L’Europe de l’Est et la crise

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Il me semble que poser la question : « La crise est-elle en train d’atteindre l’Europe de l’Est ? » c’est ne pas comprendre quelque chose de fondamental à la nature de la crise.

J’avais évoqué ce même type de problématique au début du mois dans La crise parviendra-t-elle à traverser l’Atlantique ? où je disais que ceux qui posent cette question imaginent la crise comme Gérard d’Aboville dans sa barque : « Y arrivera-t-il ? Y arrivera-t-il pas ? ».

Le système financier est atteint d’un cancer qui connaît des métastases de plus en plus nombreuses. Mais la crise est en réalité présente partout où il existe au moins une banque qui reçoit des dépôts et consent des prêts. C’est–à–dire évidemment, partout.

On peut bien sûr suivre le progrès de la prise de conscience de la crise et, effectivement, moins le système financier est sophistiqué localement, plus cela prend de temps. Mais l’ordre dans lequel cette prise de conscience a lieu est évidemment purement anecdotique.

La crise « n’atteint pas » en ce moment l’Europe de l’Est : l’Europe de l’Est « s’éveille à la crise ».

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Moraliser la finance ?

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Accompagnant la suggestion de « punir les coupables », on entend dire aujourd’hui que « moraliser la finance » ferait partie de la solution à la crise.

D’une certaine manière la totalité de Investing in a Post-Enron World (McGraw-Hill 2003) et la première partie de Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte 2007), sont consacrés à la fraude dans les milieux financiers.

J’ai déjà évoqué cette question dans Banalité et immoralité où je constatais « que dans le monde des affaires, rien ne prévient automatiquement les décisions rationnelles contre l’immoralité » et le fait est que sous sa forme actuelle, le capitalisme n’est pas moralisable : un système financier fondé sur les paris relatifs à l’évolution des prix, est nécessairement ancré dans le conflit d’intérêts. Toute information dont vous disposez personnellement et à laquelle les autres n’ont pas accès vous procure un avantage stratégique. Ne pas l’utiliser fait de vous non seulement un imbécile mais un perdant immédiat puisque le reste du monde exploite pour son bénéfice ce qu’il apprend de son côté sur l’évolution de ces prix dans les paris qu’il ou elle fait sur eux.

Sous la forme qui est la sienne aujourd’hui, le système financier offre une telle prime à la fraude que son fonctionnement normal est celui où chacun triche partout où l’occasion lui en est donnée : du délit d’initié à la comptabilité « créative », en passant par l’anti-datage des stock options. Le fonctionnement des salles de marché des établissements financiers repose entièrement sur le délit d’initié que constitue la connaissance des ordres des clients et l’exploitation faite pour son propre profit de cette information « confidentielle » aux yeux du monde, mais nullement pour soi.

C’est là une autre vertu de la mesure que je préconise de l’interdiction des paris sur l’évolution des prix : en éliminant la prime à la fraude, elle introduit une moralisation immédiate des pratiques, et ceci sans l’adjonction de règles accessoires.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Métro, mardi 28 octobre

C’est très rapide et très court, et il ne s’agit pas d’un article dans « Le Débat »…

Paul Jorion est Docteur en Sciences Sociales de l’Université Libre de Bruxelles. Il est diplômé en sociologie et en anthropologie sociale. Il est l’auteur de « La Crise, des subprimes au séisme financier planétaire », éd. Fayard

Les marchés mondiaux ont-ils touché le fond ?

Difficile à dire. Les hedge funds, les fonds spéculatifs, continuent de liquider leurs positions. On a épuisé les zones de clarté. On est aujourd’hui dans les zones d’opacité.

Qu’est-ce qui pourrait stopper l’hémorragie ?

Il faudrait une interruption des marchés pendant au moins une semaine. Il y a eu beaucoup de décisions qui ont été prises au cours des dernières semaines, sans que les décisionnaires n’aient manifestement toutes les informations nécessaires. Henry Paulson a improvisé quand il a fallu prendre une décision sur Lehman Brothers. Il serait donc très bénéfique de prendre des décisions à froid.

Il faudrait tout arrêter ?

Oui, car il y a des informations qui n’ont pas été comprises. On a mis beaucoup d’argent dans les banques, mais elles le réutilisent en faisant les mêmes erreurs, en mettant ces liquidités dans les dividendes ou à racheter leurs concurrentes moins chanceuses. Il faut vraiment remettre les choses à plat.

