24 réflexions sur « Vidéo – Pourquoi je fais des vidéos »

  1. On vous cache soigneusement que 😉 monsieur Jorion fait d’excellentes vidéos et un travail colossal pour donner une chance à l’espèce humaine!

    4
    1. Mais que vient-on donc chercher sur le Blog de Paul Jorion ?
      Je pense que beaucoup d’entre nous viennent visiter ce Blog parce que nous sommes surtout intéressés par la qualité de l’information fournie dans ses billets, liens, et vidéos. Sans oublier, bien sûr, les commentaires passionnants des lecteurs du Blog. 😉
      Or, selon Sébastien Bohler, une information intéressante est une source de nourriture dont notre cerveau a besoin, car elle lui permet d’améliorer ses chances de survie en disposant d’un avantage pour survivre mieux que les autres, ou encore pour échapper à des dangers. (Cf. Le Bug Humain – Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher).
      Et là, notre cerveau ne pouvait pas mieux tomber en venant se nourrir à la table du seul Blog optimiste du monde occidental. Trop fort ! Car, ici, on essaie de réfléchir, avec Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin, sur l’extinction de l’espèce humaine !
      Eh oui, « le genre humain se découvre, à sa très grande surprise, au bord de l’extinction. À cette menace, il (c’est-à-dire, le cerveau humain, selon Sébastien Bohler), ne réagit que mollement, en tentant de manière dérisoire de dégager un bénéfice… ».
      Par conséquent, il serait amusant et aussi « intéressant » qu’un chercheur ou une chercheuse regarde de plus près, comment tous ces cerveaux, attirés comme des abeilles par le Blog de Paul Jorion, contribuent par leurs divers commentaires et réactions à non pas se faire concurrence, mais à participer à ce que le cerveau humain trouve enfin sa boussole.

      4
  2. Merci M. Jorion, pour cette vidéo instructive, comme d’habitude… Concernant votre dernier point abordant comme pour le « fascisme », etc. … ce que j’interprète comme une accoutumance à la « normalité », « négative » ou « positive »… je doute qu’on puisse se rejoindre sur un point essentiel…

    Rappelant en substance que la « modernité » médicale, et ses « vaccins » à ARN/M…. est le meilleur moyen actuel, existant (avec d’autres traitements à l’essaie pour palier aux urgences des cas sévères), ayant en si peu de temps pu être trouvé… pour lutter contre la crise de la covid-19… l’aspect « positif » de « l’acceptabilité » de la « normalisation » des campagnes de vaccination est enfermé dans une forme « d’évidence incontestable »…

    Mais quelle fins justifient quels moyens…  quand bien d’autres crises sanitaires en lien avec de nouvelles Zoonoses, ou encore le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, les guerres monétaires, commerciales, de civilisations, sont prévisibles… ?

    Sauf donc, que si « A quelque chose malheur est bon », ici, qui a t-il de bon dans l’urgence sanitaire, de confier les études des phases 3 des produits vaccinaux récemment découverts, à la « financiarisation du tout », aux acteurs de « marchés » (dont certains « grands-pontes » ne se sont pas privés d’être à la limite du délit d’initié…) ayant toujours lorgné sur plus de privatisations des services publics hospitaliers et de la recherche publique – que tous deux n’auraient jamais pu de toute évidence, concurrencer en temps et moyens (les fonds levés provenant des Etats, et investissements privés)… ?

    Il paraît, à en croire un certains Bannon… « qu’il y a du bon dans le coté obscure de la force »

    Le rapport de force entre public et privé, ayant toujours été de plus en plus défavorable à l’intérêt général, aux services publics hospitaliers, et de la recherche… mais surtout à la délibération démocratique en somme… en raison d’obscures politiques d’austérité décennales, de « réformes structurelles néolibérales », de rentabilité, et autres « politiques du chiffre »… le seul acteur à tirer parti de « l’aubaine » de la gestion néolibérale de cette crise sanitaire… (voir l’évolution des cours boursiers des «dits vaccins » et titres des firmes les commercialisant, par rapport au nombre de doses inoculées aux populations mondiales, et adaptations/mutations des variants, etc) le seul à profiter de la « bonification » de ce déséquilibre (les soignant.e.s épongeant les plâtres des vagues successives, des risques de saturations des lits de réa, du manque moyen, personnel, gants, blouses respirateurs masques, même début de pandémie) de cette distorsion de concurrence entre recherches médicales, modernisations des soins de santé, privées et publiques… n’est-ce pas celui qui avait déjà l’avantage d’engager des négociations secrètes, obscures même (le droit de savoir de la citoyenneté devenant caduque, s’est fait tordre le bras de force sous prétexte de ne pas révéler à la concurrence internationale certains « petits arrangements » – de réelles responsabilités civiles, pénales, en cas d’effets secondaires à moyen et long terme, plus qu’indésirables… ?) avec les Etats, la CE, alors qu’il est fait passé pour « providentiel »… ?

