270 réflexions sur « FLASH SPÉCIAL : La signification de la démission de Jürgen Stark »

  1. Bonjour à tous,
    Il serait très étonnant que Mme LAGARDE ait répété à 4 ou 5 reprises l’importance et l’urgence d’une recapitalisation des banques Européennes au risque d’ajouter de l’huile sur le feu. Elle a d’ailleurs essuyé de nombreuses critiques des responsables économiques, et les marchés ont réagit à la baisse à ses propos. Sans que ce ne soit les prémices d’un changement d’attidude du FMI vis à vis du problème Grecque. La réponse aura peut être lieu Mercredi 14 à l’issue de la réunion exceptionnelle que le FMI organise.
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/09/09/reunion-d-urgence-du-fmi-sur-la-grece-mercredi_1569838_3234.html

  2. Je suis ravi par l’incompétence généralisée qui se propage, ce machin fabriqué par des machines très instruites et sans mode d’emploi, qui impressionne autant que les blockhaus encore debout sur nos jolies plages. Visitez « La Coupole » à St Omer (62) cette colline recouverte d’une chape de béton de 5 mètres d’épaisseur, un musé à la gloire de l’ingénierie allemande, une ex base de lancement des V2 qui n’a jamais servi. Cela me fait toujours rire quand on parle de gaspillage d’argent, pauvre remarque à l’usage des pauvres et répétée comme une mantra, par les mêmes. Le supermarché c’est l’autopsie des secrets publics dérisoires de nos dites sociétés, de profondis

    1. Ce qu’il faudrait démanteler, ce sont les V2 nucléaires puissance 10,
      installés par des bourgeoisies aujourd’hui plus dangereuses qu’Hitler
      et qui nous menacent toute vie sur la planète!

  3. 200 000 offres d’emplois sur le site de l’anpe, et lorsque j’ai hasardé qu’il y avait 2-3 millions de chômeurs une personne mieux informée m’a dit non, plutôt 6-9 millions, en France je précise, en tenant compte du sous-travail. etc.

    Hervé Kempf publie « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme ». les livres de P.J sont toujours aussi peu exposés…

    Le titre quand-même va plus loin que ce que l’on ose dire la plupart du temps, et le contenu est surtout axé sur le diagnostic après un premier coup d’oeil.

    L’après-capitalisme (et non le « post » qui est le même) semble de plus en plus gagner les esprits, encore confusément, mais il y a plusieurs voies possibles soit la table rase, selon Fourier par ex (voir l’Ode à Fourier, par parenthèse le surréalisme créait quand-même une oasis de libération de la parole et ce n’est pas rien), soit par « droit d’inventaire », par exemple je refuse absolument plusieurs dogmes admis qui s’énoncent fréquemment…

    Si l’on met de côté le devoir qui nous incombent aujourd’hui présents, de réformer la démocratie et ce n’est pas une mince affaire et ceci doit passer par l’élection d’une Constituante le moment venu, avec le concours des meilleurs juristes…

    Il y a le problème très épineux de la concurrence au sens large et de la concurrence internationale (dumping, décret Bolkenstein), c’est à dire qu’on lui trouve la vertu de « stimuler » l’économie. Alors peut-on survivre dans un système où tout le monde n’est pas forcé par la nécessité de travailler pour survivre, donc moins « stimulant », etc.

    Un après-capitalisme n’est pas facile à concevoir. On risque des écueils « vendéens » (troubles), l’anarchie ou la dictature. Pour le moment nous avons une dictature des baronnies capitalistes, puisque l’argent corrompt presque toute la sphère politique….

  4. Quelqu’un se rappelle t-il le montant des salaires, primes et dividendes reversées par le secteur bancaire en 2009 et 2010, alors que ce dernier « to big to fail », techniquement en faillite depuis 2008 et sauvé par le denier public ?
    L’annonce de Lagarde prépare le terrain pour une ultime opération de cavalerie bancaire internationale…
    Recapitaliser le secteur avec les fonds public,
    Rachat en masse de dettes d’état, insolvables,
    Création de liquidités immédiatement portées au compte d’exploitation,
    Liquidités utilisées sur les marchés des matières premières via les black pools et paradis fiscaux
    Estimation des bénéfices du secteur par des faux bilans, tronqués par des CDS surestimés
    Versement des salaires, parachutes dorés, primes et dividendes à hauteur de ce faux bilan…
    …Re faillite des banques
    Nationalisation des banques bourrées d’actifs pourris… Le peuple paie… ou se révolte

    1. Je sentirais plutôt ceci: le peuple se révolte et payera quoi qu’il arrive!.
      Une révolution n’aboutira pas sans soutien policier ou militaire.
      Croyez-vous que les dirigeants laisseront des chefs de police se rebeller?
      Oui, il y aura révolte, sévère même, mais ce sera un coup dans l’eau. Que voit-on en Grèce déjà?

      Non, les dirigeants savent se remettre en question, ceux qui n’y arrivent pas quitte le navire à l’image de Jürgen Stark, trop psycho-rigide le Jürgen!
      Je dis « remettre en question », mais en fait ils se compromettent carrément. Jean-Claude Trichet est plus souple lui, il veut aussi vivre le rêve Américain. Quand on laisse tomber ses propres valeurs et que de l’argent est à la clé, on peut vite monter dans la pyramide du pouvoir, c’est l’American Dream. C’est le pragmatisme anglo-saxon.
      Du chaos actuel naîtra l’ordre de demain, il est en route, le voilà à l’action:
      http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/09/la-fin-de-la-tentation-du-chemin-solitaire-sonderweg-allemand-place-la-france-devant-ses-responsabil.html

      Franchement, y’a pas de quoi se plaindre en Belgique, au coeur de la forteresse, on sera garni! L’Allemagne n’en parlons pas, elle contrôle le jeu!
      Par contre, les autres, ils vont avoir du mal à faire passer la pillule auprès du peuple…

  5. Samedi 10 septembre 2011 :

    La signification de la démission de Jürgen Stark : cette démission signifie que la France n’est plus dans le groupe des Etats européens du Nord. Cette démission signifie que la France vient de basculer dans le groupe des Etats européens périphériques.

    1- Le groupe des Etats européens du Nord était jusqu’à présent constitué des Etats du coeur de l’Europe, du Nord de l’Europe, et la France en faisait partie.

    La caractéristique de ce groupe est la suivante : les Etats européens du Nord ne veulent pas payer pour sauver les Etats européens périphériques.

    Exemple numéro 1 : jeudi 30 juin 2011, le Royaume-uni, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Finlande, le Danemark et la Suède déclarent qu’ils ne veulent pas que le budget de l’Union Européenne soit porté à 1,11 % du PIB de l’Union Européenne. Ils veulent que le budget de l’UE reste au niveau ridicule de 1 % du PIB de l’UE.

    Exemple numéro 2 : les Etats européens du Nord ne veulent pas la création des eurobonds.

    Exemple numéro 3 : les dirigeants de la BCE originaires des Etats européens du Nord ne veulent pas que la BCE rachète les obligations des Etats européens périphériques. L’Allemand Jürgen Stark était notoirement opposé à cette action, rejoint en cela par le patron de la Bundesbank, l’Allemand Jens Weidmann, ou encore le Néerlandais Klaas Knot.

