Rencontre avec Paul Jorion : « L’extrême-droite économique, une menace pour la démocratie », Foire du Livre Politique de Liège, le 8 novembre 2014

Un entretien avec Steve Bottacin. Cela date d’il y a quelques mois, mais ce n’est peut-être pas tout à fait 😀 sans lien avec l’actualité.

Rencontre avec Paul Jorion :
« L’extrême-droite économique, une menace pour la démocratie »,
Foire du Livre Politique de Liège, (8 novembre 2014),
à l’initiative des Territoires de la Mémoire

STEVE : En Belgique, avant-hier, [le 6 novembre 2014], une grande manifestation a réuni à Bruxelles 120.000 personnes contre les propositions du nouveau gouvernement. Celui-ci a annoncé qu’il était ouvert au dialogue mais qu’il importait de maintenir son programme. Ça m’a rappelé quelques souvenirs de manifestations monstres et de grèves générales en Grèce, notamment entre 2009 et 2011 : 13 grèves générales à ce moment-là… et une austérité qui est maintenue contre vents et marées par le gouvernement. Est-ce que j’ai raison de faire ce parallèle entre l’austérité à la grecque et, maintenant, l’austérité à la belge ?

PAUL : Oui, parce qu’il faut savoir que l’austérité, c’est un programme politique davantage qu’économique. C’est une façon de situer le politique comme étant par nécessité dicté par une logique économique, qui ferait qu’il n’y a qu’une seule approche possible des problèmes. C’est le fameux « There is no alternative » de Madame Thatcher (je prends même son accent involontairement en le disant)…

« TINA », c’est-à-dire qu’il y aurait une science économique qui nous dirait ce qu’il faut faire, — et ce qu’il faut faire, c’est considérer que dans les situations difficiles, il n’y a qu’une variable d’ajustements, qui sont les salaires, et qu’il faut les faire baisser. Ça, évidemment, c’est un programme politique de nous dire qu’il n’y a qu’une seule possibilité dans les situations où nous nous trouvons.

Ce qui renforce malheureusement la plausibilité de cela, c’est qu’on a des partis dits « de gauche », dits « socialistes », qui appliquent d’enthousiasme le même type de politique… ce qui renforce involontairement la plausibilité d’un discours de ce type-là.

STEVE : Il y a un tournant dans ta perception, qui est perceptible sur ton blog. Je me souviens d’un billet qui s’intitule « Les prêtres d’une religion féroce ». C’est daté du 6 novembre 2013, il y a tout juste un an, où tu écris :

Jusqu’ici, les membres de la Troïka constituaient pour moi une entité abstraite. Il s’agissait de gens existant quelque part, manifestement dans l’erreur (et une erreur coupable et dangereuse), mais j’étais bien incapable de leur mettre un visage, si ce n’est pour leurs principaux dirigeants.

Hier [le 05 novembre 2013], j’ai vu et entendu, au Parlement Européen, deux membres de la Troïka, et pas des moindres puisqu’ils dirigent l’équipe qui s’occupe de la Grèce : Servaas Deroose pour la Commission Européenne et Klaus Masuch pour la Banque Centrale Européenne, et là, mon opinion sur la Troïka a tout à fait changé.

Qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce que tu as vu au Parlement Européen ?

PAUL : Eh bien, je réfléchissais pendant que tu parlais, en me disant « Qu’est-ce que j’ai véritablement vu ? » J’ai vu des gens de mauvaise foi. Et je me disais « Comment ai-je su que c’était des gens de mauvaise foi ?»  En fait, c’est le langage non verbal. C’étaient des gens dont on pouvait lire sur leur visage (et la façon dont ils suaient aussi en le disant), qu’ils disaient le contraire de ce qu’ils pensaient.

