LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 12 AOÛT 2011

12 août 2011 par Paul Jorion | Print LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 12 AOÛT 2011

Un état d’apesanteur

Ventes à découvert sur des établissements financiers
Interdire les paris sur les fluctuations de prix
Croissance et récession
L’évaluation du risque
Résoudre à chaud
La Bourse et ses rebonds

Un article du Wall Street Journal : Raters Fail to See Defaults Coming, Les agences ne voient pas venir le défaut

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png
 

75 commentaires

  1. Pample

    Bonjour,

    J’ai découvert votre site il y a peu et je m’enrichis rapidement, de par les « posteurs » de billets et les « forumeurs » qui sont loin d’être les mêmes que sur les sites des médias classiques (incroyable ce qu’on peut lire).

    Je voudrais l’avis des personnes de ce forum sur ce décret passé en début d’été et voté. J’ai l’impression que cela a été passé sous silence. Est-ce que l’on peut en déduire que le gouvernement se prépare à des révoltes ?
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024287098&dateTexte&categorieLien=id

    Merci d’avance pour vos avis.

    • @ Pample

      Je vous invite à lire l’analyse d’un avocat sur ce texte qui remet les choses en place par rapport aux interprétations farfelues (pour ne pas dire profondément débiles) propagées sur tout un tas de sites.

      http://www.maitre-eolas.fr/post/2011/07/16/Pas-de-gilet-pare-balle-%C3%A0-la-prochaine-Gay-Pride

      • Pample

        Merci. Votre lien est intéressant, et les réponses des gens du forum, ne me permettent pas encore de me faire un avis très précis, même si j’ai bien noté le vôtre.

        Merci encore.

      • @ Pample

        Il ne s’agit pas d’un « avis », mais d’une explication circonstanciée et factuelle d’un décret que d’aucuns tentent d’instrumentaliser à des fins peu avouables.

      • Cécile

        à Julien
        est-ce que vous ne manifestez jamais, un peu, souvent ???
        (car je m’intérroge..)

        moi, perso, je manifeste peu
        (le temps que je sois au courrant et encore ..)
        mais par ex:
        pour une des manifs du CPE à Marseille, la police a coupé la manifestation, elle s’est mis en travers du passage au niveau de la gare St Charles, alors que la fin de la manif était Porte d’Aix, c’est à dire tout près.
        Derrière il n’y avait que les enfants, quasi plus d’adulte, plus un seul mégaphone, rien

        Donc, je suis allée voir les policiers, je leur ai demandé pourquoi vous faites ça, je viens de remonter toute la manif, derrière il n’y a que des jeunes, des lycéens , des collégiens, pourquoi vous coupez c’est manif, -sous-entendu vous voulez la une aux infos, etc …
        Les policiers m’ont dit, c’est pas nous, ce sont les « ordres »

        Donc, je suis restée au milieu de la route, pour voir…
        A un moment les pierres ont commencé à voler, alors un policier m’a éjectée sur le trottoir, « madame dégagez c’est pour votre sécurité », …
        et ils ont chargé

        Aujourd’hui, ils peuvent charger au flash-ball, bientôt à armes réelles, toujours pareil selon des « ordres » ??

        Dans cette manif, qui a mal tourné, parce que les « ordres » voulaient qu’elle tourne mal, quelques heures après, j’ai remarqué un policier en civil, je lui ai demandé « vous n’avez pas honte ??? »
        Et j’ai expliqué que parce que moi, mon grand-père était gendarme, et que je savais que là, dans ces circonstances-là, il n’aurait pas chargé
        [Les gendarmes de la trempe de mon grand-père, ont refusé de charger, je ne sais plus de quelle grève,
        je sais seulement que comme ils ne voulaient pas charger quand on leur exigeait de charger les concitoyens de leur village, alors il a été imaginé d’envoyer les gendarmes d’ici et ceux d’ailleurs , pensant qu’ils chargeraient des grévistes qu’ils ne connaissaient pas,
        ça n’a pas marché, trop de gendarmes comme mon grand-père ont refusé de charger :
        et que c’est pourquoi a été créée la garde-mobile
        ou que pendant la guerre, sous le gouvernement de Pétain, tous les gendarmes ont été mutés, (dans ce même état d’esprit, en sorte que ne connaissant pas, ni rien, de leur concitoyens, ils restent aux « ordres », quels que que soient ces « ordres »,
        -sauf les vieux, -qui devaient être mis en retraite dans l’année- donc dont mon grand-père-,
        et ces vieux, sous Pétain ont été prolongés d’une année, mais après évidemment surtout que non, … ]
        J’étais très énervée, je n’ai mis aucune forme, je suis tombée sur ce pauvre policier en civil, qui errait, il ne m’a même pas répondu, il a baissé la tête et passé son chemin

        et aujourd’hui, ces « ordres » pourraient leur demander de tirer à balles réelles ???
        (pour moi, on régresse, mais bon, si y a qu’à faire comme si, ce n’était pas une régression, je demande à voir
        et j’en réitère encore ma question, à ceux-là qui s’imaginent que ce n’est pas une régression :
        Est-ce que vous avez déjà manifesté ???

    • Voir comme mentionné le lien de Julien Alexandre. En résumé simpliste: c’est une mise en conformité de la loi (sans changement sur le fond) avec le fait que la gendarmerie a changé de statut pour passer sous la responsabilité du Ministère de l’intérieur…

      Ce qui ne veut pas dire que la gendarmerie et la police n(ont pas les moyens de mater les tentatives de rébellion dans la rue… Mais ce n’est pas ce décret qui change la donne.

      • Pample

        Merci à vous pour vos réponses.
        Donc ne pas s’en faire de ce décret. Se méfier des faits plutôt.

        Merci.

