105 réflexions sur « Vidéo – États-Unis : Ce qui craque et ce qui tient »

  1. Merci pour cette analyse.

    Je me permets juste de rajouter que, à l’exception de la Floride, l’exécutif de chaque état a fonctionné correctement pour l’organisation des élections, y compris pour les votes par correspondance. Ils ont donc contré le cassage en règle de US Postage par Trump, afin d’empêcher les électeurs votant par correspondance (majoritairement démocrates) d’exprimer leur choix.

    L’exemple typique, qui est loin d’être isolé, a été la résistance de Monsieur Brad Raffensperger aux pressions de Trump concernant les résultats de la Georgie.

    Je n’imagine pas le bazar que ça aurait été si le processus électoral, dans chaque état, n’avait pas été aussi carré. Il y a donc de l’espoir à avoir concernant les exécutifs locaux.

    1. Oui, mais même une grosse majorité des 50 exécutifs locaux, ça peut en laisser 3 ou 4 à l’état de « voyou »
      Ceux où ils se sont déjà excité contre le gouverneur : Missouri ou Minnesota ? Wyoming, un autre de la Rust Belt , et un gros du sud (Floride Texas), ça ferait un noyau assez inquiétant. Que cela foire ne les préoccupe pas trop, on a de tout temps envoyé les idiots du village pour aller allumer les incendies dans les vendetta de toutes sortes, ce ne sont pas les décideurs qui iront faire le coup de poing .

    2. Vous savez vraiment de quoi vous parlez ou vous faites semblant ?
      Vous trompez les français qui s’imaginent que les procédures de votes se déroulent comme chez nous. Il n’y aucune participation des citoyens au processus électoral. Les gouverneurs des états en balance n’ont pas respectés le code électoral voté par les législations d’état. Le personnel qui dépouille les bulletins est de la responsabilité exclusive du gouverneur. Il y a des milliers d’actions en justice qui n’aboutissent pas parce que les juges refusent qu’on leurs présente les preuves des fraudes constatées. Leurrez vous vous même si ça vous chante me ne pensez pas que tout le monde gobe ce déni de démocratie !

      1. Ah le fameux crédo « on a une tonne de preuves, mais on ne vous en montrera pas une » !

        Ça doit bien être des milliers de fonctionnaires chargés du dépouillement qui arrivent dans la salle les poches bourrées de bulletins biden » et, comme de sensationnels prestidigitateur, intervertissent subrepticement chaque bulletin Trump par un bulletin Biden, sans se faire voir des voisins, des assesseurs, éventuellement des caméras,…

        Ah mais ! Suis-je bête ! Ils font tous partis du complot, même les assesseurs républicains !

        Vous voyez, je viens de rétablir la vérité. Heureux « poil à gratter » ?

        1. Ce qui est curieux dans l’attitude de Trump sur la falsification du vote, c’est que cette théorie, annoncée bien avant le scrutin supppose implicitement qu’il est possible de frauder le scrutin.
          Qu’en général on n’accuse son adversaire que de turpitudes que l’on connait voire que l’on pratique soit-même.
          Comment se fait-il alors que Trump pressentait que sa victoire n’était pas acquise, ou le serait difficilement, qu’il n’ait à aucun moment, ni ses supporters à un niveau quelconque, été amené à chercher et réusssir à truquer les élections ?

          Il aurait du en résulter lors d’enquêtes un imbroglio de truquage venant des deux côtés, peut-être était-ce là la startégie de Trump, qui aurait pu alors arguer de la continuit du pouvoir en place.

          Que s’est il passé qui n’était pas prévu ?

          Que le scrutin soit approuvé sans aucune fraude !

          Celà fait penser à ce que nous savons maintenant de l’approbation par le conseil constitutionnel des comptes de campagnes présidentielles en France qui avaient été approuvés (sauf pour un candidat de témoignage hors système) alors qu’ils étaient tous plus ou moins contestables, y compris celui de l’élu !

          1. @Ruiz
            il faut remonter bien au delà des aspects factuels du fonctionnement de ce que l’on appelle « démocratie représentative » et se concentrer sur le terme « représentative  » , de qui?, comment?…..
            à force de cultiver et labourer le terrain de la démocratie représentative, elle s’est stérilisée après deux siècles et des poussières de loyal fonctionnement.
            tous les dispositifs « formels » sont susceptibles d’être pervertis , tout le monde le sais.
            pour que cela fonctionne , il faut y croire.
            la foi en ce système n’est plus (voyons déjà près de chez nous , pas le peine de franchir l’Atlantique)
            il va falloir nous résoudre à relire Fourrier , Rousseau ….. et repenser notre manière de partager le maigre pouvoir que nous avons ici bas .
            à noter que les Autrichiens ont abandonné le vote par correspondance.
            d’ailleurs le terme de « correspondance » est déjà tout un programme….
            par ailleurs , je pense que l’administration républicaine actuelle (cf ma réponse à Timiota) savait depuis 2016 qu’elle était limitée dans le temps , les faits actuels semblent le démontrer.
            c’est tout un « art » de gérer la mélancolie , croyez-moi….

          2. Si, il y a eu « fraude » de la part de Trump, mais qui n’a pas amené à contestation de la part des démocrates, du fait de leur large victoire.

            La fraude est en amont : dans les circonscriptions à forts électeurs pauvres ou de minorités afro-américaines ou hispaniques, votant en général pour les démocrates, il y a un sous-dimensionnement important des bureaux de vote, amenant à des files d’attente et des durées très longues : ainsi, de nombreux électeurs de ces bureaux se découragent et ne vont pas voter. Ou bien votent par correspondance.

            On arrive donc là à la deuxième fraude, qui heureusement n’a pas fonctionné : couler les services postaux, afin que les bulletins de vote par correspondance, que Trump savait être très majoritairement démocrates, ne puissent être comptabilisés.

            Lorsqu’il crie à la fraude sur ces bulletins, c’est qu’il constate uniquement que sa tentative de fraude a échoué, et que c’est cet échec de sa tentative de fraude qu’il appelle « fraude ». Et là où je le rejoins, c’est sur le terme de « massive » ; il était effectivement prévu une non-prise en compte massive des bulletins par correspondance. Seule la Floride a suivi « le plan », en ne comptabilisant pas des centaines de milliers de vote par correspondance. Cela n’aurait cependant pas pu faire changer le résultat final de cet État. Les autres États (y compris Républicains) ont mis les moyens pour gérer l’afflux des votes par correspondance, ce qui a rendu furax Trump.

            1
  2. Dans ce qui tient et ce qui craque: il me semble qu’on va voir dans les prochains jours quel calcul feront les supporters de Trump. Vont-ils estimer qu’ils n’ont rien à perdre et que la guerre leur sera bénéfique ou vont-ils reculer en préférant préserver leurs acquis, quitte à bousculer un peu l’ordre établi avant de retourner au bercail. Il me semble que c’est là que se joue le sort des États-unis à court terme, mais aussi à long terme, car le dilemme ne manquera pas de revenir à eux, jusqu’au jour où…
    On a vu des pays où les gens souffrent réellement faire le choix de la résignation, comme lors de la révolution verte en Iran (mais version « les gentils « ), d’autres foncer tête baissée comme en Syrie, en Egypte. Je me souviens d’un égyptien à qui j’ai parlé durant la crise des gilets jaunes et qui me disait que pour lui la répression policière était du gâteau. « On nous tirait dessus à balles réelles, Imagine si on avait les policiers français en face de nous  » et il embrassait le bout de ses doigts comme s’il s’apprêtait à déguster un bon gâteau…

  3. Le président américain Donald Trump a été mis en accusation mercredi au Congrès. Les démocrates ayant obtenu les voix nécessaires. Cette décision d’un deuxième « impeachment » est historique, une semaine avant la fin de son mandat

    1. Qu’un président soit mis en accusation deux fois, c’est sans précédent en effet.

      Cela dit, il ne faut guère en attendre de conséquences pratiques : l’affaire va maintenant passer devant le Sénat, où c’est un procès qu’il s’agira d’organiser, avec avocats, témoins à charge et à décharge etc. Ce qui est à l’évidence impossible en l’espace d’une seule semaine, le procès en 2019 avait d’ailleurs duré plusieurs mois.

      Trump ne partira pas de la Maison Blanche un jour plus tôt que le 20 janvier. La mise en accusation n’aura rien changé.

  4. Medellín, ici toujours: le 13 janvier 2020

    @ PJ

    Cher Paul, comme toujours, une excellente analyse, tres précise, qui souligne a quel point le systeme de droit constitionnel des EEUU est totalement dépassé.

    Elections indirectes, un parlement a deux chambres, une présidence combinant les fonctions de chef de l’état et de chef de gouvernement, et, comme expression de la situation archaique: un pays avec la peine de mort.

    Quelle lacheté!

    Bref: une république de bananes.

    Comme on le sait, le train de la destitution du président est maintenant bloqué en plein dans le bloc de frappe du Sénat. Elle ne se réunira pas avant le 19 janvier, autrement dit, la mise en accusation meurt d’une mort douce.

