SORTIR DE L’IMPASSE, par Jean-Pierre Pagé

16 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Billet invité.

Plus les années passent, plus s’accroît la sensation que l’Europe s’enfonce dans une impasse redoutable vers laquelle la dirige l’indigence des autorités de la Zone Euro. L’on a le sentiment extrêmement pénible que l’Europe est en train de reproduire le processus des « années 30 ». En témoignent plusieurs traits de la situation actuelle.

En premier lieu, en ce qui concerne notre pays, l’obligation, à laquelle ses gouvernants se croient tenus d’obéir pour « rester dans les clous » de la voie tracée par les autorités de Bruxelles, de passer au crible toutes les composantes du Pacte résultant des accords sociaux signé après la Seconde Guerre Mondiale, qu’il s’agisse, par exemple, du régime de l’allocation-chômage dont l’actuel ministre de l’Economie a clamé haut et fort qu’il ne saurait constituer un tabou, de la remise en question du régime de l’emploi à vie des fonctionnaires, élément capital de la fonction de « service public, ou encore, de la prime à la naissance, clef de voûte de la politique familiale qui est l’une des « réussites françaises ».

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Gros hoquet des marchés : PAS GLOP ! PAS GLOP ! (*) par François Leclerc

16 octobre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité

Tel un volcan qui donne soudainement les signes précurseur d’un réveil toujours possible, les marchés ont eu hier et poursuivent ce matin un gros hoquet, se rappelant ainsi à notre mauvais souvenir. De tous côtés, aux États-Unis, au Japon et en Europe, la situation reste précaire et les signes s’en sont dernièrement multipliés, les incertitudes sur l’atterrissage et la stabilisation de l’économie chinoise venant s’y ajouter. Aucun pays ne peut toujours se prévaloir d’avoir retrouvé une santé restant florissante.

Les marchés financiers ont hier perdu pied et Wall Street en a donné le signal à la suite de la publication de trois indicateurs indiquant une baisse des ventes au détail aux États-Unis, un fort ralentissement de la production industrielle dans la région de New York et un accroissement des stocks des entreprises. L’Allemagne venait tout juste d’envoyer de mauvais signaux. Les bourses européennes ont suivi et enregistré des baisses brutales, concédant jusqu’à plus de 6% à Athènes et de 3 à 4% en moyenne. A Tokyo, le Nikkei enchaînait ensuite à la baisse.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

MARIE DUBOIS (1937 – 2014)

15 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

On entend la voix de Truffaut.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Haro sur le code du travail, par Alain Supiot

15 octobre 2014 par Julien Alexandre Commentaires fermés

Billet invité. Version longue de la tribune publiée dans Le Monde

Bayrou s’est récemment livré sur les plateaux de France 2 à un numéro de cabaret qui n’honore pas le débat politique. Pour illustrer le fait que, selon lui, tous les malheurs de la France viennent de son incapacité à se réformer, il a d’abord sorti de son sac un mince opuscule présenté comme « le code du travail suisse ». Puis il en a sorti un gros volume présenté comme le code du travail français, qu’il a jeté rageusement sur la table sous les applaudissements d’un public conquis par cette démonstration de la vraie cause de nos malheurs. Le pavé qu’il a exhibé était « le nouveau code du travail annoté » des éditions fiduciaires. Annoté, c’est peu dire puisqu’il s’agit en fait d’un recueil commenté et enrichi de la jurisprudence, bref l’équivalent d’un traité de droit du travail, qui compte 2707 pages dans l’édition dont je dispose. On ne distinguait pas bien ce qu’il a présenté comme étant le code du travail suisse, mais la vérité est qu’il n’existe pas de code du travail en Suisse (pas plus qu’en Allemagne ou en Grande Bretagne). Le droit du travail est régi dans ces pays par des lois éparses. Il est probable que M. Bayrou ait choisi la plus importante (Loi fédérale sur le travail dans l’industrie, l’artisanat et le commerce) dans une version dépouillée de tout commentaire.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Fessenheim : prix et financement de la vérité en matière de coûts, par Pierre Sarton du Jonchay

15 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Billet invité. À propos de L’effet de cliquet, ennemi de la démocratie, par Paul Jorion.

