26 réflexions sur « Vidéo – Que vais-je faire du reste de ma vie ? »

  1. Ce livre (dont vous avez déjà écrit trois ou quatre pages) rend alors encore plus nécessaire, que Trump devienne un point sur l’horizon de l’humanité, le 3 novembre prochain.

  2. Un homme pourrait donc destituer le président de l’Amérique du Nord par son seul avis? …
    Je sais pourquoi j’étais venu.
    Tchuss

      1. C’est le problème des lanceurs d’alertes , ils ne peuvent que contempler de loin et par la suite leurs effets, et puis l’intérêt général vous rémunère pour ces effets. Non ? Caprice sur Caprice !

      2. Il fallait mieux grimper aux States pour avoir l’impact escompté !
        Non Votre boulot est niquel merci d’être venu ici .

        1
  3. Bonjour. J’ai deux questions : Michael McFaul ancien ambassadeur des États-Unis en Russie et maintenant professeur de sciences politiques à Stanford a indiqué que Trump n’a plus vraiment le contrôle de l’armée ni des services de renseignements ni du département d’état. Il se demande comment il peut se maintenir dans ces conditions. Quelles conséquences cela pourrait avoir pour la suite ? Deuxième question : les problèmes au sein d’usps peuvent-ils avoir pour conséquence que certains votes ne seront pas comptabilisés ou bien pris en compte tardivement ?
    Je ne sais pas si c’est lié mais une récente étude de la firme Hawkish suppose que Trump pourrait apparaître comme vainqueur le soir de l’élection mais déclaré ensuite perdant une fois que tous les votes seront comptabilisés.

    1. Rien que sa politique désastreuse en Syrie lui a largement mis à dos l’armée, y compris les forces spéciales très actives dans cette région. Les forcer à s’humilier et se déshonorer face à la Turquie d’Erdogan pour le plus grand plaisir de la Russie de Poutine était une catastrophe. Il serait surprenant que Biden ne puisse pas compter sur les forces armées le moment venu.

  4. Bonjour Monsieur Jorion, l’on peut tous souhaiter la non réélection de D. Trump, si cela advient, démentant votre prophétie, votre éditeur risque de faire grise mine.. 🙂
    Votre langue maternelle est le néerlandais, mais vous maîtrisez parfaitement plusieurs langues, dont l’anglais.
    Ma langue maternelle est le français, voici ce qui m’est arrivé un jour à La Havane, assis sur le Malécon et discutant en espagnol avec une amie médecin cubain, nous avons été abordés par un couple d’anglais en recherche de renseignements sur un lieu touristique, et bien que dans mon passé professionnel j’ai été amené à travailler avec des britanniques et me rendre au Royaume-Uni, j’ai eu beaucoup de difficultés à formaliser immédiatement une explication cohérente, car la tendance a été de mélanger de l’espagnol à l’anglais ! Cela est-il du au fait que l’on soit immergé dans une ambiance (espagnol) autre que sa langue maternelle, ce qui rendrait le mécanisme de traduction plus ardu lorsque intervient au même moment une autre langue étrangère ?
    N’y aurait-il pas là un sujet d’étude relié au sujet de l’I.A. ?

    1. Traduire entre deux langues qui nous sont essentiellement étrangères est un exercice que je ne recommande en effet à personne (heureusement je ne pratique que les 3 langues que je connais parfaitement) 😀 !

  5. Outre que la réélection de Trump serait une terrible menace pour le monde, cela nous empêcherait de pouvoir lire votre prochain ouvrage qui promet d’être aussi passionnant que les précédents sinon davantage encore. Car vous arrivez à un moment de votre vie où la lucidité épouse le souvenir, l’humour, l’émotion pour rédiger un texte qui marquera le début d’un millénaire vu par un humain à mille facettes. Impatience déjà de lire cette promesse.

