Le Grand retournement : Trump ne sait plus quoi tweeter

Ouvert aux commentaires.

J’écrivais tout à l’heure à propos du communiqué de la Maison-Blanche qui a suivi la déposition hier de l’ambassadeur par intérim William « Bill » Taylor, et que l’on peut résumer comme « Ceux qui doutent du Président sont une racaille gauchiste », que

le compte-rendu des événements, quasi minute par minute devant la commission du Congrès étudiant l’éventualité d’un impeachment, laissait peu de place à une contestation des faits.

C’est ce que Trump a dû penser lui-même puisqu’il a dû se contenter de tweeter il y a quelques heures que

Ni lui (Taylor) ni aucun autre témoin n’a pu prouver que les Ukrainiens étaient au courant que l’aide militaire était bloquée. *

Quand on se souvient de ses tirades récentes (dont 23 tweets en 23 minutes) qui feraient rougir le capitaine Haddock, on conviendra que cela manque désormais singulièrement de panache.

Il faut dire qu’avec la série de dépositions dont faisait partie celle hier de Taylor (et à laquelle contribuera encore sans doute celle de Laura Cooper du Pentagone aujourd’hui), une image claire se dégage maintenant : une suite de témoins se présentent devant la commission d’impeachment, bravant l’interdiction qui leur est faite par l’administration Trump, et l’information que chacun ou chacune apporte complète le puzzle sans qu’aucune contradiction n’apparaisse entre les divers témoignages. Face à cela, des politiciens Républicains désarçonnés par la politique du Président au Moyen-Orient où il a livré – à la consternation générale bien entendu – la zone d’influence américaine à la Russie, ce qui, dans le meilleur des cas, les condamne au mutisme, et dans le pire des cas, aux menaces : le « Je vais devenir son pire cauchemar » de son allié jusque-là inconditionnel, Lindsey Graham.

Trump n’est pas seul à ne plus savoir quoi dire : c’est le sort désormais de tout le camp Républicain.

==========================

* En sus, c’est faux, comme l’explique un article du New York Times : « Contradicting Trump, Ukraine Knew of Aid Freeze Before It Became Public ».

Partager :

20 réflexions sur « Le Grand retournement : Trump ne sait plus quoi tweeter »

      1. Vous pensez peut-être au mot fameux de Bismarck « Dieu a une providence toute spéciale pour les imbéciles, les ivrognes et les États-Unis d’Amérique » ?

        Mouais… ce n’était qu’une boutade.

    1. Trump?
      Pendons-le d’abord; on le jugera ensuite. ( © Lucky Luke.)

      Ça changera de la justice française qui met 40 ans pour juger un homme connu depuis longtemps coupable de crimes imprescriptibles, ou 18 ans pour un cas de corruption ayant entraîné la mort de 12 personnes étrangères à l’affaire de corruption.

      1. La vie reste sacré mieux vaut lui faire laver les toilettes publiques d’un ghetto une bonne quinzaine d’années.
        Et si il ne voudra pas y dormir il devra sourire à chaque personne passant par là. Qui auront le droit de lui cracher dessus.
        Suicide interdit évidemment.

  1. En tout cas les fluctuations de tweet autant que le sit-in des 30 républicains contre l’audition de Laura Cooper montrent qu’on est passé à la phase tactique de la guerre, celle où les mouvements ont un effet.

    C’est très différents des longs mois de « guerre de position » notamment autour du rapport Mueller. Pelosi semble une bonne tacticienne, et aussi une bonne stratège.

    Mais ce qui fera dérailler les évènements, ce sont des violences ailleurs qu’à Washington. Michael Moore avait fait remarquer la coïncidence de la Columbine avec la violence d’état exercée lors des bombardements NATO sur la Serbie, faits par les avions « du coin » de Denver (Lockheed-Martin). Ou encore les évènements comme ceux de Charlotteville (mort de Heather Heyer) etc. On ne peut pas avoir ce niveau de violence sans avoir de réverbération. Ce qui retient pour l’instant le peuple ordinaire des USA de réagir, c’est que ça se passe à l’international, qui pour eux n’est que pouique. Zelensquoi ? Zelensqui ? Je caricature à peine.

    Au rythme actuel, c’est sur un dossier « purement US » que d’autres lanceurs d’alertes vont se réveiller, et que la lézarde atteindra alors le coeur de l’électorat. Et rien ne sera résolu pour autant (voir comment l’Italie ne sort pas du populisme), sauf à ce qu’une Elizabeth Warren sache endosser une dose d’intérêts citoyens supérieurs dans un environnement qui n’aura jamais été aussi hostile à ces dangereuses tendances démocratiques .