Approfondissons la lecture strictement financière de la pénalité cliquet qu’aurait à verser l’État français à EDF en cas de fermeture effective de Fessenheim. Ces quatre milliards sont l’aveu par EDF et par l’État français responsable de la sûreté nucléaire de l’incertitude économique sur le coût réel de l’électricité produite par la centrale de Fessenheim.

En toute logique, l’État français n’a aucun intérêt à hâter la fermeture de la centrale s’il n’était le risque d’un accident que l’expertise publique impartiale juge non nul. Imaginer un démantèlement sans délai de la centrale signifie en rationalité économique que le manque à gagner ou le coût pour EDF et pour la collectivité est plus faible que le coût probable d’un accident marginalement possible. Si donc, l’État et EDF se sont mis d’accord pour une indemnité de 4 milliards en cas d’anticipation de l’arrêt de la centrale par rapport au business plan négocié entre l’État et EDF, cela signifie que le prix réel de l’électricité de Fessenheim est sous-évalué de 4 milliards dans les comptes de l’État par rapport au calcul qu’en ont fait les ingénieurs et financiers d’EDF.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

VIVE LA GRANDE LUTTE HÉROÏQUE DE LA JEUNESSE DE HONG KONG ! par François Leclerc

15 octobre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité.

Entamé le 28 septembre dernier, le mouvement prodémocratie de blocage d’Admiralty, le quartier des affaires de Hong Kong, se poursuit envers et contre tout après s’être étendu à Causeway Bay, l’un des principaux quartiers commerçants. Des dizaines de milliers de jeunes étudiants et de lycéens, filles et garçons mélangés, ont pacifiquement occupé les rues et avenues, érigeant des barricades, faisant d’un simple parapluie leur emblème et leur protection tout en bénéficiant de la sympathie de la population, leur plus solide rempart. Le fantôme de Tian’anmen était dans les têtes, en premier lieu dans celles des autorités centrales chinoises qui n’ont ni pu ni voulu renouveler leur réaction sanglante d’alors en raison de ce rapport de force.

Ni les charges policières brutales, ni l’emploi des hommes de main des Triades n’ont pu venir à bout de la détermination des manifestants. Les tentatives de désamorcer le mouvement avec un simulacre de concertation ont tourné court, tandis que les embouteillages et les dysfonctionnements apportés à la vie quotidienne des habitants de Hong Kong se sont révélés être à la longue leur principal ennemi. Toute mobilisation massive de cette nature n’a forcément qu’un temps : elle se doit de déboucher, au risque sinon de s’effilocher. Pour autant, l’histoire immédiate n’est pas finie, car l’opinion publique est sensible aux exactions policières qui viennent d’intervenir en raison de la jeunesse des manifestants.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Daesh, entreprise terroriste multinationale hypermoderne à but lucratif, par Pierre Sarton du Jonchay

15 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Billet invité. En commentaire de DAESH : RUPTURE MILITAIRE ET POLITIQUE AU MOYEN ORIENT, par Cédric Mas.

On comprend tout de suite à la lecture de la synthèse très fine de Cédric Mas que le plus important est ce qui n’est pas montré dans les média et qui pourtant se démontre par structuration analytique des faits anthropologiques, économiques et religieux.

Le plus frappant est l’hypermodernité du fonctionnement de Daesh. C’est une entreprise de business qui maîtrise tout le spectre technique et idéologique de la programmation neuro-linguistique. Le TINA avec les têtes coupées, les images et le catéchisme pour bien imprimer la réalité dans les esprits spéculaires ramollis.

