LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 22 JUILLET 2011

Retraites par répartition et capitalisation
Achever l’Europe des marchands
Éliminer l’État-providence
La « science » économique
Friedrich List (1789-1846) et l’École historique allemande Roscher (1817-1894), Hildebrand, Knies (1821-1898)
« Common decency »
Une science économique n’est pas possible mais…
une réflexion sur nos sociétés l’est
« Le prix » (2010)
John Brown (1735-1788)
L’OR

Partager :

266 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 22 JUILLET 2011 »

  1. Paul,

    L’année dernière, pour tes 64 je t’avais envoyé le « When i’m sixty-four » des Beatles, mais pour 65 je n’ai rien trouvé !
    Bon anniversaire quand même !

    1. l’année prochaine, il faudra envoyer la version Stones de « route 66 » ; pour cette année « on the road again ! » 😉

      1. Bon anniversaire Mr Jorion.
        Faut changer ?,Non,à mon avis il faut Condamner ..
        Merci,vous ai trouver Jeune et sympa pour vos 35 Ans..

  2. Comme il est agréable d’écouter une pensée débarrassée des scories qui encombrent le paysage mental de décideurs, faux prophètes ou zélateurs d’une science qui n’a d’économique que le nom. heureux anniversaire, Cher Monsieur Jorion!

    Bien à vous, Renaud Bouchard

    1. Ouaip ouaip… Faire des « Sciences Economiques », c’est faire l’économie de la Science… et la science de l’économie politique, c’est encore faire l’économie de la Politique. Bref éconocroques de Science et de Politique, que le grand Cric nous croque !

  3. Bon anniversaire Paul, moi aussi il y a deux mois que j’ai fêté mes 65 ans
    Merci, pour cette vidéo. En ce qui concerne l’or, ne serait-il pas prudent d’en avoir un peu ou est-ce complétement inutile ? non pas pour spéculer mais en prévision de la débâcle de ce système économique .

    1. La réponse (cinglante!) vous est donnée à la fin de la video (20’35 et la suite)
      D’accord, c’est tout à la fin, mais avant de poster un commentaire, on s’assure d’avoir pris connaissance du message dans son intégralité.

      1. @Pierrot123
        Et avant de poster un commentaire de commentaire on s’assure d’avoir bien lu le premier commentaire. 🙂
        Mr Jorion parle de spéculation sur l’or alors que Bardaffe parle d’investissement (ou placement) sur de l’or physique.

      2. Holà, il faut vous calmer ! (s’il vous plaît). Suite à ce message je parle de l’or, c’est donc bien la preuve que j’ai écouté le message jusqu’à la fin, mal compris peut être. Néanmoins, je pensais que nombreux auraient été ceux qui aimeraient que l’on développe un peu à ce sujet, tout simplement.

      3. bidules et lardbaffe faut vous retenir des fois … j’ai peine d’entendre les commentaires des gens devant des peintures, on se dit qu’ils n’ont pas pigé un langage, qu’un musée leur vaut pour Fiat Lux du goût, du supplément d’âme que les églises ont fatigué. Là il sembe que Jorion parle un langage qui nous est commun, quotidien, quand même…
        Bon anniversaire Paul Jorion ! ce patchwork
        mélancolique (bienvenu parfois pour raviver le sentiment d’existence); Stanley Brinks – Ghosts Like Me – Egersund 2010
        http://www.youtube.com/watch?v=3rRGAlTTArQ&feature=related
        ou ça (bien mais un peu au pif) Mogwai – Mexican Grand Prix
        http://www.youtube.com/watch?v=BJZQ9xBrkWo&feature=player_embedded#at=142
        ou encore ANTWERP-CENTRAL / MIDDENSTATIE by PETER KRÜGER
        http://www.youtube.com/watch?v=swUsnrjQSvM&feature=player_embedded

      4. @roma

        bidules et lardbaffe faut vous retenir des fois … j’ai peine d’entendre les commentaires des gens devant des peintures, on se dit qu’ils n’ont pas pigé un langage …

        J’ai du mal à comprendre votre message.
        J’imagine que vous vous adressez à moi entre autre alors sachez que c’est bibules et pas bidules. 😉
        Quel rapport avec la peinture ?
        Ou alors vous avez interverti les sujets. Ici on est sur le sujet « Le temps qu’il fait » et pas sur « Lucian Freud ». 🙂

    2. je crois qu’il a été clair dans la vidéo non ?
      il vous conseillera pas d’investissement.

      après vous êtes grand non ? vous pouvez décider par vous-même…

      1. Merci Bibules de prendre ma défense mais je ne parlais même pas d’investissement (ce n’est pas le but et surtout la responsabilité de ce forum) mais plutôt de valeur refuge dans le sens de ne pas crever de faim après ce déluge qui apparaît certain.

        @Pierrot123
        Vous savez, à partir d’un certain âge on appréhende plus très bien tous les sons d’un message ce qui peut aussi induire à des quiproquos.

      2. Vous parlez d’investir, de spéculer sur l’or où tout autre action en lien avec l’or, je crois que vous n’avez encore rien compris sur ce qui est dit et redit sur ce blogue depuis des lunes, il faut CHANGER de système économique.
        Jouer avec l’or, papier où pur et dure ne fait qu’alimenter à court terme le système actuel, quand le tout va s’effondrer l’or comme le reste ne vaudra plus rien.

        De toute façon, c’est d’un primitif profond que de basé une économie sur quelque chose qui brille au détriment des vrais valeurs inérante à la vie
        Allez sur ce document http://www.ubest1.com/?page=video/30859#null,
        où l’on parle de l’effondrement imminent, évidemment passez outre la suggestion sur l’or dur qui est pour lui une solution très court terme, pour le reste c’est fort à propos.

  4. Un petit proverbe africain pour votre anniversaire : « L’herbe ne pousse jamais sur la route où tout le monde passe. », bonne continuation Mr. Jorion 😉

    1. Pas mal, mais un autre en italien :quando viene la sessanta ed cinque, cento male ogni matine.
      Bon, j’ai rajouté 15 ans 😉

    1. John Brown m’évoque Balsamo ou Mesmer.
      C’est toujours truculent de revenir sur le discours médical de cette fin de l’âge classique. Ces braves gens auraient pu soigner Smith et Ricardo. Si du coté médical il y a eu quelques ruptures depuis, difficile de considérer l’équivalent dans la « science économique ». Marrant que le traducteur passe de l’économie à l’organisme. L’inverse de la théorie des fluides à celle des flux. Après tout puisque l’orga, ça commence par l’organe ça passe par l’organigramme puis l’organisation et ça finit par l’orgasme, juste pour le plaisir je recycle un en-cas sur l’orgasme, qui à la fin du 18ème dans l’Encyclopédie est une maladie.
      Le terme Orgasme définit une « État de tension, d’excitation, de turgescence d’un tissu ou d’un organe ».
      En 1611 c’est un «vif accès de colère»
      En 1623 le «degré le plus haut d’une excitation physiologique»
      En 1777 physiol. «point le plus haut de l’excitation sexuelle» (SABATIER, Traité complet d’anatomie).
      Lamarck en 1809 poursuit dans la même veine : « Le calorique et le fluide électrique (…) sont les agens directs qui produisent l’orgasme et les mouvemens intérieurs qui, dans les corps organisés, y constituent et y entretiennent la vie (LAMARCK, Philos. zool., t.2, 1809, p.6). Orgasme végétal (LAMARCK, Philos. zool., t.2, 1809, p.37):
      Ce sont des définitions de savants, alors qu’on trouve en 1655 dans l’École des filles un tirage libertin à 350 exemplaires une définition plus populaire :
      L’orgasme est un moment où « le chatouillement les saisit de telle sorte que l’on les voit se pâmer d’aise et à petites secousses à mesure qu’ils viennent à décharger par les conduits ce qui les chatouillait si fort, qui est une liqueur blanche et épaisse comme la bouillie, qu’ils rendent tous deux l’un et l’autre avec un délice qui ne se peut exprimer »
      Molière publie L’école des femmes sept ans après en 1662…
      Dans l’Encyclopedie, le corps est une machinerie souhaitable dans un équilibre et l’orgasme est un dérèglement :
      « (Médec.) les corps vivans dans l’état de santé ont un mouvement perpétuel produit par l’organe vital & particulier, mais indépendant de l’organe animal. Le mouvement vital qui procède d’irritation devient d’autant plus grand, que la cause qui lui donne naissance agit avec plus de force. Il n’en est pas de même du mouvement animal, qui ne peut s’augmenter que par une cause très-violente. Mais si cette loi de la nature change, de façon que par la cause la plus légere, qui, dans un homme en santé n’exciteroit aucun mouvement, il en résulte un considérable qui aille jusqu’au désordre, ou qu’une cause ordinaire augmente ce trouble, ou qu’enfin, sans cause quelconque, les parties souffrent des mouvemens violens & confus, un tel changement de disposition s’appelle orgasme ; d’autres le nomment irritabilité, oscillation violente, mobilité, crispation. » […] « Dans le tems de l’orgasme, on observe des mouvemens déréglés toniques dans le mouvement vital, & même dans le mouvement animal, quand le mal est augmenté. De-là les malades sont attaqués de syncopes, de douleurs de tête, de flatuosités, de borborygmes, de douleurs des lombes, souvent accompagnées de froid, de tension dans les visceres, de constipation, de tympanite qui se dissipe & qui reparoît, de mouvemens épileptiques, de vertiges, de tintemens d’oreilles, du sentiment d’une grosseur qui monte du bas-ventre vers la gorge ; voilà ce qu’on appelle la passion hystérique. »
      Il est même question « d’attaques d’orgasme »
      Nous sommes dans le cadre de la théorie des humeurs…

      Alors avec déjà un jour de retard, tous mes vœux de 364 jours de bonnes humeurs à Paul Jorion, ainsi qu’à vous Schizosophie…

  5. Bon anniversaire Paul.
    Joli clin d’œil sans que vous la citiez à la célèbre citation d’Oscar Wilde qui s’applique si bien à cette Europe des marchands et qui disait que « le seul moyen de se débarrasser d’une tentation, c’est d’y céder. »
    Longue vie à vous.

    1. Concernant la retraite, il y a un point sur lequel je ne suis pas d’accord : les vieux doivent apprendre à s’arrêter et à laisser leur place aux plus jeunes. Si le dit vieux veut continuer à être actif, ce ne sont ni les causes ni les associations qui manquent pour s’occuper. Et dans tous les cas, il reste l’écriture, que ce soit pour apporter les fruits d’une réflexion d’une vie, ou pour transmettre des savoirs; Internet est alors très utile. Il y a aussi le dialogue inter-générationnel.

      Puis les vieux se doivent de profiter de leur retraite. Au nom de tous ceux qui n’en n’auront pas, c’est à dire, tout le monde dans quelques années. Ah, 80 années d’espérance de vie en terre capitaliste, c’est trop long !

      Mais peut-être que c’est le terme de retraite qui est mauvais, certains se sentant obligés de ne rien faire. Parlons alors plutôt d’activités de fin de vie !

      Ainsi Monsieur, quelles sont vos activités de fin de vie ?

      1. Merde dis Cambronne devant le Troll ..
        Taneleo plaisant de voir votre activité de fin de Capitalisme..
        Je sens une méchanceté qui me fait pitié..
        cette Haine est triste et sans espérances,comment est il possible que nous ne pouvions vous aider ?
        je suis comme vous aussi et vous demande juste de nous aider à nous Haïr un peut plus
        pour qu’on vous aimes

      2. Certains voudraient changer un monde qu’ils ne comprennent pas. Sont pas arrivés…

        Cessez de croire qu’il existe un discours de droite et un discours de gauche, un discours de capitaliste et un discours de «on ne sait pas trop ce que c’est mais ce n’est pas du capitalisme».

        Et cessez par la même occasion de prêter aux individus des idées et idéologies qu’ils n’ont pas.

        Finalement, et si j’avais raison ? Et s’il suffisait d’observer les plus de 50 ans pour comprendre la paralysie du monde actuel ?

      3. @taneleo, c’est vrai, si finalement tu avais raison?… Hein?…
        Je te rassure, un jour tu auras definitivement raison…

      4. Taneleo

        Il y a des jeunes qui sont nés vieux ( j’en ai connus), et des vieux qui restent jeunes jusqu’au bout du voyage ! …

        Je suis d’accord sur le fait que si l’on veut continuer à être actif, et que la santé le permette, on soit actif autrement …et qu’il faille faire la place aux jeunes …
        mais, dans l’état actuel des choses, cela passe par une forte pulsion capitalistique d’augmenter dividendes zé bonus, et les quinqua les plus jeunes d’esprit, les plus inventifs et les moins soumis à la loi d’airain, càd, ceux qui refusent de faire le sale boulot, qui ont quelques notions d’éthique personnelle, se font virer comme des malpropres par toutes sortes de manoeuvres douteuses …( ce qui semble être arrivé à Paul Jorion : ce pourquoi j’éprouve du respect pour lui : il ne s’est pas écrasé mollement, si je puis me permettre cette expression triviale : et, face aux caïmans, il faut en avoir …du courage) …
        bref, les quinqua actuels n’y sont pour rien dans cette histoire! avec les jeunes précarisés, ils sont aussi les dindons de la farce, farce calculée bien loin sur les échiquiers des neolib.

      5. Ce terme de « fin de vie « , qui sent le sapin, me chagrine un peu. Je préfèrerais parler de mes activités de « seconde vie »

  6. Un anniversaire, c’est une bonne occasion de laisser un commentaire! Je vous le souhaite bien joyeux et festif, et vous remercie pour tous vos travaux et votre façon de les partager.

  7. En Europe des Peuples ;
    « Il n’y a pas de trop grand pays à prier » (à piller)
    Joyeux Anniversaire !
    … en quelque sorte, à chaque fois de nouveau, nouveau-né

  8. Rêvons un peu : Si nos institutions et la redistribution des cartes dans la société pouvait ressembler à ça.
    Bon anniversaire, sir Paul !

  9. Très bon anniverssaire et merci du fond du coeur de nous aider à y voir clair, que ce soit sur la « non science » économique, le système de retraite etc…

    Ne pensez vous pas qu’il faudrait pouvoir mettre en oeuvre un REFERENDUM d’initiative populaire pour accélérer les changements inéluctables du système européen ?

    Il parait que les décrets d’application, QUATRE ANS après ne seraient toujours pas sortis ????

  10. Bon anniversaire Paul!
    Vous avez la chance d’être né le même jour qu’un personnage célèbre….ma femme ;))

  11. monsieur Jorion, pourquoi utilisez vous dailymotion pour poster vos videos ?? ce site est insupportable, il oblige a se coltiner un message de pub avant chaque video !! en plus, aujourd’hui je ne vois que la pub, le reste est bloque…
    pourquoi ne postez vous pas sur Youtube qui ne possede pas ces desagrements ?

    1. La pub c’est excellent, une véritable psycho-anthropologie des besoins de l’économie réelle, la production quoi.

      1. « … Je regarde la page necrologie et les pages de reclames, je sais ce que les gens desirent, et je sais quand ils meurent, c’est suffisant. » …

    2. Bonjour JP

      Vous pouvez stopper la pub d’une vidéo en cliquant sur la petite croix, dans l’angle droit en haut sur la vidéo.

      @ Paul Jorion : excellent anniversaire et puisque je suis une femme, je me permets de vous embrasser.

      1. ah oui autant pour moi; mais bon quand meme, pourquoi pas youtube, la au moins il n’y a pas de pub du tout si la personne qui poste ne le souhaite pas… je ne comprends pas pourquoi les gens continue a poster en masse sur dailymotion, il y a un interet quelconque ?

  12. Joyeux anniversaire monsieur Jorion.
    Je ne suis pas trop d’accord avec votre intervention sur l’or.Si vous parlez de spéculation,il est bien possible qu’un jour l’or dévisse mais jamais il ne tombera à zéro.Je pense qu’en relisant l’histoire,il n’est pas sot de garder un bas de laine rempli d’or physique car en cas d’évènement grave comme un krach systémique,un conflit ou encore une révolution,l’or pourra servir de monnaie d’échange.J’ai eu assez de témoignages dans ma famille pour savoir que seuls,l’or et la brique peuvent vous préserver pendant un temps de la faim et de la misère…

    1. @Giacomel

      Je m’etais fait la meme reflexion. Comme vous dites on ne parle pas d’utiliser toutes ses economies pour acheter de l’or physique, mais plutot d’avoir un « petit quelque chose » qui ne s' »oxyde » pas sous l’action des revolutions, hyperinflation etc…

    2. Le risque est que les pouvoirs publics vous le confisquent, comme Roosevelt l’a fait en 1933. Avec le formalisme nécessaire pour en acheter, ils savent où il est.