    Est-ce que pareil déséquilibre, et déstabilisation de la recherche médicale publique, et des services publics hospitaliers (s’en prenant plein la gueule en ce moment (en premières lignes pour les soignant.e.s, avec covid-long, craintes de non reconnaissance en maladie prof, certains effets secondaires… pour des défaillances dont leurs responsabilités sont plus qu’indirectes – celles politiques primant et de non élu.e.s à l’échelon européen, et au niveau des « normes comptables » )vont permettre – de remplir la promesse du « retour des jours heureux »… – de décorréler, désolidariser ces missions d’intérêt général, ces biens communs, de leurs trop grandes dépendances des dérives mortifères des « marchés », actionnaires… pantoufleurs du verrou de Bercy et autres gestions néolibérales de hauts fonctionnaires… qui s’accordent pour ces derniers, autant à ne pas faire passer en licence libre les dits « vaccins » (mais que sais-je d’autre encore…?)… manquant aux pays très pauvres, ou ils s’y font passer pour « mécènes », qu’à favoriser « l’obligation vaccinale »… ?

  3. Est-ce que retrouver et renforcer la « GRATUITE » des services de la santé, recherche publique médicale (scientifique au sens large, sociale, anthropologique…) – la prétendue distribution gratuite de « vaccins… » et autres tests de dépistages… coûtent combien au denier public mais surtout rapporte combien au privé…? – et le but de l’étendre à de nouveaux services, comme l’alimentation (selon la définition de Robespierre…), points communs de combats politiques, nous rassemblant… est « réconciliable », compatible avec une gestion dérégulée, déréglementée, « amorale/immorale » comme elle est actuellement, des dits services laissée à la guise des « marchés » et acteurs financiers, etc… ?

      1. Les mots “… prétendue distribution…” accolés à ceux de gratuité des vaccins, est une erreur maladroite de ma part… Ce n’est pas la première non plus, dont je doive m’excuser. Car posant après la question en élargissant l’exemple à “… autres tests de dépistages… coûtent combien au denier public mais surtout rapporte combien au privé…?” je souligne que la gratuité en matière de soins (mais pas que), a un coût pour l’intérêt général, le bien commun (pour les contribuables directs, dont une partie est en capacité de parier – CSP+ des grandes boites, hauts fonctionnaires… etc… – et contribuables indirects… majoritaire pour cette dernière catégorie en France) qui rémunère indécemment en période pandémique (voir les distributions de dividendes)… les poches d’actionnaires, banques, fonds d’investissements, et autres propriétaires privés de firmes, payés en salaires variables, stock-options… spéculant toujours sur les stocks gérés en flux tendu et les prix des réactifs de tests, éléments constitutifs de la productions des vaccins… de l’énergie, du transport et les machines nécessaires à la production…

