La temps qu’il fait le 21 juin 2019

Ouvert aux commentaires.

Bruits de bottes
On avait déjà Trump, on risque d’avoir Boris Johnson
La Libra
Andrew Feenberg

P.S. Ci-dessous, remplacement de la vidéo initialement téléchargée sur YouTube (qui était pleine de trous).

Partager :

5 réflexions sur « La temps qu’il fait le 21 juin 2019 »

  1. A noter que la Banque de France, par l’intermédiaire de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (APCR), agit pour pousser à la discussion au G7 de la régulation des « stable coins », dont le Libra. Voir https://acpr.banque-france.fr/sites/default/files/media/2019/06/21/discours_du_gouverneur_conf_acpr-21062019.pdf

    « Je souligne à ce propos que nous venons, avec Bruno Le Maire et au nom de la présidence française du G7, de décider la mise en place d’une task-force sur les projets de « stable coins »: le  » libra », dont on a beaucoup parlé ces derniers jours, mais pas seulement lui. Au demeurant, ce terme de  » stable » devra être précisé: stable contre quoi (si c’est un panier de devises, quel panier ?); et stable jusqu’à quel point (fixe, ou partiellement flexible ?). Dirigée par Benoit Coeuré avec des représentants des banques centrales, elle devra dans les prochains mois examiner les exigences anti-blanchiment, mais aussi celles de protection des consommateurs, de résilience opérationnelle, ainsi que les éventuelles questions de transmission de la politique monétaire. Nous voulons allier ouverture sur l’innovation et fermeté sur la régulation: c’est l’intérêt de tous. Et nous devons parallèlement améliorer encore l’efficacité des systèmes de paiement existants, en transfrontières : la Banque de France promeut activement une stratégie européenne en la matière. »

    Donc, les Etats bougent encore.

    Reste que la France n’est pas seule au G7, il faut voir les avis et positions des six autres. Et le G7 n’est pas seul au monde, il faut au minimum voir la position des 13 autres membres du G20… notamment, bien entendu, la Chine.

  2. Boris Johnson, aussi fou soit-il, sera-t-il vraiment plus dangereux que Thatcher qui, avec Reagan, a ouvert le monde à la finance dérégulée, que Blair qui est parti en guerre avec Bush en Irak, que Cameron qui, avec Sarkozy, a cru malin de bombarder la Libye, et que bien d’autres ? Pas si sûr !

    Alors qu’à Bruxelles la désignation des commissaires européens s’apparente à une foire d’empoigne sans foi ni loi, le Royaume Uni nous donne, malgré la crise qu’il traverse, une grande leçon de respect des Institutions, une grande leçon de démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.