La privatisation de l’État, par Roberto Boulant

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Bienvenus en Absurdistan ! Le monde magique où la richesse ruisselle vers le haut, où les impôts sont dégressifs, où le précariat remplace le salariat et où, fort logiquement, les pauvres sont stigmatisés.

Ici, demain n’existe pas ! Peu importe si le prix à payer pour la jouissance immédiate et sans entrave des dominants passe par la destruction de nos sociétés et de l’avenir de nos enfants. Et MM. Trump et Macron, chacun dans une couleur locale dictée par l’imaginaire national, représentent formidablement l’immense régression qu’ont connue les démocraties libérales depuis les débuts de la contre-révolution des ‘élites’. L’un s’appuyant sur le mirage du self-made man, du pays de tous les possibles, l’autre sur une incarnation d’une néo-royauté de carton-pâte. Mais tous deux par une politique mettant l’État au service des plus riches. Difficile dans ce cadre de décider quel est le plus cynique : celui qui parle et agit brutalement en transformant le bureau ovale en un reality-show permanent, ou celui qui tente de cacher sa brutalité et son mépris de ceux-qui-ne-sont-rien sous les grands principes républicains ?

Et il n’y a pas qu’en France et aux États-Unis où toutes les images pieuses vendues par le néolibéralisme s’effondrent une à une. L’Allemagne hier encore citée en exemple, ne peut plus dissimuler les fissures de sa société : le parti d’extrême-droite AfD fait son entrée au Parlement, pendant que la Chancelière Merkel court après une coalition improbable et que le fameux consensus allemand est mis à mal par les menaces de grève du puissant syndicat IG Metall.

Même le Saint des saints de la démocratie libérale, le fameux modèle scandinave, ne parvient plus à contenir l’effondrement démocratique. Ainsi en va-t-il de la Norvège qui autorise l’exploitation pétrolière en arctique pendant que sa justice condamne – tant qu’à faire – Greenpeace et les autres plaignants déboutés à rembourser près de 60.000 euros de frais judiciaires à l’État.

Maintenant, il est permis de douter que la culpabilisation et la stigmatisation des pauvres suffiront à maintenir la paix sociale dans ce monde néo-féodal où le travail précarisé devient la norme. Sans doute assisterons-nous alors à une autre phase de la globalisation, celle qui verra se rapprocher jusqu’à se confondre, les différents régimes politiques sévissant actuellement. Le mariage en quelque sorte de la NSA étasunienne avec la société de surveillance chinoise, où la police peut retrouver un individu dans une mégalopole de plusieurs millions d’habitants… en sept petites minutes !

Mais pour que cette suave dictature fonctionne, encore faut-il que les gens soient convaincus qu’ils ont plus à perdre collectivement et individuellement à se révolter plutôt qu’à se soumettre. Car s’il est envisageable, et même nécessaire, de réprimer sans réserve certaines minorités servant de victimes expiatoires, le maintien coller-serrer de la majorité demande un maniement subtil de la carotte et du bâton. Et les exemples concrets se multiplient, certes par petites touches impressionnistes, mais dont le tableau au final révèlera les barreaux de la cage.

Ainsi la baisse de 5 euros des APL a-t-elle, entre autres fonctions, de faire comprendre aux bénéficiaires que leurs droits peuvent être remis en cause à tout moment. Remise en cause à relier à l’inflation de normes et de lois de plus en plus difficiles à respecter pour une part croissante de la population, non pas par incivisme mais par faute de revenus. Ainsi, alors que la Sécurité routière estime à 600.000 le nombre de conducteurs sans permis et à 700.000 ceux qui n’ont pas d’assurance, un nouveau contrôle technique automobile, plus cher, fréquent et contraignant, va-t-il entrer en application dès le 20 mai prochain. Il impactera principalement les plus démunis des conducteurs, ceux vivant hors des grandes agglomérations – rurbains et banlieusards – et obligés faute de transports en communs fiables et pratiques, à de longs trajets quotidiens à bord de véhicules âgés et diésélisés pour se rendre sur leur lieu de travail. On peut donc aisément imaginer qu’à la cohorte des sans-permis ni assurance, se joindront prochainement les sans-contrôle technique…

On peut également imaginer que des dirigeants prouvant tous les jours par leurs décisions politiques le peu d’importance qu’ils attachent à l’avenir de l’espèce, se moquent de la sécurité routière comme de leur premier million d’euros ou de dollars ! Que le véritable objectif est de faire vivre les gens – comme aiment à le rappeler les DRH – en dehors de leur zone de confort. Et quelle meilleure assurance pour obtenir l’obéissance, que de faire peser sur le précariat de « la start-up Nation » de constantes épées de Damoclès ?

Ne restera pour rendre ce modèle de « civilisation » parfaitement opératoire, qu’à rendre indispensable à la survie d’une majorité le revenu universel versé par un État privatisé. Vous n’êtes pas un premier de cordée ? Vous êtes trop bête et trop fainéant pour devenir milliardaires ? Vous vivez aux crochets de la collectivité en profitant de la générosité de l’État et de son revenu universel ? Alors le moins que vous puissiez faire est de vous tenir tranquille ! N’oubliez pas qu’au moindre écart nous avons les moyens de vous tuer socialement et de vous jeter à la rue !

Et ce qui est magique en Absurdistan c’est qu’il n’est nul besoin de théories du complot pour en arriver là, il suffit de poursuivre simplement les logiques actuellement à l’œuvre.

Einstein disait de l’espèce humaine que son destin sera celui qu’elle aura mérité. Pas mieux.

33Shares

46 réflexions sur « La privatisation de l’État, par Roberto Boulant »

  1. J’espère que cette chronique aura surtout la faculté de ressusciter un instant Vigneron , en vue d’une ultime accolade avant le tomber de rideau .

    Sur le billet , Piketty avait écrit dans un récent article du Monde , un parallèle entre les deux cités , à mon avis moins amalgamé et plus fort .

      1. Je ne le crois pas .

        Il est trop fier pour ne pas avoir d’espoir qu’en lui même .

        J’en profite pour vous saluer avec lui et avant la fin , comme un autre frère de connivence et « cherchant le même port ».

