151 réflexions sur « Vidéo – Covid-19 : Le point »

  1. Bien vu Paul, mais à mon avis incomplet. Peut-être existe-t-il une défiance plus généralisée et diffuse vis à vis de big pharma. A ce titre l’interview récente du Dr Frachon (pneumologue Brestoise qui a levé l’affaire Servier jugée récemment) donne peut être une piste supplémentaire.
    Bien à vous
    Olivier

  2. Commentaire d’un lecteur (par mail) qui me dit : “…mettez le pour moi, si vous avez le temps”.

    J’ai moi même peur des piqûres, même dans la fesse je n’arrive pas a
    me la faire moi-même* !

    J’appelle toujours l’infirmière…[ce qui me permets aussi de voir ses
    beaux yeux.] .

    *Mais ça, c’est déjà le stade héroïque!

    1
    1. Cela me rappelle que depuis 2015 à peu près, je me fais des piqures dans le bedon en toute autonomie d’anticoagulants, pour phlébites. Un ami m’avait vanté les opportunités offertes par une infirmière, mais je n’ai pas pu créer l’occasion… avec des infirmiers et/ou une compagne auprès de moi.
      Et pourtant, “même pas peur”, je reste rétif au vaccin/ aux vaccins. Je n’ai pas envie de développer ici ! Mais je ne me reconnais aucunement dans les caricatures vendus ici. Je songe à un billet. Mais…

      4
  3. Pas un jour se passe, dans la “com'”… sans qu’il ne puisse s’empêcher de donner le “ressenti” aux “temps de cerveaux disponibles” qu’à vouer un “culte féroce” à n’importe quelle “DICTATURE des émotions” sondées, capable de “réconcilier” et “rassurer” leurs doutes, incertitudes, avec leur “ras le bol fiscal”, “poujadisme”… qu’il ne ressemble aux précédents, qu’à condition que ce qui fut prédit la veille, “s’auto-réalise” .

    “En même temps”, pas une des prédictions les plus solennelles, énonçaient clairement la veille, ne doivent donner l’impression, que ce qu’elles pouvaient soulever comme inquiétudes, n’ont pas été suffisamment bien conçu dans la proportion et intention d’y répondre avec certitude.

    Le licenciement après deux mois et demi de suspension de salaires, aura bien lieu en cas de “non respect” de “l’obligation vaccinale” et son “tri sélectif”… Même les gosses pas encore vaccinés auront droit au même sort que leurs parents suspectés d’être “ant-vaxs” : pas de classes en présentiel, ni de solidarité exprimée par la gratuité des repas fournis par les services publics que sont les cantines scolaires, universitaires, pour les enfants pauvres, modestes… La triple peine (en cas de perte de travail, de “pouvoir d’achat”, et de hausses des dépenses contraintes comme celles du besoin de satisfaire la subsistance de la croissance des enfants… qu’il faudra acquitter dans les supermarchés…) pour les uns, “rassure” le “pouvoir d’achat” variable des assistés sans contrepartie que sont les actionnaires, propriétaires privés de stocks options…

    Seulement est-ce que ce qui suit était prévisible…?

    “Il paraît, à en croire une des membres du gouvernement interviewée sur lci, que “choisir c’est renoncer”… Cette explication vient étayer l’hypothèse que celles et ceux qui actuellement ne se font pas vacciner, doivent accepter alors de renoncer d’aller au ciné, boire un coup, manger aux resto…

    Est-ce une omission involontaire d’exclure de sa démonstration, qu’il est aussi question de renoncement de plus de deux mois de salaires, voir de perte conséquente de “pouvoir d’achat”, de droits aux protections sociales (lorsque vous ne consistez plus… vos droits à l’assurance chômage au régime de vieillesse, etc s’amenuisent, puisque vous es épuiser aussi vite que vous participez à consumer plus de trois planètes par an…) après ce délais de deux mois et demi, donnant droit aux propriétaires privés d’entreprises (et d’actions), de vous virer, même si vous n’avez pas eu accès aux vaccins, et/ou le refusés…?

    Quelle étrange conception de l’intérêt général et du bien commun est donnée dans cette injonction, qui si est inversé, est en contraire, dans son argumentaire, une valeur, morale, éthique, par exemple, en remplaçant les “anti-vaxs”, par les “pro-vaxs”, ultra-libéralisés… on se demande à quoi doivent-ils renoncer, ces derniers, au nom du principe d’égalité des droits, de la fraternité et et de la solidarité…?

    A moins qu’il soit question, par rapport à cette gestion ultra-libérale et autoritariste (croyez vous vraiment l’extrême droite,la droite extrême, feraient mieux…?) de la crise sanitaire… de ne pas avouer qui leur faut abandonner, aux “pro-vaxs”, avec certitude (sur le court terme et/ou aussi à moyen et long terme…?), toutes indécisions – sauf si elles concernent le “ras le bol fiscal”, le “poujadisme”, les “bas instincts”… “l’immorale optimisation”… – et l’idéal de devoir respecter des valeurs fondamentales… et constitutives de notre république, comme les égalités, fraternités, solidarités… pour mieux invectiver, diaboliser les doutes, incertitudes, “sociétaux” eux, des “autres” citoyennetés (abstentionnistes…?)… dans la perceptive de “vivre ensemble”…?

    Parmi les “primo-vacciné.e.s”, “pro-vaxs”, qui a choisi d’être dans le lot des tous premiers publics prioritaires ayant reçu les toutes premières “munitions vaccinales”… de qui a renoncé à ne pas faire du lobbying, du proxénétisme, dans les médias mainstream, pour recevoir les doses non redistribuées risquant d’être gâchées, de qui a renoncé à ne pas être prioritaire pour raison de contact multiple avec le public (journaliste politique, hauts fonctionnaires…) malgré les mesures de confinement, etc…?

    Soit. Gardons raison ! Qu’il y est des craintes par rapport au risque qu’une quatrième vague, sature les services publics hospitaliers, avec la propagation du variant Delta… pas grand monde le conteste, sauf à avoir raison de constater que trop peu, pas assez a été fait pour soulager ces services publics. D’autant moins est fait lorsqu’il est craint que “l’obligation vaccinale” des soignant.e.s, provoque l’effet inverse de celui recherché, des licenciements et démissions massives.

    Sauf encore à faire remarquer que ce risque d’avoir à soigner des formes graves de la covid-19, s’amenuise avec la campagne de vaccination, et les progrès des services de réa, etc, cela est encore un raisonnement un peu trop court-termiste et plutôt exagérément optimiste, si l’on projette à la rentrée scolaire, les retours de vacances de celles et ceux qui pourraient ramener dans leurs bagages d’autres variants, mutations plus sévères.

    L’urgence étant que l’état de vaccination n’est pas suffisamment optimum, optimisé quoi… pour remplir les objectifs d’une reprise ultra-libéralisée de l’économie, et de son “immorale optimisation”… on peut à la limite essayer de comprendre qu’il soit donner espoir (cela n’est pas de l’idéologie…?) que l’atteinte de “l’immunité collective” (à plus de 80% dans l’idéal, encore) ne soit pas freinée par les doutes, indécisions, incertitudes de celles et ceux pas encore vacciné.e.s (l’allusion au “frein” est analogue aux freins à la croissance, si vous n’aviez pas remarqué)…

    Que cet espoir puisse chercher à “rassurer” les “primo vacciné.e.s”, ayant à nouveau “peur d’avoir peur” de devoir renoncer à leur ultra-libérarisation… là, n’est-ce pas la limite de l’hypocrisie et du cynisme de ce genre de “com'”…?

    Car est-ce de la faute des doutes, indécisions, incertitudes – “assimilées” de façon méprisante, vulgaire, péjorative, aux “anti-vaxs” les plus sectaires… – de celles et ceux qui n’ayant pas encore eu “l’égalité de chance” d’accéder… au “produit miraculeux”… devraient “accepter” de renoncer à “vivre ensemble”, à la solidarité, à la fraternité, et à garder un emploi pouvant stabiliser leurs vies familiales (les inégalités, la précarité, pauvreté ayant à nouveau explosé, par ailleurs)… si les munitions vaccinales n’arrivent pas suffisamment en nombre pour protéger individuellement toutes et tous, “en même temps”, mais en priorité apparemment l’ultra-libéralisation des “pro-vaxs” (contre le fait de mettre en licence libre, ces “vaccins…” médicaments…)…?

    Et que diront et acteront par la voie législative (la prolongation de “l’Etat d’urgence sanitaire” dénie aux droits démocratiques de respecter le dialogue social…), les “pro-vaxs” en cas de cinquième vague, avec un variant qui pourrait résister aux vaccins actuels, et attaquera plus virulent et injustement celles et ceux n’ayant pas eu “l’égalité de chance” d’être “primo vacciné.e.s”…? C’est bien fait pour leur gueule…? Elles-ils avaient qu’à mieux se battre contre les “autres” pour avoir leurs doses, en premier…?

    N’est-il plus possible, dans le pays de la déclaration universelle des droits de “Homme et du citoyen… d’imaginer alors ce que ce doit être de “vivre ensemble avec le virus”… dans les pays extrêmement pauvres, émergents, ou loin des yeux, loin des cœurs, les populations encore plus exposées aux virus, mutations, dérèglement climatique à la perte de la biodiversité aux guerres commerciales, monétaires de civilisations, risquent peut être d’en arriver à se battre pour être des “primo-vaccinées”… à voir “l’exemplarité” (par exemple : pas “d’obligation vaccinale” pour le personnel du “monopole de la légitime violence de l’Etat” qui votant à plus de 50% pour l’extrême droite, compte dans ses rangs des indésirables responsables de brutalités, commises lors de contrôles aux faciès, “manifestations interdites”…) qui leur est donnée…?”

    2
    1. Et donc par rapport “au point” sur la “Covid-19″, que notre hôte nous propose de faire, à travers cette vidéo”, et son analyse de l’actualité, vue par le “prism” des échanges inter-réagissant sur son blog, et en fonction de sa grille de lecture de l’information sur laquelle il concentre par inter-réaction, son et notre attention (la notre alimentant et affinant l’objectivité et la subjectivité de son regard ? )… je me demande “quelle importance est a donner” à ces populations, citoyennetés… SVP… dont plus de 6 générations ne suffiront pas à leurs descendances, de trouver l’espoir d’attendre dans la file d’attente, qu’une place dans “l’escalier sociétal” effondré, se libère… à l’image de la désillusion de trouver l’espoir qu’une reconnaissance par la puissance publique de l’Etat (ces services de santé publique, militaires, etc)… des nuisances des essais nucléaires français (et par extension – zut j’ai failli écrite eXtinction R… des externalités négatives polluantes, aggravant le dérèglement climatique la perte de la biodiversité dans un contexte de guerre commerciale, monétaire, de civilisations…) – vers des “destinations idylliques” au niveau publicitaire, fasse que son “vivre ensemble”, intérêt général, bien commun… se repente… par rapport aux facteurs multiples de comorbidité et pathologies chroniques, pouvant causer des décès… aussi difficilement indétectables, vis à vis de leurs causes, que le restent discernables les causes des morts cumulant des facteurs multiples de comorbidité et pathologies chroniques, dans les hôpitaux risquant d’être à nouveau saturé, en pleine quatrième vague de covid-19…?

      Qu’est-ce qui sera dit, et qui aura à dire (les soignant.e.s… en première ligne, acceptant qu’il soit opéré un “tri sélectif” de la valeur morale de leur conviction fonction de leur degré “d’acceptabilité” de répondre favorablement à “obligation vaccinale” …?) aux enfants/ados – afin de les convaincre de se faire vacciner… ou d’avoir des cours en distanciel, plus de gratuité des repas en cantines scolaires, universitaires, s’ils refusent… – enfants/ados de parents récemment décédés de cancers (vaccinés ou pas), ou en situation d’invalidités alors… dans notre contexte actuel de suspicion avérée de reprise de contagiosité épidémique (des séquelles et traumatismes du covid-long ?) parents morts de cancers, ou en situation d’incapacités invalidantes et sévères, échappant à la grille de lecture de l’officialisation de la reconnaissance d’un cancer, d’un handicap… du à une irradiation des suites des dits essais nucléaires…?