    • Cécile

      A quoi devrait-on s’attendre ?
      Non ce n’est pas noramal que la gendarmerie, qui relève de l’armée, puisse être appelée au maintien de l’ordre policier,
      mais c’est dans l’esprit du temps, les gens sont largement et plus souvent qu’à leur tour taxer d’irresponsables ..
      et les partis politiques, les syndicats et co compatissent
      (irresposables électeurs, irresponsables patients, irresponsables parents et co ..)
      donc nous filons droit vers l’autoritarisme
      (mais il y a qu’à lire le rapport de Frédérique Reiss (entre 150 et 200 pages) qui voudrait des capos en guise de directeurs d’école primaire
      -comme si, l’autorité bureaucratique, à l’image du chef dans la libre-entreprise privée, c’est « l’autorité burocratique » dans le sens de Weber, -que ce cher Frédérique Reiss confond avec « l’autorité traditionnelle » du même Weber, celle donnée du Roi de droit divin et co juste pour dire que …
      il n’y a pas que les gendarmes qui sont la pression d’une idéologie qui, pour ce que j’en ai à dire, déraille carrément :
      je ne suis pas très sûre que les gendarmes soient si contents de leur nouvelle attribution,
      sur l’école primaire, c’est un peu différent, mais l’état d’esprit de la réforme est le même ..
      donc entre autres citations -de mémoire et caricaturées mais pas tant que ça, le sens en reste vrai : « l’honneur » du fonctionnaire est d’obéir même quand il n’est pas d’accord, que l’ordre va à l’encontre de sa propre conviction, -moi j’aurais penser « déhonneur » mais nous vivons une époque formidable …

  2. Taneleo

    Tous les jours, on nous dit que demain sera pire.

    Tous les jours, on nous dit que s’il se passe ceci ou cela (par ex. la dégradation de la note US), les conséquences seront tsunamistiques.

    Et que voit-on en fait ?

    Non seulement qu’il n’en est rien. Mais surtout, que tout ceci semble être bien trop maîtrisé.

    Les crises sont-elles devenues des produits financiers comme les autres, ou des stratagèmes politiques ?

    Ce ne serait finalement pas si étonnant, puisque les crises sont ce que sait produire de mieux le capitalisme.

    • juan nessy

      « Il est plus difficile de s’empêcher d’être gouverné que de gouverner les autres « .

      J’avais aussi :

      « Nous avons plus de force que de volonté, et c’est souvent pour nous excuser à nous mêms que nous nous imaginons que les choses sont impossibles « .

    • Aurelien

      Je suis surpris que vous constatiez « qu’il n’en est rien ». Rien en France, oui, pour l’instant… mais regardez ailleurs en Europe, y compris à nos frontières ! Notre chance est d’avoir plus de temps que les autres pays pour nous préparer et anticiper une crise majeure, car le système actuel est foutu, mort, dead. Et il est urgent de réfléchir au système suivant, car la transition va être très douloureuse. L’Angleterre nous donne un avant gout de ce qui nous attend.

    • Faut avouer tout de même que de jours en jours depuis quelques années, c’est toujours mieux dans le domaine du pire.

    • Taneleo

      Quand j’écris «il n’en est rien», c’est d’un point de vue du capitalisme. Il ne cesse de s’étendre et de se faire voter des lois !

      Pour les citoyens, c’est autre chose… puisqu’il faut être de plus en plus riche pour vivre dans le «toujours plus» des sociétés dites modernes et que les salaires ne suivent pas.

  3. bryanne

    Von clausewitz nous avit dit que la guerre est une continuation de la politique. Ce à quoi Michel Foucault avait répondu que c’était la politique qui était une continuation de la guerre.
    Il serait peu être temps pour « boucler la boucle », d’ y adjoindre que la finance en plus d’être le fossoyeur du politique est dans sa version moderne une continuation de la guerre.

    • bryanne

      les plus réalistes diront aussi dans une version marxienne ou marxiste que la guerre est un prolongement de la finance.

  4. chibani84

    Croissance à 0%, inflation à -0.4%, de grandes inquiétudes sur la consommation des ménages qui restait le dernier « moteur  » économique de notre pays suivant les chiffres fournis par l’INSEE. Bref, ça sent pas bon. Ça ressemble aux premiers signes de la stagflation voire pire la déflation. Va falloir attendre un peu avant de se prononcer.

  5. Solène

    Est ce qu’on veut un bouclier, ou est ce qu’on veut pas un bouclier ?

  6. eza

    La mode est à la série télévisée, là tu as du suspens…
    Les acteurs sont un peu de série B c’est vrai, mais le scénario catastrophe fonctionne quand même plutôt bien. Rien qu’à regarder le nombre de post sur le net, il y a vraiment un engouement incroyable.
    D’après certains journalistes bien informés de la Pravda la série devrait continuer, malgré le manque de budget. La prochaine série s’appellera « Il est né le divin enfant » enfin quelqu’un m’a dit.

    • Taneleo

      La couverture médiatique de cette «crise» me fait plus penser à un match de foot, quand les commentateurs s’emballent dès qu’un joueur, balle au pied, pénètre le terrain de l’adversaire.

      À les entendre, on croit toujours que l’on va assister au but du siècle.

      Mais en fait non, le joueur se fait tacler dix mètres plus loin.

  7. Stop Panicking About Our Long-Term Deficit Problem. We Don’t Have One.
    James K. Galbraith

    « So what is to be done? This is not a moment to describe policies that would, for example, create jobs, build infrastructure, or deal with energy or climate change. Nothing like that can happen now until ideas change. And the first change must be to challenge and reject all the nonsense about long-term budget deficits, national bankruptcy or insolvency, and even “fiscal responsibility” that we are hearing. The entire object of this propaganda campaign is to cripple government—including regulation and the courts—and to roll back Social Security, Medicare, and Medicaid. The defense of those successful, effective—and yes, sustainable—programs just became far more difficult, and perhaps impossible. But it needs to be carried on to the last ditch. »

    MMT as an Alternative to Austerity
    Author: L. Randall Wray

    « A budget surplus is the opposite of a deficit: government removes dollars and income and wealth and spending and jobs from the economy. We have had only seven sustained periods of budget surpluses and debt reduction. The first six were followed by our six depressions; the last of those six surpluses came in 1929 and was followed by the Great Depression.

    The seventh surplus period was during the Clinton years, followed by the Bush recession and then a brief reprieve during the real estate bubble, followed by the Global Financial Collapse. And yet in spite of this 100% correlation of budget surpluses and economic calamities it is claimed that surpluses are good for our health! »

    La dette US et la hausse des taux US a disparu de votre radar?
    Ou est le défaut? Ou est l’inflation? Ou est la hausse des taux du au déficit soit disant abyssal des US? Ou sont les bonds vigilantes?
    Selon vous les fonds se placent en dette US parce qu’il n’y a pas de place ailleurs? Vous vous moquez du monde? S’il y a le moindre risque de faillite, ces fonds reste en liquide. Mais il n’y a aucun risque de faillite des US, il n’y a qu’une gigantesque propagande faite pour faire accepter les coupes dans les depenses publiques parce que « l’etat n’a soit disant plus argent » alors qu’il est le seul emetteur de la monnaie.

    Vous lisez trop peter peterson et il n’est vraiment pas une référence pour gauchiste, enfin, soit disant gauchiste qui trouve que l’austerite a du bon et a peur de l’inflation quand on parle de deficit public.
    On croit rêver !