[Jusque là, je faisais l’] hypothèse que c’étaient des gens qui se trompaient de bonne foi. Pourquoi ? Parce que cet édifice qu’on appelle « science économique » est tellement branlant, il y a tellement de contradictions, tellement d’erreurs, qu’on peut imaginer que des gens s’y perdent. Moi j’en ai rencontré, des gens qui s’y perdent de bonne foi, qui croient que c’est un discours de type scientifique. Mais là, j’avais affaire à des gens qui savaient qu’ils disaient le contraire de ce qui était la vérité.

Il faut dire aussi que j’étais devant une salle qui m’avait frappé. Parce que j’avais été dans cette salle deux ans auparavant, et cette fois-ci, quand ces gens parlaient, dès qu’ils se mettaient à parler, ça commençait à gronder, il y avait un vent de fronde parmi les parlementaires européens devant qui ils parlaient. Donc ce sentiment que j’avais d’être devant des gens de mauvaise foi était partagé par une assemblée tout autour de moi.

STEVE : C’est dans ce billet, me semble-t-il, même si tu en parlais déjà avant, que tu utilises l’expression « extrême droite économique » ou bien « fascisme en col blanc ». D’où te vient cette expression ? Et quelles seraient l’origine et la filiation de ce « fascisme en col blanc » ?

PAUL : [En général,] les gens me disent : « Oui, mais ce ne sont pas des fascistes, les Von Hayek, les Friedman, etc. » Ce n’est peut-être pas le fascisme tel qu’on l’a vu en Italie. Mais c’est une pensée, c’est une idéologie qui est tenue par des idéologues, qui essaient de tromper leurs publics en leur disant « c’est une science que nous défendons ». Et malheureusement, ils ont reçu un soutien massif, puisque si je parle de Friedman et de Von Hayek, [c’est parce que] ce sont des gens qui ont reçu des Prix Nobel d’économie. C’est-à-dire qu’ils ont eu derrière eux l’ensemble, la communauté des financiers, qui s’exprime par ces Prix Nobel. Alors, d’un point de vue purement technique, ce sont des « prix de la Banque de Suède à la mémoire d’Alfred Nobel » : ils ont été créé plus tard que les autres aussi. Mais il y a eu une volonté délibérée de la part de ces jurys de nommer des gens comme ceux-là, qui ne sont pas des gens quelconques.

Friedman et Von Hayek sont des gens qui n’ont même pas été appelés par Pinochet au Chili : ils se sont portés volontaires. Volontaires pour venir le conseiller. Et dans le cas de Von Hayek, il a passé la dernière année de sa vie à écrire essentiellement à des journaux pour dire qu’il y avait une campagne de diffamation contre Pinochet, que c’était scandaleux, etc. Or ce sont des gens qui ont une légitimité. On leur a donné des Prix Nobel d’économie, alors que ce sont des idéologues. Et non seulement ça, mais dans leurs conférences, dans leurs livres, ils ont parfois même décrit de manière assez candide leur projet : quand Von Hayek est au Chili sous la dictature et qu’il est interrogé par un journaliste, il dit (c’est écrit en toutes lettres et il ne l’a pas démenti) : « Entre un régime libéral qui ne serait pas une démocratie et une démocratie qui ne serait pas libérale, je préfère le régime libéral qui n’est pas une démocratie ».

Donc ces jurys de Prix Nobel d’économie ont donné des prix à des gens qui se proclamaient antidémocratiques, contre la démocratie. C’est quand même une chose à savoir. Tout ça n’est pas innocent. Le public se dit : « Si on leur donne Prix Nobel, ce doit être des scientifiques, etc. » Or, ce sont des gens qui ont un autre type de projet, et ils décrivent, de manière délibérée parfois, la falsification qu’ils opèrent.

Il y a une fameuse falsification de Friedman, qui consiste à dire que les actionnaires sont propriétaires de l’entreprise. Il l’a tellement martelé que la plupart des gens maintenant croient que c’est vrai — même si la loi dit autre chose. Il a convaincu de cela. Il a aussi défendu cette idée que les dirigeants d’une entreprise ne doivent se préoccuper que d’une seule chose, qui est le profit des actionnaires : au mépris des clients (qui sont les premiers sacrifiés, même si on dit toujours qu’une entreprise travaille pour ses clients) et au mépris des employés de l’entreprise.