  2. Ce matin sur la radio RTL, Benoît Hamon évoquait le problème du lait contaminé par la salmonelle qui a touché déjà en 2005, l’usine située à Craon en Mayenne.
    Il mettait en évidence le fait que compte tenu des ‘impératifs budgétaires’, les effectifs de la DGCCRF seront à l’avenir réduits et la tâche du contrôle des produits alimentaires mis sur le marché seront confiés à des opérateurs privés avec toutes les dérives que l’on peut supposer !
    Il apparaît ainsi, qu’à l’heure actuelle, les services de la DGCCRF avaient demandés le retrait immédiats des lots de lait infantiles contaminés, mais il semble avéré que pour des motifs bassement mercantiles, les grandes enseignes de la distribution ont plutôt traîne les pieds et n’ont pas réagi aussi rapidement que ce qui aurait été souhaité dans l’intérêt de la santé publique.
    Si quelque chose est à changer, – et surtout au niveau de l’Europe -, c’est l’abandon du dogme de la privatisation à tout va.

  3. Mais oui, Albert Einstein avait parfaitement raison, comme souvent. « L’humanité » est en train de prendre les mêmes risques qu’un conducteur ivre qui roule à centcinquante l’heure.
    En ce qui concerne le monde du travail, l’heure est grave en France, car elle n’a pas encore suffisamment robotisé son industrie (par rapport à d’autres pays); autrement dit que chômage de baissera pas, bien au contraire et Macron devra fournir des explications. Contrairement aux époques précédentes, il n’y aura de compensation en terme d’emplois par les technologies nouvelles.
    Entretemps l’équipe macronienne essayera de masquer l’évolution par des mesurettes, « formation » pour chômeurs, faire pression sur eux pour qu’ils acceptent n’importe quel boulot de misère, comme le font les Allemands avec leur « Hartz IV ». Moi qui observe ce downsizing depuis assez longtemps je me demande: à quand une « solution finale » pour les chômeurs et les nouveaux pauvres?

  4. Excellent!!!
    Quel avenir avec ce constat?
    Evolutif: Sous la pression d’un monde normatif de plus en plus dur,de plus en plus froid, les hommes développent une homéostasie sociale et surtout individuelle.Creatrice de relation interpersonnelle beaucoup plus chaleureuse(ex: les resistants entre eux face aux allemands pendant la guerre)
    Involutif: Une guerre de tous contre tous pour préserver son bien,sa « liberté »
    A nous de choisir le monde que nous voulons,que nous désirons….

    1. « A nous de choisir le monde que nous voulons,que nous désirons…. »

      Oui mimi, pas besoin « d’attendre » que les « conditions » soient là ou pas pour avoir un comportement « solidaire », voire incarner les valeurs que l’on a en soi, c’est être créateur et créatrice de relation plus chaleureuses, plus vivantes et galvanisantes, exactement. 😉

  5. Bienvenu au ¨monde¨ de l´esprit pincé, fâché, négatif, marqué par des échecs personnels, intellectuels.

    https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/video-pour-l-ex-commissaire-europeen-frits-bolkestein-l-union-monetaire-est-foutue_2099423.html

    Bienvenu au monde du pré-Trump.

    Bienvenu au monde du ¨père stricte¨.

    Et vous croyez que ce monde, Bolkestein-Trump, est majoritaire?

    Come on!!! Vas-y!!!!

    NOUS SOMMES LA MAJORITÉ.

    🙂

  6. C’est fichu les gars ! Faut l’accepter . Ha ! vous ne voulez pas l’accepter? Ha vous préférez attendre, oui je comprend, vous n’êtes pas syrien, chinois,français,catalan,serbe,américain, vous n’aimez pas le lait, vous avez un potager, vous travaillez pour l’état, vous êtes journaliste, vous êtes comptable, c’est pas à vous que l’on touche aujourd’hui. Oui je comprend. Ben oui les gens, les gens tous des C. s’ils disaient non mais ils disent oui et ils attendent, mince je suis les gens aussi mais alors je suis un foutu C. Oui la robotisation, c’est pour réaliser notre plus grand rêve , avoir un esclave docile, ne plus rien foutre. Les pieds en éventail. Nous sommes en train de le réaliser ce rêve, On ne va bientôt plus rien foutre, ou plus rien avoir à faire. Dingue non? Alors alors je comprend le plaisir de refaire une tarte aux pommes, pas une vraie, une tarte au pomme virtuelle avec des lunettes spéciales et je peux même la faire en skiant et puis surtout je pourrai la faire durant mille ans et puis je ne devrai même plus la manger. A quelle vitesse vivons nous et avec quelle lenteur ( frein placé sur tout ce qui est réellement bon et qui n’est pas commercialisable et non brevetable) évoluons nous c’est fabuleux. Sorry

    1. @ Etienne,
      Très belle façon de paniquer.
      Enfin un peu d’humanité et d’authentique spontanéité!
      On respire mieux ici d’un coup!
      Il ne vous reste plus qu’à ôter vos lunettes et à choisir entre le ski et la tarte au pomme.
      Et c’est un travail qui peut occuper certain à plein temps, le choix.
      Et même de tout temps les écrivains…
      Choix entre liberté et esclavage… Être, ne pas Être
      L’évolution, la croissance, au fond, tout le monde s’en fout.
      Personne d’autre que nous, humains, pour en sous-peser la qualité.
      Voilà mon frère, seul, mais si nombreux.
      Eric

  7. Pas encore de contrôle technique sur mon vélo, pourvu que ça dure…Crois bien que les deux roues portaient une plaque d’immatriculation dans les années 30/40, et la taxe qui va avec…

      1. Par contre , tous les vélos que j’ai vu fabriquer à Saint Etienne lors de sa gloire , portaient , gravés sous le cadre en dessous du pédalier , un numéro bien pratique pour confondre les voleurs qui ne savaient pas se servir d’une lime .

      2. Une marque ( plus qu’une plaque minéralogique) de ce type là bien sur , mais une vraie plaque , je n’ai que le souvenir de l’occupation allemande ( plutôt après 1942 d’ailleurs et le début de la fin de la ligne de démarcation ).