    Irlande contre US: un seul des deux a une crise de la dette (publique)
    http://alienaeconomics.blogspot.com/2011/06/irlande-contre-les-us-un-seul-des-deux.html

    Au-delà de l’austérité
    http://alienaeconomics.blogspot.com/2011/05/au-dela-de-lausterite.html

  8. Gardès

    et pour secouer les politiciens pour qu’ils servent mieux.

  9. Peak.Oil.2008

    - Les marchés commencent à se poser les bonnes questions

    Les marchés craignent plus pour la croissance que pour la dette américaine
    http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/les-marches-craignent-plus-pour-la-croissance-que-pour-la-dette-americaine_1019120.html

    – On est plus très loin de la prise de conscience collective (seule porte de sortie par le haut)

    Is economics a real science?
    http://forensicstatistician.wordpress.com/2011/05/27/is-economics-a-real-science/

    • xian

      Il n’y en a plus de croissance, puisqu’il y a de moins en moins de consommateurs.. A quoi ça sert de produire, si personne n’achète ? Ce n’est pas le spéculateur multimilliardaire qui consommera 500000 tonnes de produits par jour..

      • Mescalito

        Suffi de fabriquer que des trucs pour riches non?

      • xian

        Mêmepas, ils sont blasés de tout, sauf d’un pouvoir maladif !!
        Or, le vrai pouvoir se partage, il ne s’impose pas..
        Seuls les primates tentent d’imposer et c’est très loin d’une civilisation avancée ..

      • Cécile

        le cyclope Polyphème allertant ses frères « à moi, on m’attaque »
        question 1 « par la ruse ou par la force » réponse par la ruse
        question 2 qui, réponse « Personne » …

  10. Bruno

    « Zone euro: la production industrielle en baisse de 0,7% en juin  »

    « De leur côté, la France a vu sa production industrielle reculer de 1,7% en juin et l’Allemagne de 0,8%. »

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_la_production_industrielle_en_baisse_de_07_en_juin120820111108.asp

  11. liervol

    Les marchés défient les banques françaises
    Par Florent Le Quintrec – 12/08/2011

    La solidité des banques françaises, et davantage encore celle de la Société Générale, est mise à rude épreuve

    Le cours de l’action de la deuxième banque hexagonale a grimpé de 8,9% hier en début de séance, puis cédé jusqu’à 9,1% avant de finir en hausse de 3,7%. Son CDS a pris jusqu’à 31 pb. Egalement en baisse à la mi-séance, Credit Agricole a fini sur un gain de 5,14% et BNP Paribas a repris 0,31%. Alimentés par des rumeurs en série, les marchés mettent en doute la capacité des banques françaises à se financer, notamment à court terme, et s’inquiètent de leur exposition aux dettes périphériques.

    Après la tournée médiatique du PDG de la Société Générale, Frédéric Oudéa, pour démentir les rumeurs et assurer de la bonne santé de son entreprise, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a tenté de rassurer les marchés. «Les niveaux de capital (des banques françaises), appréciés par les fonds propres les plus durs, sont adéquats et les programmes de refinancement à moyen et long terme sont réalisés dans des conditions tout à fait satisfaisantes», a-t-il déclaré, ajoutant que la chute de leurs cours de Bourse n’affectait pas leur solidité financière. En début de soirée, pour la première fois depuis l’éclatement de la crise, BNP Paribas a également réagi, affirmant dans un communiqué que «grâce à sa capacité bénéficiaire forte et récurrente, ses ratios de solvabilité n’ont cessé de se renforcer trimestre après trimestre, pour atteindre un ratio Core Equity Tier 1 de 9,6% au 30 juin 2011.»

    Mais les doutes sont là. Selon Reuters, une banque basée à Singapour aurait coupé ses lignes de crédit aux grandes banques françaises et cinq autres banques d’Asie seraient en train de revoir leurs crédits. «Le mélange de doutes sur la zone euro et de craintes vis-à-vis des notations ces derniers jours ont pu entamer la confiance envers les contreparties de financement», observe RBS.

    C’est le financement de court terme qui nourrit les craintes. Et le fait que les demandes de prêts à 24h auprès de la BCE aient atteint mercredi 4,06 milliards d’euros, contre 147 millions la veille et une moyenne quotidienne de 1,5 milliard depuis février, n’a fait que les renforcer. Cette hausse des prêts, dont les intérêts sont plus élevés (2,25%), semble confirmer un début de tension sur le marché interbancaire. «La résistance des banques françaises face à un gel du marché de financement de court terme est très élevée», assure un analyste de Sanford Bernstein.

    Nomura estime que les tensions sur le financement restent pour l’instant limitées mais «un défaut de l’Espagne ou de l’Italie pourrait cependant changer la donne». Une dépréciation de ces titres entraînerait de lourdes pertes et affecterait la solvabilité des banques françaises. BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale ont respectivement une exposition nette de 24,1 milliards, 10,1 milliards et 3,3 milliards d’euros à la dette italienne et de 3,9 milliards, 2,8 milliards et 2,2 milliards à la dette espagnole, d’après les chiffres de l’EBA.

    «Les ventes sur les banques françaises et sur la Société Générale en particulier semblent exagérées», selon Citigroup. Preuve de la défiance du marché, le broker note que les primes d’assurance exigées contre un risque de défaut (CDS) de la Société Générale affichent un écart plus large «qu’aucune autre grande banque en Europe» par rapport à celles demandées pour un défaut de son pays. Le CDS de la banque a atteint jeudi 368 points de base (pb) dans la journée, contre 176,3 pb pour la France, selon CMA.

    © L’Agefi – 2011

  12. Roger Wielgus

    Je redonne ce lien où une étude scientifique démontre la profonde incompétence de la classe politique, du moins leurs soi-disant leaders:
    http://www.psychologicalscience.org/index.php/news/releases/narcissists-look-like-good-leadersbut-they-arent.html

    C’est une étude peu médiatisée, mais qui démontre par la preuve que nous devons changer le personnel politique et les managers d’entreprises.

