Trump acquitté

Ouvert aux commentaires.

Les Sénateurs américains ont acquitté Trump dans son procès de destitution, d’impeachment. Une parodie de procès puisqu’ils avaient dans un premier temps refusé l’audition de témoins.

Les contrepouvoirs ont cessé de jouer leur rôle aux États-Unis : les sénateurs attachés au Parti Républicain ont fait prévaloir leur désir d’être réélus sur le serment qu’ils ont prêté de défendre la constitution de leur nation. Avec ce qui constituera un précédent, la faillite est consommée d’un certain type de démocratie à dérive oligarchique.

Le pouvoir russe qui n’espérait sans doute guère plus en interférant avec l’élection présidentielle de 2016 que de provoquer la zizanie aux États-Unis a remporté une victoire d’une ampleur inédite dans l’histoire : il s’exerce maintenant conjointement directement à Moscou et par personne interposée à Washington.

Un ennemi mortel de l’environnement reste au pouvoir.

Ne me dites pas : « Ça n’a aucune importance ! » ou alors ajoutez « … pas plus qu’à leur époque, Néron ou Caligula ! »

Partager :

26 réflexions sur « Trump acquitté »

    1. Et pendant ce temps, les allemands se mobilisent contre les vieux démons . A raison !
      La coalition entre la CDU et l’AFD a permis l’élection d’un président de région en Thuringe.
      Et la chancelière, actuellement en déplacement en Afrique du Sud, et l’opposition allemande veulent de nouvelles élections.

      Manifestations en Allemagne après une coalition historique des libéraux-démocrates avec l’extrême droite dans l’est du pays
      https://www.nouvelobs.com/monde/20200206.OBS24472/manifestations-en-allemagne-apres-une-coalition-historique-des-liberaux-democrates-avec-l-extreme-droite-dans-l-est-du-pays.html

      Allemagne: Merkel condamne une alliance avec l’extrême droite et veut un nouveau vote
      https://information.tv5monde.com/info/allemagne-merkel-condamne-une-alliance-avec-l-extreme-droite-et-veut-un-nouveau-vote-345406

      « Thomas Kemmerich, le dirigeant allemand controversé de Thuringe, a démissionné, jeudi, de ses fonctions, ouvrant la voie à un nouveau scrutin régional. Son élection la veille, avec le soutien de l’extrême droite, a déclenché un séisme politique outre-Rhin. »
      https://www.france24.com/fr/20200206-allemagne-le-pr%C3%A9sident-de-thuringe-d%C3%A9missionne-au-lendemain-de-son-%C3%A9lection

  1. Les témoignages de Alexander Vindman, les mots de Mitt Romney, et le guidage de Schiff tout au long de cette procédure resteront quand même des marques profondes et des repères durables pour ceux qui les ont entendu.

    Mais l’attitude des républicains, playmobiles revenchards, aveugles jusqu’au bout de la falaise, fait vraiment flipper.

    Le pays est plus que jamais brisé.

  2. IL y a quelques années encore les analystes lorsqu’ils évoquaient les Etats-Unis et son peuple nous parlaient d’un pays où il n’est pas bien vu, où il n’est pas bon de mentir, ce qui avait une réelle incidence en politique. Certes il n’y avait pas moins de menteurs en cette contrée qu’ailleurs, mais qui avait menti devait reconnaître ses torts, c’était la moindre des choses.
    Comment un vieux parti Républicain en est-il venu alors à se déshonorer à ce point bafouant la vertu cardinale de la nation ? Nixon paraît aujourd’hui presque un enfant de coeur à coté du mauvais génie Trump.

    Qui ne se souvient de l’histoire du jeune Washington, dont la légende rapporte qu’il se dénonça après qu’il eut abattu le cerisier préféré de son père, ce qui lui valut l’absolution paternelle ?

  3. La consolation c’est que lorsqu’il tombera pour de bon, esperons en novembre, il entrainera probablement avec lui
    tout le parti Républicain , car je pense que d’ici novembre il va surement faire pas mal de bourdes qui enfoncera bien tout le parti au final, donc ils l’ont sauvé maintenant mais ils risquent gros de le laisser encore 9 mois. Comme on dit rira bien qui rira le dernier.

    1. Ce type a quand même une sorte d’aura , les missiles de ses ennemis se retournent littéralement contre eux , très utile ! Faut bien réflechir à 2 fois avant de se séparer d’une telle personne !