      2
      1. Faudra t-il attendre des années, voir décennies, s’il nous en reste autant de temps d’ailleurs, à chérir comme notre “roi te touche dieu te guérit”, et comme causes de notre présumée coupable impuissance collective, face à des décisions machiavéliques consistant à nous diviser pour mieux régner (il ne nous resterait que trois générations, par rapport au dérèglement climatique… mais moins à l’horloge du risque de guerre nucléaire, etc) pour déplorer que ces enfants, et familles, nos concitoyen.e.s, auront malheureusement rejoint les cas de NON RECOURS par “abstentionnisme” de “représentativité”…?

        2
      2. Pour conclure…?

        Sera t-il question question, pour les anges se disputant la place sur la tête d’épingle… d’avoir à juger ces “affaires dans l’affaire” des cas de NON RECOURS, comme préjuge… ou aléa… moral… : l’un, le premier, étant capable de se faire accorder des centaines de millions en tant “qu’individualisme entrepreneurial”… ponctionnés sur le denier public… quand le second est capable de faire payer par toutes et tous, par l’austérité, les “réformes structurelles…”, plus d’inégalités… les supposés dommages subit par l’addition des individualismes en réclamant autant…?

        2
        1. “… préjuge” au lieu de préjudice”… Mais quelle honte, ou sacrilège…? Néanmoins auriez vous raison ou tort de préjuger que cette erreur, faute, ou que sais-je encore… me porte préjudice… s’il me venait l’idée de “convoquer” à ma “décharge” une relecture trop aléatoire de mes positions… faute d’éducation (morale ?), savoir faire et être…?

          Mais n’est-ce pas ainsi que se disputeraient la place sur une tête d’épingle, des anges, même si affirmer n’avoir aucune prétention d’en être, quand le postulat de “l’avocat du diable”, d’imaginer le pire, de pessimiste ‘impénitent”… m’aide à essayer de mieux me connaitre pour comprendre les “autres”, et mes erreurs (Est-ce là que je doive reconnaitre en public, devoir des excuses, à l’identité toujours non authentifiable se nommant 2Casa – à qui les lui envoyant, espèrent ne pas avoir en réponse une fin de non recevoir ?), ne saurait suffire à vous convaincre…?

          1
          1. Salut Pierre,

            Des excuses de qui à qui ? Et pourquoi ?

            Si vous imaginez devoir m’en faire, c’est inutile. Si je vous en dois, les voilà : je vous prie de m’excuser.

            Sur le pseudonymat, je vous ai donné ma position et conseillé des cours élémentaires d’Herlock Sholmisme auprès de monsieur Jorion. Vous avez du pain sur la planche (hihihi !).

            Je vous souhaite une bonne soirée.

            https://youtu.be/eUiKj3p7VOk

            1. Salut 2Casa.

              Veillez recevoir les miennes, excuses (avec mon retard à l’allumage, en prime). Je ne vous en demandais pas, non plus.

              Bonne journée aussi.

  4. Paul, à propos “des gens qui dans la vie se sont souvent fait rouler”.
    C’était très grave. Ca s’est passé il y a 50 ans, c’était l’ainé de 15, une famille très unie, tous mariés et vivants, plus de 100 descendants. Des élus, responsables politiques, syndicaux et d’entreprise. Milieu religieux (le point de vue du pape ne suffit pas). Mis devant l’alternative FN, ces 18 mois et 4 rappels commencent à ébranler l’édifice…
    C’est beau d’y avoir pensé. Merci.

    2
  5. Cher Paul,
    il me semble que dans ce que vous nous dites sur l’innocuité du passe sanitaire comme coutumier pour qui voyage fréquemment et est habitué à devoir être vacciné pour entrer dans les pays selon les maladies contagieuses qui y sévissent, vous confondez l’utilisation du passe à exhiber pour franchir les frontières et celle de devoir l’exhiber dans la vie quotidienne pour accéder aux lieux ou services commerciaux, sociaux ou culturels. Assimiler aux antivaxx ceux qui s’insurgent contre le caractère brouillon et/ou liberticide des mesures préconisées par le gouvernement Macron est le pendant de l’aveuglement inverse quant à l’utilisation que fait l’extrême-droite de cette assimilation. L’habileté de la manœuvre présidentielle ne tient-elle pas tout entière dans ce jeu de miroirs propre à faire oublier que, malgré les dépenses engagées au nom du “quoi qu’il en coûte”, le démantèlement de la santé publique suit son cours sous le parapluie de la fuite en avant vers la vaccination érigée en seule armure contre la pandémie, tout comme Macron serait le seul rempart contre Marine ?

    14
  6. Sur la fin de votre discours, j’ai tendance à vous applaudir et vous accroder que les dangers réels de l’hypersurveillance ne sont pas dans la gestion de la pandémie par la santé publique mais à chercher dans nos “démocraties” du côté de Pegasus et des innovations des entreprises privées dans ce registre. Sauf peut-être que la perméabilité des états aux solutions émergeant du privé est ici largement assurée par ceux qui nous gouvernent et que les intérêts du second ne sont pas loin de commander, avec toutes les contradictions qui les rongent par le biais de la concurrence, les comportements quand ce n’est pas la pensée même de nos gouvernants. D’où arguer qu’il y aurait étanchéité plutôt que concordance entre les deux phénomènes ? Vos coups de griffe contre les Prof. R. et P. qui seraient prémonitoirement présents dans le film de Soderbergh, que je n’ai pas vu, sont stimulants, même si je les crois injustes. Qui y incarnerait celui que vous détestez aussi, à savoir JLM ?
    Amicalement et avec intérêt pour vos réflexions un tantinet désabusées.

    3
  7. Je vois les anti-vax comme des national-anarchistes https://fr.wikipedia.org/wiki/National-anarchisme . C’est pour ça qu’on retrouve des gens de tout bord politique(mais souvent aux 2 extrèmités du spectre politique).
    Et ils pratiquent une forme de guérilla de la délusion. Un peu comme un marketeux utilise le ‘prestige'(surestimer la qualité d’un produit) pour s’enrichir, ils mentent et s’auto-persuadent de leur légitimité pour arriver à leurs fins par leur succès. Et ça marche tant qu’il y a des algorithmes pour trafiquer la visibilité et tant qu’il y aura des puissants qui joueront le jeu de la répression/complot pour valider les ‘prophéties’.

  8. La surveillance généralisée pratiquée par les entreprises privées, n’a pas le même impact psychologique sur les gens que celui exercé par les états, pour une raison évidente – les visées des entreprises privées sont claires, inciter à la consommation maximale de leur production, pour les états ce n’est pas aussi limpide et surtout ceux-là
    ont le monopole de la violence et donc de la coercition sur les corps et les esprits, ce qui n’est quand même pas le même enjeu que de provoquer une sur-consommation de produits inutiles.

    1. …les visées des entreprises privées sont claires, inciter à la consommation maximale de leur production

      Ce serait trop beau, les entreprises de font aussi pour régler des comptes : campagnes sur les réseaux sociaux à partir de faux comptes, destructions de réputation commandées à des officines, meurtres déguisés en accidents cardiaques ou suicides.

      Vous avez une représentation idyllique des entreprises.

      3
  9. Une très bonne analyse de la situation : un individu s’exprime en commentaire sous une vidéo, quelque part sur Internet. La gauche devrait suivre, le fera t-elle ?
    Quoi qu’il en soit je vous donne mon sentiment sur ce texte : intelligence et clarté politique dont le 8ème paragraphe serait comme la clef ?
    “L’imposition de mesures sanitaires très contestées sert donc de contre-feu à des mesures anti-sociales…”

    ____________________________________________________________________________________________________________________________

    Dans cette période troublée par la pandémie et l’autoritarisme, la confusion politique et le complotisme, quelques pistes de réflexion pour combattre le gouvernement :

    ➡ Être vacciné-e ne signifie pas soutenir le gouvernement, ne pas être vacciné-e ne signifie pas être antivax. Ça paraît bête à dire, mais les clivages sont parfois tellement figés, et les arguments tellement pauvres, qu’il paraît important de partir de là : sans un minimum de nuance et d’analyse politique, on vire dans une guerre de tranchées souvent stérile dont le seul vainqueur ne peut qu’être le gouvernement.

    ➡ Si nous ne sommes pas médecins, la plupart des antivax ne le sont pas non plus. Colporter des rumeurs anxiogènes et de fausses informations ne sert pas à grand-chose à part semer la confusion. Une confusion alimentée par le gouvernement et ses communicants à travers des injonctions contradictoires depuis le début de la pandémie. Semer la confusion est ainsi le meilleur moyen pour le pouvoir de s’assurer une tranquillité : lorsque les mots ne veulent plus rien dire, lorsque la vérité est enrobée de mensonges et qu’on ne distingue plus le vrai du faux, le combat ne peut plus se mener sur le terrain de la raison.

    ➡ Mettre une étoile jaune, se comparer aux palestinien-nes, au génocide rwandais ou à l’apartheid d’Afrique du Sud, c’est être né-e avant la honte. Ça n’est pas parce que le climat politique actuel est détestable qu’il faut se comparer à des situations comme celles-ci, d’abord parce que c’est manquer de respect aux victimes de l’holocauste, du sionisme, de l’apartheid et de politiques génocidaires, ensuite parce que les mécanismes qui ont conduit la France à la situation actuelle sont très différents. S’il devait y avoir une comparaison historique pour Macron, ce ne serait pas celle d’Hitler mais plutôt Thatcher, un pouvoir ultra-libéral et réactionnaire qui réprimait férocement toute contestation sociale au nom de la liberté tout en soutenant des dictatures néo-coloniales. 40 ans après la Dame de fer, Macron bénéficie de nouvelles technologies de contrôle et de communication qui en font une dystopie totalitaire, un mix entre Thatcher et Dark Vador.

    ➡ Le problème du Pass Sanitaire n’est pas tant dans le vaccin que dans le contrôle social, le fichage numérisé de la population. Cet instrument de contrôle biopolitique est une atteinte grave aux libertés. On s’habitue à être scanné pour avoir accès à un certain nombre de services en fonction de sa sérologie, et bientôt quoi ? Son casier judiciaire ? Son fichage politique ? Sa religion ? Son ethnicité ou son orientation sexuelle ?

    ➡ Le gouvernement prétend lutter contre l’épidémie, mais il met en place les mesures qui l’arrangent politiquement, sans considérer leur efficacité réelle. Que la population crève importe peu au pouvoir, l’important c’est qu’elle crève en silence, sans déranger. L’accent est ainsi mis sur la communication, sur des effets d’annonce permanents, ritualisés, quitte à raconter n’importe quoi. Chaque membre du gouvernement pourrait réclamer la palme de l’absurdité, de Frédérique Vidal annonçant la reprise des cours à l’université après la fin des examens à Sibeth Ndiaye qualifiant le port du masque de « geste technique précis», en passant par Jean-Michel Blanquer qui se vante partout d’avoir gardé les écoles ouvertes alors que son administration cachait les contaminations sous le tapis.

    ➡ En résumé, la gestion du coronavirus par le pouvoir, c’est une gestion purement policière et autoritaire de la crise, doublée d’effets d’annonces inutiles, anxiogènes et qui font porter la responsabilité de la crise à celles et ceux qui la subissent. En bref : une pénurie de masques, des injonctions contradictoires, huit mois de couvre-feu pour rien, l’utilisation de drones pour contrôler des campeurs, l’obligation du port du masque en extérieur et la restriction d’accès aux endroits « respirables » (plages, parcs…), pas de purificateurs d’air, pas de dédoublements dans les salles de classe, pas d’investissement dans l’éducation comme chez nos voisins européens, des fermetures de lits et une médaille en chocolat pour les soignant-es.L’article serait trop long à tout résumer, d’autres l’ont déjà fait mieux que nous.

    ➡ Le gouvernement a fait de la pandémie une opportunité : faire taire les contestations au nom d’une unité nationale face au covid, utiliser la maladie comme un choc pour attaquer les conquis sociaux de tous les côtés. Ce qui passait difficilement avant passe beaucoup plus facilement, puisque l’attention se porte sur la situation sanitaire. Ces attaques sont d’autant plus violentes qu’elles se passent du vernis démocratique habituel, on se rappelle du conseil de défense qui avait décidé de faire passer la réforme des retraites en force au lieu de gérer la crise sanitaire.

