16 réflexions sur « Louvain-la-Neuve, À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?, le 30 août 2019 »

  1. Mr Jorion est progressivement passé avec les années d’une réflexion riche sur la complexité à une posture incantatoire de type techniciste. Tandis que l’histoire de ces 200 dernières années ne cesse de nous re-démontrer à l’envie que pour chaque problème résolu, les sciences et techniques en ont posées dix nouveaux, Mr Jorion nous explique que c’est néanmoins aux sciences et techniques qu’il faille s’en remettre pour la suite, un peu à la manière des financiers qui après une crise de 2007-2010 causée par une dérégulation massive du secteur, nous expliquaient que la raison en était un manque de dérégulation… Une fuite en avant digne des shadoks préférant toujours pomper à quoi que ce soit d’autre.

    Quant à moi je me suis promené à Lorient aujourd’hui, je n’y étais pas allé depuis un bout de temps, et j’y ai constaté une profusion d’herbes folles. Chaque interstice, chaque fissure dans le bitume, chaque jointure défaillante dans le pavé était le lieu d’une prolifération de mousses, graminées, pissenlits telle que je n’en avais jamais vue… La nature m’y est alors parue bien plus colonisatrice que nous ne pourrions jamais l’être, mais également bien plus patiente. J’avais déjà fait un constat similaire dans mes contrées, bien plus campagnardes, mais j’avais mis cela sur le compte d’un défaut des services communaux et d’une exposition plus élevées à ces « adventices ». J’avais également constaté une certaine virulence dans mon jardin ces dernières années, bien que pas toujours le fait des espèces attisant le plus mon intérêt… Je n’en avais pas tiré d’enseignement particulier. Quoi qu’il en soit, entre les constats alarmistes issus de tableurs, et de simulations informatiques et de travaux de laboratoires, et mes observations personnelles sur le terrain, je me demande où se situe exactement la lucidité. Comme lorsque la météo à la télé ou dans les journaux me prédit un jour de pluie tandis qu’un œil jeté à la fenêtre me permet de constater un franc et plein soleil…

    N’y a-t-il pas dans cette théorie du « grand collapse » ou de « l’Extinction » (avec un grand « e » pour en accentuer l’emphase) une dose massive de vanité, à croire que l’histoire humaine devrait nécessairement être autre chose qu’une nouvelle occurrence de celle des dinosaures? N’y aurait-il pas aussi quelque chose de l’ordre de l’angoisse face à la mort, élément constitutif de nos cultures depuis des millénaires dans ces discours catastrophistes (l’un des rares éléments d’accord que je trouve avec les propos de Cyril Dion)? Discours dont on a vu une recrudescence depuis le début des années 2000: Trou dans la couche d’ozone, bug de l’an 2000, crise de ceci ou de cela, épidémies qui surviennent, ou pas (clin d’œil à Mme Bachelot et sa campagne de vaccination contre le H1N1). Tout ceci ne procède-t-il pas finalement de ce mode de gouvernance décrit par Naomie Klein sous le terme de « stratégie du choc », et pourrait-on (faudrait-il) éviter de s’y vautrer sans vergogne?

    1. Il n’y a pas que les herbes folles qui prolifèrent, les canicules aussi prolifèrent, les ouragans gagnent en intensité … ça ce ne sont pas de fausses alertes, c’est déjà la réalité sur cette planète.

      1. Et comme je n’ai parlé à aucun moment de « fausses alertes » mais de « constats alarmistes », tout est pour le mieux…

    2. @ Dissonance,
      y a pas photo ! Entre vos poétiques déambulations, vos fines observations sur le terrain et (je cite) « les constats alarmistes issus de tableurs» comment peut-on hésiter ?
      Tous ces pauvres idiots courbés à leur bureau pour faire remplir des tableurs et faire des simulations informatiques et vous le promeneur, comment ne pas choisir votre lucidité !
      Ah merci pour ce petit rire matinal !

    1. Cette lettre à Greta Thunberg d’Orlov est abjecte.

      IL y a d’abord cette manière de s’adresser à elle en faisant mine d’avoir une certaine empathie envers et de dire même qu’elle est injustement attaquée, et aussitôt après d’en rajouter une couche : mais quand même Greta vous êtes bien trop émotive …

      Et il y a le fond, inepte :
      Juste un exemple parmi d’autres :

      « Les climatologues qui croient qu’il est impossible de prédire le climat parce que c’est trop compliqué n’obtiennent aucun financement et abandonnent complètement la science du climat.  »

      Cette phrase est extraordinaire de bêtise. Des climatologues qui décrètent que c’est trop compliqué et renoncent à expliquer et prédire n’ont plus une attitude scientifique, c’est donc logique qu’ils n’obtiennent plus de financement, c’est la moindre des choses.

      1. @PYD

         » Des climatologues qui décrètent que c’est trop compliqué et renoncent à expliquer et prédire n’ont plus une attitude scientifique »

        Non PYD, des scientifiques qui admettent que certains pans de leur discipline sont hors de leur portée (par défaut de moyens, d’outils théoriques, etc) sont juste des scientifiques rigoureux. Ceux qui prétendent vouloir tout expliquer répondent au contraire plutôt au syndrome de « l’expert ». Ainsi les physiciens qui renoncent à expliquer ce qui se passe avant le big bang sont plutôt nombreux et pourtant on ne peut leur dénier leur qualité de scientifiques (oui bien sur, il y a les frères Bogdanov…).

        La description que fait Orlov de la course aux financements qui contraint les recherches scientifiques dans un sens plutôt que dans un autre est en outre loin de m’être étrangère, je l’ai déjà entendue 10 fois, 100 fois peut-être. Je crois même l’avoir devinée dans l’histoire de notre hôte, c’est dire…

      2. @ Dissonance,
        il faut arrêter de vous trémousser sur votre chaise !
        M’enfin on parle de climatologie, pas de cosmologie !
        Votre assertion est ridicule : on sait bien désormais qui se cache avec des déclarations du type « c’est trop compliqué et renoncent à expliquer et prédire », des climatosceptiques qui cherchent à tirer leurs dernières cartouches et qui, eux, ont eu de gros financement pendant des années de la part des grosses compagnies pétrolières. C’est maintenant connu.
        Svante Arrhenius l’a compris en 1896 : il faut cesser de nous prendre pour des c***.

      3. @Jacques Seignan

        Je ne sais pas lequel de nous se trémousse le plus. Je n’éprouve ni le besoin d’utiliser l’exclamation comme mode de communication ni de faire des sophismes à la chaîne en guise d’arguments.

      4. Dissonance qui s’appuie sur Orlov, qui lui, dégueule sa morve sur Greta pour finalement égratigner PYD et PJ, on croit rêver.
        Dissonance, vous avez l’art de pousser la cacophonie sophistique à des sommets himalayens.
        Attention quand même au manque d’oxygène,

  2. Bonjour,
    Pourquoi promouvoir la taxation des outils quand on pourrait commencer par detaxer les revenus du travail avec les revenus des taxes carbone (si on la mettait a un niveau efficace) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.