    1. Merci ! J’ai eu peur que vous n’en rajoutiez encore davantage et que l’on se convainque que « Lonylp » est un pseudo que j’ai inventé pour me passer de la pommade 😀 !

  6. Bonjour Paul,

    Constituez dès maintenant un groupe de travail afin de préparer les présidentielles de 2022.

    C’est grâce à vous si nous sommes toutes et tous ici à débattre sur cet espace de réflexion que vous avez créé en février 2008.

    S’il y a bien une chose pour laquelle on peut amplement vous féliciter en tant qu’anthropologue, c’est bien celle-ci.

    Il est temps pour l’être humain de commencer à planifier très sérieusement l’avenir, et pour cela, il est grand temps qu’un groupe d’un genre nouveau s’en mêle ; on ne va tout de même pas se laisser faire une seconde fois ?!

    Foncez ! Les soutiens suivront ! Forcés !

    Amitiés,

    Philippe

  7. Bonjour,
    Je pense que l’automatisation des systèmes est la cause de l’aliénation de l’individu lui-même. L’individu s’est démoli physiquement et mentalement avec internet.

  8. Salut le Vacancier momentané !

    Courtes ces vacances je trouve. Pour le reste de sa vie, suivant l’espérance, autant passer de bons moments, agréables, en faisant ce que l’on aime, et en évitant au maximums les importuns, et les soucis, voir les idées noires. Enfin, c’est ce que l’on pourrait souhaiter selon moi.

    En vrai, ne rien faire du tout que flâner dans la nature et aimer, être juste là sous le soleil ou sous la pluie, regarder un petit bout grandir et voir le déploiement d’un être. Bref, vivre.

    Sinon écrire encore un bouquin, des billets, des tweets, répondre à des commentaires ineptes, donner des conférences, et ça jusqu’à ce mort s’en suive.

  9. OK je viens de tout comprendre grâce à des précédents articles que je n’avais pas lu notamment celui sur l’élection de 1876. Désolé d’avoir posé des questions redondantes. J’étais très focus sur un autre sujet et j’avais moins de temps à accorder aux USA. Ça fait froid dans le dos ce que prépare Trump. Tout semble clair en effet comme vous l’expliquez dans votre blog Paul. Il faudra voir s’il a le soutien de l’armée…

  10. Il y a tout de même une chose dont j’ai du mal à comprendre par rapport à votre theorie sur Trump, vous dites que ça serait une honte de devoiler au peuple que Trump soit un traitre voir un espion, mais actuellement il est en train de détruire entièrement le pays, visiblement il ne cherche aucun accord pour partir avant la fin de son mandat pour eviter pour lui ou ses proches, ses enfants une possibilité d’aller en prison et si il perd peut il vraiment y aller? et cerise sur le gateau vu le peu de poids de popularité de Biden qui aurait pu faire un massacre en ayant une avance considérable aux sondages même si ces sondages se trompent ce n’est pas du tout le scénario que l’on pouvait penser donc Trump peut encore être réélu justement parce que l’ecart entre les 2 est faible, donc les Democrates et les Républicains qui seraient soi disant au courant du double jeu de Trump avec la Russie prefereraient laisser Trump detruire le pays completement que d’avoir eu honte d’avoir laisser un traitre au pouvoir???? ça vient peut être de moi de louper un épisode ! désolé n’ayant plus d’abonnement ici donc j’ai peut être loupé vos deductions sur ces points que j’enumère.