Le rôle trouble de la Turquie montre bien que Daesh prospère au coeur de la contradiction que le monde libéral cultive entre le réel et l’imaginaire, entre l’économique et le religieux, entre la loi et la morale, entre le capital et la monnaie. La Turquie n’ayant pas organisé sa propre diversité nationale entre Ottomans, Anatoliens, Arméniens, Grecs et Kurdes ne sait pas opérer une distinction entre Daesh arabe, Daesh sunnite ou Daesh entreprise terroriste multinationale à but lucratif.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

DAESH : RUPTURE MILITAIRE ET POLITIQUE AU MOYEN ORIENT, par Cédric Mas

15 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Billet invité.

Véritable rupture militaire et politique, Daesh constitue la première des nouvelles menaces du XXIème siècle, menaces auxquelles les Etats occidentaux ne se préparent surtout pas, préférant se réfugier dans la réédition de tactiques militaires trop connues, trop usées et trop onéreuses pour pouvoir résoudre quoi que ce soit.

Après un court historique, une description des structures militaires et politiques, je vais détailler les dernières opérations en cours et me risquer à quelques prospectives sur cette rupture à laquelle nous devons faire face.

1°) Bref rappel historique :

Daesh est un mouvement qui est formellement né en 2006 par le rassemblement des mouvements djihadistes irakiens autour d’Al Qaida en Irak.  Ces mouvements sont alors en difficulté face aux opérations irakiennes, soutenues par les USA et dirigées principalement contre les sunnites, vus exclusivement comme les anciens soutiens de Saddam Hussein (ce qui est partiellement vrai).

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

À propos du « prix Nobel » d’économie 2014 attribué à l’économiste français, Jean Tirole, par Franck Richard

14 octobre 2014 par Paul Jorion 37 commentaires

Billet invité.

Comme chacun a pu l’entendre hier dans la journée, le « prix Nobel » d’économie 2014 a été attribué à un économiste français, Jean Tirole, pour son « analyse de la puissance du marché et de la régulation ».

Passé le moment d’euphorie (deux prix Nobel français la même année… tout de même…), mon enthousiasme a été largement douché lorsque j’ai regardé plus en détail les travaux qui avaient attiré l’attention de la Banque de Suède, à l’origine de ce prix.

On sait que cette institution ne brille guère par son originalité et par son ouverture : depuis plus de 20 ans elle a pris pour habitude d’honorer exclusivement les tenants de la pensée néoclassique. Et Monsieur Tirole n’échappe pas à cette tradition, ayant fait de la Toulouse School of Economics une réussite indéniable, mais aussi le fer de lance de l’orthodoxie libérale dans le monde universitaire (à ce titre, cette école bénéficie du soutien de grandes institutions bancaires et financières comme AXA et la BNP à hauteur de 33 millions d’€ par an). À titre de comparaison, l’École d’économie de Paris dont l’un des enseignants n’est autre que Thomas Piketty ne ramasse que des miettes (2 millions d’euros).

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Fausse monnaie et vrais débats sur la réalité des nations, par Pierre Sarton du Jonchay

14 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Billet invité.

Les Matins de France Culture nous livrait hier un débat de fond entre Michel Barnier futur ex-Commissaire Européen et Coralie Delaume qui publie « Europe, les États désunis ». Michel Barnier voit les rapports de force internationaux et en déduit que l’Union est incontournable pour préserver la place des Européens dans le monde. Coralie Delaume constatait que le système de la construction européenne consiste à vider la politique de tout contenu appréhendable par les peuples. Elle dénonce le siphonage du pouvoir des gouvernement nationaux au profit d’une administration supranationale. L’arbitrage abstrait des intérêts économiques remplace la politique concrète des nations. Michel Barnier confirmait que le jeu des intérêts nationaux est trop complexe face aux enjeux de la mondialisation.