Le problème de liquidité des banques semblait résolu…

Pas encore. On ne sait rien sur la solvabilité des établissements financiers. Regardez l’assureur AIG. L’Etat fédéral a injecté 85 milliards. AIG en a réclamé 37 de plus. Et la semaine dernière, il a demandé une nouvelle rallonge sous prétexte qu’il avait mal fait ses calculs…

Qui doit imposer une « pause » mondiale ?

On a parlé d’un nouveau Bretton Woods. C’est effectivement au plus haut niveau que doivent être prises ces décisions. Il y a déjà des institutions internationales, comme le FMI ou le BRI. Mais elles n’ont pas fonctionné correctement au cours des 20 dernières années. Leur demander d’agir aujourd’hui prendrait trop de temps.

Qui peut agir, alors ?

Mr Sarkozy semble avoir pris la tête de la croisade contre la crise. Il est de plus en plus entendu aujourd’hui. Il a effectivement une carte à jouer.

Partager :

Vie et mort de ce blog

Oui : il n’est pas très difficile de faire capoter un projet de forum comme celui qu’offre ce blog. On n’en est d’ailleurs pas loin. Chacun y vient avec ses motivations, les questions qu’il ou elle n’a pas pu régler ailleurs, voire même avec un projet délibéré de détournement – c’est ce qui vient de me pousser à écrire un billet spécifiquement consacré à Lyndon Larouche.

Ce blog ne peut pas fonctionner avec un modérateur : je n’en ai pas les ressources. Il m’offre un moyen de m’exprimer, comme mes livres, comme mes articles. En fait, il me sert sans doute de substitut à un enseignement que nul ne me demande de dispenser. Je ne l’interromprai pas : il s’agirait d’une trop belle victoire pour ceux qui n’aiment pas qu’on m’entende. Mais je peux interdire les commentaires. Ce sont ceux que vous ferez à partir de maintenant qui en décideront.

Partager :

Lyndon Larouche

A propos de l’enthousiasme manifesté par certains d’entre vous pour les idées de Lyndon Larouche.

Les motivations de Larouche et de son mouvement sont extrêmement suspectes. L’hypothèse la plus vraisemblable à mon sens est ce que j’ai appelé dans un commentaire antérieur : « un attrape-mouches de tous les extrémismes ». Il s’agit de répertorier et de mettre en fiches les protestataires du monde entier en leur offrant une plate-forme – apparemment très bien financée – où ils peuvent se regrouper.

Ne vous laissez pas manipuler par quelqu’un qui fut associé de très près au projet de guerre des étoiles du Président Reagan : on essaie de vous parquer dans un enclos, derrière des barbelés.

Les liens que vous créez dans vos commentaires en direction des sites larouchiens contribuent à un effort de propagande.

Dans mes commentaires précédents :

Le 7 septembre

Les motivations de Larouche sont difficiles à interpréter : il s’agit soit

––– 1. d’une des variétés de l’extrême-droite

––– 2. d’un effort de déstabilisation d’initiative russe. Seule constante en effet dans le discours de Larouche, les conclusions auxquelles il aboutit coïncident avec les intérêts de l’Union Soviétique jusqu’en 1989 et avec ceux de la Russie depuis (il abandonne brutalement son jargon marxiste-léniniste en 1989 pour invoquer plutôt Platon et Schiller).

––– 3. d’un attrape-mouches de tous les extrémismes, contrôlé en réalité par les autorités américaines. Dans ses deux autobiographies successives, Larouche renvoie au même incident comme

———- 3.1. s’expliquant par le fait qu’il est alors téléguidé par le FBI, mission qu’il aurait acceptée pour parer à un danger pour la sécurité nationale – dans la version de 1974 ;

———- 3.2. s’expliquant par la force de sa conviction marxiste-léniniste – dans la deuxième version, de 1988.

––– 4. d’un gars sincère, dont la pensée évolue

Le 2 octobre

Je viens d’écouter le webcast de Larouche. Aucune analyse, une bordée d’insultes suivie de longues comparaisons sur un ton incantatoire avec le Moyen Âge (de retour) et la Révolution française (de retour) où il se perd dans des digressions sur Marie-Antoinette et que sais-je encore. Seule constante : un nombre invraisemblable de références à la Russie.

D’une manière générale, c’est d’un très mauvais niveau : ça ne vient pas à la cheville des analyses de Roubini, Krugman, Evans-Pritchard, etc.

