Paul Jorion vend la mèche

Ouvert aux commentaires.

Populisme, cynisme : promettre l’impossible à des blasés

P.S. Je dis que le montant de l’aide militaire à l’Ukraine bloqué par Trump était de 250 millions de dollars, c’est en réalité 391 millions.

Partager :

128 réflexions sur « Paul Jorion vend la mèche »

  1.  » Voilà deux mille ans qu’on connaît le problème mais on n’a rien fait  » dit Paul Jorion.

    Alors, que faire de ce que nous savons à partir de maintenant ?
    Je ne crois pas en effet que nous puissions quelque chose pour limiter le dérèglement climatique ( et le reste ) car il est trop tard. MAIS peut-être pourrions-nous dès aujourd’hui nous organiser pour en supporter les conséquences ? Sécurité alimentaire, eau, fraîcheur, logement, santé…

    1. @ Peska
      Pour le logement, actuellement un énorme gouffre énergétique, je ne vois pas le bétonnage reculer.
      Pourtant construire écolo, ça fait gagner ; sur tous les tableaux !
      Ainsi, dans ce rapport,

      http://asso-lesa.com/wp-content/uploads/2018/11/ConstruireBTP_EBL.pdf

      on peut lire :
      « Par exemple, 1 MWh investi dans le terre-paille ouvre la possibilité de 552h de travail (manuel) alors que le parpaing-laine de verre n’ouvre la possibilité qu’à seulement 27h de travail et cette
      possibilité n’est que de 8h pour de la brique monomur. »

  2. Lu hier sur le site d’Arrêt sur images sous la plume de Daniel Schneidermann :

     » Au fond, la limite passe par le métabolisation. Le péril pour la planète, le danger pour l’espèce, pour toutes les espèces, certains l’ont « métabolisé », et pas d’autres, dit Cyril Dion, à propos d’Emmanuel Macron (Dion pense que Macron ne l’a pas encore métabolisé). Cette description me semble très juste. Plus juste que le terme « d’éco-anxiété », qui a fait la fortune des médias ces derniers mois.
    Ceux qui ont métabolisé le péril climatique deviennent incapables de penser à autre chose. Le péril ne leur laisse aucun répit. Ils y conforment toutes leurs actions, tous leurs choix de vie. Ceux qui n’ont pas métabolisé trouvent que Greta Thunberg devrait se faire soigner. La limite est là. Oui, Greta Thunberg exagère. Greta Thunberg ne devrait pas pleurer à la tribune de l’ O.N.U. Greta Thunberg, gonflée de colère, ne devrait pas lancer  » Comment osez-vous ?  » aux dirigeants qui l’écoutent. Greta Thunberg ne devrait pas attaquer la France en justice, sous prétexte que la France a ratifié la convention sur le droit des enfants. Mais Greta Thunberg, comme une très grande partie de sa génération, a naturellement métabolisé. « 

  3. Alain Peyrefitte- – Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

    Général de Gaulle. – C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp !  » Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

    Selon vous, notre très très grand Charles s’est donc lamentablement vautré ? Il était trop optimiste par nature ?
    Après tout ce qu’il avait vécu ? Ne développez pas, répondez par un simple « oui ».

    1. Dans le cas du Brexit ce n’est pas tant un (des) traité(s) qui posent problème et le rendent délicat voire impossible. C’est le fait que ces traités ont permis de résoudre un immense problème interne des Royaumes-(dés)Unis. Du coup affirmer « on s’est fait couillonner » ne serait pas approprié de leur part. Pour rompre les traités d’union actuels, ils doivent trouver une solution à leurs dissensions internes.

  4. Vous nous dites que Greta n’est pas manipulée. Dès lors, je voudrais vous posez cette question : comment fait-on à 16 ans, même avec l’aide de parents, lorsqu’on ne représente personne si non de manière auto-proclamée, pour être reçue par tous les personnages puissants du monde ?!
    Ne trouvez-vous pas qu’en utilisant sans cesse le mot climat et très très peu les mots « bio diversité » ou « épuisement des ressources », elle déroule inconsciemment le tapis vert au capitalisme de la même couleur ? Car après ses prises de parole, comme par hasard, dans les commentaires politiciens et médiatiques, il n’est jamais question de remise en cause du système, on ne parle jamais de freiner la destruction de la planète. Pour l’oligarchie, climat = voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires… Comme si la technologie allait à elle seule nous sauver… Quand on voit que Greta déclare ne pas avoir d’avis sur le Mercosur (pas besoin d’être un scientifique ou un adulte pour comprendre l’idiotie de ce genre de traité), n’y a-t-il pas des questions à se poser quand même ?

    1. « Rudi, quelles sont les 15 espèces d’insectes les plus menacés en France ? »

      J’attends votre réponse …
      J’attends toujours votre réponse …
      Vous refusez de répondre, Rudi ?
      Pourquoi refusez-vous de répondre ?
      Parce que quelqu’un vous a payé pour ne pas répondre ?

      Rudi, avouez : qui vous paie pour que vous refusiez de répondre ?

      1. Je n’ai pas à répondre ni même à essayer nécessairement de savoir puisque je ne me pose pas en porte-parole de millions de gens.

    2. Quelle différence cela fait que Greta Thumberg dise « climat », « biodiversité », ou encore « épuisement des ressources » ?
      Un peu de bon sens que diable : tout est lié !

      Ce qui importe c’est qu’elle éveille les consciences, et vous lui cherchez des poux dans la tête. C’est grotesque.

      Quant à sa possibilité de s’exprimer à l’ONU, vous commentez que c’est impossible d’y accéder et d’y délivrer un message. Vous avez une vision bien noire de l’humanité pour penser cela, comme si à l’ONU il n’y avait pas quelques personnes qui se sentent concernés et interpellés par Greta Thunberg et tous ceux qui nous alertent.
      IL se trouve que c’est le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres qui a invité Greta Thunberg, pour « secouer les Etats ».
      Plutôt réussi, si l’on considère la réaction tout à fait à coté de la plaque de M. Macron qui se ridiculise aux yeux du monde, alors que jusqu’ici on en avait fait le champion occidental de la lutte contre le réchauffement climatique. D’ores et déjà les quelques mots adressés à la planète à l’ONU par Greta Thumberg ont eu un effet politique. La partie est serrée, et sera âpre, mais elle ne fait que commencer.
      Bien sûr tout ne se résout pas à l’ONU, mais pourquoi devrait-on se priver de cette tribune ?

      https://reporterre.net/Avec-le-sommet-de-l-ONU-sur-le-climat-Antonio-Guterres-veut-secouer-les-Etats

      1. La différence ? Il suffit de voir dans les réponses apportées dans la foulées de ses interventions : rien sur les deux autres sujets. Et les prétendues solutions qui nous sont proposées n’en sont pas.
        Tout débat concernant cet enfant devient immédiatement polarisant : bien joué de ceux qui sont derrière elle, on ne peut rien dire à son propos parce que justement c’est une enfant, avec un handicape de surcroît.
        En évoquant seulement Guttirez, vous zappez allègrement Ingmar Rentzhog parce que ça arrange votre opinion… Et à Davos, c’était Guttirez aussi je suppose ? Davos, l’EU, Obama et j’en passe… Comme par hasard, les plus gros pollueurs mais ça ne semble pas vous interpeller… Qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit : je suis convaincu que elle, elle est sincère.
        Je lui cherche des poux dans la tête ? Je ne fais que m’interroger mais quand je lis la teneur de votre réponse, qui tend directement à l’insulte, je préfère être grotesque comme certains philosophes en m’interrogeant qu’être plein de certitudes à votre image.

      2. Rudi,
        Vous connaissez l’expression : qui trop embrasse mal étreint ?
        Si Greta Thunberg ne répond pas à toutes les questions, c’est qu’elle va droit au but, et que ce qui importe pour elle à ce stade c’est de convaincre de la gravité de la situation ceux qui n’en sont pas encore convaincus, elle évite donc toutes les questions subsidiaires, qui relèvent de l’intendance et la mettrait inutilement en difficulté.
        Je vous présente volontiers mes excuses si je vous ai injurié, mais que dire-alors de votre propos qui fait de Greta Thunberg une enfant handicapée qui n’aurait aucune légitimité à dire ce qu’elle dit ?
        Et j’ai envie de dire  » nous sommes tous des handicapés avec Greta Thunberg ! » Ne voyez-vous pas que c’est sa différence, et ce qu’elle en fait, qui fait sa force ! Et en plus elle dit une vérité bonne à dire, où est le problème !

      3. Comme je parle de nos frères les singes plus bas, Je souligne ici que les poux sont quantité négligeable (=prétexte) ici. La vidéo ne montre que deux singes dont un(e ?) porte un enfant qui gémit sous la neige. Ce qui est étonnant (Frans De Waal, la réconciliation chez les primates) c’est que après que le Challenger qui voulait renverser le Mâle Alpha ait dû renoncer à la victoire (après beaucoup de rotomontades et quelques cruels coups de griffe ou de dent, mais rien de mortel !) ait le droit de se faire « épouiller » (dorloter) auprès de la Femelle Alpha et s’abandonne dans ses bras puis que le Mâle Alpha fasse de même s’abandonner auprès d’elle et finalement que les deux mâles s »épouillent sans aucune agressivité entre eux, même si la hiérarchie manifestée au combat est un fait acquis et indiscutable ; et que cette pratique réconciliatrice soit attendue par tout le groupe social, la communauté, que la querelle précédente a mise en énervement, en instabilité et que les dorlotages d’épouillement réconcilient progressivement et ramènent à une stabilité légitime.
        Les pratiques humaines, qu’elles suivent une soirée électorale ou un W.E. sur les ronds-points ou une manif combattue déloyalablement par les forces de répression (« maintien de l’ordre, sic et resic), ne ressemblent en rien à cette pacification légitime.