    Lisez cet article très important :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/09/09/04016-20110909ARTFIG00668-la-bce-se-dechire-sur-la-strategie-pour-sauver-l-euro.php

    2- Le groupe des Etats européens périphériques était jusqu’à présent constitué des cinq Etats européens en faillite : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne.

    La caractéristique de ce groupe est la suivante : les Etats européens périphériques sont en faillite, et ils veulent que les Etats européens du Nord paient davantage pour les aider.

    Exemple numéro 1 : les Etats européens périphériques veulent que le budget de l’UE soit augmenté de façon massive.

    Exemple numéro 2 : les Etats européens périphériques veulent la création des eurobonds.

    Exemple numéro 3 : les Etats européens périphériques veulent que la BCE rachète massivement leurs obligations d’Etat.

    Conclusion : la zone euro est en train de se disloquer. Les Etats européens ne sont pas d’accord entre eux. Leurs intérêts ne sont pas les mêmes. Et en plus, à l’intérieur même de la BCE, les dirigeants de la BCE ne sont pas du tout d’accord entre eux.

    Conclusion numéro 2 : samedi 10 septembre 2011, la zone euro s’est brisée en deux groupes d’Etats :
    – le groupe des Etats européens du Nord
    – et le groupe des Etats européens périphériques : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, France.

    1. BA vous pouvez couper la Belgique en deux aussi, Sud(francophone Wallonie Bruxelles)dans la zone euro Sud et Flandre dans la zone euro nord.D’ou la prochaine division du pays.

      1. pas si évident : la Belgique se scinde principalement sous l’effet des transferts de souveraineté (en haut à l’UE, en bas aux régions) : le gouvernement belge ne sert plus à grand chose (si : flexibiliser le marché).

        une scission de l’UE (terra inconita : les traités ne seront pas réellement valides alors) peut entrainer un retour de souveraineté au gouvernement national.

        D’un autre coté, il est vrai qu’ils ont supprimé l’élection de miss belgique récemment. Sans être pour ce carnaval, c’est un détail symbolique…

      2. La Belgique est aussi un cas d’école par la confusion entretenue (par les uns et les autres) entre des arguments économiques purs et durs et d’autres arguments plus émotionnels et rassembleurs : linguistiques, culturels, historiques…

        A ce jeu, le stéréotype est une arme aussi vieille que l’incitation à la haine. De même que les grecs et les espagnols seraient des fainéants occupés à toucher les subventions européennes en somnolant sur la plage, les wallons seraient des assistés incapables de faire fructifier quoi que ce soit.

        Evidemment, le stéréotype fonctionne dans l’autre sens (ces germains, froids et calculateurs…)

    2. ….Avec une monnaie commune (€ ) et non plus unique pour les échanges internationaux, et une monnaie nationale ( franc, lire, etc ) à l’intérieur dont la valeur au change dépend du pib, de la planche à billets, etc et surtout le droit de battre monnaie et pas de s’en remettre aux banquiers qui te piquent des taux d’intérêt au passage!
      ça se tient, bienvenue au club med!
      cela dit, il va falloir faire défaut partiel, parce qu’avec, disons un € à 10 francs au lieu de 6.55957, bonjour la note!

      1. « cela dit, il va falloir faire défaut partiel, parce qu’avec, disons un € à 10 francs au lieu de 6.55957, bonjour la note! »

        Si c’est la grêce, c’est le drachme (et là les dettes montent).

        Si l’allemagne (ou la france) sortent, c’est l’euro (et les dettes afférentes) qui chute.

        (à prendre en compte que l’allemagne commerce avec la zone euro de manière importante : la baisse de la dette est à prendre en rapport de la baisse possible des exportations)

      2. Mon impression: L’Allemagne ne sortira pas de l’euro, cela ferait un mark à 30 euro. Je vote pour la Grèce. Et sans doute des alliances entre Europe du Nord (Hollande, Belgique, Luxembourg arrimés à l’Allemagne) et celle des Pays du sud scotchés à la France (Italie, Espagne, Portugal). Le reste suivra qui veut (Irlande – GB…)

      1. Petit parallèle historique :

        Le phénix européen réapparaît au milieu des années 20, alors que l’économie du Continent se stabilise et que la France et l’Allemagne se rapprochent (…) On réactive l’idée d’un autrichien, Coudenhove-Kalergi, qui avait préconisé quelques années plus tôt la création des « Etats-Unis d’Europe », comportant une industrie sidérurgique commune, un marché unique, une union monétaire…

        En 1928, la Société des Nations vote la mise hors la loi de la guerre. Et c’est en son siège, à Genève qu’Aristide Briand dévoile son projet d’union, invitant les 27 nations européennes représentées dans l’enceinte à négocier. L’Allemagne s’enthousiasme, pourvu que l’union soit d’abord économique. (…)

        La réconciliation européenne est favorisée par la reprise économique qui diffuse ses effets euphorisants sur le Continent. Comme toujours, les peuples sont prêts à l’ouverture quand ils n’ont pas peur du futur.

        F. LENGLET, La crise des années ’30 est devant nous, 2007.

      1. C’est déjà acquis dans l’esprit subliminal limité de celui qui croit nous gouverner :
        http://www.youtube.com/watch?v=1sSXj6zjvmI

        …mais pourquoi pas la vendre aux Allemands, en effet ? …allez, entre 100 et 200 milliards d’euros, de quoi éponger la dette pour quelques années !

        Napoléon avait bien vendu la Louisiane… (pour une bouchée de pain)

  6. Il faut détruire le monstre, « tuer le zombie » (le néo-libéralisme, les « marchés » sont bien morts en 2008, non?) Avec vos mains, avec vos poings, il ne succombera pas de nos appels au bon sens!

    Tous dans l’action, très bientôt.

      1. Dans le réel, il y du sale boulot : le plus tendre des nourrissons doit sa vie à la prédation de la vie d’une multitude d’autres êtres (en ce sens toute vie est par essence criminelle : vous mangez tous les jours, non?). Et oui Jérémie, il faut faire du mal pour atteindre au moindre mal, on sort pas de ça.

    1. Maréchal, nous voilà….NS va nous abreuver à la télé de causeries au coin du feu, fustigeant les congés- payés, les 35 h, les rtt, le front popu, les mensonges ( de la gauche, hein ) qui nous ont fait tant de mal ( la terre, elle, ne ment pas) après ça, les pleins pouvoirs votés par l’assemblée nationale ( sauf quelques mauvais coucheurs qui voudront emprunter le Massillia, ex yacht à Tapie ), les fonctionnaires prêtent serment …..ça va ,ça va, l’histoire de se répète pas, elle ne repasse pas les plats!

      1. Et les agriculteurs passés en 40 ans de 15% à 1% de la population ?
        conclusion:
        Nous avons abandonné la terre, qui elle ne ment pas
        Avec ça, bon pour faire don de sa personne au pays. Pour le remettre dans les brancards:
        l’occupant est exigeant.

        Mauvais rêve.

