Envoyez par mail 'LE MONDE ÉCONOMIE, "e-G8 : un monde nouveau, sosie de l’ancien", lundi 6 juin 2011' à un ami

Envoyez une copie de 'LE MONDE ÉCONOMIE, "e-G8 : un monde nouveau, sosie de l’ancien", lundi 6 juin 2011' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
0Shares

117 réflexions sur « LE MONDE ÉCONOMIE, « e-G8 : un monde nouveau, sosie de l’ancien », lundi 6 juin 2011 »

  1. Le combat contre la fuite de nos données personnelles est perdu. Par manque d’information, ou tout simplement de motivation. Et puis, quand une chaine de fast food offre un cheesburger gratuit contre une fiche d’inscription, tout le quartier accoure pour remplir le fromulaire avec de vraies infos… faut être un peu con, non ?
    Un très bon manuel, gratuit, disponible sur EFF.org « bypassing Censorshi », permet de prendre les premières mesures qui protègent nos données personnelles.
    Pour le reste…la CNIL justifie tous les manquements du gouvernement, puisqu’ elle existe – en dépit des conflits d’intérêt patents – , les députés votent en masse pour autoriser la divulgation de nos données personnelles (http://tinyurl.com/5wn7hpy) et les entreprises continueront de se faire pirater nos données, car les ploutocrates ne maîtrisent pas la technique, et ne la maîtriseront jamais.
    Remarque : ce site devrait utiliser HTTPS, c’est le même prix et cela fournit une sécurité à vos lecteurs.

  2. Dès l’apparition de l’imprimerie, les « pouvoirs » de l’époque l’utilisèrent pour renforcer l’oppression: 300 ans de « Sainte Inquisition ». Cependant, le livre fut tout de même, malgré tout, néanmoins, nonobstant, le support du développement des idées qui, au final, aboutirent à la Déclaration des droits de l’Homme ( et personnellement, je milite pour une déclaration des droit de l’Humain 🙂 )

    1. Soi,

      La Déclaration universelle des droits de l’Homme adoptée par l’ONU en 1948 est une préfiguration de ce que pourrait être une « Déclaration des droits de l’Humain ». Mais il reste encore beaucoup de chemin devant nous.

      Je suis personnellement de l’avis que les droits de l’Humain, à proprement parler, ne feront un bond de géant que lorsque la compassion et les élans d’humanité s’étendront à tous les êtres vivants capables de souffrir, et que l’Homme militera pour abolir toutes les souffrances, qu’elles soient humaines ou animales. Lorsque enfin la pitié – appelons-la miséricorde ou commisération, selon nos convictions ou croyances – que lui inspire la souffrance d’autrui ne se limitera pas aux spécimens de sa seule espèce. C’est seulement quand les droits universels de l’Animal seront proclamés que la barbarie le cédera au concept d’ « humanité » pour lui donner toute sa signification, toute son amplitude, toute sa vérité.

      En dépit de l’évolution des idées, de l’invention de l’imprimerie et de l’universalité d’internet, l’Homme en est malheureusement demeuré, dans ce domaine pourtant essentiel des œuvres humaines, au niveau d’Aristote, enfermé dans l’idée que les animaux se relèguent par évidence au 36ème dessous de l’échelle naturelle à cause de leur « irrationalité apparente », et parce qu’ils ne possèderaient « pas d’intérêt propre. »

      Qu’on m’explique alors ce qu’il peut y avoir d’humain dans l’être humain lorsque la souffrance de ses cousins inférieurs ne soulève qu’indifférence et dédain, tout au plus un peu de gêne ou d’indisposition, lorsque cette souffrance est entretenue pour flatter le plaisir du palais et des sens. Entre certaines arrière-cuisines où l’on dissèque les proies vivantes pour en améliorer le goût et les arènes des corridas, le chemin reste encore long qui va de la sauvagerie à l’humanité, quand ce chemin ne finit pas inéluctablement dans l’impasse.

    1. Monsieur Jorion,

      il y a actuellement un  » débat  » sur arte sur les Hacker, il n’est que pure propagande en faveur de l’idéologie en place et le marché.

      bou les méchants Hacker; c’est pirates qui ne respectent point les «  »Démocraties ».

      qu’en pensez-vous ?

      le débat est complétement déséquilibré. une émission télévisée détruit votre travail de réfléxion de plusieurs mois, de plusieurs années…

      cela me dégoute !

      1. Le débat, j’ai arrêté au milieu, fatiguant, et les questions du journaliste – un peu trop à charge à mon gout, et lourdes de sous-entendus – m’énervaient…
        Mais je me souviens d’une phrase d’un des invervenants (un hacker étranger…) ‘quand les idéologies passent avant les hommes, c’est une forme de fascisme’, pour justifier la critique faite envers certains méchants ‘hackers’, capables de tout au nom de leurs idées; L’argument me parle, mais j’ai en tête des tas d’idéologies (les ‘marchés’®…) qui passent aussi avant les hommes.
        Cette remise en contexte, le fait qu’une force n’existe pas SEULE, et est forcément accompagnée d’une contre-réaction, semblait effectivement absente du débat, c’est bien dommage, j’en attendais plus d’Arte.

        Par contre, le documentaire qui précédait m’avait l’air plus objectif, montrant de ‘vrais’ hackers (du Chaos Computer Club par ex.), expliquant que la principale motivation de ces jeunes ‘pirates’ est bien souvent un jeu de curiosité technique, un challenge intellectuel pour trouver ‘comment ça marche’.
        Car il ne faut pas oublier que, si pour l’utilisateur lambda, il est bizarre que la machine ne fonctionne pas, pour l’esprit technique affuté de curiosité, la véritable bizarrerie est que cela marche !
        N’oublions pas que les premiers ‘hackers’ étaient des élèves du MIT, au milieu des années 60, qui prirent l’initiative d’aller bidouiller les 1ers ordinateurs, ou encore le système téléphonique des labos du campus, parfois avec l’appui de leur professeurs, parfois non. (source : http://forge.framabook.org/stallman/chapitre-131-fr.poule)

        La question de ‘propriété’, magnifiquement défendue par les dinosaures du système, n’aurait pas permis Internet, comme le rappelle le documentaire.

        Je pense personnellement que l’idéologie de ‘transparence’, de ‘propriété intellectuelle ouverte et inaliénable’, à l’image de certaines licenses open-source, est porteuse de beaucoup plus d’égalité (et donc de progrès) que la simple idée de concurrence individuelle…

        Il est des choses qui ne devraient appartenir à personne.

  3. Source Agence ANA

    A Athènes, la place Syntagma a été envahie à partir de 18h par une foule extrêmement nombreuse, du jamais vu.

    Toutes générations confondues, au-milieu des drapeaux grecs, espagnols, irlandais, portugais et même d’Egypte, de Tunisie et du Yemen, les manifestants ont scandé -comme le font depuis 12 jours les « indignés »- leur opposition absolue au Mémorandum de la Troïka et aux mesures prévues dans le programme à moyen terme.

    1. Nous vivons une époque malheureuse. Mais il y a quand même des gens pour relever la tête. Tout n’est pas perdu donc.

  4. Rome s’est développée grâce aux mines d’or espagnoles , taries , Rome s’éteint.
    La civilisation actuelle s’est développée grâce au pétrole…..la suite est écrite.
    Produit non renouvelable ce pétrole aurait du être conservé , protégé , pour les siècles à venir.
    Surtout pas pompé en masse pour déplacer des masses de gens.
    Ce développement s’est aussi accompagné d’une quantité de dettes en suspension , non attribuées.
    Le développement de l’information mondiale fait voir les différences innacceptables aux populations.
    L’ensemble mène aux révoltes , révolutions , calmes ou armées selon la résistance au changement.
    D’énormes incertitudes sont dans les esprits , les gens se sentent perdus , sans solutions.
    Préparez vous à ces changements …

    1. Le pétrole provient pour une grande part des micro-algues . Pour récupérer les hydrocarbures qu’elles contiennent il faut les distiller ce que fait très mal et très lentement la nature par des procédés géologiques très complexes.
      Comme pour l’alcool l’homme peut être un bon distillateur des hydrocarbures des micro-algues produites dans les chenaux de marées tropicaux par exemple.
      Reste à définir les propriétés et propriétaires capitalistes affectées à ce futur eldorado.
      Et ne croyez pas que le CO2, source de la vie est démoniaque parce qu’il sort de « l’anus » des automobiles et des usines!

  5. Ah ça les brevets, je connais le problème, dans le domaine privé ce sont les employeurs qui ramassent la mise, l’inventeur employé d’une entreprise, lui, en général n’a droit à pas grand chose, voire des ennuis…

    En France, c’est d’ailleurs amusant de voir ce cache misère du concours Lépine pour nous vanter l’importance de l’innovation.