    3. Rudi, arrêtez de vous prendre la tête comme ça. Et pourquoi Greta n’aurait-elle pas atteint cette possibilité de parler aux « grands » en trouvant, sans l’avoir recherchée, la fréquence qui résone (au sens de fréquence de résonance bien entendu) ?

      Après même s’il y avait complot, ce que je ne crois pas, il faut bien faire comprendre que le pétrole, c’est bientôt fini, et ce serait alors plutôt un bon complot. Il y aurait encore pour 150 ans de charbon, vous seriez volontaire pour redescendre ? Pourvu que Iter fonctionne, au moins nous aurons l’énergie pour faire les bons choix avec l’aide d’un peu d’IA !

      1. Et pourquoi faudrait-il que j’arrête de me poser des questions ? Voudriez-vous me revêtir d’une peau de mouton ? Peut-être avez-vous raison par rapport à la fréquence qui résonne, hypothèse à creuser. Notez quand même que la fréquence ne résonne pas pour tout le monde, bien au contraire : je connais même aussi pas mal de gens qui sont sensibles à la même cause mais que Greta énervent prodigieusement.
        Qui parle de complot ? Complot et instrumentalisation, ce n’est pas la même chose…
        Quant aux découvertes à propos des énergie, je vous invite à écouter aussi Jean-Marc Jancovici si ce n’est fait à ce propos.
        Il rappelle notamment que l’humain a toujours fait des progrès technologiques…mais que jamais, dans l’histoire de l’humanité, la consommation d’énergie n’avait baissée.
        Et je crains que cela ne soit pas demain, à 10 ou 12 milliards d’humain sur terre ou avec la 5G qui va exploser les consommations, que ça va changer, hélas…

      2. Visiblement Greta résone aussi sur vous…

        Jancovici je connais. Les Américains on été sur la lune en moins de 10 ans lorsqu’ils l’ont décidé mais il faudrait 80 ans pour faire fonctionner ITER. Manipulation, complot ?

      3. « Iter » n’est qu’un pré-prototype…
        Si par hasard il fonctionne comme attendu, il faudra construire le prototype « Demo » et attendre encore que le « soleil mis en bouteille » dans une version post-Demo veuille bien nous fournir plus d’énergie qu’il n’en consomme…

        Faudra compter sur autre chose.

      4. si vous comptez sur iter et sur l’ia je vous vois mal barré arnoul , ecoutez plutôt Yves Cochet que Greta , selon lui 50 % de l’humanité va disparaitre d’ici 2050 , ça vous donne une idée de la catastrophe qui arrive

      5. @adoque C’est bien pire. Pour récupérer l’énergie en surplus de ITER il faudra capter les neutrons à grande énergie qui sortiront du plasma. Mais on ne sait pas comment, car on ne dispose pas d’un générateur de neutrons ayant ces énergies, et ITER n’aborde pas la question, ce sera pour plus tard (un peu comme dans les années 60 quand les spécialistes nous disaient que les générations futures traiteraient les déchets nucléaires par transmutation)… Quand j’avais regardé, il avait été question de fabriquer un tel générateur pour mettre au point les nouveaux matériaux dont nous aurions besoin, mais ça avait été jugé trop cher. Tout ça, je le sais bien. Mais si notre avenir est tellement sombre, pourquoi ne pas mettre le paquet comme pour la lune, c’est la question que je me pose, moi.

        Bien entendu je sais aussi qu’un des futurs calculés par Meadows et son équipe, c’est que si nous disposions de l’énergie pour perpétuer notre civilisation thermo-industrielle, nous finirions par être engloutis sous les déchets de toute sortes. D’où la proposition de Paul d’utiliser les IA pour rechercher une solution à ce problème.

        En gros je pense comme Paul que s’il y a solution elle viendra des sciences et de la technologie. Mais que nous perdons trop de temps en ne mettant pas « le paquet » et que l’effondrement qui a commencé (p.ex. hors les problèmes de la biosphère, voyez les taux négatifs) risque bien de tout emporter.

      6. @Jorion : s’il n’en reste qu’un vous serez celui-là ? Le dernier des mohicans ? Et si c’était un jeune morveux à la constitution physique meilleure ?
        Le problème est là : pendant que nous dissertons sur la meilleure porte de sortie, les populistes font du rassemblement simple autour d’une voie politique meurtrière. Avec succès. Et vous comme nous serons dans la première charette…

    4. Oui et voila que maintenant elle intente des procès aux états , serait elle aussi juriste et avocate ? Plus forte que maitre Collard , faut le faire quand même !

  5. Je ne suis pas du tout spécialiste mais une réflexion me vient: la métabolisation dont vous parlez n’existerait-elle pas justement dans une perspective générationnelle? Nous connaîtrions une assimilation différenciée d’une génération par rapport à l’autre, se traduisant dans le bien connu  » conflit des générations ». La génération de Greta serait en quelque sorte, au fil des générations, devenue plus « radicale », « sentinelle » ce n’est pas du tout à exclure vu l’enjeu qui dépasse largement les questions traditionnelles: il s’agit ni plus ni moins de la survie de l’espèce.

  6. Bonne réfection de Paul sur l’impossibilité de faire passer un message complexe. Les plus de 99% des idées qui passent sont très (trop) simples: sociologues, antropologues et philosophes sont souvent ignorés (et à contrario certains économistes ont complexifié leur message afin qu’on leur foute la paix 😉 ).

    Intéressante comparaison également entre les deux paraboles Saint-Luc et Saint-Matthieu. Honnêtement, je n’ai jamais entendu la version dénonçant les inégalités (Saint Luc) dans une Eglise catholique, on n’y fait que répéter la version de Saint-Matthieu, qui est un encouragement au captial-risque 😉 . Merci pour cet éclairage!

  7. Excuses pour ma petite provocation ci-dessus en utilisant notre illustre Général. Mais là, vous avez quelque chose à faire. Dans wikipedia il y a un article sur cette parabole des talents. Et un commentateur y reprend une phrase de votre analyse. Mais c’est franchement très pauvre, pour ne pas dire incompréhensible ou même un contre-sens : rien sur la concentration de la richesse. Ne pourriez-vous aller corriger ça ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Parabole_des_talents

    Maintenant mon petit commentaire sur « 26. Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. » Apparemment c’est un tyran satisfait de lui-même qui parle à l’intérieur du récit fait par Jésus puis retranscrit par les apôtres. Ce serait tellement mieux s’il s’agissait de la morale personnelle de Jésus lui-même, c’est à dire que ce soient les paroles de Jésus pour donner sa conclusion sur cette parabole. C’est à dire encore que depuis très longtemps il y aurait une erreur de traduction. Ce serait beaucoup plus clair. Qui lit le grec ancien, ou même plus vieux ? Bien évidemment, si les apôtres, au contraire de Paul, n’ont pas compris le message, alors il n’y aurait pas grand chose à faire pour corriger.

  8. « Vendre la mêche » = éventer la mêche = percer la mine pour mettre à l’air libre la mêche et permettre son usage explosif. Bravo à Paul Jorion : il a mis le feu au lac. Par lapsus ? 🙂
    Mais bravo quand même. Montrer que la démocratie est un échec de l’élection des « meilleurs » au profit des « plus complotistes » et des plus privilégiés. Montrer que nous avons les armes de notre « salut » ou de notre paix depuis longtemps et que nous ne faisons que le contraire.
    J’en suis à me demander si notre espèce n’est pas l’espèce la plus cruelle contre elle-même, de plus en plus méchante et de ce fait de plus en plus destructrice d’elle-même et de son milieu. Prenons exemple sur les singes, remontons dans les arbres ou simplement dans la brousse, remettons le groupe des femelles au centre de notre fonctionnement social et les hommes en périphérie pour l’auto-défense du groupe ( et un repos des guerriers de temps en temps).

    1. Selon certains biologistes il y aurait malheureusement trop de chimpanzé en nous, et pas assez de bonobos. Nous pourrions nous manipuler génétiquement pour réparer cette erreur de la nature ? (OK je sors…)

  9. Puisque l’on parle de saint Paul, je dirai que tenir un blog tient du sacerdoce 🙂
    Après cette magnifique vidéo faite malgré la grippe, que lit-on ?
    Eh bien, les mêmes commentateurs bornés vont recommencer à débiter leurs mêmes trucs, démontrant exactement la thèse exposée par Paul Jorion.
    Je l’en remercie mais parfois je me demander pourquoi ouvrir les commentaires …

    1. Catalyseur :
      Substance qui augmente la vitesse d’une réaction chimique sans paraître participer à cette réaction.
      Élément qui provoque une réaction par sa seule présence ou par son intervention.
      Dispositif anti-pollution ajouté au système d’échappement d’un véhicule à moteur.