  4. Travaillons sur les mots. J’ai d’abord un malaise avec ce mot d’aquittement après un procès. ON devrait trouver un autre mot.
    Est-ce bien d’un procès qu’il faut légalement parler ? Cela parait plutôt une procédure de chambre de mise en accusation pour suspicion légitime…
    En tous cas les conditions d’un procès équitable ont-elles été réunies ? Le suspect était absent, injurieux envers le « procureur/instructeur » et le jury était vraiment tendancieux. Il n’y a pas eu de témoins entendus. Il n’est pas établi que le « bénéfice du doute » devrait jouer : on n’en a pas débattu. On voudrait parler de blanchiment. C’est encore trop clément. Le suspect a été escamoté et libéré sans jugement. C’est presque une évasion avec l’aide d’une bande organisée… LE suspect pourra déclarer qu’il y a « non-lieu », aucune nécessité à poursuivre, le dossier étant vide. Ce qui n’est pas vrai. Je ne trouve donc pas le bon mot.
    Il faudrait ensuite regarder cette phrase de l’article :  » la faillite est consommée d’un certain type de démocratie à dérive oligarchique. » Non, la démocratie à dérive oligarchique a de beaux jours devant elle ! Malgré les suspicions, elle parvient à entretenir un clivage et constituer un « nous » qui se crispe. Je songe à Berlusconi. Mais on peut aussi songer à Macron et son clivage « Moi seul contre Le Pen ».
    Alors qu’est-ce qui est en faillite ? La démocratie ? Le pluralisme ? C’est sans doute la limite du régime présidentiel et du vote majoritaire à deux tours (je ne trouve pas l’expression exacte pour le système « The winner take all »). Mais il y a une dérive populiste aussi dans les systèmes à proportionnelle : en Italie, en Flandre, etc. Bref, une discussion à approfondir ?

    1. Tout à fait d’accord: c’est un suicide de la Démocratie qui refuse de voir à la fois l’écologie et l’organisation mafieuse de l’enre-soi politicien. C’est un plancher de verre de plus ou une véritable secte qui détourne mots et valeurs. Une catastrophe qui ira de mal en pis si nul ne peut corriger les trajectoires. Au passage je signale que les qualités des eaux méditerranéennes ne nourrissent même plus les sardines !

  5. « Un certain type de démocratie est morte » . Exactement. Je partage votre analyse. Mais n’oubliez pas que Trump est la conséquence de cette évolution mondiale, pas la cause.

  6. Je rugis déjà intérieurement à l’image de Micron, Boris et les autres, en position de soumission, cirant les pompes de Trump pour quelques susucres.

  7. Oui, les USA et la démocratie américaine vont mal, très mal.

    Démocrates contre Trump, Républicains pour Trump. Quelle coupure !

    Mais différence fallacieuse en réalité. Ils sont tous pareils, Républicains et Démocrates mêlés. Tous, identiquement, unanimement, s’opposent au camp opposé ! Plus ils veulent se différencier de ceux du camp d’en face, plus ils leur ressemblent ! À condition de prendre un peu de recul, on ne les distingue plus les uns des autres, on les voit tous aussi aveugles, tous aussi asservis à leur opposition.
    Force est d’admettre que la raison, l’esprit critique ont déserté le monde politique US. Ne reste plus, mimétiquement, que le désir d’opposition.

    C’est inquiétant, d’autant plus inquiétant que, sur la scène du monde, la même pièce se joue : s’y opposent, dans une très semblable unanimité, le camp des pays alliés des USA et le camp des pays ennemis des USA. Plus rien d’autre ne semble compter. Adieu grands principes, traités, parole donnée, lucidité, vérité courage… Être avec, être contre, être-avec-et-contre, tient lieu de pensée, devient inébranlable certitude, règne en maître.

    Que tous les sénateurs républicains (sauf un) soutiennent Trump est consternant. Que le parti démocrate n’ait trouvé, pour s’attaquer à lui, que cette malheureuse conversation téléphonique est tout aussi consternant.