    2. @torduducarafon vous êtes
      torduducarafon, souhaitons que la contamination de votre maladie psychique ne gagne pas les électeurs saints et seinnes d’esprit…Pauvre « corps- nichons »…Cela dit avec le jambon « why not! »./

    3. Cela fait environ six mois que je me demande sans trop y croire s’il y aura réellement des élections en 2012. Est il possible que soit déclaré un état d’urgence, suspendant les processus » démocratiques » et instaurant une dictature donc, dans « l’intérêt de la nation »?
      Je n’ose y penser plus que çà, mais çà me trotte dans la tête…

  7. il n’y a pas de science économique libérale elle n’est effectivement qu’une réponse à MARX et a connu un certain succès avec le Fordisme il n’ y a qu’une science du rapport de force de la politique et le rapport de force est libéral sauf à accepter de se faire tuer pour évincer et gouverner avec d’autres critères la science ne le permet plus .
    je ne remercie pas MARX il était trop bavard trop sur de lui ! il a donné des armes il a permis au système de perdurer beaucoup sont morts à cause de lui !

  8. Malcolm de Chazal écrivait :
    Le sorcier
    Est
    A point
    Quand
    Il s’est
    Lui-même
    Ensorcelé.

    (Il ne parlait pas là de nos gars de la finance)
    Une autre poésie pour ensoleiller votre week_end ;
    Les gouttes
    Qui font
    Déborder
    Le vase
    Se bousculent
    Au portillon.

    A votre avis , de qui est-ce ?

  9. @Paul Jorion,

    Je ne comprends pas pourquoi vous considérez comme une mauvaise nouvelle cette démission de Stark, alors qu’elle me semble au contraire ouvrir enfin de nouveaux horizons.
    – Si l’on considère la position orthodoxe de ces gens comme la raison principale du blocage idéologique à la source de la dite crise de l’eurozone.
    – Et d’autre part que l’opinion allemande et la nouvelle majorité politique à venir en Allemagne semblent avoir évolué suffisamment pour enfin comprendre que l’Allemagne gagne plus qu’elle ne perd à garder l’euro quelle que soit la configuration de la zone.

    Exit Stark ? Cet homme est un homme seul qui ne représente plus rien, même plus la position allemande. Pourquoi alors est-ce selon vous une si mauvaise nouvelle ?

  10. « Le prix des CDS sur les obligations d’un état représente une évaluation spéculative du risque de défaut de cet état ».

    Bon ,d’accord.

    Je suppose qu’une évaluation « non spéculative », c’est une évaluation « objective »? Corrigez moi si je me trompe.

    Qui est capable d’effectuer, a une date T0, une évaluation objective du risque de défaut d’un état avant une date T0 + D ?

    Par exemple pour la Grèce, la France et les Etats Unis, quelle est l’évaluation objective du risque de défaut de ces états d’ici 6mois, 1an, 2ans, 5ans, 10ans?

    Qui est capable de faire cette évaluation objective?

    Les agences de notation?
    Les états eux mêmes?
    Une institution publique mondiale?
    George Soros?
    L’oracle d’Apollon Pythien?

    Qui?

    1. Un « point de vue objectif » peut se révéler faux a posteriori vu le déroulement des événements. Cela ne l’aura pas empêché d’être « objectif » au moment-même – par opposition à « biaisé ».

      1. Comment savoir si un point de vue est objectif? Comment avoir confiance en l’objectivité de celui qui émet ce point de vue?

        1. Comment savoir si vous avez vraiment écrit une phrase ? Comment savoir si les mots que vous avez utilisés sont de « vrais » mots ?

          Il y a des critères. Ces critères sont conventionnels. Vous pouvez remettre chacune de ces conventions en question et vous finirez par parler tout seul… sans que personne ne vous écoute. C’est que vous faisiez l’autre jour, et que vous vous apprêtez à refaire. Parce que vous vous « énervez ».

          Ceci vous rappelle-t-il quelque chose ?

          chris06 dit :
          8 septembre 2011 à 12:14
          ça y est, hier je me suis fais jeter du blog de Jorion.

          Il n’a pas supporté que je remarque qu’il exagérait outrageusement les résultats d’une étude en disant qu’elle « montre que le monde appartient à 147 compagnies aux intérêts entremêlés ».
          En fait, cette étude, très intéressante par ailleurs, montre que ces 147 compagnies contrôlent 40% de la valeur économique des Entreprises TransNationales mondiales.

          Mais ce résultat impressionnant n’est pas suffisant pour Jorion, sa malhonnêteté intellectuelle et ses biais cognitifs le pousse toujours à modifier la vérité pour qu’elle adhère à sa représentation personnelle.

          Ce goût pour les raccourcis malhonnêtes, l’exagération et le sensationnalisme est d’ailleurs systématique chez Jorion:

          C’est vrai pour la spéculation quand il ose dire qu’elle était interdite dans la plupart des pays avant 1885 (ce qui était interdit, en France, c’était la vente à découvert des titres sur les administrations publiques et les sociétés nationalisées) et qu’il suffirait de rétablir les articles 421 et 422 du code pénal qui avaient été abrogés en 1885 pour « interdire la spéculation ».

          C’est vrai pour sa « proposition phare » l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix quand il ose dire, par exemple, que les marchés à terme des matières premières pourraient très bien fonctionner sans aucun spéculateurs (on se demande quel négociant acceptera de payer avec un an d’avance une marchandise qui n’a pas encore été produite, mais que voulez vous, procurer de la liquidité pour financer les besoins des producteurs n’est pas utile pour Jorion. Alors on passe de l’extrême néo-libéral actuel, spéculation et liquidité sans limites, à l’extrême jorionesque, spéculation et liquidité sont totalement inutiles).

          C’est vrai sur la monnaie, bien sûr, quand il ose dire que seule la définition du blog n’a un sens (monnaie = monnaie fiduciaire), que voulez vous, le blog pense réunir la quintessence de la connaissance dans ces domaines mais n’arrive pas a dépasser cette question stérile de la définition de la monnaie et refuse toute analyse empirique des mécanismes qui lient crédit, dépôts et monnaie fiduciaire. Le blog préfère d’ailleurs toujours véhiculer les dogmes, les idées reçues et les raisonnements à priori à l’empirisme et au raisonnement critique.

          Le plus rigolo c’est que Jorion a bloqué mon IP après avoir écrit ces mots:

          « C’est très beau de se battre seul contre tous, et je vous admire. Si vous êtes payé pour le faire, dites à vos employeurs que c’est moi qui vous ai dit d’arrêter et que ce n’est pas de votre faute. »

          Voila, si vous n’êtes pas d’accord avec Jorion, c’est sans doute que quelqu’un vous paie pour vous exprimer. Le jour où il avouera qu’il a eu tort sur quelque chose ou bien qu’il acceptera la critique n’est pas prêt d’arriver!

          Quelle tristesse, quand je pense que son blog est classé #1 dans les blogs d’économie. Le sensationnalisme, les titres racoleurs et les raisonnements simplistes attireront toujours beaucoup plus de lecteurs qui ne cherchent pas à comprendre avec précision mais seulement à confirmer leurs biais personnels et libérer leurs frustrations d’un système dont ils se sentent rejetés que si on est est précis et nuancé.