    • vigneron

      J’adore ce genre d’approches psychologisantes et pseudo-scientifiques… surtout quant elles enfoncent méthodiquement et avec maintes précautions expérimentales des portes largement ouvertes au commun des mortels depuis des millénaires…
      Et alors quant leurs tenants se piquent d’aborder le mystère du Politique – et des opinions qui le sous-tendent – auquel se sont coltinés les plus grands, de Jérusalem à Athènes comme dit l’autre, et d’Aristote et Platon à Rawls ou Habermass et Rancière en passant par Mahomet, Maimonide, Al Farabi, Spinoza, Machiavel, Locke, Hobbes, Rousseau, Hegel, Marx, Schmitt, Kojeve ou Strauss, sans parler des hérétiques de l’anti-Politique libertariens, je me dis qu’ils feraient bien de commencer par lire ou relire les grecs ou le Prince de Machiavel plutôt que peaufiner leurs protocoles expérimentaux à la mords-moi-l’vit…
      Menfin, si y’en a encore qu’ça fait pas bailler… et qu’y a encore des bailleurs de fonds pour ce genre de niaiseries…

  13. Matthieu

    Si je comprends bien, quelqu’un qui vend un contrat à terme sans posséder l’actif aujourd’hui fait ce qu’on appelle une vente à découvert. L’AMF peut facilement vérifier cela dans le cas du marché des actions, et donc dans le cas des actions des banques françaises pour coller à l’actualité.

    Dans votre vidéo, vous dites que vous voulez étendre l’interdiction des ventes à découvert.

    Mais si on interdisait toutes les ventes à découvert, y compris celles sur les matières premières, comment pourrait-on vérifier que les gens respectent bien cette interdiction ? Je prends l’exemple d’un agriculteur qui vend sa récolte à terme : il vend à découvert car il n’a pas encore semé son blé. Même s’il l’a déjà semé, il ne sait pas si la récolte sera à la hauteur de ses prévisions. Il peut aussi volontairement spéculer et vendre plus que ce qu’il pense récolter en faisant le pari que les cours baisseront. Comment le prouver ? Cet agriculteur serait-il hors la loi si une interdiction générale sur les ventes à découvert était votée ?

    Bref, même si l’idée d’une interdiction générale des VAD semble louable, j’ai du mal à imaginer comment cela pourrait se faire en pratique.

    Merci pour votre excellent travail de vulgarisation

    • L’agriculteur est le propriétaire de sa récolte, il ne vend pas la récolte du voisin. Il s’agit d’une vente à terme, qui est techniquement à découvert.

      • bryanne

        Je respecte énormément les analyses qui sont faites ici par paul et les autres auteurs, mais sur la question des ventes à découvert vous vous trompez.
        A la base , la vente à découvert permettait l’assurance ( compagnies aériennes, producteurs de matières premieres, exposition au change….). Que ces positions soient prises soit par des futures, options ou bien par le SRD ( ce dont vous parlez ici Mathieu). Si il y a quelqu ‘un qui veut s’assurer, c’est qu’il y a quelqu’un qui pense différemment ( spéculateur ) sans quoi le marché n’existerait pas. Les interdire relève tout simplement de la douce utopie…. En effet elles ont toujours existé. Vous considérez dans votre analyse que les produits dérivés passent systématiquement par des marchés organisés ( futures, options ) ou  » réglementés  » ( ISDA ). Or, la majorité des banques proposent des produits dérivés OTC la plupart en hold to maturity ( déténus jusqu a maturité)sans marché secondaire. Qu’est ce qui empechera demain des banques de procéder de la sorte sachant qu elles sont les eules capables de réunir des agents aux vues de marchés différentes ? Rien , ça a toujours existe. Aussi loin que remontent les monnaies et les échanges, les commerçants ont voulu se couvrir contre la fluctuation des monnaies. Ils passaient par des courtiers ensuite par des banques etc etc etc. Des villes ( gênes, florence, Venise ) se sont fondées là dessus et plus tard des empires ( espagne, grande bretagne…). Ne perdez jamais de vue pour qu un marché existe il faut que quelqu’un un prenne un risque, peu importe qui prenne ce risque ( investisseurs, spéculateurs, arbitragistes ).De ce principe découle la complétude d’ un marché. ( possibilité d’acheter et de vendre à découvert ). Attention, je parle de complétude pas de rationalité, pas de raccourcis.

        La question sous jacente est l’atomicité des agents entre investisseurs, spéculateurs et arbitragistes. Là, effectivement il y a un problème avec un rapport de force trop en faveur des spéculateurs et donc conduisant à des solutions non rationnelles. Un très bon moyen de régler ça comme la gouvernance d’entreprise est d’établir une échelle mobile de fiscalité sur les titres en fonction de la durée de détention des titres, mais certainement pas de les interdire.

      • Matthieu

        Il y a sans doute quelque chose qui m’échappe, mais si sa récolte a été mauvaise et qu’il l’avait vendue à terme, l’agriculteur est bien obligé de racheter du blé pour le revendre ensuite sur le marché car il s’était engagé à en vendre une certaine quantité. Et il pourrait peut-être s’agir de la récolte de son voisin, non ?

      • @ Matthieu

        Non, il prend une assurance pour cela !

      • mianne

        Je n’avais pas vraiment saisi cet aspect des ventes à découvert .

        Tout bonnement ahurissante, cette histoire que quelqu’un puisse devenir sur sa propre décision,, SANS QUE J’EN SOIS INFORMEE et sans que j’en reçoive la moindre rétribution, le second propriétaire de biens, mes titres, qui m’appartiennent parce que je les ai achetés :et les utilise à mon insu pour en tirer du fric .
        …et mes fringues ? Mes pompes ? La loi ne permet pas l »utilisation de vos biens, par exemple de votre voiture, sans votre consentement, et surtout s’il se fait payer la course . La loi ne ne peut donc le permettre pour vos titres . On va encore nous répondre que ce n’est pas légal mais que « ça se fait » et encore plus facilement puisque le propriétaire ne s’en aperçoit généralement pas .
        Le crime organisé !

      • Matthieu

        Merci pour vos réponses.

        Et comment ferait l’AMF pour différencier une vente à terme « légitime » (celle de l’agriculteur par exemple) d’une vente à terme spéculative ? Faudrait-il qu’elle aille enquêter pour vérifier si le passeur d’ordre possède bien un champ ? Dans ce cas, le fait de posséder une ferme donnerait-il le droit de spéculer ?

      • Quoi, demander à l’AMF de faire son métier ? Vous n’y pensez pas, où irait le monde si les autorités commencent à faire leur boulot correctement…

        le fait de posséder une ferme donnerait-il le droit de spéculer ?

        Pas seulement ! Ce droit serait étendu évidemment :

        – aux humains présentant un pied romain (pour les pieds grecs, l’austérité) ;
        – les moustachus (merci le lobbying du patron de Total) ;
        – les Rothschild et les Rockfeller (parce qu’il faut pas déconner quand même) ;
        – les possesseurs de chien de race Affenpinscher ;
        – ma tante Yvonne.