Les débateurs avaient envie de tomber d’accord mais sont restés sur deux plans d’analyse actuellement inconciliables. Michel Barnier est en situation d’acteur et fait de la technique politique. Coralie Delaume observe les faits et pose la question de la finalité politique de cette construction institutionnelle de l’Europe effectivement inédite dans l’histoire de l’humanité. La désunion des États européens dans la révolution en marche de l’économie numérisée pose la question de la fonction humaine des nations et de leur représentation économique par des États nationaux et multinationaux.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

À propos de « Penser l’économie autrement » de Paul Jorion & Bruno Colmant : L’économie en révolutions, par Bertrand Renouvin

14 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Renouvin

Dans Royaliste N°1062

Cliquer (deux fois) sur le texte pour l’agrandir.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Le Monde : L’effet de cliquet, ennemi de la démocratie, le mardi 14 octobre 2014

14 octobre 2014 par Paul Jorion 37 commentaires

L’effet de cliquet, ennemi de la démocratie

Les députés Marc Goua (PS, Maine-et-Loire) et Hervé Mariton (UMP, Drôme) ont présenté le 30 septembre à l’Assemblée nationale un rapport déconseillant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, que la sécurité semblait pourtant imposer.

La raison ? Le fait qu’une indemnité de quatre milliards devrait être versée à EDF et aux autres actionnaires minoritaires au cas où une telle initiative était prise. Il apparaît ainsi que la jurisprudence ait, de fait, mis en place un régime de responsabilité qui, en indemnisant les « victimes » de l’action publique, peut bloquer par des considérations financières une mesure que la prudence suggère.

Ce fait divers évoque irrésistiblement ces « pilules empoisonnées » que mettent au point les entreprises mal gérées pour éviter que la rationalité économique intervienne et remédie à une situation compromise.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

État du monde : LEUR DÉFI ET LE NÔTRE, par François Leclerc

14 octobre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité.

Hier, la croissance des États-Unis donnait le ton, relayée par celle des pays émergents, source d’un émerveillement qui s’est depuis calmé. En ces temps de crise européenne cessant d’être celle de sa périphérie pour devenir celle de son centre, la croissance de l’Allemagne était présentée comme justifiant un modèle à reproduire avant, à son tour, de ne plus être ce qu’elle était. Le monde n’est pas globalement entré en récession, mais il lui est désormais prédit une longue période de faible croissance et de stagnation : l’heure n’est plus à la mondialisation triomphante, l’exportation n’est plus le moteur performant de la croissance. Olivier Blanchard, l’économiste en chef du FMI, a reconnu lors de sa réunion de Washington de la semaine passée « un incontestable changement du paysage ». Certes, cela pourrait être pire, mais n’est-ce pas une faible consolation ? Dans quel état le système peut-il survivre s’il est condamné à une croissance qualifiée désormais par Christine Lagarde de « médiocre » ? Par comparaison, les fonds de pension américain ont besoin d’un rendement qu’ils ne trouvent plus et vont le chercher – risque compris – du côté des hedge funds, que tous ne parviennent même pas à trouver. Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

« Le courage, à le bien prendre, n’est qu’une sorte de férocité… »

13 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés


Eugène Delacroix, Chasse aux lions (esquisse)

Je me suis rendu hier soir dimanche à l’inauguration de l’exposition « Attaquer le soleil » au musée d’Orsay.
L’exposition est un monument d’intelligence. Elle nous montre une interprétation du monde qui s’instaure au XIXème siècle grâce aux peintres, aux sculpteurs et aux écrivains, dans le sillage de l’athéisme démesuré parce qu’absolu d’Alphonse Donatien marquis de Sade.