          Répondre
          Sam dit :
          8 septembre 2011 à 13:44
          @Chris 06

          J’ai suivi ton échange avec Jorion. D’un côté ironie concise, de l’autre pointillisme sémantique.
          J’ai trouvé que stricto sensu tu avais raison sur les éléments donnés dans le doc « 147”, mais que les déductions de Jorion n’étaient pas fausses. Paradoxe, hein ?…
          Je m’explique. Tu prends un groupe de gens qui mettent en place une structure commune (le Réseau) , dans un moment similaire et que l’on constate qu’ils ont même statut social, même moyens et même club, même intérêts…Ne peut-on avance le mot « complot », objectif ?…Que tu ne trouveras jamais dans leurs documents et ou, par contre, tu pourras établir des différences, mêmes mineures, peu significatives entre ces gens. Donc, à la lettre tu as raison…

          On retrouve la même différence entre toi et lui sur l’interdiction des paris et l’exemple du marché des matières premières que tu développes.
          Tu montres que le marché de matières premières ne fonctionnerait pas s’il n’y avait pas d’argent dedans. Ça me paraît plutôt logique et, dans ce cas, le raisonnement de Jorion est faux.
          Mais il parle, lui, me semble-t-il, de la contingence du marché et veut en déduire quelque chose avec lequel j’adhère. On peut (et on doit sans doute, si on veut en finir avec la spéculation) supprimer le marché. D’autant que les paysans, producteurs, peuvent se faire financer par des structures étatiques existantes ou à construire, ou des particuliers sans tout ça soit agrégé dans une structure de marché qui transmute les productions en valeurs appelant à spéculation.

          Dans le cadre du marché, de l’analyse et du maintien du marché, tu as encore raison.
          Dans une dynamique de dépassement, d’enterrement d’un marché spéculatif Jorion n’a pas tort, il faut supprimer ces marchés des matières premières.

          Vos présupposés à tout deux ne sont pas identiques (et dieu merci, finalement), fatalement vos raisonnements divergent et trouvent leur assises, comme leur légitimité dans des conceptions du monde essentiellement différentes.

          Vous ne parlez de la même chose, vous ne voyez pas le même monde.

      2. Oui je m’en souvient, j’ai aussi écrit ceci, en espérant que vous le lisiez:

        @Opps59,

        je suis bien d’accord avec toi, il ne peut y avoir de débat chez Jorion car il n’y a pas d’arbitre. Il dit lui même que le but de son blog est d’être une plateforme permettant de réfléchir collectivement aux questions du monde contemporain, ce qui est tout à fait louable, et aboutit évidemment au centralisme démocratique, la négation du débat sans s’en rendre compte, en écartant, voir ridiculisant, tous ceux qui n’ont pas sa vision propre du monde et les mêmes inclinations politiques. Je n’ai rien contre les gens qui sont très à gauche, bien au contraire, je pense qu’ils ont raison sur bien des points et qu’ils sont indispensables dans toute réflexion collective sur les questions du monde contemporain. Mais je pense la même chose de tous les bords politiques. Le blog n’est même plus conscient du fait que les discussions virent toujours dans la même direction, avec une homogénéité des a prioris moraux du genre bourgeois, mauvais, pauvre, bon, égalité vaut mieux que liberté, etc…Le blog pense être représentatif des opinions de la population en général, celui qu’ils appellent communément « le peuple » sans se rendre compte qu’ils ne représentent en fait qu’une minorité.

        Je pense qu’organiser un vrai débat démocratique sur ces questions d’ordre politico-économique est quelque chose d’absolument indispensable aujourd’hui, qu’un blog ou un réseau de blog peut être un outil formidable pour essayer d’y arriver, mais aussi extrêmement difficile à réaliser. Jorion et en fait tous ceux qui veulent réellement qu’un tel débat sur les questions fondamentales auxquelles est confronté le monde contemporain ait lieu, feraient mieux de réfléchir à quelles sont les conditions indispensables à sa mise en place plutôt que de continuer dans ce qui est devenu une véritable farce c’est à dire quelque chose similaire à un débat au sein du parti communiste d’union soviétique après avoir voté la doctrine du centralisme démocratique!

        1. Ah ! Vous menez une croisade contre le communisme stalinien ! Tous s’explique ! Et quand vous me critiquez, c’est le spectre de Staline me tapotant d’un air approbateur sur la tête que vous visez en réalité.

          Là vous êtes très mal tombé : j’ai 65 ans, il y a parmi les gens qui nous lisent des anciens camarades d’école à moi, des camarades d’université, etc. demandez leur de citer un seul mot, une seule phrase positive que j’aurais pu prononcer pendant ces 65 années à propos du « communisme » soviétique, chinois, etc.

          Je vous souhaite bonne chance !

      3. Le centralisme démocratique, c’était plutôt une idée de Lénine, mais bon.
        Je ne parle pas ici de vos aspirations au communisme stalinien, je sais bien que ce n’est pas le cas. Je parle de la manière d’organiser un débat démocratique, il faut résister à tout prix au centralisme démocratique alors que c’est ce qui se passe sur votre blog.

        En êtes vous conscient?

      4. Permettez-moi de m’immiscer dans votre discussion. Je ne vois aucun rapport entre le fonctionnement du blog et le centralisme démocratique, une notion propre aux partis communistes dont on connaît les dérives staliniennes, amenant à assimiler l’un à l’autre d’ailleurs, trouvant leurs racines dans le léninisme.

        Quoi qu’il en soit, le repoussoir du stalinisme ne doit pas être servi à toutes les sauces  !

      5. J’ai déjà dis sur ce blog que la présence permanente de désinformateurs est fatigante.
        J’avais même ajouté un autre qualificatif très utilisé par Bernanos et qui a été censuré à l’époque.
        Il est très facile de reconnaître un désinformateur quand il est actif.
        Tout commentaire qui oppose la « liberté capitaliste » à la « dictature communiste » est un désinformateur puisque la dictature dite soviétique a pratiquement disparu du monde et que personne ne semble aujourd’hui la regretter.
        Le fait d’opposer artificiellement deux camps dont l’un a depuis longtemps perdu la guerre, à supposer que cette guerre ait réellement existé, ne sert qu’à absoudre le camp vainqueur dont on voit aujourd’hui quelles merveilles il nous a apportées.
        Il existe aussi d’autres sortes de désinformateurs, mais qui sont plus difficiles à débusquer.
        Le détective poursuit son enquête.

      6. Le centralisme démocratique est une notion propre aux partis communistes car ce sont les seuls à avoir essayé de mettre en place une réelle démocratie :

        Le même processus de centralisation démocratique est à l’oeuvre sur ce blog, comme sur bien d’autres d’ailleurs.