      • Cécile

        moi aussi, j’ai une tante Yvonne, est-ce qu’elle bénificiera elle-aussi du droit étendue, puisque « tante Yvonne » ?

      • juan nessy

        Damned ! je suis découvert !

        Damned ! je suis à découvert !

        Moralité ( si on peut dire ) : pour vivre heureux , vivons cachés .

    • izarn

      Le terme « à découvert » ne doit pas etre pris au sens comptable.
      L’agriculteur promet de livrer une certaine quantité de blé par exemple, à tel prix et à telle date.
      Ce marché a existé pour diverses raisons, pour se couvrir, pour se financer, mais aussi pour spéculer dans le cas du marchand.
      Cette promesse de livraison peut etre revendue par le marchand, donc titrisée.
      Mais aussi l’option d’achat, quand le paiement est différé. (Warrant)
      La promesse de livraison d’une marchandise corresponds à la stratégie marchande. Commandite, société par action, etc…Il ne s’agit pas d’un découvert. Mais plutot d’un pari , d’un engagement, sur l’avenir, sur un gain futur.
      Sinon, toute entreprise marchande est à découvert. Ca n’a pas de sens.
      Car cela voudrait dire que la société marchande est à découvert depuis l’aube des temps!

      Dans la vente à découvert, on s’engage d’abord à acheter des titres, par exemple avant la fin du mois sur le SRD, à tout prix si necessaire, c’est à dire au prix du marché.
      En contrepartie, on peut les vendre avant. La chambre de compensation fera la difference à la fin du mois. La couverture consiste à pouvoir assumer les pertes éventuelles.
      Car bien sur, si les cours remontent à la fin du mois, on perds!

      La difference avec l’agriculteur, c’est que celui-crée de la richesse matérielle. Ici l’argent tourne en boucle. L’argent fait de l’argent.
      C’est interessant, car on peut voir ainsi comment se forment les fameuses bulles, les PIB virtuels, et les bénéfices virtuels des banques…
      Ca n’a plus aucun sens avec l’économie réelle des biens matériels.
      Ainsi le marché à terme de notre agriculteur peut etre positif (Sans l’intervention du libéralisme d’Adam Smith et de Turgot qui n’avaient probablement rien compris à la manoeuvre).
      Tandis que de l’autre, faire de l’argent avec de l’argent a toujours été condamné par l’Eglise et l’Islam.
      Sans etre religieux, il y avait probablement eu des raisons purement écomiques, d’experiences catastrophiques qui avaient eu lieu auparavant…

  14. methode

    « la machine est très très complexe », c’est exactement c’que j’disais ! sous certains aspects elle parait avoir acquis son autonomie propre.
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=27376#comment-212043

    finalement les gens sont au charbon tous les jours en économie, heure par heure, guettant the info, the inflexion, the signe, mais si l’on vous écoute bien et pour grossir la chose, une ‘capture d’écran’ tous les trois mois suffisent à rester pertinent en la matière… ça ne va pas plaire à messieurs les excités rois de l’état d’urgence toujours pressés et hautains, prêts à écraser le monde entier.

    • Axel

      Concernant l’autonomie des marchés, on peut se référer utilement à Jacques Ellul et à son grand oeuvre, le Système technicien. Pour résumer, selon Ellul, l’ensemble des techniques s’interpénètrent et réagissent les unes sur les autres dans un effet de feedback, d’où il en résulte un certains nombres de caractéristiques. Dire que la technique est autonome, c’est dire qu’elle a ses finalités propres, qui ne correspondent pas à celles des utilisateurs. Ainsi, il n’y a pas de bon et de mauvais usage de la technique (moralement parlant), il n’y a que des pratiques efficaces, l’efficacité étant érigée en règle morale : est bon ce qui fonctionne, est mal ce qui dysfonctionne, de la même manière que dans les Ecritures, la parole de Dieu est le bien et ce qui n’est pas la parole de Dieu est le mal. Point.
      Là où les choses sont perverses, c’est quand Ellul explique que les crises ne sont pas des preuves de dysfonctionnement du système, mais une étape préalable à une plus forte intégration technique.
      Par exemple, la révolution française a permis de rationnaliser l’appareil étatique français (il s’agissait bien d’une crise liée à la dette au départ, non ? suivez mon regard…) Et de la même manière, pour nous sortir de la crise les partis dominants nous proposent une intégration européenne forcée (fédéralisme, eurobonds, …). Attention, mon parallèle ne va pas au delà !

  15. Francisco

    Bonjour
    Voila une réponse politique… … de S. Royal
    « La crise doit être l’occasion de mettre en place un nouvel ordre international juste, a déclaré Ségolène Royal, qui a communiqué les éléments suivants :

    L’occasion a été manquée lors de la crise de 2008 : Ne pas recommencer.

    Nous payons en 2011 le prix de l’ inertie et de l’absence de mesure adéquate au moment de la crise de 2008 qui n’était pas seulement financière mais qui était déjà une crise de système, voire même une crise de civilisation au sens où les profits financiers l’emportent sur le développement de l’activité économique et la création d’emplois.

    I- Le constat

    1/ En 2008, les réunions du G20 (Londres en avril 2009 puis Pittsburgh en septembre 2009) ont pris des décisions qui n’ont pas été suivies des mesures d’application.

    2/ Aujourd’hui, le montant des actifs financiers dans le monde : 220 000 milliards de dollars (+ de 4 fois le PNB mondial), dont près de 150 000 milliards de dollars de dette.

    La responsabilité des banques dans la dérive de ce système et dans la déconnexion de notre économie avec l’économie réelle est considérable. Mais c’est au pouvoir politique d’assumer cette responsabilité au sens où c’est à lui de prendre les décisions qui s’imposent. Les banques ne le feront pas d’elles-mêmes !

    3/ Il n’est pas inutile de rappeler que la situation budgétaire catastrophique des Etats aujourd’hui est due à leur implication pour sauver le monde financier. Les Banques centrales ont réinjecté des liquidités pour que le système bancaire ne s’écoule pas. Ainsi, depuis 2008, l’endettement des Etats-Unis a augmenté de 2.000 milliards de dollars, celui de l’Italie de 300 milliards d’euros, celui de la France de 900 milliards – selon la version gouvernementale – ou 300 milliards – selon la version de la Cour des comptes –, rien que par les effets de la crise et des moyens mis en œuvre pour éviter l’effondrement du système financier.

    4/ Les leçons de 2008 n’ont pas été tirées. Ne reconmmençons pas. Ne cedons plus.