      1. Même plus besoin de confisquer aujourd’hui. Les banques centrales n’ont que faire des stocks d’or. On se contenterait d’un claquement de doigt sans aucunes conséquences économiques ou politiques et tout bénèf fiscalement, type taxation massive de l’or détenu par les particuliers, taxation doublée ou triplée sur les transactions (passer de 8 à 16 ou 24 %) et doublement ou triplement de l’impositon sur la plus-value (de 27 à 54 ou 81 %)…
        Oh c’est sûr, certains passeraient au travers et conserveraient leur petit tas en produisant un peu plus d’huile inter-fessière, mais le marché national de l’or, mon bon ! un champ de ruine, quant aux cours je vous dis pas… Et qui et au nom de quelle nécessité économique ou de quelle valeur morale supèrieure s’élèverait contre le ou les politiques qui en déciderait ainsi au nom du simple bon sens économique – et même au nom de la défense de ces pauuvres gogold-investisseurs ?
        Acheter de l’or en pèriode d’inflation massive comme à l’époque du dernier sommet spéculatif du prix de l’once (650 $ en 1980, soit 20 fois son prix de 1973 et sensiblement le prix d’aujourd’hui en $ constants…), bon allez, pour les courageux réfugiés de la débâcle monétaire, pour les gras postérieurs à faire de l’huile, admettons, si ça les calme… mais à une époque récessive et fondamentalement déflationniste, pure superstition spéculative, trappe à colombins, piège à gogolds…
        Go Gold Old timer ! Go Go !
        Groupiert sur la trappe… le petit zoziau va sortir, cheeeeeze…

      2. Taratata.

        Ils savent juste où est l’or papier (celui qui ne vaut rien et qui comme le dit vigneron fait augmenter la production d’huile fessière).

        Pour l’autre macache. Ils ne l’auront pas aussi facilement. Allez vous promener dans une boutique d’achat et de vente d’or. Toutes les transactions se font en liquide.

        En plus ca m’étonnerait (pour ceux qui aimeraient qu’il soit taxer à 80%) qu’il suive les chemins habituels pour s’échanger en cas de grosse déflagration.

      3. Quel formalisme ? L or peut s acheter via le net sous forme physique via des plateformes internationales distinctes des banques. Le stockage et l achat sont dans des pays distincts. Le trading est encore plus simple que d aller acheter du pain. Choix de la devise et coffre fort….pas de taxes.

        Pour les pieces, des ptites boutiques existent, achat vente prix spot, en liquide…. Celle de ma ville est en rupture totale, de mm que chez ses fournisseurs et ils ne peuvent plus servir la demande qui augmente.

        Sinon y a ebay, le bon coin (uhuh) etcetc.

        Enfin, roosevelt fit sa loi, grand bien lui fasse mais ca n’a pas si bien marche, a ce qu’on m’a dit….

    3. Je ne m’attendais pas a cette tirade contre l’Or , désolé de vous contredire quand plus rien n’a de valeur il restera toujours l’Or . Un système monnétaire sérieux s’appuiera toujours sur l’or .
      Dans le cas contraire comme aujourdhui on voit le brillant résultat .
      Un seul système monétaire a tenu 6 Siècles , il s’agit de la république de Venise et pourquoi dont ?
      Parceque sa monnaie a toujours été indexé sur l’Or . A méditer .

  13. Bon anniversaire, Monsieur Jorion.
    C’est peu dire que je suis admiratif pour votre volonté sans faille d’informer et d’expliquer dans un domaine qui est au cœur du fonctionnement de nos sociétés, et qui, paradoxalement, je le constate en permanence, échappe totalement à la grande majorité de nos concitoyens.
    La pensée ultra dominante, c’est : on a vécu au dessus de nos moyens, il faudra bien renoncer à nos « avantages sociaux », les fonctionnaires nous coûtent trop cher ; si les Grecques sont dans la mouise c’est parce qu’ils sont faignants et filous, etc…
    Monsieur Jorion, vous n’êtes pas prêt de prendre votre retraite. Merci pour tout.

  14. L’Europe des marchands ne serait-elle pas la necessaire etape vers le federalisme?

    C’est une reflexion que je me suis faites recemment sur un forum de discussion et qui m’a fait me demander si cette structure, dites liberale, de l’Europe etait destinee a imposer une orientation economique liberale a l’Europe ou plutot le seul moyen d’obtenir une integration Europeenne reelle.

    Pour etre concret.
    Vous voulez fonder une Europe federale mais vous avez en face de vous des entites (les pays) qui ont chacun leurs services publiques/para-publiques, dont l’etendue est variable d’une entite a l’autre, et de grandes entreprises publiques ou semi-publiques en situation de monopole. Le seul moyen de creer une super-entite (l’europe) est de casser les secteurs publiques de chaque sous-entite, autrement quoi que vous fassiez vous n’obtiendrez jamais d’harmonisation.

    Au temps des empires c’etait facile, on arrive, on casse tout, on dit c’est moi le chef et a partir de maintenant c’est comme ca, circulez y a rien a voir.

    Comment arriver au meme resultat sans le passage par la guerre/soumission des uns par les autres –> concurrence libre et non-faussee a tous les etages. L’issue de la competition designe les vainqueurs, une fois qu’ils sont connus ont peu s’appuyer sur eux pour refonder un secteur publique/semi-publique supra-nationnal. Bien-sur l’inconvenient est que les vainqueurs (et potentiellement leur salaries…) ont laisses des plumes dans la bataille (tout comme les fantassins de l’armee de Napoleon en leur temps). L’avantage est que les vainqueurs n’ont pas ete designes par un pays en particulier (evite les disputes) et que dans bien des cas ce seront ceux qui auront fait des alliances supra-nationales (voir les mimacs dans l’energie et les telecommunications).

    Ainsi je me demande si au lieu de taper sur la fameuse doctrine liberale de l’Europe il valait pas mieux la prendre pour ce qu’elle est ou tout du moins ce qu’elle pourrait-etre: une guerre economique destinee a cree les fondations de la federation Europeenne et preparer la suite.

    En fait plus ca va et plus j’ai l’impression que le marche libre et non-fausse interne, c’est a dire l’Europe des marchands, etait une etape absolument necessaire a la construction ‘pacifique’ d’une Europe federale/politique. Etape necessaire et non but final bien-entendu.

    1. @Morgan
      Z’avez lu Fondation d’Asimov, vous Non?
      Je voudrais pouvoir vous suivre, mais si l’objectif était celui que vous pensez, il me semble que la communication vers les peuples serait un peu différente, je ne crois pas, n’en déplaise à Attali (et à Asimov) à un groupe d’éclairés nous guidant vers notre bonheur.

      1. j’aurai plutôt dit l’empereur-dieu de dune moi : le tyran qui impose un sentier d’or pour éviter la cata (qu’on aura quand mm ceci-dit, avec l’invasion des honorées matriarches et des futars…).

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Sentier_d%27Or

        car dans fondation, je vois pas trop le coup du pacifisme toussa ? y’a harry seldon qui se défend de ses voisins grâce à la non violence. puis sa psycho histoire merde à cause du mulet… mulet qui lui mm se fait défoncer par la seconde fondation. et puis on finit par les galaxiens.

      2. Pas lu la Fondation Asimov.
        Que l’objectif soit celui que je pense ou pas, comment on fait pour faire une Europe federale sans le passage de ‘desouverainisme’ que l’Europe des marchands permet?
        On demande aux peuples?

      3. Aurel Hema, avez vous pensé deux secondes à tous les lecteurs potentiels de Fondation ? 😀
        Hein? Vous balancez trop de choses sur le bouquin, moi qui suit encore sur Anacréon et son clergé « techno ».

        Car voyez vous vu les temps actuels je me suis dit que comme contrepoint léger à la lecture (sur la plage) du « Capitalisme à l’agonie » de Paul , Fondation d’Asimov serait probablement pas mal;
        Apres 100 pages de Fondation je suis pas encore vraiment emporté ni même convaincu, à l’inverse des 100 pages de Capitalisme à l’agonie, parfaitement quoi que tristement convaincant.

        Néanmoins le bouquin est frappant à lire aujourd’hui car il fait (au moins dans les 100premiers pages du tome 1) l’apologie du nucléaire comme source d’énergie (la civilisation déchue perd cette technologie). Et ce alors que des accidents avec contamination entière de villes sont rapportés dans le bouquin (écrit en 51 il est vrai, 3MI ne se produira que 18 ans plus tard).

        J’ai l’impression que Fondation va me décevoir, je trouve la trilogie d’Hypérion (de Dan Simmons) bien supérieure. Notamment le récit du rejet par l’humanité de l’esclavage.
        Et il y a un grand souffle épique, une bonne intrigue politique et une réflexion philosophique aussi.

        PS: Paul Bon anniversaire et bonnes vacances maintenant que la Grêce et l’euro sont sauvés vous pouvez sortir votre hamac.

      4. @ hema la science fiction quand elle est bien faite (Asimov, Bradbury, etc..) sert à la réflexion, non à l’endoctrinement (Bradbury ne souhaite pas une société où les pompiers brulent des livres :), Asimov pareil, il va au bout d’une logique et démontre que la coopération avec le vivant est plus importante), sinon ils n’écriraient pas de la science fiction (ou anticipation).
        le mulet (pour aurel) sert juste à rappeler que rien n’est prévisible.
        Fondation a été écrit il y a très longtemps, Asimov ne la jamais aimer (un peu comme Poirot pour Agatha Christie).
        Mais je trouve cela amusant, beaucoup d’émotion perçut comme tel, ne sont que des planifications selon un contexte, (par exemple: c’est trop gentil fallait pas, alors que bon ça nous embarrasse).
        Je sais pas, mais j’ai cette sensation qu’Asimov n’est pas là par nécessite, mais … (en même temps c’est pas important)

    2. Pourquoi pas?
      Mais si pour atteindre ce but il faut affamer et désespérer des populations entières (sauf les plus riches!) …Je ne vois pas bien où est le but final.

      Et si pour atteindre cette Europe idéale que vous évoquez, il faut supprimer quasiment toutes les libertés individuelles, alors c’est carrément: NON!

      1. Peut-etre pour faire accepter la possibilite d’un DON et non d’un pret.
        Pour le moment l’Europe (les Allemands et les Francais) pretent aux Grecques. Dans une federation on ne prete pas on donne. Les Grecques souhaitent avidemment qu’on leur donne les Allemands non.
        Acculer entre la fin de l’Europe et l’obligation du don, les gouvernements riches d’Europe accepteront (peut-etre) le don.
        Ce jour la, s’il advient, l’Europe federale sera nee (nul doute que l’organisme qui organisera le don ressemblera a un ministere de l’economie federale) et ce sera le moment de siffler la fin de la partie pour les marchands.

      2. Ce jour la, s’il advient, l’Europe federale sera nee (nul doute que l’organisme qui organisera le don ressemblera a un ministere de l’economie federale) et ce sera le moment de siffler la fin de la partie pour les marchands.

        voyons, Morgan(pas Stanley, j’espère), comment, en ce cas, expliquez-vous l’état calamiteux des USA, les diverses faillites de divers états, la disparition quasi totale du maigre service public santé-éducation …etc…etc
        où voyez-vous un sifflage de fin de partie ?
        ( je dis ça en faisant référence à ceux qui compareraient la fédération des états unis et l’union européenne : si, si, il y a même des genious qui osent cela …)

  15. 65 ans! Mais vous êtes un gamin! Bon anniversaire!
    La retraite: il se trouve que j’ai eu la chance de travailler dans une très grande multinationale de l’informatique (coté manufacturing). La compagnie étant devenue un peu obèse et la concurrence asiatique commençant à faire mal, il a fallu « dégraisser ». Ils ont alors offert ce que nous avions appelé des « OPA « (pour Offre Particulièrement Alléchante!): une somme substantielle pour quitter l’entreprise. Avec toutefois une restriction: si vous aviez plus de 50 ans il fallait fournir un contrat en CDI ailleurs pour en bénéficier (mon cas).
    Je me suis donc trouvé dans une autre entreprise que j’ai quitté quelques années plus tard, donc en inactivité anticipée. Et très rapidement, ça m’a pesé, impression d’inutilité sociale, baisse de la pression et de l’adrénaline etc.
    Donc j’ai repris des activités en bénévole à plein temps dans une TPE (l’extrème inverse de ce que j’avais vécu) dans un job très administratif routinier (là encore le contraire de ce que j’avais fait jusqu’ici) afin d’aider cette boite à surnager. Ça m’a conduit jusque 70 ans environ. Maintenant j’ai a nouveau arrêté … et l’inactivité me pèse à nouveau(même si on devient fatigable très vite!)
    Donc, je ne peux que souscrire à votre recommandation, pour ceux qui le peuvent et le veulent de continuer à avoir une activité, rémunérée ou non.

    1. Vous avez eu en effet bcp de chance, moi je continue de ne rien faire de plus bel et je ne vois pas les journées passer, c’est mazique çà doit être ma radio activité rayonnante qui m’active. J’ai découvert une boutique de coaching à Montpazier, en Dordogne, en 3 langues svp, pour recycler les travailleurs en manque, une autre cellule psychologique, très tendance, on arrête pas le progrès. Demain je vais m’amuser avec un ami à poser 2000 tuiles sur son future toit, j’en rigole à l’avance.La théorie c’est très pratique, Debord ne savait pas planter un clou mais il plantait des idées, l’alcool a fatalement eu raison de lui,même si il avait mis de l’eau dans son vin, être situationniste(tiens même Mozzila reconnait le mot) sans le savoir, c’est magnifique, une réelle sécurité sociale..
      Petit message à Vigneron: alors on se le boit ce coup à Sainte Foy , Crapaud Rouge, qui s’ennuie dans sa pensée binaire, est d’accord, je l’ai branché, à partir du 16 Août.

  16. Bon anniversaire Monsieur Jorion!
    Bravo pour votre travail et longue vie à celui qu’on aimerait avoir comme ministre des finances!

  17. Donc j’ai repris des activités en bénévole à plein temps dans une TPE (l’extrème inverse de ce que j’avais vécu) dans un job très administratif routinier (là encore le contraire de ce que j’avais fait jusqu’ici) afin d’aider cette boite à surnager. Ça m’a conduit jusque 70 ans environ. Maintenant j’ai a nouveau arrêté … et l’inactivité me pèse à nouveau(même si on devient fatigable très vite!)
    faite du yoga et de la médittion et découvrez des choses que vous n’avez jamais faite

  18. Je suis persuadé que cette date anniversaire n’impliquera pas l’entrée du jubilaire dans l’officialité molle d’une retraite aliénante.

    Congratulations ! donc

    Mot félicitateur qui, en français, s’écrit et se prononce… quasi de manière prémonitoire :

    Qu’on gratte tous les jeunes!

  19. J’ai tout compris grâce à vous, je vais aller acheter des nouilles au lieu de l’or et de l’argent. La meilleure façon de marcher c’est encore la nôtre et la route est si longue qu’elle n’en finit pas, sacré TINA. Je vais aussi relire Burglar Bill çà pourrait être utile, l’avez vous lu à Théo ?
    http://www.regard.eu.org/Etudes.bibliques/Messages.jmr3/Passons_vers-25.html
    Bon anniversaire QUAND MÊME et surtout ne prenez pas de vacances, on a besoin de vous plus que jamais.

    1. si les spéculateurs vous lâchent la nouille, vous serez perdant.

      en fait, je crois que son message est : prenez les choses comme elles viennent, ne vous préoccupez pas de vos biens matériels, car si les spéculateurs vous attaquent, vous serez perdants (cf : GS qui a fait chuter l’argent papier de 30% en 1 minute).

      et proposons aux élites de bien vouloir se serrer la ceinture, si elles le veulent, mais comme ce sont des gens censés, ils changeront les choses pour de bon parce qu’on leur aura gentiment proposé (l’histoire d’ailleurs nous a prouvé maintes fois que les élites choisissent toujours la meilleure solution pour les peuples, lorsque leur système en cours se casse la gueule).

      et comme disait vigneron, après, suffit que les gens votent enfin pour les bonnes personnes et le monde sera transformé en bien.

      je suis extrêmement optimiste et confiant pour l’avenir après cela, moi. pas vous ?

      1. Vous oubliez les bonnes vieilles traditions européennes, comme celle des boucs émissaires par exemple. Quand je vois les délires de bon nombre de gogols sur l’assistanat, je me dis qu’ils pourraient bien sacrifier les plus faibles, histoire de calmer les classes moyennes, et leur faire croire que ça suffira pour sauver leur peau.

  20. Joyeux anniversaire

    La meilleure vidéo de votre site. Je crois que vous avez fait en fait une synthèse de la situation et un résumé de votre site de manière très claire et très compréhensible. Votre analyse du problème des retraites est particulièrement pertinente, je ne l’avais vu et compris comme cela, et m’a bien éclairé.

    Ce n’est qu’un avis, mais cette vidéo mériterait d’être mise en exergue sur le site en permanence

  21. Bon Anniversaire Mr Jorion 😉

    Deux remarques à propos de la video du jour.

    Pour l’ Or comme d’autres intervenants l’ont dit, il ne s’agit pas de spéculer, je pense que nous n’avons pas les moyens en grande majorité pour le faire, mais de se prémunir un tant soit peu de la crise qui ne va pas manquer d’arriver.

    Avec une dévaluation de fait de la « monnaie papier » depuis la crise, l’or reste une valeur sûre.

    Nos posts révolutionnaire demandaient aux « bons citoyens » de dénoncer quiconque avait de l’or et ne voulait s’en séparer pour de la monnaie en échange.

    Pour la retraite, il n’y a pas que les activités fatigantes qui rentrent en ligne de compte mais aussi l’aspiration de chaque individu qui peux être plus « productif » pour la société en ayant une activité non rémunérée et ceci à tout âge.

    Bien à vous

    1. Pour l’ Or comme d’autres intervenants l’ont dit, il ne s’agit pas de spéculer, ……, mais de se prémunir un tant soit peu de la crise qui ne va pas manquer d’arriver.