    Allons-nous assister à d’autres confrontations ? Sans doute, mais cette fois-ci il ne s’agira pas de spectacles comme avec le clown viking qui avait pris la place de Mme Pelosi la semaine passée.

    Je suggère que nous envoyions maintenant Paul Jorion en vacances, comme il l’a lui-même proposé. Il ne peut en résulter qu’un autre bon livre, comme nous en sommes sûrs.

    Et à partir de février, je suggère que nous suivions systématiquement le nouveau ministre du travail au sein de l’EEUU, M. Walsh. Non seulement en raison des contradictions au sein du mouvement syndical lui-même au sein de l’EEUU, mais surtout en raison des avertissements de Paul Jorion concernant la disparition d’une grande partie de la main-d’œuvre rémunérée, les tâches non accomplies dans le domaine de l’environnement et le rétablissement d’une demande effective, non seulement au sein de l’EEUU mais dans le monde entier.

    Cela nous amène automatiquement au plus grand problème de notre époque : l’accumulation incontrôlée et continue de la richesse et du pouvoir au sein des grandes entreprises.

    Quelque chose pour après des vacances bien méritées de Paul.

    Jusqu’à son retour, rien d’autre ne changera radicalement.

    Bonne vacances cher Paul!

    3
  5. C’est fait, la chambre des représentants à approuvé la mise en accusation de D. Trump en vue de son Impeachment.
    10 Républicains ont voté pour.

    Dans la foulée, Donald Trump s’est exprimé dans une vidéo où il appelle au calme, disant même qu’il a été briefé par le Secret service au sujet de la préparation de nouvelles émeutes, les désapprouvant fermement par avance.

    https://edition.cnn.com/2021/01/13/politics/donald-trump-impeachment/index.html

    Difficile de ne pas penser que ce faisant il est déjà dans la posture de celui qui est sur la défensive dans la perspective de poursuites judiciaires à son encontre pour avoir incité ses troupes à attaquer le Capitole.

    3
    1. Pierre-Yves, le storytelling que veulent imposer les démocrates, Trump ne fut qu’un accident de l’histoire, un intrus s’introduisant par effraction dans le Temple (Sacré) de la Démocratie Américaine (Sacrée), relève de la pensée magique.
      Aucune chance d’obtenir le quorum des voix nécessaires pour obtenir la destitution du Donald. Mais se faisant, aveuglés par leur haine de l’animal -ce qui peut se concevoir-, les démocrates lui fournissent sur un plateau les armes rhétoriques de la martyrologie.

      Espérance de gains pour les démocrates : 0. Assurance de voir l’hystérie ambiante augmenter : 100%.

      How Trump Wins Impeachment, Again

      Aux dernières nouvelles, Ali Khamenei ne se départirait pas de toute la journée d’un sourire béat.

      4
      1. Roberto,

        Destituer effectivement Trump n’est pas le but premier, étant donné les chances infimes d’y parvenir. Sur ce point nous sommes d’accord.

        Nonobstant, Il fallait engager cette procédure de l’impeachment même si cela présente quelques risques ; dans la balance, il a été considéré qu’il y avait urgence, pour les raisons suivantes :

        – acter la nocivité foncière du mandat de Trump avec une deuxième procédure d’impeachment, sans précédent historique. C’est la nécessité symbolique. Défendre l’institution démocratique

        – désamorcer la bombe Trump avant le jour de l’investiture

        – mettre les Républicains face à leur responsabilité

        J’ai écouté hier soir sur CNN une partie des débats en vue de la résolution de destitution à la Chambre. J’ai pu ainsi mesurer à quel point la plupart des Républicains , sont restés sur une ligne pro-Trump, et à chaque fois avec des arguments « bidon » qui se résument aux suivants :

        – on ne lance pas dans l’urgence une procédure d’impeachment
        – Obama, Clinton ont fait ceci ou cela et à l’époque les démocrates n’ont pas engagé de poursuites
        – parallèle entre les émeutes de Black lives matters et l’attaque du capitole
        – il était normal de contrôler le caractère frauduleux ou non des élections

        Bref, ils ont nié la gravité de la situation, ceux sont bien eux et non pas les démocrates qui ont considéré que les actions de Trump sont des péripéties.

        1
        1. Je pourrais ajouter un argument en faveur de la procédure d’impeachment, il me semble que cela a été évoqué aussi d’une manière ou d’une autre par certains démocrates :

          – on ne transige pas avec la vérité.
          Trump et ses partisans au Congrès ont sapé les bases de tout débat démocratique sain en niant le résultat vérifié et revérifié d’une élection.

          1
          1. – on ne transige pas avec la vérité.

            Là par contre, je suis tout à fait d’accord avec toi. Et la vérité est que la république oligarchique américaine est en train de s’effondrer comme feue l’URSS. Et pas sous les coups d’une révolution, mais sous les coups de la lutte féroce que se livrent les oligarques.

            Quelle ironie.

            1
        2. PS.
          Je te concèderais volontiers que j’ai tiqué tout de même quand j’ai entendu citer le nom Cheney comme caution démocratique, pas la fille, le père bien entendu, criminel de guerre s’il en est !
          Faire intervenir Cheney dans ce débat (le père, la fille n’est pas comptable des crimes de son père) est une très mauvaise idée.
          Le désastreux mandat de Trump ne doit en aucun cas permettre de réhabiliter Bush Jr et ses comparses Cheney , Rumsfeld … lesquels avec leur politique, leur engagement extérieur au bulldozer, ont fait des dégâts dont on a pas fini de mesurer les conséquences en Irak, en Syrie, …. sans parler des droits de l’homme qu’ils foulaient au pied.

          2
          1. Ah ! Vous pointez là un angle mort qui m’invite à penser que le séditieux Président va payer cher les blessures infligées à la Démocratie représentative. Les iraniens n’auront pas le monopole du tapi persan à son effigie. Les américains devraient s’en charger et beaucoup d’entre eux vont allègrement s’y essuyer les pieds dessus.
            Je ne le plains pas mais il va déguster à moins que Biden … mais … rien n’est encore écrit

        3. – Acter la nocivité foncière du Donald ? Les électeurs ayant voté Biden en sont déjà convaincus et aucune chance de convaincre ceux ayant voté Trump. Doublement inutile donc.
          – Défendre l’institution démocratique ? C’est une blague ? À moins que la définition du mot démocratie ait changé et qu’elle soit devenue synonyme de glisser un bulletin dans une urne ? Dans ce cas-là, bonne nouvelle, la plupart des dictatures sont des démocraties puisqu’elles organisent (presque) toutes des élections.
          – Désamorcer la bombe Trump avant l’investiture ? Avec une procédure d‘impeachement vouée à l’échec ? Mais le plus dramatique, et ce qui manifestement ne rendre pas dans la caboche des démocrates, c’est que Trump n’est pas le problème, il n’est que sa conséquence ! On pourrait l’envoyer en string sur la face cachée de la Lune que ses électeurs resteraient ! Et la nature ayant horreur du vide, que le Grand Manitou nous protège au cas où le Donald éliminé, il ne serait pas remplacé par un autre saltimbanque mais par un vrai idéologue qui ramasserait la mise de la frustration et de la colère pour en focaliser l’énergie sur un programme national-socialiste par exemple.
          – Mettre les républicains face à leur responsabilité ? Alors là, les bras m’en tombent… Par nature dans un système oligarchique le petit personnel politique est irresponsable et va là où la gamelle semble la mieux remplie ! Regarde Mitch McConnell qui disait pis que pendre de Trump avant que celui-ci ne soit désigné vainqueur de la primaire républicaine et que tous aille lui faire la dance du ventre.

          Bon, si E T cherche de la vie intelligente dans l’univers, ça n’est manifestement pas sur cette planète qu’il la trouvera.

          2
          1. Roberto
            Je sais bien bien que la plupart des Républicains trumpiens sont sans foi ni loi, et ne pensent qu’à leur intérêt. Mais justement cette procédure montre toute l’étendue de leur absence de sens moral en les obligeant à prendre position pour ou contre Trump. Et ici il s’agit moins d’un homme que le principe absolument anti-démocratique qu’il veut représenter, autrement dit le pur rapport de force. Ils se trouvent que ce sont des gens portent l’étiquette “démocrates” qui font ce procès à Trump et ses partisans, mais ce n’est pas ici l’essentiel. L’essentiel c’est une institution qui se defend, je dirais même c’est la société qui se défend contre ceux qui la détruisent, et peu importe alors que cela vienne de démocrates ou de républicains. L’enjeu dépasse le cadre de l’opposition bi-partisane en tant qu’il s’agit de sauver une institution qui malgré tout ses défauts permet à minima de maintenir un cadre où des débats contradictoires peuvent avoir lieu sans que l’on s’affronte à coups de batte de base ball ou d’armes à feu.