    2. @ Jacques

      Allez, pour contrebalancer ce petit doute 🙂 et puisqu’on en est à parler de l’Évangile, je propose Jean, 4, 35, 37-38 https://www.aelf.org/bible/Jn/4
      « Ne dites-vous pas : “Encore quatre mois et ce sera la moisson” ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. (…) Il est bien vrai, le dicton : “L’un sème, l’autre moissonne.” Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucun effort ; d’autres ont fait l’effort, et vous en avez bénéficié. »

      En version plus profane :
      « A force qu’on essaie et ça marche pas parce que c’est coincé, à la fin ça décoince et ça marche »

      En version carrément Shadok :
      « Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir…. En d’autres termes : plus ça rate et plus on a de chances que ça marche… » 😀

  10. hier j’ai eu un copain agriculteur au téléphone, je vous raconte pas les « em… » dans laquelle la SAFER l’a mis…
    il est dans une révolte générale du système agricole en France (dont la FNSEA est acteur) qui est en fait la même que la mienne mais lui à 1000 fois plus que moi parce qu’il est dedans.
    Et ses propositions sont justes… mais impossibles à appliquer…
    nous sommes, nous Français, tous d’origine agriculteur… et voir des agriculteurs défendre un système qui les détruit pensant que c’est notre faute…
    (je tâcherai de faire un billet plus développé sur ce thème une jour…)

    enfin tout ça pour dire : oui les 1% nous bouffe la laine sur le dos.

      1. Dommage que le bio productiviste ne vaille guère mieux que l’agro-industriel standard. Dommage que le bio utilise toujours des intrants, bien que « naturels » plutôt que synthétiques, mais qui ont les mêmes impacts délétères sur l’environnement. Dommage qu’il pratique tout autant le sur-emballage (pas comme sur cette jolie image d’Epinal). Dommage enfin que l’essentiel de ce bio soit détenu par les même grandes firmes qui détruisent la planète. Et dommage que la FNSEA ne craigne pas le moins du monde ce bio pour s’y être convertie à hauteur du chiffre annoncé par le Parisien.

      2. Dissonance,
        eh oui tout n’est pas si simple, vos précisions sont utiles.
        Ce que je constate c’est qu’un certain nombre d’agriculteurs paysans se rendent compte que le mode de production qui a prévalu pendant plusieurs décennies n’est pas viable à long terme et qu’à court terme il fait de gros dégâts environnementaux, dont ils sont d’ailleurs parfois les premières victimes.
        La ferme des mille vaches reste un exception en France. Notre pays demeure un pays où la culture paysanne n’a pas tout à fait disparu, contrairement à des pays comme les USA. Nous partons de moins loin pour inverser la tendance, c’est là mon espoir.

      3. @PYD

        Je suis bien moins optimiste que vous, pour vivre dans une des principales régions agricoles de France (la Bretagne) et avoir travaillé plusieurs années dans le secteur agro-industriel. Il y a évidemment les dégâts de court terme presque immédiatement visibles et même spectaculaires, mais également ceux de long terme, qui sont d’autant plus graves qu’il est extrêmement lourd de les corriger.

        Par exemple, les marées vertes que nous subissons notamment sur les côtes nord de la région ne sont pas le fait exclusif de l’élevage, contrairement à ce que les médias ou des écolos mal (in)formés (ou de mauvaise foi) expriment souvent. C’est une catastrophe bien plus généralisée que cela, dont l’un des facteurs déterminant fut il y a plusieurs décennies de cela déjà le remembrement, c’est à dire une destruction très importante du bocage pour favoriser la mécanisation des productions (car ce n’est ni rentable ni même parfois praticable de faire travailler moissonneuses et autres gros engins sur de petites parcelles bordées de talus) , décuplant l’érosion des sols et par conséquent les pollutions halieutiques. Quand bien même beaucoup d’agriculteurs admettraient de mettre un frein, voir d’abandonner la mécanisation (ce à quoi je ne crois absolument pas, à mon plus grand regret), cette destruction des talus et haies serait extrêmement longue et couteuse à réparer.

        Sans avoir de données précises à ce sujet, mon impression est plutôt que les agriculteurs souhaitant revenir à des modes de production plus « paysans » sont de très rares exceptions dont le « bio business » exploite l’image sympathique pour berner des consommateurs paradoxalement de moins en moins conscients de ce qui atterrit dans leur assiette et de quelle manière, noyés qu’ils sont sous un flot continu d’informations contradictoires.

        Comme je l’ai déjà mentionné, l’étiquetage « bio » n’est plus (s’il l’a jamais été) un gage ni de qualité, ni même de pratiques écologiquement soutenables. Non seulement les affaires de fraude dans ce secteur se multiplient, mais même les pratiques bio légales ne sont pas exemptes de critiques, loin s’en faut. On constate au passage que France Bleue Azur diffuse une « fake news » en affirmant que « le bio n’utilise aucun pesticide », comme le démontre la liste de produits autorisés par ecocert disponible en lien dans mon précédent commentaire. A sa décharge, en bio on ne parle effectivement plus de « pesticides » mais de « produits de protection des cultures », même si les effets recherchés sont rigoureusement les mêmes. Magie de la novlangue « verte ».

      4. Dissonnance,
        Sauf votre respect une haie pousse ou repousse relativement vite.
        Pour le reste, oui il y a des dégâts irrémédiables, mais ceux-là on n’y peut rien.
        Concentrons nous sur ce qui peut être fait.
        Sinon, on peut aussi construire des murs en pierre sèche, et vous avez même un artisan ingénieur sur ce blog qui pourrait nous en dire plus. Un certain Ecodouble, je sais c’est pas bien de dénoncer ses camarades, mais ses pour la bonne cause. Et puis il a un blog, toute l’info y est.

      1. Oulà, petit moral aujourd’hui Arkao ?

        Je ne sais pas ce que veut dire au juste ce pseudo « Arkao », mais quoi qu’il en soit je pense que je préfère ce sens à celui de votre nouveau pseudo…

      2. Plutôt que de répondre aux insultes par l’insulte (ce qui ne se pratique pas entre gens civilisés), j’ai choisi de porter en étendard celles qui m’ont été faites.
        J’ai parfois, dans certains de mes commentaires, employé des termes blessants sur le coup de la colère ou de la fatigue, mais sauf erreur de ma part je m’en suis toujours excusé par la suite.
        Ce n’est pas le cas de tout le monde.

    1. Il me semble qu’une pleine lucidité mène à l’action et non au défaitisme Arkao !

      Car être lucide c’est aussi connaître sa place et savoir ce qui est possible pour nous de faire, donc, Tâche difficile je vous l’accorde, éviter les écueils, ce qui est en trop ou ce qui est en moi et par conséquent impact sur notre conscience. Car l’arrière boutique sait très bien ce que son corps est en capacité de faire ou pas, elle nous fait donc payer écart ou déformation de son propre moi.

      . Faire ce qu’on doit faire.
      Tout en sachant que c’est le contraire de la facilité.

      1. Il se pourrait aussi qu’individuellement une trop grande lucidité engendre une dépression profonde en ce qui concerne l’avenir de l’humanité. Et que par réaction, pour ne pas sombrer mentalement, certains se raccrochent becs et ongles à la moindre petite parcelle d’espoir, des Gilets Jaunes par ci, une Greta par là, au risque d’en perdre toute faculté d’analyse objective.
        Les discussions autour de Greta Thunberg ces derniers jours illustrent à mon sens ni plus ni moins que le naufrage de la pensée.

      2. Aouuuutch !!!

        Décidément votre pseudo correspond parfaitement à vos propos !

        Aoutch!

        Pour information, la lucidité ne se limite pas à vous extérieure au monde, mes c’est vous incorporé dans le monde, ce qui pose comme question, que pouvez-vous faire ? est-ce que c’est compatible avec ce que vous voulez?
        Et si vous déprimez c’est que vous vous prenez pour soit le pape de Rome soit un microbe insignifiant.

        Sur ce moi j’ai d’autres choses à faire que d’éduquer un vieux.

  11. Pour revenir au début de votre vidéo, attention question très précise. S’il est prouvé que Biden-père et vice-président a fait virer le procureur qui enquêtait sur Biden-fils par le gouvernement ukrainien précédent, vaudrait-il tout de même mieux que Biden devienne POTUS à la place de Trump ? Dans la suite de la vidéo j’ai bien compris qu’il faudrait un pas-pourri, mais ce n’est pas la question.

    Mon problème, si j’étais citoyen US, je serai tellement dégoûté que je n’irais pas voter.

    Ensuite, après 3 ans de Trump l’effondrement a lieu, mais tellement lentement que c’est pour le moment indolore. On peut comprendre les 40% de supporters de Trump.

  12. m’enfin toutes ces questions qui sont posées sur le contenu des évangiles dans les commentaires… vous savez je suppose qu’ils ont été écrit bien après la vie réelle.
    Jean : papyrus 125 après JC qui serait le plus récent
    je ne vais pas tous les énumérer vous en trouvez la liste https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_papyrus_du_Nouveau_Testament
    ça s’échelonne de 200 au 5è siècle (évangiles, épitres etc.)

    C’est l’Église qui a choisi celui/ceux qu’elle trouvait « moral » autrement dit, qui allait dans le sens de son pouvoir.
    Je vais pas vous expliquer qui avait/voulait le pouvoir dans l’Église, c’est toujours d’actualité, quand on voit François qui est censé avoir le pouvoir, mais en fait ne l’a pas vraiment… quand ça contrarie des puissances de fric ! et de moralité plus que douteuse.
    Donc Luc ne devait pas aller dans le bon sens alors…

    1. Pour des textes vieux de 2000 ans, une copie datant de moins de 100 ans après la rédaction (ne pas confondre date de la copie, et date de rédaction !) c’est une rareté quasi ineffable. Petit exemple : il ne viendrait à personne l’idée de remettre en cause la paternité de JC sur l’essentiel de ses Commentaires de la guerre des Gaules. Pourtant si mes souvenirs sont bons le manuscrit le plus anciens dont nous disposons date des environs du IXèmes siècle. Idem pour bon nombre d’auteurs et d’ouvrages antiques.