      Il existe, à un certain degré de difficulté, un truc beaucoup plus efficace pour survivre que l’or…Cela s’appelle : La Solidarité…
      Et ça marche…Vous verrez…

    2. @pierrot123

      L’humanisme a ses limites … ensuite on touche à la grande naïveté. Et oui le monde n’est pas un idéal mais une dure réalité vous verrez dans quelques années.

      1. @peter
        pierrot 123 a au moins envie que les choses changent. La solidarité ça marche dans certaines familles, dans certains villages, dans certaines sociétés, alors pourquoi pas à une plus grande échelle si c’est l’intérêt de tous? Un jour il faudra peut-être avoir un fusil pour défendre son potager ou son jerrican… en attendant on peut essayer autre chose! Le pire n’est jamais sûr!

  22. Bonjour,

    Bon anniversaire Mr JORION . Continuez longtemps , nous avons besoin de votre savoir pour tenter de comprendre cette situation économique . Merci également à Mr François LECLERC pour ses réflexions et ses brillantes analyses .
    Au plaisir de vous lire encore très longtemps , cordialement

  23. Concernant l’aspiration à la retraite, il faut faire la différence entre le travail contraint et le travail épanouissant.
    Je ne crois pas me tromper en disant que pour la majorité des travailleurs ils vivent dans un contexte de travail contraint, et une minorité, souvent celle qui a les rênes et les meilleures rémunérations vit une réalité de travail épanouissant.
    Partant de là il n’est point difficile de comprendre que les premiers n’ont pas envie de faire durer le « plaisir » trop longtemps, et les seconds par contre s’accrochent souvent le plus longtemps possible à leur siège.
    Donc reporter sans cesse l’âge de départ à la retraite, et augmenter sans cesse le nombre d’années de cotisation est une mesure authentiquement réactionnaire de la part de la classe dirigeante et qui plus est perverse. En effet ces réformes visent à préparer le terrain à la retraite par capitalisation, qui pour le coup est une arnaque pour le plus grand nombre, dans le contexte d’inégalités inouïes des conditions des uns et des autres. Il n’est qu’à voir ces gens qui se retrouvent sans pension aux USA, comme conséquence de la crise financière en cours.
    Ce qui est important dans la vie, en amont de tout, c’est de pouvoir donner du sens à ce que l’on fait. Malheureusement trop souvent l’activité est automatisée et dépourvue de tout sens. Mais c’est effectivement voulu par la nouvelle « féodalité des marchands », qui n’ont pas besoin de gens qui pensent, mais de gens qui exécutent. Tout comme l’on ne demande pas au soldat de penser mais d’obéir.
    Pour en revenir aux papes du néo-libéralismes dont le fameux Von Hayek, ils considéraient que : « La planification économique coïncide avec l’émergence du fascisme, du communisme, et nuit gravement aux libertés individuelles. ».
    Il est clair que cette approche ne peux que conduire à ne conserver que les fonctions régaliennes de l’ Etat, et encore…
    Il faut se demander: cela nuit gravement à la liberté individuelle de qui ?
    En effet comme disait je ne sais plus qui: « Entre le faible et le fort c’est la liberté qui opprime et c’est la loi qui libère. »
    Ce débat ne prendra jamais fin et je m’étonne que la gauche démocratique ne le porte pas davantage, ainsi que celui pour l’économie mixte. En effet à mi-chemin entre collectivisme étouffant, et libéralisme débridé, il y a l’économie mixte.
    Economie basée sur la complémentarité des secteurs publics et privés, et qui n’a pas pour objectif que l’un écrase l’autre.
    Pour faire simple, tout ce qui relève du bien commun devrait être et si possible géré, dans et par la sphère publique, tout ce qui n’en relève pas (1) devrait être et géré, dans et par la sphère privée.
    Le bien commun ce sont par exemple l’eau, les infrastructures qui sont utilisées par tout le monde: plus généralement tout ce qui est utile à tout le monde, qui gagne a être planifié, et qui demande souvent des investissements lourds. Au privé tout ce qui est en général plus adapté à un contexte de concurrence, comme faire des voitures, des machines à laver, les activités de commerce et d’artisanat: plus généralement tout ce qui relève de l’activité marchande et qui demande des investissements souvent plus légers. Mais surtout ne pas mélanger les genres et tout « marchandiser » comme le font aujourd’hui les vampires néo-libéraux: ne pas faire de l’eau une marchandise, ne pas faire de la santé (et du corps) une marchandise, ne pas faire de l’enseignement une marchandise etc…
    En fait retrouver le sens du sacré, qui a été tué sciemment par les idéologues du néo-libéralisme, afin de pouvoir tout mettre sur le marché.

    (1) je sais bien que dans la réalité on ne peut faire aussi simple et qu’il y aura toujours des divergences sur ce qui relève du bien commun ou pas: il y a toujours des cas limites. Dans un système politique démocratique ce doit être, in fine, au peuple de trancher après avoir été informé dans le cadre d’un débat de qualité.

    Sur ce:
    Un Bon Anniversaire au maître ce ces lieux!

    1. En fait retrouver le sens du sacré, qui a été tué sciemment par les idéologues du néo-libéralisme, afin de pouvoir tout mettre sur le marché.

      Vous n’avez rien compris. Nous vivons dans des sociétés de Marché, et non avec marché. Marché Tout Puissant, authentiquement sacralisé – avec idolâtrie du Veau d’Or si vous voulez – avec théologie, saintes écritures, grands prêtres, transcendance, révélation, dogmes, grands messes, Pères de l’Église, foi du charbonnier, guerres saintes, rituels, hérésies et tout l’bazar. Rien de neuf là d’dans. Du sacré, toujours du Sacré, encore du sacré, Sacrebleu !

      1. Vous n’avez rien compris

        D’abord merci pour votre remarque à l’emporte pièce!

        Ne jouons pas sur les mots, le Veau d’Or et tout ce qui va avec ce n’est pas le « sens du sacré » auquel je me réfère. Tout cela est plutôt à rapprocher de l’adoration du Dieu Moloch Prince de l’Enfer et les prêtres de ce culte aux marchands du Temple, dont les étals avaient été renversés par Jésus.
        Quand je parle de « sens du sacré » c’est au sens du respect qu’avaient les populations primitives – au bon sens du terme – pour la nature et pour la vie, je pense en particulier aux populations amérindiennes. Et à cette phrase:

        « C’est seulement lorsque l’homme blanc aura détruit la forêt entière,
        lorsqu’il aura tué tous les poissons et tous les animaux et asséché toutes les rivières, qu’il s’apercevra que personne ne peut manger l’argent. »

    2. En effet comme disait je ne sais plus qui: « Entre le faible et le fort c’est la liberté qui opprime et c’est la loi qui libère. »

      « Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime, et c’est la loi qui affranchit ».
      Henri Lacordaire… 52e Conférence de Notre-Dame, 1848.

      A apprendre par coeur, et citer sans relâche…

    3. @joan,
      Et la main invisible, celle qui est censée assurer le bien être commun si chacun suit son intérêt personnel, elle est pas sacrée?

      1. @chris06
        Vous ne pensez pas que cette SACRE main invisible vous être en train de la prendre en pleine gueule?

    4.  » Ce qui est important dans la vie, en amont de tout, c’est de pouvoir donner du sens à ce que l’on fait.  »

      … disait Sartre en regardant sa racine un peu étrange. Il n’avait pas vu que si l’existant manque de sens, le langage lui-même est un spectre sans réalité, – lui trop bien rassis et protégé à l’intérieur du langage et de la pensée. Le mot « arbre » était pour lui la chose la plus sûre, remplaçant allègrement le réel arbre, qui n’est qu’une collections de végétaux ligneux variés à l’infini à un moment donné.

      Le messager :

      J’étais de garde en haut de la colline,
      J’ai regardé Birnam, et, là, j’ai cru
      Que la forêt se mettait à bouger.

      Les arbres n’existent pas, les mots sont des leurres, la pensée est un marécage hanté.

      1. « Les arbres n’existent pas, les mots sont des leurres, la pensée est un marécage hanté ».
        Très, très triste votre histoire, mais dans ma petite caboche lorsque je dis que mes intestins
        se tordent de douleur : mes douleurs existent, mes mots ne sont pas des leurres, ma pensée
        est limpide. Suis-je si atteinte docteur ?

  24. Bon anniversaire 😉

    L’or est il spéculatif actuellement ? Au sens où les acteurs de la finance peuvent jouer sur les cours à la hausse où à la baisse. Personnellement je ne le crois pas vraiment. Pourquoi ?

    Parce que l’or est en quantité limitée et qu’il n’est pas si simple d’en acheter et d’en revendre « réellement ». La spéculation sur l’or se fera donc plus « virtuellement » sur les « certificats or ». Un bout de papier qui indique que vous possédez bien cet or quelque part dans un coffre. (il suffit d’y croire)

    Selon mes informations (sont elles exactes je ne le sais pas) il y aurait 45 fois plus de certificats or que d’or réel dans les coffres… Autant dire que sur les certificat or le réveil pourrait être difficile un moment donné.

    L’or ou l’argent redeviendra un unité de mesure si le système s’effondre… ces deux matières sont bien plus que de simples objets spéculatifs. Elles sont la « valeur réelle » lorsque les « valeurs virtuelles » sont balayées par le réel.

    L’or n’est donc pas qu’un objet spéculatif, c’est aussi la valeur en dernier recours.

    Faut il que tout le monde achète de l’or en ce moment ?
    Cela précipiterait le faillite du système, le cours de l’or flamberait indiquant un vent de panique général (bien plus important qu’actuellement), mais mais mais… le problème est qu’à mon sens il n’y a pas assez d’or pour tout le monde car ce métal est rare.

    Lors de la crise de 1929, quatre ans plus tard le président des USA, en 1933 réquisitionnait tout l’or des particuliers (à un prix très bas et non négocier) pour renflouer les caisse de l’état en faillite. Le commerce de l’or fut alors interdit jusqu’en 1974. Le gouvernement Français voulut faire de même à l’époque avant d’y renoncer. On voit bien que l’or est la valeur en dernier ressort lors d’une crise économique majeure…

    Donc non, monsieur Jorion, à ce jour l’or et l’argent ne sont plus seulement des matières premières spéculatives, mais deviennent pour de nombreuses personnes une valeur réelle en dernier recours, lorsque « l’argent dette virtuelle » noie l’économie dans le surréalisme.

    Tant que les politiques manqueront de créativité et d’imagination pour réinventer un système qui sécuriserait les peuples et non pas les banques, le système actuel sera condamné à couler dans sa dette, et les matière première à flotter à la surface comme les bouées de sauvetage du Titanic.
    L’achat de matière première par des particuliers est une catastrophe pour le système actuel, c’est le retour à l’individualisme (du sauve qui peut) mais notre système économique actuel n’était il pas déjà le règne de l’individualisme… au service finalement des plus puissants.

    L’achat de matière première en retirant les liquidités de l’économie réelle aux banques, les tuent pour de bon, car 1100€ retiré pour acheter une once d’or c’est probablement 11000€ ou plus par effet levier que la banque doit honorer en encours.
    Acheter des matières première actuellement c’est noyer un peu plus les banques dans leur dette et leur finance délirantes.

    Alors faut il s’énerver ou se moquer de ceux qui se tournent vers l’or et l’argent actuellement, et se détournent d’un système que ne les protègent plus depuis longtemps au profit d’une minorité qui possèdent pratiquement tout ?
    Faut il s’énerver de ceux qui retirent aux banques le peu de réalité qu’il leur reste pour les laisser dans le néant qu’elles se sont fabriquée depuis la deuxième guerre mondiale en détricotant toutes les lois qui empêchaient une nouvelle crise de 29 (Glass–Steagall Act)

    On peut s’énerver de ce que les banques et les politiques ont fait année après année, mais pas de ceux qui ont compris quelques choses finalement.

    Quand l’économie virtuel s’effondre, celle des chiffres insensés, il reste l’économie réelle, celle qui pèse sont poids d’or ou d’argent.

      1. L’or a ceci d’amusant qu’il peut flotter comme une multitude de bouées autour du Titanic ou même voler* comme quelques parachutes dorées au dessus des banques… les circonvolutions de l’histoire décidant de sa forme idéale, au moment opportun 🙂

        * le verbe « voler » pouvant posséder plusieurs sens à proximité d’une banque.

    1. nan il s’énerve pas pour les gens qui achètent de l’or ou quoi… il s’énerve de recevoir des mails lui demandant conseil sur l’achat d’or.

    2. Bonne analyse

      Je ne suis pas d’accord avec Mr Jorion quand il parle de spéculation sur l’or. Ainsi, je ne crois pas que les particuliers qui achètent de l’or physique fassent de la spéculation. C’est au contraire un achat à long terme pour s’assurer une certaine sécurité à la manière d’un bien immobilier.
      De toute façon, on voit fleurir un peu partout des entreprises qui rachètent l’or physique donc il me semble que la population a plutôt tendance à vendre plutôt qu’à acheter de l’or (ou de l’argent) physique.
      Si quelqu’un a quelques économies, que va-t-il en faire ?
      – Les laisser pourrir sur son compte bancaire ?
      – Investir en bourse et participer au système sans parler des risques ?
      – Acheter des objets inutiles ?
      – Acheter un terrain, un appartement, une maison avec ses 1000€ ?
      – Faire un cadeau d’anniversaire à Mr Jorion ? 😉

      1. L’or n’est pas une matière première (ou très peu, son utilisation dans l’industrie est minime), c’est une monnaie, et surtout indépendante des États. Il y a bien sûr des spéculateurs (professionnels) sur l’or comme sur tout mais ça ne concerne pas les particuliers qui visent le long et très long terme. Contre une monnaie papier basée sur la confiance, dollar, euro, action, et même « certificat d’or-papier », l’or physique est toujours gagnant à très long terme.
        A remarquer que l’or est à son plus haut depuis 30 ans, à cause d’une part de la prospérité de l’asie qui en achète beaucoup, d’autre part du délitement des économies occidentales, en perte de vitesse pour ne pas dire au bord de l’effondrement. Ce n’est pas près de changer. Ce qui n’empêche pas les hauts et les bas.
        Pour ceux qui veulent conserver de la quasi-monnaie liquide qui ne soit pas en papier, et sans souci de spéculation, les pièces en or et argent sont une très bonne solution.

    3. @Mathias

      Vous voyez certains points, discernez moins bien d’autres.

      Ce que dit Paul ce matin à propos de l’or me surprend un peu car, il ne se goure pas complètement souvent. Il était tôt on lui pardonne, et c’était surtout pour répondre quelque chose à propos de ces questions à la con.

      Sur ce que vous dites, acheter de l’or, n’est pas acheter des reconnaissances en papier pour le payement en or, c’est acheter le métal qu’on va tenir dans la main, puis enterrer, sinon ça sert à rien. Une reconnaissance de dette est une arnaque quelque soit la dette. Et en particulier dans un monde où le sens de l’honneur et de la responsabilité ont disparu.

      Je déteste cette perspective, puisque cela revient à jouer soi, contre les autres. Néanmoins, « argent mode d’emploi », « monnaie mode d’emploi », vous ressortez votre or dans 20 ans, dans 100 ans, il sera accepté.
      Vos actuels Euros ou Dollars, devinez quoi par rapport à leur pouvoir d’achat.

      Il n’est pas sur l’or, de poids spéculatif donné par les banques, qui compte ( surtout à la baisse, qui ne peut pas marcher pour tout ). Ca va booster … ou plutôt, pas vraiment perdre.
      Donc ceci devient un choix personnel. Lorsque le système sera bien rincé, après quelques passages d’inflation, comment reconstruit-on ? En ressortant son or pour se payer le service de quelques jeunes esclaves ? Ou en reconstruisant avec les autres ?

      Malheureusement, la monnaie or a toujours eu du crédit, et ce n’est pas près de s’arrêter. Et le choix, lorsque l’on a des économies, de subir le sort de tout le monde, ou de se montrer plus malin afin de prendre une position de domination dès que possible, c’est justement le choix qu’on doit faire maintenant, pour la cohérence de l’ensemble de l’humanité et des relations que l’on doit bâtir.

      En résumé, soyons réalistes et continuons de niquer les autres à l’opportunité. Soyons visionnaires et gagnons du temps sur l’avenir, en comprenant que celui-ci n’est de toute manière pas le chacun pour soi. Le choix confortable du petit futé est le premier, c’est sûr !

      1. @Barbe-toute-bleue

        Lorsque le système sera bien rincé, après quelques passages d’inflation, comment reconstruit-on ? En ressortant son or pour se payer le service de quelques jeunes esclaves ? Ou en reconstruisant avec les autres ?

        Je n’oppose pas les vos propositions de sorties de crise pour ma part, pour reconstruire il faudra à la fois « les autres » et « ressortir l’or ».

        J’entends bien que la solidarité est la clé et je suis bien d’accord sur ce point avec ou sans or, la solidarité est une véritable force historique pour sortir du néant.

        Pour rester sur ce concept de solidarité mais version « politique » cela donne cette semaine un véritable télescopage qui en dit long sur la suite des événements. Voyons donc ces deux infos dites de « solidarité ».