      1. ah ok ! et bien vous avez gagné sur ce point avec malice car je crois que ma curiosité est plus forte et j’ai envie de lire vos deductions donc je m’abonne

  11. On est pas alarmiste, on a dépassé depuis longtemps le stade de l’alarme, on est dans le constat omniprésent et incontournable.
    Ceux qui disent cela veulent nous tirer vers le bas.
    On pourra difficilement parler de la couleur des nuages à une autruche qui a la tête dans le sable…

  12. Bonsoir Monsieur Jorion,
    J’ai suivi votre vidéo avec beaucoup d’intérêt. J’ai un an de moins que vous et mon blog a commencé en janvier 2005 et est toujours en fonction au rythme presque constant d’un billet hebdomadaire. Avant lui, pas une seule ligne sur Internet à part l’écriture de rapport.
    Oui, on évolue en fonction du temps qui nous est imparti. On change de pseudo quelques fois pour évoluer.
    Je vous ai suivi. Je vous ai écrit. On s’est vu lors d’une réunion du PS.
    Nous sommes tous différents. Nous avons des manières différentes d’écrire et de réagir à l’actualité en fonction de notre vie active.
    J’ai fait partie de beaucoup de forums de discussions. Principalement sur Agoravox.fr.
    Éclectique et généraliste, je ne pouvais choisir et écrire dans une catégorie spécifique.
    Je l’ai toujours fait avec l’humour en porte-bagage surtout pendant cette année de Covid pendant laquelle je sortais un billet quotidien.
    Si cela ne venait pas de moi, c’était podcasté d’ailleurs avec la belgitude qui implique l’autocritique et l’autodérision.
    J’ai parfois parlé de vous dans mes articles dont celui-ci qui parlait de faiblesse de l’audience en 2017 avec le titre « Autocritique des blogs et des intellos » http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2017/08/12/autocritique-du-blog-et-des-intellos-5968789.html
    Beaucoup de blogs ont été clôturés parce qu’ils ont eu une chute d’audience et de commentaires.
    Je n’avais pas ce besoin. Mon blog me sert pour remonter dans mon passé et pour vérifier si mes articles anciens tiennent encore la route.
    Pas de grande famille à part celle de mon épouse. Ecrire est devenu une passion et comme à la question « Pourquoi j’écris? », Joël Dicker, répond: « Parce que les livres sont plus forts que la vie. Ils en sont la plus belle des revanches. Ils sont les témoins de l’inviolable muraille de notre esprit, de l’imprenable forteresse de notre mémoire ».
    Jeune je pensais partir aux Etats Unis. Mais là bas, les conditions de licenciement sont nettement moins avantageuse.
    Vous êtes rentré à 10.000 dollars en poche, m’avez-vous dit.
    Je ne vais pas « pourquoi je ne vous ai pas suivi ». J’ai essayé un jour de vous le dire.
    Parce que pour motiver les gens, en tant que manager, j’ai appris qu’il fallait rester positif.
    Cela n’a pas toujours été réalisé. Un sujet récent de mon b log: le suicide. Je l’ai connu dans mon équipe.
    C’est aussi aujourd’hui, la journée mondiale du suicide.
    J’ai connu aussi personnellement une période de questionnement et d’ anxiété
    Le côté positif, on apprend à devenir une personnalité forte, à devenir parfois opportuniste (un terme souvent péjorativement) et à casser tous les plafonds de verre en osant dire ce que je pense à n’importe qui que ce soit en bas ou en haut de l’échelle sociale et pyramidales qu’il y avait 100 personnes.
    Plus aucune peur de perdre mon job. Si je l’ai gardé, c’est que j’étais quoté avec un certain niveau d’efficacité.
    Quand on est à la retraite, on ne peut plus rien normalement revendiquer. On est complètement oublié par les collègues d’antan.
    Nous ne produisons plus rien pour la société et en plus pour les jeunes nous sommes une charge en fonction de ce système de pension de retraite qui est constitué en décalage dans une solidarité intergénérationnelle.
    Tous les 5 ans, je faisais une récap du passé. A l’anniversaire du 15ème anniversaire, il fallait que je change et que je deviennent pour l’occasion une IA avec le livre d’une jeune inconnue en référence qui m’a beaucoup amusé ( http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2020/01/18/allusion-une-personne-artificielle.html )
    Une autobiographie à un moment précis, j’en ai déjà fait à la mort de ma mère « L’envie dans le regard » était le tire.
    Ce commentaire si vous le jugez non adéquat, vous ne devez pas le publier.
    Bonne continuation et sur LinkedIn j’ai vu que vous aviez un anniversaire à fêter.