        1. on commence par liberté totale de discussion
        2. se créent automatiquement un certain nombre de groupuscules ayant des idées différentes sur les questions essentielles : jusqu’à là, pas de problème
        3. si on n’y prend garde, un des groupuscules, généralement celui constitué autour de la personne visionnaire qui a initié le processus, se transforme en noyau central, un groupuscule plus gros que les autres.
        4. jusqu’à là il y a toujours liberté totale de discussion mais certaines des discussions entre groupuscules commencent à agacer ceux du noyau central qui ne les jugent pas constructives ou pensent les avoir déjà résolues
        5. Le noyau central commence alors a essayer d’intimider les autres groupuscules, soit en convaincant d’une manière autoritaire un certain nombre d’entre eux que la discussion sur tel ou tel sujet est maintenant close car déjà résolue dans le noyau central, soit en ridiculisant les groupuscules récalcitrants.
        6. devant le tohu-bohu généré par les groupuscules récalcitrants, le noyau central qui s’est maintenant agrandi des groupuscules qu’il a réussi à intmider, commence à censurer voire interdire de parole les éléments jugés subversifs. Certains d’entre eux parten en exil
        7. il finit alors avec la doctrine du centralisme démocratique : « liberté totale de discussion, tous unis dans l’action » (ici se sera plutôt, tous unis dans les propositions du blog de Paul Jorion)

        Je pense qu’ici, on est largement au stade 6.

        Il faut à tout prix résister à ce processus or vous n’avez fait que l’encourager. Ce n’est jamais trop tard pour faire machine arrière, pour revenir à l ‘esprit original du blog de Paul Jorion, celui d’offrir une plateforme de débats démocratiques et de réflexions sur les questions du monde contemporain.

      7. Il est très aventureux d’imaginer qu’un blog puisse apporter des solutions sans conteste à des problèmes du niveau de ce qui se débat ici .

        Et l’on y débat , ce qui ne devrait pas déplaire à un britannique .

        Sur le « fonctionnement du blog  » , s’il est à coup sûr  » modéré » , je n’ai jamais senti que la « censure » ait été atteinte au point d’étouffer dans l’oeuf des voix discordantes .

        La limite du débat c’est l’opposition de deux monologues .

        Là le fonctionnement du blog serait perverti .

        Je confirme par ailleurs que les sensibiltés majoritairement exprimées ici ne sont pas statistiquement représentatives de la population française …à ce jour .

        PS : quand la crispation arrive , il vaut toujours mieux prendre un temps de méditation et prendre un peu l’air .

      8. Chris parle encore une fois de ce qu’il ignore totalement.
        Le centralisme démocratique ne peut s’appliquer dans un blog, par définition.
        Il concerne une organisatipn, et consiste à délibérer démocratiquement, avec les mêmes droits et moyens pour tous, contre l’engagement de respecter la décision prise ensemble, démocratiquement. Exemple: mon association de locataires.
        C’est ainsi que fonctionnent toutes les structures démocratiques, ce qui exclue bien sûr les partis de politiciens professionnels (de gauche comme de droite) ou les entreprises.

        Pour le reste, le jugement sur Paul est tout simplement malhonnête.

      9. Je parle ici de liberté des discussions.

        Il est évident qu’un certain nombre de règles, dans l’intérêt commun de tous ceux qui participent à ces discussions, doivent être mises en place pour pouvoir assurer cette liberté des discussions.

        Puisqu’il s’agit du blog de Paul Jorion, c’est à lui de définir des règles obéissant à des critères, autant que possible, objectifs, de les publier, et à ceux qui participent aux discussions de les observer, et sinon d’être censurés par la modération.
        Ces règles peuvent aussi contenir des avertissements ainsi que des sanctions, blocage temporaire d’IP et même définitif si les manquements à ces règles s’avèrent répétitifs.

        Tout cela est bien entendu nécessaire pour permettre un réel débat démocratique. La liberté sans règles, cela n’existe pas. Mais des règles inconnues de tous ceux qui participent aux discussions, c’est la négation de la démocratie.

        Je précise aussi que se sont surtout les stades 3, 4 et 5 qui font l’essentiel du centralisme démocratique. Certainement pas la censure quand elle est justifiée par la non observation des règles connues et acceptées par tous ceux qui participent au débat démocratique.

        1. Vous pensez vraiment qu’il y a sur ce blog des règles cachées de modération ? Vous êtes pourtant placé pour savoir que lorsque l’on en est victime, on obtient sans difficulté des éclaircissements sur les raisons.

      10. Je ne sais pas, je ne les connais pas. Je n’ai pour ainsi dire jamais eu un commentaire censuré sur ce blog, mais avant hier, sans me prévenir, ce n’est pas un commentaire qui a été censuré, mais mon adresse IP qui a été bloquée. J’ai en fait cru que c’était définitif. Si je n’avais pas envoyé un mail à Paul, je serais resté bloqué advitam eternam. Je ne pense pas qu’il s’agit d’une manière correcte de faire les choses.

        En ce qui concerne ces règles, voici un exemple de ce dont je parle, un blog auquel j’ai participé pendant de nombreuses années. Peut être ceci peut il vous intéresser.

        En ce qui concerne le problème principal du centralisme démocratique, le processus par lequel un noyau central se constitue et annihile petit à petit toute possibilité d’un réel débat démocratique, c’est à ceux qui organisent ce débat de veiller à ce qu’il ne prenne pas forme. On ne peut à la fois être juge et partie.

      11. Vous réécrivez l’histoire et faites l’innocent.

        Vous savez très bien pourquoi vous avez été un moment mis sur liste rouge, ce qui n’est intervenu qu’après rappels à l’ordre, de moi-même et de Paul Jorion.

        Merci d’en rester là.

      12. « Si je n’avais pas envoyé un mail à Paul, je serais resté bloqué ad vitam eternam. »

        Vous êtes incapable de dire la vérité ne serait-ce qu’une seule fois : c’est moi qui vous ai écrit. Vous êtes un troll, un point c’est tout. En ce qui me concerne : adieu !

      13. Boah !
        Il n’y a pas de censure ici, je peux vous l’assurer.
        La plupart de mes commentaires passent, d’autres non.
        Spams, poubelles ou censure, peu importe.
        Si l’une ou l’autre de mes interventions sont passées à l’oubli, je ne m’en formalise pas.
        C’est que je serais allé trop loin dans le cadre et l’espace que m’accrde ce blog.
        Y résister, c’est entretenir vainement la polémique.
        Pendant ce temps là, on avance pas.
        Accepter ce qui est comme effet miroir afin de saisir ce qu’il y a à changer en soi, avant de vouloir changer le monde.
        Ce monde se meurt et l’on s’attache plus à en décrire les attrocités et les abominations que les hommes ont produit, que de témoigner de la merveille qu’est la vie.
        Bien et bon toujours et surtout,
        que l’on ne se fasse un monde de rien.
        Tout est déjà parfait !

      14. Tentative pour objectif :

        Personne ne peut garantir une objectivité absolue
        Personne ne peut garantir que ce qui est objectif un jour le sera le lendemain.
        L´évolution des connaissances, l´apparition d´aléa externes au modèle (évènement climatique, sismique, …), une modification des objectifs poursuivis ou des priorités décidées.