Partager :

Le VIX et la confusion des marchés

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

On parle beaucoup du VIX, (Chicago Board Options Exchange Volatility Index) ces jours derniers et je l’ai évoqué moi aussi. On l’appelle le plus souvent l’« indice de la peur », je l’ai appelé moi l’« indice de la confusion ». C’est un indice « de la volatilité du prix des options sur les 500 titres de société cotées aux États–Unis qui composent l’indice Standard & Poor’s 500 ». J’ai mis des guillemets dans la définition parce que ce n’est pas exact. Mais il aurait été beaucoup trop compliqué d’en donner une définition exacte d’emblée et il valait donc mieux commencer comme ça.

Le VIX a atteint vendredi son niveau le plus élevé jamais atteint. Le premier graphique le montre. Le niveau a déjà été très élevé dans le passé, comme lors de la bulle des start-ups, mais n’a jamais été aussi haut qu’avant-hier : 79,13, un gain de 16,7 % par rapport à jeudi.


© Bloomberg

Le deuxième graphique montre le pic précédent des années 1998-2003.


© Wikipedia

La volatilité, cela pourrait être aussi bien des mouvements essentiellement à la hausse, et cela ne suscite pas la peur mais la bonne humeur. Ceux-ci sont évidemment devenus assez rares.

Ensuite, il faut comprendre ce à quoi cette « volatilité » renvoie précisément. Il est question ici d’options, c’est–à–dire d’une transaction où le vendeur vend à l’acheteur le droit de lui acheter un produit – le « sous-jacent » – à une date convenue (ou à partir de maintenant : le cas des options européennes) et à un prix dont on convient maintenant. L’acheteur verse en échange une prime – comme une prime d’assurance. Les options qui sont gagnantes quand le prix s’apprécie sont appelées « call », celle qui sont gagnantes si le prix baisse sont appelées « put ».

Quand on parle de « volatilité » à propos d’options, il ne s’agit pas de mouvements à la hausse suivis de mouvements à la baisse et inversement : il s’agit de la valeur prise pas la variable « volatilité implicite » de la formule de Black-Scholes utilisée pour calculer le prix d’une option. J’ai déjà évoqué cette formule et ses problèmes dans Les modèles financiers entre Charybde et Scylla. Je rappelle brièvement que la formule est très inexacte : il lui manque une variable qui représenterait le profit du vendeur de l’option, elle repose aussi sur la supposition fantaisiste que le prix du produit évolue de manière telle que la distribution de ses variations est « normale » au sens statistique du terme.

On calcule cette « volatilité implicite » à partir du montant de la prime constaté : celui que le vendeur réclame. Et on retrouve dans la valeur « volatilité », en plus de la réelle volatilité du prix du produit sous-jacent (sa « vibration » : l’écart-type de sa variabilité), tout ce que la formule de Black-Scholes échoue à capturer : marge de profit et différence entre la distribution réelle de l’évolution du prix du produit et une distribution « normale ».

C’est dire qu’il n’est pas très clair ce que cette « volatilité » représente réellement. Elle reflète en tout cas l’augmentation du prix de la prime réclamée par le vendeur de l’option, c’est–à–dire, son interprétation subjective du risque croissant qu’il prend en la vendant, d’où la justification de lire dans le VIX – en simplifiant radicalement les choses et si vous me pardonnez l’expression – un « trouillomètre ».

Est-ce à dire que le risque de krach augmente quand le VIX grimpe ? Pas nécessairement, cela signifie simplement que la confusion est grande parmi ceux qui sont présents sur le marché quant à l’évolution du prix. Mais il ne s’agit pas d’une confusion « confiante » due à la présence d’une moitié d’intervenants qui pensent arrogamment que le prix va monter et d’une autre qui sont sûrs qu’il va baisser, non : il s’agit d’une confusion due au fait que les intervenants sont prêts à croire n’importe quoi et changent d’avis au moindre bruit de couloir. D’où les grands mouvements à la baisse, suivis de grands mouvements à la hausse, qu’on a constatés au cours des dernières semaines.