Annie m’a présenté à deux membres actuels de la famille de Sade, très fiers et à très juste titre de ce qu’elle est parvenue à réaliser. Si le marquis avait pu lui-même être là, il aurait lui aussi été très fier. Non pas qu’Annie Le Brun s’identifie véritablement au personnage (lui seul a pu le faire) mais parce que mieux que quiconque, elle a su saisir où il voulait en venir : démontrer que quand la poupée est cassée, il n’y a rien à voir ni à comprendre mais que l’on apprend tout ce qui mérite d’être compris en observant le couple constitué de la machine-homme qu’est la poupée que l’on casse et de la machine-homme en train de la casser. Devient visible à cette occasion l’écart vertigineux qui existe entre cette machine-homme et les contes de fées infinis qu’elle a été capable de broder à son propre sujet, et c’est une autre vérité qui transparaît : celle où, comme l’entendait le marquis, hommes, volcans, chutes d’eau, arbres centenaires, femmes, tourbillons géants, combats de lions, appartiennent tous à la même famille de phénomènes cosmiques n’ayant ni queue ni tête mais néanmoins époustouflants aux yeux des témoins tourmentés et sidérés que nous ne pouvons qu’être.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Le paradoxe de l’avenir des revenus : l’autonomie par le partage et la protection sociale universelle, par Jean-Paul Vignal

13 octobre 2014 par Julien Alexandre Commentaires fermés

Billet invité

L’évolution des technologies depuis l’émergence de l’informatique individuelle a considérablement modifié la façon dont les entreprises opèrent ; elle a en particulier eu un impact important sur les relations entre salariés et entreprises, au point que de nombreux experts, constatant qu’il est sévèrement remis en cause tant par la mondialisation impulsée par le néolibéralisme triomphant depuis la chute de l’URSS, que par l’automatisation ou l’émergence de l’intelligence artificielle qui sont toutes deux de plus en plus techniquement et économiquement compétitive avec le travail humain, s’interrogent sur l’avenir du travail salarié.

Cette interrogation est parfaitement légitime au moment où personne ne peut plus nier le fait que le capitalisme néolibéral s’efforce avec un succès grandissant de remettre en cause tout le système de protection sociale mis en place pendant l’ère industrielle en ramenant le prix du travail humain à un coût marginal variable en fonction des besoins instantanés de l’entreprise qui soit aussi faible que possible, en mettant les salariés en concurrence à l’échelle planétaire.

Combattre pied à pied cette volonté de déstabilisation de la relation traditionnelle « patron/salarié » est évidemment l’indispensable forme prioritaire de défense pour le monde du travail. Elle n’est malheureusement pas suffisante, car elle n’a aucune prise sur la progression de la productivité des entreprises, qui est inéluctable, car à l’exception de quelques domaines privilégiés comme le secteur du luxe, l’amélioration constante de la productivité est pour elles une condition sine qua non de survie, l’autre étant l’innovation.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

De retour !

13 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Cinq exposés en quatre jours, dont un ce matin à Paris (Rencontres du Louvre) et un qui se termine à l’instant à Bruxelles (mon cours à la VUB), ne m’ont pas laissé beaucoup de temps pour rédiger des billets sur le blog mais, bientôt : le retour !

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Régulation financière : DE CHARYBDE EN SCYLLA, par François Leclerc

12 octobre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité.

Jusqu’alors entouré de mystère et resté invaincu, le danger systémique a désormais un visage mais n’en sort pas glorieux. Non pas celui d’une panique bancaire des déposants (le retrait dans la panique de leurs fonds), mais le débouclage en catastrophe par les banques de leurs positions dans les produits dérivés. Produisant alors un effet cataclysmique garanti en raison du volume d’encours de ce marché – 7.000 milliards de dollars – et de la propagation de ces produits financiers dans les bilans bancaires, où ils sont particuliers concentrés dans les mégabanques. D’où leur nom de banque systémique. Le Conseil de stabilité financière (FSB) décidé en 2009 par le G20 – qui chapeaute tous les organismes publics nationaux et internationaux – a finalement établi en 2012 une liste de 29 établissements, après longue réflexion, et on attendait patiemment la suite.