        – pour accepter un tel aléa, l´être humain plongé dans le capitalisme réclame un profit pour compenser le risque pris.
        Une meilleure compensation d´un risque consisterait à prendre les décisions tous ensemble à tous les niveaux. Un risque est accepté lorsqu´il est pris librement et consciemment, non seulement on le comprend mais on se retrouve moins démuni car on a déjà réfléchi aux différentes options.
        Alors oui, la démocratie à quelques uns c´est déjà compliqué, et oui, la démocratie à tous ça promet ! Mais la démocratie est un chemin, empruntons le.
        En ce moment, on entend beaucoup de monde dire que la politique va moins vite que l´économie (les saints marchés). Et qu´il va falloir accélérer le temps démocratique. Je ne connais qu´une solution pour accélérer la démocratie : la dictature.
        Je propose que nous ralentissions l´économie plutôt que d´accélérer la démocratie.
        Pour ce faire, introduisons la démocratie dans l´économie.
        Renforçons la démocratie, ne l´accélérons pas.

        Si je délire, vous le dites surtout, j´assumerai un moment de honte, puisque je l´ai fait de manière transparente.

    2. Ce Chris06, qui a voulu m’expliquer l’Espagne à moi, c’est le genre, comme dit le proverbe ibérique, à vouloir apprendre à son père à faire des gosses.

      1. Soyons clair: quiconque reproche à Paul de « censurer » le blog
        comme le ferait Staline ne peut exprimer qu’une seule chose:
        la déception de ne pas convaincre, mais surtout
        la frustration de ne pas avoir le pouvoir d’un dictateur.

    3. NON et NON Mr Leclerc le stalinisme n’est pas une dérive du parti communiste c’est comme dans tous les partis révolutionnaires le leader devient la révolution, Robespierre disait la révolution c’est moi et Coluche en rajoutait en disant « un homme de fer à la tête et tous les autres en tôles » et aussi un piolet pour les têtes de pioches comme Trotsky qui l’avait prédit dans « Nos tâches politiques » dés 1905, Le « stalinisme c’est comme la révolution francaise du pareil au même et surtout l’hécatombe de l’armée allemande,une bonne fois pour toutes.Le socialisme national ce n’est pas le national socialisme.

    4. @ Chris 06

      Si vos arguments à répétitions étaient systématiquement censurés, on pourrait dire effectivement que le blog fonctionne à sens unique.
      Ce n’est pas le cas, puisque je vous lis très régulièrement.

      Dans ce cas, que souhaitez vous de plus ?
      Que ceux à qui vous opposez votre point de vue s’y rallient, même si ils ne sont pas convaincus ?
      Là pour le coup, ce serait un sens unique dans l’autre sens.

      Non non, je ne vois rien que de logique ici, chacun son point de vue et si vos arguments sont avancés avec un autre état d’esprit que celui de la polémique, ils auront très certainement une ouverture vers l’échange, plutôt qu’une voie sans issue.

  11. Des produits financiers basés sur des événements qui ne se produisent jamais, ou qui quand ils se produisent, n’ont plus grand rapport avec ces produits financiers, à quoi ça rime ?

  12. Pourquoi faire le fine bouche devant un sepuku généralisé des têtes
    de la BCE?
    Après tout, en bon défenseurs du libéralisme, ils sont, et on peut les croire,
    libres. Ce sont leur vie, ils en décident à leur gré.
    Pour les excités du rendement -petite cause, grands effets-, y’a de quoi de grimper sur la table.

    Comme nous ne sommes pas des sauvages, ce sepuku n’est bien entendu
    qu’une symbole de la démission, une auto-démission.
    L’ère bureaucratique a des avantages…

    Il y a eut des « limogé », il y aura des « starkisé » si ils ont un minimum de décence
    et de conviction. La Société du libéralisme pourrie par Darwin-Spencer a des exigences inflexibles:
    les faibles – les faillis- doivent disparaître. Et laisser l’ Etat décider de la voie rapide
    pour ses emprunts. A quoi servent ces intermédiaires ? c’est une rente de situation
    digne d’une république bananière.

  13. Certains parlent de Grand Krach , comme d’autres de Grand Jour , une éspéce de temps zéro de la résurrection . Je crains que ce ne soit pire . Non il n’y aura rien , pas d’événément significatif .
    Sauf pour des dévellopements anecdotiques . Au cours de l’histoire passée bien pire a été commis et toujours dans le cadre anodin de la vie quotidienne . Les buchers du XIVe siecle par ex
    faisait partie des évenements normaux , la peste et le choléra était endémiques vécus comme
    naturels .
    Avec la planche à billets , l’illusion monétaire nos dirigeants disposent d’un moyen admirable qui
    leur permet en douceur , d’utiliser toute la puissance de la société contre elle-méme .
    Pas d’inquiétiude , nous allons mourrir , mais lentement avec quelques vélléités de sursauts de vie , mais qui ne seront pas pour autant ‘Historiques’ .

    1. La douceur de ces dernières décennies nous fait oublier que nos « grands parents  » avaient une vie toute autre. Les guerres et remaniement mondiaux s’enchainaient à un rythme de tout les 30 ans.
      Il est illusoire de penser que le calme relatif de l’Europe est une situation « normale ». Les révoltes devraient vous mettre la puce à l’oreille. Auriez vous pensez qu’une spéculation sur le sucre embraserait le marché d’Alger pour se propager à la Tunisie et à l’Egypte etc ..
      Auriez vous pensé, il y a 3 mois que Londres serait dévasté par des pilleurs.

      Faites attention, les choses bougent beaucoup plus que vous pouvez le penser.

  14. Monsieur,
    Pouvez vous augmenter le son de vos videos ? C’est quasiment inaudible.
    D’avance, merci
    Cordialement

    1. J’ai le même problème, mes hauts parleurs sont trop faibles pour le son de toutes les vidéos de Paul Jorion.

      Je les écoute sur un autre ordinateur plus puissant.

    2. J’avais aussi signalé le problème il y a quelques temps, après comparaison avec d’autres vidéos que je regarde fréquemment sur dailymotion…
      Le curseur de ma carte son est toujours réglé à environs 33 %, me permettant de ne pas me crever les tympans lorsque mes alarmes de ma plate-forme de trading, dont le niveau sonore ne peut se régler, se déclenchent.
      Or, à ce niveau de son global, alors que je peux entendre généralement tout podcast diver et varié, je suis obligé de télécharger et lire « le temps qu’il fait » via VLC, préamplification à 200 %, car même en montant le volume de mon PC à fond, la version originale est quasiment inaudible…
      Par comparaison, les vidéos de kraftwerk sont à un volume sonore totalement adéquat sans que je n’aie à augmenter le volume moyen habituel de mon PC…
      Si cela puisse vous aider à entrevoir qu’il y a peut être matière à revérifier plus profondément s’il n’y a pas effectivement un problème lors de l’enregistrement de vos vidéos et y trouver la solution, je vous en serais éternellement reconnaissant, merci par avance…

  15. Beaucoup d’agitation pour boucher les trous … des calendriers, et maintenir les spectateurs en haleine.

    Réunion convoquée par le FMI le 14, réunion des ministres des finances (je crois) de la zone Euros le lendemain, nouvelles propositions attendues de Wolfgang Schaube, nomination possible de Jörg Asmunsen …

    Tout le monde (enfin presque) retient son souffle. Quelques jours seront peut-être gagnés avant réunion d’un G8, G7, G6 ….