Quelles en sont les conséquences ? Le nombre des intervenants se réduit, et les fortunes se concentrent dans les mêmes mains. Ceci du moins sur les marchés à somme nulle comme les marchés à terme. A la bourse, le marché peut baisser tellement que les pertes globales compensent l’effet de cette concentration. Pourquoi le nombres des intervenants se réduit-il ? Parce que ces grands mouvements dans tous les sens balaient ceux qui se trompent et qui se trouvent éliminés. C’est une chose qui était très bien apparue dans les résultats d’ une simulation que j’avais écrite : si on ne trouve pas de nouvelles recrues, le nombre de participants diminue régulièrement, à mesure que ceux qui ont épuisé leurs fonds disparaissent.

Le VIX ne porte que sur les marchés boursiers mais pensons un moment à l’effet de la volatilité sur la crise en général. Je prends l’exemple du pétrole, la bulle spéculative qui a crevé en juillet.


© Digital Look

La bulle gonfle, gonfle, les compagnies aériennes sont dans leurs derniers retranchements, les constructeurs automobiles américains ne parviennent plus à vendre ni leurs pick-up trucks, ni leurs 4×4 : ils sont au bord de la faillite. En juillet, le prix du brut dégringole, entraînant la bourse à sa suite – sans que cela donne pour autant la moindre envie à quiconque de racheter une 4×4 parce que chacun sait que les prix jouent désormais au yo-yo, dévastant tout sur leur passage, à la baisse aussi bien qu’à la hausse ! Il y a engendrement du négatif par le négatif et c’est ça que le VIX révèle. Le fait qu’il ait battu un record vendredi ne présage rien de bon pour la semaine qui s’ouvre.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Bretton Woods II : la bonne direction

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Je lis dans La crise actuelle est née en 1971, l’entretien avec Michel Rocard publié jeudi dernier dans Le Temps, « Un type talentueux, qui s’appelle Nicolas Sarkozy, a exploité la convergence des volontés de quelques grands Etats européens » et cela ne me choque nullement. Cela me paraît même parfaitement justifié. Bien davantage en tout cas que d’autres commentaires que j’ai l’occasion de lire ici ou là et qui déclarent « Quoi ? Il ne sait pas ce qu’il veut : un jour il affirme que le capitalisme est la plus belle chose au monde, et le lendemain, qu’il est cassé ? » Que voudrait-on à la place ? Que le Président de la République Française prétende mordicus – contre toute évidence – que tout va bien ?

Mr. Sarkozy a été élu démocratiquement sur un programme. Celui-ci vantait les vertus de l’endettement à tout crin des ménages. C’était là une idée exécrable – qui au cours des années récentes a conduit les États–Unis à la catastrophe. Ses propositions étaient écrites noir sur blanc et ceux qui ont voté pour une telle plate-forme électorale l’ont fait en leur âme en conscience, et leur choix l’a emporté dans les urnes. Mais la vertu majeure d’un chef d’état est d’être en prise avec la volonté de son peuple et si celle-ci se modifie parce que le contexte a lui-même changé, le talentueux s’y adaptera en effet.

Depuis, Mr. Sarkozy a pris au sérieux la présidence française de l’Union Européenne et proposé avec un panache très gaullien, un nouveau Bretton Woods. Les pays asiatiques ont décidé aujourd’hui de lui emboîter le pas et tant mieux ! Dans le contexte actuel d’une crise dont chacun reconnaît la responsabilité aux États-Unis – même si la situation actuelle du dollar par rapport aux autres devises suggère qu’ils sont bien placés pour tirer les marrons du feu – le rapport de force des autres nations par rapport à l’Amérique n’est plus celui qui présida à la réunion, première du nom, en 1944, quand elles étaient toutes à genoux.

Il est peu probable que Mr. Sarkozy et ses conseillers préconisent les mesures que je prône quant à moi : les leurs seront sans aucun doute très en retrait quant à leur radicalité, en en particulier sur un point que le Président français affirme pourtant essentiel : trouver le moyen de prévenir les crises plutôt que celui d’en amortir les chocs lorsqu’elles se sont déclarées. Il serait néanmoins inopportun de prétendre que les initiatives actuelles vont dans la mauvaise direction.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Peggy Lee (1920 – 2002)

Je jette un coup d’œil à la liste des chansons qui sont maintenant sur le blog et il y a de grands vides, je veux dire des chansons et des chanteurs et chanteuses qui sont parmi mes préférés et qui manquent à l’appel. Je vais essayer de combler les vides petit à petit.

Pour les chanteuses américaines des années 1950, il y a déjà eu Jo Stafford, Patti Page et – incidemment – Ella Fitzgerald. Il manque bien sûr, au tout premier rang, Peggy Lee.