      Par ailleurs, le critère de choix des canons n’est pas la moralité. En fait — et les commentaires de M. Jorion le souligne encore — les textes bibliques, en particuliers évangéliques sont ouvertement anti-morale. Ils prétendent apporter autre chose.

      Justement, en revenant sur cet article je souhaitais émettre un commentaire relatif au critères canoniques : Ce qui a conduit à intégrer tel ou tel texte au canon n’est-il pas (entre autre) un jugement sur sa cohérence avec l’ensemble ?
      C’est encore ce que nous montre M. Jorion dans son commentaire apocalyptique du 1er octobre 2019. C’est aussi mon expérience personnel de petit lecteur et commentateur biblique assez inculte. Une lecture un peu plus que superficielle met souvent en exergue des contradictions profondes dans les textes bibliques. En général, nul besoin de chercher loin. D’un paragraphe au suivant les termes paraissent antagonistes. Évidemment cela se produit aussi fort naturellement sur une plus longue distance d’un chapitre au suivant, et d’un livre à l’autre.
      Face à cela deux attitudes possibles me semble-t-il.
      Premièrement considérer qu’il y a bien contradiction et que le texte étudié n’a guère d’autre valeur qu’historique. Cela revient un peu à considérer que les gens qui l’ont assemblé, puis étudié, et commenté durant des millénaires (en ce qui concerne l’ancien testament) n’était que des zélotes fanatiques — pardonnez moi l’anachronisme — aveuglés par différents facteurs. Ou que l’on est soit-même le seul à avoir relever la contradiction. Les deux hypothèses sont contredites par des faits. Le texte biblique, et les éléments historiques semblent indiquer que des personnages comme Jésus étaient plutôt érudits. Par ailleurs les commentaires d’une foule d’exégètes (dont certains auteurs du texte biblique lui-même) montrent d’évidence que les problèmes n’ont pas été sans être relevés.
      Ceci nous amène à ce qui selon moi est la seconde attitude, et celle appropriée — face aux difficultés du texte biblique. Faire l’hypothèse que les rédacteurs/canonisateurs en aient été pleinement conscients et en déduire une interprétation appropriée du texte.
      Ma conclusion qui manque peut-être d’humilité serait que la phrase : « Il sera arrêté et il sera supplicié et la prophétie de Zacharie n’aura pas lieu. » n’est peut-être pas une analyse convaincante du rapport entre l’Évangile et les prophéties bibliques. Selon moi, comme pour la parabole des talents ou l’apocalypse il y aurait là matière à creuser.

  13. Le lien joint vaut ce que cela vaut mais la violence des critiques à l’égard de Greta et indirectement à son entourage, ses soutiens, pourquoi pas si elle était utilisée, témoigne qu’elle semble déranger cette petite.
    https://yetiblog.org/archives/19600

    Puisque Paul a introduit la religion dans son post, permettez moi d’ajouter cette citation de je ne sais plus qui , fort à propos et s’adressant aux détracteurs de Greta.

    Avant d’enlever la paille de l’œil de ton voisin, retire la poutre qui est dans le tien.

    1. yen a de qui on se demande de quel côté ils sont, par exemple :

      Raphaël Enthoven
      @Enthoven_R
      N’est pas Mandela, ni Gandhi, qui veut.
      Tout le monde, en revanche, peut être #gretathumberg.
      Il suffit de dire que le Mal, c’est très Mal.
      Que le Bien, c’est beaucoup plus mieux que le Mal.
      Et que s’il y a du Mal, c’est la faute des méchants qui refusent de faire le Bien.

      à propos de Edgar Morin, qu’il cite c’est pas mieux :
      Raphaël Enthoven
      @Enthoven_R
      Heureusement, le camp pavlovien des bons sentiments grimés en pensée complexe veille au grain.

      et là c’est plus franc du bonnet
      Raphaël Enthoven
      @Enthoven_R
      Je réclame aussi le droit de dire que #gretathumberg est une imposture spectaculaire, et qu’on ne lutte pas contre le dérèglement climatique en enfonçant des portes ouvertes.
      Ni en favorisant la contrefaçon.

      1. Un fils à papa de plus, séducteur inconséquent, Lâche assumé, il passe son temps en philosophie à enfoncer des portes ouvertes sous prétexte qu’il a appris par cœur des centaines de références pour un pseudo diplôme servi sur un plateau . Ce n’est pas Ça philosopher, au moins son père savait écrire. Lui sait juste parler pour séduire les ignorants. Laisser tomber

      2. Rien que de l’avoir entendu À la radio couper la parole à des philosophes qui ont étudié pendant 30 ans un auteur en faisant le malin en plus en étant grassement payé,
        ça m’a donné envie de lui couper la langue, de le coller devant l’œuvre complète d’ Aristote pendant 15 ans, de l’obliger à lire en boucle en grec en boucle et sans jour de repos
        et ensuite de lui faire repousser. 😀

  14. M.P.Jorion
    moi je trouve que votre grippe « nous » réussit :
    vous êtes beaucoup plus présent dans les commentaires, et publiez plus de papier
    et cette dernière vidéo est extra.

  15. Si les commentaires agressifs, méprisants et injurieux ne sont pas modérés au prétexte que leurs auteurs sont dans « le bon camp » nous sommes en droit de nous demander, au sujet de la polarisation, si Paul la déplore ou l’encourage.

    1. Arkao,
      Restons sereins, ce qui est en jeu c’est l’avenir de l’humanité. Greta Thunberg qui a une notoriété planétaire et qui est attaquée par un certain nombre de personnes, bien ou mal intentionnées, avisées ou mal avisées, c’est là le vrai sujet. Et c’est ce sur quoi nous échangeons ici.

      Nos petits égos sont peu de choses en regard de cet enjeu. Rappelle-toi aussi, quelques années en arrière, ce qu’était le blog, une foire d’empoigne quasi permanente dans les commentaires. Les balles fusaient, et personne, à ma connaissance n’en est mort. Chacun ici, assez ancien pour se souvenir de l’histoire du blog, a été un jour ou l’autre la cible d’un sarcasme ou d’un propos vigoureux. Mais ce blog demeure un club de gentil-hommes et de gente-dames, va voir un peu ailleurs, et tu verras qu’ici on arrive encore à échanger des arguments. Ces arguments sont échangés parfois avec des tacles qui peuvent être cinglants, mais des tacles, voire des sarcasmes ce ne sont pas la plupart du temps des injures.
      Nous sommes d’accord, pour la plupart ici, sur le constat, quant à la gravité de la situation, mais nous avons des poussées d’adrénaline, et c’est bien compréhensible, car tout ceci nous tient à cœur, nous voudrions que les choses aillent plus vite.

      Mais peut-on aller plus vite que la musique ? Laissons l’orchestre se mettre en place avant de le critiquer, et cette dernière remarque ne s’adresse pas à toi, elle s’adresse à tous les contempteurs de l’action de Greta Thunberg en général.

      Quand je lis les unes de Libé ou même du monde, je t’avoue que les bras m’en tombent. On y voit une Greta Thunberg en première page de Libé, le regard froid, sans aucune émotion, alors qu’elle vient à l’ONU de transmettre son message avec tout l’affect dont est capable un être humain. Un autre article titre ; « Greta, tête à clash », évidemment on comprend « tête à claques. » C’est de mon point de vue proche de la malveillance. Ou c’est tout simplement un journaliste imbécile (excusez mon ‘injure’) qui a voulu faire un bon mot avec la tête de Greta. Pourquoi tant de désinvolture !? Comme si Greta Thunberg c’était seulement un buzz, comme savent si bien en faire certains médias qui confondent divertissement (diversions devrait-on dire) et information. Cela montre en tous cas qu’il se passe quelque chose et qu’elle suscite une vive émotion. Et je suis persuadé que ses détracteurs ne l’atteindront pas, car le mouvement est lancé, et Greta Thunberg y aura contribué.

      1. D’accord avec toi Pierre-Yves. Sur tout.
        Ainsi les charges de vigneron étaient vigoureuses.
        Et les charges qui pèsent sur ceux qui sont tancés par Greta sont immenses, au point qu’elles relèvent, à mon sens, du Crime contre l’Humanité et du Crime contre la Biosphère.

    2. @arkao
      « si Paul la déplore ou l’encourage. »
      Peut-être que, tout simplement, Paul a besoin de tous, ne serait-ce que pour animer son blog !
      « animer », donner du souffle… de vie…
      Je ne sais si les derniers épisodes vont attirer, ici, des jeunes.
      Si l’anthropologue souhaite que les intervenants ici constituent un échantillon représentatif, il faudrait que votre fils vienne poster ses commentaires 🙂

    3. @Pierre-Yves Dambrine
      C’est gentil de vous faire l’avocat du principal intéressé (qui fait semblant de ne pas avoir lu mon commentaire).
      Ce n’est pas qu’une question d’égo car « un club de gentil-hommes et de gente-dames », c’est ce que j’aimerais qu’il reste. Je ne suis pas non plus le seul à faire traiter de minable, de crétin et d’autres délicats qualificatifs. Je n’ai pas la prétention de me faire leur porte-parole, ce changement de pseudo exprimant une colère personnelle.
      Il y en a ici qui dépassent impunément les bornes en permanence, tant sur la forme que sur le fond.
      Les « anciens » savent que beaucoup ont été virés ou sont partis d’eux-même pour moins que cela. Les sarcasmes d’un « Vigneron » étaient d’une autre classe.