    ➡ L’imposition de mesures sanitaires très contestées sert donc de contre-feu à des mesures anti-sociales. Se focaliser sur le seul pass sanitaire, c’est faire le jeu du gouvernement, car c’est ne pas regarder son objectif politique réel : la destruction de tous les communs, de tous les espaces collectifs où la notion de solidarité prend le pas sur la concurrence. Dans l’idéologie macronienne, la concurrence est la base de tout. Pas seulement de l’économie, mais de tout. C’est en cela que Macron est ultra-libéral : tout ce qui n’est pas concurrence doit disparaître, tout ce qui n’est pas performance doit être détruit. Et c’est cette idéologie qui s’impose en se cachant derrière la lutte contre la pandémie. Si combattre le pass sanitaire paraît nécessaire, se limiter à ce combat c’est avoir déjà perdu.

    ➡ La situation actuelle est un malaise généralisé, où chacun-e se rend compte qu’il y a un problème, où chacun-e voudrait résister mais ne trouve pas de prise pour renverser la vapeur. Cette situation rappelle le début des Gilets Jaunes : une colère mal digérée, sincère et cacophonique. Que la gauche ne s’empare pas de cette colère et s’enferme sur ses principes signe sa défaite. Que les organisations de gauche ne soutiennent pas les manifestations est une énième trahison, c’est laisser la confusion régner et gagner au sein d’un mouvement populaire et contestataire. Juger avec hauteur et mépris ces manifestations et les personnes qui y participent, c’est s’enfermer dans le stéréotype, le jugement hâtif, c’est rester dans une attitude de défaite qui caractérise la gauche depuis trop longtemps.

    ➡ La manifestation du 14 juillet fait état d’une colère légitime, mais l’arrivée à la préfecture de Nantes sans objectif clair illustre son manque de perspectives : que cherche-t-on à obtenir ? Si nous voulons marcher sur la tête des rois, il faudra s’en donner les moyens ! [Michel Deniaud]

    23
    1. Pas d’accord avec cette idée que la « gauche ? » devrait suivre les foules en souffrance : une jacquerie ? « On » soutient mais quoi au juste ?
      Il fut un temps où une avant garde éclairée prétendait à diriger les masses et partager sa luminosité. La foule qui bat le pavé n’a qu’un point commun : sa plainte mais à y regarder de plus près, pas d’unité autre. Le gouvernement a plus d’unité que la foule, c’est peu dire ! Le pass est tactique, la vaccination stratégique. La mayonnaise sur les atteintes aux libertés QRcode et cie oublie que c’est juste un up grade technologique du fichage classique de l’Etat, en synergie avec l’usage de masse des smartphones. Le mode de surveillance de promiscuité entre parents, voisins, dans les communautés villageoises jadis, s’il n’était pas étatique était omniprésent et pas toujours bienveillant ! Avant on se plaignait de la paperasse, maintenant on va se plaindre de la qrcoderie ambiante ? Se battre contre le numérique est un combat perdu d’avance, contre la réforme des retraites, c’est pas gagné.

      2
    2. “Détruire tous les communs”. “Ne pas se limiter à (un) combat”.
      Ça me donne deux liens avec ce qui suit, tant il me semble essentiel, et pour tout dire vital au sens propre du terme, même s’il est (apparemment) hors-sujet. Mais pas hors-actualité, nonobstant la torpeur estivale.
      “Détruire les communs”: ce que l’humain, et pas seulement -même si surtout- ultralibéral comme Macron- s’ingénue à faire depuis quelques décennies, quelques siècles voire quelques millénaires.
      “Ne pas se limiter à un combat”: à l’approche de la publication d’un énième rapport du Giec, comme à chaque fois plus alarmiste, et d’une énième Cop comme à chaque fois bien-pensante et consensuelle, bien prendre conscience que l’arbre du climat cache la forêt de la destruction systématique (systémique) et généralisée des ressources et en tout premier lieu du Vivant.
      Comme il est bon de lire ceci sous la plume de scientifiques qualifiés “de premier plan”.
      La dernière citation dit tout, ou presque. Ou le “rapport Meadows” résumé en une courte phrase.
      Sans aucune illusion bien sûr. Juste pour se sentir moins seul.
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/28/dereglement-climatique-les-signes-vitaux-de-la-terre-s-epuisent-alertent-des-scientifiques_6089808_3244.html

    3. Bravo à Octobre de répercuter cette analyse. Elle vaudrait un billet sur ce blog.
      Je renonce donc à développer un billet dont les idées centrales auraient été : l’inertie vaccinale particulière à la France est un symptôme politique ; la résumer à un “camp des antivax” (fantasme) qui n’ont que des raisons stupides, phobiques, ou anti scientisme et d’extrême droite pour monter un mouvement de masses stupides est d’un simplisme qui cherche à créer un clivage irréfléchi qui profitera à Macron. Sur le vaccin, il y a des gens qui doutent, ils y a des gens qui refusent, et il y a des gens qui voient un complot : ces publics n’ont rien à voir ensemble : même s’ils se retrouvent dans les mêmes manifs. Convoquées par l’extrême droite seulement parce que aucune autre élu ne veut se mouiller ? La faute à qui ? Pousser ces trois publics dans une opposition droitière à Macron, c’est amusant mais irresponsable. L’abstention vaccinale a à voir avec l’abstention électorale. La situation est dangereuse politiquement et le mépris est la dernière des attitudes à promouvoir. Je le constate ici mais sur d’autres sites également.
      J’ajoute avoir reçu le message que ma bibliothèque en pays rural de 1000 habitants (un peu plus en comptant les villages voisins) (300 inscrits ? Ce qui donnerait 30 par jour d’ouverture sur une quinzaine, 7 par heure à peu près) selon lequel l’accès aux livres et médias n’est plus possible sans pass sanitaire ! Autant tuer l’accès à la culture tout de suite.
      Il faut se ressaisir. Assez de rires.

      7
  10. Je vais vous relater ma journée d’hier. Journée triste puisque nous étions aux obsèques d’une tante . Mais comme toute journée triste nous nous devions bien , en la mémoire de ladite tante , terminer sur une note plus joyeuse. Au vu de l’âge canonique de cette personne nous n’étions pas nombreux pour assister à la cérémonie, à vrai dire nous n’étions en tout et pour tout que 5, mais peu importe.
    Donc d’un commun accord nous sommes allés au restaurant . Les 5 personnes étant vaccinées cela ne nous posait aucun problème . Nous avons respecté les mesures sanitaires d’usage .
    Par contre au restaurant , comme je l’avais supposé à tort, aucune mesure de traçabilité n’a été respectée par le patron du restaurant. Ce qui fait que nous avons peut être été en contact de la covid sans qu’on le sache .
    Pourquoi vous dis je tout cela ? Je ne suis pas opposé au passe sanitaire , mon seul bémol serait le QR code car à bien y réfléchir une simple attestation de vaccination aurait très bien pu suffire . Mais bon, puisqu’on nous dit qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter … dont acte!
    Par contre lors de cette expérience une idée m’est passée par la tête : pourquoi ne pourrions nous pas demander , en tant que citoyen lambda, le passe sanitaire aux personnes qui accueillent du public ? En l’occurrence le restaurateur ou bien la serveuse qui avait son masque ostensiblement sous le menton . En fait c’est l’unilatéralité du contrôle qui me gène . On établit ainsi un ordre d’autorité à mes yeux injustifié sauf s’il y a réciprocité .

    ps1 : j’ai pris la lettre lambda tant qu’elle n’est pas utilisée pour un variant covid.
    ps2 : j’avoue que depuis hier je guette le moindre signe grippal ou autre . Qui sait ?

    2
    1. Et moi j’ai envie de vous répondre que si vous n’avez pas confiance dans ce restaurateur et ses employés, vous n’avez qu’à ne pas aller dans cet établissement. Un peu comme ceux qui n’ont pas leur pass sanitaire ne pourront y aller. Je constate que vous avez besoin et réclamez ce flicage mutuel… Personnellement ce flicage que vous demandez me gêne… dans les deux sens.

      5
      1. Je ne réclame rien. Je cheŕche simplement à comprendre et pour comprendre je vais dans des chemins qui aboutissent à des idées saugrenues comme pouvoir en tant que citoyen demander un passe sanitaire au restaurateur. Pourquoi pas après tout ?
        Il me semble que Michea l’a osé ce qui a donné des perspectives surprenantes.

  11. Paul, à propos “des gens qui dans la vie se sont souvent fait rouler”.
    C’était très grave. Ca s’est passé il y a 50 ans, c’était l’ainé de 15, une famille très unie, tous mariés et vivants, plus de 100 descendants. Des élus, responsables politiques, syndicaux et d’entreprise. Milieu religieux (le point de vue du pape ne suffit pas). Mis devant l’alternative FN, ces 18 mois et 4 rappels commencent à ébranler l’édifice…
    C’est beau d’y avoir pensé. Merci.

      1. Un dossier médical (bénin à l’origine) qui s’est envenimé et a abouti quelques années plus tard à une méfiance systématique de toute une famille envers la parole gouvernementale.

      2. J’interprête : il y a 50 ans : 1972, quelqu’un s’est fait rouler grave. Dans un milieu bien intégrée socialement, et catholique. Mais se sentant totalement floué.
        Aujourd’hui, avec 18 mois et quatre vagues de pandémie, il va être difficile de résister au RN. Il ne suffit pas de les jeter au panier de ‘des gens qui réagissent bêtement parce qu’ils ont eu le sentiment de se faire rouler”

  12. Bonjour monsieur Paul Jorion, je vous suis depuis des années, Et en voyant votre dernière vidéo : Covid-19 :le Point je pense que vous vous faites manipuler par la pensée dominante, j’ai fait quelques études de génétique (5 heures par semaines pendant 2 ans tout de même) je connais parfaitement les principes de la transcriptase inverse, qui d’ailleurs n’est pas forcément dangereuse, et que tous les médecins médiatique disent inexistante avec ces vaccins, ce qui est un mensonge grossier. Dans tout virus ou vaccin il y a une possibilité de transcription inverse et c’est ainsi que le génome humain est composé d’environ 10% d’adenovirus et contient une protéine qui est la syncytine qui permet la placentation, ce qui nous différencie des reptiles ou des oiseaux ou des poissons. Processus qui s’est fait sur des millions d’années. Bref premier mensonge principal sur ces vaccins. Ensuite l’inventeur même de l’ARNm, qui travaille pour le département de la défense américaine, met en garde sur tout le protocole de suivi de toxicologie qui n’a pas été fait sur ces vaccins, notamment l’influence de la protéine Spyke et sa cytotoxicité sur l’organisme.

    Dans mon entourage je connais personnellement des proches qui ont fait des effets secondaires plus ou moins grave.
    Je ne pense pas être un inculte et me laisser berner parce que je suis sous éduqué comme vous classez les gens qui refusent le vaccin ou phobique des piqûres, donc je préfère vous laisser l’explication de Robert Malone, l’inventeur de l’ARNm et je vous mets au défi de me prouver que ce qu’il dit est faux [P.J. Censuré : renvoi à un site complotiste dans le top 3, dont je n’ai jamais autorisé le lien].

    (Copie mail personnel pour PJ)

    10
        1. Vous êtes changé monsieur Jorion , je vous trouve bien acerbe , je sais pas si la protéine spike s’est fixée sur des neurones ou ailleurs mais vous êtes changé

    1. Dans mon entourage je connais personnellement des proches qui ont fait des effets secondaires plus ou moins grave.
      Moi je connais personnellement des proches qui sont devenus des humains aimantés…. Moi même je suis devenu une attraction sur le circuit de la pétanque…. je peux collecter jusqu’à trois boules de pétanques en faisant un squat. Dingue non !
      et je met aux défis quiconque me dit que ce n’est pas vrai.

