Vie quotidienne – Réchauffement climatique et économies de chauffage

Sur le conseil du chauffagiste, j’ai fait ajouter entre décembre 2018 et décembre 2019, un radiateur sur le palier du 1er étage (un radiateur trop riquiqui selon lui au rez-de-chaussée pour chauffer décemment toute la cage d’escalier ; d’où un thermostat en folie !).

Amis ingénieurs (et autres mordus du calcul pratique !), est-il possible de séparer dans l’économie de 18%, la part du réchauffement climatique de celle du radiateur supplémentaire ?

Partager :

Le monde en décomposition que nous transmettons à nos enfants, le 16 février 2020 – Retranscription

Retranscription de Le monde en décomposition que nous transmettons à nos enfants, le 16 février 2020. Bonjour, nous sommes le…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (IV) « Comment sauver le genre humain »

Ouvert aux commentaires.

TF : Paul Virilio proposait la création d’un ministère du temps mais également d’un ministère du désastre.

PJ : J’ai écrit avec Vincent Burnand-Galpin, qui étudie en ce moment à l’ENSAE et à Sciences Po, un livre qui paraîtra en mars : Comment sauver le genre humain ? Le titre a évolué depuis « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », le nom qu’avait le cycle de 6 conférences que j’ai données à l’Université catholique de Lille en 2018-19, pour se stabiliser sur cet intitulé là.

Nous proposons de rétablir, au niveau national, une planification partiellement impérative pour intégrer l’épuisement des ressources, le réchauffement climatique, l’ensemble des problèmes environnementaux, et ceci servirait de marche-pied  pour une planification planétaire. La question climatique, cela va de soi, n’est pas soluble au niveau de pays individuels.

Continuer la lecture de Grand entretien avec Thibault Fajal (IV) « Comment sauver le genre humain »

Partager :

« Albertine Hottin »

Ouvert aux commentaires.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi et qu’à la lecture de la manière dont la presse (écrite, télévisée, en ligne) rend compte de certains évènements d’actualité vous ayez le sentiment que l’histoire reviendra sur eux pour en dire des choses extrêmement différentes de ce que l’on en dit au moment même. Comme quand je vous dis parfois à  propos de certains faits divers des tribulations de Trump ; « Ça, on vous l’expliquera un jour comme ‘espionnage’. »

À moins bien sûr que Mme A* de T* et MM. P* P*, J* B* et L* A* ne nous expliquent rapidement de quoi  il s’agit vraiment.

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (III) La rébellion devant l’extinction

Ouvert aux commentaires. TF : Que pensez-vous des mobilisations pour le climat et en particulier, d’Extinction Rebellion ? PJ :…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (II) L’Intelligence Artificielle : amie ou ennemie ?

Ouvert aux commentaires. TF : Selon vous l’Intelligence Artificielle peut-elle être un danger pour l’humanité ? PJ : Je pense…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Et comment va Trump ?

Trump va bien – toujours égal à lui-même. Au point que William Barr, son ministre de la Justice, en plus de son toutou, s’énerve : les tweets de Trump « rendent impossible que je fasse mon boulot ».

Si Trump énerve même ses toutous, c’est quand même mauvais signe.  Trump répond qu’il a bien le droit d’interférer dans le fonctionnement de la justice puisqu’il est le président (c’est vrai : si on ne pouvait même pas faire ça quand on est président !). [Je vous raconterai une autre fois de quoi il s’agit : de la peine de Roger Stone – mais comme il s’agit là selon moi {vous êtes au courant} d’une histoire d’espionnage, cela mérite un billet distinct].

Nouvelle réjouissante quand même, l’adversaire probable de Trump à la présidentielle [eh oui, je crois secrètement {même si c’est la mort dans l’âme} que les Démocrates préféreront un vrai milliardaire à un socialiste variété Front populaire], Mike Bloomberg, a choisi de répondre à Trump autrement que ses collègues Démocrates (pratiquant depuis 2016 l’indignation BCBG), en adoptant son style à lui de l’insulte grossière :

Beaucoup de gens à New York se marrent derrière ton dos et te considèrent comme un clown aboyeur de carnaval. Ils savent que tu as hérité d’une fortune et que tu l’as dilapidée dans des deals stupides par ton incompétence.