Et ce sont des gens qui sont allés [plus] loin : quand Friedman dit cela, il dit « quiconque dit le contraire de ce que je dis est quelqu’un dont le discours va conduire inéluctablement au totalitarisme ». Et dans sa bouche, évidemment, ce totalitarisme, ce n’est pas le fascisme de Pinochet, c’est uniquement le communisme à la soviétique. Leur [discours] a toujours été cela : marteler le message que « dire le contraire de moi, c’est conduire inéluctablement à un communisme de type soviétique ».

STEVE : On retrouve finalement une arme de l’extrême droite depuis toujours, qui est l’intimidation. Ce n’est pas une intimidation par la force physique (encore que…), mais c’est une intimidation liée au prestige, liée aussi au vocabulaire technique utilisé. Il y a comme une volonté de rejeter dans l’ombre la politique et le citoyen, et une volonté même de se défendre de la politique, de la tenir à l’écart.

PAUL : Créer un néo-féodalisme, c’est ça le but. Et c’est un néo-féodalisme qui n’est plus fondé sur la propriété foncière, mais qui est fondé sur la propriété de l’argent. Et il y a un rapport, bien entendu, entre cette idéologie et le calvinisme, puisque dans le calvinisme, il y a prédestination, — et comment sait-on qu’on est un élu de Dieu ? Par sa capacité à faire de l’argent. Maintenant, on a traduit cette idée de « prédestination » par celle de « talent ». C’est-à-dire que si quelqu’un reçoit un bonus de 200 millions, eh bien, c’est l’évaluation par le marché du « talent » de cette personne. Et quand on dit qu’on va taxer davantage, la réponse est immédiate : « vous allez faire disparaître le talent ! ». C’est le mot qui est utilisé. C’est un néo-féodalisme déguisé en méritocratie.

STEVE : Une autre spécificité de cette extrême droite économique, c’est [qu’elle est portée par] des personnes qu’on ne connaît pas, qui ne sont pas élues, qui ne sont pas passées par le régime démocratique. D’où viennent ces personnes ? Qui sont-elles ?

PAUL : Oui, c’est cette idée que, puisque ces gens ont du talent, ils doivent pouvoir se coopter entre eux aux postes de direction. C’est le système de recrutement par cooptation à l’intérieur d’un groupe existant. Il suffit de voir les rapports au niveau européen entre la Commission Européenne, qui a le pouvoir exécutif, et le Parlement Européen qui ne l’a pas, — qui devrait l’avoir logiquement, si c’était véritablement un parlement. Or il a juste le droit de faire des propositions, qui sont acceptées ou non par la Commission.

Le prétexte à cela, évidemment, c’est le fait qu’on a bâti par exemple la zone euro sur le schéma d’un système fédéral, mais en ne mettant pas des institutions fédérales en arrière-plan : pas d’unification fiscale, pas de dette commune, etc. J’ai déjà mentionné quelquefois que mon père, qui était associé au début de ces choses-là, en particulier au début de la CECA, disait : « On est en train de créer une Europe des marchands ». C’étaient donc les marchands. Pourquoi ? Parce que cette méritocratie était essentiellement une méritocratie [fondée sur] l’argent.

Aristote l’avait déjà décrit de cette manière-là. Il disait qu’il y avait deux manières de proposer un système de gestion de la polis, c’est-à-dire du système institutionnel de la Cité ou de l’Etat : celui du bonheur de l’individu, lié au bonheur de sa famille, ou bien celui [du marchand]. Et le marchand n’était ni un étranger, à proprement parler, ni un citoyen de la cité grecque : c’était un métèque, c’est-à-dire étymologiquement « quelqu’un qui se déplace ». Et, dit Aristote, il y a une maladie professionnelle du marchand, c’est que son bonheur, il va croire que c’est l’accumulation de l’argent. Et [Aristote] adresse un avertissement aux citoyens grecs en leur disant : « Ne vous laissez surtout pas prendre par ce projet ».