    1. « Ce commentaire si vous le jugez non adéquat, vous ne devez pas le publier. » et vous l’avez fait…
      Je me permets donc de continuer.
      Beaucoup de paroles et d’écrits au sujet du Covid. Masque ou pas masque. Écartement social.
      Dès que j’ai commencé à écrire mes billets concernant le coronavirus, j’ai écrit « pour moi, rien de véritablement changé ».
      Pourquoi? Parce que j’écris plus que je ne parle.
      Je suis un solitaire et introverti et ce n’est qu’à la suite de ma nomination comme manager que j’ai dû changer mon fusil d’épaule par l’extraversion pour motiver les gens sous ma coupe.
      J’aimais tout faire tout seul.
      L’homme est un animal social et c’est, son plus grand malheur alors que le parasite du Covid adore pour se propager dans la promiscuité,.
      Je déteste les compétitions alors que dès le plus jeune âge, les comparaisons entre les hommes n’ont fait que s’amplifier.
      Faire un challenge avec soi-même n’est-ce pas le bon départ?
      Dans un vieil article « La solitude, ça n’existe pas », j’ai capté d’autre impressions:
      Celle du solitaire de profession, sur lequel je me suis retourné. Quelqu’un que j’ai apprécié de plus en plus à la lecture de son livre « Ocean’s songs ». Navigateur solitaire, Olivier de Kersauson écrivait dans l’épilogue cette série de pensée:
      « La médiocrité de l’autre a pu me désarçonner plus d’une fois. Mais elle ne me surprend plus; je connais la mienne. Il est admis qu’on meurt seul. Mais pourquoi la solitude ne serait-elle que les deux extrémités de cette histoire? Je trouve que c’est bien de vivre seul, et tout le temps. J’ai compris que je mourrai seul. C’est un geste d’amour de tenir la main de celui qui se débat dans les affres de la mort. Je ne me fais pas d’illusion: je finirai seul. Je suis accroché à ma solitude. Cela ne signifie pas que je suis complètement fermé à l’amitié, mais c’est mon plaisir d’être seul comme c’est mon plaisir de naviguer. La solitude n’est pas forcément réconfortante mais elle me ramène à mes actes et me conduit à être en perpétuelle négociation avec moi-même. Je ne suis jamais fatigué de la solitude et c’est souvent une corvée d’en sortir. Être seul me permet des débordements avec moi-même et de me sentir grisé par le silence. Je peux rester assis sur un banc sous les châtaigniers trois heures en correspondance avec moi-même. Aucune fatigue et une jubilation intellectuelle au bout du compte. Seul, je brûle d’activités. J’évapore de la pensée en paroles. Un atelier de fumigation à moi tout seul. La solitude me permet de faire passer avec une vertigineuse rapidité images, idées, rêves fous, hypothèses cinglées, parfois fécondes. Et ainsi de remonter le film de ma vie. Je peux rester ainsi une demi-journée à la lisière de mes rêves et de mes souffrances. Je suis ramené à moi-même. Que vais-je entreprendre demain? Quel sera mon prochain rêve? Je suis seul avec ma conscience. Tous les deux, nous formons un vieux couple de jumeaux un peu acariâtres qui s’engueulent, boudent et prennent toute la couverture. Seul, je purge mon esprit. Ce n’est pas une satisfaction de soi-même ou un dédain pour les autres. Seul, je fais une copie au net de ma vie. ».
      Asocial ? Oui peut-être un peu.
      Pourquoi croyez-vous que quand il revenait à Terre, il n’avait qu’une pensée retourner en mer et dans les océans. Chez lui la France est partout où il le voulait.

      Alors, est-ce grave Docteur?

Les commentaires sont fermés.