    Au final, de nom de la sécurité des déposants, on a donné aux banques un droit de tirage illimité sur les finances publiques des Etats. Un droit de chantage permanent en quelque sorte. Et tout cela sans aucune contrepartie.
    Où est le nouvel ordre financier ? Les Etats du G20 avaient promis un « nouvel ordre financier mondial » (expression du Premier ministre britannique Gordon Brown) aux sommets notamment de Londres et de Pittsburgh en 2009.
    Les promesses : Mettre au pas les agences de notation / En finir avec la spéculation / Venir à bout des paradis fiscaux.
    Tout cela n’a pas été réalisé.

    II- Les propositions

    1/ Créer un fonds souverain européen (ou « Trésor public européen »)
    – Cela permettrait :
    * de financer à cout maîtrisé (eurobonds/emprunts européens) les investissements d’avenir réseaux de transport d’énergie, réseaux numériques, biotechnologies…) dont l’Europe a besoin pour relancer l’économie
    * de ne pas accabler davantage les contribuables en cas de crises
    * de limiter la spéculation en mutualisant les émissions de dette de chaque État par le fonds
    >Sa création suppose uniquement du volontarisme politique :
    * … pour augmenter les attributions et les dotations de l’actuel fonds européen de stabilité financière (FESF)

    2/ Créer une agence publique en charge de noter la dette des États membres
    – Cela permettrait :
    * de mettre fin aux dangereuses « prophéties auto-réalisatrices » (reprise exacte de leurs analyses par les acteurs financiers)
    * de mettre un terme aux conflits d’intérêts
    * Il faut inscrire le sujet à l’ordre du jour du prochain G20 pour encadrer les agences de notation au niveau international

    3/ Mettre en place un gouvernement européen capable d’agir
    – Dans un premier temps, un ministère de l’économie franco-allemand
    – Sa création permettrait :
    * d’avoir un seul acteur, fort, uni et solidaire, face aux spéculateurs qui ne pourront plus jouer des divisions internes à l’UE
    * de mettre fin à la cacophonie lors des précédentes crises

    4/ Taxer les transactions financières
    – Comment ? Toujours par le volontarisme politique
    – * Les députés européens ont voté une résolution le 8 mars dernier demandant la création d’une taxe sur les transactions financières (à 0.05%) au sein de l’UE : aucune suite n’a été donnée par le dirigeants européens et la Commission…

    5/ Interdire la spéculation sur les dettes des États
    – En interdisant les ventes à découvert de titres que l’on ne possède pas.
    – La crise financière a entraîné un enrichissement inadmissible de fonds spéculatifs.- Il faut publier la liste des acteurs financiers qui ont le plus spéculé sur la dette des États.

    6/ Adopter un plan de relance européen d’abord axé sur l’industrie de la croissance verte
    – Il faut relancer l’activité économique et créer de nombreux emplois non-délocalisables.

    7/ Réformer le système bancaire et appliquer les règles prudentielles de Bâle III
    – Rien n’a été fait depuis les déclarations de 2008. Elles ont été renforcé le 12 septembre 2010 puis repoussées à 2017 sous la pression des banques.

    Questions des journalistes

    Question d’un journaliste : faut-il aller plus vite dans la réduction des déficits ?
    Réponse de Ségolène Royal : Je voudrais rappeler que la situation budgétaire catastrophique des Etats est due aussi à leur implication pour sauver le système financier. Les banques centrales ont réinjecté des liquidités afin d’éviter l’effondrement du système bancaire. Par exemple, depuis 2008, l’endettement des Etats-Unis a augmenté de 2000 milliards de dollars, celui de l’Italie de 300 milliards d’euros, celui de la France de 300 milliards d’euros également (selon la version de la Cour des Comptes), rien que par l’effet de la crise et les moyens mis en œuvre pour éviter l’effondrement du système financier. Ce système financier, qui aujourd’hui donne l’ordre aux Etats de réduire le déficit budgétaire, doit appliquer lui aussi des mesures, des règles prudentielles. C’est la responsabilité du pouvoir politique que de l’imposer. Donc il ne s’agit pas de choisir entre réduire la dette ou relancer l’économie. Je demande que l’on marche sur nos deux jambes. Bien évidemment il faut réduire la dette et le déficit, mais la meilleure façon de réduire le déficit et la dette, c’est de relancer l’activité économique, en faisant en sorte que les entreprises, notamment les PME, puissent enfin avoir accès au crédit bancaire. L’ordre économique juste, c’est celui-ci et il doit s’appliquer au niveau national européen et mondial.

    Question d’une journaliste : quelle est votre réaction suite au retour à Paris de Nicolas Sarkozy aujourd’hui ?
    Réponse de Ségolène Royal : Mieux vaut tard que jamais. J’observe que tous les autres chefs d’Etat et de gouvernement sont rentrés au plus fort de la crise. Aujourd’hui, il y a une accalmie et le Président de la République rentre. Il ne fait que son devoir. Il doit en effet être là.
    Ce qui est important ce n’est pas de savoir s’il rentre de vacances ou s’il ne rentre pas. Ce qui est important c’est que les décisions politiques soient enfin prises, qu’il n’y ait pas une nouvelle fois des déclarations d’intentions sans application. Il faut aujourd’hui que la France soit à l’offensive sur la scène européenne pour mettre en place des règles justes. J’attends par exemple la publication de la liste des banques et des organismes financiers qui ont spéculé sur la dette des Etats et qui se sont ainsi enrichis. C’est une mesure très efficace et dissuasive qui vaut tous les textes de lois. Car ces banques, une fois leurs noms rendus public, ne recommenceront plus.

    En conclusion Ségolène Royal a appelé mercredi les chefs d’Etats et de gouvernements à faire en sorte que la crise actuelle permette de déboucher sur un ordre international juste, faute de quoi la prochaine crise sera beaucoup plus grave. Ségolène Royal appelle chacun, et tous ceux qui ont des responsabilités politiques et publiques à la tête des Etats et des gouvernements, à faire en sorte que la nouvelle crise actuelle nous permette de déboucher sur la mise en place d’un ordre international juste où l’on remet en ordre ce qui aujourd’hui est en désordre.
    Un ordre international juste c’est la finance au service de l’économie, l’entreprise au service de l’emploi, et l’emploi au service du bien être des hommes et des femmes.
    Il y a une extrême urgence pour agir. L’inertie devient particulièrement dangereuse. »
    N’étant pas Ségoleniste…j’attends avec impatience la vox populi du site!!!
    Chris

    • Charles A.