    1. Aux US, l’inventeur,même salarié, se voit octroyer un pourcentage sur le bénéfice généré. C’est simplement qu’en France on prend les chercheurs pour des c… (il y a des limites à l’économie des coûts de transaction dans l’organisation!).

      Si cela devait vous arriver:
      1/ Conservez le maximum du produit de votre travail.
      2/ Démissionnez quand vous en savez suffisamment pour mener le projet à bien tout seul, tout en étant encore indispensable à sa réussite (dans les temps).
      3/ Contactez moi. Je peux peut-être faire quelque chose pour vous.

      Les français ne sont pas assez subversifs. Trop bons,… Nombreux sont ceux qui préfèrent désormais ne rien livrer, ou qui font délibérément trainer, dégoutés par avance de la jolie médaille en chocolat qui les attend en cas de succès (et oui ,on en est là…).

      1. Eh oui ! On parle de capital intellectuel..; un capital que l’entreprise s’approprie sans intérêt sous prétexte de le confondre avec la ‘force de travail’ ou de fournir l’usine pour l’exploiter ! Cela n’a du sens qu’à la condition que l’exploitation de ce capital ne change pas l’usine elle-même. En fait, tout cela n’est qu’une des scories de l’ancien monde, une pensée héritée du 19me siècle et des précédents, qui n’a d’autre objectif que de nous garder les pieds dans la béton afin d’éviter que ce dernier pas vers le précipice.

  6. Ça doit être une déformation à force de lire vos chroniques mais quand Barlow dit « La communauté Internet traite toute tentative de mise au pas comme une simple avarie qu’il s’agit banalement de contourner » je lis « Le monde de la finance traite… » Du coup c’est nettement plus désespérant.

  7. Vous ne pouvez pas écrire
    « Ses capacités, d’une part, à imposer la gratuité et le don comme les formes par défaut du rapport social, et d’autre part, à balayer en quelques semaines des régimes politiques où, comme l’e-G8 l’illustre si bien, la direction de l’État a été confiée au monde des affaires, licites ou illicites. »
    sans identifier les lignes de fuite ou de résistance, à ces énormités mortifères ?
    Ne nous dites pas qui nous reste le maquis ?

  8. Les médias anglo saxons bien entendu à fond la caisse contre le second ‘bailout’ de la Grèce.

    JUNCKER SAYS EURO OVERVALUED VS OTHER MAJOR CURRENCIES
    JUNCKER SAYS EURO AREA SHOULD HAVE EXCHANGE-RATE POLICY

    And in far more important news, Greece’s G-Pap says that he is willing to consider a referendum on the Greek bailout measures. If so, it’s goodbye EUR: a referendum has a snowball’s chance in a Comcast business channel in passing.

    http://www.zerohedge.com/article/juncker-says-euro-overvalued

    Handelsblatt Reports Second Greek Bailout Package To Be Delayed.

    http://www.zerohedge.com/article/handelsblatt-reports-second-greek-bailout-package-be-delayed

      1. La gratuité du contenu (les bits d’information qui circulent sur le réseau).

        L’abonnement au FAI est supposé couvrir uniquement les coûts d’installation du réseau et sa maintenance.

        En fait, ce réseau est un exemple parfait de bien public, comme celui des routes qui mènent d’un point A à un point B du territoire. Pourquoi le confier à des société privées? Non seulement on leur paye un profit qui n’a pas lieu d’être, mais en plus, maintenant, elles veulent une plus grande part du gâteau, elles veulent se faire du beurre sur le contenu et donc imposer la non gratuité du contenu.
        On leur a donné un doigt, maintenant elles veulent prendre le bras : conclusion, il faut leur reprendre ce doigt.

      2. Ecrit en 2000
        Internet, ce bricolage téléphonique est un début d’émergence relativement typique chez les espèces en début d’évolution. Cela permet à certains d’entre nous de s’auto baptiser civilisation planétaire, ce qui n’est pas tout faux mais nous sommes loin du compte.
        Internet devrait permettre un accès égal pour tous aux même savoir et libérer l’exercice de la liberté d’expression à une échelle sans précédent. Ce n’est pas le cas. Il reste des abîmes entre des pays comme le Canada et le Burkina Faso – qui avait deux connexions en 1998. Bien entendu cette émergence devrait être équilibrée avant d’aller plus loin.
        Au niveau socialo-économique se présente une situation qui devrait être extrêmement positive. Les biens «immatériels » qui circulent sur le web tendent à la gratuité.
        Cette gratuité devrait ouvrir de formidables perspectives d’évolution sociale si elle parvient à créer une percée hors de la logique marchande consensuelle décrite dans la partie économie.
        Mais pour l’instant le Net n’est que le laboratoire de l’affrontement entre un système commercial classique et une logique de gratuité, rapidement sa problématique de l' »auto influence » des masses posera des problèmes aux pouvoirs en place. Pour l’instant on ne fait que voir un net durcissement de nos notions absurdes de propriété artistique ou littéraire parce que la numérisation et les possibilités qu’elle offre ont radicalisé l’antagonisme entre les multinationales de la culture et les usagers désireux d’accéder aux œuvres et de les échanger librement.
        Sur ce point il faut être optimistes car renforcer les droits de reproduction reviendrait à imposer la rareté à un système technique conçu pour maximiser la diffusion de l’information. Si vous suiviez cette logique nous nous retrouverons un jour à interdire aux enfants d’apprendre des poèmes par cœur et de les réciter à leur famille, nous devrions taxer les correspondances amoureuses quand elles sont littéraires et renoncer aux karaoké.

    1. non c’est le partage et la transparence/traçabilité.

      c’est la logique intrinsèque d’internet car c’est en ce sens que le réseau a été élaboré.

    1. Comme dit B.Obama :
      « Dans sa causerie hebdomadaire du samedi à la radio et à la télévision, Barack Obama a reconnu que l’économie devait affronter « de forts vents contraires ». dont l’origine serait selon lui à trouver dans le prix élevé de l’essence, le séisme au Japon et la situation financière européenne… N’ayant pas de remèdes à proposer pour les contrarier, il a faute de mieux terminé par une péroraison : « Nous sommes un peuple qui n’abandonne pas, nous faisons de grandes choses, nous façonnons nos destinées. Et je suis persuadé que si nous conservons cette état d’esprit, le meilleur est devant nous. »

    2. A propos de démocratie, un très bon article d’Olivier Berruyer, et surtout une proposition pour y remédier : http://www.les-crises.fr/representativite-democratique/

      La nouvelle de dimanche c’est que les Portugais ont choisi, comme annoncé, la droite pour protester contre l’austérité imposée par le précédant gouvernement de gauche. Alors que le nouveau premier ministre a promit d’imposer une austérité encore plus lourde, et on peut lui faire confiance.
      Les gens ont besoin de se rassurer et peu importe les conséquences, ils votent « contre » et à droite. Quand ils en auront assez de l’austérité de droite, que choisiront-ils?
      Certainement ni la gauche ni la droite mais des nationalistes proposant les solutions les plus simplistes, et rassurantes.
      Ce qui ne me rassure pas…
      En tout cas les ultra-lib ont du souci à se faire, les nationalistes les haïssent encore plusse que la gauche ne les méprise.

      1. expérience : phase 1
        – deux cages de rats(toujours les mêmes qui morflent) dont une comporte un bouton qu’ils pressent en marchant dessus.
        – des décharges électriques sont envoyées aléatoirement dans la grille qui constitue le sol des cages.
        – les rats dans la cage ou il y a le bouton comprennent que marcher dessus coupe le courant
        – au bout d’un temps, un évaluation du stress des animaux est fait
        dans la cage au bouton les rats sont un peu stressés alors que dans l’autre ça flippe veugras
        expérience : phase 2
        le bouton est cette fois désactivé et n’a donc plus d’effet
        – un autre période de temps passe et les rats de la cage au bouton appuient toujours dessus bien que rien ne se passe tandis que les autres minables qu’ont pas de boutons(ni de jantes larges) dans leur cage dérouillent comme les loosers qu’ils sont.
        – reévaluation du stress : les garis au bouton sont cool et c’est à qui appuiera le premier sur le truc, les autres sont bons qu’à prendre des patates injustifiées dans leur vie insensée, se battent pour un rien et sont toujours stressés

        conclusion
        – le vote c’est le bouton
        – le programme politique c’est les déchargent

    1. Excellentes, les réflexions de ce blogger.

      MAIS…
      Il a oublié de préciser quelque chose : le but de l’enfumage actuel est le CONTROLE des opinions sur le net.
      Rien d’autre.