    Trump, de son propre chef, sans en référer au Congrès, fait assassiner de sang froid un général iranien (et toute son escorte) en voyage diplomatique en Irak, et personne ne moufte. Il soutient les colonies israéliennes qui contreviennent à des dizaines de résolutions de l’Onu et personne ne moufte. Il prend la défense de soldats américains condamnés par la justice américaine pour crimes de guerre et personne ne moufte… Pourquoi ne continuerait-il pas ? Non, ce n’est pas Poutine qui tire les ficelles. C’est bien plus grave que ça. Trump peut se permettre tout ça car nous ne savons plus penser et que, foules aliénées, nous nous laissons entraîner par ce besoin immémorial d’adorer et de haïr, tous ensemble, un « roi sacré ».

    1. Trump, de son propre chef, sans en référer au Congrès, fait assassiner de sang froid un général iranien (et toute son escorte) en voyage diplomatique en Irak, et personne ne moufte. Il soutient les colonies israéliennes qui contreviennent à des dizaines de résolutions de l’Onu et personne ne moufte. Il prend la défense de soldats américains condamnés par la justice américaine pour crimes de guerre et personne ne moufte…

      Curieux, on croirait lire RT ou Sputnik : « Scandale : personne n’en parle ! » Alors que – comme d’habitude – tout le monde ne parle que de ça.

      Non, ce n’est pas Poutine qui tire les ficelles.

      Ah, zut ! C’est un copié-collé de RT ou de Sputnik ! J’aurais dû lire jusqu’au bout !

      1. Oui, on en parle, mais c’est tout, on en parle, on en parle, on en parle, ça c’est vrai, pour en parler, on en parle… Mais quelles conséquences ? aucune ! quelles décisions sont prises, par la France pour commencer, qui feraient comprendre aux USA sous présidence Trump que nous ne voulons pas, que nous ne voulons plus, être les complices de tels agissement ? aucune !
        La dernière désobéissance française date de 2003 quand nous n’avons pas (et de justesse…) accompagné les USA sous présidence Bush dans leur invasion de l’Irak. Depuis, c’est l’alignement complet, malgré, oui, tout un flot de paroles…
        Si ce n’est pas de la complicité, qu’est-ce que c’est ?

        Mais voilà, dès qu’on dit ça, on est un agent de Poutine !

        C »est exactement ce que je décris : interdit de penser ! alignez-vous ! Si vous n’êtes pas contre Trump avec moi, vous êtes un infâme pro-Trump et donc pro-Poutine !
        Tout cela va mal se terminer, c’est malheureusement de plus en plus probable, si nous ne savons plus penser, si accuser tient lieu de pensée.

      2. En vous faisant le simple porte-parole d’une propagande concoctée à l’étranger dans un but de division vous acceptez le rôle de mulet : être un témoin passif, l’instrument d’autres que vous, plutôt qu’un acteur actif de l’Histoire.

        Ce qui est plutôt sympa chez vous, c’est que vous l’assumez en votre âme et conscience.

      3. Je vous trouve bien méchant avec cette personne qui cherche simplement à s’informer. Plus je vous lis Monsieur, plus je me dis que pour sauver le genre humain, il serait peut-être bon de vous taire et de fermer ce blog car hélas, vous avez une petite notoriété et donc de multiples lecteurs qui vous font confiance.

        4 ans déjà avec l’élection de Trump et la farce grotesque du russiagate que vous trompez et torturez vos lecteurs avec vos analyses alambiquées et délirantes, désolantes de bêtise et d’aveuglement. Il serait temps de vous rendre compte que le véritable « propagandiste au service d’une puissance étrangère » et d’un pouvoir politique corrompu … c’est peut-être vous ? Quand on accepte le rôle de perroquet du NewYorkTimes ou du Washington Post, on a certes un peu de mal à comprendre que les gens s’informent de plus en plus sur RT. Si la propagande de RT est diablement efficace, c’est peut-être qu’en ces temps de post-vérité, il lui suffit juste de dire quelquefois le réel pour séduire. Géniale trouvaille !!

        Cela étant dit, j’ai hâte de lire vos prochains billets sur le Russiagate qui après avoir disparu des radars et de vos préoccupations (il faut dire qu’avec tous les flops enregistrés, ça commençait à devenir embarrassant pour vous) semble devoir se diriger vers son apothéose comme son nouveau nom l’indique: « OBAMAGATE » ». Je me réjouis du spectacle à venir et j’espère que vous ne gâcherait pas mon plaisir en vous rendant à l’évidence trop vite. N’est-ce pas l’ultime sacrilège !? Votre mission sacrée est de protéger notre Sainteté Obama.N’allez pas m’écrire un foutu billet « Me serais-je fourvoyé ?