            Il ne s’agit donc pas seulement d’un problème de rapport de forces. Le politique comporte cette dimension, est traversée par des rapports de forces, mais elle ne se confond pas avec ces rapports de force, sans quoi le politique en tant que tel devient quelque chose de totalement absurde, et ce quelque soit le régime. Un régime politique imparfait, faillible comme la démocratie américaine, en tant qu’il est soutenu par des institutions comporte en lui-même une dimension symbolique : l’institution réunit des personnes dissemblables et en désaccord et les oblige à suivre une procédure au bout de laquelle, après délibération, des décisions sont prises et ont force de loi. IL est donc postulé que l’institution elle-même et ses procédures sont au delà du rapport de force, et il en irait de même dans le cas d’une démocratie directe, le principe demeurerait le même.

            Les oligarques tentent de s’emparer de l’institution démocratique pour leurs propres fins, c’est un fait, mais c’est en tant que l’institution démocratique devient leur à telle ou telle occasion leur instrument, pas en tant qu’elle serait essentiellement une mauvaise chose.

            Or, en assimilant totalement rapport de forces à processus démocratique le danger qui nous guette c’est qu’à la fin on finisse par donner raison à ceux pour qui la démocratie, quelqu’en soit la forme, représentative, ou direct, est quelque chose de nocif.

            1
            1. Pierre-Yves, je pense que tu viens de mettre en évidence le fond de notre désaccord. Tu perçois le système politique étasunien comme étant celui d’une démocratie, certes imparfaite, mais amendable. À l’inverse, je vois les différences –en actes, non celles proclamées- entre républicains et démocrates, comme totalement anecdotiques et au service exclusif des plus puissants des intérêts privés. C’est bien pourquoi je parle comme pour sa jumelle française, de république oligarchique.

              Ça n’est pas parce que la corruption est institutionnalisée qu’elle cesse d’être de la corruption.

              À quoi crois-tu que passent la majorité de leur temps les assistants parlementaires ? À écrire de beaux et nobles discours, à débattre et à convaincre, à construire et expliquer un programme ? Que nenni ! Ils passent leur temps à chercher de l’argent, du fric, du pèze, du flouze (etc) !

              Les démocrates auront dépensé plus de 8 milliards de dollars pour cette campagne électorale. Autrement dit et selon la très ancienne et très exacte formule, c’est celui qui paye l’orchestre qui choisit la musique. Celle des intérêts des milliardaires qui sont à l’opposé de l’intérêt général et qui depuis le mitan des années 70, sont progressivement parvenus -au travers des démocrates comme des républicains-, à tiersmondialiser le pays.

              Se focaliser sur le Donald revient explicitement à nier la responsabilité de tous ses prédécesseurs, à nier la mainmise absolue de l’argent sur les institutions.

              Badaboum donc.

              8
              1. Se focaliser sur le Donald revient explicitement à nier la responsabilité de tous ses prédécesseurs, à nier la mainmise absolue de l’argent sur les institutions.

                C’est quand je lis des commentaires comme celui-là que je m’afflige que plus personne ne semble lire Marx, Lénine, Trotski, Mao, Rosa Luxembourg… Sun-Tzu, Clausewitz 😉 . En période de troubles, la culture politique, ce n’est pas un luxe superflu.

                6
                1. Pour Marx, Lénine, Trotski et Mao, je plaide coupable votre honneur 😉

                  Par contre pour Carl, je pense sans forfanterie que je pourrais écrire sa biographie sans notes, tant j’ai de l’estime pour sa rectitude morale et la fidélité à ses convictions qui ont toujours guidé ses actes. Sans parler bien sûr de son œuvre maitresse toute entière guidée par l’amour-haine qu’il vouait « au dieu de la guerre » (ses propres termes) Napoléon.

                  Un personnage romantique, un gentil homme du 18ième siècle à découvrir. À mille lieues de son image grand public déformée par les assassins en uniforme qui se revendiquèrent ensuite de sa pensée, pour le plus grand malheur de l’humanité.

                  Pour en revenir à l’animal orange qui nous préoccupe ici, nul besoin d’avoir « le coup d‘œil » (in french dans Vom Kriege) pour voir que son élimination ne suffira pas à arrêter l’effondrement en cours.

                  1
                  1. Fallait-il répondre tout de go ?
                    (Jeu de Go dont le champion est maintenant une IA et où le dernier mouvement certes dépend de l’histoire qui précède mais ne se produit pas n’importe où ni n’importe comment)

                    1. Timiota je ne sais pas si ta question s’adresse à Paul ou à moi ?

                      Okazou elle me serait adressée, sache que je considère comme un compliment de m’être fait traiter –gentiment- de « lamentable ». Toujours percer le brouillard de la guerre ! 😉

                      Quant à la friction (caprice des dieux pour les anciens ou certains islamistes), qui se produit n’importe où et n’importe comment, disons qu’elle invite à la modestie tous les joueurs, qu’ils soient simples humains, élites ou IA.

          2. @ Roberto
            « Donald éliminé, il ne serait pas remplacé par un autre saltimbanque mais par un vrai idéologue qui ramasserait la mise de la frustration et de la colère pour en focaliser l’énergie sur un programme national-socialiste par exemple. »

            Je suis d’accord sur le fait que Donald n’est (presque) plus le problème, tant il est grillé dans le système. Mais il n’est pas sûr que les Républicains ne lachent pour autant la théorie complotiste de Trump pour bénéficier de l’énergie électorale emmagasinée. Mais pour succéder à Trump, pourquoi prendre le risque de mettre un idéologue à l’affiche, avec lequel l’américain moyen ne s’identifirait pas ? Mieux vaut rester sur un bon packaging qui marche, genre Donald Trump Jr ! Les idéologues à la Steve Bannon resterons tourjours en arrière plan. Chacun son rôle dans la grande comédie (dramatique).

            1
      2. @Roberto,

        « Aucune chance d’obtenir le quorum des voix nécessaires pour obtenir la destitution du Donald ».

        Il est vrai que c’est incertain. Cependant, il y a des chances que le quorum soit atteint.
        1) Mitch McConnell a repoussé le début de l’audience sur l’impeachment au Sénat au 19 janvier. A ce moment-là, il y aura 2 démocrates de plus (et donc 2 républicains de moins). Il ne faudra que 17 républicains pour obtenir la majorité des 2/3. Le 19 c’est bientôt, il n’y a donc pas une longue attente à avoir. Le week-end sera passé, et l’on pourra voir quelle sera l’intensité des manifestations violentes prévues. Comme ces manifestations n’aboutiront pas à un coup d’état, les sénateurs républicains indécis pourront être tentés de voter pour l’impeachment afin de se débarrasser de Trump (sachant qu’ils ne sont pas obligés de voter pour sa non-éligibilité future, qui nécessite uniquement une majorité simple).
        2) William Reymond pense, et je suis d’accord avec lui, que c’est la seule porte de sortie raisonnable pour le parti Républicain. C’est à mon avis aussi ce que doit penser Mitch McConnell.
        https://www.youtube.com/watch?v=S_lraaJiMxA
        3) Il y a probablement eu des parlementaires qui ont été « du complot » (voir à ce sujet l’intervention de William Reymond ci-dessus). Cela va vite être publique. Si les sénateurs Républicains ont dans la tête qu’il s’agissait d’une « manif qui a débordée », il va leur falloir là faire un virage à 180°. Le vote de l’impeachment sera alors aussi « votez vous pour ou contre le complot organisé contre l’état ». Sachant que ceux qui ne voteront pas l’impeachment pourront être vu comme des complices aux insurrectionnistes…
        4) La cote de popularité de Trump fait une belle chute. Et à mon avis, elle n’est pas prêt de remonter. Ceux qui soutenaient Trump parce qu’il était populaire vont sans doute retourner leur veste, pour ne pas être « du mauvais côté ». Car quand on manque de courage une fois, on manque de courage une deuxième fois.
        https://twitter.com/BranaaJean/status/1349669460844699649

        2
        1. @François M,

          Je partage l’avis du « trumpologue » Michael Kruse de Politico : 17 voix sont un handicap impossible à surmonter. D’autant plus que les honorables membres du Congrès, qu’ils soient démocrates ou républicains, se préoccupent plus de leur réélection que de l’avenir de Trump.
          Or voter l’impeachement pour les congressmen républicains est l’assurance de passer pour un traitre et de perdre sa base électorale. Les seuls « courageux » seront ceux qui estimeront que l’électorat modéré des électeurs républicains old school, sera suffisant pour leur permettre une réélection. Mais ils ne seront certainement pas 17.

          Et pour ceux qui ont pour base électorale les ploucs fascistoïdes ayant envahi le Capitole, aucune chance qu’ils votent l’impeachement.

          2
  6. Concernant l’analyse de ce qui tient et ce qui craque:
    – Trump lui même ( notamment son déni de réalité, son impossibilité mentale à accepter toute défaite )?
    – les canaux de diffusion de sa parole de pyromane ? ( il en reste , et quel pouvoir de nuisance ?)
    – le goût des américains pour la démocratie et l’unité de leur pays ?

  7. Coucou,

    je n’ai pas suivi la politique américaine. Je n’en sais que ce que nous disent les journaux comme Libe, nouvel obs , le monde, eet autres mainstream … depuis 4 ans.