      Et, juste une preuve : Notre Président Adoré (NPA), a invité dans son palais les blogger français les plus populaires..
      Juste histoire de « rappeler » que l’anonymat du pseudo ne l’était pas tant que ça…
      Tiens… ?! un bruit de botte au fond du couloir…

      1. @ Yvan,

        Bonjour,

        http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/le-net-une-toile-d-araignee-73885

        Du factuel et de l’iconoclaste, bon appétit.

        Ni Anellla ni son papa Paul n’ont reçu de carton, une simple faute de goût? Serions-nous déçus…

        Ah si la joie se payait, ferions-nous faillite? Le FOL inaccessible (first order logic)?

        Clin d’oeil ensoleillé:

        http://www.youtube.com/watch?v=HLlCwPJqvWk

        Pour « agent » troublé:
        http://cormas.cirad.fr/pdf/accompagnement.pdf

        Sans coutures, ceci n’est pas un pantalon, ni une botte, nom d’une pipe?
        « Le P…graphe, du phonographe, le trublion, de la chanson »
        (Brassens, « détournement logique » de la théorie des graphes)

        Pour les clowneries et leurs occasionnelles ratées, la tendresse des simples:

        Entretien:Jean-Pierre Vernant
        Le sens de l’hospitalité est-il universel ? beau voyage..
        http://www.cles.com/entretiens/article/le-sens-de-l-hospitalite-est-il

        Pour les chercheurs en subversivité, une vieille recommandation:
        Boris Vian:
        Le problème du colon
        Le prix d’un parlementaire
        Le lampiste est le vrai coupable

        Multi-usage

      2. Effectivement, excellents les arguments de ce blogueur.

        Il ne faut pas non plus complètement s’étonner que les politiques cherchent à intégrer le monde des blogueurs, c’est toute de même le rôle d’un politique que d’être en phase (à l’écoute et en dialogue) avec l’opinion, avec ce qui se dit et se pense. Ne pas le faire est même une faute politique .

        Maintenant, sur le mode ancien, le propre des politiques est de rassembler autour d’eux en vue d’élections. Ils s’en tiennent généralement assez bien à cet exercice qu’ils ont parfaitement intégré. C’est là qu’est l’os ! En effet, il leur faut bien chercher à créer des mouvements d’opinion favorable autour d’eux. Entre chercher convaincre (ce qui est plutôt louable) et chercher à manipuler l’opinion, le pas est hélas facilement franchi.

        Comment faire, alors, dans le mode nouveau qui contient aussi du Web ?

        Pour apporter ma contribution à cette question, il me vient en tête les propos récents d’un scientifique (anthropologue ?). Entendu la semaine dernière à la radio (France Inter, je crois). Il y parlait des fourmis légionnaires ou carnivores qui avaient la capacité en cas d’inondation ou de migration en rivière de se rassembler en une boule si dense que ladite boule pouvait flotter des jours durant ! Et pas un seul noyé, SVP ! Un système génial, visez du peu :

        – circulation des individus de bas en haut et de l’extérieur vers l’intérieur de la boule permettant de renouveler constamment l’oxygène et de conserver une étanchéité parfaite !
        – idem pour la nourriture et les déchets
        – en cas d’incident comme la chute d’une branche sur ladite boule flottante ou la rencontre avec un obstacle, une capacité extraordinaire à se déformer, contourner, ou à déplacer l’objet tombé sur la surface supérieure de la sphère jusqu’à s’en débarrasser dans l’eau en le faisant « glisser » à l’aide de leurs pattes, tout en compensant les besoins ponctuels d’oxygène supplémentaire !
        – possibilité de construire des excroissances de la sphère (sorte de pointes) constituées d’individus arrimés solidement les uns autres, pour parvenir à s’accrocher à un point fixe comme la berge ou une branche, afin de revenir sur la terre ferme quand cela est jugé opportun (constitution d’une nouvelle colonie, etc.)

        Et pas de chef ! Une reine pondeuse et c’est tout. Juste des contributions individuelles auto-régulées en vue de la survie collective et du bien-être individuel. Le tout avec un système de communication olfactif et tactile (vibratoire) à la fois simplissime et super efficace.

        Et de comparer ce radeau parfait aux réseaux sociaux et à leur infinie capacité d’adaptation et d’auto-régulation. Et de se demander si l’on n’était pas en train de découvrir avec le Web une nouvelle forme de démocratie « sans chef suprême » ou à côté de celui-ci, infiniment plus efficace que la démocratie traditionnelle personnifiée.

        J’ai trouvé l’émission et l’analogie tout simplement passionnantes.
        Bon, je ne suis pas une fourmi, et alors .

  9. quand Richard dit sans les réseaux internet n’est rien, il se veut peut etre rassurant, dans le sens que les dits réseaux apartiennent à des oranges ou autres multinationales en lien etroit avec les etats, donc une maitrise possible de ce qui y est vehiculé. Il y a semble t’il quelques difficultés à trouver les moyens de cette maitrise. Face à la rente produite par ces réseaux, la cupidité empecherat elle de fermer les robinets si ils deviennent le vecteur de la revolte?

  10. Pérou: chute historique de la Bourse (-12,51%) après l’élection d’Humala

    LIMA – La Bourse de Lima a enregistré la plus forte chute de son histoire (-12,51%) et clos sa séance de manière anticipée lundi, au lendemain de la victoire à la présidentielle du candidat de gauche nationaliste Ollanta Humala, dont certaines propositions hérissent les milieux d’affaires.

    L’indice général de la Bourse a enregistré sa plus forte baisse de l’année, plombé par la chute des cours des principaux groupes miniers du pays comme Volcan (-15%) ou Buenaventura (11,6%).

    Le Pérou est le premier producteur mondial d’argent, le deuxième de cuivre et l’un des principaux d’or, de zinc, de plomb ou d’étain. Le secteur minier représente plus de 50% de ses exportations.

    http://www.romandie.com/news/n/_Perou_chute_historique_de_la_Bourse__1251_apres_l_election_d_Humala060620112206.asp

    1. Quand S.Richard dit « Sans les réseaux, Internet n’est rien « , il exprime en fait son souhait de faire payer Google, et quelques autres gros consommateurs de bande passante.

      En clair, Orange s’apprête à « brider » la bande passante, de manière à pouvoir « proposer » (imposer…) à ses clients (sur ce qu’on appelle « une box ») des tarifs modulés, c à d : des forfaits plus chers pour ceux qui consultent beaucoup de vidéo, par exemple…

      On peut encore dire que Orange estime que ses clients Livebox passent beaucoup trop de temps sur Youtube par rapport à ce qu’ils payent…

      On va donc voir débarquer des forfaits rapides (plus chers) et d’autres plus lents (bridés), un peu comme pour le courrier à la Poste…

      Extrait Reuters (in Numerama):

      « Stéphane Richard a dit mercredi avoir discuté avec le moteur de recherche Google d’une segmentation plus poussée de l’accès aux réseaux télécoms, en faisant payer plus cher aux usagers qui veulent un meilleur service : une connexion plus stable, plus rapide ou prioritaire » « Dans un tel cadre, l’opérateur et le géant américain pourraient se partager les revenus supplémentaires issus d’une différenciation supplémentaire du service ».

      « Est-ce qu’ils vont payer pour investir à nos côtés dans les capacités de réseau ? Non. Mais si la question est de savoir s’ils sont prêts à collaborer avec nous pour développer des usages plus intelligents du réseau ainsi que pour éduquer les consommateurs, alors oui »

      Apprécions le tact:
      S.Richard ne dit pas qu’il faut « faire payer le consommateur », mais « l’éduquer »…

      En fait, on assiste à une tentative,une de plus, de collusion entre deux très grosses sociétés pour mieux nous faire les poches…
      Avec, une fois de plus, la bénédiction de ceux qui nous « gouvernent »…

      Et, malheureusement, ceux qui pensent, comme Barlow, que

      « La communauté Internet traite toute tentative de mise au pas comme une simple avarie qu’il s’agit banalement de contourner ».

      se trompent lourdement: l’internet ne fonctionne pas, tout simplement, si les réseaux sont confisqués.

      Pour le moment, il n’est question que d’argent, on peut respirer un peu…
      Il y a de quoi s’inquiéter un peu plus quand on entend ce qu’ânonnent nos politiques dès qu’il s’agit de la liberté de parole sur le Net…(comme sur le très bon lien donné, en 13, par Agnès)

  11. Le danger principal d’Internet pour les puissants, c’est la dévalorisation du copyright, et plus généralement des droits d’auteurs, qui permettent de cloisonner la circulation et l’épanouissement des idées.