        1. Messieurs s’il-vous-plaît renseignez vous sur les financements des médias. Qui finance l’AFP ? Qui finance TF1, RMC, BFM, Les Echos, Le Monde etc etc etc ??
          Vous savez très bien que la totalité des médias sont possédé et directement influencé par les milliardaire français et américain, (sauf l’AFP qui ne publie pas ses financements), et la très grande majorité du reste des financements proviennent directement des Etats, car les médias sont quasiment tous déficitaire sans ces “aides”. Voilà qui diffuse la pensé que je nomme “dominante” puisqu’elle parcours une majorité de la population.
          Pourquoi la quasi totalité des pays hors OCDE on réagi complètement différemment sur la gestion de la crise et la diffusion des vaccins contrairement aux pays de l’OCDE précisément ?
          Le grand père de mon beau-frère est mort 15 jours après son injection de J&J d’une crise cardiaque, la mère de ma coiffeuse à fait une embolie pulmonaire 3 jour après ça 1ere injection de Pfizer, un de mes employeurs a été hospitalisé 3 jours après sa 1ere injection de Pfizer et est décédé à l’hôpital quelques semaines plus tard, je suis aussi élu municipales et le maire de ma commune a été hospitalisé pour 5 jours après sa 2d injection, une amie proche, cardiaque de naissance a vu sa situation empirer le lendemain de sa 1ere injection Moderna et est en suivie médicale depuis etc etc etc ça me blesse de voir le déni des commentaires me répondant alors que ce ne sont que des faits vécu.
          Évidemment je connais bien des gens dans mon entourage qui se porte très bien. Mais ça ne retire pas le fait que certains effets qui suivent les vaccinations m’interroge et me font le poser des questions.
          Pour ce qui est de Robert Malone, que vous lui attribuez l’invention ou non de l’ARNm, pour moi c’est effectivement lui car il a réussi à le stabilisé alors qu’en premier année de génétique on nous apprenaient qu’il était impossible de le stabiliser de l’ARNm car il se dégradait trop vite dans l’organisme, c’est ça qui était révolutionnaire.
          Mais ça n’enlève rien au fait que n’importe quel généticien vous expliquera sans problème la transcriptase inverse qui est le B-A-ba de l’évolution, c’est l’influence de l’environnement extérieur sur nos gènes, cela fait 30 ans que les généticiens ont fait cette découverte. Donc pourquoi répéter en boucle sur toute les chaines que ça n’existe pas ? Franchement je ne comprends pas. Et comme je l’ai dit dans mon premier commentaire je ne vois pas le problème, car ça n’est peut-être même pas dangereux, donc pourquoi vouloir faire du déni de science ?
          Enfin bon, vu que je pose des questions qui n’ont pas le droit d’être posé j’essaierai d’y répondre par moi-même puisque j’ai l’air de passer pour un fou.

          4
          1. Vos proches n’ont vraiment pas de chance. Vous devez être leur chat noir !
            Je connais personnellement beaucoup de personnes qui se sont faits vaccinés, et aucun n’a eu d’effet grave par la suite. J’en connais d’autres qui ont été malades, et certains en subissent les conséquences encore plusieurs mois après. Tous vos proches qui ont été infectés s’en sont-ils sortis sans aucunes gravité ?

            1. Moi j’ai deux cas de forte réaction après la 2e dose Pfizer (un à probl cardiaque avec hospitalisation puis surveillance, l’autre grosse fatigue anormale) et je n’ai plus de nouvelles d’eux. Disons que j’ai 50 personnes dont je pourrais avoir des infos sur leur santé. Donc 2/50, c’est assez pour se poser des questions. Et ne pas les dénier.

              3
            2. Bah question chat noir, sur les Covid long, ou décès du Covid, si je devais m’en tenir à mon entourage personnel et proche (plusieurs centaines sur des mois depuis le début), je suis au regret de te dire, que le COVID 19, ça n’a quasiment aucun impact. Aucun. Contrairement à ta perception. Mais là Clément y fait un peu le mec pas chatard je te l’accorde …

              Alors se jeter ce genre d’anathème est stérile, et de voir les positions s’inverser dialectiquement est assez drôle. Si chacun se borne sur son propre témoignage et sa localité, sans synthèse et remontée des informations on va jamais arriver à se mettre d’accord sur le réel de la situation.

          1. Désolé pour l’erreur monsieur Grotroll, effectivement il y a une erreur dans mon texte, personne n’a “inventé” l’ARNm, l’acide ribonucléique messager, ce n’est qu’un enchaînement de molécules avec des sucres, les riboses, sans oxygène rattaché contrairement à l’ADN.
            Il y a eu une coupure je voulais écrire :”l’inventeur du vaccin à ARNm” et non “l’invention de l’ARNm”, je voulais juste parler de l’inventeur du vaccin à ARNm et personne n’a remis en cause le fait qu’il est l’homme qui a réussi à stabiliser l’ARNm pour en faire un traitement, je ne comprends pas votre raisonnement

            1
      1. C’est quand même gênant cette forme de déni qu’il existe des effets secondaires

        Peut-on dire que les vaccins sont globalement efficaces et admettre qu’ils peuvent entrainer des effets secondaires ? Les fabricants eux mêmes ne le renient pas…

        A ma connaissance dans mon entourage :

        * un zona longue durée (plus d’un mois) : effet secondaire reconnu. y’a pas mort d’homme mais pour qui a eu un zona c’est quand même très pénible et handicapant. alors qu’il s’éternise pendant un mois c’est quand même difficile

        * une personne se remettant positivement d’un cancer très difficile allant mieux depuis 6 mois. son généraliste plutôt opposé à ce qu’il se vaccine. le spécialiste cancérologue pour. il se vaccine et dans les jours suivants son cancer reprend dans une forme foudroyante. je n’ai pas de nouvelles car je n’en suis pas directement proche mais il va probablement y succomber si ce n’est déjà fait. il y serait sans doute passé aussi s’il avait attrapé le covid dans son état. là aussi, ce risque est il me semble connu

        Quelqu’un pour venir dire que c’est faux et que ça n’existe pas ?

        1
        1. Personne ne peut vous dire que c’est faux. Mais chacun pourra vous rappeler qu’Aristote expliquait déjà que l’invocation d’exemples isolés est irrecevable dans l’analytique (la démonstration scientifique), la dialectique (la plaidoirie, le discours politique) et peut juste être utilisé dans la rhétorique (les propos de comptoir).

          1
          1. Nous sommes d’accord, je souligne juste que c’est agaçant la minimisation récurrente du fait qu’il existe des effets secondaires de la part des militants les plus acharnés. Ça a plutôt l’effet contre productif de ne pas rassurer ceux qui en ont peur…

            Un médecin de mon entourage désormais à la retraite m’a dit l’autre jour qu’en pratique les effets secondaires sont probablement sous documentés. Si les effets secondaires graves (def = qui nécessitent hospitalisation il me semble) doivent obligatoirement être remontés. Mais les médecins font généralement ça en fin de journée, et bien souvent, quand les effets ne sont pas trop graves ils ne le font pas car c’est assez lourd administrativement, il est déjà fort tard et la journée pour ne pas dire la soirée est déjà trop avancée. Je ne sais pas si les statistiques officielles en tiennent compte

            Il serait toutefois intéressant de faire une étude inverse, à partir de ce genre d’anecdotes, sur un échantillon suffisant évidemment, pour voir si on arrive à un chiffre similaire… rassurer c’est la clé, non ?

            1
          2. Oui m’enfin Aristote pourrait tout à fait être appelé à la rescousse par ceux qui pensent que 1 à 2 % de mortalité, bien organisé, c’est pas la mer à boire non plus. Ni la fin du Monde. Et que quelques Covid Long et vieux disparus c’est pas recevable dans l’analytique de la Force de vie et de la continuité à tout prix. Faut se méfier des phrases et concept récupérables par tous selon sa vision.

            Je m’égare ? Il ne me semble pas. Suffit d’écouter un peu ce qui se raconte et se dit. On s’habitue à tout, il me semble l’avoir déjà énoncé il y a longtemps. Question de temps.

            1
          3. Aristote aimait bien les sophistes
            A implique B , donc B implique A
            Les anti vax sont anti pass
            Les anti pass sont anti vax
            L’extreme droite est anti vax
            Les voyageurs acceptent le carnet de vaccination
            Les voyageurs acceptent le pass sanitaire et le contrôle de leur santé dans un bar, un restaurant, un train
            Nous acceptons la surveillance par les smartphones
            Nous acceptons le contrôle de notre identité pour accéder à un bar , un restaurant, un train
            Non,un pass sanitaire n’est pas un carnet de vaccination
            Non, un voyage en Asie ou Afrique Noire dans les années 90 /2000, ce n’est pas un acte de vie quotidien
            Non, le contrôle pour accéder à un lieu de vie quotidien n’a rien à voir avec la surveillance de nos smartphones
            Je suis vacciné depuis le premier jour d’ouverture pour ma tranche d’âge, et mon carnet de vaccination , un peu fripé par mes voyages à l’international est un véritable arbre de noël décoré de douze tampons de vaccination.
            Le pass sanitaire est une discrimination d’une majorité de vieux vaccinés , empêchant les jeunes ,qui n’ont aucun bénéfice sanitaire individuel à se vacciner, dans leur quotidien , les culpabilisant et les sanctionnant pour leur incivisme , tout cela pour éviter le débordement des hôpitaux par les 20 % de vieux non vaccinés et qui ne se vaccineront pas .
            Le courage politique , l’équité , la cohésion sociale , la cohérence sanitaire pour atteindre l’immunité collective c’est la vaccination obligatoire dans des délais compatibles avec l’approvisionnement des vaccins , la logistique de masse et la légitimité de l’autorité .
            Celle ci , déjà bien fragile, vient de franchir avec brutalité une ligne rouge .

            2
        2. C’est quand même gênant cette forme de déni qu’il existe des effets secondaires ?
          je ne sais pas ce que vous ave compris de mon commentaire, mais ce n’est pas exactement ce que j’ai exprimé.
          Le témoignage de Clement B me semblait “faux” en tout point. Flou , vague…. des proches, des effets secondaires plus ou moins graves….. ????? ça veut tout dire et ne rien dire et ça m’invite à ne pas prendre en compte ce genre de témoignage…..
          le votre plus précis, me semble plus réaliste. C’est tout ce que je voulais exprimer.
          Tout en sachant qu’un témoignage ne reste qu’un témoignage. Quand on sait que certaines personnes sont persuadés d’avoir été enlevé par des extraterrestres….

          1. Plus vous recevez de doses , plus le risque d’effets secondaires augmente c’est logique , au bout de la dixième injection bien malin celui qui pourrait dire qui passera à travers les mailles du filet

            1. Plus vous recevez de doses , plus le risque d’effets secondaires augmente c’est logique…
              C ‘est vrai. La preuve tous ceux qui se font vacciner chaque année contre la grippe ils ont tous des effets secondaires….

    2. Coucou,

      les inventeur de l’arn messager sont:
      des Français, dans les années 70.

      Je vous invite d’ailleurs à lire le livre de Jacques Monod, “le hasard et la necessité” qui explique la découverte et aussi se pose la question de la science et de sa diffusion .
      Ce qui se passe actuellement est révélateur de l’echec de la gauche dans ce domaine.
      Pour résumer, on peut dire que pour le moment, la gauche a perdu devant le concept “de temps de cerveau disponible”. Et encore, TF1 est un petit joueur à coté des GAFA !
      Une “ethique de la connaissance”. Du grain à moudre pour la gauche. Pour eviter que le pays de pasteur ne se retrouve vent debout contre les vaccins, voir même le principe de la vaccination sans autre solution alternative que les bains de siège !

      Pauvre France !

      Bonne soirée

      STéphane

      1
      1. Je comprends bien la première phrase, mais le bond à la 2e et l’autre à la 4e m’ont fait tomber de l’arbre. Ainsi que votre déni sur les lobbys. Merci d’expliquer un peu.

