Covid-19 : Un excellent test de la rationalité humaine

Si vous comprenez l’anglais, regardez ceci : la mentalité “À moi on ne me la fait pas !”

– L’infirmière qui explique qu’on les accuse elle et ses consœurs et confrères de tuer les patients délibérément pour créer un nombre de morts que l’on attribuera alors au Covid-19 pour faire croire qu’il y a une pandémie.
– “Comment osez-vous faire peur aux gens ?”.
– “C’est les autres qui attrapent ça”.
– “Je l’ai eu mais ce n’est pas une raison pour se faire vacciner”.
– La femme dont l’enfant a manqué en mourir et qui ne se vaccinera pas “pour ne pas être un cobaye du gouvernement”.
– “Tout ça c’est des prétextes pour surveiller les gens (crowd control)”.
– “Je veux qu’on me traite en adulte”.
– “Les experts disaient : quand les gens tomberont malades eux-mêmes ou des gens dans leur entourage, ils changeront d’avis, mais ce n’est pas ça qu’on voit dans l’Arkansas”.

* La blague dont il est question : l’infirmière a mis sur les réseaux sociaux “Envoyez-moi 10$ et je vous révèle la vérité sur le Covid-19 !” Elle a gagné 100$ en échange de dire : “Oui, il existe vraiment !”

Partager :

La « querelle » ou « controverse » de Valladolid (1550-1551)

Trouvera sa place dans le panorama de l’anthropologie que je rédige en ce moment. Comme il s’agit d’un sujet que je découvre et où je ne peux me prévaloir d’aucune expertise, ayez la gentillesse de me signaler les erreurs factuelles que je commettrais. Merci d’avance ! [Initialement publié le 23 juin 2021].

Ugo Bardi a eu l’amabilité de traduire ce texte en anglais et en russe.

En 1550 et 1551 se déroula dans la ville de Valladolid en Espagne, ce qui resterait dans l’histoire comme la « querelle » ou « controverse » portant le nom de cette ville de la province de Castille et Léon. 

De quoi s’agissait-il ? De la civilisation européenne chrétienne se conduisant en envahisseur sans scrupule sur un continent dont elle ne savait rien, au sein de populations dont elle ignorait jusque-là l’existence même, qu’elle découvrit alors en temps réel au fur et à mesure de sa progression sur le territoire du Nouveau Monde et de la dévastation qui accompagna cette avancée. 
Continuer la lecture de La « querelle » ou « controverse » de Valladolid (1550-1551)

Partager :

Covid-19 : Le point sur la 4e vague, par a113

P. J. : Pendant que l’on débat ardemment “pass / anti-pass”, “vax / anti-vax”, la nature autour de nous (et en nous), elle s’en fout : elle produit le variant delta. Pandémie, incendies et inondations catastrophiques, rien ne parvient plus à nous ramener sur terre : de fiers combattants d’ours des cavernes et de tigres aux dents de sabre qui faisaient sinon de nos fil.le.s et nos compagnes du hachis, nous sommes devenus des bavards impénitents et suicidaires.

La courbe bleue représente le taux de variation des admissions en réanimation (en comparant la moyenne des 7 jours courant à celle de la veille) appelé ici  : “dynamique” (d%) si >0 , les services se remplissent si=0, situation en plateau si<0 , les services se vident. 

La courbe pourpre est la courbe en valeur absolue lissée sur une semaine des entrées en réanimation (multiplier par 100 pour obtenir le chiffre réel.)

La courbe du jour, chez nous, montre une pente impressionnante de la tendance à la hausse des entrées en service de soins intensifs. Après vérification sur Géodes, celle-ci touche essentiellement les 40-49 ans ++++ et, dans une moindre mesure, les 20-29 ans. Pour ce qui concerne les 70-79 ans, la baisse est toujours d’actualité, certes de + en + modérée (on est passé de + de 1600 à moins de 200 depuis avril).