    Le mouvement des licences libres et des logiciels open source est une plaie pour la centralisation du pouvoir.

    Ce qui pour moi, me laisse rêveur. Car une fois les idées libres de tout carcan, on retrouvera certainement la grandeur mystique qu’elles véhiculent, et qui était célébrée à l’époque hellénistique et bien avant.

    1. Tiens j’ai une idée:
      Pas mal de sociétés sur le net proposent de vendre des contrats ou des lettres « -types ».
      Pourquoi ne pas faire sauter cette activité de parasites, puisqu’ils ne devraient après tout être payés que pour du conseil sur mesure ou pour de la gestion de conflits, le droit appartenant à tous (ce qui inclue les dispositions contractuelles de base).
      Pourquoi ne pas créer un site participatif (comme Linux et autres initiatives), où des professionnels qualifiés retraités mettraient leurs compétence au service de tous, et gratuitement bien sûr.
      Je suppose que les libertariens ne devraient rien avoir à y redire, le tout se faisant sur la base du consentement.

      Sur quels autres services d’inter-rmédiation pourrions nous également réaliser ce genre d’économie globale?

  12. The Revolution Will Not Be Televised … et j’ajouterai que internet même en est un frein , avec un internet privé de liberté , les peuples seraient dans les rues .

    1. « avec un internet privé de liberté , les peuples seraient dans les rues . »…Vous parlez des outils, j’ose espérez que vous ne niez pas le pouvoir de la plume …Il y a les muscles et les neurones…A chacun ses outils!…

  13. A propos de France Télécom, une info intéressante ici : France Télécom : les salariés actionnaires veulent un dividende réduit

    L’ensemble des représentants du personnel, toutes tendances confondues (une première dans l’histoire de l’opérateur), a donc demandé qu’une résolution visant à réduire le dividende à 1 euro par action soit mise au vote lors de l’assemblée générale qui se tient ce 7 juin. Une proposition rejetée par la direction de France Télécom qui dispose d’un droit de veto au conseil de surveillance des fonds d’épargne salariale de l’opérateur.

    Les salariés voteront donc contre le dividende à 1,40 euros. Ce seront sans doute les seuls actionnaires de l’opérateur historique à se prononcer pour une réduction de leurs bénéfices… à court terme.

    1. j’ai entendu un des représentants syndicaux sur Fr Inter, hier ; ils demandent une réduction des dividendes, pour mettre au pot sur recherche et innovation …

      ce qui n’intéresse pas les actionnaires zuesses par ex.

      toujours le double discours que l’on entend depuis des lustres : R&D, voilà notre but …
      mais c’est ce qu’ils ne font pas dans la réalité.
      =) ou comment engendrer le Titanic …

  14. Bonjour,

    En réaction avec le commentaire de pierrot123 (Commentaire 15), je vous propose la lecture de l’article suivant :
    http://korben.info/la-strategie-dorange-pour-augmenter-la-facture-et-la-fracture-numerique.html

    Certes (et cela n’est je crois pas précisé), les propos concerneraient l’internet mobile, cependant bien niais ceux qui penseraient que cette réflexion contemporaine de nos chers f.a.i se cantonne à ce segment et ne feraient pas parti d’une réflexion plus générale. J’en veux pour preuve les altercations entre ces mêmes f.a.i et les géants du contenus (youtube, daylimotion,…).

    Je suis intimement convaincu que internet, en tant que média ouvert, neutre et immédiat est probablement une des plus grande merveilles de ce 21ème siècle (bien que inventé au 20ème) ; et qu’il sera certainement amené à jouer un rôle conséquent dans la réorganisation du système mondial en bouleversant bien des « normes » actuelles. Et c’est bien la que le bat blesse, car son immense impact, que nous commençons tout juste à percevoir menace bien des intérêts (et pas ceux des entités les moins influentes/puissantes).

    Il y a tant et tant à dire et à redire à propos des réseaux, des changements que leur démocratisation massive occure, et de la cécité des instances dirigeantes en matière législatives, que je ne puis qu’encourager les internautes à se renseigner par eux-mêmes et à militer.

    L’homme se caractérise par sa capacité d’anticipation, malheureusement les repères qui lui permettent de concentrer sa réflexion sont conditionnés par le système médiatique. Trop nombreux sont les personnes qui profitent des fruits de ces avancées technologiques et qui les considèrent comme acquises, or, sauf capacités d’anticipations et réflexions latente, on ne réalise bien souvent la valeur d’un bien qu’à l’instant ou l’on s’en retrouve dépossédé.

    Anyway, j’apprécie vraiment votre article M. Jorion, et vous me voyez sincèrement ravi de vous lire aborder un tel sujet. Je ne puis que souhaiter que vous récidiviez, d’autant plus que j’ai pleinement confiance en la pertinence de vos analyses. La vision que vous pourriez en avoir à travers vos connaissances d’anthropologue m’intéresserait vraiment…

    Bref, vous l’aurez compris, je ne suis q’un geek, mais un geek conscient.

  15. il est possible de créer un réseau indépendant des fai, reste à permettre aux citoyens d’avoir les moyens de le mettre en place.

    un maillage wifi et que chacun reroute le traffic et hoste une partie du web (façon freenet).

    certes les déplacements seraient lents mais au moins, le réseau ne pourrait jamais être totalement éteint ni coupé.

    avec une bonne antenne, la portée d’un wifi modifié peut être amenée à 200 km en émission ! et totalement impossible à censurer.

    1. Absolument, Aurel.

      Ce qui est presque amusant, est que ceux qui veulent nous contrôler nous ont fourni les moyens de les contourner…
      Selon fait penser à la « logique » commerciale de microsoft qui a permis que son DOS ainsi que son windows soient facilement copiables afin d’en assurer la diffusion massive…

      L’arroseur arrosé est un plaisir indicible.

      1. Tiens…
        Veuillez remplacer selon par cela.
        En réalité, c’était une femme…

        Enfin… UNE logique commerciale. Pardon Mesdames… 😉
        Vous savez que je vous adore.
        Et que je m’auto-enfonce sans avoir besoin de personne…

      2. la drogue est interdite.
        les antennes wifi publiques peuvent être aussi interdite.
        c’est eux qui ont les matraques et les tasers.
        c’est pas parce qu’on dispose de trois gadgets qu’on est tiré d’affaire.
        localiser un hot-spot est très facile avec les gadgets appropriés.
        le premier réseau reste les gens, même si la rapidité est sans commune mesure.
        et la gratuité et le partage y est transposable.

      3. c’est eux qui ont les matraques et les tasers.

        y a pas un inventeur génial , hors concours Lépine, évidemment, pour inventer un bouclier pas cher, purement défensif, retournant l’énergie du taser sur l’agresseur ou encore une combinaison anti-taser?

      4. Mianne, une simple tôle (comme j’en prends parfois par ces Dames) très fine ou un papier alu portée sur la poitrine et isolée de toi fait exploser la pile du taser.
        Testes. Tu verras.

      5. non que je manque de confiance, mais pourrait-on avoir une petite video, nous montrant un yvan ( masqué : on veut pas savoir) en papillotte, avec thym, laurier, filet de citron …mais je m’égare, bref entouré d’alu. face à un tir de taser effectué par un robocop énervé …
        impact, ablation de l’alu sur zone impactée, et vision de la lésion éventuelle …
        sinon, état du taser-man …

        bref, des preuves …

        avant de faire monter le coût du papier d’alu. en nue position ..: eh mais qu’est-ce que je raconte, moi …me mélange les crayons dans la piscine …
        Vite, une poche de glace …

    2. Heu…Très facile à censurer, en fait:
      «  » Art. X de la loi du x.x.x:
      Sera puni d’une peine de xxx mois de prison et/ou de xxx Euros d’amende, quiconque aura, en toute connaissance de cause, à l’aide de tous moyens hertziens ou autres, émis ou ré-émis…etc.. etc… » »

      1. C’est applicable lorsque les émissions sont constantes et/ou géographiquement peu nombreuses (cf : radio Londres).
        Mais va-t’en trianguler un message très court en émission style texte émis par suffisamment de sources potentielles…

        Y’a pas que les vidéos, dans la vie.
        Même celles de ceux qui ne sont pas nés Robinson.

      2. Pour ceux qui vont me ressortir le coup d’avoir besoin d’un dico pour me comprendre, je vous rappelle qu’une fois par semaine, un gars barbu, ici, nous assène qu’on nait Vendredi.
        Et, en passant, il ne nous a toujours pas expliqué pourquoi on ne pourrait pas naître Robinson.