  16. Bonjour Mr JORION,
    parmi les blogs que je lis avec assiduité se trouve celui de Mr CHEVALIER, monétariste parmi les monétariste (Milton est son dieu et Greenspan son archange…)
    selon ses interprétations sommes toutes étayée semble t’il, le flash crack de mai 2010 serait dû au défaut de paiement d’une banque européenne sur ses dettes en dollar ayant conduit aux accords de swap entre FED et BCE. (lien ci après vers son site)
    http://www.jpchevallier.com/article-bce-rien-ne-va-plus-suite-82615054.html
    quelle est votre avis sur cette théorie ?

      1. voici l’extrait du lien que j’ai attaché sur mon message :
        « Le problème est d’autant plus grave que la BCE n’a plus de réserves en devises, c’est-à-dire en dollars.
        Elle est donc obligée de les emprunter à la Fed pour les prêter à ces banques pour éviter un défaut de paiement en dollars de banques présentant un risque systémique comme cela s’est produit début mai 2010, ce qui a provoqué le flash krach du 6 mai 2010.  »

        ce qu’il dit est clair me semble t’il et exprime que le crack de mai serait dû à un défaut partiel en dollars d’une banque européenne immédiatement compensé par la BCE.

        somme toutes surprenante, cette idée est corroborée par le prêt de 500 millions de dollars de la BCE à une banque de la zone euro intervenue il y a quelques jours pour permettre de couvrir ses positions en devises cf : http://www.jpchevallier.com/article-bce-rien-ne-va-plus-suite-encore-82753784.html et http://www.jpchevallier.com/article-bce-rien-ne-va-plus-81812309.html
        Absolument pas fan de Friedman personnellement, son approche de ces évènements semble étayée…

      2. D’ailleurs avec Chevalier, il y a de quoi faire son marché en âneries plus ou moins volumineuses. La plus belle de ses inepties êtant sans doute sa croyance en un complot américain ourdi par Bernanke et d’autres (?) contre l’euro afin de sauver le dollar, théorie ridicule d’on je ne sais d’où elle sort mais néanmoins reprise depuis par la patronne du medef.
        Par ailleurs depuis au moins 5 ans que ce monsieur annonce la fin imminente (cela fait quand même 5 ans qu’il fait son cinoche à ce propos) de l’euro, peut-être pourra-t-il se targuer d’avoir vu juste si cela devait finalement arriver comme tout bon charlatan qu’il est !
        Autres inepties comme autant de running gags, la crise est finie depuis l’automne 2008 selon lui et les fondamentaux de l’économie américaine sont excellents. A se demander si ce monsieur a vraiment toute sa tête ou s’il ment sciemment et éhontément croyant par là peut-être participer à sauver le capitalisme financier ?

        Cela dit quand on le lit entre les lignes et qu’on perçoit ses non-dits avec un peu d’entraînement, ce qu’il dit n’est pas inintéressant dans le style prêchez le faux pour connaître le vrai. Je pense que Chevalier a de plus en plus de mal à cacher qu’il est complêtement paumé et ne croit même plus lui-même ce qu’il raconte.

    1. 200 milliards d’euros, « rapporté de façon inexacte »:
      Encore une histoire de journalistes, j’imagine. Elle dit 400 milliards , ils écrivent 200.

      1. Plus ou moins selon l’état d’esprit ou la réalité.
        Perso je renonce a prendre un put sur l’euro, cela me déprime trop

      2. Les journalistes ont une formation littéraire. On peut s’attendre à tout, c’est forcé!
        Si seulement , ils organisaient une vraie information boursière,
        les investisseurs, gagnant à coup sûr, auraient une vie plus tranquille.
        Mais c’est trop demander à ces messieurs.
        Car les hauts et les bas, l’excitation du gain, la déprime des pertes
        probables – non, pas probables, mais sûres, c’est ça: pertes sûres-
        ben tout ça vous raccourci une vie. ( Darwin l’avait dit bien mieux ).
        Je n’ai pas de conseils à vous donner, mais tout bazarder pour écouter
        l’herbe pousser, c’est cool avec une bière bien fraiche.
        A propos c’est quoi un « put »?

  17. Etrange cette analyse du départ de Jürgen Stark. S’il s’en va ce n’est pas plutôt parce qu’il a perdu son combat, il n’a plus aucune influence car la solution qui se profile est le fédéralisme. La crise de l’euro est terminée. Au final la dette globale de l’europe est tres faible par rapport a celle du japon, pas très éloignée de celle des US, plus ou moins équivalente en % de ses revenus a un foyer qui a fait un prêt immobilier, où est le probleme?

  18. Mr Jorion,

    Il semblerait que Jean Quatremer de Libé a une autre interprétation possible concernant la démission de Jürgen Starck. Je vous met, ci-dessous, le passage en question.

    « Reste que le départ de Stark peut aussi s’interpréter comme une défaite des ultra-orthodoxes : en effet, depuis cet été, le débat a totalement changé de nature outre-Rhin, les partisans d’un saut fédéral, seul réel moyen de stabiliser la zone euro, étant désormais largement majoritaires dans la classe politique allemande (voir mon article précédent). Or, cette fédéralisation passera par la création d’eurobonds, c’est-à-dire d’obligations européennes garanties par l’ensemble des Etats membre de la zone euro. La chancelière elle-même l’a admis devant les dirigeants de son parti. En clair, la zone euro deviendra une « union des transferts », une perspective que rejette les tenants d’une stricte orthodoxie monétaire et budgétaire. Bref, le départ du très rigide Stark, qui sera emplacé par le très europhile secrétaire d’Etat aux finances, Jörg Asmussen, comme vient de le proposer en marge du G7 à Marseille, Wolfgang Schäuble, le ministre des finances, n’est qu’un signe supplémentaire que la zone euro veut sortir de la crise par le haut. »

    Si vous voulez en savoir plus, l’adresse de l’article est la suivante : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/09/la-débandade-des-monétaristes-allemands.html

    J’aimerais avoir votre avis.

    Merci d’avance.

    1. Jean Quatremer ne fait pas mystère de son engagement européen. Il émet une hypothèse (« …peut aussi s’interpréter… ») en s’appuyant sur sa propre vision d’une Europe fédéraliste adoptant les eurobonds, à laquelle les Allemands seraient prêts à se rallier.

      Il va vite en besogne !

      1. @François Leclerc,
        Je soupçonne pourtant que vous François voyez comme moi en cette démission de Stark une bonne nouvelle. Est-ce que je me trompe ?

        Je reste quand même méfiant au contraire de l’éxalté Quatremer et ne sais toujours pas si ce vers quoi on va si tant est qu’on puisse le savoir à ce stade me satisfait ou pas.
        Jean Quatremer reste quand même un pur produit des années 80 en ce qu’il reste un libéral convaincu (moyennant une meilleure régulation du marché, ouais ouais ouais), ce qui est assez loin d’être mon cas, personnellement.

        @Paul Jorion,
        A ce propos, je n’ai pas compris votre réponse sybilline, Paul, un peu plus haut.