        Mais ça commence à se brouiller dans les souvenirs .

  8. 1. Le grandpère stricte du modèle libéral, le président minoritaire des États Unis d´Amérique, a déclaré sur un des états membres de la Scandinavie, la Suède, le suivant:

    https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2017/09/12/trump-asked-people-to-look-at-whats-happening-in-sweden-earlier-this-year-now-sweden-responds/

    2. Le Storting (Parlement) de la Norvège a pris deux décisions dans les dernières années:

    a. sur décision UNANIME, le Storting a pris la décision que de fonds de pension la Norvège se retirait à 100 % du charbon
    (https://www.stortinget.no/en/In-English/About-the-Storting/News-archive/Front-page-news/2014-2015/hj9/)

    b. sur décision MAJORITAIRE, avec un vote contre, le Storting a pris la décision d´adopter le nouveau cycle des concessions pétrolières et de gaz. (a voir votre propre source https://actu.orange.fr/monde/petrole-de-l-arctique-les-ong-perdent-un-proces-emblematique-contre-la-norvege-CNT000000UY5iW.html ).

    Alors, une question: vous pouvez m´expliquer d´où vient votre constat que ¨le fameux modèle scandinave, ne parvient plus à contenir l’effondrement démocratique¨ ?

    Deux décisions clés, desquelles une sur décision unanime, et l´autre sur décision-unanime-moins-1-vote, et celles deux dans le Storting d´un seul pays, la Norvège: comment cela représente cela un ¨effrondement démocratique¨ du ¨modèle scandinave¨?

    Probablement vous écoutez beaucoup le président minoritaire des États Unis comme source d´inspiration?

    1. Bonsoir et merci de votre question car elle soulève un point fondamental. Et sans aucune malignité, je pense que vous apportez vous-même la réponse dans votre dernière phrase en parlant d’un président US minoritaire : le problème de fond est bien celui d’un écart perçu de plus en plus grand entre légitimité et légalité.

      Nos démocraties libérales sont de fait devenues des démocraties censitaires, la preuve en a été apportée aux US par l’étude de 1.800 décisions politiques prises entre 1981 et 2002, avec pour conclusion des chercheurs : « En règle générale, quand une majorité de citoyens n’est pas d’accord avec les élites économiques et /ou des lobbies, ils perdent. »
      https://reporterre.net/Les-Etats-Unis-sont-un-regime-oligarchique-constatent-des-chercheurs-americains

      M. Trump est sans doute perçu comme illégitime par une partie conséquente de la société US, mais il n’en demeure pas moins un Président légalement élu. Et ne vous en déplaise, je ne fais aucune fixation sur ce personnage. Mon problème en tant que français étant plutôt d’avoir une Assemblée Nationale, élue certes dans la plus stricte légalité, mais dont la légitimité repose sur 1/3 des électeurs (57% d’abstention le 18/06 plus 10% de votes blancs ou nuls). Légitimité encore plus entamée par l’inversion du calendrier qui viole l’esprit des lois, en transformant les députés élus sous bannière présidentielle en simples godillots.

      Alors si je ne doute pas un seul instant que la décision du Parlement norvégien soit tout à fait légale (tout comme la condamnation judiciaire de Greenpeace), je pars du principe que les norvégiens aimant leurs enfants comme tout le monde, une décision politique qui provoquera fatalement la pollution et la destruction de biotopes polaires extrêmement fragiles – et qui engagera donc l’avenir de leurs enfants -, est par nature illégitime.

      1. Merci pour votre réaction tellement claire à mon commentaire sur votre billet.

        1. Je suis heureux de constater que nous partageons le même valeur de la nécessité urgente d´une transition radicale vers l´énergie renouvelable. J´y ajoute: plus l´établissement d´une économie basée sur l´hydrogène, et alors, une économie basée sur l´abondance au lieu de la rareté. Comme c´est le cas actuel, et cela pas du tout nécessaire.

        Une transition difficile, pénible, et, comme m´ont assuré plusieurs ingénieurs et ingénieuses de STATOIL pendant un évènement à l´Écosse dans l´été de 2015, des hommes et femmes formé(e)s académiquement, et surtout pas stupides: autant que nous puissions réaliser plus ou moins USD 60 par barril… ohlala… nous aimerions ce que vous nous proposez, mais cela ne va pas passer.

        Et, je peux vous le garantir, les petites et les grandes puissances pétrolières font tout le nécessaire pour pousser vers ce plafond. Y compris, d´ailleurs, pendant sa présidence, Rafael Correa, et comme aussi Nicolas Madura et comme aussi Lula et Dilma dans leurs temps.

        Quatre personnes qui se déclarent anti-ultra-libéraux.

        Je viens de recevoir un message d´Ecuador, que malgré ses promesses avant les élections, le nouveau président Lénin Moreno va continuer avec la politique desastreuse de Rafael Correa dans l´Amazonie en Ecuador (à voir: https://selvavidasinfronteras.wordpress.com/2018/01/12/alberto-acosta-extractive-economics-to-continue-new-round-of-oil-drilling-goes-deeper-into-ecuadors-yasuni-national-park/ ) (le prof Alberto Acosta est l´ancien président de l´Assemblée Nationale d´Ecuador. Il a quitté son poste, lorsque Correa le trahissait).

        Un peu de l´intérieure de la cuisine et pour mitiger la culpabilité de Correa: c´était Angela Merkel qui se trouvait à la base du choix de Correa de continuer avec les forages dans l´Amazonie. Elle avait promis de libérer quelques milliards d´Euros comme contre-prestation des non-forages. Pendant les discussions à Berlin, Merkel changeait son cours, aussi appuyée par la SPD, et baissait le montant de la contre-prestation à un niveau ridicul.

        Néanmoins: je trouve l´attitude de Rafael Correa scandaleuse, il n´a RIEN fait pour trouver des alternatives, ni pour augmenter la pression par d´autres canaux.

        La destruction actuelle dans l´Amazonie en Ecuador, grâce à cette politique de Rafael Correa, est PIRE, selon les NNUU, que toute la destruction de l´Amazonie au Brésil par la déforestation.