        Je suis patient. Ca viendra peut-être un jour…

      3. oui oui, déjà qu’ils ont toutes les peines du monde a arrêter le libre partage (à but lucratif ou non)… alors arrêter un réseau en maillage local, bon courage… faudrait aller frapper à toutes les portes pour dire aux gens, coupez le wifi…

        je ris d’avance.

      4. Oui, ils essaieront de faire quelques exemples mais cela ne suffira pas et nourrirait sans doute une révolte. Je n’y connaît rien en réseaux mais s’il y a quelque chose à faire et qu’on me dit quoi faire, je suis partant pour une collaboration active et je ne dois pas être le seul. Il ya peut-être déjà un site, un groupe, qui planche concrètement là-dessus en France?

      5. @Toine
        Tu crois sérieusement qu’ils viendront te le dire? 😉

        Les outils sont plus simples à utiliser qu’à concevoir et consrtuire, mais le problème – toujours le même – est de savoir avec qui.
        Ceux-là, qui n’appartiennent à personne et donc à tout le monde, par essence devraient être classés « Patrimoine de l’Humanité ». C’est un vieux débat déjà, qui n’a pas encore trouvé d’issue. Mais elle est proche, n’est-ce pas?
        Les « militants » du Logiciel Libre quand ce ne sont pas des artistes, sont avant tout des développeurs(ses), et comme il s’agit d’un outil collaboratif qui a besoin d’internet en tant que moyen de partage décentralisé pour évoluer, ceci explique cela.

        C’est valable en histoire, en hydrogéologie, comme ailleurs : quand on travaille sur les sources, on devient radical.

  16. La cléricature aussi, au début du XVIe siècle a essayé de diaboliser l’imprimerie puis de la contrôler. A part des « hérétiques » et des « sorcières » , ce sont les livres qu’on brulait le plus.
    Peine perdue, elle a perdu l’exclusivité de l’intellectualisme.
    Elle n’a réussi ni à empêcher les idées de réforme ni les idées humanistes de se diffuser.
    Les pouvoirs aussi ont eu une réaction sanguinaire contre cette nouveauté qu’on appelait libelle et qui s’est transformé en presse. Rien n’y a fait.

    Chico Buarte le chante très bien dans Ha que sera que sera
    http://www.youtube.com/watch?v=51Aln1RM2zw

    Dont le texte, sans rapport avec celui de Nougaro, est bien plus politique quand on considère qu’il fut écrit et chanté en pleine dictature.

  17. A Bertrand entre autre
    Connaissez-vous le mouvement des villes et villages « en transition » manuel de transition : de la dépendance au pétrole à la résilience locale ROB HOPKINS ?
    déjà des milliers d’initiatives locales ont démarré leur processus de transition. Un mouvement à rencontrer, à rejoindre et vite, ça urge !!
    sincèrement à vous tous (tes)

  18. M. Jorion , vous évoquiez vendredi les déclarations d’Obama qui affirmait que certaines attaques informatiques pourraient déclencher « un acte de guerre »
    Mais à quoi pense t-il ? Un piratage ? on a déjà connu . Et si c’était plutôt ça ;
    http://owni.fr/2011/05/25/naspter-banque/ A qui ferait-l la guerre ce prix Nobel ?

    1. @auguste

      Tout faux. Obama ne pense à rien de particulier, il dit ce qu’on lui dit de dire, on lui explique que c’est bon pour les zuesses s’il faut et c’est marre.
      Pour votre histoire de bitcoin, de « pirates » monétaire et le texte en lien, que j’ai déjà vu passer par ici (et qui fait vraiment du buzz, même sans Auguste…), il me semble bien que l’auteur, Rick Falkvinge, fondateur du Parti Pirate Suédois, ancien membre du parti de droite libéral-conservateur du Rassemblement Modéré (ça s’invente pas ! ) et entrepreneur en techno de l’info et de la com n’a, comme tous les promoteurs de ces bitcoins, qu’un objectif : en finir avec les impôts sur le revenu ou sur la fortune comme avec les cotisations sociales pour instaurer un régime de taxe unique sur la consommation avec un revenu de subsistance garanti pour tous en généreuse compensation « sociale ».
      Bref, de l’Hayek, ou à peu près, dans le texte…
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Rickard_Falkvinge
      Une autre production de notre sympathique suédois libertarien « Falkvinge », de son vrai blaze Dick Augustsson né à Göteborg le 21 janvier 1972 :
      http://owni.fr/2011/06/04/monnaies-virtuelles-une-revolution-fiscale/

      1. Obama ne pense à rien de particulier, il dit ce qu’on lui dit de dire

        Ben ça alors, le prodigieux vigneron n’est point dans les vignes du Seigneur, mais dans le cerveau d’Obama ( entre autre ) …
        et, qui plus est, dans un cerveau qui ne pense pas, dit-il …

        vit-on jamais plus radicale critique !

        les *zuesses feraient-elles la collection de puppets ( inside et outside =) voir not’sous-vers-rien) ?
        attention hein, jouer aux marionnettes, c’est tout un art .
        de là à ce qu’*ils fassent un bide, les foules n’étant plus extasiées .

  19. Très bon article. Oui, le eG8, belle double tentative de récupération, entre les champions de l’Internet commercial et Sarkozy qui voulait donner un peu de contenu à sa présidence du G8

    Internet, il ne faut pas lui en faire dire ou faire plus qu’il ne le peut. En matière de politique notamment, Internet est un formidable moyen de dialoguer et d’échanger sur les idées. Mais il est intéressant de lire les livres qui ont été écrits sur la campagne Obama, qui montrent bien qu’au-delà du mythe, Internet a surtout été pour lui en 2008 un moyen de construire une base de données pour ensuite faire de la politique américaine « traditionnelle » = TV + téléphone + porte à porte. Quand on voit son site pour 2012, on voit bien que l’optique est la même = on vous demande votre ZIP code et votre adresse mail avant même d’entrer…

    Chez France Energies, nous avons développé un site Internet politique collaboratif que nous trouvons très moderne et très efficace ; mais il va falloir maintenant attaquer les médias traditionnels !

    http://goo.gl/fX3Az

  20. La question de savoir à qui « appartient » le réseau a été confisqué depuis belle lurette par les opérateurs téléphoniques quand ils ont choisi de proposer l’internet haut débit pour le grand public sous la forme de l’ADSL et non pas du SDSL (A pour Asymetric et S pour Symetric).
    Qu’est ce qui est symétrique ou asymétrique dans tout cela ? Simplement la bande passante attribuée dans un sens ou dans l’autre du réseau, les opérateurs ont décidé que les utilisateurs devaient pouvoir emettre beaucoup moins vite que ce qu’ils recevaient alors que techniquement rien n’imposait cette solution.
    Par cette pratique, les opérateurs ont choisi :
    – de créer deux marchés l’ADSL d’une part vendu massivement à bas prix et le SDSL vendu aux entreprises à prix elevé même pour un débit assez faible (c’était la situation au début de l’introduction de l’ADSL, je ne sais pas ce que c’est devenu depuis)
    – de mettre le grand public dans un role relativement passif
    – de créer un marché pour les entreprises qui hébergent les sites en pénalisant les utilisateurs qui voudraient être autonomes

    Ce choix des opérateurs a pour conséquence de rendre les hébergeurs contrôlables aussi bien par l’état que par les entreprises, il est en effet difficile de contrôler une myriades de boitier « serveur » chez des dizaines de milliers de particuliers qui hébergeraient eux même leur blog, le tout sans pub évidemment…

    1. Encore un obsédé de la vidéo qui ne se rend pas compte que l’irc est du texte…
      Soit, camarade, comme je l’ai écrit plus haut, un modem 56K n’est pas la mort sauf si tu es « gourmand » en bande passante.

      Bande de new… (suite auto-censurée par mon modérateur qui n’aime pas que l’on parle sexe) 😉

    2. Exactement…
      Il n’est pas si difficile de tout (re-)mettre sous contrôle…
      Avec ce Mr.Richard, nous risquons tout simplement d’assister à une renaissance du Minitel…
      Avec ce système totalement captif, France-Télécom a gagné des fortunes.

      Les cadres F.T. de l’époque donnaient des conférences à des Américains ébahis, pour leur exposer comment gagner de l’argent chez eux avec ce truc…(ils n’y sont jamais parvenus parce que tout ça reposait tout bêtement sur l’absence totale de concurrence à F.T. à cette époque.)

      Ah!…Le temps béni du « Minitel-bien-de-chez-nous », où le consommateur (qui n’était pas alors un Internaute…) n’avait d’autre choix que de consommer en silence, et ne pouvait en aucun cas se mêler d’aller troubler les aires de jeux des puissants.