    Ce qui m »etonne, c’est qu’il n’y a aucun bilan de l’action de trump. Rien.
    A part casser ce qui a été péniblement construit par obahma, je ne me souviens de rien.
    J’ai l’impression qu’il a juste cassé, détruit, joué au golf , voulu pique le vaccin aux allemands, enfin rien.
    Mais je dois me tromper, ignorer pleins de chose concernant son action car ses adversaires auraient souligné son néant.
    Enfin j’espère.

    BOnne journée

    STéphane

    1
  8. Grosse prise de risque.
    – L’armée a pris position pour la constitution, c’est le dernier rempart.
    – Les démocrates poussent dans ses retranchements Trump et sa garde prétorienne avec la procédure d’impeachment.
    – Les représentants républicains les plus attachés à leurs prérogatives mettant dans la balance l’intervention de l’armée et retourne leur veste.
    – Trump tombe, et tout le monde respire un coup.
    – L’effondrement peut se poursuivre à un rythme plus pénard.

    1
    1. Dans un tout pour le tout, Trump dans sa dernière allocution lâche du leste pour éviter que les sénateurs républicains les plus peureux retournent leur veste en public avant le vote de l’impeachment qui devrait avoir lieu le 19 janvier.

    2. Trump joue avec les institutions tétanisées comme un chat joue avec une souris.
      Il a su conserver un coup d’avance tout au long de son mandat.

  9. J’attache de l’importance aux témoignages directs du « terrain », en l’occurrence le terrain mental : ce que pensent effectivement les gens de tous ces événements.

    L’outil le plus scientifique pour cela est le sondage, mais d’une part il n’est pas parfait, d’autre part et surtout il ne fournit que les informations qu’on veut bien chercher, parce que ce sont les sondeurs qui définissent les questions, et puis il n’y pas le contexte et le « ressenti » des témoignages. A noter tout de même ce sondage de YouGov suivant lequel 21% des Américains, y compris 45% des Républicains, soutiennent les émeutiers qui ont attaqué le Congrès des Etats-Unis le 6 janvier (1)

    Voici quelques témoignages grappillés ici ou là, sur des personnes concrètes même si évidemment leurs noms ne sont pas cités. Pas d’indication chiffrée sur la prévalence de telles opinions naturellement – ce n’est pas un sondage – sinon le fait qu’elles ne doivent pas être si rares.

    Et on est vraiment sur « du lourd » et pour certains du gravement déjanté 🙁

    1) Témoignage en français concernant un homme vivant dans le Dakota du Sud, en terre « républicaine intense », raconté par son beau-frère français (2)

    Je conseille de le lire, ce n’est pas très long, mais voici les points principaux :
    – L’homme est un Républicain « classique », pas un trumpiste
    – L’entourage local considère que l’élection a été truquée, du coup l’ambiance est plutôt à la « sécession », dans le sens où c’est l’Etat et son gouverneur qui comptent, plus tellement l’Etat fédéral
    – La tentative au Capitole est regardée comme une sorte de « reconquête », et Trump comme quelqu’un qui a « castré » les Républicains
    – L’homme considère que les Etats-Unis vivent un « glissement fasciste » venu des Démocrates qui tentent un coup d’Etat

    Ceci… de la part de quelqu’un qui n’était pas un trumpiste à la base.

    2) Ce texte en anglais par un commentateur américain conservateur et religieux est intéressant. Rod Dreher dénonce depuis longtemps ce qu’il voit comme un « totalitarisme doux » à base de théorie critique de la race et de théorie du genre et dont il craint qu’il risque de s’imposer à des Etats-Unis qui seraient une société « pré-totalitaire ». Le 11 janvier, le voici qui publie un texte qui revient à dire « Je viens de tomber de l’armoire, en fait il y a encore pire qui vient de notre côté à nous la droite ! » (3)

    Le plus intéressant, ce sont les témoignages sur des personnes concrètes, notamment des courriers que lui ont adressé des lecteurs sur le modèle « Je connais tel de mes proches comme une personne stable et de bon sens, mais il vient tout à coup de basculer dans un mode délirant et sectaire, je suis stupéfait et effrayé »

    Dreher en vient à poser l’hypothèse de la possession démoniaque. On n’est pas obligé de le suivre sur ce terrain naturellement, mais délire et secte sont de bonnes images. Il s’agit de phénomènes mentaux de masse, et pas dans le bon sens du terme. On n’est pas obligé d’appeler cela « démon », personnellement je pense plutôt à ce fragment de ver de Saint-John Perse « une bête sait mieux quelles forces nous vantent »… de fait, que savons nous des forces qui nous « vantent » (4) ? Et de leur éventuelle dimension psychotique ?

    Les témoignages sont longs et en anglais, je recommande de les lire si vous avez le temps, mais j’en ai sélectionné quelques extraits :

    [début de citation]
    « J’ai parlé avec un ami qui croit totalement que l’émeute de MAGA au Capitole était en fait une opération Antifa et, bien sûr, que Trump a manifestement remporté les élections de façon écrasante. Rien de ce que l’on peut lui dire ne peut l’en faire démordre »
    (…)
    « J’ai parlé avec des amis qui sont des partisans de Trump et je suis vraiment troublé par les choses qu’ils ont dites. A tel point que j’ai dû effacer beaucoup de messages parce que c’était comme lire les textes d’une ancienne secte satanique. Je ne plaisante pas – l’illusion s’est installée et les a consumés. Ils croient vraiment que cette élection a été volée. Ils croient vraiment que Trump a remporté une victoire écrasante. Ils croient que tout juge qui a statué contre Trump, ou n’est pas d’accord avec la version des faits de Trump, même si c’est un conservateur pur et dur, est membre du complot, un menteur, un traître, etc. (…) Mais le pire, c’est qu’ils pensent que ce qui s’est passé au Capitole était non seulement compréhensible, mais légitime, allant même jusqu’à dire qu’ils auraient dû s’emparer du bâtiment et l’occuper ! (…) Cependant, ce qui me tue c’est le fait que ces personnes, il y a un an ou deux à peine, étaient parmi les penseurs les plus lucides, les plus perspicaces, les mieux informés et les plus sobres, et ils ont maintenant succombé à cette folie »
    (…)
    « J’écris depuis le salon de la maison de mes parents. Pourquoi est-ce que je le mentionne ? Je le mentionne parce qu’ils sont Q-Anoniens. C’est une accusation que je ne porte pas à la légère. En fait, c’est moi qui l’ai rejetée le plus longtemps. De droite ? C’est clair. Partisans de Trump ? Sans hésitation. Un peu d’extrémisme ? On peut le dire. Mais tout s’est accéléré au cours de l’année dernière. Lorsqu’ils ont quitté leur église dans la ville où ils vivent pour commencer à fréquenter [une méga-église évangélique dirigée par un prédicateur célèbre associé à Trump], j’ai commencé à m’inquiéter. Ensuite, ma sœur m’a fait part de toute l’étendue de l’abomination, et ils sont en plein dedans (…) Mon domaine est la santé mentale, et ce que je vois est une psychose de masse, peut-être une sorte de schizophrénie induite par le stress. La schizophrénie se caractérise par le fait que l’individu occupe essentiellement deux mondes : le monde physique de la réalité et le monde beaucoup plus sombre et terrifiant de sa propre imagination. (…) En retirant de nos sermons la valeur et l’inévitable réalité de la souffrance, en prêchant un évangile édulcoré et émotionnel où le sentiment est le seul arbitre de la vérité, nous avons créé nos congrégations exactement pour cette merde. Si « Jésus suffit » et qu’un homme fort comme Trump arrive, eh bien, peut-être que Trump est l’élu de Jésus. Génial ! Si Soljenitsyne devait faire son discours à Harvard aujourd’hui, il serait tué avant de quitter la scène d’où il a parlé. (…) Mes parents sont des gens bien, décents et travailleurs, mais j’ai vu leurs esprits se déformer à un degré si radical, auparavant impensable. Où en seront-ils dans un an ? Je crains pour leur sécurité.
    [fin de citation]

    (1) https://www.independent.co.uk/news/world/americas/us-election-2020/republicans-congress-capitol-support-trump-b1783807.html
    (2) http://www.air-defense.net/forum/topic/11243-usa/?do=findComment&comment=1373366
    (3) https://www.theamericanconservative.com/dreher/lost-souls-maga-qanon-trump-conspiracy-live-not-by-lies/
    (4) https://www.ac-orleans-tours.fr/fileadmin/user_upload/ia28/doc_peda/MDL/actions/poesie/Banques/L_eloge_de_l_Animal/J_ai_aime_un_cheval.pdf

    3
    1. Le dernier témoignage montre bien qu’il s’agit d’un enrôlement sectaire (les sectes étant malheureusement autorisées aux USA). J’avias lu un article de Le Monde à peu près du même ordre, mais le sujet était les négationnistes du virus sars-cov-2. Des gens expliquaient qu’ils avaient vu des amis, de la famille, qui auparavant étaient des personnes sensées, sont par la suite tombées dans les théories du complot.