      2. Bon dieu, on nage en plein wishful thinking de tous les côtés… S’il vous plait, en quoi les Eurobonds seraient-ils une bonne nouvelle hormis pour une histoire de taux (un peu) plus bas pour ceux qui n’arrivent plus à se financer sur les marchés ? Pour moi, c’est surtout la perpétuation du service de la dette pour les peuples européens, ni plus ni moins. Et avec une croissance économique anémique, on fait comment ? « Tax and cut » : c’est çà, le programme des « zeurophiles qui veulent sortir de la crise par le haut » ? Oui, c’est vrai, Stark était un orthodoxe qui voulait remettre la BCE à sa place. Voilà ce qui gênait ses collègues apprentis sorciers. Et alors, le couplet de Quatremer sur la débandade des monétarites allemands, là, j’ai failli avaler de travers. Honteux !

      3. Bien vu Kohaagen : leur solution, c’est la saignée du plus grand nombre : tentez d’imaginer les contreparties budgétaires et sociales demandées par certains dans le cadre d’un consensus à 27 pour consentir à la mutualisation….

        En outre nous ne parlons plus ces temps-ci que de la tuyauterie (dette, financement) en oubliant 1/ que a chaudière est morte; 2/ qu’y’a plus d’gaz à moyen terme pour ce type de paradigme économique (ressources, population etc).

        Bref : nos sociétés ont besoin de se refonder intégralement, et le coeur de cette refondation consistera d’abord à en finir avec tous les processus de désaisissement qui lui interdisent de se gouverner.

        Un bon dimanche.

    2. C’est une interprétation inattendue. Pourquoi les Bourses ont-elles alors chuté ? Si l’interprétation de Quatremer était correcte les marchés auraient dû se réjouir.

  19. Merci pour votre réponse qui va dans le sens de ce que je pensais. Il y a cependant un passage que j’aurais dû souligner qui m’a interpellé. Il s’agit de « La chancelière elle-même l’a admis devant les dirigeants de son parti ».

    Si c’est vrai et je n’ai pas de raison de ne pas le croire, ceci demande peut-être à être examiné.

      1. Exact, après de nombreuses recherches dans différents journaux allemands, il apparait que (traduction Google, hum).

        « Nous ne voulons pas de l’Union des dettes, nous voulons une union stable», a déclaré la chancelière. En outre, elle s’est également prononcé fortement contre les euro-obligations

        Il semblerait effectivement que JQ prenne ses désirs pour la réalité.

        Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit.

    1. En Allemagne, les Socio-démocrates et les Verts sont pour les eurobonds.

      Les partis de droite sont contre les eurobonds.

      Jeudi 1er septembre 2011, Angela Merkel répète pour la 36ème fois qu’elle est contre les eurobonds. Elle s’est employée à montrer du doigt les «sociaux-démocrates et les Verts» qui «n’ont qu’un seul mot à la bouche: les euro-obligations» qui permettraient d’émettre des emprunts communs au sein de la zone euro.

      «Tous les pays mettraient leurs dettes dans un pot commun», a-t-elle critiqué. «Mais je vous le dis: celui qui vit à crédit menace son avenir».

      http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Merkel-en-campagne-defend-l-euro-10509425

      1. Cohn-Bendit en 68: «Nous voulons un monde nouveau et original. Nous refusons un monde où la certitude de ne pas mourir de faim s’échange contre le risque de périr d’ennui.». Traduction: « je suis un jeune bourgeois occidental très con mais je ne veux pas m’emmerder comme un vieux bourgeois très con ».

        Cohn-Bendit en 2011: « Nous avons aussi besoin d’euro-obligations pour relancer l’économie, notamment pour sa transformation écologique. » Traduction: « je suis un vieux bourgeois très con et je suis aussi emmerdant qu’un rat mort »

  20. Les eurobonds a mon avis auraient ete valables tout de suite lorsque l’on ne voyait qu’un aileron ou deux croiser au large de la grece juste apres les subprime,ils auraient permis de montrer l’ unite et la puissance politique europeenne,face au monde de la finance,ou a la finance du monde .Le coche a ete rate

  21. Si je donne mon avis sur les eurobonds,c’est pour savoir si j’ai tout bien capte,car plus haut et pour differentes raisons nous disions que beaucoup gens ne reagissaient pas quand on tentaient de les mettre au courant de la situation,encore faut il ne pas trop raconter de conneries

  22. Nous avons su après qui pourrait être le remplaçant. Entre temps il y a eu la rumeur sur un défaut grecque ce we. Le cds a pris 300pbs sur la journée avec un 2 ans grecque a 60% ce qui donne une probable implicite de défaut de 95% dans les 5 ans. Aujourd’hui sur bloomberg il y a la rumeur d un downgrading de banques. Bref la semaine prochaine promet encore d être épuisante. Des rumeurs toujours des rumeurs. Chaque jour en fait … toutes plus inquiétantes les unes que les autres.

  23. Comprendre les mécanismes des dérives du système pour le changer, c’est utile.
    Dénoncer ses abominations juste par réaction de révolte passive, est vain et futile.

    Je lisais ce matin dans le Dauphiné Libéré Drôme provençale, la chronique de Bruno Frappat, à propos du 11 septembre 2011 et du terrorisme

    « Le fanatisme religieux (ou prétendu tel, car il masque souvent des intérêts qui n’ont rien à voir avec Dieu …) a pris ses aises.
    Il s’est installé dans nos sociétés et il s’est installé dans nos hantises, jusqu’à l’excès.
    Les guerres destinés à l’éradiquer durent toujours (Afghanistan) et paraissent plus aptes à le nourrir qu’à le décourager. »

    Il en va de même à mon avis et en analogie avec le système capitalisme à l’agonie, que le combattre de front ne peut que l’alimenter.
    Le temps de la résistance par la dénonciation gratuite est pour moi révolu.
    Lâcher les résistance qui nous retiennent encore à l’ancien monde.
    Tel est le défi qui nous est lancé.
    Tout est en train de se mettre parfaitement en place.
    Bien et bon toujours, toujours.

  24. J »ai un pote assistant social a l’education nationale par exemple qui commence a vous lire depuis peu et il me pose des questions,il n’ ose pas vous demander

  25. Bonsoir Monsieur Jorion,
    Pour faire simple, je n’ y entends pas grand chose à la finance mais comme un peu tout le monde depuis 2008, Je m’interesse de plus près à l’actualité concernant cette crise financière qui n’en finit pas… Je ne sais plus à quel saint me vouer! Alors je cherche à m’informer plus en avant et je trouve votre blog que je consulte à présent de plus en plus régulièrement. De tous, je pense que vous donnez l’explication la plus objective des événements en cours. J’ai écouté attentivement votre flash spécial et je dois vous avouer qu il m’ a glacé le sang! Ai je bien compris? L’effondrement de la zone Euro serait pour la semaine prochaine? C’ est incroyable! Je savais l’Euro mal en point avec de forts risques de restructuration de la dette pour la Grèce et d’autres mal en point mais de là à imaginer un tel scénario… En clair, à quoi vais je assister ces prochaines semaines vu que visiblement l’Europe semble à l’agonie? Merci de m’éclairer car j’ y perd mon latin. Et également bravo pour votre blog.

Les commentaires sont fermés.