        Autant donc l’indépendance de nos services de santé et de recherches médicales publiques, et leur décorrélation (certains parlent de retrouver de la “souveraineté”, mais toujours dans d’autres domaines), des dérives mortifères des appétits de la financiarisation néolibérale/ultralibérale du tout (avec “l’ubérisation et ordinisation” défiscalisée et désocialisée…) visant leur privatisation (aux services publics, savoirs…), par rapport au fait par exemple de placer en licence libre les vaccins, et les études à long terme de leurs impactes dans les populations (contrats classés secrets d’affaires en Europe)… pour que les pays pauvres, puissent avoir plus d’autonomie et d’indépendance pour les produire distribuer, et pour soigner… autant cet aspect de la promesse de “Jupiter”, et d’autres y ayant cru, et ayant voulu en convaincre d’autres d’y croire… est loin d’être tenu par des faits, actions publiques et politiques (sauf le président Biden à ma connaissance a parlé de licence libre par exemple, quand en France ce propos ne fut pas très bien accueilli), autant par ailleurs en France, redonner toutes les valeurs fondamentales, au principe de gratuité des soins, vaccins, tests (qu’il serait question de faire payer) etc, sans dissocier le financement et fonctionnement des services publics hospitaliers (dépendant des stocks et prix de masques, gants, blouses, respirateurs, oxygène de réa, médicaments, etc) et de la recherche en matière de santé… peut peiner à rendre cohérent le message d’étendre le principe de gratuité à d’autres notions comme l’alimentation, la connectivité… quand les droites extrêmes/extrême droite et une partie de la macronie, ramènent tout au poids de la dette publique à rembourser, à “l’excès de générosité de notre pays”,à la peur d’être moins “compétitif”, et celle de “la fuite des cerveaux et capitaux”, etc, à peine on aborde la mise à plat de la fiscalité, d’un meilleur partage et d’une meilleur redistribution …


      2. la prétendue distribution gratuite des vaccins ?

        Je me demande ce qui se passe quand on se présente à un centre de vaccination en étant complètement hors des clous (en particulier, sans carte vitale).

        https://www.mutualite.fr/actualites/un-sans-abri-sur-dix-na-aucune-couverture-sociale/


        Les sans-abri interrogés déclarent, pour près de la moitié d’entre eux, “bénéficier de la couverture maladie universelle (CMU), tandis que 29% se disent couverts par la Sécurité sociale et 8% par l’aide médicale d’Etat (AME) qui s’adresse à toute personne étrangère en situation irrégulière”, précise le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

        1. Tant dis que je n’en sais pas plus sur ces questions que vous posez, et m’interroge sur pourquoi nous sommes si peu à nous en inquiéter… je me demande “en même temps”, ou voulez vous en venir, en suspectant que les “sans abris”, ou administrations, institutions publiques, supposées s’en occuper, sont à suspecter quand à leur déclarations pour les uns, et modèles de stats, calcules, pour les autres… alors qu’il m’a semblé essayer d’éclaircir mon propos en ciblant plus précisément d’où la problématique d’étendre et/ou redonner les vraies valeurs fondamentales à la notion de gratuité, joue un rôle d’effet cliqué irréversible… sans que vous n’exprimiez la dessus aucun commentaire d’approbation et/ou contestation…?

  4. Je suis un “visiteur” assidu du blog de M. Paul Jorion depuis un peu plus de deux ans, le niveau intellectuel de notre maitre de cérémonie ainsi que celui de nombreux contributeurs dans les fils de commentaires est largement au dessus de mes propres compétences intellectuelles . Aussi suis-je admiratif, particulièrement ,des vidéos produites ici car elles me révèlent des concepts dont je n’avais pas la moindre connaissance . A la suite de chacune d’elles je poursuis par des recherches personnelles afin d’approfondir mes connaissances .
    M. Jorion vous êtes un passeur de savoirs . Continuez dans cette voie et quant à vos détracteurs comme on dit : “les chiens aboient la caravane passe “.

    4
  5. “À discuter un événement qui n’a pas eu lieu…”

    Certains y parviennent très bien, c’est le cas de cette série, tirée d’un roman de Philip Roth, “The plot against America”. Uchronie/dystopie, qui imagine ce qui se serait passé si Lindberg avait été élu en lieu et place de Roosevelt en 1940. Dans l’ambiance du “Man in the High Castle” et sur le registre de l’autofiction. Si je peux me permettre un conseil : à visionner d’un trait pour apprécier l’ambiance étouffante qui s’installe peu à peu.

    Et malgré l’échec relatif du FN à ces élections – qui n’a guère mobilisé l’électorat populaire contrairement à celle qui vient – je ne peux m’empêcher d’y voir de nombreux points communs dans les signes avant-coureurs de notre époque… On a juste changé de cible.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Complot_contre_l%27Am%C3%A9rique