Ouille ! Bloomberg (ou quelqu’un dans son équipe) connaît les hantises de Trump (certaines depuis qu’il est gosse) :

1° qu’on rie derrière son dos
2° … en raillant sa stupidité
3° et qu’on révèle que lui – le soi-disant self-made-man – a aujourd’hui moins d’argent que ce que son père lui avait légué [par évasion fiscale et autres combines foireuses essentiellement].

Partager :

Coronavirus : réévaluation à la hausse de son impact, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

La réévaluation du nombre de cas en Chine avec +34% d’un jour sur l’autre est supposée résulter d’une « redéfinition » de la manière de détecter le virus, la majorité des cas (> 13 000) étant des personnes dont les atteintes pulmonaires sont cohérentes avec une infection au Codiv19 mais qui n’ont pas été testées positives au virus.

En filigrane, il est possible de lire : pénurie de tests. Non seulement les chiffres des derniers jours étaient donc faux, mais encore le nouveau chiffre n’est probablement pas la vérité nue non plus : les nouveaux malades qui viennent d’être ajoutés au compte à cause d’atteintes pulmonaires révélatrices sont tous déjà atteints, pas de porteurs sains parmi eux par définition, pas même de malades encore peu atteints. C’est donc que les porteurs sains et malades encore ambigus ne sont pas encore comptés. Le véritable chiffre est significativement plus élevé.

Continuer la lecture de Coronavirus : réévaluation à la hausse de son impact, par Alexis Toulet

Partager :

Parti Démocrate : 6 semaines plus tard…

Ce sont des captures d’écran de RealClear Politics, un site spécialisé dans l’agrégation de sondages.

1er Janvier 12 février
Biden 28,3 % Sanders 23,6 %
Sanders 19,1 % Biden 19,2 %
Warren 15,1 % Bloomberg 14,2 %
Buttigieg 8,3 % Warren 12,4 %
Bloomberg 4,8 % Buttigieg 10,6 %

Six semaines plus tard, Biden plonge (plombé pour avoir fait capoter la stratégie Démocrate d’impeachment avec sa casserole ukrainienne) ; Sanders fait mieux que se maintenir ; Bloomberg grimpe (il arrose le câble de clips présentant Trump comme le « génie stable » qu’il est en vérité), un exemple :

Qui les Démocrates préféreront-ils à l’arrivée, Bernie Sanders, le socialiste variété Front populaire, ou Mike Bloomerg, un vrai milliardaire ?

(Ne comptez plus sur moi pour faire des pronostics en matière de politique américaine : chat échaudé craint l’eau froide !)

Partager :

Un coup de pouce pour la taxe Sismondi

Ouvert aux commentaires.

Ma suggestion d’une « taxe Sismondi » sur la valeur ajoutée par les machines date d’une chronique que j’avais publiée en 2014 dans Le Monde : La grande transformation du travail. Benoît Hamon avait repris la proposition dans son programme de campagne présidentielle. Depuis, il avait aussi été question d’en débattre au Parlement européen mais après moult roulements de tambour, le moment venu, la rapporteuse de la proposition l’avait retirée, en raison du tollé qu’elle aurait causé, avait-elle alors déclaré.

Dans une tribune libre du quotidien financier belge L’Écho, l’économiste belge Étienne de Callataÿ en reparle. Il écrit ainsi, le 8 février, dans Assurer la sécurité sociale :

Le financement du futur pour la sécurité sociale devra incorporer une taxe Sismondi sur la valeur ajoutée non humaine, une responsabilisation des employeurs pour les métiers pénibles et le reclassement des employés remerciés, l’internalisation du coût de la pollution et un ajustement fiscal aux frontières pour empêcher la course au moins-disant social et environnemental.

« Petit à petit, l’oiseau fait donc son nid… »

Partager :

Claire Bretécher (1940 – 2020)

Quand on apprend la mort de personnes qu’on n’a jamais eu l’occasion de rencontrer, on peut être surpris parfois du degré d’émotion que l’on ressent. Cela peut être parce que le mort ou la morte vous a beaucoup fait pleurer, mais aussi, curieusement peut-être, parce qu’elle vous a fait beaucoup rire. D’un bon rire, d’un bon rire de contestation… ou de réconciliation avec le fait que certain.e.s d’entre nous sont de la planète Mars et d’autres de la planète Vénus, mais qu’on se manque quand même très fort l’un.e à l’autre quand on n’est pas là à se tripoter.

Partager :

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*