        2. Aussi, je suis heureux de constater que nous partageons le même valeur de la nécessité urgente d´un approfondissement et élargissement des processus de la prise de décisions.

        Probablement vous et moi nous divergeons (un peu) quant aux alternatives.

        Tout d´abord, j´aimerais attirer votre attention à votre propre argument sur l´abstention.
        Alors, je trouve que les différences entre les EEUU et la France d´un coté, et la situation à la Norvège de l´autre coté (78,2 %, source: https://en.wikipedia.org/wiki/Norwegian_parliamentary_election,_2017) justifient une autre appréciation de votre part.

        En plus, la situation Norvégienne, diffère profondément de la situation aux EEUU et en France: deux puissances nucléaires, civilement et militairement.

        La population de la Norvège ne veut absolument pas voir l´introduction de l´énergie nucléaire, et, lié à cette position, cherche de contribuer aux processus de la paix à travers des voies paisibles et intelligentes.

        Combiné tout cela avec la décision unanime du Storting (parlement) d´arrêter les investissements dans le charbon, il me paraît qu´on a progressé comparé avec les EEUU, la France, l´Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse.

        3. Finalement, j´estime que la Norvège, avec son fond souveraine tellement grand (mais il faut attendre ce qui va passer en Arabie Saudite maintenant, comme vous le savez sans doute), pourrait FACILEMENT donner un bon et grand exemple, par exemple ici en Colombie, poussant vers l´emploi des sources (immenses) d´énergie renouvelable. Je trouve assez remarquable que Statoil se trouve parmi les entreprises entamantes l´exploration pétrolière et du gaz dans la mer des Caribes au territoire Colombien.

        C´est une chose qui me donne beaucoup de travail ici, et je fais ce que je peux, avec mes collègues, pour pousser vers la transition radicale et totale de l´énergie renouvelable. Et on parlera avec Statoil, je vous le promets.

        4. Comme conclusion: comment et où trouver la clé d´une ouverture de la boîte fermée d´une discussion sur cette addiction globale formidable: l´addiction à la rareté.

        Rareté créée artificiellement, comme nous l´enseigne Paul Jorion: basée sur un rapport de forces entre êtres humaines.

        Pour paraphraser Paul Jorion (décrivant Madoff):

        ¨Probablement, le remarquable n´est pas tellement l´addiction à la rareté.
        Le remarquable c´est plutôt que l´humanité ne prend pas la route tellement facile à trouver vers l´abondance durable et vers le bonheur pour toutes et tous.¨

      2. Lorsque je parlais d’effondrement démocratique en Norvège je ne sous-entendais pas bien entendu que d’autre pays ne sont pas plus avancés dans cette voie. Ce qui est le cas effectivement de la France que prône en exemple un Erdogan imposant l’état d’urgence en Turquie. L’hommage d’un néo-Sultan qui en quelques mots en dit bien plus sur l’état de notre démocratie que de longues analyses savantes…

        L’exemple que vous citez du lobby électronucléaire français (j’ai commis quelques articles sur le blog à ce propos) prouve également, entre autres faits, que la démocratie est bien plus malmenée ici qu’en Norvège. Une autre manière de danser sous le volcan, à la seule différence qu’avec les accidents nucléaires majeurs l’humanité a inventé la catastrophe qui ne s’arrête jamais (du moins à l’échelle de la durée de vie d’une civilisation).

        Alors même si je reconnais volontiers que le lobby extractiviste norvégien est (très) rentable contrairement au gouffre financier de l’électronucléaire français, si je prends pour but stratégique ultime la survie de l’humanité, je ne vois que deux chemins parallèles menant à la même catastrophe.

        C’est bien en cela que je trouve le terme d’effondrement démocratique parfaitement approprié. Parce que dans les deux cas il sera possible d’écrire sur la tombe de l’humanité c’était légal et démocratiquement voté !

      3. Medellín, le 13 janvier 2018

        Merci M. Boulant, de votre réaction à mes dernières remarques (a. transition totale vers l´énergie renouvelable b. approfondissement des processus démocratiques).

        Si j´ai pris un peu temps, c´était pour bien lire ce que vous écrivez, et ce que vous aviez écrit dans les dernières années ici au BLOG.

        Cela m´a donné une impression de ´conscience´ que j´aimerait vérifier chez vous dans la suivante forme.

        Dans la logique de votre discours, il y a deux lignes prioritaires, deux cadres, ou ¨frames¨.

        * le cadre d´un monde peuplé par des ingénieurs, quasi uniquement;
        * le cadre d´une ¨perspective¨ dans toutes vos contributions, qui aboutissent chaque fois à un ¨desastre ultérieur¨, ¨finale¨, une eschatalogie (sémi-)-réligieuse.

        Deux observations de ma part.

        Premièrement, et cela me paraît une différence entre vous et moi: moi je considère que le desastre se trouve SOUS NOS YEUX déjà. Ce n´est pas nécessaire de vous mentionner des cas, mais, et c´est important pour moi, même si il n´y aurait resté qu´une seule personne dans la misère, il nous faut de l´action active et rapide.

        Chaque analyse eschatologique d´un desastre à terme me paraìt à moi assez ¨luxueuse¨.

        C´est ainsi, que je trouve qu´il faut travailler de toutes nos forces pour trouver et pousser des solutions ici et maintenant, dans le présent.

        Deuxièmement, votre ´cadre´, ´frame´, des ingénieurs. Moi, je suis la dernière personne à sousestimer la contributions des ingénieurs, mais pour moi c´est un monde trop limité.
        La démocratie et la démocratisation approfondie, nécessitent à tous et à toutes, et c´est très urgent de réactiver quelques instruments très beaux, Européens, pour élargir les discussions, les capacitations de base.

        Je suis d´accord avec l´analyse de George Lakoff, que la droite s´est TRES TRES bien organisée, depuis leur grand débacle en 1971 – 1975, avec leurs centaines de ThinkTanks et leurs milliers de courses de formation dans le débat.