        Cette semaine le gouvernement décide d’augmenter la dette de la France de 15 milliards d’euro pour venir en aide à la Grèce par « solidarité » (pour venir en aide aux banques Françaises engagées sur la dette Grecque surtout, mais il ne faut pas le dire)

        Cette semaine le gouvernement décide de réduire la subvention du samu social de Paris destiné au plus miséreux… son fondateur Xavier Emmanuelli démissionne.

        Deux décisions de solidarités importantes la même semaine.

    4. Mathias , je pense également comme vous , Paul vous m’avez un peu déçu avec votre réaction sur l’Or .
      Effectivement nous ne spéculons pas nous essayons seulement de sauver ce qui peut encore l’etre de nos économies afin que demain dans le grand merdier qui se prépare nous puissions nourrir nos enfants et nos petits enfants .

      1. Alexandre Dumas, Les trois mousquetaires, Le mousquetaire solitaire, « un pour lui, tout pour lui. »

        Rien de tel qu’un mousquetaire déçu. Vive l’or ! 1600 $ ? Une aubaine ! Achetez !

      2. Si vos enfants sont assez grands pour vous faire des petits enfants, c’est qu’ils sont assez grands pour nourrir eux-mêmes leurs enfants, vous ne croyez pas?

  25. Dès l’abord : bon anniversaire mon jeune ami (vous avez donc 5 ans puisque la vie commence à 60 ans, comme disait M. Clemenceau ?).

    M. Clément Marot disait « tout vient à point à qui sait attendre ». N’est-ce pas une des citations les plus toxiques produites (inconsciemment) par le bruit de fond de l’idéologie castratrice imposée par les puissants ?
    Dans la série « souffrez sur terre et le paradis des vers vous appartiendra ».
    Ou même « Carpe Diem », à l’intention des court-termistes.

    Merci pour tout, quoi qu’il en soit.

  26. Alice rencontre bien des personnages dans ses périples au Pays des Merveilles, en particulier celui qui ne veut pas qu’on fête son anniversaire, mais bien tous ses non-anniversaires tous les jours de l’année sauf un.

    Dans notre monde supposé réel – des tas de mystiques, de philosophes, de savants, de poètes (ces voyants) nous en proposent des définitions arrachées à leurs efforts pour l’explorer, ce qui ne l’empêche pas de se tortiller pour échapper à leurs tortures ou à leurs caresses – dans notre monde réel dis-je, je crois qu’il serait bon d’appliquer la règle du non anniversaire à toutes ces commémorations qui nous invitent à nous rappeler, ponctuellement, que le monde est parsemé de problèmes et de dangers.

    Il y a l’année de la femme, l’année de l’enfant, la journée mondiale du sida, le jour où il faut penser à tous ceux du quart monde avec ATD Quart Monde (encore qu’il faudrait qu’on se fasse des idées plus adéquates sur la nature de la misère qui prend, dans ses métamorphoses, plein de formes et peut se manifester aussi bien chez les plus nantis que chez les plus démunis), la journée de ci, la journée de ça, la journée proposée pour la commémoration de la fin de l’esclavage, à la fin desquelles, obole ou cri du coeur donnés, on peut s’endormir, repus, au fond du lit ou devant quelques scories de la télévision.

    Il serait temps de faire une grande manifestation au profit des non-anniversaires :

    – qu’on se souvienne, tous les jours, sauf un, que des femmes subissent dans le même temps des violences inacceptables.

    – qu’on se souvienne tous les jours, sauf un, que des enfants sont exploités ou martyrisés, qu’on se souvienne tous les jours, sauf un, que des hommes sont massacrés au nom du profit ou d’une race problématique.

    – qu’on se souvienne tous les jours, sauf un, que nous vivons dans un monde incertain, que nous sommes objets de ce monde avant d’en être de frêles sujets, au même titre que la fleur dans le jardin ou l’uranium dans son antre, et qu’il serait grand temps d’en prendre une conscience durable et d’élaborer de plus en plus d’agitations coordonnées vers l’éradication des puissances nuisibles qui nous gouvernent.

    Et quand nous nous reposerons de cette remise en cause de tous les jours sauf un, pendant ce un, il nous sera permis de sommeiller, de rêvasser, de nous saouler, de nous suicider peut-être, enfin de créer de la réalité à insuffler de force, le lendemain, à des réflexions et des luttes vitales.

    Bons non anniversaires Paul Jorion !

    :

    1. Sympa de nous rappeler quelques bonnes idées de l’excellent Lewis Carroll, le seul prof de maths que j’aurais aimé avoir .

  27. Bon anniversaire Mr Jorion !
    et merci de rendre simple les choses qui ns paraissent compliquées.

    J’ai failli acheté de l’or… et puis je me suis dit a quoi bon… la spéculation est un système tourné vers soi…a quoi bon sauver sa peau sans celle des autres….

  28. un teaser pour deus ex : human revolution

    http://www.nofrag.com/2011/jul/22/38400/

    et une pub pour une opération des yeux :

    http://www.clvr.fr/index.php?rubrique=276

    – L’IMPLANT INTRA OCULAIRE : cette technique consiste à placer la correction optique à l’intérieur même de l’oeil en conservant ou non le cristallin naturel.

    – Le PRELEX : technique consistant à changer le cristallin naturel et à placer un implant multifocal permettant la récupération visuelle tant de loin que de près.

    – Le PRELEX OPTIMISE : technique la plus aboutie consistant à apporter la multifocalité (vue de loin et de près ) par une lentille intra oculaire et à ajuster parfaitement la réfraction par un traitement au laser complémentaire au niveau de la cornée.

  29. Bonjour Monsieur Jorion,
    Je n’ai jamais posté de commentaire. Pourtant, je vous lis (et je vous écoute le vendredi) régulièrement. J’ai 70 ans et, grâce à vous et à votre blog, je me console en me disant que je ne mourrai pas idiot.
    Je vous écris exceptionnellement aujourd’hui pour vous souhaiter longue vie et vous encourager à poursuivre votre oeuvre salvatrice.
    Mohamed Khémissi

  30. Joyeux anniversaire, Monsieur Paul, et toute cette sorte de chose 🙂

    Devinez le livre que j’emporte en vacances ?  » Le prix ». Eh oui.
    J’emporte aussi un Conan Doyle et le Général Dourakine.

    Bonnes vacances.

  31. Jorion, tu finis par ressembler à un curé, à force de dire et redire la vérité…
    Et c’est pour ça qu’en vieil agnostique, je t’aime bien…

    Cela dit, excellentissime, cette vidéo…
    A conserver pour les générations futures : « Hein…est-ce qu’il avait pas plus qu’un peu raison, not’ Père Jorion..!  »
    En attendant, et en musique: http://www.youtube.com/watch?v=glNjsOHiBYs

  32. Monsieur Jorion, je vous souhaite un très heureux anniversaire et encore beaucoup de billets pour notre grand plaisir.
    Je poste rarement des commentaires, mais je vous lis depuis octobre 2008, date à laquelle, j’ai perdu une grande partie de mon assurance-pension, mais « plaie d’argent n’est pas mortelle » il y a bien d’autres valeurs plus essentielles et grâce à vous, je comprend mieux comment fonctionne le monde. En cadeau, une petite rétrospective de notre grand artiste disparu…

    http://www.youtube.com/watch?v=9hBLF2Sw7FE&feature=related

  33. Est-ce que l’horizon serait plus court d’un côté que de l’autre?
    Il faut toujours se placer au milieu de sa vie et cela ouvre l’horizon.
    Quand tu perds de vue la côte, l’horizon est immense et quand tu reviens au port, quel port? pour y revenir il y a les amères, les amères sont des repères. Cette immense navigation se perpétue au fil des générations.
    la mère est un re-père de brigandins de toutes sorte, nos limite nous brident, mais il faut toujours, malgrès tout, rester au milieu de sa vie et cela sans se faire entacher de tout-ceux qui te disent c’est ainsi, c’est la vie.
    Bon anniversaire Paul Jorion.

  34. Comme Jacqueline, les anniversaires ne sont pas mon genre. Je te souhaite tout de même de tenir bon. Salut chez toi Paul !

    加油

    Papillon

  35. Bon anniversaire M Jorion de Fontaine l’évêque à …Vannes, en passant par Ixelles et bien d’autres lieux à travers le monde.Chaque jour qui passe vous donne un peu plus raison.

  36. à propos de l’économie politique,noter que vous rejoignez l’analyse et critique de ROSA LUXEMBURG dans son introduction à la politique

  37. Bon anniversaire!
    Il se passe des choses inquietantes en arriere-plan. A surveiller!

    L’International Swaps and Derivatives Association (ISDA) a annoncé vendredi avoir fixé au 28 juillet la date de l’adjudication des Credit Default Swap (CDS) liés à Bank of Ireland, après avoir estimé que cette dernière avait subi un événement de crédit.
    Selon l’ISDA, chargée de décider de la survenance de tels phénomènes, l’événement de crédit s’est produit lorsque Bank of Ireland a finalisé ce mois-ci une offre visant à racheter environ 2,6 milliards d’euros de dette subordonnée Tier 1 et Tier 2 avec une décote pouvant atteindre environ 90%.
    Un événement de crédit se produit lors d’un défaut de paiement, le non-respect des modalités liées à un emprunt obligataire ou lorsque l’on doute des capacités d’un émetteur d’honorer le service de sa dette.

    L’agence de notation internationale Fitch a estimé vendredi que la participation du secteur privé au nouveau plan de sauvetage de la Grèce sera considérée comme un défaut de paiement du pays.
    Cette position était attendue. Après des semaines de négociations et de tensions, les dirigeants de la zone euro sont finalement tombés d’accord jeudi sur un nouveau plan de sauvetage de la Grèce de 109 milliards d’euros. Ils ont aussi décidé de renforcer le fonds européen de stabilité financière (FESF) pour en faire un instrument préventif contre les crises.
    Ce nouveau plan d’aide, mis en oeuvre par les 17 pays de la zone euro et le FMI (Fonds monétaire international), vient s’ajouter à celui de 110 milliards d’euros déjà accordé à la Grèce en mai 2010.
    Dans ce cadre, les banques et les investisseurs privés contribueront à hauteur de 50 milliards d’euros, par le biais de roulement, d’échange ou de revente d’obligations souveraines grecques.

    (voir les flash du figaro aujourd’hui)

  38. Fitch va placer la note de la Grèce en défaut partiel

    L’agence de notation franco-américaine Fitch Ratings a annoncé qu’elle allait placer en défaut partiel la note de la Grèce au lendemain d’un nouveau plan d’aide européen de près de 160 milliards de dollars destiné à sauver Athènes de la faillite. L’agence, qui juge « important » et « positif » l’accord conclu par les pays de la zone euro pour contenir la crise de la dette secouant l’Union monétaire, précise qu’Athènes fera défaut sur ses anciennes obligations, selon ses critères. En effet le nouveau plan de sauvetage implique une contribution des créanciers privés, qui vient modifier les termes initiaux de leurs prêts.

    agences

    1. Les taux grecs 10 ans baissent de 12 % dans la journée á 14 % contre 16 jeudi. Les taux à deux ans baissent de près de 20 % à 26,3 contre 32,2. Fitch peut chipoter, la valeur des titres grecs est bougrement à la hausse…

  39. Bonjour Mr Jorion,

    Bon anniversaire et merci à vous, Mr Leclerc, Julien et tous les intervenants pour la qualité de ce blog.

    Bon week-end à tous.

  40. Bon anniveraire, Monsieur Jorion.
    Je ne visite ce bloc qu’occasionellement, mais je le trouve intéressant – il propose un autre vision de l’économie.
    En revanche, j’ai des problèmes à recevoir vos vidéos, alors que je n’ai jamais de problèmes avec ca ailleurs. Le déroulement de la transmission est extrêmement haché, ce qui rend une audition insupportable. Il arrive aussi que votre site n’est pas « available ». Pour couronner le tout, le système de sécurité de mon ordinateur se met en marche, mais il faut ajouter qu’il a tendance, de temps à temps, à surréagir.

  41. Joyeux Anniversaire ,entouré de votre épouse,de votre benjamin,de vos proches.
    Vous travaillez encore et encore,associé à F. Leclerc et quelques autres :
    Merci à vous,merci à tous=
    Bouffées d’espoir chaque jour renouvelées.en ce magma puant généré par ceux qui,pour encore un temps,sont aux commandes.
    « La Vérité vous rendra libres » (La Bible)
    Vous y contribuez très largement.
    Bonnes vacances aussi.

  42. Êtes-vous toutes et tous prêts pour les manifs à venir ?

    http://militantvibes.com/mv/sarko-donne-un-permis-de-tuer-aux-forces-de-lordre

    Sarko donne un permis de tuer aux forces de l’ordre

    « Dur à croire mais pourtant vrai. Le 1 juillet 2011, notre cher président a réformé les autorisations d’utiliser des armes à feu pour la Police et la Gendarmerie. Pour un sujet si sensible, vous imaginez bien que le gouvernement est passé par un projet de loi soumis à l’assemblée nationale ? Et bien non. En toute discretion le premier ministre François Fillon, le ministre de l’intérieur Claude Guéant et le ministre de la défense Gérard Longuet ont eu recours à un décret. Celui ci prend effet immédiatement, leurs signatures faisant autorité. Révolté ? Vous n’avez pas fini, car en réalité cette réforme pourrait viser plus précisément les mouvements politiques que la criminalité…
    Allons un peu plus dans le détail. Ce décret concerne tout fonctionnaire d’état en charge de préserver l’ordre public. Jusque là les forces de polices pouvaient user d’arme à feu seulement lorsque des violences ou voies de fait sont exercées contre les forces de l’ordre (article 431-3 du code pénal). En gros en cas de légitime défense.

    Mais notre superbe décret n°2011-795 prépare un contexte de loi martiale. Il définit le matériel utilisable par les autorités lors du maintien de l’ordre public. Pour comprendre cet usage il faut lire l’alinéa 4 de l’article 431-3 du code pénale qui cite les situations où la police use de la force. A la première mention liée à la légitime défense des forces de police, s’ajoute celle ci “ou lorsque la force publique est dans l’impossibilité de défendre autrement le terrain qu’elle occupe”. Cette loi définissant les réactions des autorités lors de rassemblements sur la voie publique, on peut y intégrer les manifestations et autres contestations sociales. La nouvelle arme intégrée au décret est la suivante : un fusil à répétition de précision de calibre 7,62 × 51 mm.
    Vous êtes informés : la loi permet maintenant aux forces de police de tirer à balle réelle lors de manifestations où elles n’arriveraient pas à disperser ou faire reculer la foule. Quand on voit qu’avec seulement une lacrymo certains policiers ont la gachette facile face à la panique, et si on ajoute le fait que Sarkozy compte remplacer de nombreux policiers par des auxiliaires de police sous qualifiés, on est parfaitement rassuré… Joyeuse démocratie à tous.

    Article réalisé par Djezz »

    1. Citation de Maître Eolas:

      « La police ne peut pas tirer à balles réelles sur des manifestants depuis le 1er juillet 2011. Elle le peut depuis le 23 octobre 1935. »

      cf décret-loi du 23 octobre 1935

    2. A Papillon et à propos de l armement de la police autorisée à tirer à balles réelles sur d éventuels manifestants ….. et bien gouverner c est prévoir ! L escalade ….

  43. Bon anniversaire, cher Paul , et un message d’espoir venu du Venezuela

    Message du Président Hugo Chávez au Peuple Vénézuélien
    http://fr.cubadebate.cu/opinions/2011/07/01/message-du-president-hugo-chavez-au-peuple-venezuelien/ .

    Hugo Chávez Frías
    Président de la République Bolivarienne du Venezuela

    J’attends beaucoup du temps. Son immense ventre contient plus d’espérances que d’expériences passées et les événements à venir seront supérieurs à ceux du passé.” Simon Bolivar.

    Le temps et ses rythmes, le temps et ses mandats, le temps et ses desseins, tel que le signale le livre de l’Ecclésiaste, me fait lire cette communication à la Nation vénézuélienne et à l’opinion publique internationale qui, je le sais, ont été très attentives à l’évolution de ma santé qui a commencé, il y a quelques semaines, à se dégrader de façon évidente.

    Après l’excellente visite que nous avons faite au Brésil et en Équateur entre le 5 et le 7 juin dernier, nous sommes arrivés à Cuba, solidaire comme toujours, pour conclure le voyage par la révision et la signature de nouveaux accords de coopération. Je dois reconnaître qu’en ce qui concerne ma santé, je n’avais prévu qu’un examen du genou gauche, presque rétabli de cette lésion du début du mois de mai.

    Tout au long de ma vie j’ai commis une de ces erreurs que l’on pourrait classer dans cette catégorie qu’un philosophe a appelé « erreurs fondamentales » : négliger ma santé et en plus, être très réticent aux examens et traitements médicaux. Sans aucun doute, c’est une énorme erreur fondamentale. Et surtout de la part d’un révolutionnaire ayant quelques modestes responsabilités comme celles que la révolution m’a imposées depuis plus de 30 ans.

    Cependant, à La Havane, en fin de soirée du mercredi 8 juin, nous étions de nouveau là avec Fidel, avec ce géant qui a déjà dépassé tous les temps et tous les lieux. Cela n’a sans doute pas été difficile pour Fidel de se rendre compte de certains malaises, au-delà de mon genou gauche, que j’avais essayé de dissimuler depuis plusieurs semaines. Il m’a interrogé presque comme un médecin, j’ai avoué presque comme un patient. Et cette nuit même, tout l’immense progrès de la médecine que la révolution cubaine a réalisé pour son peuple et pour une bonne partie du monde, a été mis à notre entière disposition et un ensemble d’examens diagnostiques ont été effectués.