        Je n’ai pas d’inquiétude. Je suis sure que vous trouverez le moyen de maintenir la cohésion de cette belle histoire que vous nous racontez depuis le début. J’ai bien conscience que cela devient de plus en plus difficile alors que le simulacre s’estompe doucement et que la vérité se fraye un chemin dans votre conscience mais vous avez un intellect supérieur, vous devriez pouvoir surmonter cette épreuve. Vous n’avez d’ailleurs guère le choix car il en va aussi de votre santé mentale. Alors non. Le plus sage, c’est de ne rien changer; continuez le piège abscons, gardez vos illusions, persistez dans la dénégation et inventez demain pleins de ces nouveaux billets dont vous avez le secret.

        Il faut sauver le genre humain … et Paul Jorion

      4. L’Histoire s’offre quelquefois malheureusement de bonnes approximations du personnage mythique de Satan. Trump est l’un de ceux-là. Il se croit l’Élu mais n’apporte à son pays que la mort et la dévastation. Et la mort rôde désormais autour de lui.

        Les croyants qui imaginent qu’il leur apporte le salut se convaincront bientôt que Dieu le leur a plutôt envoyé pour punir leur nation de ses nombreux excès. Je leur souhaite à tous, vous y compris, que les écailles leur tombent rapidement des yeux.

  8. « Propagande concoctée à l’étranger »

    Je parle en effet d’un pays étranger, d’un pays en outre très étrange, d’un pays presque disparu puisqu’aspirant à se fondre dans un mirage, l’Europe, d’un pays moribond, fait de vieux, honteux d’eux-mêmes, d’un pays dont le seul nom fait passer celui qui le prononce pour un suppôt du pire, je parle de la France, d’une France à qui il arriva d’être libre et qui, pourquoi pas ?, pourrait l’être à nouveau, à condition – par exemple – d’entendre ces mots de mai 1943 : « A l’heure du désastre, si j’ai pu relever la nation, c’est grâce au tronçon d’un glaive et à la pensée, je dis bien la pensée française. »

    « Je dis bien la pensée française ».

    Oui, c’est vrai, je ne suis que le porte-parole d’une propagande concoctée à l’étranger, j’essaie de penser…

  9. C’est difficile de reconnaître s’être trompé.
    Je vous comprends sans vous s’excuser
    Nous vous avons connu plus lucide
    Quelque soit la valeur du personnage Trump, ceux qui ont voulu le flinguer s’y sont pris comme des manches .
    Lui mettre Biden dans les pattes prouvent bien qu’ils n’avaient rien en main.
    Vous auriez dû le voir
    Raté

    1. Je vois qu’il y a un moment que vous n’êtes pas venu sur le blog. Et en particulier, pas depuis le 25 septembre 2019 (Paul Jorion vend la mèche) :

      Quand Mme Pelosi a dit – revenant sur sa stratégie jusque-là de ne pas être en faveur d’un impeachment – elle a mentionné cet évènement-là en disant : « Là, on est allé un peu trop loin et je suis obligée de suivre avec les autres ! ». Le problème, vous allez le comprendre tout de suite, si vous ne le savez pas déjà, les Démocrates, et en particulier M. Joe Biden et son fils Hunter, n’apparaîtront pas sous un jour très favorable au point que M. Trump et ses alliés puissent dire : « Je ne faisais ça que pour me défendre ». Parce que, qu’est-ce qu’il s’est passé ? Sous M. Obama, quand M. Biden était Vice-Président, il a fait pression sur le gouvernement ukrainien pour que l’on démette le procureur général et pourquoi ? Parce que le procureur général, il enquêtait sur la firme dont le fils de M. Biden, M. Hunter Biden, recevait des jetons de présence !