      Certes ce modèle a vécu, mais avec cette idée du bridage des flux, Mr.Richard tend à nous en rapprocher…

  21. « e-G8 : un monde nouveau, sosie de l’ancien  »

    bah , depuis Thalès et Desargues , on sait que ,même projeté sur un plan ou espace , un systeme donné conserve ses proportions …

  22. « Nous avons récemment tenté l’expérience aux États-Unis en matière de finance, et l’on ne peut pas parler d’un franc succès ».

    Si si c’est un franc succès! Croyez en Georges Ugeux paraphrasé de la sorte dans le dernier billet de son blog : entre la crise des sub-primes et la crise de la crise grecque, aucun lien de causalité!

    Mieux, elle aurait la vertu de mettre à jour un mal bien plus profond et dont nous ne nous pouvons nous en prendre qu’à nous mêmes : des pesions trop élevées et une sécurité sociale trop généreuse!

    http://finance.blog.lemonde.fr/2011/06/06/bale-iii-les-enjeux-du-debat-transatlantique/#comments

    1. … »
      LE NOUVEAU DEUXIEME CONSEILLER

      Coupée de ses vraies causes, la crise de l’Etat
      Apparaît autonome, un comment sans pourquoi,
      A part comme toujours l’usuelle imputation
      Qui condamne l’Etat à la divagation:
      L’impécuniosité entre dans son essence
      Répètent ceux-là mêmes qui ont l’outrecuidance
      De le vilipender, sauf quand leurs turpitudes
      Les poussent à quérir toute sollicitude.
      Ne pas incriminer les vrais fauteurs de crise
      C’est donc vous exposer à toutes les méprises,
      A commencer par celle qui jettera l’opprobre
      Sur l’Etat réputé inapte à être sobre.
      Tour extraordinaire, suprême habileté,
      La crise financière se fait donc oublier,
      Et de crise privée se fait crise publique…
      Subtil escamotage, chiasme machiavélique,
      Le monde est abusé et n’y voit que du feu,
      L’Etat isolément devient le seul enjeu.
      Déplacement mortel, fatale translation,
      Et vous seul concentrez toutes les attentions.
      L’Etat, de sauveteur, devient un accusé,
      De son intervention qui donc lui saura gré?
      « L’Etat est le problème », c’est ce que tous crieront,
      Et savez-vous le pire: les banquiers s’y joindront.

      … »

      F.Lordon / « D’un retournement l’autre »

  23. Mais que faire? En passant, pour le plaisir:
    « L’institutionnalisation (sérieuse) du capitalisme ne s’envisage que sur des territoires politiquement clos par un principe de souveraineté (quelle que soit son échelle). Car sans la force politique, seule à même de faire tenir debout des institutions, la question de l’enforcement comme disent les anglo-saxons, c’est-à-dire du pouvoir de rendre des règles contraignantes exécutoires, reste sans solution. Que ces territoires de souveraineté soient de la plus grande extension possible, au-delà de l’échelle nationale, il est très légitime de le désirer, à supposer qu’on sache trouver le point d’équilibre entre le volontarisme-créateur et l’illusion qui fait prendre son désir pour la réalité. L’Union européenne tombe-t-elle sous cette catégorie d’un territoire politique outre-national possible ? En son état actuel, non à l’évidence. Est-il symétriquement exclu qu’elle y tombe jamais à horizon raisonnable ? Pas davantage. La crise pourrait-elle être l’opportunité de ce progrès ? Sans doute – à la condition cependant d’un événement politique que son ampleur qualifierait indiscutablement comme révolution : liquidation des élites politiques, économiques et médiatiques libérales, annulation des traités, authentique constituante, reconstruction à neuf des institutions européennes, soit le comble même du rêve éveillé… dont les prodromes se font pourtant connaître chez les manifestants d’Athènes, les uncut de Londres, les indignados de Madrid, ceux de la Bastille, en attendant (rêvant) un mouvement de contagion qui réunirait tous les peuples européens pour un coup de pied au cul de format continental. Auquel la décomposition endogène de la construction monétaire européenne, telle qu’elle s’opère sous nos yeux, pourrait venir donner un bel élan. »
    F. Lordon

    1. « en attendant (rêvant) un mouvement de contagion qui réunirait tous les peuples européens pour un coup de pied au cul de format continental. » dit Lordon

      « les pouvoirs en place dans les régimes démocratiques sont-ils prêts à voter une telle mesure ou bien ne le feront-ils que quand les peuples qu’ils représentent en principe les auront rappelés au sens du devoir par un appel du pied extra-parlementaire ? » dit Jorion

      1. Et dire que le spécialiste du pied dans ce gouvernement de bras cassés vient de démissionner!

  24. Emprunter à 1% à l’Etat pour prêter à 4%… à l’Etat ! Un doux rêve de spéculateur, devenu réalité de banquier, grâce à la crise.

    Les banques ont frôlé la faillite. Pour les sauver, l’Etat zunien (comme bien d’autres) a dégainé des plans d’aides d’urgence à plusieurs milliers de milliards de dollars. Mais voilà, comme le cash manquait, le pays a dû emprunter… à ces mêmes banques, qui ont ainsi pu replacer leurs rutilants biffetons, au lieu de financer l’économie : L’Etat prêtait à 0.5%, pendant qu’il empruntait à 3.5 ou 4%. Ce qu’on appelle un plan qui se déroule sans agios.

    C’est une étude du Congressional Research Service, commandée par le sénateur Bernie Sanders, qui vient de le confirmer (au cas où certains en doutaient encore). Au coeur de la crise, alors que la FED distribuait les aides d’urgence aux banques pour relancer l’économie, les banques se gavaient de bons du trésor.

    En tout, plus de 3000 milliards de dollars ont été prêtés aux institutions financières, sans aucun engagement de leur part. Par exemple, à 33 reprises, neuf entreprises ont ainsi pu emprunter entre 5,2 milliards et 6,2 milliards de dollars au taux réel de… 0,0078%, sur quatre semaines. Autant dire, rien ! De l’argent gratuit, en somme, qui était censé être réinjecté dans l’économie via des prêts aux entreprises et aux particuliers. Las, une bonne partie de cette manne était simplement placée en bons du trésor, dont la rémunération dépassait largement les 3%.

    Et pendant ce temps là, les entreprises en manque de flouze se cassaient les dents sur le zinc des guichets des banquiers… Peut-on faire plus cynique ?

    http://www.huffingtonpost.com/2011/04/26/fed-lending-helped-wall-street_n_853884.html

    1. @dissy
      On le sait , c’est idem en Europe, mais le voir confirmé une xème fois et écouter les médias généralistes du jour est vertigineux.
      -On bombarde Tripoli (on ne parle même plus depuis 2 à 3 semaines de protéger qui que ce soit, on bombarde, point barre)
      -Les bénéficiaires du RSA devront travailler 5 heures par semaine.
      -Luc Ferry est payé 4500 € par mois pour ne pas assurer ses cours à la Fac.

      Tout ça est à vomir.

      1. « …Nous en avons la preuve tangible, celle qu’a publiée la Cour des comptes. Il s’agit d’une lettre de mission adressée le 1er octobre 2007 par Sarkozy et Fillon au ministre des comptes publics, à l’époque Eric Woerth. Cette lettre explique cyniquement que «même si les enjeux financiers les plus importants sont liés à la lutte contre la fraude aux prélèvements, le chantier de la lutte contre la fraude aux prestations sociales […] est celui pour lequel les efforts les plus importants sont à mener ». Leur chasse aux pauvres était donc préméditée bien avant le ballon d’essai de Wauquiez contre les allocataires du RSA…. »
        http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/06/08/l%E2%80%99histoire-se-cherche-vous-ne-trouvez-pas/

    1. Et surarmée par qui?….Pas par ceux qui en sont le fossoyeur quand même !!? …Si ??

    1. pas une émission sur cet homme, non, mais sur un esprit de résistance qui est là, ou pas:

      juste une phrase, trés touchante sur Semprun

      … »Des voix s’éteignent qui nous ont été si chères, si proches, et tellement nécessaires pour apprendre comment résister à la honte, à l’injustice, à la peureuse indifférence. Des voix, comme celle de Jean-Pierre Vernant, merveilleux helléniste, héroïque colonel Berthier durant l’Occupation allemande, lui qui, le jour même de la Libération de Toulouse, déposa les armes et retourna à ses héros grecs. Des voix comme celle de Jorge Semprun, résistant à 19 ans, déporté à Buchenwald, qui vient de mourir et sera, comme il le voulait, enterré dans le drapeau de la république espagnole pour laquelle il poursuivit la lutte contre le franquisme tout en devenant un magnifique écrivain. Etre un intellectuel, et mettre sa vie en jeu quand il le faut. Il paraît, entend-on, qu’intellectuel est devenu péjoratif aujourd’hui. A voir la télévision, on peut comprendre…. »

      http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/humeurvagabonde/
      du Jeudi 9 juin., à l’écoute pendant un mois.