    C’est ainsi qu’une étrange formation dans la région pelvienne a été détectée, pour laquelle une intervention chirurgicale d’urgence a été nécessaire étant donné le risque imminent d’une infection généralisée. Elle a été réalisée le samedi 11 juin, très tôt le matin, quelques heures avant le communiqué qui a été lu au pays et au monde et qui a provoqué tant de manifestations de solidarité, qui continuent à m’émouvoir.

    Après cette opération qui en principe a réussi à drainer l’abcès, il y a eu un traitement antibiotique intensif avec une évaluation – je corrige – une évolution positive qui a entraîné une amélioration notable. Néanmoins, et malgré une évolution générale favorable, tout au long du processus de drainage et de soins, on a commencé à soupçonner la présence d’autres formations cellulaires qui jusqu’à présent n’avaient pas été décelées.

    Alors, immédiatement, une autre série d’examens spéciaux, cytochimiques, cytologiques, microbiologiques et d’anatomie pathologique ont été effectués et ils ont confirmé l’existence d’une tumeur avec la présence de cellules cancéreuses, ce qui a rendu nécessaire la réalisation d’une seconde intervention chirurgicale qui a permis l’extraction totale de ladite tumeur. Il s’agit d’une intervention majeure, réalisée sans complications, après quoi j’ai continué à évoluer de façon satisfaisante, en attendant de recevoir les traitements complémentaires pour combattre les divers types de cellules trouvées et ainsi continuer sur la voir de ma guérison totale.

    Pendant ce temps, je me suis maintenu, et je me maintiens, informé et au commandement des actions du gouvernement bolivarien, en communication permanente avec le Vice-président compagnon Elías Jaua et toute mon équipe de gouvernement.

    Je suis infiniment reconnaissant des démonstrations de solidarité, nombreuses et enthousiastes, que j’ai reçues du peuple vénézuélien et d’autres peuples frères, ainsi que des chefs d’État et de gouvernement de nombreux pays du monde entier, convaincu que tout cet amour, toute cette solidarité, constituent la plus sublime énergie qui stimule et stimulera ma volonté de vaincre dans cette nouvelle bataille que la vie nous procure. Et tout spécialement au peuple cubain, à la nation cubaine, à Fidel, à Raul, à toute cette légion médicale qui s’est mise à la tête de cette bataille de façon vraiment sublime.

    Néanmoins, j’ai été aussi très conscient d’un certain degré d’angoisse et d’incertitude qui a parcouru tout au long de ces jours, de ces nuits, l’âme et le corps de la Nation vénézuélienne. Je crois que, au-delà des tentatives de manipulation de certains secteurs bien connus, ces sentiments étaient et sont inévitables et font partie de la nature humaine en soi, lorsque celle-ci se trouve dans des circonstances qui l’entourent et souvent l’ébranlent comme c’est le cas en ce moment.

    Dès le début, j’ai assumé toutes les responsabilités quant à la surveillance stricte de la véracité des informations à transmettre, en me basant sur un double ensemble de raisons : la raison médicale-scientifique en premier lieu et, en second lieu et en y faisant particulièrement attention du plus profond de mon âme et de ma conscience, la raison humaine, la raison amoureuse, pour être plus précis. La raison amoureuse.

    De la première, c’est-à-dire, de la raison médicale, nous avons déjà parlé un peu. Cela a été un processus lent et minutieux, d’approche et de diagnostics, de progrès et de découvertes au long de plusieurs étapes, durant lesquelles un procédé scientifique rigoureux a été appliqué, qui n’accepte ni précipitations ni pressions d’aucun genre. La règle suprême qui étaye cette puissante raison est la pleine vérification scientifique, au-delà des indices et soupçons qui sont apparus peu à peu.

    Et au sujet de la raison amoureuse, je suis obligé maintenant de vous parler depuis le plus profond de moi-même. En ce moment, je me souviens du 4 février de cette tumultueuse année 1992. Ce jour-là, je n’avais pas d’autre choix que de m’adresser au Venezuela depuis mon crépuscule, depuis une voie que je sentais qu’elle m’entraînait vers un abîme insondable. Comme d’une caverne obscure de mon âme a jailli ce “Por ahora (pour l’instant) ” et puis je me suis enfoncé.

    A ma mémoire reviennent aussi ces funestes heures du 11 avril 2002. Là aussi j’ai envoyé à mon cher peuple vénézuélien ce message écrit depuis la Base navale de Turiamo où j’étais prisonnier, Président renversé et prisonnier. C’était comme un chant de douleur lancé depuis le fonds d’un autre abîme que je sentais qu’il m’engloutissait et que je m’enfonçais et je m’enfonçais.

    Maintenant, en ce moment de nouvelles difficultés et surtout depuis que Fidel Castro en personne, celui-là même du Cuartel Moncada, le même du Gramma, le même de la Sierra Maestra, le géant de toujours, est venu m’annoncer la dure nouvelle de la découverte du cancer, j’ai commencé à demander à mon Seigneur Jésus, au Dieu de mes parents dirait Simon Bolivar, au manteau de la Vierge dirait ma mère Elena, aux esprits de la savane dirait Florentino Coronado, pour qu’ils me concèdent la possibilité de vous parler, non pas depuis un autre chemin abyssal, non pas depuis une obscure caverne ou une nuit sans étoiles. Maintenant je voulais vous parler depuis ce chemin en pente par lequel je sens que je sors déjà d’un autre abîme. Maintenant je voulais vous parler avec le soleil du lever du jour qui, je le sens, m’illumine. Je crois que nous y sommes parvenus. Merci mon Dieu.

    Et finalement, mes chères et mes chers compatriotes, mes filles et me fils adorés, mes chers compagnons, jeunes, enfants de mon peuple, mes courageux soldats de toujours, mes travailleurs aguerris, mes chères femmes patriotes, mon peuple aimé tout entier et un seul dans mon cœur, je vous dis que le fait de vouloir vous parler aujourd’hui depuis ma nouvelle escalade vers le retour n’a rien à voir avec moi, mais avec vous, peuple de la patrie, peuple bon. Avec vous.

    Je ne voulais, ni ne veux en aucun cas, que vous m’accompagniez sur des chemins qui s’enfoncent vers un quelconque abîme. Je vous invite à continuer à escalader ensemble de nouvelles cimes, “car il y a des acérolas là-bas sur la colline et un chant merveilleux à chanter “, continue à nous dire depuis son éternité le chantre du peuple, notre cher Ali Primera.

    Allons donc, allons avec notre Père Bolivar à la tête, poursuivre notre montée vers la cime du Chimborazo. Merci mon Dieu, merci mon peuple, merci ma vie. Vers la victoire toujours. Nous vaincrons. La Havane, cette chère et héroïque Havane, le 30 juin 2011.

    Depuis la grande Patrie je vous dis, du fonds de mon cœur, de toute mon âme, depuis mon espérance suprême qui est celle d’un peuple : pour l’instant et pour toujours. Nous vivrons et nous vaincrons. Merci. Nous reviendrons.

  44. Voici un reportage rafraîchissant qui illustre ce qu’est la retraite pour la plupart d’entre nous:

    http://www.franceculture.com/emission-les-pieds-sur-terre-le-fabuleux-destin-de-liliane-2011-07-22.html

    Une libération: enfin le temps de vivre. Et cela donne encore plus envie de dire Mer… à tous ces sinistres politiciens et leurs amis banquiers – croque-morts dont le seul but est de nous faire mourir au travail – tout en prétendant oeuvrer pour notre bien, mais en réalité pour – eux et leurs amis – préserver les rentes qui leur permettent de vivre et de bien vivre à nos dépends.
    Et cela donne envie d’entonner ce chant révolutionnaire bien connu:

    http://www.youtube.com/watch?v=YMi5gDl34NE

    avec en prime une belle interprétation d’ Edith Piaf (en MP3)

    http://www.deljehier.levillage.org/textes/chansons_revolutionnaires/ah_ca_ira.htm

  45. Joyeux Anniversaire paul 🙂

    je vous souhaite une longue vie et le reste………… on s’en fout …. lol

    Felicitations pour votre travail acharné et surtout aussi votre collegue M Leclerc avec sa production et analyse quotidienne .

    j’ai que un mot : BRAVO !!!!!!!!!

  46. Moi non plus, je n’ai jamais envoyé de commentaires. Je suis libraire (de livres d’occasion) à Montréal, dans la cité universitaire, et j’invite pratiquement tous mes clients à lire votre oeuvre commune, François Leclerc et vous. Je les encourage également à ce qu’ils se procurent vos livres (d’une façon purement désintéressée, ne les possédant pas dans mon inventaire). Je tenais simplement à vous souhaiter un bon anniversaire et à vous remercier pour ce que vous nous apportez. Je profite de l’occasion pour saluer mon ami Pierre Provencher qui célèbre lui aussi aujourd’hui son anniversaire. Pierre et moi passons des heures dans mon échoppe à commenter vos Fulgurations car pour moi, vous êtes un voyant rimbaldien: vous voyez les choses comme elles sont, à la fois terrifiantes et pleines de merveilles.
    PS: Pour ce qui est de l’or, moi, je me repais de l’or du temps…

  47. Bon anniversaire, jeune homme ! J’ai 78 ans et chaque jour qui passe, j’en apprends davantage. J’aime bien vos coups de gueule indignés. Il en faut !

  48. Bon anniversaire aussi, Paul et merci de nous faire partager toute cette culture.

    Oui, la retraite par capitalisation c’est complétement dépassé, tout comme l’or.
    Mais la retraite par répartition aussi. Il n’est plus question de solidarité envers ceux qui ne peuvent plus travailler (ou ne travaillent pas encore – allocations familiales) mais de solidarité fondamentale entre tous, parce que chacun a besoin d’une base minimum pour être actif là où il le peux et le fait le mieux, la ou il voit un sens à son action parmi les autres sans dépendre complètement de ses origines.
    Pour cela ne pourrions nous pas tout à fait décider de financer ce revenu de base par un impôt unique sur toutes les dépenses qui mettrait fin à la fois à la croyance en la proportionnalité de l’impôts sur les revenus, et surtout en la réalité de ceux ci tant qu’ils ne sont pas dépensés, comme les revenus financiers encore plus, qui au fond ne sont que la cache sexe des tours de passe passe que tu nous décrit.

    Goetz Werner fait aussi indirectement référence au courant de pensée économique allemand du temps de Bismarck qui instaura le premier système de sécurité sociale. Dire qu’il place le revenu de base inconditionnel dans cette lignée serait peut être exagéré mais l’ambition y est.

    S’approprier conceptuellement la possibilité d’un revenu de base inconditionnel, c’est à la fois s’approcher de sa mise en oeuvre mais aussi celles d’autres étapes qui deviendraient accessibles ensuites, ne lutte t’on pas aussi souvent à accroitre infiniment sa propriété personnelle par crainte des autres?

    1. A mon sens, le mariage du « rêve américain »et le revenu de base inconditionnel serait la solution. Le revenu de base inconditionnel assurerait l’égalité de tous. Le mariage, une valorisation quelque soit la place, le rôle ,le statut de l’humain dans la société ( fin). Il est « applicable » dans toute société , convient à toute idéologie et religion (forme).
      Le rêve américain est une dynamique qui avantage à l’engagement dans la création d’activité de tous ordres (l’investissement associatif étant valorisé aussi dans cette conjoncture).
      L’écart entre les revenus au-dessus du revenu de base inconditionnel perdent de leur capacité d’agression puisque tous ont, quoiqu’il arrive, les moyens de vivre : la privatisation de certains secteurs et l’établissement de fonctions régaliennes ne serait plus que de l’ordre du choix de société .
      Cette alliance entre la libre entreprise (façon « rêve américain ») et le revenu de base inconditionnel se rapprocherait des conditions favorables de vie connue durant les 30 glorieuses où le taux de criminalité était très bas.
      Personnellement, je verrais cette structure avec un internet accessible à tous, internet qui serait, à mon sens,alors plus un réel outil d’évolution, de création,etc, que d’expression de conflits.
      Toujours, personnellement, je verrais bien le monde de la finance prendre en charge la distribution de ce revenu de base inconditionnel (outil transactionnel), ce qui, pour moi, la valoriserait quant à son implication réelle et effective dans la société, elle serait le garant de la « fin » avec la neutralité de l’informatisation des mouvements financiers (matière).

  49. Bon anniversaire Paul
    Je me suis moi aussi remis au boulot à 71 ans pour « sauver le monde » et l’avenir de mes petits enfants. On peut le faire sans complexe, de façon bénévole, en développant l’économie sociale et solidaire. C’est une alternative crédible, et qui a fait ses preuves, à la finance spéculative. Nous proposons le développement de parcs éolien-citoyen qui seront la propriété des habitants, riverains et collectivité locale. Des projets sont en cours en Morbihan et en Loire-Atlantique et nous faisons appel aux investisseurs, mêmes aux plus humbles, car notre objectif est de jouer collectif.

  50. J’ai apprécié votre réflexion sur l’or et sur toutes les façons de placer des économies . Quelle que soit la façon de placer des économies en espérant qu’elles rapportent plus , pour soi-même ou pour ses proches, va dans le même sens que la spéculation . C’est cet état d’esprit qui a donné naissance au système néo-libéral inhumain où nous sommes .
    Nos économies sont censées nous protéger en cas de coup dur : un toit, un jardin , de l’outillage et de quoi le réparer , plus une assurance santé, c’est amplement suffisant
    .
    Tout ce que l’on accumule au-delà de ces biens basiques de survie est du surplus qui, si l’on le thésaurise, ne sert à personne alors que tant de personnes sont sans abri ,sans nourriture, sans accès à un moyen de gagner leur vie .

    Depuis l’acquisition du jardin collectif et son aménagement, nous continuons de consacrer nos maigres économies à des prêts sans intérêts destinés à des jeunes du quartier, des jeunes refusés par les banques parce qu’ils n’ont pas de famille fortunée pour se porter caution. A nous tous plus des amis ( 11 familles de voisins et amis) nous avons aidé deux jeunes à monter une petite entreprise de réparations en automobile. Ils sont efficaces, honnêtes, surchargés de travail, et ils vont prendre deux apprentis en septembre.. Tant pis si l’argent qu’ils nous rembourseront mensuellement et que nous prêterons ensuite, toujours sans intérêts, à d’autres jeunes aura perdu de sa valeur : ils nous feront bien une ou deux réparations gratuites pour compenser ! Et nos économies auront servi à quelque chose d’utile, changer la vie et le futur de quelques jeunes, au lieu de venir grossir in fine le capital de gros spéculateurs qui n’en font rien d’utile .
    Il faut changer de mentalité pour changer le système .

    1. Vous oubliez une chose importante dans les acquisitions nécessaires et indispensables : les œuvres d’art, originales ou reproductions. Car la liberté est à ce prix.

    2. @Mianne
      Tant qu’il y a des gens comme vous il y a de l’espoir d’une société plus juste!
      J’ai beaucoup d’admiration pour votre attitude.

  51. Joyeux Anniversaire Paul ! J’ai une idée : on devrait monter un petit marché spéculatif sur les matières fécales (j’ai pas osé écrire « caca » :-))) ce serait très démocratique, tout le monde pourrait participer et les seuls qui perdraient de l’argent ce serait les constipés. Une pierre deux coups ! En plus, j’ai beaucoup de plaisir à imaginer une grande crise « fécalière » et les millions de petits porteurs allant récupérer leur épargne ! Allez, un peu de dérision dans ce monde de brutes…

  52. Bonjour Mr. Jorion,

    Il y a plusieurs mois que je n’ai pas écrit un commentaire sur votre Blog que je lis régulièrement. Il faut dire qu’aujourd’hui mon esprit est plus accaparé par mes recherches d’emploi en Belgique.
    Je n’en finirais pas d’être étonné par les circonvolutions de la Vie qui comme un signe avant coureur m’avait d’abord conduit à vous lire avant de m’en aller m’installer sur vos terres.
    Entre ces deux points de repére est réapparue dans ma Vie une de vos concitoyennes…..
    Dès que les circonstances me le permette je parle aux gens d’ici de votre Blog. Celui-ci est toujours aussi intéressant. A vos articles et ceux de François Leclerc se joignent les commentaires de personnes avisées comme ceux de gens comme moi, moins au fait des déviances provoquées par cette soif de richesse dont font preuve les Banques.
    Depuis plus de deux ans, grâce à votre Blog je me suis intérressé davantage à ce milieu et je dois dire honnétement que sais peut-être pas ce que j’ai fait de mieux…
    Hier j’avais des rêves aujourd’hui ce ne sont plus que des utopies.
    Qu’importe je préfére vivre les yeux ouverts.

    Et pour vous en remercier permettez-moi de vous souhaiter un très heureux Anniversaire. Je ne puis contribuer à apporter ma modeste participation financière à votre entreprise, qui soit dit en passant s’avére de plus en plus d’intérét public, par contre modestement j’informe de l’existence de votre Blog autoutr de moi.
    Avec mes remerciements pour vos éclairages et ceux de vos intervenants.
    Philippe ROGER

  53. Il y a de sérieux problèmes avec les retraites.

    Quand elles sont par répartition, elles proviennent de prélèvements opérés « au fil de l’eau » sur les salaires des travailleurs en activité. Mais qu’advient-il quand les investisseurs investissent ailleurs que là où se trouvent les retraités et que de plus, les jeunes générations s’exilent là où se font ces investissements ?