      Alors, qu’est-ce qui apparaît dans cette histoire ? Il apparait qu’effectivement, ce monsieur Vice-Président a effectivement un fils qui essaye de monnayer le fait qu’il est le fils de son père, c’est-à-dire qu’il reçoit (les chiffres que l’on voit dans la presse), ce monsieur recevait des jetons de présence pour un montant de 50.000 dollars par mois dans des firmes en Ukraine alors que son père était Vice-Président des États-Unis. Il monnayait simplement le fait qu’il était le fils de son père et, dans un truc très connu – ça vous rappellera M. Éric Woerth, quand on lui a demandé s’il savait que sa femme faisait uniquement de l’évasion-fiscale-pardon-de-l’optimisation-fiscale pour Mme Bettencourt en disant : « Non, on n’a jamais discuté de ça. Ce n’est pas de ce genre de choses dont on discute ma femme et moi » – M. Biden dit : « Je ne savais pas du tout ce que mon fils faisait en Ukraine », c’est-à-dire qu’il ment. Il ment comme tout le monde. Quand M. Trump dit : « Si j’essaye moi de trouver des trucs dégueulasses sur Biden, c’est de bonne guerre : tout le monde ferait ça ! ». Oui, M. Trump, tout le monde fait ça mais pas quand on est Président des États-Unis quand même ! Vous avez fait ça toute votre vie. Votre père a fait ça toute sa vie. Votre grand-père a fait ça toute sa vie. C’est une tradition familiale mais ce n’est pas comme ça que ça marche quand on est Président des Etats-Unis !

      Est-ce que ça donne des circonstances atténuantes à M. Biden et à son fils ? Bien entendu que non. Qu’est-ce qu’il dit M. Biden ? Il dit : « Bah, il n’a rien fait de mal mon fils et moi non plus. Moi, je suis juste intervenu parce que ce procureur, c’était un type pourri. D’ailleurs, je n’étais pas le seul à le dire. Celui qui enquêtait sur la firme dont mon fils récoltait les jetons de présence, c’est un type dégueulasse. D’ailleurs, il y avait des tas d’Européens qui étaient d’accord que c’était un corrompu, etc. ». Oui, mais ça tombe mal M. Biden que ça protège votre fils, le fait que l’on fasse sauter ce bonhomme, n’est-ce pas ? Ça permet à M. Trump de dire : « Je ne fais que me défendre, c’est de la légitime défense ! », quand lui va faire des trucs du même ordre là-bas. C’est vrai.

      C’est vrai, ce que faisait M. Hunter Biden, ce n’est pas interdit par la loi. Mais qu’est-ce qu’on va dire ? Qu’est-ce que les gens normaux vont dire ? Qu’est-ce que les gens ordinaires vont dire ? Pourquoi ce n’est pas interdit ? « C’est parce qu’il n’y a pas de justice ! » C’est parce que le système est biaisé en faveur d’un certain type de personnes et que des gens peuvent, comme ça, gagner 45 000 € par mois simplement parce qu’ils ont un nom et qu’ils récoltent, comme ça que le tiroir-caisse fonctionne.

      La prochaine fois mettez-vous d’abord à jour.

  10. Passé les bornes, il n’y a plus de limites.

    L’élite politique des citoyens US ayant démontré son incivilité en acquittant le président, reste encore l’hypothèse paradoxale d’un coup d’état militaire pour sauver les USA d’eux-mêmes.

    Dans le tournoi de civils plus ou moins civiques que sera la prochaine élection, si un Démocrate l’emporte, le risque existe d’une flambée de la guerre civile qui mine toujours les USA, le futur candidat républicain ayant déjà appelé ses plus chauds partisans, les plus armés aussi, à la mobilisation des fois qu’on lui ferait des misères.

    Par le prestige et la force, l’armée est la seule institution US qui puisse inspirer à ces gens un certain respect.

    L’armée empêcherait l’effondrement des USA sur eux-mêmes, tout en prévenant une guérilla.

     » Pour ou contre un coup d’état militaire ?  » n’est pas une question que j’aurais jamais souhaité avoir à me poser. Et je n’y ai pas de réponse.

  11. Cet impeachment manqué est une catastrophe. Mais maintenant la grande démocratie américaine va s’exprimer en virant Trump. Sinon ce sera un signe que l’effondrement accélère.

  12. Les États Unis dans l’état où ils sont, sont ils capables de s’unir et d’entendre un discours de gauche et ecologiste? Réflexion applicable ailleurs.

  13. C’est Poutine (*) qui va être content… jusqu’à sa némésis , et notre déconfiture, si le bibendum écervelé tient ses promesses.

    (*) la Justice américaine avait déjà invalidé définitivement environ la moitié du rapport Mueller, plus précisément les parties concernant Poutine.

Les commentaires sont fermés.