      @adoque
      Animer le blog, bien-sûr! Y jouer son rôle et j’assume le mien 😉
      Mais comment dire ? « Il y a des limites » ?

      1. « Animer le blog, bien-sûr! Y jouer son rôle et j’assume le mien
        Mais comment dire ? « Il y a des limites » ? »

        Cela dit, ami Arkao, auriez-vous la suprême amabilité, ci-fait, de reprendre votre pseudo d’origine qui vous sied à merveille (si, si, si…), en lieu et place de ce pseudo complètement inapproprié et votre costume logo de presque-chewbacca, siouplait ? 😉

        https://www.youtube.com/watch?v=xOmLAZHtI-8

  16. Bonjour,
    Je n’ai pas regardé le discours de Greta Thunberg à l’ONU mais j’ai écouté quelques passages sur FranceInter et ils n’ont retenu que les passages les plus spectaculaires (pleurs , How dare You?etc…). Bref, on est une fois de plus dans le spectacle médiatique. Les diplomates de l’ONU ont attendu le concert de Greta en Live pour regarder une performance. Je suis sûr qu’on pouvait compter par centaine les smart phones entrain de filmer la malheureuse qui sans s’en rendre compte s’enferme dans son rôle de « super suédoise autiste aux rayons culpabilisants dirigés vers nos dirigeants ».
    C’est pas gagné. Il n’y a pas encore de prise de conscience . Le » business as usual  » continue son chemin. Quand un Thomas Piketty commence à sortir ses idées sur la remise en cause de la propriété privé, on l’écoute poliment mais au fond on le croit pas….ou plutôt on n’a pas envie de le croire…
    Oui, Paul a raison quand il dit qu’il faudrait plus d’anthropologue, sociologue, philosophe , psychologue à côté des politiques pour les guider (voir les instruire pour certains…;-). Mais bon, c’est pas pour demain comme dirait l’autre….

    1. @ Pierre, la vidéo est très brève.
      Je suis étonné que vous ne l’ayez pas. Elle est partout, y compris dans un billet de Paul Jorion sur ce blog.
      Ne vous laissez influencer par les extraits ou autres : ayez votre propre opinion !

      1. Vous avez raison. J’ai donc regardé son discours.
        Raisonne alors ses mots, simple et beau « …change is coming whether you like it or not! »
        « …change is coming whether you like it or not! »
        « …change is coming whether you like it or not! »
        « …change is coming whether you like it or not! »
        A tous nos banquiers, financiers, économistes et apôtre du capitalisme. La peur a changé de camps.

      2. Pierre,
        Vous oubliez que suite à son discours il y a un acte : la plainte déposée contre plusieurs pays dont la France.
        Je ne sais si cette plainte peut aboutir, mais c’est déjà une réussite pour ce qui est de ramener sur Terre notre Jupiter national.

  17. 1) de « JPC
    25 septembre 2019 à 11 h 49 min

    Bonne réfection de Paul sur l’impossibilité de faire passer un message complexe. »

    Faux.
    Un message simple ne passera pas non plus, s’il transgresse les tabous et les égoïsmes (voir 3)).

    2) Lucidité.
    Si on est lucide on constatera que la concentration des richesses qui date du néolithique n’a pas provoqué d’effondrement de l’humanité dans son ensemble jusqu’à présent.
    L’effondrement est provoqué par la révolution industrielle, qui entraîne une explosion de la population et de son niveau de vie moyen au détriment des ressources de notre planète finie.

    3) Principal message: simple, lucide mais inacceptable par beaucoup:
    Destruction = Population * pouvoir d’achat moyen.
    En abrégé: DES=POP*PAM.
    Où DES est corrélée directement (c’est quasi la même chose) au PIB et PAM est quasi la même chose que PIB/POP.

    Autres exemples:
    L’énergie atomique génère très peu au CO2.
    La croissance infinie est impossible dans un monde fini.
    Etc..

    4) Que faut-il faire ?
    D’abord et avant tout : poser correctement le problème ! C’est commencé en 3).
    Lire Jancovici.

    1. Hadrien, je regrette de dire que ce n’est pas la révolution industrielle qui est à l’origine de l’explosion démographique, mais bien le pétrole. Je ne crois pas me tromper en disant que c’est cette énergie bon marché qui est la source de nos problèmes (que l’on considère ou non que nous serions trop nombreux à en user, voire en abuser).

      1. C’est toutes les énergies fossiles qui ont augmenté le PIB,
        Et quasi en proportion de leur pouvoir énergétique. C’est corrélé depuis 1800 à 2010, avec des petits décrochements ici et là (les guerres, 1973,la Chine) qui m’intéressent d’ailleurs beaucoup.
        Un gros rôle du pétrole a été de casser les logiques sociales que nécessitait le charbon (son bon côté, le mauvais étant les silicoses et les coups de grisou). Il fallait du « collectif » pour gérer le charbon (cf. Germinal ou encore la Bête humaine), alors que la fluidité de l’oléoduc et la simplicité du moteur à essence, on encore les gazoducs, ont permis de rendre l’énergie socialement invisible: une seule installation, et c’est parti pour dix ans sans revoir personne. Même plus besoin de ramoneur.

        Ceci dit, l’agriculture allait à épuisement dans toutes les zones denses de la planète, avant que soit les colonies, soit l’énergie fossile, soit le deux « soulagent » la terre (K Pomeranz, La Grande Divergence, l’Angleterre a nettement bénéficié des deux, charbon proche de zones industrielles contrairement à la Chine, évitant de couper les forêts résiduelles et permettant de garder un environnement hydraulique minimalement correct, et presque avant, apport des sucres des colonies pour soulager le besoin de calories anglaises, et augmentation du marché par la vente de coton aux colonies (exploitants et esclaves et la catégorie cruciale mais dure à nommer en français des « indentured servants », des asservis par la dette de leur voyage au nouveau monde pour N années).

      2. Vous n’avez rien à regretter;).
        La première explosion démographique est européenne, synchrone avec la première révolution industrielle (et coloniale). Ensuite, ce fut au tour du reste du monde, à l’âge du pétrole.
        Je ne puis que conseiller de lire JM Jancovici sur l’importance du pétrole dans notre civilisation mondiale.
        Mais l’essentiel de mon propos est ailleurs. Je le résume :
        1) Destruction = PIB = POP*PIB/POP = POP*Pouvoir d’achat
        2) Nos tabous, idéologies et égoïsmes nous empêchent de considérer l’évidence 1).

      3. La France a connu sa transition démographique avant le début du XVIIIème si mes souvenirs sont corrects. C’est ce qui lui a permis de résister aux coalitions de tout ses voisins. Voisins ayant eux-même connus leur transition démographique légèrement plus tardivement mais bien avant les exploitations massives de pétrole.

  18. Nous sommes en train de vivre un moment extraordinaire et les réactions aux discours de Greta Thunberg en sont le marqueur et elle-même en a été le catalyseur.
    Désormais, on ne rigole plus ! Il y a un vrai danger pour le Système et grâce à Internet, il s’amplifie au niveau mondial et à grande vitesse.
    Imaginez simplement que des millions de jeunes commencent à refuser d’acheter des baskets de marque, refuser de nouveaux smartphones, ne plus vouloir bouffer de la merde, ne plus prendre un avion low-cost pour se bourrer la gueule à Barcelone, ne plus subir la compétition de tout homo economicus… Le Système capitaliste est un colosse aux pieds d’argile. On a vu ce qui s’est passé en 2008. Une génération nouvelle qui serait perdue pour le consumérisme et qui verrait sa survie menacée et en tirerait les conclusions qui s’imposent.
    Alors devant ce danger, la mobilisation est totale !

    Elle devient risible tant elle est excessive et excitée. J’avais dans mon billet mentionné quelques-uns de nos intellectuels de basse-cour, les renforts arrivent et je suis mort de rire.
    La liste devient longue mais comment ne pas citer Pivot avec son tweet incroyable (mon Dieu quel pauvre type !), Apathie, Barbier (mais que dire de plus pour eux ? On les connait nos chers amis et ils nous font toujours bien rigoler) et surtout, sans oublier Bardella (du RN) qui ajoute sa touche d’ignominie. L’union sacrée : de LRM à RN en passant par LR, grrRRR

    Je veux bien faire une concession et admettre que l’on pouvait avoir des doutes sur l’efficacité de l’action de Greta il y a quelques mois mais aujourd’hui, je pose une question à ses détracteurs.
    À ceux, ici, qui restent campés sur leurs positions ironiques, sceptiques, critiques : vous êtes fiers de marcher aux côtés des gens dont je parle ? Avez-vous une combinaison spéciale, des masques à gaz ?

      1. @ Dissonance,
        Ma réponse : très fier !
        Vous ne devinerez jamais combien être critiqué par vous me rassure et me fait chaud au cœur.