    Quand elles sont par capitalisation, elles proviennent des revenus (dividendes) des capitaux placés là où c’est le plus judicieux de les placer, c’est-à-dire pas nécessairement là ou se trouvent les retraités.

    Même quand on est retraité de la fonction publique, cela présente des risques. C’est pour cela qu’il existe des mutuelles complémentaires qui ne sont pas sans présenter de risques, autant pour les fonctionnaires que pour les contribuables.
    http://www.sauvegarde-retraites.org/article-retraite.php?n=715

    1. Et la spéculation sur le pétrole rend le problème encore moins quantifiable !
      La clarté dans la confusion !
      Une crise civilisationnelle dont la thésaurisation – traité par ce blog – est l’expression inconsciente d’une économie productiviste – exacerbée par l’énergie bon marché depuis 100 ans – dont les effets désormais connus détruisent notre humanité.

  54. bon anniversaire Monsieur Jorion !
    Merci de nous dire « Bonjour! on est vendredi » chaque semaine.. j’adoooooore!
    et merci pour tout votre travail. Salutaire.

  55. Bon anniversaire M. Jorion. Grace à des gens comme vous je redoute moins l’avenir de mes enfants.
    Longue vie.

    Gérard de Bruxelles.

  56. TRES JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!!

    Et merci de redéfinir le sens des âges et des inspirations tant au travers de votre vision et de votre ouvrage.

  57. Je vous souhaite que vous et nous soyons capables d’offrir à votre fils, avant sa majorité , ce monde où l’économie sera redevenue ce que l’étymologie grecque lui octroie , ni plus , ni moins .

    PS : l’un de mes plus jeunes petits fils , âgé de cinq ans , m’a offert aujourd’hui une défintion de la mort à laquelle je n’avais vraiment pas pensé :

     » quand on est mort , on ne peut pas fêter son anniversaire l’année d’après ! »

    Alors fêtons nos anniversaires !

  58. P. Jorion, Que du bonheur pour ce + 1 année. Sans aucune corrélation, je vous dédie tiré de la Bible : Je suis le chemin, la vérité et la vie.

  59. Bon anniversaire Paul.

    Ce que j’ai entendu de votre discussion ce vendredi n’est a priori pas très neuf, quoi que:

    En disant qu’on ne peut pas faire une science économique autonome (ce qui en soit n’est pas une nouveauté), je comprends que vous remettez en cause l’indépendance de l’économie par rapport au politique (ça non plus, ça ne fait pas un gros scoop). Mais par la même, implicitement, c’est ni plus ni moins qu’une remise en cause de la séparation des pouvoir telle qu’elle s’est construite dans l’Histoire. Voilà qui me parait déjà un peu plus… Stimulant.

    Car en effet, dès lors que de tels gros mots soient lâchés, on peut enfin commencer à réfléchir sérieusement. Par exemple, commencer par se demander quelle est la nature exacte du pouvoir économique? Peut-on, comme on le fait aujourd’hui, le mettre sur un pied d’égalité avec le politique?

    Manifestement, à cette seconde question, la réponse est non, car sitôt ce nivellement effectué, le pouvoir économique muni du logiciel concurrentiel s’occupe de phagocyter chacun de ses concurrents.

    Ainsi, il est nécessaire de redéfinir l’économie pour ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être en réalité: Un outil. En guise d’analogie commode pour illustrer l’aberration du système actuel qu’on a tout de même eu le bon goût de ne pas encore reproduire en tout point, prenons l’exemple de l’armée: Viendrait-il à l’idée du politique de déclarer que le pouvoir militaire (dont la puissance est manifeste et son caractère d’outil indiscutable) doive désormais être indépendant de lui?

    Non, évidemment. On prend même soin à grand renfort de manifestations publiques diverses et variées dont une a récemment fait polémique (un certain 14 juillet) de rappeler que le pouvoir militaire est à l’entière dévotion du politique. Dès lors, pourquoi le pouvoir économique, du même ordre que le pouvoir militaire, devrait-il être laissé « en roue libre », sans la moindre obligation de rendre compte, alors même que chacune de ses actions peut avoir des effets cataclysmiques sur la population?

  60. Joyeux anniversaire et merci pour toutes ces informations de qualité que vous nous diffusé.

    Bonne continuation

  61. @ Roma

    J’ aime beaucoup cette vidéo

    ANTWERP-CENTRAL / MIDDENSTATIE by PETER KRÜGER

    merci!

    Bon anniversaire à vous P Jorion
    Merci pour votre travail.

  62. Cher Monsieur Jorion,

    Je lis régulièrement votre blog depuis plus de trois ans, et cela sans jamais y poster un commentaire tant il est vrai que préfère laisser la parole à d’autres, manifestement plus qualifiés en matière d’économie.

    Mais cette fois je veux m’exprimer, vous m’en donnez l’occasion.
    Alors voilà : je vous envie d’avoir 65 ans et d’être actif et passionné.
    Moi j’en ai 30, et je suis inactif et dégoûté.

    Pas les bonnes études, pas le bon milieu familial, pas la bonne tête, pas la bonne époque.
    Ma place est nulle part, et il n’y a que la rage et la haine qui me rendent visite.
    J’espère que le vieux monde s’effondrera avant moi.

    Me restent quelques plaisirs, au nombre desquels la lecture de votre blog.

    Merci de continuer.
    Merci aussi à Monsieur Leclerc.

      1. Je suis très touchée par ce post.
        Parce que c’est légitime d’avoir la volonté d’écrire sa petite histoire à soi , pas trop moche, dans la grande histoire. Ce n’est pas nous qui écrivons le prologue de notre aventure personnelle, et là on ne peut corriger les erreurs, seulement trouver les ressources en soi pour compenser. Parfois l’énergie nécessaire est si importante qu’elle se transforme en révolte. Le tout est de bien choisir comment organiser notre réponse à un environnement social hostile, personnellement et collectivement.
        Courage, « Perdu », il y a peut-être des repères à trouver à proximité.
        Moi non plus je n’ai pas eu beaucoup de fées autour de mon berceau.

    1. @ Perdu

      Dans l’économie du futur, celle dont parle Paul dans sa dernière vidéo, économie qui tiendra compte de la morale dit-il, et qui sera écologique ajouterais-je, il y aura une place pour tout le monde.
      Cette économie ne concentrera pas les richesses dans peu de mains tout simplement parce qu’il n’y a plus assez de pétrole pour qu’il puisse en être ainsi.
      Cette économie est pour bientôt.

      Ceux qui ont maintenant l’habitude du superflu seront les perdus de demain, pendant un temps du moins.
      Quant à ceux qui savent aujourd’hui où se trouve l’essentiel, ils trouverons facilement et tout de suite leur voie.

      Je connais plein de gens pauvres en idées et esprit, qui ont fait de bonnes études, dans un bon milieu, au bon endroit et qui sont matériellement riches.
      Mais eux, ils ne lisent pas Jorion, ils ne font aucun effort intellectuel et ils croient que tout va bien dans le meilleur des mondes parce qu’ils ont plus que l’essentiel.
      De plus, ils écrivent bien moins bien que vous !

      Faites de l’aquarelle, ou un potager, ou des promenades, ou des nichoirs pour les oiseaux, ou participez à une association, ou bricolez, ou rencontrez des gens, ou lisez, ou plantez des arbres ou semez des graines de fleurs sauvages là où il faudrait qu’il y en ait, là où il y a des chances de vie pour ces végétaux : toutes ces choses sont très utiles et donnent espoi.

    2. Pardonnez M. Jorion mais je ne peux pas ne pas en ajouter un couche.

      .Alors là ne vous faites pas de bile.

      Elle est sur Terre sauf erreur et VOUS ÊTES IMPORTANT car vous êtes.
      Vous êtes Dieu ne l’oubliez pas S.V.P au même titre que chacun d’entre nous..

      On vous a mis dans la tête le dégoût de vous même mais ce n’est pas vrai : regardez en vous-même. Vous aimez peut-être contempler les petits oiseaux dans le ciel ou autres choses que sais-je. Ce que vous aimez fait le monde. SVP de ne pas nous le supprimer.

      Vous y arriverez bien assez tôt en attendant vivez chaque seconde comme si c’était la dernière 🙂

      Moi non plus et je suis deux fois plus vieux que vous mais j’ai lu M.Conche m’expliquer Michel de Montaigne (et d’autres idioties pas seulement transmises par M.Conche) 🙂 et arrêtez de vous prendre pour un crétin.
      Qui peut dire qu’il n’a pas la bonne tête? Ai-je la bonne? Si oui sous quelle critère?
      Je répète
      VOUS ÈTES LA PERSONNE LA PLUS IMPORTANTE DU MONDE CAR VOUS ÈTES.

      1. 1-Ma place est nulle part,
        2-Moi j’en ai 30, et je suis inactif et dégoûté
        3-je vous envie d’avoir 65 ans
        4-Pas les bonnes études, pas le bon milieu familial, pas la bonne tête, pas la bonne époque.

        J’ai un peu de mal avec les mises à jour
        Désolé

    3. …et il n’y a que la rage et la haine qui me rendent visite

      Voila déjà un bon début. Bien utilisé, la rage et la haine sont de bons moteurs.

    4. @Perdu
      Merci à vous de continuer. J’ai eu moi-même très longtemps un tel sentiment d’inadaptation, d’inadéquation, et ce sentiment revient régulièrement encore. Si je ne me suis pas tué à une certaine époque, c’est parce qu’il subsistait en moi une petite flamme ténue mais qui ne voulait pas s’éteindre. Ne la laissez pas s’éteindre complètement en vous. C’est sur cette flamme ténue, cette envie d’aller mieux qu’on arrive à se reconstruire, plus ou moins bien, du mieux qu’on peut, et le chantier ne s’arrête jamais…
      Vous n’êtes pas complètement perdu puisque vous êtes ici.
      A disposition (comme plein d’autres ici sans-doute) si je peux vous apporter une quelconque aide.

    5. @ Perdu 22 juillet 2011 à 19:47

      Tout n’est pas perdu. Votre intervention ici en témoigne.

      La première partie de votre message montre que vous avez des ressources, des qualités et des valeurs, donc de la valeur. Ainsi que vous le signale Béotienne il suffit de « seulement trouver les ressources en soi pour compenser ».
      Or, des ressources vous en avez certainement beaucoup plus que ce que vous imaginez. Si vous êtes suffisamment généreux pour les extraire, les montrer et les mettre en valeur en imitant ceux qui, comme vous, ont connu des périodes difficiles et ont fini par s’en sortir en réagissant positivement. Il n’y a pas de raison que vous ne trouviez pas la voie que vous méritez de connaître : la satisfaction d’avoir amélioré votre situation.

      La seconde partie de votre message révèle les risques auxquels vous êtes exposés lorsque vous en venez à évoquez en des termes plus sombres et négatifs « Ma place est nulle part, et il n’y a que la rage et la haine qui me rendent visite. J’espère que le vieux monde s’effondrera avant moi. »

      La haine est mauvaise conseillère. Il faut absolument s’en départir d’autant que certains, loin de vouloir le bien commun, ni le vôtre, pourraient être tenté de l’exploiter chez-vous à dessein de servir leurs visées politiques, philosophiques, voire sectaires.

      Fuyez la haine et l’effondrement ! Cultivez la confiance en vous !

      1. @jducac
        Y faut y’a qu’à! Quand on veut on peut! Telle est votre philosophie!
        Je vous aime bien quand-même mais…toujours le même refrain!
        Il y a quoi sur la face B de votre 45 tours des seventies?
        (Parfois la face B est plus intéressante que la face A!)

    6. Perdu,

      Offre d’emploi non salariée : Humanistes cherchent participants pour construire la démocratie, connaissance en économie monétaire indifférente. Se présenter avec sa cosmogonie sur le blog de Paul Jorion.

      Au plaisir

    7. @ Trublion 23 juillet 2011 à 09:31
      Après ce qui s’est passé en Norvège, je ne regrette pas d’avoir, ci-dessus, clairement dissuadé Perdu de cultiver la haine, de s’appuyer sur la haine, ou de l’exploiter, comme si elle pouvait être un « bon moteur » pour réagir.

      Ah bien sûr, on pourra dire des milliers d’Amen lors des cérémonies religieuses qui seront organisées à la suite de ce drame. Contrairement à ce que vous insinuez ou à ce que vous pensez, c’est un mot que je ne prononce jamais. Il est tellement plus utile d’agir du mieux que l’on peut avant, plutôt que d’attendre la survenue des drames. C’est ce que modestement je m’emploie à faire sur ce blog et ailleurs.

      Je vous assure que cela donne bonne conscience sans nuire à quiconque. Pour beaucoup cette chose immatérielle est douteuse, gênante même. Certains matérialistes s’étonnent de ne pas pouvoir être heureux parce qu’ils voudraient avoir plus pour consommer. Comme je les plains.

      Parler morale, comme le fait parfois Paul Jorion et comme je le fais plus souvent, ou faire appel à la conscience, ou à l’immatériel de l’existence humaine, voire au spirituel, n’implique nullement d’être religieux ou de faire allégeance à la « bondieuserie » à la « bigoterie » ou à je ne sais qu’elle église, école ésotérique ou autres.

      Alors cessez de vouloir déconsidérer ceux qui osent vous amenez à réfléchir sur de tels sujets.

      1. Marrant que deux « postures » si differentes que Vigneron et JDC , puisse voire dans ce phénomène dramatique , matière a alimenter leur dogme ou leur point de vue ….. « marrant » est mal venu , on va dire curieux …..

  63. Merci pour tout et bon’aniv Monsieur Jorion et voici une petite fantaisie en cadeau.

    Soixante-cinq ans, ça en fait des tas de minutes,
    Des rigolotes qui rient en nos souvenirs,
    Des vilaines blanches, fantômes de déroutes,
    Des tendres comme fleurs, soleils pour l’avenir.

    Des minutes cadeaux, des minutes mortelles,
    Des minutes bonheurs et minutes sanglots,
    Des minutes amours, reçues, données, les plus belles,
    Toutes font musique vivante et … allégro.
    ***

    Retour au sujet.
    Si j’en crois votre analyse, je fais le compte :
    On paie sa cotisation pension, on paie en plus pour une épargne pension auprès d’une banque et on va payer pour sauver les banques qui font des bénéfices sur ces fonds !
    Et on nous annonce que les Etats ne pourront plus payer nos pensions.
    Rideau !

  64. Bon anniversaire M. Jorion,

    Je me permets de vous dédier ce petit poème d’Horace (1er siècle avant JC)

    Accorde-moi, fils de Latone, de jouir, avec la santé, des biens acquis, et, je t’en prie, que mon jugement reste entier ; fait que ma vieillesse ne soit pas abjecte et puisse encore animer mon blog.

    Pour le blog je ne suis pas sûr que ce soit Horace mais je vous vois en forme : s.v.p. de continuer.
    Je me sens honoré par les écrits que vous faites bien que je ne comprenne pas toujours tout mais je me dis que si quelqu’un indique qu’on ne peut séparer l’économique, du politique, de la morale et de l’éthique cela me parle en bien.

    Salutations

  65. Joyeux anniversaire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  66. Il y a plus de matière que d’antimatière, ça doit être dû à des gens comme vous – Bon Anniversaire !

  67. Bon anniversaire Monsieur Jorion
    Merci de penser à ceux qui ont un métier composé de travaux lourds et qui veulent s’arrêter.
    Je vais bientôt prendre ma retraite avec la tête pleine de projets pour améliorer le monde du moins je l’espère, vous êtes un exemple à suivre dans ce sens et c’est un réel plaisir de vous lire et de vous écouter.

  68. Bon anniversaire.
    Pour l’or, le plus sur c’est de s’en faire un dentier.
    ça fascine toujours cet or, vous pourriez au moins nous laisser des sites de prospections, face à la crise, la nouvelle rué vers l’or, avec les anciens spéculateurs des pelles et outils, devenus vendeur de services boursiers, les anciens propriétaires de concessions devenant les propriétaires de girouettes programmés des tendances du vent doré, on refait pas le monde.
    Le métal qui ne nous a jamais été utile…., mais qui a volé leurs vies à plus d’un.

  69. Bon anniversaire M. Jorion

    J’ai pour ma part 70 ans, vous lis régulièrement et suis entièrement d’accord avec vous. J’aime bien vos livres mais parfois je trouve qu’ils vont philosophiquement un peu loin pour moi malgré ma licence, C’est vrai que je ne l’ai obtenu qu’à Vincennes qui acceptait les non bacheliers après 68.

    Par contre en ce qui concerne le Bourse j’ai une autre approche que vous. Je crois qu’il faut l’utiliser pour lutter contre ce système.

    J’ai un compte Forex géré qui depuis quelques années me rapporte beaucoup d’argent. J’en ai pris pour mes en enfants (35 et 45 ans) en partant du principe que je ne crois voler personne et que l’économie financière étant plus forte que moi, le meilleur moyen de lutter contre est d’aller dans son sens. Principe asiatique pays ou j’ai vécu quelques années,Je m’explique, si plus de gens gagnaient de l’argent en sachant sérieusement jouer en bourse, ou utiliseraient des comptes gérés quitte à se regrouper au début, ils n’auraient plus besoin de compter uniquement sur le travail pour vivre. Vous avez été assez longtemps dans le milieu financier pour savoir que ce n’est pas utopique. Que diraient alors nos dirigeants si nous n’étions plus esclave du travail, si les agents arrivaient décontractés aux réunions de « remontés des bretelles », s’ils pouvaient arrêter de travailler quand ils le décideraient. Je rêve peut-être un peu mais pour nous ça fonctionne, alors pourquoi pas pour les autres ?