      Je ne suis pas psy, je ne saurai l’expliquer. Juste, instinctivement, j’ai l’impression que la peur d’un futur moins bon, moins sûr les fait croire à n’importe quoi, du moment que ça les rassure.

      Ça va être costaud quand on sera en plein effondrement.

      1
        1. @Toulet Alexis, merci pour ces témoignages « brut ». Voulant connaître les nouvelles fraîches hier sur ce qui pourrait advenir, j’ai fait une recherche « patriots+ Texas ». J’ai été frappé par le nombre de sites ! Dont des sites qui célèbrent avant tout « nos héros et nos militaires » tout en soulignant leur neutralité politique.
          Autant dire que l’implication impérialiste des US produit une culture où l’engagement militaire est le meilleur de la nation, et où il est impossible de dénigrer l’idéologie impérialiste. On sait combien ls prestations militaires au Vietnam ont détruit des hommes et combien ils étaient à leur retour incompris et perturbés. D’où cette dévotion « patriotique » aujourd’hui.
          Ceci explique(rait) combien un secteur de l’opinion est prise en otage dans la logique « notre patrie » (nous les gens de plus vieille immigration, européenne, et ayant participé au système et approuvé ses guerres impérialistes, et dénigre tous les autres comme des « traitres » à la patrie.
          On est ainsi à l’origine d’un « sectarisme » qui peut prendre diverses figures.. Effectivement.

    2. @ Alexis
      Merci pour ces témoignages.
      Est-on en train de découvrir une forme de djiadisme-occidental ?
      Ou bien que la manipulation des populations fragiles est universel et que ceux qui jouent avec le feu depuis la tour d’ivoir de leur mandat d’élu sont tout simplement des inconscients.
      Qui va récupérer la fragilité des GJ en France pour en faire une force électorale aux prochaines présidentielles ?

      2
    1. Trump visiblement lit un prompteur. Ce n’est ni son style, ni son vocabulaire. De ce que je sais, ce discours lui a été imposé par Mike Pence et sa fille Ivanka.

      Le discours est sorti alors que les parlementaires étaient en train de voter pour son impeachment. Ce n’est pas un hasard.

      Je pense qu’on lui a expliqué clairement que si des manifestations violentes avaient lieu avant et pendant le transfert de pouvoir avec Biden, suffisamment de sénateurs républicains voteraient l’impeachment. Son avenir politique (et celui de sa fille) dépendra donc de cela.

      4
      1. Il ne parle plus d’élection volée, il laisse toute la place à la transition. Il laisse tomber tous les gars « patriots » et « prouds ». C’est frappant. Il évoque juste « trop de manifs violentes », donc BlackLiveMatters. Et un « mouvement MakeAmericaGreatAgain ».

            1. Toujours est-il que ce discours et particulièrement bien fait pour désamorcer la tension, et je ne connais personne de sensé qui ne peut pas adhérer à ses propos. On peut lui au moins lui donner ce crédit n’est ce pas ? Et jugez sur pièce en fonction de ce dernier discours ce qu’il va faire dans les jours qui viennent. Tout le monde peut changer, même en mieux, même si on croyait tout perdu. En tout cas, il faut encourager cette attitude.

              T’es un bon gars Donald au fond, allez continue ainsi. De toute façon tu es encore aux commandes bonhomme, alors applique bien ton discours.

              1
              1. Clo-Clo, tu crois encore aux contes de fées. C’est mignon. Mais sache quand même que dans la vraie vie, un loup ne se transforme jamais en agneau. Mais si ça te fait plaisir de rêver, fais toi plaisir. Juste faire attention au moment du réveil, être face à la réalité peut faire mal.

              2. Pour qu’un discours soit bon, il ne suffit pas que son contenu soit bon. Il faut aussi que son orateur montre qu’il pense ce qu’il dit. Là, tout le monde voit qu’il est forcé à dire cela. Personne ne le crois, et ses partisans le comprenant comme cela extrapoleront, à tord ou à raison, le contraire. A savoir un appel à la violence.

                Simplement, Trump ne pourra pas être condamné cette fois-ci. Subtile comme manipulation.

                Trump est un excellent manipulateur de foule. Je rappelle que 30 à 40% des gens croient à ses incessants mensonges, même et surtout quand ils sont gros.

                1. @François M Ce qui veut dire qu’il y a en ce cas dissonance entre le texte et le comportement perçu du transmetteur en audio-vidéo.
                  Et que l’on peut privilégier la forme perçue sur le texte comme signification du message.
                  Si celà est bien une caractéristaique de Trump, il est étonnant qu’il ait privilégié au fil des années un mode de communication purement textuel (Twitter) qui lui a été le premier enlevé.
                  Outre le fait qu’un message textuel comme twitter (ou SMS) est beaucoup plus difficile à authentifier et facile à falsifier.
                  Maintenant en audio-vidéo avec quelques moyens celà semble aussi possible, y compris en temps réel.

                  1. Il est possible qu’il y ait eu volonté de créer cette dissonance pour que les partisans voient clairement que ce qu’il dit n’est pas ce qu’il pense. Cela permet de les renforcer dans le complotisme du « méchant deep state » contre le « sauveur Donald Trump ». Et donc de leur faire passer le message « faites le contraire de ce que je dis » tout en disant aux « juges » de l’impeachment « vous voyez, je lutte contre la violence ».

                    C’est un grand manipulateur, ne jamais oublier ça.

                    1. Ca me rappelle un jour on mes copains m’avaient tourner en bourrique par un jeu, sans doute connu (pas trrouvé sur internet toutefois) :
                      L’acteur fait un jeu de doigt, parcourant de l’index droit le contour de sa main gauche, et disant suivant les doigts « youp » ou « tibi » d’une façon qui peut sembler aléatoire, et où le novice doit deviner la règle. Toute l’assistance connait déjà la règle et dit « ça c’est le bon » ou « ça c’est le mauvais » suivant la séquence « à deviner ».
                      La ficelle est que la règle ne porte pas sur la séquence, mais sur le fait que l’acteur (ou le M. Loyal) dit avant « regarde » ou ne dit rien (ou bien une autre règle du genre « regarde bien » vs. « regarde ».
                      Dans l’espoir de sauver le novice bloqué cognitivement, l’assemblée insiste alors de façon théâtrale sur le « regarde », dans l’espoir de déclencher quelque chose. Ça finit avec un taux de frustration variable, suivant les caractères des gens.

                      On en n’est pas très loin dans le cas de Trump « mais crispées » = « le deep state m’oblige à vous débiter cette fadaise en ré mineur » ; « mes petites mains facétieuses pleines de doigts s’agitent comme d’hab » = « MAGA, go ahead ».

                      Remarquable si on en arrive à ce niveau.
                      Des clés pour les zoologues de l’an 25000 qui pourront voir à quel moment Homo Sapiens a dérivé vers Homo Çatwittus Delirus.

                    2. « mains crispées » voulais-je dire — Emmanuelle Charpentier ne m’a pas passé l’éditeur CrispCas9 pour mes billets —

                    3. Je ne sais pas ce qui est possible en matière de manipulation, mais ce que je sais, c’est que je ne souscris pas aux thèses manichéennes , et encore moins quand il s’agit d’une idéologie. Ce qui ne signifie pas que je partage ces m^mes idéologies ! Il y a les outils et il y a ce que les êtres humains en font, incarnent ou pas et ou les instrumentalisent. Sweet dreams are made of this…

                      Il semblerait que ceux qui hurlent le plus au Diable Donald en ce moment, aient également sombré bien bas, pour en arriver à des procédés si peu « progressistes », mais bien plutôt régressifs et seraient prêt à tous les expédients et ce s’en même s’en cacher non plus….Mais J. Dorsey doit être au courant non ? Ils s’en sont si peu caché. MDRRR

                      Alors, diaboliser son opposant pour montrer au monde entier qui sont les gentils, et les méchants, un enfant de cinq ans sait le faire. C’est grossier et un peu niais. Voire même idiot, mais hélàs, ça « fonctionne » parfois :-(.

                      MAIS manoeuvrer en se faisant passer pour un parangon de vertu et user et abuser de tout ce que l’on reproche à son « ennemi » : c’est tomber bien bas ! Si tant est, un jour, que ça ait décollé de sa petite bouse personnelle. Ce qui est déjà, je vous l’accorde, un bon début. Aaaah depuis Machiavel les psy Ops n’ont pas beaucoup évolué… les êtres humains ? Ben ça dépend, j’ose croire que m^me si on les entend moins, comme l’a souligné Juan, la « vertu », il y a ceux qui en parlent et puis ceux qui l’incarnent. Ou qui, au mieux, ont l’audace et les cojones de s’en rapprocher et de tendre vers….En toute humilité. Vaste programme , n’est ce pas ? 🙂

                      En matière de manipulation, vous avez raison, il y en a quelques unes, à l’évidence. Tous les moyens sont bon pour décrocher « l’anneau », et PERSONNE ni aucun mouvement, ou PARTI, en ce moment de grande confusion n’y semble, comment dire, à l’abri ? Aaaah POSSEDER « l’anneau » et DOMINER les « esprits », est ce bien cela le « pouvoir » ?

