Inculpation de 12 fonctionnaires russes par la justice américaine

Ouvert aux commentaires.

Je suis en train de lire les documents et en particulier bien entendu le texte de l’inculpation qui fait que cette affaire est en train de changer de nature du tout au tout. L’image qui est en train de se dessiner est en effet absolument inédite : l’élection de Trump en tant qu’acte de guerre de la Russie contre les États-Unis, dans ce nouveau type de guerre qu’est la guerre numérique.

Point remarquable : si les opérations de déstabilisation de l’élection présidentielle de 2016 sont le fait de fonctionnaires russes – comme l’affirme l’inculpation, il s’agit bien d’un acte de guerre entre deux nations, et la question d’une collusion ou non de Trump et/ou de son équipe devient subsidiaire (de l’ordre de la collaboration ou non d’une cinquième colonne).

Ce nouveau développement est tout particulièrement intéressant alors que les deux présidents, américain et russe, se rencontrent lundi : tout mot aimable de Trump envers Poutine apparaîtrait alors comme collusion de Trump et son équipe, non pas simplement avec une puissance étrangère mais avec une puissance étrangère ayant posé un véritable acte de guerre contre les États-Unis.

1° L’inculpation de vendredi soir pour nous vient parfaitement s’articuler avec ce que j’écrivais ici dans la matinée :

Aujourd’hui nous avons à la tête des États-Unis, un président porte-parole servile mais déterminé de Moscou. Rien qu’il ne dise ou décrète qui ne corresponde à la ligne définie au Kremlin en vue d’affaiblir l’influence de l’Europe, en plus de celle de son propre pays bien entendu.

Et aussi avec ce qu’affirmait hier The Guardian dans son éditorial :

Mais M. Trump […] n’est pas notre allié. Il est hostile à nos intérêts et à nos valeurs. Il peut même, si cela continue, devenir une sérieuse menace.

2° Le recours au bitcoin

La direction générale des renseignements (GRU) de l’État-Major des Forces Armées de la Fédération de Russie, à laquelle appartiennent les douze inculpés, aurait utilisé le jeton numérique bitcoin pour le paiement de ses opérations en raison de sa quasi non-traçabilité ; d’autres jetons numériques auraient été utilisés pour des transferts de fonds. Les opérations auraient été financées par l’extraction (« mining ») de bitcoins ; elles se seraient faites par l’intermédiaire de compagnies américaines.

3° Le rôle joué par WikiLeaks

Si WikiLeaks est bien l’organisme auquel renvoie l’étiquette « Organization 1 » de l’inculpation, comme tout semble le suggérer, et si l’échange suivant est avéré (WikiLeaks affirmant au truchement russe Guccifer 2.0 : « envoyez-nous tout matériau pour que nous l’évaluions et cela aura bien plus d’impact que ce que vous faites ») : « Nous pensons que trump a seulement 25% de chances de l’emporter contre hillary … du coup un conflit entre hillary et bernie est intéressant », il est alors clair que WikiLeaks ne diffusait pas les documents hackés dommageables à Hillary Clinton en vue de favoriser Bernie Sanders, mais en vue de favoriser Donald Trump.

14Shares

10 réflexions sur « Inculpation de 12 fonctionnaires russes par la justice américaine »

  1. Image inédite en effet puisque d’après l’article de Georges Mombiot, « la politique américaine est dominée par des milliardaires et des entreprises, qui achètent les candidats et les politiques qu’ils veulent. » ,-)
    La qualification des faits en « acte de guerre » me parait néanmoins un peu disproportionnée. Les ingérences dans les processus de succession sont monnaie courante dans l’histoire. Le caractère inédit c’est que les USA en sont pour la première fois sans doute victimes. Signe de l’effondrement en cours.

  2. Vu la vidéo du jour , convaincante .

    Si c’est vraiment la bonne lecture , on est un peu en effarement de la somme d’intelligence et de rigueur mentale qu’il faut pour qu’un juge parvienne à faire vérité et justice contre la brutalité jouissive et hors limites .
    Etapes suivantes potentielles ?