Je n’ai pas trouvé de version de Fever qui me convainque mais ceci n’est pas mal non plus, avec Benny Goodman à la clarinette. Et puis cela me donne l’occasion de faire un clin d’œil aux petits et aux grands enfants.

Partager :

La rançon du succès

C’était il y a douze jours. J’écrivais :

Il y avait l’époque où je pouvais rapporter tout ce que j’entendais dire sur la crise. Il y avait aussi celle, plus récente, où je pouvais corriger toutes les coquilles dans vos commentaires. Ces temps sont révolus mais je continue de lire scrupuleusement – et avec un immense intérêt – tout ce que vous écrivez.

Il y a douze jours, les accès au blog se situaient entre 2 000 et 3 000 par jour et maintenant entre 3 500 à 5 000. Les commentaires dépassent les 100 par jour et je ne peux plus tout lire.

Sylvie, une voisine qui veut améliorer son français, m’aidera dorénavant : elle lira tout et me tiendra au courant. Elle s’occupera également des demandes que vous m’adressez pour réparer le formatage, éliminer les coquilles, etc. Voici son adresse : gabonsylvie@gmail.com. J’ajoute cette adresse également ci-dessus dans la page Formatage.

Merci pour cette vitalité de votre part : je continuerai à lire le plus possible et Sylvie attirera mon attention sur ce qui aurait pu m’échapper !

Partager :

Question à poser à son banquier

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Un journaliste m’interroge : quelle est la question essentielle à poser à son banquier quand on est un Français moyen ?

Ma réponse :

« Si je dépose de l’argent chez vous, allez-vous le jouer à la roulette ? »

« Autrement dit : l’utiliserez-vous – en tout ou en partie – pour des activités spéculatives à partir de votre salle de marché (marchés au comptant ou à terme) ? »

Si la réponse est « Oui », ou bien « Il faudrait que je consulte mon supérieur, mais je ne pense pas » ou encore « Ce n’est pas dans cette perspective là qu’il faut envisager les choses… », allez mettre votre argent ailleurs.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Je réfléchis tout haut

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

On m’interroge 90 minutes. Pour arriver à le faire, on prend la peine de venir chez moi, très loin de Paris. On déballe tout un équipement, etc. C’est du travail, de l’argent dépensé, etc. Vos commentaires amorcent la pompe : « Pourquoi n’a-t-on pas repris sur Arte ce que Jorion a dit ? ». Et je me dis alors « C’est une question intéressante, je vais essayer d’y répondre ». Et je rédige alors Ces alarmistes qui ont vu juste.

Est-ce du nombrilisme ? Je ne pense pas. Pas plus que quand je me demande quel sera l’impact du règlement des CDS de Lehman Brothers, en me rangeant parmi ceux qui croient que cet impact sera significatif, et que je vous mets alors à contribution dans Avis de recherche : CDS disparus pour comprendre ce qui s’est réellement passé.

En fait je réfléchis tout haut et je mets alors à contribution le cerveau collectif que vous constituez tous ensemble. Je crois qu’il me reste assez d’esprit critique pour déterminer si une question que je me pose vous intéressera vous aussi. Le nombre et la qualité de vos commentaires infirme ou confirme mon intuition, et je n’ai pas le souvenir d’avoir été déçu.

Ceci dit, le fait qu’hier – quelques instants avant de rédiger mon billet – j’aie dû aller regarder combien il reste sur mon compte bancaire avant de poster le chèque réglant le loyer du mois de novembre, a sûrement contribué à pousser mon humeur dans le sens de l’auto-apitoiement ! Je ne le nierai pas et vous n’en serez pas surpris car « PAUL JORION N’EST PAS SOUS L’EGIDE DU DENI DE L’INCONSCIENT », comme vous l’écrivez très justement dans vos commentaires. Je n’y suis pour rien : merci à Mrs. Freud, Lacan – et surtout, en ce qui me concerne personnellement, à Mr. Philippe Julien.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Ces alarmistes qui ont vu juste

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

On ne m’a pas donc vu sur Arte dans l’émission consacrée à la chute de Lehman Brothers, en vue de laquelle on m’avait interrogé pendant 90 minutes. J’entends dire que le matériel sera utilisé dans un programme au lendemain des élections présidentielles américaines. Qui vivra verra !