        Afin de pouvoir réaliser la participation large de quelconque population, n´importe où, il faut élargir le cadre de la compréhension, on ne peut pas se limiter aux ingénieurs.

        En France, surtout en France, c´est urgent de commencer avec cette ré-construction sociale de la sagesse et du savoir et l´empathie et de la solidarité.

        Cela peut commencer avec une critique précise.

        Une critique sur le comportement ultra-froid, calculé, anti-empathiqie d´un homme et d´une femme.
        E&B, enlevant de la France un SEUL cheval si comme c´était UNE CHOSE en Chine.

        Quelle GAFFE, Macron-Trogneux.

        Quelle scandale.

        Quelle manipulation de la vie privée d´un être vivant, ce pauvre cheval, nous derrière, lui devant, au nom de l´Etat.

        Quelle symbole, sans empathie, sans respect, sans réflection.

        https://www.francetvinfo.fr/monde/chine/emmanuel-macron-offre-un-cheval-a-la-chine-et-ce-nest-pas-nimporte-lequel_2554647.html

        BOUOUOUOU!!!!!!

        Macron-Trogneux: vous êtes des monstres humains.

        L´animal a marqué une femme et un homme.

        En pleine nudité.

      4. Bonsoir et merci pour vos réflexions. Doublement merci en fait, puisqu’il est toujours intéressant, et parfois surprenant, de voir comment autrui vous perçoit. Je suis toutefois rassuré que vous ayez perçu chez moi une forme de conscience, je devrais donc pouvoir passer le test de Turing 🙂

        Pour ce qui est de la première ligne prioritaire que vous décelez, je ne peux pas nier. J’ai fait une école d’ingénieur et gamin, mon imaginaire fut formé par le programme spatial US. D’une certaine manière, je me considère comme un enfant du programme Apollo (même si j’ai découvert par la suite que la R-7 Semiorka n’avait pas été tout à fait conçue dans un but scientifique ou que le responsable des programmes de la NASA avait été à l’insu de son plein gré Sturmbannführer de la SS…).

        Pour la seconde ligne, même si j’admets parfaitement que ma vision de la situation actuelle de l’espèce puisse paraitre de nature eschatologique, je dirais plutôt qu’elle est occidentalo-centrée avec 3 guerres, dont deux mondiales, dans ma mémoire familiale. Ceci expliquant peut-être cela. Quoi qu’il en soit, si mes écrits vous paraissent relever de l’eschatologie, c’est que le signal d’alarme visuel et auditif est trop fort. Une alarme étant faite pour éveiller à un danger, il est contreproductif d’installer des klaxons qui vrillent les oreilles et des gyrophares rouges qui aveuglent et paralysent la réflexion. Je retiens donc votre critique.

        Là où je ne vous rejoins pas par contre, c’est que vous semblez opposer l’action immédiate à la réflexion à terme – que vous qualifiez d’assez luxueuse -, alors que je ne vois qu’un continuum dont seule la vision englobante peut nous prémunir des différentes catastrophes présentes et futures. Pour prendre un exemple précis, s’il est indispensable d’agir concrètement pour avoir une véritable politique d’accueil des réfugiés et pour dénoncer le scandale qui consiste à payer pour les bloquer le plus en amont possible de l’UE, il est tout à fait complémentaire de voir que ce problème va être élevé au cube par le réchauffement climatique en cours. Dit autrement, nous ne pouvons pas nous contenter d’agir dans le présent, nous devons également anticiper l’avenir.

        Et indépendamment de ma culture, de ma formation et de mes imaginaires, je reste (comme tout un chacun) fondamentalement un Habilis, bricolé Erectus, bidouillé Sapiens. Je suis donc parfaitement conscient que notre humanité ne se survivra qu’à la seule condition de sauvegarder tout ce qui est inutile, comme l’amour, les arts ou ces milliers de petits riens qui rendent la vie bonne.

      5. Merci M. Boulant.

        J´estime que nous tous pourrions nous réjouir du fait que le Riksdag de la Suède a adopté (à la grande majorité de 254 votes contre 41 votes) une loi unique au monde, qui nous servira inmédiatement, à moyen terme, et à longuer terme.

        Veuillez bien voir:
        * http://www.government.se/press-releases/2018/01/as-of-today-sweden-has-a-new-climate-act/

        * https://www.citepa.org/fr/actualites/2675-15-juin-2017-suede-le-parlement-adopte-une-loi-climat-avec-l-objectif-neutralite-carbone-en-2045

        Espérons que cette loi nous aidera à nous tous, mondialement, de changer rapidement et drastiquement et audacement nos cours.

        Comme souvent, en Suède on est un peu plus ¨réveillé¨ comparé avec la situation à la Norvège, mais traditionellement, on y suivra le labo des idées de l´humanité des voisines et voisins au bord de la mer Baltique.

        B.à.v. JL

  9. Ha oui voilà les 10 nouvelles start up qui viennent de naître

    1 Happy vegetables = cultive tout sans pesticide et enlève toutes les mauvaises herbes, coupe cueille, emballe, distribue et le tout sans un seul travailleur.
    2 Doctor X = diagnostique, opère, place des éléments artificiels dans le corps et communique directement sur l’état de santé seconde après seconde
    3 back to earth = Reliée 0 Doctor X elle vient chercher les cadavres automatiquement et creuse les tombes de compostage une semaine avant les décès.
    4 Travel Far = vous envoie un véhicule vous chercher avant même que vous n’y ayez pensé car l’intelligence artificielle connaît vos besoins.

    j’arrête ici, c’est ridicule

      1. Quel jolie réponse !
        C’est vrai c’est un sujet que l’on est pas prêt d’interdire et très riche en effet. Je vais y travailler un peu plus consciencieusement.

  10. En Belgique, le vélocipède a été frappé d’une taxe provinciale d’immatriculation jusque dans les années 70, plaque métallique annuelle à fixer sur le véhicule. C’est la première crise pétrolière qui en a eu raison…un comble!!!