Or ce projet, c’est celui qu’on nous impose depuis les années 1970. Les marchands ont pris le pouvoir et ils ont imposé leur système de méritocratie, qu’on reconnaît par la capacité à créer de l’argent. On reconstitue une aristocratie, mais fondée sur l’argent et pas sur la propriété foncière, mais c’est le même projet.

STEVE : Cette aristocratie, cette méritocratie, ce fascisme en col blanc sont difficiles à cerner pour le public ou pour les citoyens, parce qu’ils ne sont plus associés à un territoire ou à une nation, comme l’extrême droite traditionnelle. Ce sont des réalités transnationales. Dans ton livre avec Bruno Colmant, j’ai noté cette phrase : « L’argent est apatride ». On a donc affaire à une extrême droite qui n’est plus liée à un territoire…

PAUL : Oui. Mais von Hayek était très loin d’être un imbécile, Friedman aussi, von Mises aussi, comme beaucoup de ces penseurs. Et Murray Rothbard, un extrémiste encore à l’intérieur même de ce mouvement-là, puisque son ultra-libéralisme, il l’a appelé un « anarcho-capitalisme ». Et il y a une représentation que Von Hayek défend dès le départ, qui est de dire que, dans les institutions humaines, il y a deux catégories : celles qui ont émergé spontanément, qui sont de bonne qualité et qu’il faut maintenir, et celles qui ont été créées de toute pièce, qui devraient être rejetées.

Et qu’est-ce qu’il [donne] comme exemple d’institutions qui sont nées spontanément ? Eh bien, la propriété privée, — parce qu’il ne croit pas à Rousseau, mettant en scène le premier qui a enclos un terrain en disant « ceci est à moi », non, la propriété aurait émergé spontanément. Et [à l’inverse], pour une raison qui n’est ni justifiée, ni évidemment justifiable, [il postule que] l’Etat aurait été [créé de toutes pièces par] une décision délibérée. Il faut dire, à sa décharge, que des gens comme Rousseau ou comme Hobbes ont [parlé de] contrat social : « nous vivions tous en liberté, puis un jour on s’est mis d’accord, on a voulu gagner un peu de sécurité en sacrifiant un peu de liberté, on s’est mis d’accord, et on a créé l’Etat de manière délibérée, par le contrat social ». Donc on lui a [fourni des éléments] qu’il a pu réutiliser.

Donc [pour Von Hayek et les autres], l’Etat, il faut s’en débarrasser. Il faut limiter le rôle de l’Etat à maintenir un cadre dans lequel une aristocratie de l’argent peut fonctionner, c’est-à-dire la libre concurrence, [avec] une compétition parfaite. Et tout le reste est plus ou moins négociable, pour savoir si ça doit être privé ou non. Et un type comme Rothbard dit « Tout le reste doit être privé. Il n’y a pas de raison qu’on se réunisse en tant que citoyens pour décider d’une guerre avec l’ennemi. On n’a qu’à laisser ça à l’initiative privée. Chacun créera son armée pour défendre les idées qui sont les siennes. Plus d’éducation publique mais uniquement de l’éducation privée. Etc.». L’image qu’on [utilisait] au XIXe siècle, c’est celle de l’Etat-veilleur de nuit, qui s’occupe juste de maintenir un cadre.