Certains d’entre vous s’interrogent – comme moi – pourquoi ne pas avoir utilisé cet entretien ? Ce que j’ai déclaré vous est connu : c’est du même ordre que ce que vous me voyez écrire tous les jours. Il y a peut–être une indication dans le sentiment que j’ai eu, en parlant aux réalisateurs, que notre évaluation respective de la gravité de la crise actuelle n’était pas du même ordre de magnitude. Quand j’ai dit par exemple que la situation actuelle faisait peur, et qu’ils m’ont demandé de préciser, j’ai dit « J’ai peur d’avoir des enfants qui crèvent de faim ! » Ce que j’ai lu dans leurs yeux, ce n’était pas de l’incrédulité mais plutôt de l’inquiétude, et cette inquiétude ne portait pas sur l’économie ou sur la planète, mais sur moi personnellement.

Depuis le début de l’année on a commencé à dire un peu partout : « Comme en 1929 ! » et on se met à dire maintenant : « Pire qu’en 29 ! » mais je suppose que cela reste pour la plupart des gens, un slogan très abstrait. Il y a une catégorie d’économistes ou apparentés – et je vais me situer ici en compagnie de gens dont certains sont des « personnalités », des gens beaucoup plus connus que moi, comme Krugman ou Roubini, et en France, Attali, Aglietta ou Lordon, que vous et moi appelons : « ceux qui ont vu juste » mais que 95 % des gens appellent encore tout simplement : « les alarmistes ». Bien sûr, dans trois mois, ce ne seront plus que 90 % des gens qui nous appelleront « alarmistes », et dans six mois, 85 %, etc. Mais nous le savons bien : pour qu’une majorité croie véritablement à la gravité de la crise, il faudra qu’elle soit entrée dans leur vie quotidienne avec des traites non payées, du chômage et tutti quanti.

Faisons un pas de plus. Quand on dit de nous « ceux qui ont vu juste », ce n’est encore qu’un crédit qu’on nous accorde quant à l’analyse que nous faisons des événements : les prévisions qui se sont vérifiées, à long terme d’abord : que la crise aurait lieu, prévisions à court terme ensuite, quant à la suite des événements depuis qu’elle a éclaté. Est-ce que ce crédit s’étend aux propositions que nous faisons quant à ce qu’il conviendrait de faire, à nos suggestions de solutions ? Je n’en vois aucune trace.

Il est vrai que tous ceux « qui ont vu juste » ne sont pas aussi présents sur le front des remèdes. Je n’ai encore rien lu par exemple – je ne fais peut–être pas assez attention – qui ressemble à des solutions dans ce que dit Roubini. Mais j’en vois énormément (elles ne se recoupent pas entièrement, mais là n’est pas la question) chez Attali, Lordon et moi-même : interdictions des paris sur les prix, blocus des paradis fiscaux, double système monétaire, constitution pour l’économie, bilan de santé de la planète dans l’évaluation des richesses, etc. Est-ce que quelqu’un quelque part prête la moindre attention à ces suggestions ? Peut-être mais il se garde bien dans ce cas-là de me le signaler.

Passer de la catégorie « alarmiste » à celle de « ceux qui ont vu juste », constitue la première étape. Soyons optimiste : elle n’est pas hors d’atteinte. Qu’on s’intéresse aux solutions que nous proposons serait la seconde. Et là, on est encore très loin du compte.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

Avis de recherche : CDS disparus

Je vais faire quelque chose d’un peu inhabituel : je vais vous mettre directement à contribution – je veux dire mobiliser le cerveau collectif.

L’explication du pétard mouillé de la liquidation des CDS relatifs à Lehman réside dans le paragraphe suivant du communiqué de presse de la Fixed Income Clearing Corporation :

As per MBSD Important Notice 185.08, participants requested that FICC perform the net liquidation of the Lehman MBSD Clearing accounts for forward trades, in lieu of a bilateral liquidation process. This request was made by member firms in order to minimize potential market disruptions and ensure a more orderly liquidation of the open forward trades.

J’ai fait la première partie du travail en repérant le paragraphe qui explique qu’une opération a été substituée à une autre pour « minimiser les perturbations potentielles du marché et assurer une liquidation plus disciplinée… » et j’ai également laissé des messages aux trois numéros de téléphone mentionnés pour la Fixed Income Clearing Corporation.

Pour que vous n’ayiez pas à aller chercher dans les liens, je mets à la suite, les deux communiqués de presse pertinents.

Je continue à chercher de mon côté mais bonne chasse !