                      Demandez à J Dorsey, il en connait un rayon avec ces algos. D’ailleurs le FBI zé autres ne manqueront pas d’interroger les « true » et « false » flags. 🙂

                      Les enquêtes se poursuivent ! Avec le lien Cnn , oups !

                      Investigators pursuing signs US Capitol riot was planned

                      « A team of investigators and prosecutors are also focused on the command and control aspect of the attack, looking at travel and communications records to determine if they can build a case that is similar to a counterterrorism investigation, the official said. »
                      « Evidence uncovered so far, including weapons and tactics seen on surveillance video, suggests a level of planning that has led investigators to believe the attack on the US Capitol was not just a protest that spiraled out of control, a federal law enforcement official says. »
                      https://edition.cnn.com/2021/01/13/politics/capitol-riot-investigation/index.html

      2. POTUS est-il encore libre de ses mouvements, déclarations, décisions ?
        Oui ?
        Non ?
        Est-ce légal ?
        Est-ce alors un coup d’Etat ?
        Qui a pris le pouvoir à sa place ?
        Chine, Russie, ET ?

    2. Hé bien on peut dire qu’il vaut toujours mieux tard que jamais.

      Ce discours est dans la droite ligne de ce qui était attendu, et il se refait un crédit pour pas cher.

      Tout rentre dans l’Ordre quoi. Avec un mouvement en plus le mouvement MAGA.

      Pour les excités sectaire de Q, le début de la fin…

      1. Sauf que…  » Donald Trump a été inculpé pour « incitation à l’insurrection » lors de l’assaut de ses partisans au Capitole le 6 janvier  » …
        aujourd’hui par un vote de la CH REPR US.
        Peut-être que ce qui compte c’est qu’ au moins il devienne à jamais inéligible …donc jamais plus en campagne individuelle  »(((..ça m’étonnerait qu’un mec comme DT s’implique à fond pour qqun d’autre que lui-même..(pas 100% sûr quand même..!..))))

        En droit ce vote devrait (pourrait?) être suffisant pour constituer l’argument de base de mise en oeuvre après le 20/1 des conséquences de la section 3 du 14ème amendement … l’inégibilité définitive. :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Quatorzi%C3%A8me_amendement_de_la_Constitution_des_%C3%89tats-Unis
        » Section 3. Nul ne sera</b/ sénateur ou représentant au Congrès, ….. qui après avoir prêté serment, comme membre du Congrès,….. de défendre la Constitution des États-Unis, aura pris part à une insurrection<b ou à une rébellion contre eux, ou donné aide ou secours à leurs ennemis »

      2. @ CloClo : Non, il ne faut pas dire « mieux vaut tard que jamais » mais « reculer pour mieux sauter ». DT donne des gages aux institutions car il sait que le coup d’Etat a été éventé et ne se fera pas. Il donne un discours lisse qui n’est pas de lui mais qui donne des gages aux républicains. Qui destituerait un tel « enfant de coeur » ? Donc laissez tomber l’empêchement et laissez le revenir bientôt. Par Ivanka éventuellement.
        Je suis désireux de l’empeachement pour appauvrir ce malheureux de sa pension et de ses privilèges de past-president et restreindre ses mouvements futurs.
        Mais je pense que tout se joue dans le futur parti républicain. Il fallait le soutien de Donald pour être élu. Et dans le futur ? Peut-on voter contre lui sans conséquence ?
        Et je trouve qu’il ne faut pas donner un martyr au mouvement qui subsiste comme mouvance.

        1. De la confusion, et encore de la confusion, cela lui profite toujours.

          L’opinion est tellement clivée que chaque coté est atteint de façon très différente par les mêmes mots…

          1
        2. Chabian,

          Ecoutez, on ne peut que constater que ce discours est juste et apaisant, une tentative de sortie par le haut pour dépasser les « rancunes » et dans le respect de chacun dans son « expression ». Il faut voir les éléments positifs et reconnaître quand le discours s’oriente dans le bon sens. Nous devons lui donner ce crédit et juger maintenant sur ses mots prononcés la réalité de son attitude dans les jours qui viennent.

          Toujours regarder ce qui peut permettre d’avancer vers plus de paix et de détente niveau pression. On doit lui donner cette part de changement qui fait que jamais personne n’est pour toujours enfermé dans un scénario ou une direction. Encourageons donc ce bon discours et voyons comment il va le réaliser. Chantal avait peut-être raison, on peut tous changer, pourquoi pas lui ?

          Je m’adore quand je suis ainsi ! 😀

    3. Ma parole ! Ils lui ont administré un puissant neuroleptique ou autre gourmandise du même genre, véritable camisole chimique.

      Remarquons son attitude : les doigts croisés, crispés qui ne desserrera jamais tout au long du discours : le même comportement que lors de son intervention télévisée à l’hôpital quand il était sous le fort traitement anti-covid.

      Trump transformé en orange mécanique ?

      Pour combien de temps ?

      1
  10. Bonjour
    Quand les habitants d’Afrique du Nord ont cherchés à mettre fin à leurs dictatures en 2010-2011 avec une coordination appuyée par la technologie des GAFAMI, l’occident s’en est trouvé émerveillé. Dix ans plus tard, Mr Trump et ses acolytes utilisent ces mêmes technologies pour tenter un renversement des institutions, le « merveilleux » a laissé place au scepticisme quant au rôle de technologie utilisée.
    Quand j’entends les blocages de Trump par les GAFAMIT, je ne peux pas m’empêcher de penser au livre de Jacques Attali « Une brève histoire de l’avenir » dans lequel il parle d’un gouvernement par les entreprises marchandes dans ce qu’il appelle la 9e forme. Là où en Afrique du Nord, les révolutions promettaient une ouverture et une expansion du monde marchand et de la mondialisation dans ces pays, les GAFAMI s’y taillant une part du lion (comme ailleurs), le projet de Trump tend à un monde plus fermé à grand coup de droits de douane, etc., qui ne sont pas de l’intérêt des GAFAMIT.
    Mon impression est qu’en bloquant Trump, les GAFAMIT agissent pour leur intérêt bien compris face à un pouvoir qui ne leur serait pas favorable.

    4
      1. Pour être honnête, j’étais moi aussi moins inquiet ce jour-là (ce qui se passait en coulisse était ce qui était le plus grave). Surtout, je n’étais pas dans l’idée que certains représentants Républicain étaient dans la complicité ACTIVE du coup d’état, mais plutôt dans une complicité passive (soutenir les élucubrations de Trump sur le « vol » des élections)

  11. Cicéron devrait revoir sa copie ( « cedant arma togae « ) , car en l’occurrence , c’est effectivement bel et bien le judiciaire et les armes qui sont restés exemplaire à l’encontre du législatif et de l’exécutif , ce qui donne une indication sur les pouvoirs où se sont réfugiés droit , justice et équité pour le judicaire , et honneur et respect du serment pour l’armée .

    Ce billet confirme que sans vertu dans l’exécutif et le législatif , tout simultanément , la République et la Démocratie n’ont pas besoin d’ennemis extérieurs pour dépérir .

    De ce point de vue , le Brésil est en danger grave , et du côté UK et des dérives marchandes anglo-saxonnes , à la lueur des enseignements sur le poids du judiciaire dans la bonne marche des pays qui veulent rester civilisés , je m’inquiète une nouvelle fois du refus farouche et pas sans arrière pensées des anglais pour refuser la cour de justice européenne comme cour d’arbitrage des conflits , dans le cadre du brexit .

    Si on devait en rester à une situation plus conforme à l’espoir , on aura aussi vérifié que les bas du front ne font pas projet social et biens communs .

    1
  12. @alexis toulet extrêmement intéressant. Pour ma part, j’en trouve des prémisses dans les romans de Bret Easton Ellis qui décrit pourtant des univers, californien ou new yorkais, aisés. Ceci dit et pour faire court, j’ai le sentiment que certains nationalismes (et aussi certains écologismes) se nourrissent de références pagano-religieuses qui en rajoutent dans les fantasmes. A quoi se raccrocher quand la perte de confiance est complète ?

  13. Le pouvoir judiciaire tiendrait donc le coup.
    Pourtant, statistiquement, la proportion des électeurs de DT parmi ses membres devrait être identique à celle des électeurs de DT au sein de la police et de l’armée ( dixit PJ dans une vidéo précédente ). Autour de 50%. Donc, comment expliquer que l’édifice tienne debout et que les juges n’aient pas d’état d’âme pour poursuivre et appliquer les lois ?

    Par delà les clivages, les citoyens américains mettent-ils, par dessus tout, quoi qu’il arrive et d’où qu’ils viennent, leur Constitution et les pratiques démocratiques qu’ils ont toujours été si fiers d’exporter ?

    En outre, ceux qui détiennent une part du pouvoir judiciaire aux USA appartiennent sans doute à cette frange de la population éduquée et instruite dont on a pu remarquer qu’elle ne votait pas majoritairement pour DT ? ( Quelles que soient leurs origines et leurs opinions politiques. Surtout lors de cette dernière élection, instruits qu’ils étaient du bilan du candidat sortant.