    PS / Pour votre anniversaire il me semble que l’on peut mettre notre participation pécuniaire au blog

    1. @Canale (qui se prononce « canaille »)
      Vous êtes un hypocrite qui s’engraisse jusqu’au dernier moment de la faillite du système.
      Le reste, la spéculation comme moyen de lutter contre le système et moyen de se libérer du travail c’est de la bouillie morale pour les bobets.
      Vous croyez vraiment que Paul Jorion va jouer sur le Forex avec vous et vos fils (que vous allez aider jusqu’à leur retraite j’imagine)? Bon courage pour le convaincre!

  70. Voilà plusieurs années que je vous lis ici ou dans vos livres sans avoir jamais posté un commentaire par timidité ou pudeur, ou tout simplement par manque de connaissance ou encore empli d’un sentiment de vacuité et de désespérance : ah quoi bon ? Mais pour une fois je fais mienne le commentaire d’un certain « perdu » mentionné supra. Je partage son sentiment : merci monsieur Jorion d’entrouvrir une lucarne. On n’a pas toujours envie d’y plonger le regard de peur de sombrer dans un pessimisme sclérosant mais au moins on a le sentiment de comprendre. Et, particulièrement ce soir. Vos commentaires sont simples et confondant de lucidité. En qqs phrases l’essentiel est là. Une vidéo, plus que tout autre, à diffuser et faire diffuser.
    Merci.

    1. Voilà plusieurs années que je vous lis ici ou dans vos livres sans avoir jamais posté un commentaire par timidité ou pudeur,….

      Cette phrase donne matière à réflexion.
      A l’occasion de cet anniversaire, vous n’êtes pas le seul à exprimer votre timidité.
      Malgré les formidables possibilités d’Internet, certains craignent de se réapproprier la parole et la laissent aux experts, alors que la démarche de ce site est d’une pédagogie rare et incite à réintroduire  » l’humain  » – donc aussi la subjectivité dans les discours.
      Les réseaux sociaux prouvent que beaucoup de monde ressent simplement le besoin de dire  » je suis là, j’existe et puis c’est tout. C’est un peu court, non ?
      Nous avons donc bien catégorisé les champs, la religion, l’art, les animaux de compagnie, les femmes pour y confiner les émotions et l’économie, la politique et le travail pour y préserver le côté « objectif » des choses sérieuses et viriles.
      Celles-ci étant naturellement réservées aux experts. Ces experts qui ne tiennent donc compte que d’un versant de l’humaine nature.
      Oui , l’expertise est nécessaire et utile, « la froide objectivité – qui n’existe pas réellement, mais on fait semblant- et cela arrange le système que les profanes se taisent par peur de dire des bêtises.
      Sans être expert, on peut apporter des témoignages éclairants et poser des questions.
      Osez ! Non le silence n’est pas d’or.

      N.B. Merci aux experts d’éclairer notre lanterne, le problème réside seulement dans l’exclusivité du discours.

  71. 65 balais ? ! ? ! ? ! ? !

    mais y’en a plein, plein, plein *!* – partout partout partout *!*
    raghhhhhhh … allez, du balai les balais !
    – Non !
    – Quoi « non ! » ?
    – Bon … d’accord, encore un …, un autre, et même plein d’autres, et même autant que vous voudrez …
    pour la route, toute la route, la longue route, la vôtre !
    Voilà justement à quoi je voulais en venir : « à la bonne vôtre » !
    et pi  » santé « , hein !

  72. Je pense que la vieillesse est un naufrage lent et douloureux.
    Ce n’est pas vrai pour vous. La jeunesse de votre esprit est hors du commun. Votre chance est grande. Merci de nous en faire profiter.

    S’agisssant de l’économie, il est un fait évident pour moi que ce n’est pas une science mais un art comme l’est la médecine. L’économie devrait être l’art d’allouer les ressources d’une communauté de telle manière que chacun y trouve son bien-être. L’économie, si on retourne à l’origine grecque de ce mot, est l’administration du foyer, du patrimoine.

    La question fondamentale en cette matière est celle du but que doit poursuivre cette administration. La maximisation de l’enrichissement au profit d’une minorité est un choix politique et rien d’autre. A l’heure actuelle, il est évident que l’économie, la science économique enseignée dans les universités et hautes écoles, n’est qu’une idéologie servant à justifier une inégalité croissante dans la distribution des richesses, le bien-être présent et futur de chacun étant manifestement ignoré. On engloutit ainsi d’énormes ressources dans la finance alors que celles-ci pourraient servir à financer des investissements dans l’éducation, la santé, le respect de l’environnement, en bref une meilleure qualité de vie pour tous de manière générale. Enorme gaspillage de ressources qui ne profite qu’à une poignée de vieux rentiers qui veulent ainsi oublier le naufrage qu’est leur vieillesse…

  73. Bon anniversaire M. Jorion et surtout continuez !
    Très intéressante introduction sur la retraite.
    Je suis un défenseur d’un système alternatif de financement des retraites en décloisonnant et faisant communiquer des notions comme le temps et l’intensité de travail/capital/activités citoyennes/loisirs, en s’inspirant des principes mutualistes (Charles fourrier et ses phalanstères, Charles gide) mais en les revisitant à l’ère du XXI siècle (mobilité, numérique, individualisation des comportements, mondialisation, financiarisation…). Peut-être dans de prochains posts…

    Encore merci pour ce que vous faites.

  74. Julien Alexandre a dit :

    Alexandre Dumas, Les trois mousquetaires, Le mousquetaire solitaire, « un pour lui, tout pour lui. »

    Rien de tel qu’un mousquetaire déçu. Vive l’or ! 1600 $ ? Une aubaine ! Achetez !

    Un peu facile, nous sommes légion des comme lui à être inquiets de notre épargne.
    Laisserait-on dormir celle-ci dans l’assurance vie ou les fonds de pension truffés de dettes souveraines aux mains des Mousquetaires du Marché ?
    Rien que pour Lui, tout pour Lui.

    Il n’y a pas pires pour une nation, que des millions de petits mousquetaires spoliés.
    Quant à l’or à 1600 $, une aubaine ? Peut-être.
    Tout actif qui monte depuis onze ans a forcément attiré de la spéculation, certes.
    Cependant, ce n’est pas l’or qui monte, c’est la monnaie fiduciaire qui se déprécie.
    Si l’on devait réajuster le cours de l’or des années 70/80 en dollars constants, par rapport à l’inflation et l’érosion monétaire, le cours de l’or serait aujourd’hui de 2 500 $ l’once.

    Milton Friedman avait bien saisi les avantages de l’inflation :

    «L’inflation est la forme d’impôt qui peut être imposée sans législation.»

    L’affirmation de Paul Jorion selon laquelle l’or serait une matière première est fausse.
    Seul l’argent et quelques autres métaux précieux en sont.
    C’est le Marché et les spéculateurs qui considèrent l’or comme tel.
    L’or est de loin, beaucoup moins volatile que le marché de l’argent métal.

    Lorsque enfin, une réforme monétaire sera à l’ordre du jour, l’or reprendra sa place de référent monétaire parmi un panier de devises.
    Pourquoi croyez-vous Julien, que depuis 2010, toutes les Banques centrales (et particulièrement la Chine), toutes sont acheteuses net d’or ?

    Je profite de ce post pour souhaiter un excellent anniversaire à Paul .
    65 révolutions solaire avec toujours autant d’enthousiasme et le feu sacré qui l’anime dans le partage de ses actions est un réel plaisir.
    Merci aussi à toute l’équipe pour ce formidable travail.
    Bien et bon toujours et que le meilleur soit.

    1. « L’affirmation de Paul Jorion selon laquelle l’or serait une matière première est fausse ».

      La fièvre de l’or provoque entre autres des troubles de la vision.

    2. Un peu facile, nous sommes légion des comme lui à être inquiets de notre épargne.

      Je vais vous confier un secret : ceux qui n’ont RIEN à protéger comme épargne sont nettement plus nombreux que la coterie des mousquetaires cuvée « tout pour ma poire ». Bon courage avec vos piécettes.

      L’affirmation de Paul Jorion selon laquelle l’or serait une matière première est fausse.
      Seul l’argent et quelques autres métaux précieux en sont.

      Ça, c’est du très grand collecter. Permettez que j’envois au Canard enchainé pour la rubrique « Mur du çon » ?

      1. Ces enfoirés ne veulent même pas voir que l’or c’est 1914, c’est 1940, c’est la mort en barre. J’en peux plus de lire ces ignominies. Ce blog se fait bouffer par cette racaille comme l’atmosphère entière en est envahie. Ça devient irrespirable. Je crois que tout est vraiment foutu, vraiment. La moisissure est partout, tout empeste la mort.

      2. @Julien Alexandre,

        je ne sais pas d’où vous tirez ce « secret » puisque les enquêtes patrimoine de l’INSEE montrent qu’en France deux ménages sur trois possèdent un patrimoine financier (livrets et plans d’épargne, assurances vies, valeurs mobilières).
        Ceux qui n’ont RIEN à protéger sont en fait moitié moins nombreux que ceux qui ont quelque chose à protéger…

      3. avouez que votre utilisation du terme « mousquetaires » donnait l’impression que vous parliez du pays dont ils sont issus.

      4. C’est marrant de voir à quel point ce blog attire des questions sur la protection de l’épargne alors qu’il défend, à l’inverse, l’idée que l’accumulation de l’argent et que donc la constitution et la protection des patrimoines sont justement le coeur de nos problèmes.
        Il existe pourtant des tas de sites sur ces sujets.

        @ Julien.
        « Je vais vous confier un secret : ceux qui n’ont RIEN à protéger comme épargne sont nettement plus nombreux que la coterie des mousquetaires cuvée « tout pour ma poire ». Bon courage avec vos piécettes. »
        « La France n’est pas le monde Chris06 !!! »

        Hola, attention aux grandes théories…
        Peut être croyez-vous que les préoccupations des gens sont biens différentes dans des pays plus pauvres que dans les notres ?
        Les ménages chinois n’ont-ils pas un très fort taux d’épargne malgré un revenu très faible ? Pourquoi donc ?
        Pour porter un avis sur les situations et motivations des « miséreux » de ce monde et se rendre compte des réalités, il faut aller sur place. Rien ne vaut la pratique. Je parraine des enfants dans le sud de l’Inde et m’y suis récemment rendu. Stupéfiant de constater que même les ménages pauvres n’ont qu’une obsesssion là bas : détenir de l’or. C’est dingue, ils vivent au jour le jour dans les pires bidonvilles que l’on puisse imaginer, mangent du riz au milieu des ordures que rejettent les villes, au milieu des cochons, des vaches, des chèvres et ce qu’ils vous montrent, leur bien le plus cher, c’est le petit coffret de famille avec les bijoux en or. Ils accumulent année après année sur leur maigres revenus du liquide et quand ils en ont l’opportunité, hop, un peu d’or. Pour eux, l’or ce n’est pas la mort, c’est la vie, c’est ce qui les fait tenir, la perspective d’un avenir plus facile pour leurs enfants grâce à leurs maigres économies.
        Je ne porte aucun jugement là dessus, simplement un constat.

      5. @vigneron

        Je crois que tout est vraiment foutu, vraiment.

        Je me refuse à abonder, je veux garder un espoir, fut-il vain.

        « Tout empeste la mort »

        Bien d´accord, c´est l´odeur de la peste brune sous ses diverses formes. Juste les premières colonnes, ou plutôt l´embryon de cinquième colonne qui se prépare à les accueillir.
        Camarades, faut choisir son camp. Or à défendre ou Humanité à défendre. On pourra pas faire les 2 longtemps encore.

      6. @ vigneron, non ignoble vignoble : « si l’on frappait sur des tombeaux pour demander aux morts s’ils veulent ressusciter, ils répondraient : NON ! » ; c’est un truc d’Arthur Schopenhauer ! 😉

      7. @Karluss

        Sacré Schop ! N’empêche ! Je hais les armes autant que les gogolds mais si un fâcheux s’avise de venir frapper à la porte de ma dernière demeure, fût-ce Schop, j’lui en colle aussi sec une ou deux au gros sel dans l’fondement ontologique !

      8. @yueh,

        très juste, et c’est encore plus le cas en Inde…

        Mais bon, la position du blog c’est que les êtres humains vont devoir changer leur rapport à l’argent, arrêter de considérer l’or comme quelque chose ayant de la valeur, du moins une valeur très nettement supérieure à sa valeur d’usage et arrêter d’essayer de protéger leurs petites économies que cela soit avec de l’or ou autre chose.

        Je pense que c’est correct, je pense que c’est ce qu’il faudrait, mais je n’ai pas l’espoir que cela arrive dans les décennies à venir.

      9. vigneron, la sépulture, encore une notion de territorialité donc de propriété, même l’inhumation est inhumaine, on est mal barré… ! ;-(

      1. La fièvre de l’or provoque entre autres des troubles de la vision.

        Je comprends votre réaction Paul et vous rassure, ma vision n’est pas troublée.
        Même si la demande de l’or industriel représente 70 % de son extraction annuelle (2500 t) et même si l’or est bien classifié dans les matières premières, c’est aussi une réserve monétaire.

        31 400 tonnes étant détenues par les Banques centrales (8 200 t pour les EU )auxquelles il faut rajouter environ 15 000 tonnes d’or qui seraient détenues au titre de l’épargne privée en Inde, tandis qu’au niveau mondial, l’épargne sur l’or (bijoux et or de bourse) est estimée à 50 fois la production annuelle soit un total de 125 000 tonnes contre 163 000 tonnes d’or produit depuis l’aube de l’humanité, bien inférieur est l’or qui reste en sous sol.

        L’or ne pourra baisser que lorsque les taux d’intérêt rémunéreront dignement l’épargne liquide. Dans le contexte actuel, toute hausse des taux entraînerait la faillite des pays développés surendettés.

        Aucune nation dans l’histoire du monde n’a jamais été capable de monétiser les problèmes financiers et économiques.
        Cette monétisation a toujours accéléré son effondrement.
        Ce n’est pas différent aujourd’hui.
        Cela ne peut durer éternellement.
        Le compromis sera une hausse inflationniste sur tout et la dévaluation inexorable des monnaies continuera, jusqu’à ce que le système se bloque définitivement.

        Il serait trop long ici d’exposer ce que sont les fondamentaux liés aux métaux précieux, à l’or en particulier.

         » Parier contre l’or revient à parier sur les gouvernements.
        Celui qui parie sur les gouvernements et leur papier monnaie parie contre 6.000 années d’histoire de l’humanité  » – Charles de Gaulle

        Ça, c’est du très grand collecter. Permettez que j’envois au Canard enchainé pour la rubrique « Mur du çon » ?

        Ce serait trop d’honneur que vous me feriez !
        Mais voulez-vous me dire Julien, qu’est-ce qui est le plus condamnable, acheter quelques Napoléons ou continuer d’offrir son épargne liquide au Marché qui spécule sur les obligations d’états ?
        Il semble, comme Vigneron, que vous vous trompiez de cible et que vous vous mépreniez sur les véritables intentions qui m’ont fait réagir ici.

        Je veux bien essuyer le sarcasme et le mépris par l’insulte mais de grâce, argumentez mutuellement et valablement vos désaccords.
        Je ne prétends pas vouloir figurer dans les annales « du Mur du çon » encore moins d’être apparenté à un nombriliste de Gascogne.

        Face aux dénonciations qui sont faites ici, sur les dérives du système et des décisions politiques qui ne sont pas à la hauteur des enjeux et, bien que les propositions qui y sont faites pour y remédier, il faut savoir accepter que cela suscite des interrogations et des inquiétudes parmi les lecteurs, inquiétudes qui ne peuvent être balayées d’un revers de main.

        Il s’agit de conséquences qui ont et auront des répercutions immédiates sur le quotidien d’un nombre de personnes qui s’accroit, personnes de plus en plus préoccupées pour leur avenir parce qu’épargner, c’est se garantir d’un pouvoir d’achat futur en monnaie constante.
        De ces préoccupations face à l’avenir, l’épargne en fait partie et je ne prétends pas que l’or en soit une réponse miraculeuse.
        Toutefois, réfuter cette possibilité sans arguments construits en déniant tout débat de ceux qui le réclame conduit au rejet, la preuve en est.
        Est-il si illégitime de poser des questions sur l’épargne et en particulier sur l’or, qu’il deviendrait tabou d’en débattre ici ?

        Et je m’adresse à vous, Paul.
        Si vous êtes quelque peu excédé de recevoir des e-mails vous demandant conseil pour placer éventuellement son épargne dans l’or et que cela revienne aussi, au fil des commentaires et de manière si récurrente, c’est que la (les) réponse(s) à cette question n’a (n’ont) pas été explicitement exposée(s) en toute clarté et objectivité.

        Mis à part ce que je viens d’exposer, il n’en demeure pas moins que j’apprécie grandement vos interventions dans les domaines traités dans votre blog et les actions que vous menez.
        Excellent Week-End et bon toujours.