      2. Votre réponse me navre, comme la tournure générale de l’ensemble des discussions autour de ce sujet, et ce d’autant plus que je suis en plein et parfait accord avec une partie de vos constats de départ. Je trouve en effet le niveau d’ensemble de la critique médiatico-politique à l’endroit de Greta Thunberg absolument minable, dans certains cas même simplement ordurier, et il décrédibilise totalement ceux et celles qui la produisent. Ceci étant dit, c’est un constat qu’on pourrait poser sur de nombreux autres sujets, la production médiatico-politique générale étant régulièrement très mauvaise (sans doute suis-je victime d’un biais à ce propos à force de lire ACRIMED). Bref, fin de l’aparté.

        Là où je cesse totalement de vous suivre, c’est dans cette démarche qui consiste à sanctuariser complètement Greta Thunberg, ou plutôt son initiative politique (car il n’y a évidemment rien à dire sur la personne, je trouve d’ailleurs l’évocation de son syndrome à peu près toujours déplacée et hors de propos, même chez ses défenseurs). Profiter ainsi de la nullité du traitement médiatique pour réfuter a priori l’ensemble des critiques possibles à l’endroit de sa démarche n’est pas juste, et, pardon si j’emploie un terme un peu fort, me semble faire partir le débat dans une dérive fascisante puisqu’une seule opinion est admise, les autres étant automatiquement classées comme le produit de salauds ou d’abrutis.

        Vous ne semblez pas vous en rendre compte mais à peu de choses près, vous employez ainsi exactement les mêmes méthodes que celles que vous entendez dénoncer. La violence de vos propos à l’égard de certains commentateurs ici (dont moi, apparemment) n’ont en effet pas grand chose à envier à celle d’un Onfray ou d’un Fikielkraut. L’outrance avec laquelle vous la défendez ne sert absolument pas votre propos, pas plus que le sien. A vouloir justifier les moindres de ses paroles où actes, et à le faire de cette manière si peu raisonnable, vous les rendez, et elle avec, parfaitement irritantes. Je ne pense pourtant pas que ce soit le but, si?

      3. « C’est exactement la discussion que nous avions en famille sur nos achats de Noel à venir et du signal que cela enverrait à nos dirigeants si nous disions tous non à ces objets souvent inutiles qui nous sont proposés par le marketing. »

        Ben vi, surtout quand on sait ce que consomment les gamers et autres ados , ou pas, mais surtout, fanas de vidéogames, aussi faudra -t’il faire des procès en inquisition zé autres, aux djeuns vidéogamers , 10 réacteurs nucléaires quand m^me … ?

        « Les jeux vidéo consommeraient l’équivalent de 10 réacteurs nucléaires, selon un rapport
        Par Sarah Sermondadaz le 07.12.2018 à 13h15  »
        « Le LBNL, laboratoire national américain, a évalué la consommation électrique, et donc les émissions carbone du secteur du jeu vidéo. Et ces dernières n’ont rien de virtuel. »

        « Si, lorsque vous jouez à des jeux vidéos, vous rêvez de sauver le monde, ce qui suit risque de vous déplaire. Quoique virtuelle, l’exploration des mondes vidéoludiques implique un surcroît de consommation électrique bien réel, qui dépend beaucoup du matériel utilisé. Dans un rapport publié à l’automne 2018, plusieurs chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory ont évalué l’empreinte carbone du jeu vidéo selon la plate-forme utilisée (console, ordinateur fixe, portable… les tablettes et mobiles étant exclus de l’étude). Bilan : à l’échelle mondiale, cette activité mobiliserait environ 75 térawatt-heures par an. Un chiffre qui représente l’équivalent de 25 centrales thermiques moyennes… ou environ 10 réacteurs nucléaires !  »

        Les consoles plus vertes que les ordinateurs
        « Le coût carbone est conséquent. Il dépend toutefois fortement du lieu de production d’électricité : un rapide calcul envisageant une production électrique en France (où l’intensité carbone de l’électricité est basse, le nucléaire étant considéré comme non émetteur de carbone) ou en Californie (où seulement 30% de la production d’électricité est issue de source à bas carbone) donne en première approximation… des émissions globales qui peuvent s’élever de 6 à 2.200 millions de tonnes de CO2 par an ! (Une estimation calculée à partir des données d’electricityMap). Les chercheurs évoquent pour leur part un chiffre de 12 millions de tonnes de CO2 par an pour les États-Unis, ce qui représente l’équivalent de 2,3 millions de voitures individuelles. »
        https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/developpement-durable/la-consommation-electrique-et-le-cout-carbone-du-jeu-video_130021

      4. @ Dissonance,
        Je suis surpris de votre jugement. Vous dites que j’use de « sophismes grossiers ». C’est à mes yeux une insulte.
        Je devais tendre la joue gauche ?

        Je ne pense pas vouloir justifier le moindre de ses actes : j’explique simplement depuis des jours combien je trouve écœurant le niveau de critique de ses détracteurs, en particulier depuis la vidéo Anita et aujourd’hui avec cette ruée vers l’abject à la quelle nous assistons.
        Il est vrai que j’ai une profonde admiration pour elle mais admiration ne signifie pas adoration mystique, en tout cas pas pour moi.
        Libre à vous de penser que je suis outrancier.
        Enfin pour conclure Greta Thunberg n’a pas besoin de ma défense. Elle la fait très bien elle même avec talent.

        Comme on dit la caravane passe, les chiens aboient (surtout pas d’équivoque : seuls ceux qui se sentiraient concernés par la formule peuvent se sentir insultés!).

      5. @Jacques Seignan

        Non, « user de sophismes grossiers » n’est pas une insulte, c’est la description d’un propos. J’admets cependant que le terme « grossier » était de trop, car le sophisme que vous employez est assez complexe, un composite de plusieurs effets rhétoriques combinés: de l’homme de paille (présenter une version dégradée de l’argumentaire des interlocuteurs pour mieux le contrer), de l’argument d’autorité (citer des « références » comme cautions de son propos – certes vous le faites ici à l’envers en dressant la liste la moins flatteuse possible des opposants à Greta Thunberg, mais tout de même), du dénigrement par association (inutile de détailler, je pense)… Bref.

        J’estime que le niveau général des discussions ici n’est pas du même ordre que la diarrhée verbale qu’on constate dans les médias et qu’on pourrait donc s’épargner ce genre de procédés dialectiques douteux. J’ai beau être sceptique envers l’action de Greta Thunberg, je pense n’avoir aucun rapport ni de près ni de loin avec les clowns tristes que vous avez cité, pas plus dans ma critique à son propos qu’à n’importe quel autre sujet, et je ne pense d’ailleurs pas avoir vu quiconque ici s’abaisser à un tel niveau.

    1. Merci Jacques pour ce post plein de bon sens et de vérité.
      C’est exactement la discussion que nous avions en famille sur nos achats de Noel à venir et du signal que cela enverrait à nos dirigeants si nous disions tous non à ces objets souvent inutiles qui nous sont proposés par le marketing.

      Notez que la grève dans les transports et autres secteurs prévue pour le 5 décembre ressemble aux grèves de 1995 avec un mécontentement général démultiplié.
      La panique doit commencer à pointer son nez dans certains milieux économiques financiers car en 1995, les grands magasins parisiens avaient connu une baisse de chiffre d’affaire considérable.
      Je pense que ce que vous présentez pourrait se dérouler sous nos yeux dans de brefs délais.

  19. Puisque nous sommes dans les Ecritures, merci d’abord pour ce commentaire sur la parabole des talents qui ratiboise les littéralistes et autres fondamentalistes, qui, hélas, à cause, entre autres choses, d’une inculture générale et tragique en matière de religion tiennent le haut du pavé, talonnés par les fabricants de bouillie pour les chats du style « méditation ». Sur Greta Thunberg, on pourrait, pour rester dans ce domaine là, parler de Jésus au milieu des docteurs (un peu plus jeune que Greta d’ailleurs selon certaines traditions) quoi que penser que les docteurs puissent avoir les figures d’un Luc Ferry ou d’un Bruckner nous mène vers la bouffonnerie! Enfin, toujours dans ce registre, Greta est bien une figure apocalyptique, dans le sens exact du terme. Elle « révèle » l’insignifiance des puissants, la sidération des médiocres. « L’homme ordinaire ne sait pas que tout est possible ». Telle est la phrase qui figure, je crois en exergue de la grande oeuvre de David Rousset , »Les jours de notre mort ». Aujourd’hui, il faut que ce soit une enfant pour nous le dire.

    1. Madame Simone
      excellent de nous rappeler ces événements, qu’ils aient existé ou pas n’y change rien, car c’est notre culture d’Occidental ou du Moyen-Orient
      on nous montre un jeune adolescent (12 ans dans Luc) qui chasse les marchands du temple, après avoir été présenté aux Docteurs, à l’occasion de la célébration de la fête de la Pâque.

      Ainsi notre tradition présente un jeune adolescent, (bien plus jeune que Greta) ayant une force intérieure plus forte qu’une tradition (les marchands dans le temple) et une « audience » et autorité suffisante pour être écouté. Que nous soyons athée ou croyant n’y change rien, c’est dans notre culture.

      1. « […] on nous montre un jeune adolescent (12 ans dans Luc) qui chasse les marchands du temple, après avoir été présenté aux Docteurs, à l’occasion de la célébration de la fête de la Pâque. […] »

        L’un de nous semble avoir manqué une vingtaine d’années dans cette histoire. Sacrée ellipse.