Merci de m’avoir aidé comme vous l’avez fait ! Vous trouverez l’enquête complète en commentaires.

Je reproduis ici, à l’intention de ceux d’entre vous qui n’ont pas l’occasion de lire tout ça, un sommaire excellent proposé par Sam sur un blog du Financial Times (ma traduction) :

Sam, toi qui es notre gourou de service sur tout ce qui est compliqué, est-ce qu’on peut en tirer que tout est bien qui finit bien ?

@ Throg
On dirait. Rien à craindre que la crainte elle-même, etc.

Bien sûr, tout ce qu’on nous montre, ce sont les chiffres net, donc aucune idée sur ce qui s’est passé en coulisses ces dernières semaines. Globalement, je pense que le désastre a été absorbé par les prêts géants de la Fed à AIG : c’était eux la contrepartie la plus exposée à Lehman Brothers. J’imagine qu’ils ont pris une grande claque, même si on ne nous a encore rien dit.

On entend beaucoup de « Je vous l’avais bien dit [qu’il n’y avait rien à craindre] ! » sur les CDS. Ce qu’ils ignorent, c’est que les banques étaient vraiment préoccupées. Le tournant a eu lieu à mon avis durant la nuit de vendredi, quand JP Morgan Chase s’est rendu compte que tout s’arrangerait et ont offert un ensemble de fonds à court terme aux banques européennes pour plusieurs milliards de dollars.

Le LIBOR commence aussi à baisser gentiment, ce qui confirmerait que l’affaire Lehman Brothers était une crainte réelle. C’était en tout cas à l’esprit de tous les gens à qui j’ai parlé.

Continuer la lecture de Avis de recherche : CDS disparus

Partager :

Un petit air de confiance

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

La confiance a l’air de revenir petit à petit dans les emprunts interbancaires : le TED (Treasury – EuroDollar), notre baromètre, qui avait grimpé jusqu’à 4,64 % le 10 octobre, est retombé aujourd’hui à 2,77 %. On n’est pas encore revenu au 1,21 % du 11 septembre, la veille du jour où les choses ont tourné au vinaigre, ni surtout aux 0,44 % du 8 août de l’année dernière. Le 10 août on était passé à 1,03 % et le tarissement du crédit débutait. Pour qu’on soit sorti de l’auberge, il faudrait donc qu’on soit retombé en-dessous des 1 %. Je vous tiens au courant.


© Bloomberg

Mais les affaires reprennent : on apprend que les banques américaines qui ont chacune reçu 25 milliards de dollars du contribuable (enfin, indirectement) ont l’intention d’en passer une partie en dividendes, une autre partie à racheter leurs concurrentes moins chanceuses et qu’elles utilisent une portion de l’argent qu’elles ont reçu – attachez vos ceintures ! – à faire du lobbying visant à l’annulation des mesures gouvernementales de semi-nationalisation. Est-ce que ce n’était pas plutôt de l’argent qu’on leur avait insufflé pour qu’elles puissent le prêter à faire des choses utiles ? Oui, ça c’est ce qui se serait passé s’il s’était agi d’une « nationalisation » mais ce qu’on a fait, c’est une « semi-nationalisation » – nuance !

Et la grande catastrophe que certains nous annonçaient pour aujourd’hui et que je chiffrais personnellement à entre 0 et 365 milliards de dollars de pertes, accompagnée de la chute de nombreux fonds spéculatifs ? Une seule petite note jusqu’ici : la Depository Trust & Clearing Corporation qui déclare : « Pas de pertes ». Pas de pertes, on veut bien mais… « C’est un peu court, jeune homme ! On aurait pu dire bien des choses en somme… », comme le montant des sommes qui ont été déboursées par exemple. Plusieurs commentateurs ces jours derniers citaient entre 200 et 250 milliards comme montant probable. Ce « pas de pertes », sonne un peu trop à mon goût comme un « Circulez, y a rien à voir ! » : ce qu’on dit à la foule quand il y a précisément un cadavre au milieu de la chaussée. Donc, je ne baisse pas ma garde et je vais garder mes oreilles et mes yeux grand ouverts dans les jours qui viennent. En fait, si des hedge funds sont ce soir dans les derniers dessous, ils ne sont pas obligés d’aller le crier sur tous les toits : ils peuvent attendre pépère de le faire savoir dans leur bilan trimestriel, et d’ici-là les choses peuvent s’arranger un peu… du moins si la confiance revient pour de bon !

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*