      Pas la moindre analyse des racines de la crise.
      Et des rustines à la mesure de l’objectif: prolonger l’agonie du capitalisme,
      horizon indépassable pour les larbins du PS et affiliés.

    • juan nessy

      Je ne sais pas à quel niveau SR sera engagée dans la campagne présidentielle , mais dans la distribution d’ acteurs de cette pièce , elle est l’une des rares à pouvoir faire aussi gros , aussi récupératrice ,aussi  » charmeuse » , que Marine Le Pen et faire s’écrier le choeur des « simples » : Bien dit Marine ou bien dit Ségolène !

      Un peu comme Tapie avait contré Lepen père en son temps .

    • methode

      rien sur les catégories sociales les plus faibles, des périphrases, des vœux pieux, d’ici à ce que l’ordre international soit ‘juste’ elles seront tondues sans sourciller. il serait bon que ce parti disparaisse de la scène politique pour une refondation à gauche.

  16. Par curiosité je suis aller voir le temps qu’il fait sur le CAC 40 . Aujourd’hui , comme depuis
    2008 , c ‘est flagrant pour moi . La forme courbe tournée vers le bas est caractéristique : il s’agit
    de ce qu’on appelle ( euphémisme ) une redistribution .
    C’est à dire que les gros refilent aux petits leur daube en leur faisant croire que c’est les soldes .
    Les cours sont maintenus relativement haut tout en baissant et périodiquement réanimés .

  17. dissy

    120.000 emplois supprimés à US Postal service.

    Here Comes « Going Postal » The Sequel: US Postal Service To Cut 120,000 Jobs To Avoid Bankruptcy

    http://www.zerohedge.com/news/here-comes-going-postal-sequel-us-postal-service-cut-120000-jobs-avoid-bankruptcy

    L’INSEE annonce zéro pct de croissance au second trimestre et Baron s’imagine toujours pouvoir atteindre + 2 pct en 2011 et en 2012.Ce n’est plus du déni, c’est une secte!

  18. Papillon

    Il ne manquerait plus qu’une gigantesque catastrophe naturelle vienne s’ajouter à tous ces déboires… genre Yellowstone ou autre volcan en ébullition. Cela nous pend au nez.

    :-(

    Papillon

    • mianne

      Pourvu que ce ne soit pas une catastrophe « naturelle » ( comprendre prévisible avec l’âge) de l’iun de nos 58 réacteurs nucléaires ?

      • Papillon

        Ils ne sont pas prêts d’être arrêtés ceux de la France… Tss ! Tss ! Tss !

  19. xian

    Quand les citoyens seront totalement desoeuvrés, ils iront à la chasse aux spéculateurs.. Ils trouveront leurs noms et adresses, pas de souci..

  20. xynthiadevannes

    Monsieur Jorion,
    Juste une petite remarque. Vos interventions en vidéo durent environ 15 minutes chacune. Pourquoi alors ne pas régler l’extinction de votre écran sur 20 minutes. Vous ne seriez pas ainsi dérangé par le changement d’éclairage et la perte de votre vidéo de contrôle.
    A part cela, un GRAND MERCI pour votre action. Très cordialement.

  21. roma

    last de la pompe à phynance
    Le commencement de la fin
    http://blog.mondediplo.net/2011-08-11-Le-commencement-de-la-fin

    + (en 8 parties) propos à l’occasion d’ « Un retournement à l’autre » « Comédie sérieuse sur la crise financière en quatre actes et en alexandrins »
    http://www.dailymotion.com/video/xiyjg1_frederic-lordon-2011-1_news

    + Zik tout de même !!! Douwe Eisenga – Growing Worm –
    http://www.youtube.com/watch?v=9fzyvkOp0c8&feature=related

  22. fnur

    Le tableau est accablant : recherches bâclées pour cause de sous-effectif chronique ; détermination des fameuses notes dans des réunions opaques, où le plus persuasif peut imposer ses vues ; modèle économique baroque, etc.

    http://www.liberation.fr/economie/01012353875-accablant

    • Alexandria

      Merci pour le lien. Au bout de l’hameçon, je rapporte cette perle : «  Pourtant, les Etats pensent aujourd’hui leurs politiques dans le seul but de complaire à ces professionnels du flou. Ici les retraites seront réformées ou les fonctionnaires non remplacés ; là des services publics seront privatisés ou des pans entiers de l’économie dérégulés. » « Dans le seul but de complaire à ces professionnels du flou »… Mais non ! les « professionnels du flou » ne sont que le prétexte à poursuivre la stratégie du choc, et privatiser – avant que tout soit par terre… – tout ce qui peut rester de juteux à mettre en coupe réglée. On s’en fout, que les agences soient nulles, ça pourrait même être l’officine de Mme Irma !
      Problème : si la caste des kleptocrates (ah… ce mot m’a bien plu !) continue sur cette lancée, ils ne pourront plus commercer qu’entre eux, et les bénéfices seront moins juteux. Mais ils ont le nez sur le guidon : ils n’ont toujours pas percuté que, sans consommateurs solvables (leurs propres banques ne veulent plus prêter aux pauvres…), leur bizness pourrait bien s’effondrer, et eux avec. De profundis…

      • Alexandria

        … Et c’est compter sans les émeutes, pillages, et autres « troubles sociaux », tous débordements qui leur passent loin en dessous de leurs pompes griffées !

  23. lau

    Boursorama le 12 08-2011

    Coup d’arrêt à la croissance : il faut augmenter les salaires, selon la CGT

    La CGT a réclamé vendredi une hausse des salaires et l' »arrêt du programme d’austérité », après la publication par l’Insee des chiffres de la croissance, nulle (0,0%) au deuxième trimestre 2011.
    Ces chiffres « confirment que notre économie a fait du surplace au deuxième trimestre de l’année. Le principal facteur en est le recul de la consommation des ménages, auquel s’ajoute un ralentissement de l’investissement des entreprises », écrit la centrale de Bernard Thibault dans un communiqué.
    Les dépenses de consommation des ménages ont reculé au deuxième trimestre (-0,7% après +0,4%), tandis que la formation brute de capital fixe (FBCF), autrement dit l’investissement, a décéléré légèrement (+0,9% après +1,2%).
    « Dans ce contexte, pour donner des gages aux marchés financiers, le président de la République confirme que son gouvernement va poursuivre la voie d’austérité (…). C’est inadmissible et dangereux pour le pays », estime la CGT.
    Pour sortir de cette crise, le syndicat appelle à l’arrêt du « programme d’austérité » et à « augmenter les salaires, les pensions, les minima sociaux pour accroître le pouvoir d’achat et la consommation des ménages, principal moteur de l’activité économique ».