  25. Marinaleda, une utopie vers la paix :
    Pas de chômeurs, pas de promoteurs. Collectivisation des terres et des moyens de production. Et la démocratie, la vraie, la directe ! C’est tout ce dont nous parlons depuis fort longtemps. C’est ce dont parlent également les Indignés espagnols. Il y a un endroit où cela fonctionne depuis 1978. C’est le village de Marinaleda.
    Un reportage de daniel Mermet avec Antoine Chao
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2200
    « Marinaleda, un village en utopie », le film de Sophie Bolze sera projeté au cinéma La clef mardi 14 juin à 20h. (34 rue Daubenton 75005 Paris. Métro Censier-Daubenton. Entrée Libre)

  26. Tout de suite, ça s’épaissit grave… :

    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/06/08/les-etats-unis-elaborent-une-loi-plus-repressive-contre-les-sites-pirates_1533410_651865.html

    « En outre, en tant que sociétés privées de droit américain, elles s’interrogent sur leur légitimité à agir contre des étrangers résidant hors des Etats-Unis. Lors d’un discours prononcé à Londres en mai, Eric Schmidt, directeur exécutif de Google, a été très clair : « Si une loi exige que les DNS fassent une chose avec laquelle nous sommes en désaccord, et si cette loi est votée par le Congrès, et même si le président des Etats-Unis la signe, nous continuerons à la combattre. »

    M. Schmidt va jusqu’à comparer PIPA aux mesures répressives prises par les gouvernements dictatoriaux contre la liberté d’expression : « Allons-y, taillons en pièces les DNS (…), mais cela créera un mauvais précédent, car un autre pays va pouvoir dire « je n’aime pas la libre parole, alors je vais couper tel ou tel DNS » – et ce pays serait la Chine. » Ses propos ont provoqué des réactions indignées de la part des majors d’Hollywood, qui accusent Google de devenir une entreprise hors-la-loi. »

    Bonjour l’ambiance…

  27. @TOUS

    Je suis médusé. J’apprends que la FED n’est en aucun cas une banque d’état comme la banque de France mais une sorte de machin privé.

    Est-ce vrai?

  28. Oui, c’est dans cet article de wikipedia que j’ai pu lire ceci:

    « G. Edward Griffin dans son livre qui fut un bestseller populaire9,10 ainsi que dans les milieux des affaires11,12 The Creature from Jekyll Island: A Second Look at the Federal Reserve et qui en est à sa sixième édition, va dénoncer « les banques privées qui possèdent effectivement la Réserve Fédérale ».

    Et sur le lien consacré à Griffin, on peut lire:

    « Griffin explique que la Réserve fédérale a été créée en 1910 sur Jekyll Island dans un club très privé de milliardaires…
    …Parmi les sept personnes présentes sur l’île pour fonder la Réserve, Griffin cite Nelson Wilmarth Aldrich chef de la commission monétaire du Congrès et associé de John Pierpont Morgan ainsi que beau-père de John D. Rockefeller, Abraham Piat Andrews, assistant du secrétaire au Trésor, Frank A. Vanderlip président de la National City Bank of New York représentant les intérêts des Rockefeller et de la Kuhn, Loeb & Co, Henry Davison, senior partner de la J.P. Morgan & Co., Charles Norton président de la First National Bank of New York, Benjamin Strong, tête de la JP Morgan’s Banker’s Trust Company et qui deviendra 3 ans plus tard en 1913 le premier président de la Fed et finalement Paul Warburg représentant partenaire d’affaires de la Kuhn, Loeb & Co, représentant les intérêts des Rothschild de France et de Grande-Bretagne et conservant des liens étroits avec son frère Max Warburg gérant le consortium bancaire Warburg d’Allemagne et de Hollande2.

    Lorsque que le système de la fédérale réserve a été accepté aux États-Unis, des années après le vote de la Federal Reserve Act, les participants à cette réunion sur l’île Jekyll en 1910 ont écrit des livres et des articles. Chacun voulait tirer parti de ce qu’il avait fait. C’est la raison pour laquelle nous savons maintenant tous les détails. Ce qui est intéressant au sujet de la Federal Reserve Act, c’est que cette loi était supposée casser le cartel des banques. En fait, la loi a été écrite par les membres de ce cartel. »

    Griffin serait-il un soucoupiste? Ces informations n’en seraient pas?

    1. Griffin = libertarien complotiste à deux balles (Google is your friend). Ce sont des clowns qui essaiment sur wikipédia sur les sujets de création monétaire, de la FED, etc. A force de forcer les mises à jour, les contributeurs de bonne foi et bien informés se résignent à laisser ces inepties passer. C’est la technique dite « Bogdanov » pour ceux qui connaissent l’affaire 😉

      1. Julien Alexandre est un vrai âne bâté, cornaqué par Paul Jorion (son maître à « néo-pensée unique »), qui ne cherche nullement à comprendre la vérité et la réalité des faits, mais à mettre (préalablement à toute réflexion personnelle) des étiquettes (conforme, non-conforme, complotiste, libertarien, …) sur les contenants (auteurs) avant de daigner étudier les contenus (textes, liens, documents) qui lui sont présentés à la modération (censure) !

        Même la propagande officielle de la FED (page 7) admet l’évidence du « Federal Reserve Act », à savoir que celle-ci est effectivement détenus par des actionnaires privés (banques commerciales) :

        The Reserve Banks are quasi-governmental, or legally private but functionally public, corporations. Reserve Banks are “owned” by commercial banks in their region (that is, banks hold stock in their Federal Reserve Bank) but serve public goals and are overseen by the Board of Governors, a government entity.
        While these member banks are considered “owners” of the Fed, they do not have many of the usual rights of stockholders. For example, although 6 percent of their capital is invested in the Reserve Banks, their dividend return on this investment is fixed at 6 percent by law. The purpose of this quasi-governmental arrangement is to ensure a central bank that is both accountable to the American people and insulated from political pressure.

        Le véritable pouvoir des actionnaires privés de la Fed n’est évidement pas dans le montant des dividendes qu’ils touchent de celle-ci.

        LE RÉEL POUVOIR DES ACTIONNAIRES SECRETS DE LA FED EST AILLEURS !!!

      2. @ Assurancetourix

        La FED n’a aucun « actionnaire secret ». Elle est détenue par les 12 banques régionales fédérales. Ce sont ces 12 banques régionales fédérales dont sont actionnaires les banques commerciales. Ce que vous semblez ignorer, c’est que l’actionnariat des banques commerciales ayant une couverture nationale n’est pas un choix : c’est une obligation. Seules les banques commerciales ayant une couverture régionale ont le choix de devenir ou pas actionnaire. Les parts possédées dans la FED régionale, contrairement aux établissements privés, ne peuvent ni être changées, ni vendues, ni gagées.

        Les banques commerciales ne participent pas à l’élaboration de la politique monétaire de la FED. Ce sont les 7 membres du « board of governors » de la FED qui élaborent les politiques suivies par l’institution.

        Il est intéressant de noter que les 7 membres du « board of governors » sont nommés par le POTUS, et non pas par les conseils d’administration des banques commerciales. Vous en connaissez beaucoup des entreprises privées dont les dirigeants sont nommés par les pouvoirs publics ? Moi pas. Les banques commerciales élisent en revanche 6 des 9 gouverneurs des FED régionales.

        Les banques commerciales sont également solidaires de façon indivisible des pertes qui pourraient intervenir dans l’exercice des missions de la FED.

        38 % des banques américaines sont actionnaires de la FED. Ils sont où les « actionnaires secrets » ? 😉

        Que des devoirs, aucuns droits ou presque, et comme seule compensation pour le caractère obligatoire de leur participation et les responsabilités légales qui leur échoient un coupon de 6 %.

        Voyez comme ceci nuance le raccourci simplet « les banques commerciales possèdent la FED qui est privée et n’a rien de fédérale » et toutes les interprétations complotistes (j’adore les étiquettes, surtout quand elles collent bien) qui l’entourent.

        La qualification juridique correspondante en France serait très certainement celle de GIP (groupement d’intérêt public).

      3. @ Julien Alexandre

        C’est quand même hallucinant d’être obligé de vous insulter (via d’autres blogs interposés) pour réussir à avoir un commentaire, habituellement systématiquement censurés (blacklistés par adresse IP) par vos soins de « modérateurs », enfin publié sur le blog de Paul Jorion.