    3. A propos du développement du vaccin à ARNm, il me semble intéressant de se renseigner un peu plus : https://korii.slate.fr/et-caetera/covid-19-vaccin-arn-messager-destin-difficultes-chercheuse-katalin-kariko-succes-moderna-biontech
      Pour la découverte de l’ARNm, qui remonte à 1961, il n’y a strictement aucune référence à un Robert Malone :
      https://www.pasteur.fr/fr/journal-recherche/actualites/decouverte-arn-messager-1961
      J’ai l’impression que vos études en génétique ne vous ont apporté aucune compétence en recherche d’informations valides, et encore moins en raisonnement logique : quand vous apporter une affirmation, ce n’est pas à votre auditeur de démontrer le contraire, cela s’appelle le renversement de la charge de la preuve. Par exemple, si quelqu’un affirme que dieu existe, ce n’est pas aux autres de démontrer que dieu n’existe pas, mais bien à cette personne d’apporter la preuve de son existence…

      1
      1. Je ne sais pas si vous vous souvenez de cette discussion au tout début de mon blog : les partisans de la “création ex-nihilo” d’argent par les banques commerciales invoquaient une douzaine d’autorités qui soutenaient leur point de vue. Un lecteur du blog était parti en quête de ces “experts” : aucun n’existait, tout cela était inventé de toute pièce. Plus récemment un “anthropologue” soutenait vigoureusement le point de vue du Dr. Raoult. Une enquête de 20 minutes m’avait fait découvrir que le “certificat” en anthropologie de cette “autorité internationale” avait été délivré par un cours par correspondance qui avait mis la clé sous la porte au bout de quelques années.

    4. @Clément b,

      Vous qui connaissez parfaitement la transcription inverse, vous allez pouvoir répondre à quelques questions que je me pose (en vous remerciant d’avance de fournir des liens sérieux justifiant vos réponses).
      1) Est-ce que les coronavirus font parties des retrovirus, seuls virus à posséder l’enzyme transcriptase inverse ?
      2) Peut-on faire une transcription inverse sans cette fameuse transcriptase ?
      3) Puisque selon vous “dans tout vaccin il est possible de faire une transcription inverse”, pouvez-vous me détailler le mécanisme de celle-ci avec les vaccins pfizer et moderna ?
      4) Quelle est la probabilité pour qu’un rétro-virus avec transcriptase inverse se recombine de manière viable avec le coronavirus sars-cov2 ?
      5) Dans l’hypothèse où la probabilité précédente n’est pas égale à 0, quelle serait alors la probabilité qu’un rétro-virus avec transcriptase inverse se recombine de manière viable avec la protéine Spike (une des protéines du sars-cov2) apportée par le vaccin dans des cellules (musculaires) qui ne sont pas les cellules cibles des retrovirus ?
      6) Dans l’hypothèse où ces deux probabilités ne soient pas nulles, laquelle des deux est la plus élevée ? Autrement dit, vaut-il mieux laisser circuler le virus car la probabilité d’une recombinaison avec le vaccin est nettement plus forte qu’avec le virus, ou bien l’inverse ?

      D’avance, je vous remercie de me permettre d’améliorer mes connaissances sur la transcription inverse, et ai hâte de lire vos réponses.

      1
      1. @Clément b, toujours.
        Vous affirmez également que Mr Malone aurait dit que ” la protéine Spyke est cytotoxique”. Quel est le vecteur (virus vs vaccin) qui injecte le plus de protéines spike dans notre organisme, et donc qui empoisonnera le plus de cellules ? Les cellules touchées sont-elles les mêmes, et cela a-t-il surtout les mêmes conséquences pour l’organisme ?

        2
      2. Je crois que Clément b ne veut pas partager ses connaissances. Quel dommage, on aurait enfin eu un vrai argument en béton contre les vaccins ARNm avec la transcription inverse ! Je vais devoir continuer à croire qu’il y a aucun danger (je dois aimer vivre dangereusement 😉 )

  13. Je vous écoute régulièrement depuis un petit moment maintenant et je dois vous dire que c’est l’une des premières fois, ou du moins la plus marquante, où je trouve votre analyse peu intéressante. Ce n’est pas un grave reproche, on ne peut pas toujours l’être, je n’affirme pas l’être d’avantage et continuerai certainement à vous écouter

    Vous dites que ce n’est pas si terrible ce pass sanitaire. Je fais partie un peu de différentes catégories que vous avez citées. Je ne suis pas encore vacciné, pour un peu plein de raisons. Je pense que la vaccination est plutôt une bonne arme dans cette épidémie. Il est vrai que je n’aime pas les piqures et que mon instinct de survie (ou mon imaginaire) tolère mal qu’on me plante rien qu’une aiguille. Je l’aurais sans doute déjà fait, il est vrai, si on m’avait proposé le vaccin nasal en spray qui est en cours de développement pour cette raison. Il est vrai qu’étant encore presque jeune je ne me sentais pas trop concerné, alors je n’étais pas trop pressé. Ma raison pense qu’il faut le faire pourtant. Enfin mon rendez-vous n’est toujours pas pris car je prend le temps d’en discuter autour de moi et de convaincre mes proches qui ne le sont pas, et qui me conforteraient dans ma propre idée à le devenir. Et ne cesse de revenir entre autre ces effets secondaires qui, infimes dans les statistiques, existent, et doivent bien tomber sur quelqu’un de bien réel.

    Honte à moi diront certains, d’avoir été moins rapide que le variant delta et que Macron. Et bien c’est comme ça

    Je trouve aujourd’hui votre analyse bien complaisante, peu critique envers le pouvoir, voire culpabilisante

    Ce que je constate c’est que la confusion vient du manque de confiance. Que ce manque de confiance s’accroit à chaque intervention présidentielle. Comment leurs conseillers en communication peuvent-ils être si mauvais en communication? A moins que cela soit fait exprès… A partir de là, les gens en ont d’autant plus marre comme vous dites et il leur est difficile de rester rationnels, surtout quand on leur sort de telles mesures par surprise au coeur de l’été. Rappellons aussi le sentiment de trahison pour ceux qui s’y oppose quand on leur avait dit qu’on ne mettrait jamais en place une telle chose quelques mois plus tôt

    Mais j’ai quelques doutes également quant au fait que ceux qui défendent à tout prix le pass sanitaire par peur du variant delta parlent tous sous le coup de la rationalité

    Ferez vous la même analyse pour les pro pass sanitaire ? Je trouve qu’à ce compte là ce serait pertinent d’être complet sur le sujet…

    7
    1. Y aurait-il un rapport entre le fait que vous me donniez raison sur tous les points – alors que vous adoptez l’attitude inverse – et le fait que vous jugiez mon analyse “peu intéressante” et “complaisante” ?

      1. @ Paul,

        Ceci étant dit, comme vous l’invite la précédente intervention, je serai bien curieux de connaitre votre analyse du positionnement des pro-vax !

        Parce que dans mon entourage, la plupart des vaccinés le sont :
        – Par peur de leur mort (même parmis les plus jeunes non à risque)
        – Par envie de partir en vacances cet été
        – Par besoin d’aller “facilement” au cinéma, au restaurant, dans les bars, …
        – …

        Bref, pour des raisons principalement individuelles. Et quand ils font la promotion du vaccins, en creux, on entend toujours dans leur discours “je me suis privé pendant un an de mes loisirs/plaisirs, alors merci de te faire piquer que je n’ai plus à me priver”.

        6
        1. Pour être honnête, ou complet ? J’ai entendu plusieurs personnes se justifier de leur vaccination “par devoir” de participer à l’immunité collective (sic) en me culpabilisant pour mon doute. J’y entends la servitude volontaire et le réflexe moutonnier.
          Bref une mauvaise raison collective. Que dire ?

          5
          1. Que la vaccination est bénéfique pour tous puisqu’il protège et réduit simultanément la charge virale du vacciné, participant en cela à une modération du virus pour toutes personnes à son contact.

            4
        2. Pour l’immunité collective et aussi, j’avoue, pour pouvoir me teleporter, comme dans Star Trek, mais juste avec les nanopuces injectées sans avoir besoin de tout un USS STARSHIP et son équipage…

        3. Pour ma part, habitant le Québec et originaire de Belgique devoir payer près de 1300$ d’hôtel par personne pour 3 jours d’hôtel si on n’est pas vacciné au retour sachant que cette mesure ne disparaitra pas avant de très long mois. Si jamais quelqu’un de ma famille en Belgique devait être en fin de vie en plus du deuil, c’est une sacrée facture au retour.

      2. je vous donne partiellement raison seulement mais en le nuançant, car la peur de l’aiguille n’est qu’un petit frein qui bien que je la reconnaisse ne saurait être l’explication unique et principale, dans mon cas

        globalement autour de moi j’ai entendu énormément de monde dans mes âges (30-35 ans), sans parler des anti vaccin de principe, dire dans un premier temps “on verra bien”, sans être pressés. Certains franchissant le pas de dire “si je peux ne pas me faire vacciner, tant mieux”. Je ne sais pas où ils en sont tous désormais mais selon les statistiques ils ne doivent pas encore tous être simple ou double vaccinés et je ne pense pas que tous rentraient dans la catégorie “peur de l’aiguille” ou “cerveau trop faible”

        j’ai attendu des nuances pendant le reste de votre intervention et elles ne sont pas forcément venues, me laissant l’impression d’une analyse un peu en deça de vos standards habituels. désolé 🙂

        complaisance notamment parce que vous dites que oui ils nous ont menti sur les masques, mais à vous entendre depuis tout va bien comme s’il n’y avait plus grand chose à redire et que les bonnes décisions étaient prises désormais car on a beaucoup plus de recul

        je me sens assez impuissant et de plus en plus minoritaire, voire fatigué. à quoi bon. je sais que certaines opinions que je combats sont désormais majoritaires, et que la démocratie voudrait que je les accepte. je pourrais me résigner, mais chez moi ça ne passe toujours pas

        au delà de ce mensonge sur les masques qui est celui que l’on cite à tout va et qui semble être le plus emblématique, celui que l’on va retenir, cette crise aurait pu être moins traumatisante avec une gestion humaine différente. Personnellement la méthode du petit papier à remplir pour sortir de chez moi m’a traumatisé. Comme toutes ces mesures qui n’étaient pas purement sanitaires, qui ont pris beaucoup de mon énergie et mis à mal ma dignité d’adulte rationnel. Ce n’était pas la seule voie possible. Toutes ces choses que nos voisins européens n’ont pas eues à subir alors qu’ils ne s’en sont pas forcément plus mal sortis en sont la preuve quoi que puissent affirmer certaines théories à mon avis foireuses sur les français qui ne comprennent que ça. Je pense qu’il ne faut pas oublier de mettre ça en lumière pour expliquer “l’opinion” désormais dominante POUR le passe sanitaire. Cette maltraitance systématique de nos gouvernants laisse des traces, les gens ont peur du gouvernement autant que du virus (personnellement, plus du gouvernement que du virus même). Alors quand celui-ci promet un “retour à la vie normale” à ses citoyens, en contradiction même avec l’avis des scientifiques qui sont plus nuancés, ceux-ci répondent oui massivement, et pas uniquement par la voie de la raison scientifique éclairée. Ils ne regardent que le côté sanitaire du pass, le côté social ils s’en foutent un peu plus, tant qu’on les laisse aller au bar et restaurant

        alors êtes vous complaisant, ne voyez vous plus ces problèmes ou êtes vous simplement fatigué – tout comme je le suis – de faire et refaire la critique de nos gouvernants ?

        4
  14. Bradford UK

    Matthew Keenan, 34 ans, mort du covid , avait déclaré à ses amis qu’il regrettait d’avoir refusé le vaccin contre le Covid-19 après avoir été hospitalisé et placé dans un coma provoqué.

    https://www.the-sun.com/news/3356000/vaccine-sceptic-dad-dies-covid-wished-turn-back-time/

    “Les patients les plus malades ont moins de 40 ans et ne sont pas vaccinés” ( Leanne Cheyne, consultante en soins respiratoires à l’infirmerie royale de Bradford )

    4
  15. https://www.atlantico.fr/article/decryptage/oui-mais-on-manque-de-recul——x-arguments-pour-repondre-aux-questions-sensees-des-vaccino-sceptiques–et-les-rassurer-

    PÉDAGOGIE
    « Oui mais on manque de recul… » : 10 arguments pour répondre aux questions SENSÉES des vaccino-sceptiques (et les rassurer)

    La question du manque de recul sur le vaccin revient souvent chez les vaccino-sceptiques. Voici ce qu’on peut y répondre ainsi qu’aux autres arguments.