  11. Il existe de l’espoir.

    Dans le lien suivant, une courte vidéo de 4mn pour les pressés (mais aussi les esthètes contemplatifs car elle est très poétique) et une discussion de 45mn présentant les réflexions du mouvement de résistance à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et son monde :

    https://blogs.mediapart.fr/jade-lindgaard/blog/110118/ta-premiere-fois-sur-la-zad

    Ce mouvement a subi ces derniers temps une offensive médiatique extrêmement féroce orchestrée par les services de l’État, cela est bien documenté dans cet article d’Acrimed (dont tout n’est pas toujours bon à prendre, mais sur cet article, rien à redire) :
    http://www.acrimed.org/Desinformation-sur-la-ZAD-de-Notre-Dame-des

    Don’t panic, organize!

  12. Si j’ai bien compris qu’il voulait ne pas avoir le sentiment de s’ennuyer en devenant vieux sinon en prenant sa « retraite », via le « confort » des revenus assurés pour payer le « nécessaire » , j’ai moins bien compris , dans « le temps qu’il fait « , le lien apparemment fait entre se faire « virer » et ne pas constituer de parachute pour la fin .

    En France au moins , on peut se faire virer , et cotiser pour la retraite des anciens avec en principe la garantie que les jeunes en feront autant pour vous quand le moment viendra . En tous cas , ce n’est pas le moment , quand le dossier retraite revient en négociation , de faire des à peu près qui rendraient surréaliste l’idée de gratuités défendue par ailleurs .

    Bref , ce titre de billet du jour me parait aussi ambigu et dénaturable que la récente chronique des « 100 » par laquelle , au travers le louable souci de lutter contre le puritanisme , on ouvre en fait la porte aux explosions sentimentales et hors raison .

    Une sorte de confrontation entre raison et corps , telle qu’évoquée plus heureusement dans ce même billet , et que j’illustrais plutôt de mon côté par la confrontation-mariage nécessaire de l’eau et du feu , du carburant du philosophe ( je pense donc je suis ) avec celui de l’anarchiste ( je fais donc je suis ) .

    Antagonisme apparent , que je ne voyais se résoudre qu’au travers des attendus , temporalités et outils de la démocratie , sous la reconnaissance absolue par les deux « parties » de la Responsabilité , au sens de « accepter et subir les conséquences de ses actes de toutes natures  » .

    1. Dans ce même billet , l’évocation du lien entre « temps » et « perception psychologique » , m’a rappelé :

      – Blaise Pascal et sa montre ( repris bien plus tard par la loi de Fraisse )
      – Laborit :  » l’individu va spontanément vers ce qui est facile et/ou lui fait plaisir et s’arrange pour fuir ou repousser ce qui est difficile ou lui procure du déplaisir. La maîtrise du temps est un apprentissage du temps réfléchi . »
      – la loi des séquences homogènes ,
      – la loi de Parkinson ,
      – la loi d’Illich,
      – la loi de l’alternance ,
      – la loi de Swoboda – Fliees – Teltscher
      – la loi de Perls …

      Ça fait déjà pas mal de lois à étudier pour occuper son temps de vieux .

      Mais il y a tellement d’autres choses intéressantes à faire ou ne pas faire , entre deux prises de comprimés !

      Comme mieux comprendre ce qu’on croyait avoir compris .

    2. « ce titre de billet du jour me parait aussi ambigu et dénaturable que la récente chronique des « 100 » par laquelle , au travers le louable souci de lutter contre le puritanisme , on ouvre en fait la porte aux explosions sentimentales et hors raison . »

      En disant les choses qui ne doivent pas se dire ? Oui certainement mais aussi « on pousse » la porte ouvrant sur le réel où le corps et l’esprit sont un.

      La conséquence possible de dire en décalé ? « On dit quelque chose, c’est repris par les réseaux sociaux, on est lynché, et il faut faire ses excuses.  »

      http://www.huffingtonpost.fr/2018/01/12/brigitte-lahaie-en-larmes-regrette-sur-tv5-monde-davoir-ete-mal-comprise-apres-ses-propos-sur-le-viol_a_23331509/

      Ce vendredi, sur le plateau de TV5 Monde, Brigitte Lahaie regrette d’avoir été « mal comprise », rappelant qu’elle connaît « par cœur les questions de sexualité ».
      « Je regrette que cela ait été sorti de son contexte. C’est malheureusement une vérité.
      J’aurais peut-être dû ajouter ce ‘malheureusement’, ce qui rend souvent la reconstruction encore plus compliquée d’ailleurs », explique l’animatrice de Sud Radio, en larmes,
      « Ce que je voulais dire, c’est que parfois, le corps et l’esprit ne coïncident pas. (…) Mais je comprends aussi que cette tribune puisse choquer et blesser. Je dis simplement que si on veut vraiment avancer sur la violence faite aux femmes, il faut peut-être comprendre comment en amont on peut faire que les choses changent », a-t-elle encore expliqué.

      Revenant sur la vive émotion provoquée par sa phrase sur le viol, l’ancienne actrice de films X dit n’avoir « pas vécu une journée très agréable », avant de fondre en larmes, raconte Closer. « Mais est-ce que je peux regretter de dire les choses telles qu’elles sont? », s’interroge-t-elle.
      « Évidemment que je ne l’ai pas dit pour blesser.
      Je sais que c’est à la mode aujourd’hui. On dit quelque chose, c’est repris par les réseaux sociaux, on est lynché, et il faut faire ses excuses.
      Si c’est comme ça que le monde marche, alors ok je présente mes excuses », dit encore Brigitte Lahaie.
      « Je suis une femme qui a souffert dans sa chair et qui depuis trente ans aide les femmes à se libérer.
      C’est tout. Et quand on est incomprise à ce point, c’est vrai que ça fait mal », conclut-elle.
      Brigitte Lahaie
      Bouc émissaire

      1. Sur France Inter , tout à l’heure vers 12 h 10 , une analyse assez riche de Nathalie Saint Krick , qui me confirme que si tout est bon à dire ( pourvu qu’on soit sincère ) , encore faut il le dire sans ambiguïté possible et interprétations épidermiques inévitables sur les sujets graves et chargés d’affect en choisissant le bon lieu et le bon moment , et en s’assurant que l’émission , la transmission et la réception ne sont pas brouillés .