  20. Ainsi Paul Jorion, nous apprends qu’il n’est pas « manipulé » lorsqu’il fait du catastrophisme climatique son credo. Sauf que depuis le début de l’humanité, le pouvoir politique et religieux a toujours cherché à maîtriser le temps pour asseoir sa domination et pour manipuler l’opinion : le temps dans sa dimension historique et météorologique. Cette relation avait déjà été bien perçue par Piotr Kropotkine, qui, contrairement aux marxistes voyant dans la division du travail l’origine de l’Etat exploiteur, pointait le rôle des prêtres, des gourous, des prophètes, et des charlatans. Si selon lui, « le sorcier, le faiseur de pluie – le savant de l’époque – cherchait à profiter de ce qu’il connaissait ou croyait connaître de la nature pour dominer ses semblables », c’est parce que ces gourous font l’autorité, depuis le début de l’humanité. Ainsi le spectacle de la catastrophe finale et écologique, sans cesse répétée et mis en scène dans les médias capitalistes, montrant la nature déréglée par l’humain se vengeant de l’humanité, berce Greta Thunberg depuis son enfance. La nouvelle égérie, oh miracle, récite avec naïveté la litanie des prêtres Deus Ex Machina, belle publicité au modèle numériques de la tempête finale, qui balayera l’humanité pas assez soumise au credo vert, toujours capitaliste. Greta ne fait pas la grève parce qu’elle préférerait pratiquer la science, mais parce qu’elle a voit des catastrophes dans les médias capitalistes, Greta est croyante, absolument : la variabilité naturelle du climat n’existe plus, toute contrainte météorologique est un signe de Gaïa en lutte contre l’humanité, Greta est au sens propre, follement manipulée.

    A bas la pseudo science, le capitalisme, la religion verte, l’idéologie de Greta,
    A bas l’Etat, les tartufes, et que vive l’anarchie des météores !

    1. Ah c’est formidable quand même Wikipedia, cela vous a permis en 2 temps 3 mouvements d’étoffer votre profil d’anarchiste !

      P.S. Si vous aviez une quelconque notion de ce que je raconte, vous vous seriez dit que vous aviez davantage de chances de me contrer en vous présentant en tant que « marxiste » plutôt qu’ « anarchiste ». M’enfin – comme disait Gaston – on ne peut pas tout savoir…

      1. @Paul Jorion

        Sans forcément adhérer à l’ensemble du propos d’Ananarchist, je dois bien avouer que même si vous vous en réclamez assez régulièrement, je ne retrouve pas grand chose dans vos écrits qui corresponde au courant anarchiste tel que je le connais (pas plus qu’au courant marxiste d’ailleurs – je ne prétends néanmoins pas les connaître ni l’un ni l’autre de manière exhaustive).

        En revanche je vous reconnais des proximités de plus en plus récurrentes avec la « social démocratie » tel que le P.S. a pu l’incarner ces dernières décennies, avec toutes les réserves que cela suscite chez moi (je crois vous les faire connaître déjà suffisamment régulièrement pour ne pas y revenir encore ici).

      2. Vous allez faire pleurer ceux qui m’ont attribué le prix Élisée Reclus l’année dernière. Mais je ne m’inquiète pas : leur familiarité avec l’anarchisme est plus « exhaustive » que la vôtre.

      3. Stade 1 : Et quand la catastrophe climatique annoncée n’est malgré tout pas au rendez-vous, ou que la canicule est moins forte, moins longue, moins meurtrière que prévue, votre discours fera dans le sentimental en évoquant les générations futures, vous n’aurez pas le choix (pour faire perdurer le message).
        Stade 2 : Quand d’autres individus comprendront que la catastrophe annoncée n’est pas au rendez-vous, il s’ensuit le même phénomène que si des enfants découvraient que les croquemitaines pour adultes n’existaient pas, ils deviennent inconscient du monde dans lequel ils vivent, ils vous aimeront moins. Alors le charlatan planifie la fin du monde juste après sa mort, histoire de ne pas avoir honte devant la jeunesse qu’il a manipulée.
        Stade 3 : Eine wolhwende tyrannis, devant le désintérêt de certains pour la catastrophe médiatisée, l’Etat doit surenchérir, l’Etat est libéral, progressiste par nécessité. La dictature bienheureuse est soumise aux prévisions du GIEC. Les média capitalistes font du catastrophisme quotidiennement, surtout en veille de sommet des Etats nations capitalistes. Vous adouberez l’idéologie de la catastrophe, aussi par nécessité politique.
        Stade 4 : Vous étiez d’extrême gauche ? c’est justement parce que le catastrophisme existe dans le marxisme, ce nouvel opium du peuple dont les affirmations scientifiques ne manquaient pas prophétisme sur fond de sens linéaire de l’histoire, de son inéluctabilité et de sa baisse tendancielle de taux de profit qu’il est entièrement à rejeter. Même pas à amender.
        De quel catastrophisme avez-vous hérité ? de celui des médias capitalistes. Alors, nul besoin de wikipedia pour ma biographie. c’est parce que vous avez reçu un coup de poing anar dans l’écran que vous imaginez un anarchiste nazi, je vous réaffirme ici qu’on ne combat pas le capitalisme avec le catastrophisme, ni avec des bouquets de violettes.
        A bas le capitalisme et ses religions, à bas l’idéologie de Greta et vive l’anarchie des météores.

      4. Vous écrivez à l’auteur de « Le capitalisme à l’agonie » (2011), « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (2017), mais on a le sentiment que vous n’êtes même pas au courant.

      5. @Paul Jorion

        Ce doit être des anarchistes bien particuliers pour se sentir le droit de décerner des prix à leurs semblables… M’enfin bon, pourquoi pas après tout, il existe bien des poissons volants.

        Concernant Elysée Reclus justement, que pensez-vous du concept du refus de parvenir que j’évoquais dans un précédent commentaire? Pensez-vous vous inscrire dans cette lignée?

      6. @Dissonance
        « Concernant Elysée Reclus justement […] »
        Mon Dieu, Élisée serait-il donc parti aux champs :-). Rha. C’est correcteurs (dis)orthographiques.

        Désolé pour cette plaisanterie. J’en profite pour vous exprimer tout le bien que je pense de vos propos un peu plus haut dans votre discussion saignante avec un certain Jacques.

    2. @ Ananarchist,
      Parfois je me demande pourquoi Paul Jorion ouvre les commentaires… Je ne sais pas.

      Eh bien avec vous, je dois dire que je suis heureux qu’il le fasse ! C’est trop désopilant.
      J’en ai pleuré de rire et surtout avec l’exergue finale !

      PS – votre pseudo a un air vraiment trop English : An Anarchist : ça c’est curieux mais bon on sait bien de nos jours que tout doit être en globish pour être plus attractif, n’est-ce pas ? Waw subtil ça !

      1. Vous, le tartufe de la catastrophe
        Si Greta a l’excuse de la jeunesse et de l’autisme et de se retrouver là au mauvais moment de l’histoire, vous, vous n’avez aucune excuse dans votre aveuglement catastrophiste : ce sont les mêmes médias dont s’abreuve Greta Thunberg, les mêmes médias capitalistes qui vous informe sur la catastrophe climatique conjuguée au conditionnel. Pour le reste, vos crachats sont mes médailles.
        A bas le capitalisme, a bas les libéraux, a bas votre religion verte.

    3. Qui a noté la double négation dans ananarchist ?
      An anarchist pourquoi pas, mais ananarchist c’est clairement une double négation, non ? Un lapsus en tout cas.

    4. Ananarchist
      D’où parlez-vous ?
      d’une autre planète ?
      ou d’un placard où vous vous êtes enfermé depuis quelques dizaines d’années ?

      chacun a le droit de choisir le lieu où il se sent le mieux (tant que ses moyens pécuniers lui permettent)
      si pour vous c’est de rester hors du temps et tout contact avec une réalité qui vous est tellement insupportable que vous préférez l’ignorer… c’est mieux pour vous, ainsi vous vous échappez d’angoisses que vous ne pourriez supporter.

  21. @Minable crétin
    25 septembre 2019 à 19 h 18 min
    Arkao, il faut se faire à l’idée que ce blog a une couleur assumée, Paul Jorion ne s’en cache pas. D’ailleurs cette couleur est assez complexe.
    En physique, s’il y a action, il y a réaction équivalente. Dans la vie, il n’y a pas de Yin sans Yang; si l’un est plus visible que l’autre, l’équilibre sera restauré en temps et heure.
    Il y a une paire d’années, il y avait ici « débat » pour les présidentielles, à savoir s’il fallait soutenir Hamon ou Mélenchon (après avoir parié sur Piketty)… Qu’en est-il sorti ? #pasmonpresident !
    Ici, vous contribuez et nombreux sont ceux qui vous allument, vous méprisent, et ce d’autant plus que vous exprimez clairement: vous ne faites pas dans l’ambigu.

    J’imagine que vous vous forgez vos propres pensées, construites sur du multisources.
    Et bien, à mon avis, il vaut mieux avoir une pensée erronée, à soi, évolutive, qu’une pensée « conformisée » pour ne pas prendre le risque de déplaire.

    Enfin, je note ce paradoxe: il est souvent souligné, ici, que les choses sont plus complexes que ce qu’on pense, mais peu de place est laissée à la diversité. Je trouve insupportables, indignes la manière dont vous, et d’autres, sont qualifiés.
    Comme vous disiez: « Quelles limites ? » entre gentes personnes…
    avec de non-gentes personnes, il faut s’attendre à voir suinter la haine.