    Christopher Payan : virologue au CHU de Brest et professeur à la faculté de médecine de l’université de Bretagne Occidentale (Brest)
    Eric Billy : chercheur en immuno-oncologie à Strasbourg
    Morgane Bomsel : chercheuse au CNRS à l’Institut Cochin. Virologue spécialiste de l’immunologie des muqueuses,

    2
    1. Force est de constater que ces problèmes de myocardites n’ont pas rencontré l’écho, l’emballement médiatique que les thromboses d’Astra ont eu.

      1
  16. Comme très souvent, je trouve la vidéo de Paul Jorion fort stimulante – pour ne pas dire piquante. Son idée psychanalytique d’une phobie de la pénétration par un corps étranger qui expliquerait la réticence face à la vaccination pourrait en fait s’appliquer à plusieurs sentiments anti-vaccination que Paul Jorion distingue, probablement pour raisons pédagogiques.
    Il y a la phobie purement physique face à une piqûre dans mon corps, qui m’injecte on ne sait quoi. Mais il y aurait aussi la phobie “politique” face à la pénétration dans ma liberté individuelle de la politique du gouvernement qui cache toujours quelque chose. (Et hélas il me semble que ce gouvernement a suffisamment prouvé qu’il aimait avancer masqué, et qu’en effet il n’aime pas la liberté.) Après tout psychanalyse et sociologie sont un peu soeurs, n’est-ce pas ?
    Pour essayer encore cette belle intuition de P. Jorion : la phobie de la pénétration par un corps étranger n’est-elle pas typique de ceux que l’on dit d’extrême-droite ? Et ne retrouve t-on pas beaucoup d’entre eux parmi les anti-vaccination ? On pourrait aussi parler de leur homophobie, de leur haine du métissage etc… comme relevant encore de cette même phobie.
    Ceci dit, peut-être les personnes qui ont cette phobie de la pénétration ont-elles un 6ème sens pour repérer ceux qui veulent leur faire violence – leur faire accepter ce qu’ils ne voulaient pas. Or on peut imaginer qu’il y a effectivement des gens qui ont des pulsions de domination, de contrainte, de “viol” social – je pense cette fois plutôt à certains “heureux du monde”, plutôt placé en haut dans la société, et dont une grande volupté est de faire faire aux autres ce qu’ils n’ont pas envie de faire. Pulsion, phobie, pauvre petite raison.

    En revanche je ne suis pas convaincu par l’évidence du pass sanitaire. La comparaison avec le pass pour voyager entre pays ne me paraît pas vraiment idoine (nombre de personnes concernées, fréquence d’utilisation, support). Et puis pourquoi seul le pass sanitaire était-il la seule possibilité ? Pourquoi ne pas rendre la vaccination obligatoire par exemple ? Il y a sûrement plein d’autres idées.

    Bonne soirée.

    1
  17. Concernant l’hypersurveillance, j’ai eu “une révélation” en écoutant Paul parlant des caméras de surveillance dans les lieux publics ( avec pour exemple une gare): les personnes qui semblent crier le plus à cette hypersurveillance via le passe sanitaire sont les mêmes qui réclament l’installation de toujours plus de caméras de surveillance dans les rues de leur ville…

    3
  18. La psychanalyse est un outil intéressant pour prendre du recul sur soi-même; et dans la quête des motivations personnelles qui fondent la part de notre subjectivité (dans la construction conceptuelle de nos opinions), il y a bien évidemment confusion avec l’exercice de la rationalité qu’on s’efforce de rendre. Se rendre intelligible aux autres nécessite forcément un effort de rationalité qui revient obligatoirement à réécrire le pourquoi . Mais dans cet effort de refonte , il y a les sincères (qui creusent une piste personnelle), et il y a ceux (plus politiciens) pour qui cela va être l’occasion d’un discours insincère dont la finalité tient à ce qu’ils veulent obtenir des autres…
    Sans doute , il y a là aussi une question d’introspection, extroversion, et de type de personnalité; ce qui rend les timides si irrésistibles tant on a l’impression d’une certaine authenticité tournée vers leur monde intérieur, et qui suggère de la méfiance vis-à-vis des extrovertis, incitant à se demander, mais qu’est-ce qu’ils vous veulent?
    Perso, je suis bon client , les timides me fascinent et les extrovertis m’épatent.
    Et , j’ai beaucoup ri (avec ma femme), de votre vidéo sur le phobique des aiguilles… Car ma femme a peur des aiguilles et moi des blouses blanches…
    Alors qu’en est-il de ce que vous suggérez, par rapport à mes opinions? Je dirais que vous cochez 2 cases…
    Là où le bénéfice/risque m’inciterait à prendre un vaccin en 2 doses , je choisis celui à une dose (pour ne pas avoir à souffrir la présence du carabin une fois de trop!) ; Mais problème , mon médecin n’est pas d’accord, et m’envoie aller me faire pendre dans quelques vaccinodrome où je dois subir avec forfanterie, le déplaisir de sa prescription 2 fois plutôt qu’une (j’ai un terrain très allergique soi-disant). Mon médecin et moi avons une relation de confiance mâtinée d’une amitié un peu acide, qui m’a valu d’être invité aux noces de son fils; chose que j’ai déclinée pour pouvoir être sûr de continuer à le détester , bien que je m’interdise in fine de ne pas respecter ses prescriptions (après tout, j’y vais pour cela)
    La deuxième case que vous cochez, c’est la méfiance de l’entreprise pour savoir ce qui s’y passe aujourd’hui. J’ai été élevé quasiment dans l’atelier de l’entreprise de mon père. Il était ingénieur et s’était monté à son compte avec une fière équipe d’ouvriers spécialisés en mécanique (plus tard il passèrent à l’électrotechnique). Ces types-là étaient des seigneurs, qui avaient toute l’admiration de mon père et qui n’étaient pas peu fiers de ce qu’ils arrivaient à faire. Sous la blouse grise (que portait aussi mon père) ils étaient sapés comme des princes avec des vêtements bien coupés et pour certains, sur mesure (il y avait beaucoup de couturières dans les familles).Des vêtements qu’aujourd’hui on ne sait plus faire…
    Dernièrement, j’ai eu à bricoler une serrure; il s’agissait d’en raccourcir la penne qui accrochait un peu la gâche. Quelle n’a pas été ma surprise lorsque je me suis aperçu qu’elle était creuse et remplie de sable pour donner le change au niveau du poids! (de la simple fine tôle emboutie repliée sur elle-même en parallélépipède rectangle rempli de sable et nickelée pour en cacher les soudures!!!). N’importe qui aurait pu rentrer en se fendant d’une simple pichenette. Voilà “l’entrepreunalisme” sans vergogne de nos dirigeants économiques.
    Aujourd’hui nous avons les “story telling” et le NEW MANAGEMENT PUBLIC , et qui est fier de ce qu’il fabrique, ou de ce que l’institution publique de son pays produit?
    Bien, 2 cases cochées pour Jorion, mais quid du pass sanitaire? Un simple passeport vaccinal tel qu’il se pratiquait pour l’extraterritorialité? Hum, vous y croyez vraiment?
    Ou plutôt une circonvolution pour faire porter la responsabilité vaccinale (et ses potentiels accidents à la très extrême marge) à la personne vaccinée elle-même, bien qu’on l’ait contrainte de la manière la plus odieuse par des formes de persécutions sociales, sans respecter le huis clos médecin/patient?
    Nous savons que le gouvernement a accepté pour obtenir les doses des laboratoires, d’exempter de toute responsabilité les fabricants en question et donc doit lui-même assumer les risques encourus.
    Oui, mais voilà, il ne veut pas assumer les risques vaccinaux pour lesquels il s’est engagé, aussi cherche-t-il tous les stratagèmes pour en reporter les éventuelles responsabilités “accidentologiques” sur la personne elle-même en prétextant un fallacieux libre arbitre. C’est lâche , mesquin, et pire, n’est-ce pas au fond de la duplicité?
    Par ailleurs dans cette errance aux abois, ce gouvernement franchit allègrement un grand nombre de lignes rouges de philosophie politique. La grille de lecture psychanalytique ne fait pas tout et la synthèse restreint le réel en éliminant la nuance.
    Pourquoi, la police, les enseignants, les routiers ne doivent-ils pas présenter de PASS sanitaire à leurs employeurs. C’est donc une loi discriminante ciblant des catégories de français par une persécution qui veut leur “bien” et en exempte d’autres à qui on voudrait du mal (ou bien l’inverse)??? Les agriculteurs, les foires agricoles, la vente aux abattoirs???
    On voit bien comment la société devient tracassière dès qu’il y a mauvaise foi. Une loi dont les finalités ne sont pas celles prétendues. Il y a aussi, de plus en plus une intrusion du politique dans l’intime et c’est insupportable. Et cela n’a rien à voir avec les vaccins (si vous avez plus de 65 ans et certains parlent de 50 ans , courrez vous faire vacciner et que personne n’abandonne surtout les gestes barrières)
    Par ailleurs, à l’école, les non-vaccinés seraient évincés en cas de cas contact et pas les autres alors que le vaccin ne protège pas de la contamination?
    Nous voyons bien l’absurdité; si l’état est de bonne foi, pourquoi ne pas assumer sa ligne politique et proposer la vaccination obligatoire (et bien sûr en prendre la totale responsabilité)

    8
    1. Merci Dalla Vecchia Luigi, d’avoir su apporter certains éclaircissements que je n’aurais pu mieux mettre en lumière.

      J’ai tenté de démontrer aussi (peut être pas sur ce blog d’ailleurs), concernant la comparaison du “pass sanitaire” avec le “passeport vaccinal”, qu’elle n’a pas raison d’être si l’on considère que le dernier encadre la liberté d’assouvir une “envie” de partir vers une destination exotique, “idyllique au niveau publicitaire” – par exemple, pour fuir un confinement, ou le vivre dans sa résidence secondaire, comme cela a pu être constaté – ou de faire des affaires à l’étranger (se permettant à l’occasion de faire fuir des capitaux, etc), exception faite des réunions familiales…. quand l’autre restriction de liberté, la première, celle du “pass..”, s’étend plus particulièrement jusqu’aux “besoins” hebdomadaires, mensuels, etc, de satisfaire la subsistance de sa famille [pour les familles n’ayant pas d’autres “commerces de proximité” que des grands centres commerciaux dans lesquels l’accès n’est permis qu’avec ce “pass…”], s’il est considérè par les “décideurs” aussi, que les pauvres, précaires, déjà plus que discriminés… ne pouvant pas être vaccinés dans l’immédiat… n’ont pas besoin non plus d’avoir une vie sociale en allant boire un coup, etc .

      Ce confusionnisme entre les “libertés”, si “chères” pour les dernières citées dans le paragraphe précédent… à l’extrême droite, droite extrême et à l’ultra-libéralisation de la gestion de cette crise sanitaire ne voulant pas entendre parler de reconfinement, de mettre en licence libre, les “vaccins…”, de ne pas soustraire de la “main invisible des marchés”, la spéculation, les paris qui faits sur les stocks gérés en flux tendu et prix (voir aujourd’hui les affaires du vaccin se conservant à moins 80 degrés Celsius), de masques respirateurs, gants blouses, “vaccins…”, médicaments, oxygène de réa… assujettissent toujours les services publics hospitaliers, ce qui reste d’indépendance de la santé publique… de la recherche… aux intérêts particuliers court-termistes des propriétaires privés d’actions de stock-options, etc (les plus assistés sans contrepartie) ne cache t-il pas, un problème bien plus profond : celui d’aggraver, d’amplifier des inégalités de plus en plus insupportables (celles de l’accès aux soins, aux “vaccins…” n’allant pas être plus disponibles en nombre suffisant pour vacciner “en même temps” toutes et tous, s’il est priorisé la vaccination en urgence des 12/17 ans) …?

      Cette présidence et gouvernance, n’ayant jamais caché qu’elles n’avaient pas été élu, et sélectionné/mandaté, pour mettre fin aux inégalités… n’ont pas non plus de propos laissant à penser qu’elles n’abusent pas des injonctions contradictoires et du confusionnisme pour maquiller, déguiser dans les conséquences de leurs gestions ultra-libérales de la crise sanitaire, des “réformes structurels”, de l’austérité… des inégalités additionnelles, en “inégalités de nature” (“l’État ne peut pas tout”, il paraît).

      2
      1. S’il me fallait préciser ma pensée et rassurer certains esprits que j’aurais peut être chagriné… quand je me permets de différencier le “pass sanitaire” devant réguler les flux, droits à l’intérieur de frontière nationale, et le passeport vaccinale brandit en “sésame”absolu pour explorer l’extérieur, “s’ouvrir au monde”… la liberté d’avoir “envie” des uns qui devrait continuer de primer ou devenir équivalente – à défaut de ne pouvoir être égale “naturellement” – par rapport aux restrictions dans les libertés, d’avoir des “besoins” essentiels à satisfaire, pou les “autres”… l’usage du terme “réunion familiale” et l’exception qui en est faite, tente de résumer l’idée rassemblant autant les voyages de parents ou enfants, rejoignant à l’occasion ou régulièrement leurs proches, que les CSP+, médecins, etc… travaillant à l’étranger… et retrouvant de temps à autre, leurs foyers.

        Vous aurez peut être remarqué alors comment sont disqualifiés dans le langage – il est question, il me semble de parler de “regroupement familiale” plutôt que réunion, réunification familiale… Comme sont regroupés des troupeaux…? – les migrations de certaines populations fuyant des guerres (dont l’implication du “pib” dans la “compétitivité” à la vente “d’armements patriotiques” n’est pas exempte de part de responsabilité in-assumée [parce qu’inavouable ?] comme sont exemptés les forces de l’ordre dans “l’obligation vaccinale”) le dérèglement climatique, la famine et perte de la biodiversité de leurs écosystèmes (dont les “externalités négatives” n’ont rien de causales…?) les instabilités de régime, etc… lorsque le refus d’accueil, ici bas, et même aux frontières européennes, d’un des membres d’une famille, veut signifier d’éviter de “créer un appel d’air”…

        1. Me rétorquerez vous alors : gare aux “envies” se faisant passer pour “besoins” vitaux (économiques ? de sauver le pib… et la “nation”…? de sustenter le niveau de vie, ne pouvant tomber plus bas, vu les conséquences sur la “notoriété”, de sa famille ?), quand l’inverse, le “besoin” se faisant pour “envie”, peut laisser plus que perplexe, rendre confuse les deux définitions, en attirant toujours les théories “simplificatrices” les plus connotées, péjoratives (donner de l’argent à un pauvre et il le boira, il le jouera aux jeux, se droguera avec…)…?

  19. Paul, merci de cette video.
    J’adore tout ce que vous faites, j’ai reçu mes 2 doses aussi vite que j’ai pu, j’incite les gens que je croise à la vaccination. Mais ce pass, pardon. Ca me genait vraiment. Moins après les votes au Sénat et les amoindrissements auxquels on parvient mais j’ai toujours une gene.
    Au départ, controle d’identité par des employés privés, ça me heurtait. Habitant en banlieue sensible, et connaissant les exces d’autorité des vigiles, ou leurs fautes on se pose des questions.
    Pour l’hopital rien à dire.
    Introduire des données de santé chez l’employeur pour les métiers au contact des publics, ça me gene toujours.
    Pour votre analogie avec le passeport ou le carnet de vaccination, je ne vois pas pourquoi en France on devrait justifier de son identité dans tous les endroits de rassemblement. C’est vrai j’ai peu voyagé, mais heureusement cela a été modifié.
    Si l’on a son pass, on retire le masque en intérieur, je me demande vraiment s’ils le font exprès de prendre ce risque pour théoriquement le diminuer avec le pass.
    J’ai le sentiment que dans l’urgence du Delta, en plein juillet, sans avoir préparé au débat, on fourgue vaccination quasi obligatoire, contrôles partout, changement de considération des données médicales, et on finit par cliver en séparant la population entre les dociles équipés d’un pass et ces vilains réfractaires qui le refusent. On braque les gens alors qu’il faudrait plus d’explication et les convaincre.

    Je suis d’accord, le plus grand outil de surveillance sont nos smartphones, nos comptes emails, no cartes bancaires, mais ce sentiment qu’avec ce pass on met le doigt dans qqch, on habitue les gens à une surveillance plus serrée.
    Personne ne dit où vont les données des scann verif anticovid ? Comment est gérée la base de données qui récapitulera tous les endroits où je vais montrer mes QR codes.

    Vaccinez-vous les lecteurs !

    2
    1. “Personne ne dit où vont les données des scann verif anticovid ? Comment est gérée la base de données qui récapitulera tous les endroits où je vais montrer mes QR codes.”

      pour moi cela est totalement secondaire.

      la réalité est qu’on peut discriminer (oui le verbe pouvoir a tout son sens) sur la base de la présentation d’un document contestable.

      Sérieusement, là où je sors, passe ou pas, si ta CB est noire, tu rentres. L’avantage du contrôle c’est de fournir une raison complémentaire de rester entre soi.

      Mais bon ça ne gêne que moi. Les autres s’en cognent, le vrai et unique passe c’est la CB et le statut social. Simplement voir des manifestations de ségrégation aussi criantes dans le réel je n’avais jamais vu (sauf les samedi soir en Club avec les jeunes des quartiers).

      2
  20. @ Dalla Vecchia Luigi,

    Bien vu l’analyse du pass sanitaire en tant qu’outil de “transfert de risque” de l’Etat au citoyen d’une responsabilité que l’Etat s’est fait transférer par les Laboratoires.

    L’Etat assure le risque des Laboratoires et se réassure derrière auprès du citoyen… sauf que ce dernier n’a pas son mot à dire : il doit accepter de couvrir le risque (acceptation de la vaccination et effets secondaires potentiels à plus ou moins long termes) sous peine d’être pénalisé (marginalisation sociale du fait du pass sanitaire).

    En théorie de la réassurance, nous sommes pas loin d’être face à une “captive”.

    3
  21. Bonjour à toutes et tous ,

    pour reprendre un de mes commentaires ci-dessus (15h41) j’ai entendu ce matin aux infos (FR2) que la fédération départementale de l’Umih Vendée demandait aux retraités de se porter volontaires pour contrôler le passe sanitaire de leurs clients . Donc petit à petit on y vient , tout le monde va contrôler tout le monde .

    Allez au boulot tous les retraités ! je ne vise personne.

    1
  22. Bonjour ilicitano ! (D’abord je découvre que vous aviez dit bonjour aussi le 21/7. Et là, je sirote mon dernier café, et le bonjour me fait plaisir).
    Oui, j’avais lu votre message. Attentivement. Je vais d’abord décrire ma démarche, puis faire quelques commentaires.
    Disons-le clairement, je suis dans une démarche individuelle, pas collective. Donc, est-ce que pour moi, le bénéfice est supérieur au risque ? D’abord j’ai appris à respecter largement les gestes barrière (ma compagne n’a pas d’immunité). et limiter les contacts. J’ai beaucoup été dans le rural (réduction des risques). J’ai aussi étudié la non-efficacité des masques, j’en ai parlé, et je m’éloigne de ceux qui sont sans masque. Là, ma compagne ayant choisi de vivre seule, hélas, je suis revenu en ville et le problème a évolué. Mes frères m’ont convaincu du bénéfice : en cas de covid, je serais bon client d’une forme grave (mort ou salement amoché, il faut le dire pour le voir). J’ai donc, après avoir aussi l’avis de l’hématologue (me disant que les caillots des vaccins ne sont pas comme ce que j’ai eu (?) ), fait le vaccin Pfizer une dose début juillet. Mais dans ma démarche, je suis avant tout prudent. Du fait de mes caillots de l’an passé, j’avais demandé quel vaccin me serait donné (à ma convocation en mars) et on m’a répondu : celui qui sera disponible dans votre centre de vaccination. Donc j’avais décliné par prudence. Ici, je découvre ces effets cardiaques du Pfizer. Et je retiens la phrase de votre message du 21 : “Un suivi est en cours pour déterminer les résultats à long terme.” Ce qui m’incline à cette prudence. J’ai donc postposé la 2e dose cette semaine, d’autant que je lis que le délai allongé est favorable à l’effet du Pfizer. Je suis conscient que je suis “à moitié” protégé. Et que je vais devoir prendre attitude dans quelques semaines, en continuant par ailleurs à m’informer. Voilà le vécu d’un témoin de l’hésitation à se faire vacciner ! (Vouloir nous mettre tous dans la même petite boîte est un peu simpliste, même si c’est par provocation).
    Commentons. Les tenants du vaccin (appelons-les les “Pro-Vax” ? Non) sont pour la plupart trop assertifs, ils négligent le doute et tous les arguments sont bons, selon eux, pour ne pas saper la confiance. Car il faut convaincre. Selon moi, c’est juste l’erreur typique de la propagande. Si le contexte est mauvais, elle ne sert à rien, elle est même contre-productive. Et le contexte est doublement mauvais : il y a les erreurs courtelinesques au départ et au cours de cette pandémie (pas de décisions, pas de masques, pas de maîtrise de la situation par un contrôle efficace) ; il y a aussi la volonté de 2018-19 d’imposer la prise obligatoire de 10 vaccins ensemble, qui a fait un tollé. Et tout cela fait écho à la précédente crainte de pandémie et la commande de vaccins qui s’est révélée inutile (2009 ?) mais qui a révélé les conflits d’intérêt non maîtrisés chez les experts, notamment à l’OMS. Je viens de lire (à propos de 40-44, par Christian Delporte, dans un recueil) que la meilleure propagande est “le bouche à oreilles”, appelons-cela les réseaux sociaux. Et les forums, dont celui-ci.
    Par ailleurs, je pense que nous sommes tous dans un état mental nouveau, qui a été provoqué par la panique de mars 2020, le surgissement d’une pandémie mortelle, et le blocage économique qui a suivi. Naturellement angoissé, j’en fus spécialement affecté, mais j’y suis aussi sensible chez les autres, par exemple avec les certitudes énervées de certains… Or on parle de cet état mental comme d’une maladie qui frappe certains cas isolés mais pas d’un état général. Or les autres signes d’effondrement global (je pense aux inondations et aux sécheresses) rejoignent ce que nous vivons avec la pandémie de Covid.
    Enfin, nous ne sommes pas sortis de notre course contre le Covid. Nous pourrions voir surgir un variant aggressif qui remettrait tout en cause de ce que nous faisons. Bien plus, nous sommes en phase d’accélération de la fréquence des pandémies. Et nous sommes loin d’en prendre sérieusement la mesure, par exemple en remettant en cause tous nos élevages animaux et les conditions de ceux-ci. Décryptage signalé par quelqu’un récemment : https://www.youtube.com/watch?v=XuHff-SFUUs&t=592s
    Tout cela pour dire que tout ce qui est simpliste est dérisoire et ne répond pas à l’attente. Une attente de savoir, qui est difficile à satisfaire… mais que plusieurs sur ce blog viennent apaiser, dont vous. Dès le début de la pandémie, les discussions que nous avons eu sur les courbes et les comparaisons entre pays ont été un plus, par rapport à ce qui paraissait de la propagande ou du déni. Continuons !

    4
    1. Salut Chabian,

      Je vais prendre prétexte de votre commentaire et de votre demande de clarification sur la position “pro-vax” pour répondre de manière, je l’espère argumentée et peut-être moins “véhémente” pour reprendre votre terme.

      Sur la véhémence d’abord. Mon exemple de l’inspecteur Harry dans une discussion avec Pierre tendait seulement à illustrer la situation dans laquelle je me trouve. Mon chapelet d’établissements fermés devrait à lui seul vous convaincre de la dangerosité de la situation dans laquelle sont jetés certains personnels (les deuxièmes lignes avant nous). Quant à ceux qui dissertent tranquillement derrière leurs ordis en ayant la possibilité de choisir si oui ou non ils vont s’exposer, je leur suggère d’aller remplir les rayons de supermarché, de servir les inconscients qui fréquentent encore les bars et restaurants ou plus simplement d’aller soigner les malades du covid dans les hôpitaux.

      Ce manque d’appétence occidentale et plus spécifiquement française pour le vaccin – mise en lumière par des liens ici – contrairement aux pays en voie de développement, me fait penser à cette phrase concernant l’alimentation : “En Occident on cherche l’appétit quand ailleurs on cherche à manger”. C’est bien un luxe d’occidental à qui les conséquences dramatiques d’une telle position échappent totalement. On aurait proposé le vaccin quand les patients mouraient dans les couloirs des hôpitaux peut-être que la réaction n’aurait pas été la même qu’au creux de la vague et en pleines vacances…

      Ceci étant dit, il s’avère que je me révèle pro-vax comme certains se sont révélés anti-vax. Ce qui ne m’empêche pas de juger calamiteuse la gestion de la crise par le gouvernement et ce, depuis le début. 8 à 10 000 morts par mois de janvier à juin ne semblent pas encombrer M. Macron plus que cela. Et la poursuite d’objectifs qui ne ressortent pas de la rationalité sanitaire mais économique me semblent être la cause des paradoxes (ou des injonctions contradictoires) auxquels nous sommes soumis.

      (Une question aux anti-pass, être les alliés objectifs du MEDEF – réclamant l’application du pass fin septembre – ne vous pose pas question ?)

      Mais cette position est un pis aller compte-tenu du RÉEL de la décision du gouvernement de vouloir maintenir quoi qu’il en coûte en vies humaines l’activité économique. Face à cette situation – que je juge irresponsable – le vaccin me semble être la seule solution même si, le confinement et la poursuite du zéro covid (pour autant que cela soit possible) auraient ma préférence. Enfin bon, si pour certains le chiffre de 94% de non vaccinés dans les formes sévères ne suffit pas, je vais avoir du mal à convaincre !

      À cet égard, un peu plus de courage politique aurait voulu que cette vaccination soit rendue obligatoire et que l’État assume les risques inhérents à tout principe actif. Mais c’est sans doute trop demander aux guignols là-haut.

      Ce pis-aller m’oblige à m’interroger sur les motivations des anti-vax. Et à affirmer une position de principe : Soit on ne m’oblige pas à aller travailler et côtoyer des gens non-vaccinés, soit on prend des dispositions contre les “réfractaires”. Terme qui suppose une intention délibérée (ce qui ne plaira pas à M. Jorion mais bon… ) et permet d’exclure d’une position anti-vax, les plus fragiles, les moins armés intellectuellement ou les plus distants d’un parcours médical. Je ne retiens donc que ceux dont l’intention délibérée est de semer le trouble via les réseaux sociaux en abusant des craintes, de la crédulité et de l’ignorance (en bonne application de la doctrine Guérazimov par exemple) et les crétins, parce que oui, ça existe aussi. De ce point de vue, mes collègues, par exemple, sont la parfaite illustration d’une intention délibérée de jouer la montre et d’utiliser tous les biais à leur disposition pour repousser ou éviter la vaccination. Eh oui, c’est possible…

      En gros, si on ne m’oblige pas à aller bosser, que les gens prennent le risque de ne pas se faire vacciner ne me pose a priori aucun problème. Je ne trouve pas ça très malin (risque personnel, risque de mutation, risque collectif de saturation des hôpitaux) et refuser les progrès médicaux me paraît stupide mais c’est une opinion qui n’engage que moi.

      Pour résumer : je suis l’Adam Smith de la vaccination ;- ! C’est en poursuivant la petite fin égoïste consistant à sauver ma peau au mieux de ma compréhension (naïve, partielle, partiale) du problème et dans l’espoir que chacun en fasse autant, qu’on obtiendra, par surcroît, un bien général, à savoir l’immunité collective (s’il y a bien plus dans le tout que dans la somme de ses parties). Les passagers clandestins, ici comme ailleurs (que l’on pense seulement à la résurgence de la rougeole) me laissent sceptique, pour le moins.

      En aparté, le nombre d’exemples d’incidents chez les anti-vax me paraît disproportionné pour ne pas y voir un biais de confirmation (ou d’attention si ça existe). Je ferai alors la réponse que je sers – sans supplément – à mes clients : dites vous que pour chaque personne croisée dans la rue, une sur deux est vaccinée chez les adultes. Est-ce que cela suffit à contrer le biais ? Je ne sais pas mais cela suffit à me convaincre.

      Enfin, une carte à l’échelle 1/1 des cas particuliers (puisqu’au final et selon moi, il n’y a que cela) est impossible sans faire le jeu de tous les mécontentements sur les réseaux sociaux. L’État édicte des principes généraux et les services de santé ou les médecins qui vous suivent et connaissent votre situation sont là pour l’adapter au plus près. Je suis, pour vous rassurer, un des cas particuliers à comorbidités multiples et contre-indications allergiques, il a fallu que je me taise sur ma situation pour être vacciné en ayant seulement pris soin de demander si la pharmacie disposait d’adrénaline ! (On n’est pas à une expérience près, hein mon CloClo ?! 😉 )

      Voilà qui, je l’espère, est moins véhément que le pétard sur la tempe et mes doutes sur les probabilités relatives à la roulette russe – surtout quand on connait mon niveau de maths… Mais l’analogie n’en reste pas moins valable pour ce qu’elle est, à savoir une égalité de rapport, et non une identité stricte. Mon doute relatif aux probabilités clairement établies par des autorités compétentes / mes compétences en maths vs Les doutes des anti-vax relatif aux probabilités d’incident / leurs compétences en… “vaccinologie” ?! :-/

      Quelle que soit la taille du barillet – et pas du chargeur comme suggéré ailleurs ! – je refuse que des gens qui n’y comprennent rien et en tout cas certainement moins que moi, mettent ma vie en danger comme cela. La première responsabilité va au gouvernement, bien sûr, mais compte-tenu des décisions prises, je ne vois pas d’alternative au vaccin et au pass si on ne veut pas mettre plus encore en danger la vie de ceux qui, égoïstement ou en poursuivant des fins plus altruistes jouent le jeu du civisme et pourquoi pas du risque partagé, pour infime qu’il soit selon moi.

      Bonne journée !

      3
      1. “(On n’est pas à une expérience près, hein mon CloClo ?! 😉 )”

        C’est pourtant la base de l’anthropologie l’expérience qui permet de sortir de son propre cadre pour en fait observer sa propre culture, mode de pensée, de l’extérieur. Bref l’altérité.

        Moi je tente tout. Le meilleur mais même le pire parfois.

        Hier j’étais un Indien en Amazonie, et j’ai vu tous les peuples autour de moi décimés par la maladie, bien avant d’avoir vu le moindre “gringos” provoquant un effondrement totale et une extermination majeure des sociétés pluri millénaires de tous le bassin (équivalent à l’Europe !) dont le niveau culturel et technique étaient pour le moins équivalent à ceux des civilisations des Conquistadors. la forêt vierge ne l’était que pour les arrivants, en vrai elle était ultra peuplé et ultra culturelle. Même son agencement encore de nos jours témoigne pour qui sait regarder de la main de l’Homme sur des millénaires de sélection et chemins de traverse. Une vraie autoroute de l’information qui a été fatale.

        Il y a des signes pour qui sait regarder.

        1
        1. Pfiouuuu ! C’est Pierre qui t’a fait goûter son truc ?! Décorporation, voyage temporel, omniscience… Ayahuasca ? ‘Tention ça a l’air fort quand même 😉 !

          Moi je te conseille le saut à l’élastique. Pas d’une grue dans un parking mais dans un chouette environnement (y’avait un truc sympa vers Tour, dans une gorge avec des arbres et y’a celui du Viaduc de la Souleuvre, grande vallée boisée, tu sautes d’un pont à 61m face au soleil couchant et amerrissage !). L’adrénaline c’est quelque chose…

        2. Et dans les Alpes, si t’es plutôt par là, tu peux sauter d’un téléphérique, 160m je crois… En pleine montagne dans la neige ça doit être top !

      2. La mort ça n’arrive qu’aux autres, plus on est jeune plus on croit ça puisque statistiquement c’est imparable. La mort est devenu quelque chose d’infréquentable, tenu à distance, on a externalisé les cimetières de villes, même si les villes ont ensuite encerclés les cimetières, on meurt rarement chez soi, mais confiné à l’hôpital. Cette éloignement crée quelques retours de bâtons dans le défi de jouer avec en pariant en sortir vainqueur. Qui de ceux qui faisaient du tintamarre aux fenêtres l’an dernier dans l’euphorie contagieuse soutenue par la bienveillance des médias et des politiques est devenu anti-vax ? La bébête invisible comme l’étaient les microbes chassés à l’eau de javel, soutiens de phobies de la saleté, a de beaux jours devant elle sans éradication possible. Mais qui connait Semmelweis ? Pasteur a produit une pasteurisation de l’hygiène grâce aux injonctions étatiques qui remplacent le Bon Pasteur et les brebis égarées, mais plus grand monde pour faire le lien avec le refus d’être un mouton !
        On voyait dans les 70’ de vieux panneaux d’interdictions de cracher qui dataient du début du 20ème pour lutter contre la tuberculose entre autres. Les citoyens ont pliés. Et ça s’est perdu !
        https://www.lemonde.fr/societe/article/2008/12/11/le-crachat-au-banc-des-accuses_1129582_3224.html
        Plus propre qu’un suisse ? je dis un japonais !
        https://inedit.notrehistoire.ch/pourquoi-etait-il-interdit-de-cracher-sur-le-pont-du-mont-blanc/?uil=fr

      3. Merci de cette réponse “moins véhémente” et intéressante par des aspects nouveaux. J’ajoute des éléments ? j’ai été assez en “première ligne” ou deuxième pendant une partie de ma carrière et avec d’autres attitudes utiles par la suite pour estimer que je peux rester retraité (et trop au clavier, je veux bien). Et ne jetez pas trop vite la pierre : pour moi l’inertie française est liée comme symptôme à l’abstention politique, au décrochage par rapport aux élites. La seule solution est-elle d’obliger ? tout est sans doute dans la manière. Je ne peux juger, je ne suis pas français. Je dirais superficiellement qu’ils sont à la fois un peu râleurs et un peu moutonniers ; et qu’on a un peu trop tiré sur le fil dans un sens. La Belgique est parmi les plus vaccinés, sans obligation, et le variant delta parait moins actif qu’ailleurs, pas seulement à cause du vaccin.

      4. On gagnerait certainement à plus se relire certaines fois… on dirait moins de c…ies ! :-/

        En l’occurrence dans la taxonomie, exclure des anti-vax des positions de principe (anti-vax cohérents, du type témoins de Jéhovah ou écolos naturalistes) jusqu’aux contre-indiqués est bien entendu un raccourci qu’il faut éviter et qui brouille le message.

        Au temps pour moi et merci Chabian pour votre… mansuétude.

  23. Parfois, pour distinguer une chose d’une autre, il suffit d’apporter un peu de contraste entre elles afin de mettre en évidence leurs différences. Ainsi, alors que Paul Jorion cherche à faire Le Point, on voit comme par magie disparaître, en arrière-plan, la lampe du salon pour ne devenir qu’un étrange point lumineux dans l’obscurité. Bref, c’est comme si la lumière du jour se jouait de nous en nous montrant que toute chose, dans ce bas monde, ne peut être vrai-ment visible que si elle est éclairée par une autre source, et créant pour le coup un point de contraste inattendu, dans le dos même de celui dont on apprécie tout particulièrement l’exposé oral, par son contraste… 😎
    Gustave Flaubert : « Je voudrais faire un civilisé qui se barbarise et un barbare qui se civilise, développer ce contraste des deux mondes finissant par se mêler. »

  24. Je réagis un peu aussi sur le sujet des “gens qui se font rouler”.

    Les gens peu instruits n’en ont pas le monopole … C’est un raccourci trop facile …

    L’industrie du tabac par exemple, il y a quelques décennies … Ils en ont roulé du monde … Et ça n’avait rien à voir avec l’instruction. L’industrie des énergies fossiles aussi, en quelques sortes …

    Bref, il y en a des exemples où la confiance a été mise à mal dans l’industrie.

    Je ne prône pas la défiance envers l’industrie pharmaceutique, je dis simplement qu’il est tout à fait compréhensible de ne pas avoir confiance en eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.