STEVE : On retrouve ces discours dans des factions politiques contemporaines, aux Etats-Unis par exemple…

PAUL : Oui, les grands ennemis de M. Obama, ce sont les frères Koch, qui sont effectivement des représentants de ce courant libertarien, et qui utilisent leur argent du mieux [qu’ils peuvent] pour dévoyer le fonctionnement démocratique des institutions. Au moment où on commence à débattre de la loi Dodd-Franck, pour essayer, vers 2009, de créer un cadre qui empêcherait qu’on reproduise un accident comme celui de septembre 2008, les grosses fortunes ont dépensé un million de dollars par congressiste pour combattre ces mesures. Dans une démocratie où il n’y a pas de restriction dans l’utilisation de l’argent en politique (comme c’est le cas maintenant aux Etats-Unis, en raison d’une décision délibérée de la Cour Suprême), il est possible de dévoyer de manière massive le fonctionnement d’une démocratie.

STEVE : En Europe, quand on cherche à se protéger contre l’extrême droite, on a en tête qu’il faut se protéger contre les résurgences de l’extrême droite des années ’30. Certains [s’inquiètent du retour] de « bruits de bottes », et il y a effectivement cette extrême droite des « bruits de bottes », mais, en restant focalisé sur celle-là, est-ce qu’on n’a pas, entre guillemets, « une extrême droite de retard », et est-ce qu’on ne néglige pas complètement cette autre extrême droite dont tu nous parles ?

PAUL : Oui, oui. Mais on a toujours un retard sur l’Histoire. Il suffit de voir les discours de la Révolution Française : ils nous parlent des Gracques, ils nous parlent de Brutus, etc. On cherche toujours des modèles, mais ce sont toujours des modèles qui sont obsolètes en réalité, qui ne décrivent pas la véritable réalité du temps. C’est pour ça que j’ai repris cette expression de Hegel comme titre de mon livre : « Comprendre les temps qui sont les nôtres ». C’est une citation de Hegel dans cette partie de sa réflexion sur la philosophie de l’Histoire, où il parle des grands hommes.

Ses exemples à lui, c’est Alexandre, César et Napoléon (Napoléon, qu’il vient de voir récemment à cheval dans les rues de Iéna). Et qu’est-ce qui fait la différence entre ces gens-là et des politiciens communs ? Ce sont des gens qui ont compris l’époque dans laquelle ils étaient. Ils n’ont pas [éprouvé] la nécessité de faire des métaphores à partir de situations anciennes : ils ont compris dans quoi ils étaient. Chaque période a évidemment sa spécificité, et si on veut pouvoir faire avancer les choses, il faut savoir quelle est la spécificité de la période dans laquelle on est.

Alors, pour répondre à ta question, notre image du nazi, avec son salut et tout ça, croire que le seul danger pour nous, c’est de voir ça dans les rues, non ! Parce qu’il y a déjà des choses qui sont en place, qui ne sont pas identiques mais qui relèvent du même projet. Un projet de… on pourrait appeler ça une aristocratie, mais le mot aristocratie, malheureusement, est utilisé parfois de manière méliorative, comme un compliment… mais [le projet] de mettre en place des oligarchies, qui soient figées véritablement.

STEVE : Est-ce qu’il y a des endroits où il y a jonction entre ces deux extrêmes droites, entre [d’une part] l’extrême droite qu’on pourrait sinistrement appeler « classique » et [d’autre part] cette extrême droite en col blanc ?

PAUL : Oui, on l’a vu dans l’Allemagne hitlérienne, par exemple. On a vu qu’il y avait un milieu d’affaires, un milieu industriel qui était, à une époque, relativement neutre par rapport à ce qui se passait, avec la seule loi qui joue d’habitude dans ces milieux-là, qui est que si le business peut continuer, il faut continuer dans cette voie-là. Et puis, dans le cas de Hitler, il y a eu un revirement. J’oublie le nom de ce penseur qui l’inspirait… qui n’était pas un marxiste, qui était un socialiste, qui avait fait une très très bonne analyse, justement, sur les liens entre le pouvoir et l’argent… Et puis, vient un moment où Hitler, qui allait écouter avec enthousiasme les conférences de ce type, et qui le mentionne, je crois, dans Mein Kampf, — l’Industrie lui dit : « Si vous baissez un petit peu le ton, on va être derrière vous. » Et donc il y a un retournement…

STEVE : Et dans le monde contemporain, là, aujourd’hui ?