  24. mianne

    L’ article du WSJ que vous citez , à savoir ce que les agences voient ou pas et au moment qui les arrange (ou du moins qui arrange ceux pour qui elles roulent ) m’a rappelé que le WSJ en avait publié , îl y a deux jours , un autre qui affirmait que l’effondrement actuel n’avait rien à voir avec celui de 2008, le nez dans le guidon, ne supposant même pas qu’il s’agissait d’une autre manifestation d’un même phénomène . Voici l’article
    http://online.wsj.com/article/SB10001424053111904140604576496241939456906.html?mod=WSJ_hp_us_mostpop_read
    Le nez dans le guidon !

  25. Patrick

    « Toutes choses égales par ailleurs » …
    On vient de lire l’article de Frédéric Lordon dans le Diplo ? parce qu’il utilise cette expression deux fois dans le même article ;-)
    http://blog.mondediplo.net/2011-08-11-Le-commencement-de-la-fin

    • … Oui c’est vrai … Amusant, je me suis fait la même réflexion … Mais quel article pas ?… Encore merci à « roma » du lien !…

  26. Un Belge

    Bonjour,

    Si Les Marchés sont soumis à des séries d’algorithmes contradictoires, auxquels ils ne peuvent qu’obéir (tant leur impact est également puissant), ils subissent ce qu’on appelle pour un individu un « Double Bind » (double lien ou double contrainte). C’est Bateson qui a mis en évidence l’émergence d’une conduite qualifiée de schizophrénique chez toute personne plongée dans cet enfer (familial, par exemple).

    Isaac Asimov, dans une série de nouvelles amusantes, avait décrit il y a longtemps ce qui arrive à une machine soumise à ce régime (dans le recueil « I, Robot », notamment la nouvelle intitulée, je crois, « Speedy »).

    Si mon analyse est correcte, « Rassurer les Marchés » consiste à faire les quatre volontés d’un « cerveau » en état de démence, passant en une seconde de l’euphorie à la dépression et réciproquement… dans l’espoir qu’il se calme. Et naturellement, sa folie est contagieuse, car viscérale.

    Ce processus ne peut pas avoir de fin autre qu’ (auto) destructrice, si rien n’est fait pour mettre un terme aux injonctions contradictoires… ou tout au moins à leur toute puissance. En effet, c’est uniquement l’autorité prêtée aux émetteurs de contraintes qui empêche de se soustraire à ce cycle infernal.

    Sous cet aspect aussi, interdire les paris sur les fluctuations de prix serait un grand pas vers une hypothétique guérison, en tout cas vers un soulagement des troubles les plus extrêmes, de par le relâchement des pressions exercées.

    Comme cet étudiant chinois se tenant debout devant un tank (ou comme un médecin expérimenté face à un malade en délire), il suffirait peut-être qu’un seul dirigeant politique d’envergure se dresse calmement devant la « machine folle » pour qu’elle se calme à son tour (toujours le mimétisme).

    On peut promettre à celui-là ou à celle-là une belle entrée dans l’Histoire… Après tout, n’est-ce pas pour ça qu’ils/elles ont choisi ce métier?

  27. auguste

    Je tente à nouveau de faire passer ce lien :http://www.rutebeuf.com/textes/jouffroy-01.html , qui pour une raison que j’ignore a été « modéré par votre « philosophe … de la nuit.
    Pourtant , Jouffroy qui fut plus poète que philosophe ,ne devrait pas mériter ça quand il parle de la finance .
    Nos philosophes craindraient-ils l’ombre éclairante de leurs ancêtres ? (Ils ne l’ont pas voulu)

    • Erreur technique vraisemblablement, je ne vois pas d’autre raison.

      • auguste

        Merci . Vous savez , M. Alexandre , les liens sont pour « les gens » N’est-ce pas pas Paul Jorion qui m’a fait connaitre ce grand poète qu’est Jansen ? Mon plus grand plaisir fut de voir le bonheur qu’en ont retiré »les gens » avec qui je l’ai à mon tour partagé? )

  28. Pierre

    Le 10 août, la direction nationale de l’AFL-CIO, première confédération syndicale des Etats-Unis, a fait parvenir une lettre de soutien à la député démocrate Marcy Kaptur, qui a introduit au Congrès le projet de loi HR 1489 rétablissant le Glass-Steagall de Franklin Roosevelt.

  29. sylla

    Bonsoir,

    Si j’ai bien compris les ventes à découvert, elles servent à se défausser d’une baisse sur un gogo douillet, en gros.

    Je ne l’ai pas vu mentionné : la commission européenne autorise les interdictions de vente à découvert, et laisse l’initiative et la mise en place aux états ; en l’état, l’autorisation d' »initiative » sera applicable d’ici un mois.

    Pour un coup qu’elle décentralise…

  30. J’essaie de m’instruire sur ce sujet auquel je suis assez réfractaire de nature, afin de ne pas mourir bête :-)

    Je viens de visionner à la suite sur le sujet :

    1) ITV TV de Jean-Luc Mélanchon (court mais percutant)
    2) Conférence de Presse de Ségolène Royal (longue mais visionnaire)
    3) Votre video ci-dessus ainsi que les précédentes bien sûr (spécialisées)

    Et l’impression que j’ai, après avoir vu tout ceci, à la file, c’est que vous dites tous les trois la même chose, avec d’autres mots bien sûr. L’un cible avec des mots simples et compréhensibles par tous et fait un effort de concision considérable. L’une développe en détail (un peu trop parfois) les différentes phases de travail et de solutions. L’autre (vous) s’adresse bien sûr en termes plus spécialisés à des personnes plus intellectuelles et connaisseuses du sujet, tout en faisant un bel effort de simplicité et d’accessibilité à tous.

    Je trouve intéressant ces trois quasi mêmes visions expliquées différemment. Cela permet de comprendre chez l’un, ce qu’on a pas compris chez l’autre. N’oublions pas que le commun des mortels est hermétique à ces sujets et pour que le peuple s’y intéresse et cesse de voter idiot, il faut lui ouvrir la porte de la compréhension et dont de l’intérêt.

    Merci en tous cas à tous trois. Et si j’ai tout faux, merci aux commentateurs de me le dire gentiment et en termes courtois ;)

© 2011 Blog de Paul Jorion · Connexion
Desk Space par Dirty Blue & Wordpress Traduction WordPress tuto
Implementation / Webmaster Camuxi.