        Sinon , on mouline pour rien et , pire , on envenime le problème que l’on pensait résoudre .

        Au cas particulier , d’une certaine façon , c’est l’inégalité et la violence qui , de façon générale , sont à résoudre et combattre , et c’est là qu’on attend les solutions pratiques résultant de la Politique conçue et voulue par des femmes et des hommes de bonne volonté .

        Cette politique doit tout entendre mais tout comprendre , avant de dire et proposer . Ça n’est pas donné à chacun de nous , mais on ne part pas de rien .

        PS: Avec la fin du blog , je fais mes adieux comme d’autres envoient leur voeux de bonne année . Je vous embrasse donc ( j’embrasse les dames et je salue les hommes ! ), et garderai le souvenir de celle qui ( c’est dans l’actualité) connaissait « le paradis blanc » .

      2. « Sur France Inter , tout à l’heure vers 12 h 10 , une analyse assez riche de Nathalie Saint Krick , qui me confirme que si tout est bon à dire ( pourvu qu’on soit sincère ) , encore faut il le dire sans ambiguïté possible et interprétations épidermiques inévitables sur les sujets graves et chargés d’affect en choisissant le bon lieu et le bon moment , et en s’assurant que l’émission , la transmission et la réception ne sont pas brouillés .
        Sinon , on mouline pour rien et , pire , on envenime le problème que l’on pensait résoudre . »

        Non. Les déclarations et paroles « me too » et « balance ton porc » sont indispensables et brutes, émotives.
        A ne pas confondre avec les mots très lisses d’une parole politique décidée à refouler la parole des corps, prétendument inaudible parce qu’inacceptable, pour donner et laisser toute la place disponible à l’audible i.e l’évidence exclusive et ses confusions exploitables.
        Se taire ? Jusqu’à quand si le temps est compté ?
        (Pablo Servigne dans une vidéo, accablé, lâche une date pour le début de l’effondrement : 2020)

        Inaudible pour qui en 2018 mais surtout inaudible pour quoi ? Tactiquement et stratégiquement nos corps nous appartiennent mais ce ne serait vraiment pas le moment de dire qu’ils ont un petit côté jugé rebutant voire même répugnant à n’en faire qu’à leur tête ? Victimes de nos corps, victimes un jour victimes toujours ?

        Pourtant cette parole là n’attend ni le bon moment ni une autorisation ni une permission, qui plus est nécessite d’être entendue et comprise sous peine d’effondrement intime et personnel.
        Au bal des indignations Brigitte Lahaie a tendu une perche magnifique à Caroline de Haas qui au lieu de la saisir s’est empressée de se draper dans une attaque militante bien lêchée « À chaque fois que les droits des femmes progressent, que les consciences s’éveillent, les résistances apparaissent. En général, elles prennent la forme d’un « c’est vrai certes, mais… ».

        Non non non. C’est ce qu’elle veut entendre et faire comprendre comme porte-paroles et refuge officiel.
        Ni « mais » ni « ou » : « c’est vrai ET c’est vrai » :

        SVS – Dr Violaine Guérin
        « Vivre des violences sexuelles est l’épreuve humaine la plus destructrice, car elle touche au coeur de l’intimité la plus profonde et réalise le meurtre de l’Âme.
        C’est pourquoi il est si important de s’en occuper mais également parce qu’elles sont le terreau de nombre de violences qui mènent la société à sa perte.
        Et pour cela, il convient de rompre l’omerta autour des violences sexuelles et les tabous autour de la sexualité, d’ouvrir la parole, de faire savoir et d’aider les personnes victimes, comme auteurs, à se soigner.
        C’est en accompagnant des personnes victimes d’agressions sexuelles dans leur parcours de réparation que j’ai été frappée par la pauvreté des prises en charge thérapeutiques et la détresse dans laquelle les personnes, de ce fait, étaient le plus souvent laissées, alors même que nombre d’entre elles déclaraient souvent des années de prise en charge psychiatrique et/ou psychanalytique. »

        …rompre l’omerta sur les violences sexuelles ET les tabous sur la sexualité…
        l’un sans l’autre une fois encore sera l’expression d’un rapport de force orienté, aboutira a une répression sans prévention.

        … elles sont le terreau de nombre de violences qui mènent la société à sa perte….. et d’aider les personnes victimes, comme auteurs, à se soigner.
        les personnes : filles et garçons, femmes et hommes
        comme auteurs : comme une comme un.

      3. @Baleine :

        Ça n’est pas faux ….aussi .

        Voyons la suite , dont je persiste néanmoins à penser que, pour qu’il y en ait une , il faudra bien que les paroles se fassent au niveau où les plaintes seront entendues , comprises , pesées et traduites en verbe et en lois .

        Niveau plus lisse … en apparence seulement , celui du serpent froid de l’Etat , serpent bienvenu quand il est juste .

      4. Si la parole collective suffisait, si la loi suffisait nous ne serions pas dans la situation où nous sommes, des femmes ne tomberaient pas sous les coups de leurs mecs (des mecs sous ceux de leurs femmes), des enfants ne seraient pas violés, des femmes et des hommes consommés et des nourrissons écartelés par des incestes.
        Les leurres de notre conte à mourir sans nous tout simplement effrayants en 2018. Au fur et à mesure de lois qui dictent qui nous devons être dans l’absolu, comment nous devons nous comporter, l’Autre, différent, est prié de disparaître sous les huées et les crachats de la forme évidente.
        Dupont Moretti en a pris une salve il y a quelques mois.
        Brigitte Lahaie y est ensevelie.
        Peut-être que notre espèce disparaitra pour avoir évincé l’altérité.
        Bonne continuation Juan.

      5. @Baleine :

        Si la parole collective et la loi ne ‘suffisent » bien évidemment pas , elles n’en sont pas moins absolument nécessaires , et seules garantes que « l’autre » ait une chance d’échapper aux crachats et aux huées . Car c’est en fait , même si nous ne le savons et voulons plus , la raison d’être de la loi : non pas dicter le « bien » , mais protéger « l’autre » .