PAUL :  Oui. Si on prend par exemple le Front National en France. C’est vraiment un parti d’extrême droite classique — peut-être pas tant Marine Le Pen, qui essaie de jouer un rôle un petit peu différent, mais son père en tout cas : c’est un fasciste convaincu, de type tout à fait classique. Mais c’est un parti, il faut bien le dire, [qui, en matière] économique et financière, a pris les idées qu’il défend (et qui rassemblent un certain enthousiasme du public) à la Gauche. Emmanuel Todd, Lordon, Sapir, [voient] leurs idées entièrement recyclées de ce côté là.

Moi aussi, on m’a fait une ouverture du côté du Front National. On m’a dit : « Ecoutez, vous faites partie des gens dont les idées nous intéressent vraiment : est-ce qu’on pourrait collaborer ? » Alors j’ai posé une condition telle qu’elle était inacceptable pour eux… et la conversation s’est arrêtée là. Je crois que c’est comme ça qu’il faut les prendre. Il faut leur dire : « Oui, oui, tout à fait, je suis d’accord avec vous… à condition que vous soyez au moins d’accord sur des choses élémentaires… »

STEVE : Notamment la fraternité, si je me souviens bien ?

PAUL : Oui, oui, la fraternité. [Ils m’ont dit] : « Non, non, pas tout de suite ! Pas maintenant ! Plus tard, on s’occupera de ça ! »

STEVE : Une des façons de lutter contre [l’extrême droite], c’est d’entretenir une certaine mémoire. Mais la mémoire de quoi ? J’ai ma petite idée [sur la question], [que je tire d’un extrait de] ta bande dessinée « La survie de l’espèce ». […] C’est un texte qui est aussi présent dans ton livre « Comprendre les temps qui sont les nôtres ». C’est à propos de la catastrophe de Marcinelle :

1956 fut une année de parents aux visages graves. Marcinelle en août, Budapest en novembre. Le feu avait éclaté au puits du Bois du Cazier. Je me souviens de la une du Soir de Bruxelles : les familles aux nouvelles, massées sur le carreau de la mine. La catastrophe fit 262 morts : des belges bien-sûr (95), mais surtout des immigrés italiens (136), calabrais pour la plupart. Dans les attendus du procès en responsabilité du Bois du Cazier, on trouve la phrase suivante :

« L’économie, quelle que soit son importance pour le bien général, ne peut prétendre étouffer les autres valeurs, la vie étant le plus grand de tous les biens et devant être protégée jusqu’aux limites les plus extrêmes. »

Voilà quelque chose dont il faut se souvenir…

PAUL : Oui. Je voudrais dire deux choses. La première, c’est que je suis retombé plus tard, après avoir cité ce [texte], sur un passage d’un discours de Robespierre qui dit exactement la même chose : en fait, c’est dans cette inspiration-là. Et ensuite, le billet que j’avais écrit [sur mon blog] et que Maklès a illustré là [dans la bande dessinée], je le terminais par la chose suivante… Au moment où on parle du sacrifice du travailleur, une image m’est venue, celle de l’école primaire : moi, j’ai fait mes études primaires dans l’enseignement public, et il y avait, sur le bureau de mon instituteur, une sculpture. [C’était] une sculpture bien connue de Constantin Meunier : un mineur épuisé.

Et en y réfléchissant, en revoyant cette scène, j’ai pensé que ce mineur épuisé, c’était le pendant, dans les écoles publiques, du Christ en croix dans les écoles catholiques, mais finalement le message était le même : c’est qu’on vit dans des sociétés où une partie de la population… où un certain type d’idée est sacrifiée de manière systématique depuis des siècles, voire même depuis des millénaires.

STEVE : Quelles stratégies de résistance est-ce que tu verrais, pour contrer cette extrême droite économique, ce fascisme en col blanc ? 