      1. Bah Arkao définit le débat comme naufrage de la pensée. Les choses sont plus complexes oui…
        C’est décisif, pas de place pour les insensibles mince !

      2. Et si vous voulez de la condescendance, c’est pas un chef de projet dans le bâtiment ou je sais pas trop quoi qui va indiquer le niveau du débat quand c’est un élève de Lévi-Strauss spécialiste en intelligence artificielle expert en finance et psychanalyste , et qui plus est l’hébergeur, qu’il la lancé.

    1. @ adoque,

      C’est bien vu. Paul Jorion est engagé et expose clairement ses positions et le pourquoi.

      Il a plusieurs fois déclaré qu’il y avait deux camps. C’est sans doute aussi ancien que l’humanité quand des prêtres-rois ont commencé à pomper les richesses produites par les agriculteurs. Un jour Paul Jorion a choisi la métaphore des parasites : les parasites actuels sont en train de tuer la bête. Ce sont nos ennemis.

      Nos ennemis par leur cupidité pathologiques détruisent tout, préparent une extinction massive qui inclura l’espèce humaine.

      Les nouvelles se succèdent, toutes plus alarmantes les unes que les autres. alors il faudrait sans doute que nous acceptions gentiment que des gens continuent à faire leur petite propagande climatosceptique simplement parce qu’il bon d’être dans une pensée non-conforme ? Que des gens bavent sur les lanceurs d’alerte courageux comme Greta Thunberg ?
      Et il faudrait continuer à parler comme si de rien n’était dans un gentil café du commerce ?
      Libre à vous de penser qu’il n’y a pas urgence, que rien n’est grave, libre à moi de dire ce que je pense.

      1. @Jacques Seignan
        Où avez vous lu que je pensais qu’il n’y a pas d’urgence ?
        Précisément, dans cette période critique, ce n’est pas le moment de procéder aux exclusions.
        Je remarque que Paul Jorion modère… modérément !

      2. Vous êtes des bourgeois qui consommez un max , alors vous voulez vous donner bonne conscience en focalisant sur des épiphénomènes comme le brexit , trump ou greta , mieux ,vous attribuer tous les maux du monde aux mytérieux 1 % , alors que c’est vous et votre mode de vie qui êtes responsable du dérèglement climatique et le pire est que vous voulez l’étendre à la planète entière

      3. Roger
        « Vous êtes des bourgeois qui consommez un max  »
        d’où connaissez-vous notre niveau de vie ???
        à part PJ je n’ai jamais lu ici quelqu’un parler de son revenu…
        moi-même je n’ai aucune idée des revenus, pensions, salaires, allocations chômage, ou autre encore des commentateurs de ce blog
        ainsi c’est de votre pure imagination
        Allez je vous donne une clef me concernant : je vis en HLM… et si vous saviez ce qui m’y a amené !!!

        vous avez besoin de justifications, alors ne les ayant pas vous les inventez.

      4. adoque
        Faut raison garder : émettre une position tranchée, n’est pas exclure quiconque d’un débat.
        Gardons-nous de nous poser en victimes du camps adverse .
        Parce qu’au petit jeu des exclusions supposées, on peut facilement retourner l’argument à l’envoyeur.

      5. Vous vivez en HLM en plus ! Et vous vous en vantez ! Comment allez vous faire après l’effondrement sans base autonome durable hein ? Mais fallait y penser avant , pas perdre son temps à epiloguer sur le brexit ou greta , le retour de baston va être très dur

      6. Mon petit Roger si ça peut vous consoler quand j’étais petit mes parents sont allés habiter chez mon papy par manque d’argent et maintenant je vous rachète votre appartement. Et en plus j’aime bien ce blog. Je mange des carottes et j’aime bien lire.

  22. En faite, Internet a propulsé au premier plan l’intelligence de million d’adolescents dormants par l’entremise d’un catalyseur nommé Greta.
    C’est une transition de phase, qui laisse entrevoir des possibilités à ces vérités inaudibles de faire partie du nouveau cadre.

  23. En 1936, l’empereur d’Éthiopie Hailé Sélassié vient à la SDN (ancêtre de l’ONU) plaider la cause de son pays contre l’agression fasciste de Mussolini.
    https://www.tdg.ch/monde/afrique/30-juin-1936-haile-selassie-prononce-discours-historique-geneve/story/21388034
    Dans les tribunes les journalistes fascistes l’insultent.
    J’ai toujours été indigné du peu de place donnée à ce crime de guerre que fut cette invasion féroce. Certes la IIe GM a eu son comptant de massacres mais celui-ci, comme ceux de la Guerre civile espagnole les précède et les annonce, est bien trop oublié en Europe (et en Italie ?).
    Il y avait donc deux camps. Déjà. Et les invectives les plus violentes contre ceux qui essayaient de lutter contre le danger fasciste.
    Comparaison n’est pas raison mais l’autre jour, le souvenir de ces images émouvantes m’est revenu à l’esprit.

    1. Tu les aimes ces histoires de camps n’est ce pas Jacques ?

      Alors laisse moi t’en conter une, que j’ai même peut-être lu ici, ou bien fantasmé d’après celle du « Bobby » de Levinas. Dans un camps de concentration, durant le seconde guerre mondiale, un groupe de prisonniers déshumanisés a adopté un temps un chien errant, qui jouait tant avec les gardes que les gardés. Le chien ne faisait aucune différence entre les tortionnaires et les torturés. Il ne voyait certainement que des hommes partout alors qu’eux se vivaient en deux camps.

      C’est une question de degré, mais crois moi sur parole, il n’y a aucune différence entre nous tous, à toutes les époques, dans toutes les classes, de tous niveaux. Même si je les déteste carrément, je ne m’extrais pas d’eux, quelle vantardise déplacée et puéril. Dans l’ignorance nous sommes heureusement tous frères.

      D’ailleurs j’ai été surpris du sujet et de l’angle de vue du journal de F2 hier soir sur le réchauffement climatique au Groenland :

      https://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-mardi-24-septembre-2019_3603901.html

      Passer cela après l’appel de Greta à l’ONU, j’ai un peu halluciné.

  24. Quand Paul Jorion dit « Voilà deux mille ans qu’on connaît le problème mais on n’a rien fait » et quand Rene Girard, citant Matthieu (Mt 13.35), parle de « choses cachées depuis la création du monde », ils disent la même chose, n’est-il pas vrai ?

    Parmi ces choses cachées, il y a le seul remède effectif à la violence : la non-violence.

    Inusable parabole des talents. J’aimerais bien savoir devant quel auditoire orthodoxe vous avez parlé, St-Serge, Épinay-sous-Sénart ?, et j’aimerais surtout connaître la réaction des théologiens qui ont écouté votre interprétation de la parabole.

    Je ne vois pas bien le lien que vous faites entre ces « choses cachées » et le Brexit.

    De Gaulle, cité par un précédent commentateur, avait raison : si un Etat-membre veut quitter l’Union, il la quitte. D’ailleurs le seul fait que ce soit devenu si difficile, « impossible » même, devrait être une raison, en soi, pour la quitter, c’est-à-dire pour retrouver la liberté.

    À propos de l’Ukraine, l’affaire montre que les Usa sont là-bas comme chez eux, que les dirigeants US, tous autant qu’ils sont, considèrent comme normal d’y faire la pluie et le beau temps. Donc comment ne pas comprendre que la Russie ait voulu soustraire sa base de Sébastopol au contrôle américain ? C’était de la légitime défense (non-violents). Mais ce n’est que de la géopolitique, sujet nettement moins intéressant que les tweets de Trump

  25. Impossible le Brexit? C est une blague…
    Idee fausse, il faut toujours choisir entre 2 maux, les britanniques ont choisi et vous les prenez pour des demeurés j ai l impression. Peut-être qu ils ont considéré tout simplement que couler avec le navire européen était pire que de raviver le problème irlandais? Peut-être se sont ils dit que ça mettait en danger l economie mondiale mais que de toute façon celle ci courrait à sa perte. Peut-être ont ils choisi entre 2 maux. C est dur, mais en démocratie ce serai possible. Vous leur refusez cette lucidité et ce choix comme une gentille maman qui dirait à son enfant de ne pas aller voir dehors parce que c est dangereux.
    Il n y a rien d impossible, il y a juste des intérêts contraire à la démocratie, et ça c est dangereux, parce que que croyez vous qu il va se passer si les britannique constate qu on ne respecte pas leur votes? Ce sera catastrophique et ça les mènera vers les extrêmes.
    Le Brexit est difficile mais possible, vous ne le voulez pas et par chance pour vous les représentants anglais contre leur peuple ont la même volonté. il s agit juste d un abus de pouvoir, un vol de destinée et c est bien triste.

    1. Oui, il y a des intérêts contraires à la démocratie. Et une leçon de démocratie est donnée en ce moment. Les contre-pouvoirs jouent leur rôle. C’est très beau. Espérons que nous verrons bientôt la même chose aux États-Unis. Je suis davantage confiant aujourd’hui que je ne l’étais il y a quelques semaines.

      Faites un petit examen de conscience : dans la guerre d’Espagne, de quel côté Johnson et Trump se seraient-ils rangés ?

      1. Alors ça ! Bien malin celui qui pourrait dire quel camp ces deux personnalités aussi fantasques que versatiles auraient choisi en 1936 !!…

        Quant à la démocratie, qui la défend le mieux, celui qui veut mettre en application une décision du corps électoral ou ceux qui s’y opposent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.