Partager :

Chine : les déluges de juillet, par Marc

Cher Paul, mon TGV est passé là deux jours avant ce déluge du 20 juillet, de retour de trois semaines dans le centre du pays et le long du Yangtse. Xi’an, Chongqing, Trois Gorges, Wuhan, retour par Zhengzhou donc.

Ici grande solidarité, courage individuel pour secourir des inconnus, et une réaction de la puissance publique efficace, cela ne vous surprendra pas.

Pour le reste cela fait tout de même beaucoup de catastrophes naturelles autour du monde cet été comme vous l’avez publié sur votre blog ces dernières semaines. Pas de déni ici, mais de la sidération pour une journée de pluie de 900 millimètres sans comparaison de mémoire de Chinois, depuis mille ans.

En 2018 j’avais cherché en vain les paysages du Nord-ouest canadien que j’aimais tant dans les années 80. Déjà, feux de forêts de Vancouver à Calgary, Jasper ~ Banff méconnaissable. Éden de ma jeunesse défiguré.

Bon anniversaire bien sûr ! mais aussi mes condoléances trop tardives pour les victimes belges de juillet.

Amitiés,
Marc à Beijing

Partager :

TENET (2020) de Christopher Nolan

Pas facile de rendre compte des sorties de films ces temps-ci, mais comme je ne suis de toute manière pas critique de cinéma…

Si le spectateur se dit durant la projection d’un film : « Vivement que je puisse voir le making of ! », les choses se présentent très mal pour le producteur et le metteur en scène. Et si c’est durant les toutes premières minutes qu’il se dit cela, c’est évidemment encore bien pire. Or c’est le cas ici.

Continuer la lecture de TENET (2020) de Christopher Nolan

Partager :

« Dix-sept portraits de femmes » XXXI. La femme qui, sous mes yeux, est remontée dans le temps

Jane et moi faisions partie en ce temps-là, à Cotonou, de la même bande d’expatriés : la clique de la mentalité « pas colon », par opposition à l’autre, au clan des nostalgiques du « temps des colonies ». J’avais moi trente-huit ans. Je n’ai jamais connu l’âge de Jane à cette époque, disons en tout cas que si elle en avait vingt, elle ne les faisait pas.

Jane appartenait au Peace Corps américain et elle avait d’excellentes raisons de faire partie de la mouvance « pas colon » puisqu’elle était Noire.

Le Bénin était en cette année 1984 sous régime marxiste-léniniste, si bien que les déplacements des citoyens américains sur le territoire national étaient jugés malvenus et Jane était donc, de fait, confinée dans la capitale. Nous nous connaissions à peine elle et moi, ce qui ne l’a pas empêchée de venir un jour me trouver du fait de ma réputation d’avoir visité des villages dont le nom ne figurait pas sur la carte. Jane m’a demandé s’il était possible qu’elle m’accompagne lors d’une de mes randonnées « dans la brousse » comme on dit là-bas. 

Continuer la lecture de « Dix-sept portraits de femmes » XXXI. La femme qui, sous mes yeux, est remontée dans le temps

Partager :

Pegasus : Logiciel espion fabriqué en Israël et vendu à différents pays pour espionner les journalistes et les associations de défense des droits de l’Homme, par Éliane Chaponik

Il se trouve qu’Israël est le premier fournisseur du monde occidental en matériel de contrôle de masse tous systèmes confondus : drones, téléphone etc. Dans un premier temps ce matériel a servi pour contrôler les Palestiniens puis ensuite leurs produits ont été vendus à toutes les “démocraties” comme aux dictatures.

Frontex a passé des marchés avec Israël il y a quelques mois pour la surveillance de la Méditerranée pour contrer les migrants. Si des journalistes n’avaient pas révélé ce contrôle de masse aucun peuple ni en Europe ni ailleurs n’aurait connu l’existence de ces techniques.

Eliane Chaponik

PS. je rappelle que je suis d’origine juive mais laïque et qu’il y a eu des Résistants dans ma famille (mère, oncle, cousin).

Partager :

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*