PAUL : Je ne vois que la dénonciation : faire comme je fais, les appeler « fascistes en col blanc », leur donner le nom qu’ils méritent. Les appeler [prêtres d’une] religion féroce, souligner que le discours qu’ils prétendent défendre [comme] un discours scientifique, c’est en fait un dogme, qui n’a absolument aucune qualité scientifique.

Et là, je vais ajouter une petite chose. Ça, c’est mon expérience quand j’avais travaillé dans le milieu bancaire… Il y a un fameux modèle, le modèle de Black et Scholes, qui permet d’évaluer le prix qu’on doit demander pour une prime sur une option (je ne vais pas entrer dans les détails). Je savais, comme beaucoup de mes collègues, qu’en fait ce modèle est faux. Depuis qu’il a été mis en circulation, vers 1975, il est faux, il donne de mauvais résultats, qu’il faut corriger. Alors, quand on bricole pour le corriger, il suffit d’ajouter un paramètre ou une variable, qui est celle du profit, et le modèle commence à fonctionner.

Mais ce que je ne savais pas, c’est que M. Scholes lui-même, un des deux créateurs de ce modèle, savait lui-même qu’il était faux. [Je l’ai appris] dans un livre d’un certain Donald MacKenzie, un sociologue des sciences : un livre fondé essentiellement sur des entretiens qu’il a eus avec des Prix Nobel d’économie. Et quand [MacKenzie] demande à M. Scholes s’il était au courant du fait que tout le monde considérait que son modèle était faux, il répond : « Oui, mais c’était volontaire, c’était délibéré. Pourquoi ? Parce que si nous avions fait autrement, si nous l’avions [conçu] correctement, nous aurions mis en danger l’ensemble de la théorie existante. » C’est la définition même d’un dogme. On dit quelque chose, pas parce qu’on pense que c’est vrai, mais parce qu’on ne veut pas remettre en cause le dogme qui est déjà là, en présence [duquel on se trouve].

Et MacKenzie [observe] — et ça vaut la peine d’être souligné — qu’en fait les théories économiques récentes aux Etats-Unis ont été créées, en général, dans les écoles de commerce, et pas dans des facultés universitaires. C’est-à-dire qu’il y a un lieu qui s’est spécialisé dans cette falsification du discours, à savoir les écoles de commerce, (plutôt que les facultés universitaires, qu’on peut d’une certaine manière exempter un petit peu). Encore que l’Ecole de Chicago, à l’époque, avec Friedman et Hayek, était un département universitaire de l’université de Chicago. Mais par la suite, la falsification s’est faite plutôt dans les écoles de commerce.

Il y a un souvenir qui me revient : c’est le jour où je décide d’arrêter de suivre les cours à l’Ecole Solvay, à l’Université Libre de Bruxelles. C’est quand le professeur de comptabilité dit : « Comment est-ce qu’on représente ceci ? Eh bien, on va le représenter de telle manière », — et il écrit un truc manifestement faux sur le tableau noir, en se tournant vers nous, les étudiants, et en faisant de grands clins d’œil… C’est-à-dire en disant, en fait : « Voilà. C’est quelque chose de faux, mais c’est comme ça que je vous dis qu’il faut faire. » On n’imagine quand même pas ça dans une faculté de sciences. Sauf à l’époque de Galilée…

STEVE : Oui, ça me faisait penser à ça. On sait que le modèle est faux, mais on ne peut pas l’admettre… Et je fais le lien aussi entre les clins d’œil de ce professeur vers ses étudiants, en écrivant un modèle faux au tableau, et ce que tu disais au début des membres de la Troïka [au Parlement Européen] : dans les deux cas, il y a une mauvaise foi assumée, qui se traduit par un langage corporel biaisé.

PAUL : Oui. Ce sont des gens qui défendent des intérêts, et non pas un discours qui aurait l’ambition d’être juste ou vrai.

93Shares