    1. Il me semblerait pourtant que l’aspiration à faire partie de la police ou de l’armée, donc à être susceptible de recourir à la force, soit naturellement plus grande chez des conservateurs que chez des libéraux. Pour la police, les armes de guerre dont elle dispose et ses actes violents contre les manifestations libérales et pro-BLM, en comparaison avec sa complicité avec les manifestants de droite le confirment. Pour l’armée, cela risque de poser des problèmes si elle doit s’opposer aux partisans de Trump, puisqu’il me semble qu’il devrait y avoir (bien) plus de trumpistes dans ces deux corps que de non-trumpistes.

    1. Merci Hervé
      Quand en France en 1938, il était question de cela :
      « La droite versaillaise et décomplexée, sans parler de la droite nationaliste, a toujours été prête à choisir « Plutôt Hitler que le Front populaire ». Si le slogan n’est pas avérée sous la plume ou dans la bouche d’un grand patron ou d’un dirigeant d’une des droites françaises de l’entre-deux-guerres, un intellectuel centriste écrivait en 1938 : « On ne comprendra rien au comportement de cette fraction de la bourgeoisie française si on ne l’entend murmurer à mi-voix : « Plutôt Hitler que Blum ».
      C’était dans le numéro d’octobre 1938 de la revue Esprit,[2] sous la signature d’Emmanuel Mounier, qui n’avait pas fait preuve d’un antinazisme primaire. »
      (source blog de Médiapart)

      Hier, pour les dirigeants du Parti Républicain américain, c’était la question de : « Plutôt Trump que les Démocrates ». Et l’ultra-droite s’en est nourri.

      Aujourd’hui, c’est la croisée des chemins !

      5
  14. Ma théorie en ultra-abrégé :

    Ces évènements prouvent que le noyau de l’adhésion à la droite est une « dynamique d’affect ». Voire que la droite sélectionne automatiquement ce qui y résonne le plus. Jusqu’aux affects colériques.

    La gauche se veut toute de théorie et de réflexivité, allant forcément très au-delà d’une simple compassion pour les dominés (créneau déjà occupé à droite par les paternalistes).
    Pas évident dans les temps où les théories ne s’appliquent pas. Alors que la dynamique d’affect, elle « s’applique toujours », elle « s’applique à s’appliquer », c’est un peu le sens des études à la Gilens et Page sur l’oligarchie, qui n’a que faire avec s’aligner sur les souhaits de l’électorat, fut-il de droite.
    Dans le cas Trump, c’est en effet dans la scission d’oligarchies (le GOP éclaté) que réside l’incertitude majeure.

    1
    1. Et pourtant c’est une doctrine de gauche qui a fait le plus de morts au vingtième siècle : les 100 millions de morts du communisme , voila encore une bien belle théorie qui ne résiste pas à l’expérience et à la réalité

      4
      1. Ce ne sont pas les doctrines qui font des morts, mais bien ceux qui s’identifient à elles comme étant des vérités. Des vérités pour lesquelles tous les meneurs qui s’en draperont, décrèteront que les « autres », ceux qui n’en sont pas, doivent être éliminés afin d’aboutir à l’idéal identitaire. Idéal qui veut, au final, qu’il ne reste plus qu’une seule identité, la mienne. Les doctrines ne sont finalement que des « romans identitaires » (comme le « roman national ») destinés à légitimer un processus de domination. Quelleque soit la doctrine, c’est la notion de « pureté » identitaire (relire « Le pur et l’impur » de V Jankélévitch) qui sera toujours le carburant de la violence.

        3
      2. @ Samy

        A réfléchir ainsi, le capitalisme militarisé serait la première idéologie qui aurait exterminé des milliards d’êtres humains sans autre comparaison possible. Heureusement que les historiens ne réfléchissent pas comme vous en travestissant la réalité historique kaléidoscopique. Il suffit de travailler un peu pour bien se rendre compte que bien heureusement que les communistes – toutes tendances confondues – étaient là pour nous libérer du nazisme ! Sinon, nous aurions été des milliards d’humains à fumer dans les camps de concentration allemands et bien d’autres y fumeraient encore. En disant cela, je n’oublie pas l’apport considérable de tous les autres, libéraux, socialistes, anarchistes, humanistes religieux, sans-parti, sans-grades etc… je n’oublie pas non plus tous les jeunes soldats US qui ont donné leur vie pour la libération mondiale et qui ont payé un lourd tribu dans la guerre contre l’Empire nazi Japonais . Aujourd’hui il s’agit de clore les vieilles querelles et de sortir des ornières de l’Histoire humaine à la lumière de nos connaissances nouvelles, au regard du réchauffement climatique et du capitalisme suicidaire. Œuvrons à un changement de paradigme, cela vaudra mieux que de macérer éternellement dans un vieux jus.

        1
    2. @ Timiota:
      Assez d’accord mais avouez que cela ressemble, ou est assez proche, de la thèse de Todd dans « Le fou et le prolétaire ». Avec la même proportion qu’un pâté d’alouette ( un cheval pour une alouette). Tellement le prolétariat a été laminé ce qui laisse la voie libre à la multiplication de la classe folle: la bourgeoisie éduquée (=élue).
      Question structures familiales, indispensable à la thèse: les latins-américains semblent sur-représentés, ou en situation individuelle de sur-représentation…

      Tout ça, c’est du découpage en tranches minces sans beaucoup d’intérêt. Que peut-on en retenir pour la vieille Europe? Suivrons-nous la trace US avec les 10-15 ans de retard règlementaires?

      1. Sans doute du recouvrement. En écoutant Yasmina Reza ce matin à France Culture, je voyais vraiment pourquoi cette auteure, maitresse de la dynamique d’affect dans les récits de petits groupes (familles, etc.) peut coïncider culturellement avec la droite, sans que cela soit péjoratif du tout. A côté dans la même catégorie, un Jean d’Ormesson.
        Il y a un plaisir à considérer les « petites sociétés » comme métaphore du monde, en n’essayant pas de percer ce qui est émergeant : ça simplifie la vie, et on peut parler à tout le monde. (Il faut vraiment une classe de prolétaire pour que ça parte autrement, ou le mix spécial de la révolution russe, ou la majorité du peuple n’était pas encore prolétaire, vieux débat suivant lequel la révolution aurait du commencer en Allemagne tandis qu’en Russie, il y avait un chemin spécial ne passant pas par l’exacerbation du capitalisme prévue par Marx).
        Ceux qui cherchent à comprendre ce qui émerge tombent « naturellement » sur les accumulation capitalistes et les questionnent sous toutes les coutures, alors que la droite les naturalise et tient à la métaphore de l’état « père de famille » pour s’accommoder de tout cela.
        Le seul point qui n’était pas évident jusque là pour moi est que le « jeu de la dynamique d’affect » avait assez de richesse pour occuper le devant de la scène. Certes il y a eu des moments de sociétés bourgeoises plus ternes ou conservatrices que d’autres (l’Espagne sous Franco, le règne de Napoléon III), mais elle a pour secret « en plein air » de jouer sur cette dynamique pour capturer le raisonnement, sans même le vouloir explicitement. Pour aller au-delà dans les extrêmes droites, il faut d’ailleurs recourir à la métaphore de la horde ou de la famille menacée, et chercher comme émergence-repoussoir le risque d’une division. J’essaye juste une caractérisation de type « quelles échelles et sujets sont corrélés entre sociétés et individus », pas beaucoup plus (mais ça a des conséquences).

        1. Je ne pense pas , le regroupement en ‘ horde ‘ n’est pas l’apanage de la droite , bien au contraire , d’ailleurs ces regroupements en ‘ familia grande ‘ n’apportent rien de bon , par ailleurs un couple où l’homme est de droite avec certaines limites et valeurs , et où la femme est de gauche plus tolerante et ouverte ( ou l’inverse ) fonctionne très bien et ne peut être que bénéfique pour tout le monde

          1. @ Jeannot, il s’agit du niveau métaphorique (ou de l’institution imaginaire disait Castoriadis). Et pas du niveau « famille-clan » de l’affaire Pisier-Kouchner-Duhamel. Au lieu de se considérer comme un joyeux agrégat de type famille compliquée mais digne d’un roman (affectueux ou affecté ou affectionnant), on se considère, par entrainement collectif, dans la catégorie des spoliés, des laissés pour compte pas quelque chose qui est forcément une clique contre vous.

            Une telle rhétorique aurait pu saisir les Gilets_Jaunes et ne les a saisi qu’assez peu comparativement. Ceux qui sont venus primo-manifester (comme on dit primo-conducteur etc.) à Paris ont vu une nature du pouvoir qu’ils ne soupçonnaient pas, mais leur sentiment de spoliation a été rationalisé en un besoin mieux exprimé au cours des N assemblées qu’ils ont tenu (Commercy, les 2 ou 3 AG annuelles dont je ne sais plus le nom, etc.).