        Je ne cherche pas à avoir constamment raison, je cherche à appréhender la vérité, et lorsqu’il m’arrive de me tromper, je l’admets volontiers.

        Je viens de découvrir plusieurs documents intéressants (en anglais) que je vais étudier tranquillement et qui vont me servir de base pour une prochaine réponse argumentée (ou un article) sur la vérité sur la Fed:
        Money and the federal system : Myth and reality (rapport du Congrès US, 1996)
        The Federal Reserve System : Purposes & functions (FED, 2005)
        Debunking the Federal Reserve Conspiracy Theories (démystificateur, 2000) 😉

        Bonjour chez vous.

      4. @ Assurancetourix

        Très astucieux d’avoir « glissé » parmi les liens celui d’un site qui prétend « révéler la vérité secrète sur la FED » et qui commence son article avec une pieuvre… Un hasard éditorial sans doute 😉

        Vos efforts de compréhension (exceptés ceux qui consistent à m’insulter ici ou ailleurs et qui ne donnent pas beaucoup de crédit à la posture) sont louables et les liens que vous pointez, hormis celui cité plus haut qui a été égaré en cours de modération, vous permettront de prendre connaissance des éléments que je vous ai exposés ci-dessus et qui ne sont que de l’information publique accessible à qui veut bien se donner la peine de chercher des sources sérieuses.

      5. @ Julien Alexandre,

        Bonjour,

        Sans faits ni preuves, une question légitime de logique:

        Vous soulignez la faiblesse de la contrepartie privée (le coupon de 6%) octroyée par les pouvoirs publics à leurs obligations et devoirs envers ceux-ci.

        Paul a décrit les tricheries vécues personnellement (1% de falsification du CA informatiquement si mon souvenir et ma compréhension sont exacts)…Corrigez moi si nécessaire

        Vu l’avidité des banques, et sans présumer des différents montages juridiques possibles et existants, n’est-il pas patent que la finance génère poids et pouvoir économique, politique, gravité permise par les capacités théoriques et légales à forger des produits financiers démultipliant le réel à grand coût de risque, pour leur aise de caste d’in touchable inversée, sous couvert d’argument quasi de droit divin (dieu est dans la pluie, la liquidité, petite blagounette)?

        C’est littéraire, je sais, je serai curieux de voir la reformulation façon Pierre Sarton du Jonchay.

        Des pistes…de conscience

        A creuser…ensemble

      6. @ Julien Alexandre,

        Re bonjour,

        Le mot oligarchie se banalise, signe des temps?

        Principe de domination du marché, articulé:

        Eléments: temps, argent, levier, existence de droits souverains en interactions.

        La finance, à la différence de l’action politique contrainte à l’évaluation comparative dans le réel, et limitée dans ses expériences pratiques, par la sanction du vote (limite p.du rejet citoyen), agit avec levier, joue à terme à la hausse ou à la baisse (accès relatif au futur et au passé), sur les différentes places locales de droit.

        Palais de « larme stratégique ultime », à l’apostrophe près?

        Le pouvoir n’a pas de drapeau, pas de nation, il ronge le coeur des hommes, ou leur suce les os, question de positionnement individuel dans l’inter-jeux du réel supposé imposé.

        Maladie habituelle, transformée dans ses formes politiques et géographiques par les « contingences matérielles et collectives ».

        Cela vous parle-t-il?

      7. @ Julien Alexandre,

        Et maintenant, « avocat du diable » en tête, une lecture-« démonstration » inversée.

        (Le diable c’est toujours l’autre)

        La finance à démontré, chiffres à l’appui, qu’elle surclassait les entités Etats, à créer efficacement de la richesse sur leur divisions souveraines, géographiques et légales. Détachée des gens, des morts, des votes, tout est mathématiquement correct, allons jusqu’à dire légal excepté peut être la clause d’amoralité, qu’elle ont en partage avec les Etats souverains, les petits secrets d’histoire, soumis à un demi-siècle de silence, fort pratique en ce cas de nécessité particulière.

        Elle vient réclamer son tribut, faute de mieux à acheter, la peau des souverainetés. Personne n’y est pour rien, circonstance de la réalité.

        Sa force relative à ses objets d’exercice de domination réside dans l’existence de la division juridique de ceux-ci.
        Théoriquement dissoute avec l’abolition de cette division.
        Big brother est il gentil?

        Pourquoi tout le monde a peur? En silence plus ou moins exprimés

        A retravailler je sais

  29. En Tunisie c’est « la révolution de jasmin », somme toute assez pacifique, révolution ou plutôt évolutions/réformes, l’avenir nous le dira.

    Par contre en Syrie c’est effectivement une réelle révolution, mais sanglante où le courage absolu des citoyens est immense (enfants et femmes inclus) face à un pouvoir toujours plus assassin et torturant sans limites.
    France 24 y consacrait son 19h00 ce mardi avec un plateau exceptionnel.
    1.200 morts, 13.000 disparus, système violent défié par une mobilisation populaire. Le frère du Pdt avec « des voyous » est à la tête de l’unité la plus féroce qui commet des massacres.
    Il y aurait des défections au sein de l’armée, des soldats sont assignés dans leurs casernes. Toute vie associative, syndicale est interdite.

    http://www.france24.com/fr/20110607-debat-syrie-partie2
    http://www.france24.com/fr/20110607-debat-syrie

    Guerre de communications. La censure passera moins bien.
    Les prisonniers sont torturés pour qu’ils indiquent leur mot de passe d’accès à Facebook afin de repérer leurs amis, …….
    Les moyens technologiques actuels sont des supports précieux pour aider les opprimés et pourchassés à s’exprimer et témoigner.
    Les téléphones portables filment et retransmettent en direct vers des sites éloignés qui ne peuvent être muselés par le pouvoir. Chaque citoyen devient reporter.
    Le fils a plus de peine à commettre ses crimes que son père, tout ne peut plus être masqué.

    Ce mercredi, suite, France24 aurait elle été mystifiée par l’ambassadrice de Syrie en France ou celle ci aurait elle subit des pressions ?
    Vrai ou fausse démission ? manipulation du régime ?
    En tous cas France 24 est devenu personna non grata contrairement à la 2.

    Sur ARTE une soirée était consacrée à la cyber-guerre ce mardi.
    On y décrivait l’attaque russe sur l’Estonie et d’autres cyber-attaques.comme celle contre les centrifugeuses iraniennes ou les secrets du F35.
    Stuxnet une arme nouvelle.
    Le cyber-espace est devenu un domaine militaire ou règnerait une nouvelle dissuasion à l’image de celle du nucléaire.
    La méga technologie est bien vulnérable lorsqu’elle st ouverte au réseau Internet.
    C’est pourtant l’ABC en matière de sécurité, de confidentialité d’isoler les composant vitaux de tout contact avec l’immensité de la toile. l’Intranet d’entreprise ne date pas d’aujourd’hui.
    Pour avoir mené des audits de sécurité j’en ai rencontré des aberrations comme le maintien des mots de passe constructeur connus par tout un chacun, détail anodin) !

    http://videos.arte.tv/fr/videos/la_guerre_invisible-3945070.html
    La guerre invisible
    « Finie l’époque des hackers solitaires. L’heure est aux équipes d’ingénieurs, parfois d’anciens pirates informatiques, et de militaires, recrutés par les États, qui leur allouent des moyens colossaux. À travers le monde, ils façonnent la guerre de demain, un conflit invisible et lourd de menaces, dont le terrain d’affrontement est le cyberespace. Menée aux États-Unis, en Russie et en France, cette enquête captivante raconte les dessous de cette guerre souterraine. Elle revient sur le premier conflit en ligne, mené contre l’Estonie en 2001, et raconte la cyberguerre froide entre les États-Unis et la Chine, dans laquelle Internet sert à espionner mais aussi à nuire. Le Web est en effet devenu une redoutable arme de sabotage, la distribution de l’eau ou les transports en dépendant. Des opérations malveillantes, parties de simples ordinateurs, pourraient dès lors fragiliser les économies modernes voire les conduire à l’effondrement ».

    Et aussi un petit panorama des hackers et en passant du non sens de Hadopi et des agissements des Anonymous.

    Monde horizontal (en réseau) contre monde vertical (hiérarchisé).
    Il y a des êtres supérieurs qui pour être supérieurs veulent tout contrôler et maîtriser.
    Et cependant on ne peut pas demander la régulation de la finance et accepter l’anarchie sur la toile.
    http://videos.arte.tv/fr/videos/hackers_ni_dieu_ni_maitre-3945076.html

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*