Le WiFi des hôtels

Ouvert aux commentaires.

Vous savez que j’aime beaucoup vous poser les questions de vie quotidienne dont j’ignore la réponse.

Voici : J’ai un WiFi à la maison. Ce système ne me cause jamais le moindre souci.

Pourtant quand je suis à l’hôtel, le WiFi ne marche qu’une fois sur deux (comme en ce moment même).

Qu’est-ce qui explique la différence ?

Partager :

18/9/19 : Brexit Live

Les plaidoiries ont repris à la Cour suprême du Royaume-Uni.

Les choses ne s’arrangent pas pour Boris Johnson : on entend dire par un juge qu’il n’est pas du genre « à ne pas se livrer à des mauvais coups minables et malhonnêtes ».

Références nationalistes et historiques : en soutien au jugement d’une cour écossaise qui décréta la semaine dernière que la décision de Johnson d’ajourner le parlement britannique pour cinq semaines (prorogation) constituait un abus de pouvoir, le magistrat Aidan O’Neill rappelle que le point de vue écossais traditionnel est que quel que soit votre rang, même si vous êtes le roi lui-même, vous pouvez être appelé à rendre compte de vos actes devant une cour. Il ajoute : « C’est pourquoi le roi Jacques VI (1566-1625) n’avait qu’une hâte : quitter l’Écosse ».

Ambiance, quand ces propos sont tenus à la Cour suprême à Londres !

Partager :

17/9/19 : Brexit Live

Un des commentateurs ici nous assure que le Brexit c’est de la gnognote . Il a sans doute raison si on le compare au 7° d’augmentation de la température d’ici la fin du siècle que nous annoncent les climatologues français. En attendant, le Brexit pourrait bien précipiter l’effondrement ET du Royaume-Uni ET du reste de l’Union européenne. C’est pourquoi la session qui se tient en ce moment même à la Cour suprême du Royaume-Uni est importante. Elle devra départager une cour anglaise et une cour écossaise ayant émis des opinions divergentes à ce sujet. La première s’est déclarée incompétente, affirmant que la décision du Premier ministre Boris Johnson ajournant le parlement britannique pour cinq semaines (prorogation) relevait des prérogatives de l’exécutif et n’est pas de la compétence du judiciaire, la seconde ayant affirmé que la décision du Premier ministre constituait une infraction à la loi, son motif étant clairement d’entraver l’action du législatif dans son rôle de contre-pouvoir à l’exécutif.

Tout cela peut sembler être du coupage de cheveux en quatre, mais ce n’en est pas : il s’agit de maintenir un équilibre dans la représentation du peuple entre ses dirigeants (Trump, Johnson, Macron) et ses élus. S’ils pouvaient encore parler, Charles Ier et Oliver Cromwell vous assureraient que ce n’est pas de la gnognote : il s’agit du degré de pouvoir que nous sommes prêts à accorder à des démagogues parvenus au sommet.

Je vous tiens au courant . Bien entendu.

14h22 : Le juge Pannick explique que si Johnson avait raison, rien n’interdirait à un Premier ministre de suspendre l’activité du parlement durant une année entière.

18h29 : Fin de la première journée (de trois probablement), opinion unanime des commentateurs : « No one knows! » (nul ne sait). My tuppence, de ce que j’ai entendu : les juges sont d’avis que Johnson est un chenapan et le lui feront comprendre.

Partager :

Notre camp dans la IIIe Guerre mondiale

Ouvert aux commentaires.

Le Monde, Après l’attaque de deux sites pétroliers, la puissance saoudienne frappée en plein cœur, le 16 septembre 2019

Prix du pétrole : +10%

Avant de nous engager d’enthousiasme dans la IIIe Guerre mondiale aux côtés de l’Arabie saoudite contre l’Iran, posons-nous la question : « Pourquoi dans la guerre fratricide du schisme musulman, avons-nous choisi le camp des Sunnites contre celui des Chiites ? ». À ma connaissance, les Ottomans s’étaient prudemment abstenus d’intervenir dans un camp ou dans l’autre lors de la Saint-Barthélémy (si je me trompe, soyez gentil de me le signaler, je rectifierai).