            Au contraire, aux USA comme dans l’Allemagne des années 30, on voit le sentiment de la spoliation se faire recruter au service d’une « cause » foncièrement négatrice de l’embryon même d’une philia, et donc porteuse de mort à une échelle ou une autre (BLM ou PointGodwinLandia).
            Avec cette acception métaphorique de la horde, je crois que « je me comprends » (des fois c’est pas le cas, mais à > 24h d’intervalle pour l’instant).

    3. @Timiota
      pour faire également dans le condensé , je dirais que l’être humain gère ses « productions désirantes » selon un dispositif synchrono-diachronique.
      ce que vous appelez « la gauche » privilégie l’aspect diachronique , cad se projette dans un futur imaginé selon ce qu’il peut « théoriser » du passé , tandis que ce que vous appelez « droite » privilégie le « synchronique » , cad l’interprétation qu’il fait de l’instant , sa « dynamique d’affect ».
      il y a bien sûr autant de dosage de ces deux aspects que d’individus sur cette terre , selon la façon dont se sont constitué leur identité dans leur tendre enfance.
      c’est très « Jungien » ce que j’énonce , je vous l’accorde.
      puis je vais devenir « Girardien » , en disant que nous assistons depuis 20 ans à un phénomène d’épuisement des défenses de chacun , entraînant un phénomène de condensation sur ces deux axes par une sorte de mimètisme de « sauvegarde » (cf. Gustave Le Bon)
      Donc , pour moi , ce qui se passe de façon très tragique au USA est logique : le déraillage des primaires 2016 l’annonçait déjà ,puis l’arrivée d’un outsider , l’éclatement du PD (Sanders vs Clinton) …….
      cela fait donc 4 ans de lévitation pour le système politique US , qui du fait de sa dissociation n’a plus rien pour s’étayer et s’effondre…
      à mon avis , ce n’est donc pas fini , et une fois qu’on aura tiré la chasse d’eau derrière l’administration actuelle , les voies qui s’ouvrent me paraissent pour le moment indécidables..

      1. Oui, je pense que votre analyse est assez parallèle de la mienne.
        J’ai écrit avant de vous lire sur les « hordes » en jeu… lorsqu’on va au frange de la dynamiqe « familiale » ou « de petit groupe » qui sert de « template » à la droite-telle-qu’elle-est », qui fait de la prose sans le savoir.

  15. France 24 – Articles :

    1/ « Assaut du Capitole : l’hypothèse des complicités parmi les élus républicains » :
    https://www.france24.com/fr/am%C3%A9riques/20210114-assaut-du-capitole-l-hypoth%C3%A8se-des-complicit%C3%A9s-parmi-les-%C3%A9lus-r%C3%A9publicains

    2/ « Attaque du Capitole : les « Oath Keepers », la frange paramilitaire des assaillants » :
    https://www.france24.com/fr/am%C3%A9riques/20210113-attaque-du-capitole-les-oath-keepers-la-frange-paramilitaire-des-assaillants

    2
    1. Mais pourquoi Aaron Mostofsky, un Dems pur jus et fils d’un juge de la cour suprême de Brookly, aussi Dems pur jus, est il venu participer à l’invasion du capitole avec une peau de bête et un gilet pare-balle ?
      Il est actuellement placé en détention avec quatre accusations fédérales sur le paletot. En fait, il semblerait que les Dems et les Reps se soient donné rendez vous au Capital pour y manifester et l’envahir de concert. Car il n’était pas le seul Dems sur place, ce jour là, à avoir envahi le bâtiment à W.DC avec les Reps. C’est la fête…, les pétards en moins, les flingues et les peaux de bêtes en plus, mais, par dessus le gilet
      pare-balles… 🙁

      Il déclare d’ailleurs qu’il y aurait eut, non pas , 75 millions de votants pro DT, mais 85 millions. Si en plus les Dems se mettent à soutenir Donald… ,^^, oups, il se passe vraiment des choooooseus très étranges en ce moment du coté des States-désunis. D’ailleurs le PDG de Twitter semble très ennuyé d’avoir eut à sucrer le compte de Trump, quasi à contre coeur, déclare t’il. Snif, snif, snif…Surtout depuis que Twitter s’est ramassé une bonne tôle dans les ratiches à WallStreet quelques jours plus tard…Vous n’y pensez pas hein qu’ils sont kommssa ces « grands amis fondateurs des réseaux et de la liberté », eux pardon ce ramassis de faux-culs aux belles valeurs démocratiques d’échanges libres et ouverts ? Et ben si ! Des faits. Des faits.

      C’est ballot une pareille tôle hein mister Dorsey pour un grand ami de la liberté d’expression ?
      https://45secondes.fr/twitter-seffondre-en-bourse-apres-lexpulsion-de-trump-facebook-egalement-en-baisse/

      Son of Brooklyn Judge Is Arrested Over Role in Riot at Capitol
      Aaron Mostofsky, who was taken into custody in Brooklyn on Tuesday, faces four federal charges, including theft of government property.

      « Draped head-to-toe in fur pelts, a bulletproof vest strapped to his torso, the son of a Brooklyn judge wandered the halls of the U.S. Capitol last Wednesday, stopping amid the melee to give an interview while clutching a riot shield. »

      “We were cheated,” he told The New York Post, parroting President Trump’s baseless claims of election fraud. “I don’t think 75 million people voted for Trump — I think it was close to 85 million.”

      https://www.nytimes.com/2021/01/12/nyregion/aaron-mostofsky-arrest-capitol.html

      3
      1. Puisque le FBI arrête « des » démocrates aussi bien que des républicains, sur le simple fait qu’ils aient été à l’attaque du Capitole, c’est donc qu’il n’y a pas un méchant complot des méchants « communistes » contre les gentils suprématistes ?

        Quant à la « fraude » massive, j’ai trouvé les coupables :
        https://www.pauljorion.com/blog/2021/01/15/video-les-etats-unis-a-la-derive/#comment-833723

        Sacrés extra-terrestres : ils ont réussi, sans se faire voir, à piquer 10 millions de bulletins ! Et c’est pour cela que Trump ne peut pas donner les preuves. Il les a vu, mais ils ont brouillés les images !

        1
        1. Et puisque les DEMS communistes ont aussi, avec les Reps suprémacistes, envahi l’intérieur du Capitole à W. DC, il faut lancer aussi un impeachment contre les DEMS communistes, puisque tout le monde a comploté. Brulez-les tous , la constitution américaine reconnaitra les siens ! CQFD Pas besoin des E.T pour cela…

      2. Dundee
        Qu’est-ce qui vous fait dire qu’ Aaron Mostofsky est un démocrate pur jus ?

        C’est une affirmation totalement gratuite de votre part. Son père est démocrate et alors, cela prouve quoi ?
        Par contre une chose est certaine, il reprend à son compte les allégations de fraude venant des Républicains.
        Il me semble surtout qu’il est sacrément dérangé.

        1
        1. Dundee
          Qu’est-ce qui vous fait dire qu’ Aaron Mostofsky est un démocrate pur jus ?

          C’est une affirmation totalement gratuite de votre part.

          Vous savez lire Pierre Yves ? Lisez donc, c’est gratuit…
          « Mr. Mostofsky, 34, is the son of Kings County Supreme Court Judge Steven Mostofsky, who also goes by Shlomo. He and his father are registered Democrats, according to New York State election records. »
          https://www.nytimes.com/2021/01/12/nyregion/aaron-mostofsky-arrest-capitol.html

          Deepl is your friend !
          « M. Mostofsky, 34 ans, est le fils du juge Steven Mostofsky, de la Cour suprême du comté de Kings, qui se fait également appeler Shlomo. Lui et son père sont des démocrates enregistrés, selon les registres électoraux de l’État de New York. »

          « Il me semble surtout qu’il est sacrément dérangé. »
          Si il était le seul à être « dérangé », voui, , l’affaire serait entendue. So simpeul , so idiot ! pfff

  16. Trump et Bannon se consultent régulièrement depuis le résultat des élections.
    La vidéo de l’appel au calme n’a eu aucun effet sur les extrêmistes trumpiens, ils ont surtout constaté que Trump ne s’avouait pas vaincu et se sont ingénier à l’interpréter en sens inverse.
    Ils ont migré vers Télégram et autres réseaux cryptés, mais du coup avec une audience diminuée. Dans ces conditions plus difficile pour les plus dangereux de drainer une foule de ‘pro-Trump tout venant’, comme lors de l’assaut du Capitole. S’ils passent à l’action, ils seront certes sans doute plus déterminés, mais certainement beaucoup moins nombreux. Difficile de mobiliser également si le calendrier pour passer à l’action n’est pas bien établi. Le 6 janvier a pu mobiliser quelques dizaines de milliers de personnes à Washington parce que la date était dans les esprits depuis plusieurs semaines. Il y a la date de l’inauguration mais Washington sera particulièrement ce jour là sous bonne garde.

    https://eu.detroitnews.com/story/news/politics/2021/01/14/trump-reconciles-ex-strategist-bannon-talks-election/4165462001/
    https://www.nbcnews.com/politics/congress/extremists-move-secret-line-channels-plan-inauguration-day-d-c-n1253876

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.