    https://vostfrserie.ws/the-plot-against-america-saison-1-vostfr-streaming/

  6. Américains versus étasuniens ? Votre argument selon lequel personne d’autre ne revendique de s’appeler américain et qu’il n’y a pas donc de contestation me parait faible.
    Imaginons deux minutes que des pays ou régions d’Europe se fédèrent en un seul état (les régions germanophones d’Allemagne-Autriche etc, ou les Anglo-saxons, etc.) et décident de s’appeler Etats-Unis d’Europe et que leurs citoyens s’appellent “Européens”. Je ne pense pas que les Français, Italiens, Belges, etc., n’y trouvent rien à redire. Donc contestation il y a.
    Moi j’ai adopté le terme étasunien en lisant des textes cubains, et vous savez que l’impérialisme américain (étasunien, pardon) y est vraiment peu apprécié. Rappelez vous Obama et le Roi d’Espagne venus à Trinidad et Tobago pour l’Assemblée des Etats Américains où ces deux-là avaient espéré faire la loi contre les Cubains et contre les Vénézuéliens. Le vocable étasunien “Notre Amérique” fut spécialement critiqué.
    En tous cas la discussion est réelle. Et on a le droit de lutter pour imposer un néologisme qui date quand même de 1910 et qui n’attend plus que le succès !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9nomination_des_%C3%89tats-Unis_et_de_leurs_habitants

    1. Emmanuelle, le jour où tu auras écrit un livre, tu auras aussi envie qu’il se vende. En fait, c’est surtout l’envie qu’on vous lise. Donc ça, c’est sans doute vrai, mais c’est une observation assez banale.

      Par contre, sur “insensé”, un peu de sérieux Emmanuelle : la densité de sens dans les livres que j’écris est très supérieure à la moyenne, tout le monde te le dira. Ils demandent un petit effort sans doute, mais je suis sûr que tu en es capable.

      2
  7. Jorion , un banal commerçant , comme le suggère Manuelle ?

    A vous voir proposer la discussion à toutes sortes d’avatars , ne peut m’empêcher de faire la comparaison entre ces vidéos et celles du film du même nom , où l’expérimentateur se filme pour faire part de ses découvertes.
    https://www.youtube.com/watch?v=-8PGnW0z7p4

    Une question en appelant une autre , «  pourquoi je fais des vidéos ? «  invite au «  pourquoi suis je regardé ? ».
    Du coup , me demande POURQUOI les « je «  que nous sommes commentent ou pas . Liste de raisons possibles :
    les sujets abordés sont souvent hyper intéressants, le goût de l’interaction sociale , le snobisme du savoir et son goût du tartinage de confiture , les bénéfices personnels de la confrontation des idées , le goût du jeu, la volonté de donner un éclairage différent , la construction d’une opinion personnelle , le goût de la querelle ou de la chicane , l’envie de faire triompher la vérité , le prestige d’avoir échangé trois mots avec un homme célèbre , mettre par écrit des pensées vagabondes etc?

    J’opte pour l’option «  les sujets traités sont dans l’air du temps et la musique est bonne « .
    Concernant les sujets , à chacun de les approfondir ou pas , suivant ses moyens .
    Bref, tout le monde n’a pas un savoir encycloclopédique.

    Et puis , surtout , en matière d’extinction , mieux vaut Avatar que jamais…
    En parlant d’extinction, j’espère que juannessy est toujours en vie .

      1. Bonjour monsieur Jorion,

        Je viens de faire le test – mon cache est vidé automatiquement à la fermeture du navigateur – cela ne change rien. Il semble qu’il y a un “bug” dans la mise en page au niveau du lien twitter, qui mange la page en cours de lecture la rendant impossible sans “accepter les cookies marketing”.

        Il me semble aussi qu’on le retrouve dans les commentaires qui dépassent parfois (à un certain niveau de la file de commentaires récents) sur le titre ou le corps de l’article qui se trouve au même niveau horizontalement.

        Il y a peut-être juste une condition de réglage des cookies comme pour les vidéos mais cela reste un peu intrusif (ceci dit, c’est “YTB” et “TwTr”, pas étonnant non plus 🙁 )

        Bonne journée !

  8. Sous les artefacts plastiformes que l’océan amasse, nous avons trouvé une issus à ce qui, jusqu’à présent, nous paraissait impossible. La lumière passe donc par les influenceurs et leurs plates formes vidéo. Sans eux, nous ne nous serions pas laissés pousser les ongles, nous n’aurions pas appris à les rendre plus solides, nous n’aurions pas pu remuer efficacement tous ces emballages industriels ; sur nos doigts, la surface de peau disponible à cette cause étant devenue si rare.

Les commentaires sont fermés.