« L’amour au temps du coronavirus » – Veille permanente

Ouvert aux nouvelles, informations, conseils, etc.

Vous avez exprimé le souci d’une veille du confinement, où nous pourrions rassembler l’info pratique. La voici. Je la maintiendrai en tête de gondole jusqu’à nouvel ordre.

Soyez gentils de continuer à mettre en commentaires de billets spécifiques vos considérations générales (je ferai le tri – dernier avertissement eh eh !).

Premier élément : l’attestation de déplacement_derogatoire (nouvelle version) à imprimer en France et à avoir avec soi si l’on sort (sous peine d’amende).

Partager :

Corinne Hoex * : « Le pays lointain »

Il n’y a plus rien à dire.
Te voilà à l’orée de cette forêt
que tu vas traverser.
Seulement écouter
le frottement léger de ton espadrille
dans le sous-bois feutré.

Tu fais signe au revoir.
Le vent dans les pins
t’emporte et tu danses,
danses avec le ciel,
danses avec la pie
au-dessus des nuages.

Continuer la lecture de Corinne Hoex * : « Le pays lointain »

Partager :

Bourses américaines : ouverture en berne

« The truth sinks in », dit-on en anglais, littéralement « la vérité s’engloutit », elle finit par s’imposer : cette pandémie est un désastre, et aux États-Unis en particulier, où le pays ayant un capitaine ivre à la barre, part à la dérive, elle prend le cap du cataclysme.

À peine le public avait-il digéré la nouvelle de « 100.000 à 200.000 morts probablement », assénée par le Dr Fauci, qu’il entendait dire ce matin : « Euh… plutôt 240.000 ».

La clôture aura été du même acabit (x 2) que l’ouverture.

Partager :

Vie quotidienne : Virus : des animaux qui ne sont pas … vivants ?

Ouvert aux commentaires.

Je lis dans des textes apparemment sérieux que les virus ne sont pas des êtres vivants. Je lis dans d’autres textes apparemment sérieux que, par exemple, « sur du carton, le coronavirus meurt au bout de quelques heures ».

Des petites choses qui meurent sans être … d’abord vivantes ?

Expliquez-moi ça svp les spécialistes : je ne suis sans doute pas le seul qui aimerait comprendre ça.

Partager :

Eurasia Prospective : Entretien avec Vincent BURNAND-GALPIN, co-auteur avec Paul Jorion de Comment sauver le genre humain, le 30 mars 2020

Ouvert aux commentaires., le 21 mars 2020. Ouvert aux commentaires.

Entretien avec Vincent BURNAND-GALPIN, co-auteur avec Paul Jorion de Comment sauver le genre humain 1/2
Entretien avec Vincent BURNAND-GALPIN, co-auteur avec Paul Jorion de Comment sauver le genre humain 2/2

Florent Parmentier : Vincent Burnand-Galpin, vous venez de co-publier avec Paul Jorion Comment sauver le genre humain. Comment vous est venue l’idée de cet ouvrage ?

Ce livre est d’abord le fruit de notre rencontre avec Paul Jorion. Dans le cadre de la tribune étudiante que j’animais à l’ENSAE, je l’avais invité pour une conférence à l’école. Nous sommes restés en contact  et cela fait maintenant deux ans que nous travaillons ensemble. Avant la publication du livre, nous avions déjà co-signé un certain nombre de textes.

Cet ouvrage, plus spécifiquement, est la rencontre de nos deux univers. D’un côté, Paul Jorion travaille depuis de plusieurs années sur une critique de notre système économique actuelle. Il avertit en particulier sur ses failles depuis la crise de 2008. Il alerte également, dans Le dernier qui s’en va éteint la lumière (éd. Fayard, 2016) notamment, sur le risque d’extinction de l’espèce humaine.

Continuer la lecture de Eurasia Prospective : Entretien avec Vincent BURNAND-GALPIN, co-auteur avec Paul Jorion de Comment sauver le genre humain, le 30 mars 2020

Partager :

Coronavirus : France, Belgique, Suisse, États-Unis et les autres

Très beau graphique de la tendance dans le Financial Times. Bien que ce ne soit pas dit, l’échelle des cas est logarithmique (voyez : même écart entre 10 et 100 qu’entre 100 et 1.000, puis entre 1.000 et 10.000…). Trois repères très utiles sur le diagramme : doublement en 2 jours, en 3 jours, en une semaine.

C’est l’inclinaison actuelle (disons, les 2 ou 3 derniers jours) de la courbe qui donne la tendance qui doit servir de repère pour évaluer l’efficacité de l’endiguement. À peu près tous les pays se trouvent dans la zone entre « doublement en 3 jours » et « doublement en une semaine ». La Chine, la Corée du Sud et le Japon sont maintenant dans une évolution très lente qui se situe sous cette ligne du « doublement en une semaine » (je parle de la pente actuelle, pas du dessin sur le graphique).

Je vous rappelle que la courbe d’un pays ressemblant plus à une droite qu’à une courbe signale un développement exponentiel des cas, càd sans endiguement digne de ce nom. Un seul pays est encore dans cette situation, les États-Unis, sa ligne d’évolution (je n’ose pas dire « sa courbe »), la plus raide de toutes, colle toujours à la ligne de tendance « doublement en 3 jours ».

Comme observé depuis le début, la France et l’Italie ont le même profil, avec un décalage de 8-10 jours. Endiguement, oui, mais toujours avec un temps de retard dommageable, dû à des considérations conflictuelles (les personnes ou les choses), des exceptions grosses comme des maisons à des principes pourtant irréprochables, etc. Le « tempérament latin », disait-on autrefois.

La Belgique et la Suisse n’apparaissent pas sur ce diagramme. Voici leur évolution :

Belgique : après un coude le 7 mars, indiquant un endiguement (le confinement généralisé sera instauré le 18 mars), la courbe redevient malheureusement une droite, indiquant que le développement est toujours exponentiel.

P.S. Michaël Ragatuso me fait parvenir pour la Begique, un diagramme plus détaillé, que voici :


Suisse : la courbe d’évolution fléchit avec régularité, ce qui est très encourageant.

Enfin, j’avais prédit samedi, alors que le nombre de cas aux États-Unis venait de dépasser celui de la Chine, qu’il en serait le double dans la journée de lundi. À l’heure qu’il est (11h45), les chiffres affichés disent Chine = 81.518 ; États-Unis = 164.359. La prévision était donc correcte.

Partager :

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*