      2. Blablabla d’autojustification. Vous auriez pu vous contenter d’un laconique : « effectivement, j’ai raconté n’importe quoi, l’or est bien évidemment une matière première contrairement à ce que j’ai affirmé en traitant Paul Jorion de menteur ».

        Mais j’imagine que ça avait du mal à sortir, alors vous avez préféré botter en touche et nous gratifier d’une tartine sur le « aussi ».

        La conclusion de ce pseudo-débat est présentée ici et marque un point final aux discussions ayant trait à l’opportunité d’acheter de l’or pour « protéger ses petites économies« .

  75. Ha ha ha!
    Le malentendu est total. On leur parle amour et philia et ils croient qu’on leur parle de leur cassette! Et on sait que cela fait longtemps que ça dure: 3 siècles au moins!
    L’amour de leurs louis d’or!!

    Mais il y a plus comique encore… Ils voudraient qu’on les aime pour ça, qu’on leur dise qu’ils ont raison, qu’on les rassure.

    Tristes et malheureux que vous êtes! Vous n’aimez pas l’humanité, vous le dites vous-mêmes, vous ne lui faites aucune confiance, et en tout cas ce n’est pas vous qui vous essaierez à quoi que ce soit qui sorte de votre horizon étriqué. Alors?

    Vous trouvez que l’humanité est bien individualiste? Et vous vous faites quoi? Soyez sérieux tout de même! Vous ne pensez qu’à votre pognon.

    Eh bien, restez donc seul avec lui et ne nous demandez pas, en plus, de vous dire que c’est hautement honorable! C’est juste pathétique et risible.

  76. Cher Paul,
    Un très bon anniversaire.
    Il faut garder espoir. Ton message passe peu a peu. En tout cas, il est passé pour moi.
    J’ ai avancé dans la compréhension de ce qu’ est l’ économie politique, j ai redécouvert Aristote et surtout appris que regarder le monde est le fruit d un travail, inconscient ou non, et que ce regard modifie le monde.
    Merci a toi
    PS: je ne spécule pas, mais je pense qu il faut continuer a parler a ceux qui y croient comme on parle a son enfant pour qu’ il s élève dans la compréhension de ce qu il fait, afin qu il cesse de le faire de lui même, tout en construisant un cadre propice a une telle incitation : la famille.

  77. Bon anniversaire Paul,

    Bravo pour cette synthèse des enjeux de notre époque. Je suis tout à fait d’accord avec vous et je suis heureux d’entendre quelqu’un de votre calibre les tenir. Vous êtes humain et vous aimez les gens. Vous n’êtes pas anthropologue pour rien.
    J’avais quand une remarque sur votre introduction à propos de l’âge de 65 ans, de la retraite, de votre père qui est mort à petit de feu d’avoir été mis à la retraite obligatoirement. Vous parlez des gens usés qui peuvent avoir légitimement envie de partir à 65 ans. D’abord le droit à la retraite a été en France jusqu’à très récemment à 60 ans (à 62 ans maintenant). Il n’y a pas que les boulots durs physiquement (mineurs, pêcheurs, etc.) – vous parlez en premiers des militaires, mais pour moi ce n’est pas un métier mais une fonction, celle de protéger les intérêts des gens que vous condamnez, puis d’assurer le défense s’il y a lieu- qui sont usants. On peut être dans un bureau et être au bout du rouleau à 60 ans (stress, harcèlement moral, intensification du travail, travail sans intérêt, etc.). Votre père avait peut-être la chance de faire un métier qui était en même temps sa passion. C’est le cas pour moins de 5% des gens, les autres « perdent leur vie à la gagner ». Vous même, vous continuez un travail, Mais vous n’êtes pas soumis à l’exploitation, à la hiérarchie. Vous êtes libre de faire ou de ne pas faire. Et en plus, vous avez plein d’amis et de relations, des gens qui font des dons pour vous permettre de continuer et de faire en toute liberté. C’est une grande chance. Si vous avez la santé, alors on peut parler de bonheur.

  78. bonjour monsieur Jorion
    Sur quel axe de pensée pourrions nous rèver, à cette heure, je crois que le verbe convient, à ce qu’une économie « libre » débarrassée des passions humaines, pourrait émerger. Cet horizon a eu son heure de gloire, lorsque les penseurs ont raisonnés en croyant affranchir les peuples de l’obscurantisme religieux, là où la résignation s’impose à susciter « opposer l’ambition »; de ce premier terme (à commencer !)est le lot commun de chacun constatant son existence, etre né, et du second, dans ce constat devoir imaginer, le terme, le mot final, avec soi-meme sans pouvoir avoir le dernier mot, que ne devoir faire que le compte à rebours. Sommes toutes, ainsi va l’ambition , que nous ayons une dette à repousser aux calendes grecques, car qui les payent s’enrichient, ainsi va l’amoncellement, la digue qui doit arreter le temps. Ainsi ,par l’idéal d’une vie couramment rèvée, marchons à pas comptés, planifions l’envisageable, il y a dans le rythme du cheminement, la démarche à éloigner le bilan, un pas en arrière, deux pas en avant. Tout ce maintien en équilibre fait perdre pied , dans ces opérations vertigineuses, un et un font deux
    Voilà ,pour terminer ,en guise de salut, comme dans nos campagnes je dirais « bonjour, monsieur jorion » en référence à ce célèbre tableau de G Courbet « bonjour monsieur Courbet » L’artiste en marche dans la campagne, chemine et croise son mécène ( galeriste, financier), et ce dernier le salut comme « l’homme en marche »
    Derrière la peau des apparences, et l’image pictutale dissimule l’économie des pulsions et tensions, la dit-gestion doit s’effacer . dites vous : « mon coeur fond » (atomisé!!)
    L’équation apparait à travers les mots (français) ch.air (=p.eau=) air . En somme fraternité, égalité, liberté
    C’était un peu d’utopie tatonnante dans un monde brut

  79. Bonjour,

    Un documentaire qui pourrait être utilisé pour Le temps qu´il fait :

    LCP – J’aimerais vous y voir – C. Lemorton – un député travaille dans le hard-discount

    l’histoire d’une « immersion » inédite : celle d’un député dans le quotidien d’un citoyen
    Dans « J’aimerais vous y voir » ce mois-ci, Catherine LEMORTON, députée socialiste de la 1ère ciconscription de Haute-Garonne, va effectuer un voyage au coeur de la grande distribution. L’élue – pharmacienne de profession – va rejoindre l’équipe d’un supermarché toulousain et découvrir les coulisses du hard-discount.
    En s’essayant au travail de manutentionnaire, chef de rayon ou caissière, Catherine Lemorton va pouvoir appréhender un secteur compétitif qui semble cumuler les inconvénients professionnels. Pénibilité physique, précarité du travail, salaires peu élevés ou encore ouverture des magasins le dimanche… autant de sujets que la députée va aborder avec les principaux intéressés

    Je pense qu´elle a du apprendre des trucs et prendre conscience de certains éléments qui lui avaient peut-être échappé jusqu´alors.

  80. Tout à fait d’accord sur vos commentaires sur l’or! Le réflexe naturel de se dire qu’un bien a pris de la valeur, donc il faut l’acquérir fait vivre les spéculateurs. Malheureusement le même raisonnement tient pour l’immobilier, à tel point qu’acquérir un logement, bien fondamental s’il en est, est devenu un non-sens économique. La bulle éclatera, mais les gros spéculateurs vendront les premiers, au prix fort, provoquant l’éclatement de la bulle qu’ils ont entretenu en raréfiant l’offre (parce qu’ils ont les moyens, monstrueux, de le faire!)

    Là où je ne vous rejoint pas, c’est sur la nécessité de changer de système. Le même système peut marcher si la spéculation (immobilière surtout) est contrée en interdisant la non-exploitation des surfaces habitables (mise en location ou en vente forcée) et en imposant l’actionnariat salarial (voir le modèle Auchan qui a fait l’unanimité lors de l’introduction en bourse de Hong-Kong du fait, d’après les analystes chinois, de son modèle). D’autres ajustements sont à envisager, mais la base du système reste, à mon sens, viable.

    Bon anniversaire Monsieur!

    1. Interdire la spéculation – ou plus précisément les paris sur les fluctuations de prix – c’est précisément changer de système.

  81. Bonjour,

    Comme vous avez abordé la question des retraites, je pense qu’il vous intéressera peut-être d’apprendre comment fonctionne le système en Suisse.

    En 1969, estimant les prestations de l’AVS (Assurance-Vieillesse et Survivants, par répartition) insuffisantes, le Parti Suisse du Travail (extrême gauche) a déposé une initiative intitulée « Pour une véritable retraite populaire », munie des 100’000 signatures exigées, obligeant ainsi le Conseil fédéral (exécutif) et le Parlement à agir.

    Mais la puissante Union des compagnies suisses d’assurance sur la vie n’appréciait pas du tout la perspective de voir s’échapper les juteuses parts de marché de la prévoyance par capitalisation.
    Sous sa pression, le Conseil fédéral, en accord avec le Parlement, finit par proposer un contre-projet, dit des « trois piliers ». Celui-ci fut accepté en 1972 par 74% des voix, alors que l’initiative du Parti Suisse du Travail était balayée par 78% des voix.

    Le thème des « trois piliers » est conçu de la façon suivante:

    Premier pilier obligatoire : Retraite collective par répartition (AVS), cotisations payées par les salariés et les employeurs, retraite maximale mensuelle de F. 2’320.- (F. 3’480.- pour les couples), quelles que soient les cotisations versées. Système très solidaire.

    Deuxième pilier obligatoire (sauf pour les très bas revenus). Retraite individuelle professionnelle par capitalisation (fonds de pension), cotisations payées par les salariés et les employeurs.

    Troisième pilier facultatif: Retraite individuelle privée, par capitalisation (assurance sur la vie), cotisations payées uniquement par les salariés, avec avantages fiscaux.

    Les salariés suisses, dans leur immense majorité, sont ainsi devenus des capitalistes, souvent sans le savoir !!!
    En plus des immeubles, prêts hypothécaires, etc, on estime à environ 700 milliards de francs suisses les montants accumulés en Bourse par le deuxième pilier (capitalisation), alors que l’AVS (répartition) fonctionne avec des besoins annuels d’environ 40 milliards de francs et se porte très bien, avec des cotisations inchangées, malgré le vieillissement de la population.

    Il n’en va pas de même pour le deuxième pilier. Le taux de conversion qui était à l’origine de 7,2%, soit F. 7’200.- versés annuellement pour un capital de F. 100’000.-, est tombé à 6,8%. Une proposition du gouvernement et du Parlement de passer à 6,4% a été refusée, en référendum, par le peuple écoeuré par les hauts revenus et les dividendes généreusement distribués par les assureurs durant les bonnes années boursières, montants qui ont fait cruellement défaut lors de la crise.
    D’autre part, le taux de rendement des capitaux qui était autrefois fixé à 4% est tombé à 2% environ, ce qui est considérablement préjudiciable pour les futures retraites.
    On se rend donc compte que ce système qui avait été présenté comme exemplaire présente de graves dangers à long terme, en particulier les centaines de milliards de francs accumulés en Bourse.
    De plus, il s’agit là d’un petit pays. On peut imaginer ce que cela donnerait pour de grandes nations.

    Et encore une fois bon anniversaire. Et merci pour tous vos efforts.

    1. @Henri
      Intéressant
      Il me semble que ce système des 3 piliers correspond exactement au projet Français.
      Etes vous isolés, en Suisse, à penser ce que vous penser ?
      Si les suisses revotaient maintenant, que voteraient ils ?

      1. Je pense que la plupart des Suisses ne sont pas conscients du danger. S’ils devaient revoter, le projet serait de nouveau accepté, mais avec une majorité moins nette.

  82. Friedrich List? Donc, vous niez la lutte des classes. Bel aveu. Comme si dans les économie nationale ou européenne, une classe ne dominez pas.

    Le protectionnisme n’est viable que pour une certaine période assez courte et la classe dominante doit être le prolétariat avec un haut niveau de démocratie que cela soit politique et économique. Car sinon, l’économie de List s’il est géré par la bourgeoisie amène soit à la guerre, soit à un contrôle accrue de la population comme sous De Gaulle, Bachar El Assad, Saadam Hussein ou Hitler. Le protectionnisme doit être vite être remplacé par la coopération et l’entre aide entre les peuples.

    Il n’est pas absurde d’avoir un protectionnisme européen pour obliger les pays comme la Chine ou les Etats unis à élever les conditions sociales de leur population. Mais qui fixe les critères? La bourgeoisie soit les capitalistes nationaux et européens ou le peuple? Car sinon, on finit à faire la guerre à tout le monde même en période de protectionnisme soit pour voter des crédit de guerre ou pour défendre des intérêts nationaux. Oui pour permettre d’harmoniser vers le haut les conditions sociales des travailleurs pour ensuite coopérer au niveau international sur des projets pour l’ensemble des êtres humains. Et je ne pense pas que les capitalistes nationaux ont trop intérêt à cela, surtout si c’est pour sauver le libre échange.

    Ensuite réduire Marx à la critique est caricaturale. Il propose et se sert de l’expérience de la commune de Paris mais aussi de la critique du programme de Gotha du manifeste du parti communiste pour exposer des propositions afin de sortir du capitalisme. La planification doit se substituer au marché, service public pour les grands secteurs (banque, transports, santé, éducation, informations, télécommunications, logements, énergie, agriculture) et l’entreprise privée doit remplacé par des coopératives allant de 1 salariés à 500. La grande leçon de l’URSS n’est pas que le plan ne marche pas ou les coopératives car cela a même plutôt bien fonctionné jusque dans les années 70 mais c’est l’implication populaire dans les prises de décisions et de contrôle (sur les décideurs eux même) donc un développement accru de la démocratie soit à un niveau supérieur dans les décisions. D’ailleurs, le tournant tchèque en 68 avec sa population n’était pas un retour au capitalisme mais un développement de la démocratie dans le socialisme.(qui n’est pas le parlementarisme occidentale qui est de plus en plus en échec actuellement). D’ailleurs, de façon anthropologique, à l’intérieur des nos familles en Europe, on planifie de plus en plus soit pour soi tout en laissant un peu d’action improvisée , soit on planifie l’achat d’une maison, une voiture, les vacances. L’argent est souvent mis au peau commun pour les actions collectives où chacun a sa part individuel mais pour les enfants improductifs (argent de poche). Sinon, on constate que la concurrence et l’égoïsme individuel ne fait pas bon ménage dans une famille de différente manière. Ce qui est un fait de plus en plus avéré est la concertation dans les ménages qui va même jusqu’au enfants. Cela pourra à l’avenir produire des normes et des valeurs qui s’oppose de plus en plus radicalement au capitalisme. Malheureusement, les familles sont souvent atomisées dans le système capitalistes liés à une paupérisation absolue qui va en s’accentuant et non relative comme pendant les 30 glorieuses.

    Sauver le système

      1. @ Paul

        Je connais votre article sur votre préface à cet ouvrage. Le seul hic est que vous ne le citer jamais dans vos bibliographies comme dans celle de Le capitalisme à l’agonie . Bien sûr je ne vous demande pas d’en faire la propagande, juste d’en parler au moins autant que vous le faites pour Marx.

    1. Si vous avez lu le texte de Marx, vous aurez vu que protectionnisme ou libre-échange sont indifférents à ses yeux puisque restera constant le principe qui veut que les salaires sont alignés sur leur borne inférieure : le salaire de subsistance (ce que Ricardo avait déjà montré). C’est cette indifférence qui lui permet de terminer par une boutade :

      Mais en général, de nos jours, le système protecteur est conservateur, tandis que le système du libre-échange est destructeur. Il dissout les anciennes nationalités et pousse à l’extrême l’antagonisme entre la bourgeoisie et le prolétariat. En un mot, le système de la liberté commerciale hâte la révolution sociale. C’est seulement dans ce sens révolutionnaire, Messieurs, que je vote en faveur du libre-échange.

      1. ( pour le lien donné à 10:43, mais tous les commentaires n’offrent pas la possibilité d’y répondre
        ( pourquoi?)) S’il n’y a eu que cette apparition de Proudhon sur le blog il faut reconnaître avec Enrique qu’il est oublié, et c’est dommage.
        Mais la postface en question a-t-elle été écrite?

  83. Pour les retraites , un tuc me choque , c’est que personne ne parle du fait que le problème du desequilibre de la répartition est tres bref :: 20ou 30 ans et encore ….au bout de 10 ans , on peut dire que 40% du surplus décède …. c’est donc ici réèllement une « crise », avec retour a la normale (pas comme pour l’économie !) ….donc la répartition n’est pas en cause , sauf a l’aider brièvement ds la période papyboom .
    Se prévaloire de ce déséquilibre conjecturel pour manipuler des concepts structurels , c’est là du bel arnaque libéral .

  84. Bon anniversaire Monsieur Jorion. Les vacances et la retraites ont toujours été présentés comme un progrès social. Je post en retard car je suis moi-même en vacances que l’on m’impose mais j’aime bien. Pensez-vous réellement qu’il faudrait interdire les vacances et les retraites vous qui refusez les deux? Votre blog restant ouvert toute l année et vous travaillant a 65 ans. Vive l’esclavage et le retour du féodalisme le néolibéralisme vaincra.

Les commentaires sont fermés.