    Les dirigeants européens sont dans une drôle de position pour établir des liens avec un suspect pas très fiable . Les américains qui pensent plus haut que leur consommation aussi .

    Mes pensées compatissantes et confraternelles pour les fonctionnaires d’autorité américains qui ont le sens de l’Etat et de la démocratie .

      1. Ceci étant , je vais pour une fois saluer le Sénat :

        http://www.lagazettedescommunes.com/574456/le-senat-rejette-lamendement-sur-les-dg-contractuels-retour-a-lassemblee-nationale/

        Ce qui me rappelle un désaccord profond avec Attali , qui était ( je ne sais plus où il en est ) partisan de restrictions draconiennes des droits protégeant les fonctionnaires ( je connais mieux ceux de l’État) , sous couvert de justice vis à vis du simple pékin ( on ne voit pas ce qui empêche d’augmenter les droits du pékin ) , ou de recherche d’économies (la dette , la dette !) , ce qui est complétement recevable , mais plus sainement à rechercher par la fixation démocratique des tâches et fonctions que la majorité populaire souhaite voir gérées par la fonction publique ou par le privé .

        Car , sous couvert de privatisation rampante de tout et n’importe quoi , c’est en fait le contrepoids démocratique contre les outrances et passe-droits des pouvoirs en place ( de ce point de vue , à l’ardeur près , toutes les forces politiques ont cette inclination plus ou moins « naturelle ») qui est torpillé par le torpillage du statut de la FP.

        En particulier , tout ce qui supprime ou affaiblit le fonctionnariat en charge de l’application , du contrôle ou des sanctions , des lois contenues dans les codes ( qui ne s’arrêtent pas au code pénal ) est une atteinte directe à la démocratie .

        Un contractuel ou un sous traitant , c’est tellement plus économique ( faux le plus souvent selon l’échéance ) , malléable et peu syndiqué ( vrai ).

        Soumis à la CFDT .

  3. Vraiment?… la global-bullying super-power qui occupe militairement 130 pays de la planète, finance les groupes extrêmistes susceptibles de servir ses intérêts, renverse de-ci de-là les gouvernements démocratiques qui ne lui conviennent pas, assassine avec ses drones, torture dans ses prisons secrètes…voit la simple révélation de la vérité écrite sur des mails comme un acte de guerre?
    Et si ça se trouve comme on sait aujourd’hui grâce à Snowden et Wikileaks que la NSA a les moyens de « signer » toute attaque par qui elle veut, on se demande quelle valeur auront les preuves que les aigris de la défaite de Clinton ne manqueront pas de ne pas divulguer…
    Mais rendez-nous le cool guy black et sa famille modèle qui faisait ses stand-up et passait si bien à la télé…
    Bon… il a lâché plus de bombes sur plus de pays que Bush-la-référence, Trump fait mieux et lâche une bombe quelque part sur la planète toute les 12 minutes, mais le salaud c’est, euh Oussama? Saddam? Muhammar? c’est qui le number one cette année?… ah oui, Vlad le terrible… brr… en plus il boit pas la vodka on peut pas lui faire signer n’importe quoi.
    Moi perso voir les USA incarnés par le pussy-graber jaune et orange me semble plus dans l’ordre des choses.
    On a des nouvelles des fraudes du parti démocrate pour écarter Sanders qui, lui, aurait gagné l’élection?
    Des nouvelles de la rust-belt?

    1. Vous avez oublié votre conclusion, permettez-moi de l’ajouter :

      « Tous pourris ! Et tout particulièrement les journalistes ! »

      Maintenant je vous laisse, l’analyse de l’actualité m’appelle.

      1. Je n’ai pas oublié la conclusion puisque je n’en ai pas de certaine, merci de ne pas en faire une à ma place…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.