Les contraintes de renforcement supplémentaires de leurs fonds propres de ces banques ne suffisant pas, de tout évidence, les régulateurs américain, Fed en tête, ont obtenu de l’International swaps and derivatives association (ISDA) qu’elle étudie avec ses membres des mesures complémentaires. L’ISDA est ce club très fermé qui regroupe les grands acteurs du marché des dérivés et fait la pluie et le beau temps sur celui-ci, décidant notamment s’il y a défaut ou pas lorsqu’un incident de payement intervient. On sait à ce propos que, toujours présentés comme assurances afin de les montrer sous leur meilleur jour, les credit-default swaps ont été détournés de leur objet initial et sont devenus pour la plus grande part un des jeux favoris et les plus fréquentés du grand casino. En fait d’assurance, ce sont des paris sur l’évolution du prix de leur sous-jacent qui ne méritent qu’un sort : leur interdiction. Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

L’économie aux rendez-vous de l’histoire : « Penser l’économie autrement », à Blois le 11 octobre 2014

12 octobre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Une salle comble, cela fait toujours très plaisir. Des personnes qui voulaient assister et qui se font refouler, faute de place, c’est beaucoup moins sympathique. Merci aux organisateurs d’avoir improvisé une solution pour que tous ceux qui voulaient être là puissent l’être.

Je n’ai jamais encore utilisé le mot « ferveur » pour caractériser mon auditoire lors d’une de mes conférences. Peut-être le mot est-il inadéquat, c’est lui pourtant qui me vient à l’esprit pour vous décrire, vous qui étiez là hier à Blois dans l’« amphi rouge ».

Au même moment dans la ville, un homme politique éminent, s’affirmant lui aussi de gauche, mais peut-être insuffisamment convaincant sur le plan des actes, se faisait accueillir m’a-t-on dit à son arrivée, par des sifflets. Durs moments pour nos démocraties !

Tout-à-l’heure, à 11h30, je participerai à la table-ronde « 1914 – 2014 », dans le même « amphi rouge ».

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Grèce : un coup manqué, par Zébu

12 octobre 2014 par Julien Alexandre Commentaires fermés

Billet invité, faisant suite à « La Grèce, une fois encore ? »

Résultat du vote de la nuit de jeudi à vendredi : Samaras obtient la confiance, avec la même majorité. Ceci était apparemment prévisible quand Nouvelle Démocratie a obtenu le retour d’un député et de ses partisans ‘dissidents’ vendredi. Le gouvernement grec se maintient donc, pour l’instant. Car le problème demeure : il faudra bien trouver 25 députés supplémentaires en février quand il faudra 180 députés pour élire le nouveau président de la République. C’est donc un sursis de 4 mois qui est donné à la Troïka et à l’UE, un sursis dont elles ne profiteront pas, comme d’habitude. Qu’importe, la procastination depuis 2008, voilà l’essentiel !

« Je le dis à nouveau, non seulement à vous, mais de sorte que cela soit aussi entendu à Bruxelles, Berlin et Washington : les décisions ou accords pris sans notre consentement ne seront pas acceptés, Syriza ne se sentira pas liées par elles », a déclaré Alexis Tsipras.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

« MAIS OÙ VONT-ILS CHERCHER TOUT CELA ? » par François Leclerc

10 octobre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité.

« Mais où donc vont-ils chercher tout cela ? » est une question en passe de devenir lancinante. Dernier en date à inciter à se la poser, Peter Praet, économiste en chef de la BCE et membre de son directoire. A Washington, devant l’auditoire choisi de l’Institute of International Finance (IIF), il a livré le fond de sa pensée en déclarant : « Le pire, c’est d’annoncer des réformes et de ne pas les appliquer, et je pense que c’est ce qui est en train de se passer ». Devant une telle perspicacité, que faire si ce n’est s’incliner ?

D’autant qu’elle n’est pas en phase avec l’évolution de celle de Mario Draghi, qui, devant le Comité monétaire financier international du FMI, a admis que « le faible niveau de demande agrégée est devenu un facteur contribuant à une inflation plus basse qu’attendu ». La demande agrégée représente la consommation des ménages, la dépense publique et l’investissement privé.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png
© 2014 Blog de Paul Jorion · Connexion
Desk Space par Dirty Blue & Wordpress Traduction WordPress tuto
Implementation / Webmaster Camuxi.