Les cyniques me répondront : « Vous savez bien que c’est juste une histoire de pétrole ! » Je réponds cyniquement aux cyniques : « Vous savez bien que les Chiites en ont comme les Sunnites ! »

Partager :

Un « Super-Brexit » en forme de… non-Brexit…

Si vous vous souvenez de mon verdict au lendemain du referendum sur le Brexit en juin 2016, vous vous rappellerez que le Non-Brexit n’était pas ma seule option, j’en envisageais une autre (je n’ignore jamais à quel point nos gouvernants sont astucieux !), l’option « Orwell » : que l’on affirmerait haut et fort que le Brexit a eu lieu alors que le Royaume-Uni demeurerait dans l’Union européenne. Bonne nouvelle pour les Brexiteurs un peu inquiets ces jours-ci : il est maintenant question de la seconde option !

« Gelons la situation jusque fin 2022 ! », aurait-on entendu dire au 10 Downing Street durant le weekend. Cela aurait en effet l’avantage de permettre de remettre sur pied une assemblée au palais Stormont à Belfast (en vacance depuis de 26 janvier 2017) donnant ainsi l’occasion aux Irlandais du Nord de s’exprimer sur leur propre sort. Cela permettrait aussi de mettre en place une solution « purement électronique » au retour d’une frontière entre République d’Irlande et Irlande du Nord. Et ainsi de suite … Sans compter bien entendu l’avantage de pouvoir affirmer jusqu’à la Saint-Sylvestre 2022 que le Brexit a bien eu lieu (la preuve !) … alors que rien n’aurait changé !

Partager :

« Vous faites peur aux gens avec vos trucs d’apocalypse ! »

« Vous faites peur aux gens avec vos trucs d’apocalypse ! »

Combien de fois n’entend-on pas ça dans la vie d’un lanceur d’alerte devant le risque d’extinction ?

Cela m’a donné l’envie de m’intéresser à l’Apocalypse de Jean de Patmos, le dernier les 27 livres du Nouveau Testament, par rapport à nous, les semeurs d’Apocalypse… et vous lirez mes premières réflexions à ce sujet bientôt.

Mais cela a donné d’autres idées à Ronald Grandpey (dont vous savez tout le bien que je pense de ses projets graphiques) et à moi. On va faire ça en grand (oui, on a besoin de financement, comment avez-vous deviné ? M’écrire ici.) Voici déjà un petit hors-d’oeuvre.

Partager :

États-Unis, Royaume-Uni : dernières nouvelles, le 11 septembre 2019 – Retranscription

Retranscription de États-Unis, Royaume-Uni : dernières nouvelles, le 11 septembre 2019

Bonjour, nous sommes le mercredi 11 septembre 2019. Aujourd’hui, je vais vous parler de deux évènements : la démission/limogeage de M. John Bolton aux États-Unis et les aventures de M. Boris Johnson, où on en est.

Les États-Unis. Quand la nouvelle est tombée, c’était dans la soirée, pour nous, hier, de la démission, disparition en tous cas, de M. John Bolton comme conseiller à la défense de M. Trump, j’ai immédiatement réagi par l’ironie. J’ai dit « M. Trump a choisi entre ses deux conseillers en matière de défense, entre M. John Bolton et M. Vladimir Poutine, et il a choisi M. Vladimir Poutine ». C’était de l’ironie mais je n’étais pas loin de bien décrire quand même la situation.

Continuer la lecture de États-Unis, Royaume-Uni : dernières nouvelles, le 11 septembre 2019 – Retranscription

Partager :

Sale temps pour les démagogues !, le 6 septembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Sale temps pour les démagogues !, le 6 septembre 2019

Bonjour, nous sommes le vendredi 6 septembre 2019. Aujourd’hui, je ferai une vidéo, je suppose courte, qui s’intitulera « Sale temps pour les démagogues ! ».

Je ne dirai rien de M. Bolsonaro. J’aurai l’occasion de parler de lui. Il est en mauvaise posture en raison des choses qui se passent en Amazonie, des incendies importants dont on peut considérer qu’il est le responsable direct ou indirect. M. Salvini, pour le moment, est sur la touche en Italie alors qu’il se voyait sur le point de réussir une prise de pouvoir. M. Trump est empêtré, est ridiculisé par le Sharpiegate.

Continuer la lecture de Sale temps pour les démagogues !, le 6 septembre 2019 – Retranscription

Partager :

Ce matin dans le Guardian (et que je vous répète ici depuis 3 ans)

The Guardian, Hopes of clean break with EU are nonsense, says ex-Brexit official, le 14 septembre 2019

Mais [Philip] Rycroft, qui était le plus haut fonctionnaire de DexEU jusqu’en mars de cette année, a déclaré au Guardian qu’un Brexit sans accord marquerait le début d’une série complexe de négociations.