  2. En tout cas, Poutine lui dit merci, et Donald lui, grâce au petit nombre de soldats US restés sur place garderont les champs pétroliers et gaziers syriens bien en sécurité, des fois que le gaz de schiste viendrait de nouveau à manquer. Un cantique orchestré de concert cyniques purs jus. Quant aux Kurdes, la France aussi les soutenait, mais c’était avant…et puis la lâcheté des Occidentaux, ils commencent à connaître. Déjà pendant la 1re guerre mondiale.
    Du coup, les Kurdes, lâchés par les troupes à Donald, et, entre le marteau nettoyeur ethnique Erdogan (allié des lessiveurs Dash and Cie) et les enclumes Poutine Assad, comment dire.
    Mais que demande le peuple ?

    1. Je me demande après ça ce que le sieur Mélenchon désormais va bien pouvoir dire pour trouver des mérites à Poutine. A moins qu’il ne se rende à l’évidence, s’il en est encore capable.

      Cruelle ironie de l’histoire : celui voyait en Poutine le Russe un sérieux rempart contre l’empire du mal, les US, a maintenant devant lui, l’ennemi Trump et le meilleur ennemi de son ennemi, Poutine, s’entendre comme larrons en foire au sujet du sort qu’il faut réserver aux Kurdes.

      Mélenchon proposait encore récemment de soutenir le régime Syrien pour venir en aide aux Kurdes, sans même évoquer le rôle de Poutine dans cette affaire.

      https://www.nouvelobs.com/politique/20191014.OBS19771/melenchon-les-kurdes-et-bachar-al-assad-le-tweet-qui-laisse-perplexe.html

      1. Je ne vois guère de différence entre Mélenchon et Lepen.
        Même démagogie populacière;
        Même haine de l’Europe et des USA;
        Même chauvinisme;
        Même allégeance à Poutine.
        Un différence ?: la xénophobie dissimilée versus la xénophilie prétendue.

    2. Donald, sous ces allures de fripon dévergondé et de grand coquin un peu bourru, est un grand cachottier : Le meilleur fromage du monde est américain, hummmm

      And the winner is…a « Rogue River Blue » american cheese, enveloppé à la main dans des feuilles de vignes liquorée, oups, et doté de moulti saveurs fruitées et épicées incontournables, et m^me de bacon et de vanille si, si… :

      Les World Cheese Awards, le plus prestigieux concours du genre, n’ont élu qu’un fromage français parmi leurs 16 meilleurs fromages, rapporte « Ouest-France ».
      « Le grand gagnant, champion du monde des fromages, est donc le bleu américain appelé Rogue River Blue issu d’une laiterie de l’Oregon, selon le quotidien. Il succède à un fromage norvégien vainqueur en 2018.
      « Affiné pendant 9 à 11 mois, enveloppé à la main dans des feuilles de vigne trempées dans de la liqueur de poire, il est doté de « saveurs de fruits, d’épices, de mûre, de vanille, de noisette, de chocolat et de bacon », explique Ouest-France. Comptez 235 euros si vous en voulez une meule. Un parmigiano reggiano italien et la Torta del Casar DOP Virgen del Prado espagnole complètent le podium. Outre le fromage américain et un fromage japonais, seuls des fromages européens ont été récompensés. On trouvait dans la liste un chihuahua mexicain, un pecorino israélien, un fromage sud-africain aux notes de chocolat ou encore des fromages québécois, qui se sont particulièrement illustrés »
      https://www.lepoint.fr/societe/le-meilleur-fromage-du-monde-est-americain-24-10-2019-2343395_23.php

    1. Ben oui evidemment une personne ne peut tout savoir y compris sur son propre pays , mais certains pensent toujours qu’il a les frontières de la syrie en tête et toutes les cartes du moyen orient et qu’il décide seul de changer celles des kurdes , peut être même qu’ils croient qu’il fait lui même la maintenance des réacteurs des F16 à la clé de 12 avant les missions 🙂

  3. Non, la France, si fière d’avoir aboli la peine de mort, ne devrait pas féliciter les Usa et Donald Trump d’avoir éliminer Baghdadi.
    Non, la guerre – ou prétendue telle pour les besoins de la cause – ne justifie pas l’exécution, sans jugement, de sang froid, d’un homme, quel qu’il soit.
    Non, une telle exécution, si contraire aux principes que nous professons, n’est pas une victoire contre le terrorisme. Bien au contraire, elle lui donnera de nouveaux arguments et lui attirera de nouvelles recrues.
    Non, nous ne vaincrons pas la terreur en pratiquant la terreur, nous ne défendrons pas la civilisation en la trahissant.
    Non, les phrases ci-dessus n’expriment pas une opinion bisounours, elles disent les choses telles qu’elles sont : disant agir pour le bien et répandant le mal, nous ne savons pas ce que nous faisons, nous y perdons notre âme, nous nous condamnons nous-mêmes.

Répondre à blinblin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.