Le Monde – « L’entrée au Panthéon de Joséphine Baker s’inscrit dans une frénésie mémorielle… »

Un article dans Le Monde – « Grandeur » et « héros », mots-clés des célébrations mémorielles macroniennes :

« L’entrée au Panthéon de Joséphine Baker, le 30 novembre, s’inscrit dans une frénésie mémorielle propre à la présidence d’Emmanuel Macron. »

Mon commentaire (nous verrons s’il saute l’obstacle de la modération) :

Est-ce l’hommage à Joséphine Baker qui suscite tant d’aigreur ? Le Monde, de plus en plus souvent à côté de la plaque. « Pourquoi ? », m’interrogeait un journaliste japonais la semaine dernière. Je lui répondis que je n’en savais rien : peur de quelque chose… ou de quelqu’un ?

Quoi qu’il en soit, « Hubert Beuve-Méry, reviens ! »

Partager :

Le projet d’Intelligence Générale Artificielle, le 24 novembre 2021 – Retranscription

Retranscription de Le projet d’Intelligence Générale Artificielle, le 24 novembre 2021 L’intelligence générale artificielle ou le sens commun pour les…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Débat – Pandémie : Comment payer la dette ? Marie-Hélène Ska, Philippe Lamberts et Paul Jorion, le 25 novembre 2021

J’avais eu le sentiment durant le débat que la combinaison de la syndicaliste belge Marie-Hélène Ska, du député européen Vert Philippe Lamberts et du … Paul Jorion, avait produit un excellent résultat. Je viens de le réécouter, ce qui m’a conforté dans mon sentiment, et me conduit à le remettre « en tête de gondole ». Si vous disposez des 120 minutes nécessaires, je vous encourage à le regarder.

Lien direct sur Facebook.

Partager :

Trends-Tendances – COP26 : Comment Aristote nous joue des tours, le 25 novembre 2021

COP26 : Comment Aristote nous joue des tours

Dans l’une de ses chroniques du Guardian, George Monbiot résumait ainsi la récente COP26 :

« De puissants gouvernements tentèrent de définir un compromis entre nos perspectives de survie et les intérêts du secteur de l’énergie d’origine fossile ».

Réaliser un compromis entre les positions de deux parties est l’approche consensuelle dans un « jeu à somme nulle » : où les intérêts des deux joueurs sont opposés, ce que je gagne tu perds, ce que je perds, tu gagnes. Le compromis s’obtient en réunissant les parties adverses autour d’une table et en atteignant par la négociation une position qui soit acceptable par les deux, même s’il ne s’agit pour aucune d’elles de la solution idéale. 
Continuer la lecture de Trends-Tendances – COP26 : Comment Aristote nous joue des tours, le 25 novembre 2021

Partager :

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*