« Ce n’est pas une rupture nette : ce que cela fait, c’est que cela nous permet de sortir légalement de l’UE. Mais ce que cela ne peut pas faire, c’est défaire tous les liens économiques très étroits que nous entretenons avec l’UE, dont dépend une si grande partie de nos échanges commerciaux en tant que pays. Et nous ne voudrions pas non plus rompre tous les liens étroits que nous entretenons avec l’UE en matière de sécurité », a-t-il déclaré.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Partager :

Brexit et apocalypse II, le 4 septembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Brexit et apocalypse II, le 4 septembre 2019.

Bonjour, nous sommes le mercredi 4 septembre 2019.

Hier, je vous ai fait une vidéo à propos du Brexit. Je vous ai expliqué que, de jour en jour, je retardais le moment d’en faire une parce que l’actualité n’arrêtait pas de se modifier. Je savais en faisant ma vidéo – d’ailleurs, je vous l’ai mentionné – qu’il y aurait un évènement important par rapport à ça en soirée. Cet évènement a eu lieu. Il ne modifie pas ce que j’ai dit. Je campais le décor et ça m’évite d’en reparler aujourd’hui.

Continuer la lecture de Brexit et apocalypse II, le 4 septembre 2019 – Retranscription

Partager :

Débattons-en : L’effondrement, parlons-en. Les limites de la collapsologie, par Jérémie Cravatte

Ouvert aux commentaires.

L’effondrement, parlons-en. Les limites de la collapsologie, par Jérémie Cravatte

Extrait :

Les discours de l’effondrement s’inquiètent avant tout du devenir de « notre » civilisation et ils assimilent la fin de celle-ci à la fin du monde. Pour être plus précis, ils s’inquiètent avant tout de l’avenir des classes moyennes des pays industrialisés – c’est-à-dire de moins d’une personne sur cinq dans le monde. C’est l’effondrement de « nos » modes de vie qui est mis au centre des préoccupations par les discours collapsos. Nous sommes en pleine « complainte de l’homme blanc » comme le fait remarquer Émilie Hache. Cette réaction ethnocentrée est compréhensible, mais il faut l’assumer et situer ce récit. Or, les collapsos (avec certaines exceptions, comme Renaud Duterme) préfèrent le présenter comme une analyse totalisante, globalisante.

Partager :

Brexit et apocalypse, le 3 septembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Brexit et apocalypse, le 3 septembre 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le mardi 3 septembre 2019 et cela fait plusieurs jours, peut-être même une semaine, que j’ai envie de vous faire quelque chose sur le Brexit.

Quand je parle du Brexit, il y a deux choses qui me retiennent : d’abord, c’est le fait que l’actualité change de minute en minute depuis pas mal de temps et donc il est difficile de faire un point sans se dire que ce sera obsolète, dépassé, dans les heures qui suivent, mais je vais quand même le faire. La seconde raison, c’est le fait que, comme mes vidéos sur Trump, mes vidéos sur le Brexit vous intéressent beaucoup moins.

Je parle personnellement volontiers de la Grande-Bretagne. C’est un pays où j’ai habité 11 ans. Je parle volontiers aussi des États-Unis, un pays où j’ai habité 12 ans, que je connais bien. Mais enfin, il y a encore moyen d’habiter 11 ans dans un pays sans comprendre comment ça marche. Dans les deux cas, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, j’étais d’une certaine manière dans le réacteur – pas exactement le même réacteur. Aux États-Unis, vous le savez, j’étais au cœur du système financier lié aux prêts individuels, aux prêts au logement essentiellement, donc j’étais vraiment très près du cœur du réacteur dece qui allait provoquer la crise des subprimes. Ma connaissance de la Grande-Bretagne de l’intérieur, c’est plutôt lié au fait de m’être retrouvé – ce qui n’est pas évident pour un étranger – au cœur des institutions les plus élitistes du pays en étant accepté d’abord comme étudiant thésard à l’Université de Cambridge puis en y étant nommé jeune professeur.

Continuer la lecture de Brexit et apocalypse, le 3 septembre 2019 – Retranscription

Partager :

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*