40 ans et que les ressources terrestres ne sont pas toutes renouvelables et que les services se dégradent : mettre en place des politiques de réduction du temps de travail (…) »
    Je suis bien d’accord avec vous.
    A la recherche de la réduction des coûts salariaux, nos dirigeants se montrent sourds et aveugles, alors que les pays voisins n’hésitent pas à prendre des mesures radicales de partage du travail, comme en témoigne l’article suivant :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/social/20110106.OBS5816/le-partage-du-temps-de-travail-pour-sauver-l-emploi-en-allemagne.html

  13. Je vous remercie Mr Jorion pour votre blog ainsi que vos contributeurs.Je m’aperçois enfin comment fonctionne la finance internationale avec ses marchés,ses produits dérivés….Je mesure à quel point certains médias nous endorment à propos de la crise financière (régulation,créations d’emploi aux états unis,fond de sauvetage européen,etc.).La crise n’est pas terminée.Enfin,merci également à Mr Leclerc qui rend compte de l’actualité économique et financière avec des articles faciles d’accès.

  14. Bonjour,

    Votre critique de l’action d’Obama vis-à-vis des marchés financiers pouvait être faite dès le début de son mandat dans les six premiers mois, peut-être dès le mois de décembre précédent son mandat où tous les médias lui trouvaient déjà l’excuse dans sa tiédeur de ne pas encore être investi.

    Il serait correct de revoir vos commentaires de l’époque et peut-être de reconnaître qu’un vieux républicain comme McCain était certainement plus résolu à réformer le système. La seule erreur de McCain était sa vice-présidente, mais quelle importance réelle ? Qui connaît l’action du vice-président d’Obama ?

    Le vrai problème est que même un discourt à Toulon n’a aucun impact (que l’on souhaite le mettre en œuvre ou pas) si l’Amérique ne change pas et grâce à Obama, le candidat de Wall Street au vue des donations, l’Amérique de changera pas. Le petit Nicolas aura beau s’agiter, le pouvoir de l’Europe est nul faute de vouloir l’assumer au niveau politique.

    1. @ Antoine B,

      Sans faire le malin, on pouvait douter des qualités fantasmées d’Obama dès avant l’élection.
      Quand une écrasante majorité d’individus partage un avis sur un sujet dont elle ignore presque tout, en l’occurence les qualités supposées d’un candidat démocrate aux Etats-unis, c’est qu’elle est manipuée par les faiseurs d’opinions… C’est un prolongement du syndrome de la pensée unique. Quand la sphère politico-médiatique défend, quasi unaninemement un point de vue, le désastre n’est pas loin… J’en veux pour preuve le Traité de Maastricht, puis le succédanée de 2005… Tout comme l’arrivée d’Obama annoncée comme la parousie…

      Tiens, j’ai bien envie de rlire le bouquin de JENNAR.

  15. Je vous trouve un peu sévère avec Obama.
    Premièrement, j’imagine que vous comparez les mandats d’Obama et de Bush sur le plan économique. Parce que pour le reste, difficile de faire pire que Bush.
    Deuxièmement Obama a été élu de façon classique : grosse campagne, investisseurs, etc. Il a donc des comptes à rendre à ceux qui l’ont porté (la classe des riches). Il pourrait aller contre, mais même un président des États-Unis peut se faire assassiner…
    Je ne soutiens pas sa politique, je dis juste que si j’étais à sa place, je ne vois pas trop ce que je ferais, moi aussi je tiendrais à ma peau.

    1. De rien. Mais je pense que cela va au-delà du courage. La question serait : y a-t-il des valeurs (vérité, justice, équité,…) qui valent plus que la vie ? N’est-ce pas un comportement humain étrange de préférer une concept (la vérité p. ex.) à sa propre vie ?
      Ou bien on considère qu’on met sa vie en jeu pour des personnes, et non pour des valeurs. Mais pourquoi vouloir « sauver » ces personnes, ne serait-il pas préférable qu’elles tentent de se sauver elles-mêmes ? Je trouve toujours interpellant cette attente de sauveur(s), ainsi que les motivations de ces derniers. Doit-on forcément s’inscrire dans un triangle sauveur – persécuteur – victime (analyse transactionnelle) ?

    1. Le vice cite donc la vertu… (Cf les dires de J Julliard à géométrie variable, avant et après la crise des subprimes…)

  16. oui, article d’Edgar Morin trés intéressant …
    Il n’y a plus que les toujours jeunes trés-vieilles personnes pour nous aider à réfléchir …

    l’article se termine par :
    « Nous pouvons appliquer à l’année 2011 le proverbe turc : « Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le jour qui naîtra. »

  17. j’ai trouvé intéressant l’analogie entre la hausse des matières première sur le marché mondial et l’augmentation des prix en Algerie. Mais je viens de lire sur le site Algerien « TSA », que cette hausse pourrait être la conséquence d’une loi imposant aux grossistes le payement par chèque, les obligeant donc à répercurter la TVA et déclaré les salarié. Ils ont donc anticipé l’entrée en vigueur de cet loi en avril prochain en augmentant les prix dès janvier.

    http://www.tsa-algerie.com/economie-et-business/une-hausse-generale-des-prix-inevitable-a-partir-d-avril-prochain_13710.html

Les commentaires sont fermés.