        C’est à force de « continuations » que je suis aujourd’hui parvenu à cette « évidence devenue telle  » , et d’autant plus sensible aux blessures étouffées ou méprisées que la loi dénaturée ne protège plus ou pas encore , et qui n’ont que le maigre recours d’une compassion et action personnelle pour , parfois , guérir .

        J’ai cherché dans ma mémoire personnelle , ce qui d’autre a pu soulager durablement l’oppression et le malheur . Je n’ai pas trouvé .

        Comme j’aimerai que vous me donniez tort , en moins de 49 jours .

        https://www.dailymotion.com/video/x8csbi

  13. Ils disent : faisons la rareté comme on fait la pluie et le beau temps. Nous nous partageons les miettes. Et presque instantanément l’aventure s’arrête quelque part en mer Méditerranée. Tous noyés dans un flot d’injures. L’autre et le même : même sang, même bisexualité, même regard, même rêve, même tendresse etc etc. Honte, honte, honte.

  14. Une contribution, par l´écrivain vivant et plus important des Pays-Bas, à un (petit, mais sensible..) changement…

    Par: Bas Heijne, (NRC Handelsblad, 13 – 14 janvier 2018)

    quote

    Hoekstra, Go Home [rentre chez toi]

    Vous vous y habituez, c’est peut-être la pire des choses: les mensonges infantiles, les hyperboles frénétiques, les rebondissements cyniques, les discussions dingues – la présentation du nouvel ambassadeur des États-Unis, Pete Hoekstra, comme il l’ a fait mercredi dernier, aurait été impensable il y a quelques années. Les journalistes présents étaient extrêmement critiques (« C’est les Pays-Bas, ici vous devez répondre aux questions »). Dans les médias sociaux, Hoekstra s’appelle désormais ¨The Lying Dutchman¨.

    Mais de quoi portaient ces questions? Qu’il n’était pas vrai que les Pays-Bas étaient un pays avec des zones interdites, pleines d’épaves de voitures brûlées, où les politiciens sont incendiés. Après un déni éhonté de ses propres déclarations de 2015 dans le programme Nieuwsuur (« C’est ce que nous appelons une fausse nouvelle »), alors qu’il en existe une image, Hoekstra a exprimé des regrets, même s’il n’était pas du tout clair ce qu’il regrettait exactement; de son déni de ses mensonges à Nieuwsuur ou des mensonges eux-mêmes. Il n’ a pas retiré ses déclarations, même pas lors de la réunion avec la presse néerlandaise. ¨Les déclarations de Hoekstra sont fausses à juger », a écrit le Washington Post. Elles semblent résulter de certaines théories de conspiration de l’extrémisme d’extrême droite. De piètres enquêteurs, un journalisme médiocre – habillés et entendus par les partisans radicaux de la droite de Trump et, en même temps, contraints de contrôler un joug que tout le monde peut voir d’un kilomètre de distance que ce n’est pas vrai.

    Monsieur Hoekstra, pouvez-vous donner un exemple d’un homme politique néerlandais qui a été en feu ces dernières années?

    Bientôt [dans la presse]: « L’observation que la terre est plate, nous la considérons comme (largement) fausse……¨

    Mercredi dernier, Hoekstra a lui aussi refusé de reprendre ses paroles. Il ne dit qu’une fois de plus regretter sa prestation à Nieuwsuur. Il n’ a pas répondu aux questions critiques, créant une atmosphère irréelle.
    Hoekstra manque le bluff agressif de son patron (qui semble l’avoir pris au sérieux en tant que patron de la CIA.).
    Irréel, ¨indeed¨: ici se tenait le représentant officiel de notre allié le plus important, qui a refusé d’aller à l’apéritif, en remuant des mensonges qu’il avait raconté sur notre pays, sans parler de les ramener et d’aller profondément à travers la poussière.

    Je sais, l’ambassade aux Pays-Bas est un don pour les riches Américains pour des services (financiers) éprouvés. Il est rare que vous trouviez un esprit brillant sur ce post. Dans le meilleur des cas, un tel ambassadeur passe sans bruit ni ride. Mais Hoekstra est convaincu Trumpian et comme son patron, il sert différents groupes avec des vérités différentes. La base d’extrême droite hystérique doit être constamment alimentée par des visions apocalyptiques, des lits chauds et de la guerre civile, menaçant la terreur et l’effondrement imminent, ainsi que par beaucoup d’agressions verbales à connotation raciste (¨pays de merde¨), pour que l’on puisse ensuite suivre son propre cours politique cynique. Quand les mensonges sont trop évidents, les insultes trop grossières, c’est le moment d’une offensive de charme, comme Trump plus tôt cette semaine lors d’une discussion sur l’immigration clandestine avec les républicains et les démocrates. Puis tout recommence depuis le début.

    Après le fiasco de mercredi avec la presse néerlandaise, le Secrétaire d’Etat adjoint américain a tenté d’éteindre l’incendie en déclarant: »L’ambassadeur a déclaré en 2015 qu’il n’aurait pas dû le faire. Il s’en rend compte. Nous avons clairement indiqué à l’ambassadeur qu’il doit continuer de laisser cela derrière lui. Et il le comprend très bien.¨

    Aucune idée s’il comprend cela; il ne l’ a pas du tout démontré jusqu’ à présent. Le sous-ministre a annoncé que Hoekstra donnerait cette semaine une explication à « un média néerlandais ». Cela a été fait par l’ambassadeur, vendredi à De Telegraaf. Hoekstra est passé à travers la poussière. Sa performance désastreuse est également une nouvelle aux États-Unis. Mais par ses tentatives audacieuses de laisser ses mensonges coexister tranquillement avec ses excuses, son affront cynique à Wouter Zwart du programme Nieuwsuur en lui apprenant de fausses nouvelles alors qu’il diffusait lui-même de fausses nouvelles, sa position ici a rendu sa position intenable. Le fait qu’il doive ensuite être mis sur son numéro par son propre patron ne fait que le confirmer. Qui veut quelque chose à voir avec cet homme? Son autorité, lui a été enlevée. Il a offensé les Pays-Bas. Pire: l’homme insulte notre intelligence. Il ferait mieux de s´en aller.

    unquote

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *